Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 22:26

French Madoff investor found dead in NY office

Published:  12.23.08, 23:09 / Israel News

A French executive who invested money with accused swindler Bernard Madoff was found dead Tuesday after committing suicide.

 

Thierry Magon de la Villehuchet, 65, a co-founder of money manager Access International, was found dead on the 22nd floor of a New York City office building, officials said. (Reuters)



How Madoff Did It
 
By Alyssa A. Lappen
FrontPageMagazine.com | Tuesday, December 23, 2008

 

“The fool is obstinate, and doubteth not; he knoweth all things but his own ignorance.”

--- Akhenaten (d. 1336 BCE)


No doubt, 16th century British writer Thomas Tusser (“A fool and his money are soon parted”) and 19th century showman P.T. Barnum (“There's a sucker born every minute”) would have recognized them among an ever-rising number of glamorous clients victimized by the decades-long alleged Ponzi scam of former hedge fund manager and NASDAQ chairman Bernard Madoff. Some $50 billion evaporated, a figure also likely to grow in what may be remembered as the greatest investment fraud of all time.

Madoff is now on a collateral-secured $10 million bond, confined to his $7 million New York apartment with an electronic monitor and 24 hour daily curfew. Death threats reportedly assail the former hedge fund manager.

But the biggest fools may be at the U.S. Securities and Exchange Commission (SEC), which failed to properly police the U.S. financial markets. The Securities and Exchange Act of 1934 established rules to prevent such fraud. Observed William O. Douglas, SEC Chairman from 1937 to 1939 and later a Supreme Court Justice, “without an SEC 'shotgun in the closet,' there was little incentive for an industry self-regulatory organization [SRO] to perform the unpleasant task of disciplinarian.”

The SEC long ago shelved its shotgun, too often letting financial villains escape with little or no punishment. University of Texas law professor Robert Prentice in 2002 cataloged a long history of abuses showing the need for stringent federal securities industry oversight.

Madoff was but one more case, albeit a giant one. He “kept several sets of books and false documents, and provided false information involving his advisory activities to investors and to regulators,” said SEC chairman Christopher Cox, admitting concern over possible SEC corruption. In 2007, Madoff's niece and compliance attorney, Shana Madoff, married former SEC attorney and inspections officer Eric Swanson, who left the commission in 2006.

Over the years, plenty of fingers pointed at Madoff. The SEC could have collected sufficient evidence to lower the boom. It was certainly available.

As long ago as 1991, according to my former colleague Jack Willoughby, “the SEC charged two Florida accountants with raising $440 million in unregistered investment pools run by an unnamed broker who ultimately turned out to be Madoff. The funds were shut down.” Madoff, though, kept operating.

In 2000, a Boston securities trader and army reservist in intelligence and unconventional warfare, Harry Markopolos, alerted the SEC to his suspicions. Madoff attributed his investment prowess to buying and selling options on 30-to-35 stocks in the Standard & Poor's 100 index, while also owning those same stocks. However Markopolos concluded, given the sums Madoff claimed to manage, there were simply too few S&P 100 options then available to yield his purported 12 percent annual returns.

After a colleague returned also questioned those results, Markopolos tested his thesis. The Boston trader attempted but failed to duplicate Madoff's results, even using Madoff's supposed market-neutral, “collar” or “split-strike conversion,” methodology. So, Markopolos bought Standard & Poor's 100 Index puts (the rights to sell specific stock at a certain price on a set date) and sold out-of-the-money calls (the rights to buy stock at set, higher-than-market price on a certain date) for the blue-chip stocks he also owned. The idea was to limit gains on a stock while preventing steep share price declines, thus producing good returns regardless of the market environment. No dice. The strategy did not work as Madoff claimed.

Markopolos then consulted Boston financial mathematician Daniel DiBartolomeo. He confirmed that Madoff's strategy could literally not achieve his purported results. Markopolos and DiBartolomeo were not alone. In 2001, Barron's reported that Madoff competitors, and some former investors had also likewise determined the strategy did not compute. They speculated that, as a trader, Madoff probably profited by “front-running” his customers – buying stocks before them, at lower prices, and quickly selling at slight markups. Any “seasoned hedge-fund investor knows the split-strike conversion is not the whole story,” one former Madoff investor told Barron's. “To take it at face value is a bit naïve.”

Also in 2001, the London-based MAR Hedge Fund Report questioned the ability of Madoff's “feeder,” Fairfield Sentry and Tremont Advisor funds, “to provide such smooth returns with so little volatility.” One mutual fund with a similar method had since 1978 “experienced far greater volatility and lower returns during the same period.” It looked especially fishy, since Madoff Securities claimed to take no management fees, but to profit only from incentive fees off returns.

Meanwhile, Madoff not only managed the funds. His firm also executed commission-generating trades, and even cleared them – a clear conflict of interest. MAR cited over 15 traders, options strategists and hedge fund managers, wondering aloud why no one could match him. Former investors also disliked his secrecy, demands for asset custody and clearing, and his inability to explain specific results.

Increasingly suspicious of fraud, Markopolos continued pursuing his quarry more zealously. On Nov. 7, 2005, “under section 21A(e) of the 1934 Act” prohibiting front-running customer orders, he filed a 19-page memo entitled “The world's largest hedge fund is a fraud.” Based on mathematical calculations concerning options and derivatives, and statements from Madoff investors, Markopolos argued that Madoff ran a Ponzi scheme. He also noted that the fund was not organized as a hedge fund, but acted and traded like one, allowing third party fund of funds “to private label hedge funds” that in turn provided his broker-dealer and Electronic Communications Network (ECN) “with equity tranch funding.”

Thanks,” the SEC New York branch chief replied the same day. Whatever later transpired, Madoff continued operating.

In 2006, another warning came in. The SEC interviewed Madoff as well as former SEC official Jeffrey Tucker, who had then ran Madoff's Fairfield Sentry “feeder” fund. The SEC concluded Fairfield Sentry “hadn't properly disclosed to investors” Madoff's direct control over its investments. Madoff registered, but kept operating.

Meanwhile, the SEC had foundered for decades as it empowered the financial industry to police itself through self-regulatory organizations (SRO) like the Washington, D.C.-based Financial Industry Regulatory Authority (FINRA). In 1977, the SEC blessed the creation of the Securities Industry Conference on Arbitration (SICA), a group of SROs, the Securities Industry Association and “public members” to create a Uniform Code of Arbitration (UCA).

Had SEC officials considered more carefully, they might have noted the folly of trusting financial bodies and commercial institutions to protect investors while also governing themselves. Alas, the 1980s UCA code required U.S. investors, securities brokers, and their staff to accept, in advance, involuntary contracts requiring all future securities-related disputes to be resolved via binding arbitration. Even the Supreme Court played a critical role: It ratified these measures, in 1987, 1989, and 1991 decisions, mandating that even securities-related racketeering [1] charges be processed through binding arbitration.

A large percentage of those whom Madoff “exploited” were prominent Jewish community leaders and organizations, including film-maker Steven Spielberg, humanist and Holocaust survivor Elie Wiesel. publisher Mort Zuckerman. New Jersey Senator Frank Lautenberg, Hadassah, New York's Yeshiva University. Hadassah, which runs Jerusalem's world-famous Hadassah Hospital, lost $90 million, nearly a fifth of its $500 million endowment.

On Manhattan's Upper East Side, Fifth Avenue Synagogue members, including synagogue chairman Ira Rennert, lost some $2 billion. That community is particular devastated since synagogue president J. Ezra Merkin's investment firm had introduced many clients to Madoff. Merkin's Ascot Partners lost some $1.8 billion in the fraud. Former L.F. Rothschild banker and the onetime mayor of Fort Lee, N.J., Burt Ross, also reportedly lost $5 million, virtually all of his personal financial assets.

The massive declines have now also begun to compromise FBI counter terror investigations, as the agency is forced to shift federal agents to the Madoff case, to determine how such a vast fraud escaped notice for so long.

Meanwhile, lobbyists and politicians reportedly received some $400,000 in Madoff donations over the years.

The biggest fool may have been Madoff, who inadvertently destroyed himself.

But besides his investors, the SEC and the Courts were also made to look like fools. Swift justice.

NOTES

[1] Stephan Landsman, “ADR and the cost of compulsion; The Civil Trial: Adaptation and Alternatives,” Stanford Law Review, No. 5, Vol. 57, Apr. 1, 2005, Pg. 1593.


Alyssa A. Lappen is a former Senior Fellow of the American Center for Democracy, former Senior Editor of Institutional Investor, Working Woman and Corporate Finance, and former Associate Editor of Forbes. Her website is www.AlyssaaLappen.org.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 10:09

RIA Novosti

lundi 22 décembre 2008, sélectionné par Spyworld
logo

Plus de 400 personnes ont péri dans les rangs des forces armées russes depuis le début de l’année 2008, soit autant que l’année dernière, rapporte lundi le ministère russe de la Défense.

En novembre 2008, en raison de crimes et d’incidents, 34 militaires sont décédés. Au total, depuis début 2008, 427 personnes ont trouvé la mort dans les forces armées russes, stipule le communiqué de presse, diffusé par le site du ministère.

Selon les données des autorités, en 2007, 442 militaires avaient péri.

Les pertes survenues pendant les combats et à cause de maladies ne sont pas recensées dans cette liste. Plus de la moitié des personnes disparues, 215 militaires, se sont suicidées en 2008.


En novembre, les forces armées de Russie ont recensé 1.787 crimes et incidents, 15.390 crimes ont été enregistrés depuis le débit de l’année, indique le ministère russe de la Défense

.

URL de la source : http://fr.rian.ru/russia/20081222/119088135.html
La moitié des tests du Bulava, nouveau missile stratégique, ont échoué, dont le dernier en date, depuis le Dmitri Doutskoï, ce mardi. Ou la roulette russe de la balle dans le pied (ou dans la tête, ça dépend)
Report: Russian strategic missile test fails

 

Published:  12.23.08, 10:10 / Israel News

A test launch of Russia's new submarine-based missile Bulava has failed, Interfax news agency said on Tuesday, quoting a source in the military-industrial complex.

 

Russia plans next year to equip some of its nuclear-powered submarines with Bulava, capable of carrying up to 10 warheads to the distances of up to 8,000 km (5,000 miles). However, about half of the test launches have failed. The source told Interfax that Bulava deviated from its course soon after being launched from the Dmitry Donskoi submarine, which belongs to the Northern Fleet based in the Arctic port of Severomorsk. (Reuters)



Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 15:54

Peut-on éviter Madoff ?

Un scandale spectaculaire à 50 milliards de dollars. Et une bonne dose d’incurie, de la SEC américaine et des professionnels. 

 

http://www.morningstar.fr/news/commentary.asp?articleid=77078&validfrom=2008-12-19%2009:02:00&

Comment cette arnaque a-t-elle pu prendre une telle ampleur alors que de l’aveu de la SEC "des allégations crédibles et circonstanciées concernant les pratiques fautives de Mr Madoff, remontant au moins à 1999, ont été à plusieurs reprise portées à l’attention du personnel de la SEC" selon un communiqué de son patron, Christopher Cox, publié mardi dernier ?

C’est une des nombreuses questions sur lesquelles cette affaire oblige à se pencher. Pour le reste l’essentiel, ou presque, a été dit. Bernard Madoff affiche tous les gages de l’honorabilité : ancien président du Nasdaq, la bourse américaine des valeurs technologiques, généreux donateur à des œuvres caritatives, honorablement connu à près de 70 ans dans le monde de la finance internationale, une longue expérience des marchés et un "track record" impressionnant. Bref avec sa chevelure de vieux lion, son air souple et son personnage de Juif new yorkais à la Woody Allen, Bernie Madoff avait tout pour séduire et inspirer confiance…

Finance romanesque

Et c’est bien d’une histoire de séduction et de confiance dont il est question dans cette exercice de cavalerie pyramidale : pendant des années Madoff a collecté des sommes colossales (environ 50 milliards de dollars selon le plainte de la SEC déposé le 11 décembre) en payant aux investisseurs un rendement substantiel quelques soient les conditions de marché.

En réalité, Madoff payait le rendement en prélevant sur le capital qui lui était confié. Comme il payait régulièrement, les capitaux ont fini par affluer, les sommes déposées par les nouveaux investisseurs permettant de répondre aux demandes remboursement des plus anciens. Tout serait allé pour le mieux dans le meilleur des mondes si le volume des retraits n’était tout d’un coup devenu trop important : 7 milliards de dollars à sortir en quelques jours.

Ne pouvant faire face à cet afflux de demandes de remboursement Bernard Madoff est alors obligé de jeter le masque. C’est ce que décrit par le détail la plainte du 11 décembre qui se lit véritablement comme un roman, en particulier les points de 1 à 24

On y apprend pourquoi le financier a commencé à lâcher le morceau début décembre à un collaborateur ; le détail de la réunion qui a eu lieu à son appartement où il avoue à 2 cadres qu’il est à la tête d’une vaste arnaque ; comment il envisageait avant de se dénoncer de verser par avance leur bonus à ses employés et de rembourser amis proches et membres de sa famille sur les 200 à 300 millions de dollars restant en caisse.

Quis custodiet ipsos custodes ?

Pour spectaculaire que soit l’affaire Madoff, elle n’est en tant que telle que vaste pantalonnade. Souvenons-nous qu’au début des années 2000 nous avons connu des arnaques d’une toute autre ampleur et autrement institutionnalisées, comme par exemple l’effondrement du courtier en énergie Enron ou encore Parmalat où étaient impliqués la direction de ses entreprises, mais aussi les cabinets d’audit, dont Andersen qui disparu purement et simplement à cette occasion.

On se souvient aussi de l’affaire Vivendi / Salustro-Reydel, le premier tentant de faire avaliser par le second, son commissaire aux comptes, des traitements comptables douteux. Opération qui avait entre autre eu pour effet la mise sur la touche du directeur de la doctrine (le gardien de la Loi en quelque sorte) du cabinet d’audit.

On était alors dans le cas relativement clair de structures de contrôle qui n’ont pas rempli leurs missions. Avec l'affaire Madoff, on est un peu plus dans une zone grise.

Certes l’homme est un voleur. Mais on reste surtout abasourdi par la crédulité des investisseurs qui lui ont fait confiance. Dans le cas des particuliers, leur naïveté peut être compréhensible ; mais que penser des professionnels, banquiers, conseillers financiers et gérants de fonds, qui ont suivi Madoff ?

Chers Hedge Funds

UBP (Union Bancaire Suisse) explique dans un courrier confidentiel à ses clients qu’il a fait pour le mieux. La banque estime en effet que ses "analystes ont passé un temps important à comprendre et suivre la stratégie et le gérant [Madoff]"

On y apprend comment les fonds de fonds maison, comme UBP Multi-Strategy Alpha, Dinvest-Total Return ou encore TrendSquare ont investi dans des fonds Madoff tels que Fairfield Sentry ou Kingate Global. Des fonds qui affichent un historique de performances tout simplement étonnant puisque années après années ils ont progressé pratiquement sans à-coup avec une régularité de métronome.

On est saisi de voir comment ces fonds ont passé toutes les crises sans fléchir : l’explosion de la bulle spéculative liée aux valeurs technologiques à partir de 2000, la crise asiatique de 98… Bref, on est face à des fonds qui affichent un train de sénateur comparable à celui d’un fonds monétaire mais avec un rendement bien plus substantiel.

Il suffit pour s’en convaincre de comparer les courbes de performance de ces 2 fonds avec celles de quelques grands indices de Hedge Funds tel que les Trémont qui sont loin d’afficher une telle régularité alors même que, calculés à partir de plusieurs fonds, ils tendent à lisser les performances.

Mais d’où vient la performance ?

Autre facteur de doute : d’où vient la performance ? C’est ce doute qui a retenu un gérant de fortune suisse d’investir dans Fairfield Sentry. "Bien sûr, nous sommes à la recherche de fonds performants pour nos clients. Mais nous ne sommes pas prêts à acheter de la performance à n’importe quel prix. Si on ne comprend pas d’où vient la performance et le processus du gérant on n’y va pas." Explique ce professionnel sans souhaiter être cité…

En réalité, plusieurs éléments étranges étaient susceptibles d’attirer l’attention d’un professionnel. Les performances d’abord ; mais aussi le fait que la société de Bernard Madoff assumait en même temps plusieurs fonctions qui sont normalement dissociées. En particulier BMIS (Bernard Madoff Investment Securities) étaient dépositaire de fonds confiés par les investisseurs. Cela s’explique par le fait que BMIS assure d’autre part des fonctions de brokers et donc tient de ce fait des livres de compte pour ses clients. Mais en l’occurrence, les sommes confiées à Madoff comme gérant, non comme broker, auraient dû être placées entre les mains d’un tiers indépendant, un dépositaire.

Autre curiosité : le commissaire aux comptes n’était autre qu’une officine… détenue par Madoff et des proches. Et que penser encore de la façon dont les fonds étaient valorisés, en interne ?

Travail de fonds

Ce travail d’investigation, un concurrent de Barnard Madoff l’a réalisé au fil des années, alertant la SEC, le gendarme des marchés financiers américain, à plusieurs reprises. Jusqu’à lui adresser en 2006 un mémorandum très documenté afin d’argumenter pourquoi il était convaincu que Bernard Madoff était un fraudeur.

Il est vrai que Harry Markopolos, comme l’explique le Wall Street Journal, avait de bonnes raisons d’en vouloir à Bernard Madoff : lui-même gérant de hedge fund, il avait un patron qui lui mettait la pression afin qu’il produise des performances comparables à celle de Madoff. C’est ce qui a conduit Markopolos à se pencher sur la gestion de Madoff pour en démonter les mécanismes...

Un travail que certes ne peut pas faire chacun. Mais quelques principes de base permettent bien souvent de limiter les dégâts lorsqu’il s’agit de choisir un placement financier : ne pas s’arrêter aux seules performances pour apprécier un fonds, se demander comment les performances ont été obtenues, essayer de voir quels risques sont associés au fonds. Et, lorsque que l’on ne comprend pas d’où vient la performance, passer son chemin....


Frédéric Lorenzini est Directeur de la Recherche de Morningstar France. Il est joignable à l’adresse suivante : lorenzini@morningstar.fr

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 09:29

  NEW YORK, 19 déc 2008 (AFP) - Fraude Madoff: la Ligue anti-diffamation dénonce des injures antisémites

La Ligue anti-diffamation (ADL) a dénoncé vendredi le flot d'injures antisémites qui ont envahi les sites internet depuis l'arrestation à New York du financier juif américain Bernard Madoff, accusé d'une gigantesque fraude.

"Les internautes, anonymes pour la plupart, font des commentaires qui vont d'affirmations stéréotypées profondément offensantes --suggérant notamment que seuls des juifs auraient pu organiser une escroquerie sur une telle échelle-- à des théories du complot sur les juifs volant de l'argent pour Israël", précise la Ligue dans un communiqué.

Ces accusations sont apparues "sur des blogs financiers, sur les sites internet des grands médias et dans des groupes de discussion", poursuit le communiqué.

"Les juifs sont toujours des boucs émissaires pratiques en période de crise, mais le scandale Madoff et le fait que tant d'investisseurs victimes de sa machination sont juifs ont créé une occasion rêvée pour les antisémites", déclare dans le document Abraham Foxman, président de la Ligue.

La ligue a mis sur son site www.adl.org des exemples d'insultes.

"Il y a plus d'utilisateurs internet que jamais, et beaucoup de sites permettent de commenter immédiatement et anonymement", souligne Abraham Foxman.

SCANDALE MADOFF - PREMIERS CHOCS EN ISRAËL DANS LE SECTEUR DE LA PHILANTROPIE - DES FIRMES D'ASSURANCES COMME HAREL, CLAL et PHENIX sont exposées au scandale.


Par IsraelValley Desk
Rubrique: Actualité
Publié le 18 décembre 2008 à 10:32

Revue de Presse – Michel Bôle-Richard dans Le Monde.fr : “La gigantesque fraude de 50 milliards de dollars n’a pas fini de faire des dégâts dans la communauté juive américaine, mais aussi en Israël, où plusieurs sociétés ont investi massivement dans la pyramide montée par Bernard Madoff. Plusieurs firmes d’assurance comme Harel, Clal et Phoenix se retrouvent directement exposées par l’écroulement de cette fiction financière.

Les importants profits de cette société ont attiré nombre d’investisseurs qui, comme le dit le journal Haaretz, “ne cherchaient pas plus loin tant que les bénéfices rentraient, même si certains avaient quelques doutes sur les pratiques financières de M. Madoff”.

En Israël, les répercussions seront sans doute importantes en raison des dons fournis par les sociétés philanthropiques à de multiples institutions du pays. Il n’y a pas une rue, un parc ou un bâtiment qui n’ait sa plaque de remerciements avec les noms de généreux donateurs, pour la plupart américains.

La communauté juive américaine, forte de 5,5 millions de personnes, est la plus importante au monde après celle d’Israël et que les liens entre les deux pays sont étroits. A Jérusalem aussi, le scandale Madoff n’en est qu’à ses débuts”.—

Source: Le Monde.fr - Michel Bôle-Richard (Copyrights)

 

Par Dan Assayah
Rubrique: Actualité
Publié le 16 décembre 2008 à 08:47

Les victimes de Madoff se font connaître. De nombreuses associations caritatives juives et des associations liées au soutien de la mémoire de la SHOAH. Le Technion est aussi indirectement victime. Selon nos sources, Madoff était un des donateurs de cette institution prestigieuse en Israël.

La Presse Canadienne : “Une bonne partie de la finance internationale était tombée dans les filets de Bernard Madoff. Dans la liste des victimes présumées, des banques renommées du monde entier côtoient des hedge funds, des fonds de pension, des particuliers mais aussi de grandes fortunes comme le magnat de l’immobilier Mortimer Zuckerman, et des institutions. D’après le “Wall Street Journal”, la fondation caritative du réalisateur Steven Spielberg, la Fondation Wunderkinder, semble avoir investi dans le passé une part significative de ses avoirs chez Madoff. Toujours selon le journal, qui cite deux personnes informées des investissements de l’organisation, la Fondation Elie Wiesel pour l’humanité, fondée par l’écrivain rescapé de l’Holocauste, a été durement touchée.

Parmi les investisseurs lésés aux Etats-Unis, la Fondation Robert I. Lappin à Boston, qui finançait des voyages en Israël pour la jeunesse juive, a limogé son personnel après avoir révélé que l’argent récolté pour ses opérations avaient été investi chez Madoff”. Copyright © 2008 La Presse Canadienne. Tous droits réservés. —

Source: Copyright © 2008 La Presse Canadienne. Tous droits réservés.

 

Madoff : alertes répétées depuis au moins 1999

Rédaction en ligne

mercredi 17 décembre 2008, 08:54

La liste des victimes de la gigantesque fraude du gérant de fonds new-yorkais Bernard Madoff continue de s’allonger, notamment en Europe où les responsables financiers mettent en cause les autorités de régulation américaines. Celles-ci vont enquêter en interne.
Madoff : alertes répétées depuis au moins 1999

Bernard Madoff. AP.

Des documents falsifiés

Les investisseurs ont découvert des documents falsifiés dans les livres de Bernard Madoff, a expliqué mardi Stephen Harbeck. Celui-ci dirige la SIPC (Securities Investor Protection Corporation), un fonds public créé pour aider les investisseurs des entreprises de courtage en faillite et supervise la liquidation judiciaire de la société de Bernard Madoff, ordonnée par un juge fédéral.

Les modifications, qui demanderont plusieurs mois de travail avant d’être toutes repérées, visaient à camoufler les pertes massives touchant des grandes banques, des compagnies d’assurances et des personnalités riches dans plusieurs pays.

« Il est évident que les documents communiqués aux clients ne reflétaient pas la situation réelle de la firme de courtage », a déclaré Stephen Harbeck, précisant que certains documents témoignaient des pertes engrangées sur les placements immobiliers, d’autres n’en parlant pas.

(ap)


Le régulateur boursier américain, la SEC, a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête interne sur la gigantesque escroquerie de Bernard Madoff qui n’a pas été détectée plus tôt malgré des alertes « répétées » depuis « au moins 1999 ». Sous le feu des critiques, la SEC (Securities and Exchange Commission) a reconnu « de multiples échecs apparents », qualifiés de « profondément troublants ».

La société d’investissement de l’ancien président du Nasdaq a été liquidée lundi soir. Son escroquerie « pyramidale » totaliserait 50 milliards de dollars, selon un principe simple : payer les intérêts des clients existants grâce au capital apporté par les nouveaux.

Après les aveux la semaine dernière de l’homme d’affaires de 70 ans, pas un jour ne se passe sans que de nouveaux établissements financiers ne dévoilent les pertes potentielles auxquelles ils sont exposés.

Mardi, la banque japonaise Aozora a fait état d’une possible perte 101 millions d’euros. Lundi soir, la néérlandaise Fortis admettait un risque potentiel d’un milliard d’euros, s’ajoutant à une longue liste.

Beaucoup d’Européens y figurent : l’espagnole Santander, jusqu’à présent la plus affectée avec 2,33 milliards d’euros de pertes possibles, mais aussi BBVA (Espagne) et les français Natixis, BNP-Paribas et Crédit Mutuel-CIC.

Axa et Groupama, la banque franco-belge Dexia, la Société Générale, le Crédit Agricole y figurent également pour des montants moindres.

HSBC, troisième banque mondiale, a une exposition d’un milliard de dollars, Royal Bank of Scotland (RBS) de 600 millions de dollars et le fonds d’investissement Man Group de 360 millions de dollars.

La banque privée autrichienne Medici se dit exposée à hauteur de 2,1 milliards de dollars d’investissements dans deux fonds internationaux frappés par la fraude.

Aucun grand établissement bancaire américain n’a fait état de pertes à ce jour. En revanche plusieurs célébrités ont été citées par la presse au nombre des victimes.

Des fondations comme celle du prix Nobel Elie Wiesel ou du cinéaste Steven Spielberg figurent parmi les perdants de cette escroquerie, mais les montants n’ont pas été divulgués.

Les noms de plusieurs fonds spéculatifs ont été avancés.

« Comment des établissements sérieux pouvaient croire à des rendements dépassant 12 % sans se poser de questions ? », s’interrogeait mardi un gestionnaire de fonds français ayant requis l’anonymat. « On peut penser que la respectabilité de Bernard Madoff inspirait une confiance absolue, d’autant que la SEC (Securities and Exchange Commission) elle-même s’était adjointe ses services », a-t-il expliqué à l’AFP.

Le patron du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a mis en cause les autorités de régulations américaines : « la surprise n’est pas qu’il y ait des voleurs » mais « la question est : que fait la police ? », a-t-il estimé lors d’une conférence de presse lundi à Madrid.

Le président de l’Autorité française des marchés financiers (AMF), Jean-Pierre Jouyet, a estimé que la réglementation américaine était fautive. « Pour la quatrième fois, la réglementation américaine est en cause », a déclaré M. Jouyet citant les faillites retentissantes du fonds spéculatif LTCM (1998), du courtier en énergie Enron (2001) et de la banque Lehman Brothers (2008).

Il faut que « la confiance demeure, et pour qu’il y ait confiance, il faut que la réglementation soit bonne », « Je crois que c’est le cas en Europe et que les Etats-Unis ont des progrès importants à faire dans ce domaine », a-t-il conclu.

(afp)

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 20:13
U.S. spies on Israel nukes, govt: official history

JERUSALEM (Reuters) – The United States routinely spies on Israel to try to gather information on its assumed atomic arsenal and secret government deliberations, a new official history of Israel's intelligence services says.



While espionage by allies on their friends is not uncommon, it is rare that state-sponsored publications acknowledge it. Israeli-U.S. ties have been especially touchy in this regard since a U.S. Navy analyst, Jonathan Pollard, was jailed for life for treason in 1987 for passing classified documents to Israel.




According to "Masterpiece: An Inside Look at Sixty Years of Israeli Intelligence," American spy agencies use technologies like electronic eavesdropping, and trained staff from the U.S. embassy in Tel Aviv, for "methodical intelligence gathering."




"The United States has been after Israel's non-conventional capabilities and what goes on at the decision-making echelons," says the book in a chapter on counter-espionage written by Barak Ben-Zur, a retired Shin Bet internal security service officer.


Asked about the assertions, the U.S. embassy spokesman said only: "We don't comment on intelligence matters."


Israel is widely believed to have the Middle East's only nuclear arms. Israeli officials refuse any comment on this under a longstanding "strategic ambiguity" policy.


While successive U.S. administrations have accepted this reticence, Israel's so-called "bomb in the basement" has been a worry for Washington -- especially during the Middle East wars of 1967 and 1973, when fighting inflamed the wider Cold War.


Declassified Pentagon documents published in a 2004 book about then U.S. Defense Secretary Donald Rumsfeld nuclear warheads. Last May, former U.S. President Jimmy Carter put the number of Israeli bombs at around 150. estimated that Israel had 80


The issue has taken on new relevance recently given Western fears that Iran's nuclear program could have military designs -- despite denials by Tehran. Israel has vowed to prevent its arch-foe from getting the bomb, but some analysts believe Israel could instead build up an overt nuclear deterrence against Iran.


Contacted by Reuters, Ben-Zur declined to give operational details on how the United States might be spying on Israel. But he described such efforts as largely benign given the closeness of defense ties between Israel and the Bush administration.


"At the end of the day, the United States does not want to be surprised," he said. "Even by us."


Due out later this month, "Masterpiece" is published by the Israel Intelligence Heritage and Commemoration Center and includes prefaces by chiefs of Israel's military intelligence, the domestic Shin Bet and the Mossad spy service active abroad.


(Editing by Alastair Macdonald)

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 14:03

What a PM Netanyahu faces from Washington

By Caroline B. Glick



Printer Friendly Version

Email this article



http://www.JewishWorldReview.com | The "international community" is eagerly anticipating the incoming Obama administration's policy towards Israel. It is widely assumed that as soon as he comes into office, US president-elect Barack Obama will move quickly to apply massive pressure on the next Israeli government to withdraw from Judea, Samaria, Jerusalem, and the Golan Heights in the interests of advancing a "peace process" with the Palestinians and the Syrians.

Giving voice to these expectations this week was this year's Nobel Peace Prize Laureate Martti Ahtisaari. The former Finnish prime minister used his prize ceremony to call on US president-elect Barack Obama to make contending with the Palestinian conflict with Israel his chief focus during his first year in office. This is the same Ahtisaari who recently demanded that the West recognize Hamas as a legitimate political movement.

People who have been in close contact with Obama's foreign policy transition team have privately acknowledged that the widespread belief that Obama will move swiftly to put the screws on Israel is fully justified. According to one source who has spent a great deal of time with his transition team since last month's elections, Obama's people are "scope-locked" on Israel.

The source reports that General Jim Jones, Obama's designated national security advisor is Israel's most outspoken critic. The source, who held a two and a half hour meeting with Jones, told his associates that Jones is keen to deploy NATO forces, perhaps including US forces to Judea and Samaria.

Jones's plan, which is vociferously opposed by the IDF, would make it impossible for the IDF to carry out counter-terror operations in the areas. As a practical matter, the lives of hundreds of thousands of Israeli citizens in who live in the areas would be imperiled. Just as Hizbullah has used UNIFIL forces in southern Lebanon as a shield from the IDF behind which it has rearmed and reasserted control over the border zone, so too a NATO force would facilitate the empowerment of Hamas and Fatah which would unify, arm and organize free from the threat of IDF counter-terror operations.

Jones's plan is not new. In a 2002 interview, Samantha Power — who has served for years as one of Obama's closest foreign affairs advisors and now serves as a member of his transition team for the State Department — called for US forces to be deployed to Judea and Samaria in what she referred to as "a mammoth protection force" to protect the Palestinians from Israel which she claimed was guilty of "major human rights abuses."

Obama's team, like its supporters in the international foreign policy establishment, is dismayed by the Israeli opinion polls which show that Likud, led by Binyamin Netanyahu is favored to win the upcoming February 10 general elections by a wide margin.

In anticipation of Likud's expected electoral victory, they have been piling on against Netanyahu and Likud. This was most recently evident at last week's Middle East policy conclave in Washington organized by the pro-Obama and post-Zionist Saban Middle East Forum at the Brookings Institute. There, both secretary of state-designate Hillary Clinton's surrogate, former president Bill Clinton, and current Secretary of State Condoleezza Rice castigated Netanyahu's assertion that peace must be built from the bottom up through the liberalization of Palestinian society rather than from the top down by giving land to terrorists.

Netanyahu foresees Palestinian liberalization coming about through economic development in what he refers to as an "economic peace process." Both the former president and Rice attacked his plan claiming that it is antithetical to the sacrosanct "two-state solution." As far as they and their many colleagues are concerned, the only thing that remains to be discussed is when Israel will vacate Judea, Samaria and Jerusalem. The fact that there is no significant Palestinian constituency willing to peacefully coexist with Israel is irrelevant.

In light of the incoming Obama administration's palpable hostility towards Israel, and particularly towards Israel's political realists, the results of Likud's primaries this past Monday were especially significant. In selecting the party's slate of candidates for Knesset, Likud members favored sober-minded politicians who use their common sense to guide them over those with records of support for the fraudulent "peace processes" so favored by the local media, Kadima, Labor, and the international jet set.

Likud politicians who warned of the dangers of then prime minister Ariel Sharon's decision to withdraw from Gaza and expel some ten thousand Israelis from their homes in Gaza and northern Samaria were elected to the top of the Knesset slate. Those who supported Sharon's withdrawal and expulsion plan — which is now widely recognized to have been Israel's most disastrous strategic move in recent history — were either rejected out of hand, or demoted.

The men and women selected by Likud's voters will provide Netanyahu with the political strength to stand up to pressure from the Obama White House. They will support him when he is forced to reject US demands that Israel give away vital territory to Fatah and Hamas militias and to Syria's Iranian-sponsored regime. They will support him when he is compelled to refuse US demands to deploy NATO forces to Judea and Samaria. They will back him up when he says that Fatah is not a peace partner for Israel but Hamas's partner for war against Israel.

That the general public shares the sensibilities exhibited by Likud primary voters is made clear by the fact that Likud's standing in the polls has not significantly diminished since the primaries. If, as the media warned, the public would reject a list comprised of sober-minded realists, one would have expected that support to drop. Instead, it remains steady even as Foreign Minister Tzipi Livni castigates Likud as naysayers and opponents of peace and Prime Minister Ehud Olmert scandalously invites the nations of the world to turn against Israel if Likud wins the elections.

One might have intuited that the striking contrast between the sober-minded Likud party and the delusional and defeatist Kadima and Labor parties which was brought so prominently to the fore by the Likud primaries would have been the central message that Netanyahu chose to convey in the days that have followed Monday's primaries. But sadly, one would be wrong to think that.

Disturbingly, rather than drawing distinctions between his party and its rivals, Netanyahu has spent the days since the primaries drawing distinctions between himself and a minor player in his own party. Both ahead of the primaries and in the days since, Netanyahu has devoted the majority of his time to attacking his sharpest critic in Likud itself - Moshe Feiglin, who heads the far-right Jewish Leadership Forum in Likud and won the not-particularly-senior twentieth position in Likud's Knesset slate.

Feiglin has more in common with the Left he abhors than with his party members. Like the Left, Feiglin bases his strategic and economic notions on a complete denial of reality. Whereas the Left ignores the Arabs, Feiglin ignores the West. Feiglin's religious adherence to his views has made him few friends in Likud or elsewhere in Israeli politics. The threat he constitutes to Netanyahu is negligible.

Given Feiglin's inherent weakness, Netanyahu's post-primaries focus on him is shocking. Netanyahu has argued that Feiglin will lose votes for Likud. But assuming that is true, the last thing Netanyahu should be doing is placing a spotlight on Feiglin. Rather Netanyahu should be emphasizing his strongest suit: the clear distinction between Likud on the one hand and Kadima and Labor on the other hand.

In focusing the public's attention on Feiglin, Netanyahu appears to be reacting to foreign pressures rather than domestic ones. One of Netanyahu's most difficult challenges during his tenure as prime minister from 1996 to 1999 was handling his relations with the hostile Clinton administration.

From the moment Netanyahu was elected until the moment he left office, the Clinton administration's Israel policy was devoted entirely to bringing down his government. In close collusion with Netanyahu's political opponents and the local media, for three years Clinton worked steadily to overthrow him. Clinton's assault culminated in the 1999 elections when he sent his own campaign managers to Israel to lead the Labor Party's election campaign against Netanyahu and Likud.

No doubt, it is in the hopes of building better relations with the incoming Obama administration that Netanyahu now seeks to distance himself from Feiglin and advocates forming a broad governing coalition with his political foes in Kadima and Labor. Apparently, in his view only such a broad coalition will insulate him from a US presidential assault. In the interests of forming such a coalition, while highlighting his disputes with Feiglin, Netanyahu has sought to obfuscate his ideological differences with Kadima and Labor.

Although Netanyahu's motivations are understandable, his mode of operation will bring him results exactly opposed to the ones he seeks. It is true that to withstand pressures and even an all-out assault by the Obama administration Netanyahu will need a broad coalition. But that coalition cannot be based on a simple will to power as Olmert's coalition and previous leftist coalitions have been. To survive a hostile While House, Netanyahu will require a broad coalition founded on support for his ideas and his party's policies, not a broad coalition populated by political and ideological opponents dedicated to undermining his ideas and policies.

Rather than obfuscate the differences between Likud and Kadima/Labor, Netanyahu must highlight them. He must convince the Israeli electorate to vote for Likud on the basis of these distinctions. Likud must be perceived as the party of common sense ideas and clear-minded policies that inspire, attract, and convince the Israeli public to support it. And Netanyahu and Likud have those ideas and policies.

On a strategic level, Netanyahu and Likud have made clear that they stand for three main principles. First, they are committed to establishing defensible borders for Israel by securing Israeli sovereignty over all of greater Jerusalem, the Jordan Valley, the Samarian hills and the Golan Heights.

Second, they recognize that the Palestinian society which elected a terror group to lead it is a society that is uninterested in peace with Israel. Consequently, any future negotiations must be preceded by a full reorganization and reform of Palestinian society.

Third, they reject the Kadima/Labor fantasy that foreign militaries and international forces can be expected to protect Israel in place of the IDF.

If Netanyahu runs on these policies, he will not merely win the elections. He will win a clear mandate to govern. And only if Netanyahu runs on these policies will he have a chance of blunting the pressure that will certainly be brought to bear by the Obama administration. For although it is clear that like Clinton, Obama will have no problem opposing the will of an Israeli government, he will be hard pressed to oppose the will of the Israeli people.

 


Every weekday JewishWorldReview.com publishes what many in Washington and in the media consider "must reading." Sign up for the daily JWR update. It's free. Just click here.

JWR contributor Caroline B. Glick is the senior Middle East Fellow at the Center for Security Policy in Washington, DC and the deputy managing editor of The Jerusalem Post. Comment by clicking here.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 18:50
Lituanie : le nouveau Premier ministre donne le ton des relations avec la Russie
Par Céline Bayou (source : Lietuvos nacionalinis radijas ir televizija, The Baltic Course, Die Welt)

http://www.regard-est.com/home/breves.php?idp=1026&PHPSESSID=f2e875a648dcf1213d475ab0664739cf

Sans surprise, le Parlement lituanien a approuvé le 27 novembre la candidature d’Andrius Kubilius à la fonction de Premier ministre (89 voix pour, 27 contre et 16 abstentions).

Mais, dès avant la confirmation de sa nomination sur proposition du Président Valdas Adamkus, le futur Premier ministre a accordé un entretien au quotidien allemand Die Welt (24 novembre 2008), dans lequel il évoque notamment les relations de son pays avec la Russie.

A propos du projet de gazoduc sous-marin qui doit traverser la mer Baltique, le Nord Stream, A.Kubilius s’est réjoui des propositions agacées de son homologue russe V.Poutine, qui envisage de renoncer au projet si celui-ci n’intéresse pas l’Europe. Et A.Kubilius de rappeler que la Lituanie a, dès le départ, été sceptique quant au bien fondé de ce projet, pour des raisons écologiques, économiques, politiques et de sécurité énergétique. Selon le Premier ministre lituanien, le désengagement -du moins verbal- de la Russie reflète le fait que ce pays ne sera pas en mesure, au cours des dix prochaines années, de fournir à l’Europe les quantités de gaz promises du fait d’une politique d’investissements atone. Les déclarations de V.Poutine ne signifieraient rien d’autre finalement qu’un retour à une posture plus réaliste et qu’une prise de conscience du degré de la crise à laquelle la Russie elle-même est confrontée.

A.Kubilius évoque également le problème lié à l’interruption des livraisons de pétrole brut par la Russie à la raffinerie de Mazeikiai, officiellement côté russe du fait d’une avarie sur l’oléoduc. A.Kubilius explique que son pays a proposé à la Russie d’intervenir directement sur son territoire, ce qui n’a pas été du goût du partenaire russe. Le chef du gouvernement est persuadé que cette interruption est une mesure punitive, suite à la privatisation de la raffinerie, vendue à un partenaire polonais (PKN Orlen) et non russe.

Enfin, à propos de la guerre russo-géorgienne, le Premier ministre appelle de ses vœux une pensée stratégique plus claire de la part de l’Union européenne: «L’Europe doit avoir conscience de ses responsabilités. La Russie a besoin d’aide, pour empêcher le pays de répéter les erreurs qu’il a déjà faites avec la Géorgie ou l’Estonie [à propos de la crise provoquée lors du déplacement de la statue de Soldat de bronze à Tallinn]. Si l’Europe dit : oublions ces erreurs, reprenons les affaires comme avant, cela pourrait avoir un effet néfaste non seulement sur les intérêts européens mais aussi sur le développement de la Russie».

Dépêche publiée le 28/11/2008

Zone : Etats baltes

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 08:05
Malgré une forte opposition des gauches européennes, adulateurs des qassams, Grad et bombes humaines, le partenariat entre l'Union Européenne et Israël est renforcé.

Israël-UE : nouveau chapitre

09/12/2008
H. Keinon

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont approuvé un renforcement significatif des relations diplomatiques avec Israël lundi.

Cette décision a été prise à Bruxelles par 27 chefs diplomatiques européens qui se sont rencontrés à l'occasion du Conseil des Affaires générales et des Relations extérieures.

La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui avait déjà demandé un renforcement des liens il y a plus de 18 mois, a qualifié ce développement de "réussite significative pour la diplomatie israélienne, ouvrant un nouveau chapitre des relations entre les pays européens et l'Etat hébreu."

"Cette nouvelle ouverture reflète en effet coopération accrue entre les deux parties basée sur des valeurs communes des opinions sur le monde similaires", a-t-elle ajouté.

Ce renforcement des liens diplomatiques constitue la première étape d'une série d'amélioration des relations dans les plusieurs domaines, comme le commerce, les transports, l'énergie et la culture.

Cette décision donne la possibilité à Israël de participer à un nombre important de programmes de l'UE auxquels il n'avait pas accès auparavant. L'Etat hébreu et l'Union s'étaient mis d'accord ensemble sur ce renforcement depuis juin dernier.

Cet accord inclut donc les points suivants :

• Une coopération accrue entre le Premier ministre israélien et ses homologues européens.

• Trois rencontres annuelles entre les ministres des Affaires étrangères israélien et européens.

• Des rencontres périodiques entre le directeur-général du ministère des Affaires étrangères de l'Etat hébreu et ses collègues européens.

• Un dialogue continu au niveau professionnel pour parler entre autres des sujets du processus diplomatique, de questions stratégiques, du contreterrorisme.

• Développer les discussions concernant l'antisémitisme et les Droits de l'homme.

• Une assistance européenne pour une meilleure intégration d'Israël aux Nations-Unies.

• La possibilité d'une participation israélienne à certaines missions



04:57
 Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont approuvé lundi l'accord de coopération renforcée avec Israël faisant de l'Etat Hébreu, un partenaire majeur de l'Union. (Guysen.International.News)
Le Premier ministre israélien rencontrera en vertu de cet accord les leaders des 27 pays de l'Union européenne au mois d'avril. Le ministre israélien des Affaires étrangères rencontrera trois fois par an ses homologues européens. Les autres ministres ne rencontrant leurs homologues qu'une fois par an. Enfin, l'Union européenne fera pression pour que plus de diplomates israéliens soient intégrés aux agences onusiennes. Cet accord prévoit également un dialogue stratégique avec Israël au sujet du processus de paix, du programme nucléaire iranien, du contre-terrorisme et du crime organisé.

Par Daniel Rouach et IsraelValley Desk
Rubrique: Europe
Publié le 8 décembre 2008 à 17:34

Avec l’aide essentielle des diplomates français, la diplomatie israélienne a enfin gagné une bataille face à ses opposants en Europe. La bonne nouvelle est tombée ce jour : Israël va avoir rang de partenaire majeur de l’Europe.

Les Israéliens n’avait perdu qu’une bataille face à des parlementaires européens qui ont tenté la semaine dernière lors d’un vote important de trop mélanger politique et coopération technologique.


Le Monde.fr : “Les Européens devaient décider lundi d’intensifier leurs relations avec lsraël, même si certains pays insistent pour pousser préalablement Israël à contribuer au processus de paix et à faire des efforts pour faciliter la vie quotidienne des Palestiniens.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, dont le pays préside l’UE jusque fin décembre, devait proposer à ses partenaires européens réunis à Bruxelles de multiplier les contacts de haut niveau avec Israël, dans le cadre d’un accord entre Israël et l’Union européenne qui devrait être adopté en avril 2009, selon un projet de texte obtenu par l’AFP.

Un premier sommet UE-Israël pourrait ainsi se tenir dans les prochains mois, peut-être dès le premier semestre 2008 sous présidence tchèque de l’UE, a indiqué à quelques journalistes le chef de la diplomatie tchèque, Karel Schwarzenberg.

Cette coopération renforcée prévoirait trois réunions annuelles UE-Israël au niveau des ministres des Affaires étrangères, et la possibilité pour chaque présidence tournante de l’UE d’inviter un responsable de la diplomatie israélienne à une réunion des ambassadeurs de l’UE sur les questions de sécurité.

L’UE se dit prête aussi à envisager “la possibilité d’inviter Israël à participer aux missions civiles” menées dans le cadre de sa politique de défense et de sécurité, “au cas par cas et lorsque l’intérêt commun s’y prêtera”, et à avoir avec Israël, “au moins une fois par an”, un dialogue informel sur les grandes questions stratégiques”.—

ISRAELVALLEY PLUS NOTRE PRECEDENT ARTICLE Rien de nouveau sous le soleil. Les mauvaises habitudes ont la dent dure. L’Europe a encore une fois démontré son incapacité a résister à la tentation de mélanger coopération scientifique et politique politicienne. Une minorité de députés enragés ont réussi à faire basculer le vote qui devait faire entrer Israël par la grande porte de la coopération technologique et scientifique avec l’Europe.

Les Israéliens n’ont pas compris un élément clé de l’Europe : pour faire avancer ses pions. Israël a besoin d’une équipe de lobbying exceptionnelle. Ceci est loin d’être le cas. Occupés par des disputes politiques en Israël les meilleurs experts et politiques israéliens n’ont pas vu venir. Dommage…

Le Monde.fr : “Le Parlement européen a reporté mercredi un vote prévu sur le renforcement des relations entre l’UE et Israël, afin de sanctionner la politique israélienne envers les Palestiniens, surtout le blocus de la bande de Gaza, selon plusieurs groupes politiques.

Le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, qui avait exhorté mardi les Européens à lier tout renforcement de leur relations avec Israël à des progrès dans le processus de paix, s’est félicité de ce report.

Par cette décision, le Parlement européen “envoie un signal clair: oui à une amélioration des relations entre l’UE et Israël, mais en fonction de l’attitude de ce pays vis-à-vis du processus de paix”, a déclaré le groupe de la Gauche unitaire européen (GUE, communistes) dans un communiqué.

Le président de la GUE, le Français Francis Würtz, a demandé à l’ouverture de la session plénière que le vote du Parlement sur cette proposition soit reportée jusqu’au jour où Israël aura donné des “signes sérieux de bonne volonté traduits par des résultats tangibles sur le terrain”.

Une proposition soutenue par les Verts et les socialistes et adoptée en séance plénière, dans un hémicycle très clairsemé.

“Le blocus de Gaza, loin d’affaiblir le Hamas, le radicalise, et il fait peser des souffrances intolérables sur des innocents qui pour moitié d’ailleurs ont voté Fatah aux élections de 2OO6”, a expliqué la socialiste Véronique De Keyser.

La commission des Affaires étrangères avait pourtant recommandé au Parlement de soutenir la proposition des 27 d’autoriser Israël à participer à la plupart des programmes communautaires (protection des consommateurs, innovation et compétitivité, culture, recherche…).

“C’était un signe positif vers Israël, mais l’opportunité politique actuelle, vue l’aggravation de la situation à Gaza, nous a obligés à reporter le vote”, a expliqué Mme De Keyser.

Dans un communiqué publié à Ramallah, Salam Fayyad a salué le report estimant que le Parlement européen “montre ainsi son attachement au droit international et à un règlement basé sur deux Etats”, Israël et la Palestine.

Selon lui, un tel règlement est “mis en réel péril par l’intensification de la colonisation israélienne en violation de la loi internationale et des termes de référence du processus de paix”.

M. Fayyad a aussi rappelé “les violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, notamment le blocus imposé à la bande de Gaza”.

Lundi, M. Fayyad avait exprimé sa “profonde inquiétude” quant à un possible renforcement des relations entre Israël et l’UE, lors d’une rencontre avec des diplomates européens.

“Je leur ai dit que, étant donné qu’Israël a violé tous ses engagements, notamment en matière de droits de l’Homme, les pays de l’UE devraient attendre avant de relever le niveau de représentation d’Israël à l’UE”, a-t-il dit mardi à la presse.

Il a relevé que la situation sur le terrain dans les territoires palestiniens ne s’était pas améliorée depuis le 16 juin, date à laquelle l’UE avait lancé des négociations avec Israël pour renforcer leurs relations”.—

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 14:05

TURKMÉNISTAN : la rÉvÉlation d’octobre

Par le lieutenant-colonel (e.r) Renaud FRANçOIS

Chercheur associé à l’ESISC

Feu Saparmourad Niazov, l’excentrique et ubuesque Turkmenbachy qui, de 1985 à sa mort en décembre 2006, a régné sans partage sur le Turkménistan, avait coutume de déclarer, à qui voulait bien l’écouter, que « le Turkménistan possédait des réserves suffisantes pour exporter 150 milliards de m3 de gaz par an, pendant les 250 ans à venir ».

Personne ne le prenait réellement au sérieux. En l’absence d’audits internationaux, il était permis de douter du prétendu volume des réserves gazières. Alors en visite au Turkménistan, le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, avait poliment écouté le discours de Saparmourad Niazov. Puis il avait, très diplomatiquement, décliné l’invitation qui avait été faite à son pays de coopérer, avec la Russie, à la construction d’un gazoduc à destination de l’Europe occidentale.

Lire la suite sur www.esisc.org

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 19:54

Analyse de Khaled Asmar - Beyrouth

Comment le bellicisme syrien pousse-t-il l’Occident à la capitulation ? Y a-t-il un lien entre le flirt franco-syrien et la libération de l’otage français à Kaboul ?

Nouvelle flambée de violence à Falloujah, en Irak

jeudi 4 décembre 2008 - 12h09, par Khaled Asmar - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Alors que la province d’Al-Anbar, située à l’ouest de l’Irak, sur la frontière syrienne, est passée sous contrôle sécuritaire et militaire irakien, et que Bagdad et Washington viennent d’entériner l’accord sécuritaire, la ville de Falloujah, chef-lieu d’Al-Anbar, renoue avec le terrorisme. Une implication de la Syrie n’est pas écartée.

Deux attentats suicides ont fait des dizaines de victimes à Falloujah, à l’ouest de Bagdad, ce matin. Un premier camion piégée, visant une permanence de la police, a explosé accidentellement avant de parvenir à sa cible. Le véhicule a été pulvérisé devant une école, faisant une dizaines de morts et plus de 130 blessés, notamment parmi les élèves et les femmes.

L’autre véhicule piégé a visé une autre permanence de la police situé au nord de la ville. Mais les dégâts les plus importants sont localisés aux environs de l’école touchée de plein fouet, où des victimes sont toujours sous les décombres. Deux hélicoptères américains ont acheminé des secours au centre-ville, et un couvre feu a été décrété à Falloujah.

Il est surprenant que cette flambée de violence intervienne après une longue accalmie dans la province d’Al-Anbar, où les terroristes transitaient depuis la Syrie pour alimenter la rébellion, depuis fin 2003. Cette province est récemment passée sous contrôle militaire irakien. Cette reprise du terrorisme coïncide aussi avec les pressions syriennes exercées sur Bagdad, à travers les manifestations organisées à Damas pour dénoncer l’accord sécuritaire irako-américain entériné par le parlement irakien la semaine dernière.

La recrudescence du terrorisme dans l’ouest irakien peut résulter d’une nouvelle tentative syrienne de déstabilisation de l’Irak, afin de fragiliser davantage les Etats-Unis, à l’approche de la passation du pouvoir entre George Bush et Barack Obama, très attendu sur les dossiers régionaux. La Syrie tente ainsi de préparer un champ de mines à l’Administration Obama pour l’affaiblir et lui proposer ses services. L’objectif de la Syrie étant de forcer Washington à changer de comportement à l’égard du régime, notamment dans deux dossiers particulièrement périlleux pour Assad : le Tribunal pénal international pour juger les assassins de Rafic Hariri qui sera fonctionnel le 1er mars, et le dossier nucléaire. Après la neutralisation de ces deux dossiers, la Syrie pourra alors envisager son retour au Liban.

Bachar al-Assad pense ainsi pouvoir peser sur les Américains, comme il l’a déjà fait avec d’autres pays, qui ont vite cédé au chantage et capitulé devant la ténacité de la Syrie et ses menaces terroristes. A titre d’exemple, le quotidien libanais « Assafir », pro-syrien, affirmait le 1er décembreque « Damas se réjouit du niveau de coopération sécuritaire et dans le renseignement entre ses services et la France ». Le 3 décembre, le même journal révélait que « le chef des renseignements généraux syriens, le général Ali Mamlouk, s’est rendu à Paris les 26 et 27 novembre dernier pour renforcer la coopération et les échanges de renseignements, notamment dans la lutte contre le terrorisme ». Mais le quotidien pro-syrien a omis de dire que le régime syrien est le commandant en chef du terrorisme à l’échelle régionale et mondiale. Le quotidien a oublié de rappeler que Bachar Al-Assad avait prévenu Ban Ki-Moon sur ses intentions belliqueuses et ses menaces visant la région allant de la Caspienne à la Méditerranée. « Assafir » a oublié aussi de rappeler la responsabilité syrienne dans les prises d’otages, au Liban dans les années 1980, et en Irak, qui ont visé particulièrement des ressortissants français.

Ces quelques rappels, non-exhaustifs, sur le bellicisme syrien, ouvrent la porte à la suspicion. Car il est frappant de constater que la libération de l’otage français en Afghanistan, l’humanitaire Dany Egreteau, soit intervenue une semaine seulement après la visite à Paris du chef du renseignement syrien, et sans le versement de rançon. Rien n’explique en effet pourquoi les Talibans ou leurs alliés d’Al-Qaïda auraient eu cette gentillesse et cette bonté de le libérer, si des parrains étatiques, en l’occurrence syriens, ne le leur aient exigé. Ce qui explique le rapprochement contre-nature entre la France et la Syrie. Il n’y a pire des aveugles que ceux qui ne veulent voir !!

Khaled Asmar

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis