Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 16:35
Un texte d'hommage au discours d'Obama au Caire, sous la plume d'un des penseurs néoconservateurs importants, David Horowitz, le directeur de FrontpageMagazine, qui lui reconnaît la stature d'un Leader américain s'étant levé pour son pays.

Ironiquement, on pourrait dire que cela révèle la petite forme oppositionnelle des Républicains, qui ne semblent pas encore se remettre en ordre de bataille à Washington.  Mais cela ne serait peut-être pas très honnête envers ce simple acte de reconnaissance de la valeur intrinsèque et des nuances du discours lui-même, affirmant un certain combat pour les valeurs foncièrement communes aux deux camps. Ceci pour replacer le débat au centre, après que nous ayons souligné certains manquements flagrants de ce discours, exercice périlleux en région confrontative...



An American Leader Stands Up For His Country
By: David Horowitz
FrontPageMagazine.com | Friday, June 05, 2009


Yes he rewrote history, particularly the history of Muslim and Arab rapacity and bigtory, and he pandered a lot. But the pandering was in large part diplomacy and far less than conservatives were predicting, and far less than the pandering that characterized his previous attempts to mollify the Muslim world. He most pointedly did not apologize for American actions after 9/11, or seek to find excuses for the terrorist attacks in our policies and behavior before 9/11. On the contrary, he deliberately opened the wound of 9/11 to justify America’s wars in Afghanistan and Iraq.

“We did not go by choice, we went because of necessity. I am aware that some question or justify the events of 9/11. But let us be clear: al Qaeda killed nearly 3,000 people on that day. The victims were innocent men, women and children from America and many other nations who had done nothing to harm anybody. And yet Al Qaeda chose to ruthlessly murder these people, claimed credit for the attack, and even now states their determination to kill on a massive scale. They have affiliates in many countries and are trying to expand their reach. These are not opinions to be debated; these are facts…”

And Iraq! This is the war he had opposed as unnecessary and wrong, until now. In Cairo he did not apologize for “Bush’s war” or America’s “occupation.” He said that the Iraqis were better off without Saddam Hussein, which obviously could not have happened without the war – a truism, which for seven years Democrats failed to concede. Where Kennedy and Gore and Obama himself condemned America’s war as “unnecessary,” “illegal” “based on lies,” an aggression against a “fragile and unstable” country that could not defend itself, Obama, speaking in a Muslim capital, defended our presence in Iraq as driven by a desire to give Iraqis their freedom and their country. Bush could not have said it better.

As for the Middle East conflict, Obama  began – began – by telling the Muslim world that the bond between Israel and the United States is unbreakable, and by opening the wound of the Jews that made a homeland for them a moral imperative: “America's strong bonds with Israel are well known. This bond is unbreakable. It is based upon cultural and historical ties, and the recognition that the aspiration for a Jewish homeland is rooted in a tragic history that cannot be denied.”

And then he characterized Holocaust deniers like Ahmadinejad as despicable, and identified them as a cause of war in the Middle East, and announced that he was going to Buchenwald the next day (clearly to underscore that fact): “Around the world, the Jewish people were persecuted for centuries, and anti-Semitism in Europe culminated in an unprecedented Holocaust. Tomorrow, I will visit Buchenwald, which was part of a network of camps where Jews were enslaved, tortured, shot and gassed to death by the Third Reich. Six million Jews were killed - more than the entire Jewish population of Israel today. Denying that fact is baseless, ignorant, and hateful. Threatening Israel with destruction - or repeating vile stereotypes about Jews - is deeply wrong, and only serves to evoke in the minds of Israelis this most painful of memories while preventing the peace that the people of this region deserve.”

And while Obama made false parallels between Jews and Arabs as contributors to the intractability of the Middle East conflict and rewrote some history, he also said in no uncertain terms that it was Palestinians who had to renounce violence (and here he drew no parallels and no moral equivalence) and had to recognize the Jewish state -- something even the “moderate” terrorist Abbas refuses to do.

And to underscore this point he drew a parallel between the struggles of American blacks for civil rights and Palestinians. But unlike Condoleeza Rice who not too long ago drew the same parallel to aggrandize the PLO terrorists as civil rights activists, Obama drew a sharp and revealing line of distinction between them: “Palestinians must abandon violence. Resistance through violence and killing is wrong and does not succeed. For centuries, black people in America suffered the lash of the whip as slaves and the humiliation of segregation. But it was not violence that won full and equal rights. It was a peaceful and determined insistence upon the ideals at the center of America’s founding.“

And that was really the core of Obama’s speech. It was a defense of America’s founding and America’s mission. We are a tolerant nation and a peaceful nation Obama told 1.5 billion Muslims and we will accept and embrace you if you reject the violent and hateful among you and walk a peaceful and tolerant path. And this tolerance must extend not only to the Jews of Israel, and other infidels, but to Muslims among you who are oppressed, specifically Muslim women:  “The sixth issue that I want to address is women's rights. I know there is debate about this issue. I reject the view of some in the Wes that a woman who chooses to cover her hair is somehow less equal, but I do believe that a woman who is denied an education is denied equality.. That is why the United States will partner with any Muslim-majority country to support expanded literacy for girls, and to help young women pursue employment through micro-financing that helps people live their dreams.”

That is not pandering. It is saying that America’s democratic, tolerant, inclusive way needs to be the path to the future for the Muslim world.

Conservatives will make a great mistake if they fail to see this speech for what it was, and treat it as another round in the partisan food fight. It was not an appeasement our enemies. It was a forthright statement by an American leader in a Muslim capital explaining  why America is in fact the global leader in those battles that matter most to people everywhere: freedom, equality, and peace. As conservatives we have many quarrels with the Obama administration – and we should have. But this speech is not one of them.

 


David Horowitz is the founder of The David Horowitz Freedom Center and author of the new book, One Party Classroom.
Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 16:13
Barack Obama se comporte en patron qui ne laisse pas le moindre choix aux Israéliens, M. Ben-Avraham
Imprimer    Envoyer à un ami 

05/06/09


Source : Site Israel Valley


La comparaison entre Bill Clinton et Barak Hussein Obama s’impose d’elle-même. Le second a dit, hier au Caire, la même chose que le premier, fin 2000, en ce qui concerne la disputation israélo-palestinienne. Du moins, dans les grandes lignes. Mais Bill Clinton n’est pas sorti de son rôle de médiateur, d’incitateur, tandis que Barak Hussein Obama se comporte en patron confronté à des problèmes de dimension mondiale et qui ne peut, ni ne veut être troublé par un différend d’ordre régional qui perdure au-delà de toute raison. En ce sens, l’innovation a été de demander, haut et fort, à tous les acteurs, de mettre la main à la pâte.

Nul doute que le président américain est dans le vrai. Mais pourquoi un Israélien, ouvert à la solution de deux Etats pour deux peuples, ne peut-il se défaire d’un sentiment de malaise ? Comme si le "boss" s’était laissé emporter par sa volonté de séduire son auditoire et, au-delà de lui, le monde islamique.

·         D’où la mise en valeur d’un prénom, Hussein, mis sous l’éteignoir lors de la campagne électorale présidentielle.

·         D’où des raccourcis historiques étonnants, liant Shoah et création de l’Etat d’Israël. D’où aussi des rapprochements singuliers.

·         D'où la mise sur le même pied du combat des Noirs aux Etats-Unis pour l’obtention de leurs droits légitimes, et celui livré par le peuple palestinien pour parvenir à un Etat.

·         Ou encore, la comparaison entre les souffrances endurées par les juifs lors de la Shoah et celles occasionnées aux Palestiniens par l’occupation israélienne.

N’est-ce pas aller dans le sens de la victimisation, érigée en arme politique par les Palestiniens, après 1967 ?

N’est-ce pas conforter la partie palestinienne et les Etats arabes, dans leur refus d’assumer leurs responsabilités quant à l’origine des guerres dans cette partie du monde ?

Mais, dit-on, l’essentiel est le résultat obtenu. Peu importe donc les subtilités de langage, la brosse allant dans le sens du poil, d’autant plus que le numéro un mondial a réaffirmé l’attachement des Etats-Unis à la pérennité de l’Etat d’Israël. Partant, c’est la mise en pratique de cette volonté politique qui permettra de juger de la pertinence de la nouvelle approche américaine.

D’après diverses sources, l’administration américaine n’a pas l’intention de traîner en chemin. La semaine prochaine, l’envoyé spécial du président sera à Jérusalem pour entendre Binyamin Netanyahou. Et au cours de l’été, le mode opératoire sera mis sur la table, y compris un calendrier précis des phases d’application.

Constat : c’est vers une solution imposée que s’oriente la Maison Blanche. Barack Obama se comporte en patron, qui ne laisse pas le moindre choix.

Ce n’est plus, semble-t-il, le « C’est à prendre ou à laisser », de Bill Clinton.

C’est le « C’est A prendre, point. »

 

De beaux jours en perspective…


Mati Ben-Avraham

 

© Israel Valley

 

[Texte aimablement signalé par Roseline, via Desintox.be.]


Mis en ligne le 5 juin 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org
Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 16:20
Sur Slate.fr, un premier commentaire de l'erreur magistrale commise par OBAMA

L'erreur du Caire

En s'adressant au «monde musulman» depuis le Caire, le président fait le jeu de Téhéran et des Islamistes.

jeudi 4 juin 2009

 

Si le discours prononcé au Caire, ce jeudi 4 juin, par le Président Barack Obama était censé inaugurer une nouvelle ère dans les relations qu'entretien Washington avec le monde musulman, la Maison Blanche pourrait vite déchanter. En terre d'Islam, la diplomatie publique est une discipline subtile et complexe, et tous les Présidents des Etats-Unis finissent par l'apprendre à leurs dépends.

Bien évidemment, quoi qu'Obama fasse ou dise, il ne pourra qu'améliorer les choses, tant les efforts déployés par l'administration Bush en terme de diplomatie s'étaient avérés ineptes. Pourtant, il faut bien rappeler que Bush avait lui aussi choisi de s'adresser directement aux populations arabes. Après tout, Bush avait pour projet principal d'émanciper le monde musulman; il voulait donner une voix démocratique au peuple. C'est pourquoi beaucoup d'hommes politiques de tous bords, comme Paul Wolfowitz, qui fut l'homme de confiance de Bush quant aux rapports diplomatiques avec le Moyen-Orient, s'inquiètent du fait qu'Obama ai choisit de prononcer son discours dans un Etat policier notoire: un tel acte pourrait être perçu comme un abandon de la politique émancipatrice des Etats-Unis.

Le vrai problème,  c'est qu'Obama n'a rien appris des erreurs de Bush. Selon le journaliste et chroniqueur David Goldman (qui signe ses articles sous un pseudonyme, « Spengler »), en voulant parler au peuple arabe dans son ensemble sans passer par ses dirigeants, Obama fait du tort à un allié important, et ce sur son propre terrain.

« En s'adressant au « monde musulman » depuis le Caire », écrit Goldman, «Obama apporte de la crédibilité aux Frères Musulmans, au Hamas, et au reste des partisans de l'Islamisme politique, qui, justement, veulent que l'on s'adresse aux populations arabes comme si elles étaient un même peuple, défini par la religion musulmane.» En résumé, le Président des Etats-Unis fait le jeu de ceux qui veulent mettre un terme à la présence américaine au Moyen-Orient...

Depuis la fin de la première Guerre Mondiale et la mort de l'Empire Ottoman, il n'y a plus de «monde musulman» en tant que tel. Le califat fut dissout; Kemal Ataturk fit de la Turquie une république laïque ; et les états européens (en particulier la Grande-Bretagne et la France) réorganisèrent les vestiges Ottomans en états-nations, comme le Liban, la Syrie, la Transjordanie, la Palestine et l'Irak. Et même si les habitants du Moyen-Orient se sont souvent plaint, au cours des 80 dernières années, du fait que ces frontières avaient été imposées par les européens, il faut bien reconnaître que les dirigeants de la région sont parfaitement satisfait de leur sort (ce qui n'est pas toujours le cas de leurs sujets).

Contrairement aux véritables états-nations, ces régimes ne remplissent presque jamais les obligations du contrat social républicain; le bien-être des citoyens y est donc tout sauf une priorité. Reste que leur autoritarisme est une qualité appréciable aux yeux des gouvernements d'Europe et des Etats-Unis, car l'alternative est bien pire.

La diplomatie, le commerce et la guerre: voilà l'essence de nos relations bilatérales, et il est autrement plus complexe de discuter de ces sujets d'importance avec une confédération tribale. Et si notre aventure irakienne nous a appris une chose, c'est qu'au Moyen-Orient, la confédération tribale est la base de tout système politique. Il n'y a pas de «monde musulman» ; il n'y a que le chaos engendré par la lutte des clans. C'est pourquoi il est vital pour l'Amérique de préserver les quasi-états-nations du Moyen-Orient.

Maintenant que Washington a mis la promotion de la démocratie en sourdine, les seuls acteurs en mesure de menacer ces régimes sont les Islamistes et les groupes soi-disant indépendants, ainsi que l'état qui les contrôlent en sous-main : la République Islamiste de Téhéran. Le Président Obama n'a fait que reprendre, sans le savoir, la propagande diplomatique de Téhéran : le meilleur coup de pub que l'Iran pouvait espérer.

L'Ayatollah Ruhollah Khomeiny a introduit beaucoup d'idées importantes dans la pensée Islamique et dans sa pratique. Plus particulièrement, il a enseigné une notion qui reste hautement contestée, dite du velayat-e faqih, qui veut que le guide spirituel détienne également le pouvoir politique suprême. Mais cette contribution d'importance tient peut-être plus de la simplification que de l'innovation. A la question: Quelle est la raison d'être du musulman ?, Khomeiny a simplement répondu : la résistance.

Il y a 1,2 milliards de musulmans dans le monde aujourd'hui, de l'Inde aux Etats-Unis, en passant par l'Indonésie et les Emirats Arabes Unis; l'Islam est donc, en un sens, la plus hétérodoxe des religions. Certains prient comme ceci, d'autres comme cela ; certains sont noirs, d'autres sont blancs ; il peuvent être Arabes ou Chinois ; certains pensent encore qu'Ali aurait du être le successeur direct de Mohammed, quand la majorité affirment que personne d'autres qu'Abu Bakr n'aurait pu succéder au prophète de l'Islam.

En plus des Sunnites et des Chiites, il existe des communautés Soufies et Salafites, Wahabites et Zaidis, et des dizaines d'autres courants minoritaires. Malgré l'apparente simplicité de sa profession de foi (« J'atteste qu'il n'y a pas d'autre divinité que Dieu et Mohammed est son envoyé »), l'Islam est le fruit d'un millénaire entier de traditions et de philosophie. L'Islam est complexe, et Khomeiny en a tiré une idée bien simpliste : être musulman, c'est s'opposer à l'Occident en général et aux Etats-Unis en particulier. Voilà comment Khomeiny voyait le monde musulman : pas comme un califat, et certainement pas comme une fascinante mosaïque de pratiques et de croyances diverses, mais comme une union forgée sur l'enclume de la résistance. C'est ce seul concept qui lie, pour prendre un exemple, les Frères Musulmans d'Egypte, une organisation Sunnite, et le Hezbollah, la milice Chiite du Liban.

Ce principe idéologique a de profondes conséquences stratégiques, car si les musulmans doivent s'opposer au Grand Satan, ils doivent également rentrer en conflit avec les alliés de l'Occident : par seulement le « Petit Satan » (Israël), mais aussi les pays à majorité Sunnite alliés de Washington. La campagne de diplomatie publique de Téhéran vise à désolidariser les populations arabes de leurs dirigeants, une tactique déjà utilisée en juillet 2006, par exemple, pendant la guerre entre le Hezbollah et Israël. Le soutient tacite des états Arabes pour la guerre menée par Israël contre l'état satellite de Téhéran, à savoir le Liban, a entraîné un grand mécontentement dans l'opinion publique. Sauf en Syrie, bien évidemment, qui, étant alliée de l'Iran, soutenait également le Hezbollah...

L'axe iranien s'en est moins bien tiré lors de l'attaque d'Israël contre le Hamas (l'un des nombreux atouts de Téhéran), l'hiver dernier. Quand le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, demanda à la population égyptienne de renverser leur président, Hosni Moubarak, pour le punir d'avoir soutenu Israël contre le Hamas, l'opinion publique se retourna contre le Hezbollah. Car si il arrive que les habitants de la vallée du Nil soutiennent la résistance à l'étranger, ils n'en veulent pas chez eux pour autant. Comment Nasrallah, ce « chauffeur de taxi », comme l'appellent certains Egyptiens, osait-il se mêler des affaires égyptiennes ? Ce fut un coup de chance phénoménal pour Moubarak : les égyptiens qui, il y a peu, soufflaient sur les braises de tout conflit mené pour la cause Islamique internationale, retrouvèrent soudain leur fibre patriotique, et redevinrent respectueux du régime. C'est pourquoi le discours d'Obama adressé au « monde musulman » est potentiellement dangereux : il efface les frontières de nos alliés arabes, et même si ces alliés ne sont pas tous recommandables, leurs frontières servent les intérêts américains ; en faire fi, c'est rendre service à l'Iran.

Le président dit qu'il prend la menace iranienne en compte, et qu'il sait à quel point le nouveau programme nucléaire de Téhéran met en péril la stabilité de la région. Il dit souhaiter remettre en marche le processus de paix israélo-palestinien, et ce en partie pour disposer d'un moyen de pression sur l'Iran. Il dit être d'accord avec les dirigeants du Moyen-Orient qui disent que la paix va renforcer les modérés et affaiblir les extrémistes ; mais est-ce vraiment ce qu'ils disent ?

Le président s'est arrêté à Riyad avant d'aller au Caire, afin de demander aux Saoudiens de faire quelques concessions sur le dossier israélien, en créant par exemple une cellule diplomatique à Tel-Aviv, ou, pour citer la formule du New York Times, en « créant de manière symbolique quelques visas touristiques pour des Israéliens, ou en acceptant d'organiser des conférences ouvertes et d'y convier des homologues Israéliens. » Mais les Saoudiens ne feront bien évidemment rien de tel. Accepter de prendre de telles mesures les ferait passer pour les laquais de l'Amérique et pour des crypto-sionistes, et l'Iran pourrait alors s'autoproclamer seul défenseur de la sacro-sainte résistance. Les alliés arabes de Washington le disent pourtant : le principal problème, c'est l'Iran. Mais Obama ne peut pas les entendre ; il est trop occupé... à mettre en place l'exacte décalque de la politique diplomatique de Téhéran.

Lee Smith

Traduit par Jean-Clément Nau

Photo: Barack Obama prononçant son discours au Caire  Reuters

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 00:06
A Rapid and Harsh Turn against Israel

by Daniel Pipes
Jerusalem Post
June 4, 2009

http://www.danielpipes.org/6389/rapid-and-harsh-turn-against-israel

Send Comment RSS

The much-anticipated meeting between Barack Obama and Binyamin Netanyahu on May 18 went off smoothly, if a bit tensely, as predicted. Everyone was on best behavior and the event excited so little attention that the New York Times reported it on page 12.

As expected, however, the gloves came off immediately thereafter, with a series of tough American demands, especially U.S. Secretary of State Hillary Clinton's insistence on May 27 that the Netanyahu government end residential building for Israelis in the West Bank and eastern Jerusalem. This prompted a defiant response. The Israeli governing coalition chairman pointed out the mistake of prior "American dictates," a minister compared Obama to pharaoh, and the government press office director cheekily mock-admired "the residents of Iroquois territory for assuming that they have a right to determine where Jews should live in Jerusalem."

If the specifics of who-lives-where have little strategic import, the Obama administration's rapid and harsh turn against Israel has potentially great significance. Not only did the administration end George W. Bush's focus on changes on the Palestinian side but it even disregarded oral understandings Bush had reached with Ariel Sharon and Ehud Olmert.

Yasir Arafat smiles as Barack Obama meets Mahmoud Abbas in July 2008.

An article by Jackson Diehl of the Washington Post captures this shift most vividly. Diehl notes, based on an interview with Mahmoud Abbas of the Palestinian Authority, that by publicly and repeatedly stressing the need for a without-exception freeze of Israeli building on the West Bank, Obama

has revived a long-dormant Palestinian fantasy: that the United States will simply force Israel to make critical concessions, whether or not its democratic government agrees, while Arabs passively watch and applaud. "The Americans are the leaders of the world. … They can use their weight with anyone around the world. Two years ago they used their weight on us. Now they should tell the Israelis, 'You have to comply with the conditions'."

Of course, telling the Israelis is one thing and getting their compliance quite another. To this, Abbas also has an answer. Expecting that Netanyahu's agreeing to a complete freeze on building would bring down his coalition, Diehl explains that Abbas plans "to sit back and watch while U.S. pressure slowly squeezes the Israeli prime minister from office." One Palestinian Authority official predicted this would happen within "a couple of years" – exactly when Obama is said to expect a Palestinian state in place.

Meanwhile, Abbas plans to sit tight. Diehl explains his thinking:

Abbas rejects the notion that he should make any comparable concession—such as recognizing Israel as a Jewish state, which would imply renunciation of any large-scale resettlement of refugees. Instead, he says, he will remain passive. … "I will wait for Israel to freeze settlements," he said. "Until then, in the West Bank we have a good reality . . . the people are living a normal life."

Abbas's idea of "normal life," one should add, is also largely provided by Washington and its allies; West Bank Palestinians enjoy by far the highest per-capita foreign aid of any group in the world; at just one "donors' conference" in December 2007, for example, Abbas won pledges for over US$1,800 per West Banker per year.

As Diehl tersely concludes, "In the Obama administration, so far, it's easy being Palestinian."

Even if one ignores the folly of focusing on Jerusalemites adding recreation rooms to their houses rather than Iranians adding centrifuges to their nuclear infrastructure and even if one overlooks the obvious counter productivity of letting Abbas off the hook – the new U.S. approach is doomed.

First, Netanyahu's governing coalition should prove impervious to U.S. pressure. When he formed the government in March 2009, it included 69 parliamentarians out of the Knesset's 120 members, well over the 61 minimum. Even if the U.S. government succeeded in splitting off the two parties least committed to Netanyahu's goals, Labor and Shas, he could replace them with right-wing and religious parties to retain a solid majority.

Second, the record shows that Jerusalem takes "risks for peace" only when trusting its American ally. An administration that undermines this fragile trust will likely confront a wary and reluctant Israeli leadership.

If Washington continues on its present course, the result may well be spectacular policy failure that manages both to weaken America's only strategic ally in the Middle East even as it worsens Arab-Israeli tensions.

Related Topics:  Arab-Israel conflict & diplomacy, US policy

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 08:13
Dans cet article paru sur Pajamasmedia.com, David Hornik démonte les mécanismes de la stratégie de l'Administration Obama, à propos de cette insistance démesurée pour renier les engagements de GW Bush concernant la croissance naturelle des implantations et, de l'autre côté :  les "signaux négatifs" envoyés par plusieurs proches conseillers, tels que Joe Biden dénonçant toute tentative de se prémunir par avance du projet nucléaire iranien. Le but, à terme, est de semer la confusion dans la coalition de droite choisie par le Premier Ministre, en focalisant sur la question des implantations. Il s'agit d'amener celui-ci à une situation qui avait prévalue lors des accords de Wye Plantation, en 1998, durant l'Administration Clinton, ou encore en 1992, lors du dernier gouvernement Shamir. Chaque fois, le mécontentement d'éléments les plus à droite de ces Gouvernements coalisés, avaient conduit à de telles dissensions qu'une dissolution s'en était suivie. C'est, en partie, pour ces raisons que les prises de parole de gens comme Ariyeh Eldad à la Knesset, l'autre jour, expliquant que la Jordanie était la seule patrie des Palestiniens, ne sont pas seulement inappropriées, mais s'inscrivent dans les souhaits tactiques de cette Administration pour alimenter le mécontentement des groupements liés à l'avenir des implantations. Refuser, actuellement, de marcher avec le programme de négociations politiques, économiques et sécuritaires arrêtées par l'actuel gouvernement en démarrage, c'est remplir l'agenda Obama : remettre aussi vite que possible un Gouvernement Livni aux commandes.

Is Obama Aiming to Bring Down Bibi?

Obama's hard line on settlement expansion may have more to do with hurting Netanyahu than with the "peace process."

 

http://pajamasmedia.com/blog/is-obama-aiming-to-bring-down-bibi/

 

After Netanyahu’s meeting with Obama last month, Israeli commentator Aluf Benn noted that “many people in Washington seemed to be more interested in the life expectancy of the current Israeli government than in Netanyahu’s positions.”

Last week in London, dovish Likud minister Dan Meridor reportedly complained to a U.S. delegation that “Washington’s demands of a complete construction freeze would lead to the dissolution of the Netanyahu government.” The Israeli side was said to be “stunned by the uncompromising U.S. stance.”

Israeli commentator Ben Caspit claims the following, from Netanyahu:

“What do they want from me? That my government will fall?”

The Obama administration’s heavy pressure on the settlement issue may well intend precisely that.

This week, Defense Minister Ehud Barak will be in Washington for talks with — among others — Vice President Joe Biden, Defense Secretary Robert Gates, and National Security Adviser James Jones. Barak, from the left-of-center Labor Party, is the most dovish major minister in the government. Netanyahu badly wanted Barak and his party within his coalition, partly due to the belief that Labor’s dovish image would shore up Netanyahu’s legitimacy. Barak is said to agree that the U.S. demand for a total settlement freeze, even on “natural growth,” is unreasonable, and is expected to present that position in Washington.

Netanyahu may be finding out the hard way, though, that if Obama and his crew are dead-set against his government, even including perceived moderates in his coalition won’t help. Apart from the diplomatic rumors, there are reasons to believe the U.S. wants to see Bibi go:

1. Netanyahu is a despised man in Washington. In a well-known snippet from his book The Missing Peace, veteran peace-processer and current Persian Gulf envoy Dennis Ross called Netanyahu, in his previous prime-ministerial stint, “nearly insufferable.” In February, after Netanyahu’s Likud and the right wing did well in the Israeli election, the Washington Post reported that “many key players [in the U.S. administration] have long and difficult memories of dealing with … Netanyahu … when he was prime minister during the Clinton administration.” Another peace-processer from that era, Aaron David Miller, said “This is like hanging a ‘closed for the season’ sign on any peacemaking for the next year or so.”

Whatever personal qualities of Netanyahu some of the Americans find objectionable, they don’t like his insistence on traditional Israeli security concerns regarding the West Bank, which they see as precluding the much-desired further empowerment of the Palestinians. They much prefer pliant figures like former Prime Minister Ehud Olmert and former Foreign Minister Tzipi Livni, who proclaim their readiness to return Israel to the perilous dimensions of what have been called the Auschwitz borders.

2. It is hard to believe the U.S. sees an Israeli-Palestinian settlement as imminent. The administration knows Hamas now controls Gaza, and surely has access to intelligence reports on the weakness, divisions, and falling popularity of Mahmoud Abbas and his Fatah on the West Bank. As for the current state of intra-Palestinian unity, all one had to do was read, for instance, about this week’s killing by Fatah forces of two Hamas operatives on the West Bank.

 

The pressure for a settlement freeze is more plausibly aimed at the Netanyahu government itself — at fracturing and dissolving it — than towards bringing about a peace settlement, especially when there is nothing remotely approaching reciprocal pressure on the Palestinian side.

3. The U.S. doesn’t want Israel to attack Iran and sees a Netanyahu-led government as much more likely to do so than one led by the likes of current opposition leader Livni. Biden has said Israel “would be ill-advised” to move on Iran. Jones has said Israel can “diminish [the] existential threat” posed by Iran’s approaching nuclearization — not by doing anything about it, but “by working hard towards achieving a two-state solution.” CIA chief Leon Panetta was sent to Israel to warn expressly against taking action.

The U.S. knows that Netanyahu’s existential concern about Iranian nukes is intense and — though that concern is indeed shared across the Israeli spectrum — the previous Olmert-Livni government had much more trust in the international community to take care of the problem.

4. The Americans are cognizant that two previous Likud-led coalitions were felled by dissension from the right. In 1992, Prime Minister Yitzhak Shamir’s government collapsed when the small Tehiya faction — closely associated with the settlement movement — bolted the coalition over Israel’s participation in the Madrid Conference. In 1999, Netanyahu’s first government similarly disintegrated when right-wing factions left it over Netanyahu’s agreement to West Bank territorial concessions in the Wye Memorandum.

Given the current low prospects of another peace conference or signed Israeli-Palestinian agreement, the U.S. can best disgruntle, and possibly disaffect, the more right-wing elements of Netanyahu’s present coalition by exerting pressure on the settlement issue. Netanyahu has already had to reassure perturbed Knesset members from his own party over assenting to Obama’s demand to remove some small unauthorized West Bank outposts.

At a time of mounting peril, it is hard for the Netanyahu government or most of the Israeli population to see the Obama administration as much of a faithful ally. It warns Israel against hitting Iran while announcing its own leisurely timeline of talking with the mullahs until the end of the year. While Israel needs unity, Obama foments internal tensions regarding “natural growth.”

Netanyahu, Barak, and crew — if they can hold it together — have a hard road ahead.


P. David Hornik is a freelance writer and translator living in Tel Aviv. He blogs at http://pdavidhornik.typepad.com/

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:46
Au moins 3 représentants démocrates commencent à se poser certaines questions sur l'intérêt d'Obamaà faire pression sur la seule démocratie alliée au Moyen-Orient, et point sur les Palestiniens et encore moins les Iraniens...
Democrats to Obama: Ease pressure on Israel

Democrats express concern over Obama administration's pressure on Jewish State

Yitzhak Benhorin

Published:  06.03.09, 00:14 / Israel News
WASHINGTON – As Barack Obama prepares for his trip to Saudi Arabia and Egypt, Democratic Congress members are expressing concern over the pressure exerted by the president on Israel, the Politics website reported.

 

According to the report, the Congress members asked Obama to moderate his pressure on the settlement freeze issue.

My concern is that we are applying pressure to the wrong party in this dispute,” Politico quoted Rep. Shelley Berkley as saying. “I think it would serve America’s interest better if we were pressuring the Iranians to eliminate the potential of a nuclear threat from Iran, and less time pressuring our allies and the only democracy in the Middle East to stop the natural growth of their settlements.”

 

Politico reported that other representatives expressed similar sentiments in respect to Obama and Israel. Rep. Anthony Weiner, for example, said he would have liked to see President Obama pay more attention in his remarks to the Palestinian pledge to fight terrorism.

“There’s a line between articulating US policy and seeming to be pressuring a democracy on what are their domestic policies, and the president is tiptoeing right up to that line," Weiner said.

 

Rep. Gary Ackerman reiterated the same point, saying he did not think "anybody wants to dictate to an ally what they have to do in their own national security interests."
Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 22:29
Un texte quelque peu "décoiffant" sur le site de "Libération", converti aux gentils hippies post-68 depuis des années, et qui nous ferait une crise subite de "réveil" face aux menaces internes et externes que subit l'Europe.Ivan Rioufol, sur son excellent blog, attire l'attention de ses lecteurs sur ce texte bourré de lucidité, de Jean Quatremer, exposant les thèses de Peter Van Ham, directeur de la recherche sur la gouvernance mondiale au Netherlands Institute of International Relations de la Haye. Serait-elle, aujourd'hui, seulement néerlandaise :
De «l'Europe par la paix» à «l'Europe par l'épée»
QUATREMER Jean
http://www.liberation.fr/tribune/010188850-de-l-europe-par-la-paix-a-l-europe-par-l-epee

Et si Vladimir Poutine avait rendu un service à la construction européenne en envahissant la Géorgie ? En envoyant son armée à l'extérieur de ses frontières pour la première fois depuis l'implosion de l'Union soviétique, en décembre 1991, la Russie a mis fin par la même occasion à l'indolence de ceux, nombreux, qui ont gobé le mythe du triomphe de la paix, de la démocratie et de l'économie de marché. Depuis la chute du mur de Berlin, les Européens se sont persuadés que les menaces ne les concernaient plus directement et que la guerre était l'affaire de quelques peuples attardés et bien sûr des Etats-Unis, gendarmes autoproclamés de la planète. Or, si la Géorgie ou encore l'Ukraine sont les marches de la Russie, ce sont aussi les nôtres depuis les élargissements successifs, et les intérêts de l'Union - voire son territoire - sont désormais directement exposés aux périls extérieurs. On peut se demander si un «ennemi» n'est pas la condition sine qua non, surtout pour une société européenne qui n'a même plus conscience du confort dans laquelle elle vit, pour qu'émergent une identité commune et un sentiment d'appartenance, deux éléments qui font aujourd'hui cruellement défaut à l'Union pour qu'elle se constitue en puissance mondiale crédible ?

Les Etats se sont tous créés contre «l'autre» : l'Europe, fondée sur la paix, peut-elle paradoxalement échapper à l'épreuve du feu ? Curieusement, les Européens ont refusé de voir avec une constance troublante les signaux alarmants qui se sont développés depuis 1991 - multiplications des conflits armés à travers le monde, y compris en Europe, croissance géométrique des dépenses militaires dans le monde (1), raréfaction des matières premières, changement climatique, émergence d'«Etats voyous» ou malformés, terrorisme. L'Europe, qui se pense comme une «puissance douce», une «puissance civile», ne serait là que pour exporter ses normes de droit et son art du compromis. Cette vision du monde «woodstockienne» a volé en éclats avec l'irruption des chars russes en Géorgie : «Le problème est que nous vivons dans notre Europe postmoderne où tout le monde est beau et gentil,et tout à coup, nous nous retrouvons avec une grande puissance du XIXe siècle. L'Europe n'est pas prête pour ça.» La possibilité d'une guerre entre donc dans le champ du réel européen comme le reconnaît Nicolas Sarkozy en proclamant que l'Europe «veut la paix», manière d'admettre qu'elle est belle et bien menacée. constate le président estonien, Toomas Hendrik Ilves,

Mikhaïl Gorbatchev, le dernier chef de l'URSS, a lui aussi mis en garde le monde, dans son texte adressé le 26 août à l'agence de presse russe Itar-Tass : «La situation provoquée par les événements dans le Caucase a déclenché des mécanismes politiques et militaires en Amérique, en Europe et en Russie. [.] Le danger d'une nouvelle scission est apparu et la menace d'un cataclysme mondial s'accroît.» Cette prise de conscience que l'Union a des ennemis - le mot est encore tabou - qui menacent ses intérêts ne peut que la contraindre à accélérer la mise en place d'une défense européenne, comme le souhaite la France, au moment où les Américains se sont largement désengagés du théâtre européen. Aujourd'hui, l'Union n'a ni les instruments théoriques ni les moyens militaires pour assurer sa propre défense et encore moins pour intervenir sur un théâtre extérieur autrement que pour faire du «maintien de la paix». Elle est un tigre de papier et Moscou se fait un plaisir de le lui faire sentir.

Le choix qui se pose désormais à l'Union est brutal : la soumission ou l'affirmation de sa puissance militaire. Il ne s'agit évidemment pas de prôner la guerre contre la Russie. Mais aujourd'hui, la diplomatie de l'Union n'a qu'une arme, l'élargissement, ce qui est totalement insuffisant. Pour être crédible, il faut disposer de moyens de puissance et donc être armé. Or ce passage d'une Europe puissance civile à une Europe puissance militaire ne peut se faire que si les citoyens européens admettent qu'il y a un «eux» et un «nous», un territoire commun et des valeurs à défendre face au reste du monde, autant de préalables indispensables à l'émergence d'une identité européenne et donc d'une Europe politique. En clair, la guerre ou plutôt la possibilité d'une guerre est la condition pour que l'Union s'affirme selon les mêmes mécanismes qui ont permis aux Etats-nations de se construire. De «l'Europe par la paix» à «l'Europe par l'épée», en quelque sorte.

Peter Van Ham, professeur néerlandais de sciences politiques au Collège d'Europe, fait justement le constat que «les limites de la campagne classique d'intégration ont été atteintes», comme le montrent les référendums négatifs en France, aux Pays-Bas et en Irlande (2).

Les citoyens ne croient plus au mythe fondateur européen, celui d'une construction communautaire dépassant les antagonismes des Etats-nations pour établir la paix et une «sphère de prospérité». Un «idéal idyllique» qui ne correspond pas à l'état du monde et qui «entrave la formation de l'identité européenne» : l'Union n'est pas perçue comme un territoire doté de frontières qu'il faut défendre. L'irruption de menaces immédiates change la donne. Un ensemble de 460 millions de personnes (7 % de la population mondiale) est mieux à même de résister à des superpuissances et de peser sur le cours du monde. Le réarmement de l'Europe est donc à la fois idéologique - passer d'une sphère de prospérité à une sphère d'influence -, mais aussi matériel. Peter Van Ham va plus loin : l'Union doit se montrer «méchante» et «collectionner les scalps» afin de se faire «respecter».

La guerre jouerait donc le rôle cristallisateur d'identité : déjà au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, l'Union avait identifié une série «d'ennemis», dessinant un monde «barbare» menaçant l'espace de paix kantien européen. Elle a donc déjà esquissé une «raison de nation» à la poursuite de l'intégration européenne, une raison «plus martiale et énergique». Vladimir Poutine, en réveillant les pulsions impériales de la Russie éternelle, va obliger les Européens à prendre plus rapidement leur destin en mains.

(1) Contrairement à l'Europe où les dépenses militaires ont chuté au profit du financement de l'Etat social (les fameux «dividendes de la paix»). (2) In Visions d'Europe, par Bronislaw Geremek et Robert Picht, éd. Odile Jacob, 2007.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 11:52

Les négationnistes de l’Holocauste peuvent-ils devenir de bons voisins ?

Laury B. Regan

 

Traduit par Gilles

 

La semaine dernière, j’ai lu avec mon fils le livre Nuit d’Elie Wiesel. M. Wiesel est un survivant de l’Holocauste et raconte son expérience en tant qu’adolescent juif dans les camps de concentration d’Auschwitz et de Buchenwald. La nature inquiétante de la dure réalité de M. Wiesel est une lecture difficile pour un enfant de 13 ans, mais je suis heureuse que mon fils ait connu cette œuvre.

L’instant n’aurait pas pu mieux tomber. Le Président Obama venant de rencontrer le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu pour parler de la paix au Moyen-Orient et de la survie ultime de l’Etat juif d’Israël.

Quelle est mon inquiétude depuis l’élection d’Obama et sa sensibilité pour l’Iran ainsi que pour le monde musulman et son dédain pour Israël ! La façon de penser apparemment antisémite de l’administration Obama fait qu’elle estime possible de résoudre le conflit du Moyen-Orient par la main d’un homme qui veut anéantir Israël et qui nie l’existence de l’Holocauste. Voici ce que croient Obama et ses conseillers malgré les échecs des efforts diplomatiques des dernières présidences et de l’Union européenne avant son arrivée comme vedette sur la scène internationale.

Obama a clairement dit à Israël que toute coopération dans sa protection contre l’empire du Mal que représente la république islamique d’Iran est subordonnée à la condition de céder des terres aux palestiniens … afin de créer un nouveau territoire terroriste à ses frontières (apparemment les 22 états arabes qui entourent Israël ne suffisent pas, il en faut un de plus ?)

Il est fort probable que le Hamas, l’un des multiples bras armés de l’Iran, jouera un rôle dans le futur gouvernement de l’Etat palestinien. (Les Etats-Unis forment les forces armées palestiniennes pendant que l’autorité palestinienne et le Hamas négocient), mais cela ne semble pas concerner Obama.

Obama, tout comme ses prédécesseurs Clinton et Carter, ne semble concerné que par sa place dans les livres d’histoire, même si cela signifie de jeter Israël à l’eau,      ( peut-être pouvons-nous appeler cela la « malédiction de la nouvelle voie démocrate »). Après sa rencontre avec Netanyahu, Obama a décaré :

« J’ai suggérer au Premier Ministre qu’il a (sic) une occasion historique pour obtenir (sic) une forte avancée sur ce dossier au cours de son mandat. Cela signifie que les parties impliquées doivent prendre au sérieux les obligations déjà convenues. »

Ce que Obama n’a pas compris c’est que Netanyahu ne vise pas sa place dans l‘histoire. Le travail de Netanyahu est de protéger l’avenir d’Israël et donc du peuple Juif (et de ses descendants) qui immigra après avoir survécu à la tyrannie génocidaire du régime nazi et à l’antisémitisme européen.

Les Juifs du monde entier n’ont qu’un seul lieu dans le monde où ils sont bienvenus et c’est Israël. Alors que les Juifs américains et européens peuvent se sentir en sécurité dans leur maison, ils sont de nouveau confrontés aux cris tels que « retournez aux fours », « Hitler n’a pas fini le travail », et « Hamas, Hamas, du gaz pour les Juifs ».

En sus des manifestations antisémites du monde entier, ce que je vois de plus épouvantable est la négation de l’Holocauste. Et à l’avant-garde de la négation de ces atrocités se trouvent les nouveaux amis musulmans d’Obama, ceux du Moyen-Orient. Mahmoud Ahmadinejad l’iranien et les palestiniens sont les amis qu’Obama a liés en paquet cadeau et remis à Israël avec l’ultimatum d’accepter ses conditions.

Dans quel monde vit Obama pour penser qu’il est possible de faire la paix avec un dictateur qui ignore ouvertement le génocide nazi de la seconde Guerre Mondiale et qualifie l’Holocauste de mythe ? Ce que l’administration d’Obama attend des israéliens est de négocier un règlement pacifique alors qu’une étude récente a montré que 40% des arabes vivant en Israël pensent que l’Holocauste ne s’est jamais produit et que seulement 41% reconnaissent à Israël le droit d’exister en tant qu’Etat juif démocratique ?

Avec qui Obama demande au gouvernement israélien de négocier ? Avec le Hamas qui contrôle actuellement Gaza et dont la Charte précise :

« Israël existe et continuera d’exister jusqu'à ce que l’islam l’efface comme il a effacé les autres avant lui … Il n’existe d’autres solutions pour la question palestinienne que le jihad. Les initiatives, les propositions et les conférences internationales ne sont qu’un gaspillage de temps et d’efforts vains. »

Peut-être qu’Obama pense dans ce mythe que le Fatah, qui contrôle la Judée Samarie, est plus raisonnable malgré sa Constitution qui réclame d’éradiquer l’existence sioniste tant économiquement que politiquement, militairement et culturellement : « cette lutte ne cessera que lorsque l‘Etat sioniste sera anéanti et la Palestine totalement libérée ».

Tout comme les déclarations d’Ahmadihejad portent sur la négation de l’Holocauste et la création d’un état palestinien, Obama prétend que la question n’est pas de savoir si l’Iran a atteint une capacité nucléaire capable de détruire Israël mais de savoir si les palestiniens auront un état. Ils sont comme deux pois dans une même gousse. Mais est-ce que les Israéliens ont droit à une patrie sûre ? Un récent sondage indique que 23% des Israéliens envisageraient de quitter leur pays si l’Iran parvenait à développer des armes nucléaires.

Obama et ses conseillers n’ont-ils donc jamais entendu la phrase : « plus jamais çà ! »

Etaient-ils trop occupés à leurs petites affaires ou à leurs relations avec des terroristes le jour où leurs professeurs ont diffusé des films relatant la libération des camps de concentration nazis ? Comment l’administration d’Obama peut-elle envisager qu’un règlement pacifique puisse aboutir par des négociations avec des gens qui ne reconnaissent pas Israël comme un Etat juif et qui continuent de proclamer la nullité de l’existence d’Israël ?

Il existe un débat au sein des critiques sur la façon d’administrer d’Obama en ce qui concerne la mise en œuvre de sa politique. Certains pensent qu’il est naïf et sa politique est basée plus sur l’espoir que sur la réalité, un peu comme l’application d’une théorie dans un environnement contrôlé. D’autres prétendent qu’Obama est simplement arrogant, imposant son point de vue sur le pays et sur le monde sur l’hypothèse qu’il détient un manat et que la Constitution lui permettrait de gouverner comme il l’entend.

Mais il est aussi possible qu’Obama sache exactement ce qu’il fait et agisse d’une manière ni naïve ni arrogante mais simplement avec sa nature dictatoriale. Bien que je ne sois pas d’une nature conspirationiste, le seul fait qu’Obama ait tenu une relation de plus de 20 ans avec un pasteur qui dénonce continuellement Israël et met le doute sur les attentats du 9/11 rend la question de l’estime d’Obama envers Israël hors de propos. Il, le grand Messie, apportera enfin la paix au Moyen-Orient ! Obama ne montre aucune reconnaissance pour les 78% de Juifs américains qui ont voté pour lui. Il ne montre aucun respect pour le plus grand allié et ami de l’Amérique au Moyen-Orient. De plus, il s’est courbé devant le roi saoudien, a téléphoné au leader palestinien pour le remercier de son soutien et a dialogué vers les mollahs iraniens.

Dans quel but ? Obama continue d’imposer une solution à deux Etats à un pays constamment assiégé par ses voisins. Va-t-il pousser pour la solution « finale » proposée par les arabes qui exigent le droit de retour pour des millions de palestiniens détruisant ainsi la patrie juive avant que l’Iran ne termine son programme nucléaire ?

Que fait que cet homme, le leader du monde libre, pense que des individus remplis de haine à l’encontre les Juifs, tout autant que les nazis ayant perpétré l’Holocauste deviendront soudainement de bons voisins et apporteront la paix dans une région qui historiquement n’est qu’instabilité et violence ? Est-ce la naïveté ? Est-ce l’arrogance ?

Ou simplement un ordinaire mépris antisémite pour le peuple juif et son unique refuge dans le monde ?

Quelle qu’en soit la raison, elle n’augure rien de bon pour Israël.

 

Lauri B. Regan est avocat dans un cabinet de New-York.

Copyright Americanthinker.com

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 09:11
Le Kremlin dans le collimateur d’Avigdor Lieberman
Par Yvan Eisenbach pour Guysen International News
Dimanche 31 mai 2009 à 19:58

Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman est en déplacement à Moscou, ce lundi 1er juin. Il doit rencontrer le président russe Dimitri Medvedev, le Premier ministre Vladimir Poutine et son homologue russe Sergueï Lavrov. Cette visite a pour objet le programme nucléaire iranien, ainsi que les efforts de paix dans la région. Il s’agit de la première visite du leader russophone d’ « Israël Beitenou » en Russie depuis sa prise de fonction le 31 mars dernier. Les discussions devraient être franches. La Russie avance ses pions dans la région, et ses relations avec l’Iran, la Syrie et le Hamas irritent les Israéliens.

Avigdor Lieberman avait exprimé son mécontentement la semaine passée à propos de la rencontre le 23 mai dernier à Damas entre Sergueï Lavrov et Khaled Mechaal, le chef politique du Hamas en exil. Le diplomate russe avait même déclaré être « certain qu’il est nécessaire » de maintenir des contacts avec l’organisation terroriste au pouvoir dans bande de Gaza. La Russie est aujourd’hui le seul membre du Quartet pour la paix au Proche-Orient (ONU, l’UE, USA et Russie) qui ne boycotte pas le Hamas.

Sergueï Lavrov se trouvait en Syrie pour une réunion des ministres des Affaires étrangères organisée par l’Organisation de la Conférence Islamique, visite au cours de laquelle il a rencontré de nombreux officiels syriens. Le ministère des Affaires étrangères avait fait savoir deux jours auparavant que Moscou « s’efforce de renforcer et de développer le dialogue politique ainsi que la coopération mutuelle avec la Syrie ».
 
Le mécontentement israélien a pour toutefois pour motif principal les relations entre l’Iran d’Ahmadinejad et la Russie, qui souffle tantôt le chaud, tantôt le froid. D’un côté, la Russie s’oppose à toute nucléarisation militaire de l’Iran, et de l’autre, ses liens rapprochés avec le régime des Mollahs vont dans le sens opposé des efforts déployés par la communauté internationale. Israël souhaite vivement que Moscou opte pour une autre politique à l’égard de l’Iran, et que la Russie utilise le levier économique pour infléchir les ambitions de Téhéran.
 
Rappelons en effet que la Russie participe à la construction de la centrale nucléaire de Bushehr, dont la mise en service est prévue cet été ; elle avait été inaugurée en Iran au mois de février dernier, en présence de Sergueï Kirienko, le chef de l’Agence fédérale russe de l’énergie atomique... Rappelons aussi qu’entre 2006 et 2007, la Russie a vendu à l’Iran un millier de systèmes sol-air Tor-M1. Une polémique a même éclaté récemment à propos de la livraison par la Russie de systèmes antiaériens S-300. L’information avait été révélée par des officiels iraniens, et niée en bloc par le Kremlin.
 
Adepte du double langage, la Russie est devenue maître dans l’art de passer des marchés plus que douteux. Au mois de décembre 2008, le directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique, Alexandre Fomine, avait résumé en une seule phrase la nature des relations avec l'Iran : « La coopération militaire russo-iranienne a une influence positive sur la stabilité dans cette région ».
 
Pour la Russie, ce n’est pas l’Iran, soutien actif du Hezbollah et du Hamas, qui déstabilise la région, ce sont plutôt les sunnites qui menacent l’équilibre au Moyen Orient... Moscou garde d’ailleurs un âpre souvenir des combats en Afghanistan dans les années 1980 ; pénible mémoire d’une guerre déclenchée pour contrer l’expansion de l’islam radical en Asie centrale, région alors sous la coupe du Kremlin.
 
Depuis, l’Afghanistan, les Talibans et Al-Qaïda n'ont pas desservi les relations entre l’Iran chiite et à la Russie, toujours désireuse d’avancer ses pions et de recouvrer son influence d’antan dans la région.
 
L’Iran et le Hezbollah empiètent pourtant sur ce que Moscou considère come sa « zone d’influence » naturelle, dans le Caucase notamment. C’est du moins ce qu’a révélé le « Los Angeles Times », précisant que le régime des Mollahs et les terroristes chiites libanais étaient les instigateurs de l'attentat avorté contre l'ambassade israélienne de Bakou en Azerbaïdjan l’an passé. Les commanditaires avaient projeté de faire exploser trois ou quatre voitures piégées devant l'ambassade et de kidnapper l'ambassadeur israélien en poste. L’attaque avait été déjouée par les forces de sécurité d'Azerbaïdjan.
 
Israël n’est pas absent de la région non plus. En septembre 2008, l'Etat juif et la République d'Azerbaïdjan avaient signé un contrat d'armement de plusieurs centaines de millions de dollars. Selon cet accord, signé par le ministère de la Défense israélien et le gouvernement de la République caucasienne frontalière de l’Iran, l'Etat hébreu s'engage à lui fournir des munitions, des mortiers et des moyens de communication.

Quelques mois auparavant, Israël avait déjà signé un accord similaire avec le Kazakhstan, République d’Asie centrale et ancien pays satellite de l’Union soviétique. Par ailleurs, Israël et l’Azerbaïdjan avaient également lancé une coopération dans le domaine des services secrets et des renseignements. Le président de l'Azerbaïdjan avait déclaré vouloir renforcer ses liens avec Israël, dans le but de se prémunir contre « la menace iranienne ».
Partager cet article
Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 17:32
Jstret et IDI : Deux think-tank à l’humanisme exacerbé et au multiculturalisme effréné, Albert Soued
Article important et éclairant. A faire circuler largement. (Menahem Macina).

Imprimer    Envoyer à un ami 

31/05/09


Les deux principaux pôles du judaïsme, aux Etats-Unis et en Israël, sont de même dimension, mais ils évoluent différemment. Deux organismes se sont distingués récemment, l'un aux Etats-Unis, JStreet, l'autre en Israël, l'IDI, mais rien ne les relie, si ce n'est qu'ils ont été créés par des Juifs bien pensants et qu'ils sont financés, l'un comme l'autre, en grande partie, par des Américains qui votent "démocrate".

JStreet prétend être le reflet du Juif américain de la rue, dans son désir d'aider l'Etat d'Israël, et revendique déjà une liste de contacts de 100 000 personnes (1). Cette ONG, qui se veut populaire, a pour but de concurrencer, plutôt que d'aider, le lobby pro-israélien auprès du Congrès américain, l'AIPAC, association qui compte 100 000 membres (2).

JStreet a été créée récemment par Jeremy Ben Ami, fils de Yitshaq Ben Ami, militant de l'Irgoun, qui avait acheté l'Altalena pour acheminer les réfugiés juifs de la Shoah vers l'Etat d'Israël naissant. Ce militant était à bord du navire, au large de Tel Aviv, en 1948, quand Yitsh'aq Rabin reçut l'ordre de le bombarder, causant des dizaines de morts.

Se disant pourtant sioniste et pro-israélien, son fils Jeremy Ben Ami, qui est Américain, regrette que le conflit "Plomb [fondu]" ait éclaté à Gaza. Selon lui, il aurait pu être évité si les passages humanitaires avaient été autorisés entre Gaza et Israël. Sa préoccupation est qu'Israël répare au plus vite les "injustices" commises vis-à-vis des Palestiniens, et il suggère d'oublier les récriminations mutuelles passées, afin de parvenir à une paix rapide. Oubliant le sort réservé aux 900 000 Juifs chassés des pays arabes - qui sont tous devenus, à une ou deux exceptions près, "judenrein" -, Mr Ben Ami semble être frappé d'une amnésie asymétrique, ce qui est étonnant de la part du directeur d'une organisation qui se dit puissante et responsable. Il oublie aussi les 60 ans de guerres ouvertes, ou de guerres d'usure sauvage, infligées à Israël par ses voisins arabes, directement ou par milices interposées. Pour Jeremy Ben Ami, c'est à Israël de faire des concessions pour obtenir la paix… une fois pour toutes. Pour lui, l'existence d'Israël serait menacée, à terme, si ce pays continuait à vivre sans frontières reconnues, et il faudrait que "l'ami américain" le contraigne à une solution territoriale définitive (3).

Il faut savoir qu'aujourd'hui, seuls 7% de Juifs américains s'intéressent au sort d'Israël et que Jeremy ben Ami est dans l'état d'esprit d'une majorité de juifs américains qui, à 80%, ont voté démocrate et sont en faveur de Barak Obama. En outre, Ben Ami accuse Israël d'être la cause du désintérêt des Juifs américains pour le judaïsme (4).


L'Institut d'Israël pour la démocratie  ou IDI (Israel Democratic Institute) est une association privée, créée il y a 19 ans par Arik Carmon, historien, homme entreprenant et charismatique. Elle est financée, entre autres, par de riches démocrates américains (5). Cet Institut a pour but de développer des études et des actions afin de favoriser la démocratie. Il a été notamment chargé par le gouvernement d'élaborer une Constitution pour l'Etat d'Israël. En effet, sans Constitution, Israël se contente jusqu'à aujourd'hui de lois anglaises datant de l’époque du mandat [britannique], ou de lois votées par la Knesset pour pallier ce manque.

L'IDI a un budget de 5 à 6 millions de dollars, ce qui est énorme pour un pays de 7,5 millions d'habitants. Interrogé sur l'ampleur de ses émoluments, soit 120 000 sheqels (30 000 dollars) par mois, son directeur répond : "l'excellence se paie". Mais comment se fait-il qu'on ait chargé un institut privé, financé par l'étranger, d'élaborer la Constitution du pays ? Au demeurant, la Constitution élaborée a peu de chances d'être approuvée par la Knesset et, de ce fait, elle ne lui a pas été présentée. En effet, le consensus obtenu par l'IDI lors des consultations ne prévoit pas qu'Israël soit un Etat Juif (6).

Pourtant l'IDI vient d'obtenir une haute distinction de l'Etat, le prix d'Israël, parmi une dizaine de récipiendaires, et ceci malgré les réticences de certains ; lorsqu'il lui a donné sa médaille, Benyamin Netanyahou a félicité Mr Carmon du bout des lèvres... En fait, une grande partie du jury de ce Prix est constituée d'anciens collaborateurs de l'IDI, qui apparaît de plus en plus comme un "think tank" issu de l'élite laïque et de la "gauche caviar" israélienne (7). L'IDI cherche à pérenniser des idées qui ont 60 ans d'âge, un mélange de libéralisme et d'humanisme aussi exacerbés qu'éculés, et un universalisme aussi effréné qu'incompris (8).

Au-delà de [son activité de] "think tank", l'IDI est un lobby de fait, qui cherche à contrecarrer l’évolution socio-politique constatée dans le pays depuis une vingtaine d’années, du fait de la progression de la religion, de la natalité et des idées de droite.

 

Le JStreet aux Etats-Unis et l'IDI en Israël vont dans le sens des "démocrates" américains et européens, qui aspirent à la paix à tout prix et veulent éviter la confrontation avec la rue arabe radicalisée. Alors que l'IDI va à contre courant d'une opinion israélienne qui a évolué du fait de la démographie (plus de naissances religieuses, immigration russe plus nationaliste et moins universaliste….), et des expériences douloureuses des concessions unilatérales [consenties par Israël] tant au sud Liban qu'à Gaza, JStreet est en phase avec la rue juive qui se déjudaïse et qui pourrait accepter l'idée d'une confrontation avec la société israélienne, suggérée par la nouvelle administration américaine.

De notre point de vue, cette dynamique "perte d'identité-déjudaïsation-antisionisme" décelable dans de nombreuses associations juives américaines et israéliennes, favorables à "la paix à tout prix" et proches du pouvoir américain, risque d'être plus explosive que l'arme en préparation par les mollahs perses.


© Albert Soued


-----------------------------

Notes


(1) Le nom JStreet serait une allusion non seulement à JewStreet, Juif de la rue, mais aussi à une rue de la capitale qui n'existerait pas, la suite des rues passant directement de la rue I à la rue K. Ben Ami aurait donc créé une organisation qui manquait au  judaïsme américain.

(2) L'AIPAC, ou "American Israel Public Affaires Committee", réunit chaque année une "Conférence des présidents des organisations juives américaines", organe représentatif de 5 à 6 500 membres, puisqu'il regroupe des dirigeants juifs élus. L'AIPAC a été diffamée pendant plusieurs années, le FBI ayant piégé deux de ses fonctionnaires dans une fausse affaire d'espionnage au profit d'Israël. Subissant depuis longtemps l'influence arabe à travers des subsides pétroliers, certains membres du FBI ont voulu limiter l'influence du lobby juif. Les 2 membres de l'AIPAC ont été récemment blanchis.

(3) On est sidéré par la naïveté de certains Américains qui veulent appliquer des idéologies humanistes et la démocratie à un Moyen Orient qui se radicalise de plus en plus et qui n'est pas prêt à les comprendre.

(4) Le désintérêt des Juifs américains non seulement vis-à-vis d'Israël, mais aussi du judaïsme, est la conséquence d'une assimilation, accélérée par les mariages mixtes et la sécularisation, lente mais importante, de la société américaine en général, qui a gagné 10 points en dix ans, les citoyens déclarant n'appartenir à aucune religion passant de 25% à 35%. A titre d'exemple, un professeur juif de sociologie de l'Université de Californie, William Robinson, a envoyé un mail à 80 étudiants de son cours "sociologie de la globalisation", avec comme titre "Parallèle entre Israéliens et nazis" ; il compare Gaza à un camp de concentration où un lent génocide aurait lieu (!), juxtaposant des photos de cadavres de gamins…

(5) On parle du milliardaire Soros, par exemple, dont on connaît "la sympathie" vis-à-vis d'Israël. L'IDI organise des séminaires, des colloques et des groupes de débat à l'intention des organes de l'Etat et des sociétés nationales. L'IDI publie aussi une revue de prestige "Seventh eye", ou "le 7ème œil", organe des médias israéliens.

(6) Dans ce projet de Constitution, où la judéité de l'Etat n'est pas mentionnée pour ne pas froisser les sentiments de 20% d'Arabes [israéliens], quatre sujets sont néanmoins écartés du texte élaboré : mariage et divorce, conversion, le shabbat et la cashrout.

(7) On dit que tous ceux qui comptent à l'Université Bar Ilan émargent sur la feuille de paie de l'IDI !

(8) Poussé trop loin par certains acteurs de la société israélienne, le multiculturalisme devient ridicule, voire néfaste. Exemple récent: un programme de "danse soufi". Le soufisme fut, en son temps, un courant ésotérique de l'islam, tolérant et ouvert. Persécuté et pourchassé par l'islam radical depuis un demi-siècle, ce soufisme semble être rentré dans le rang, perdant son originalité et ne conservant qu'un aspect folklorique. Une salle de concert du plein centre de Tel Aviv a présenté un spectacle de danse et de chants soi-disant soufis, mis en scène par une américaine convertie à l'islam "H'aja Khadija". Celle-ci en a profité pour infliger aux spectateurs abasourdis un muezzin venu prier et entonner des chants religieux qui ne ressemblent en rien aux incantations soufies, exaltant les prophètes Mohammed et Jésus. Ajoutez à cela les agents du prosélytisme venus distribuer à de pauvres Israéliens ayant perdu leurs repères, des tee-shirts et de la littérature à la gloire de ces deux prophètes.


------------------------


Sources:

Yitzhaq Klein, "The strange case of the Israel Democracy Institute",  The Jerusalem Post, 27/04/09.

"Studying the system's shortcomings", interview d'Arik Carmon par Ruthie Blum Leibovitz, The Jerusalem Post, 08/05/09.

David J Forman, "JStreet must not go in the wrong direction", The Jerusalem Post, 07/05/09.

"Israel's rights… and wrongs" interview de Jeremy Ben Ami par Ruthie Blum Leibovitz, The Jerusalem Post, 29/04/09.

 

[Cet article n’est pas encore en ligne sur le site de A. Soued. J’en dois le texte à Matsada – Infos, que je remercie. J’ai mis en forme les références aux sources et ajouté les liens. M. Macina]

 

© Nuit d’Orient

 

Mis en ligne le 31 mai 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis