Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 08:26
US and Iran holding 'secret' talks on nuclear programme
link

By Anne Penketh, Diplomatic Editor
Monday, 14 April 2008

Iran and the United States have been engaged in secret "back channel" discussions for the past five years on Iran's nuclear programme and the broader relationship between the two sworn enemies, The Independent can reveal.

One of the participants, former senior US diplomat Thomas Pickering, explained that a group of former American diplomats and experts had been meeting with Iranian academics and policy advisers "in a lot of different places, although not in the US or Iran".

"Some of the Iranians were connected to official institutions inside Iran," he said in a telephone interview from Washington. The group was organised by the UN Association of the USA, a pro-UN organisation. Its work was facilitated by the Stockholm International Peace Research Institute, a government-funded think-tank chaired by the former chief UN weapons inspector for Iraq, Rolf Ekeus.

While the nuclear issue was "prominent", Mr Pickering said, "we discussed what's going on domestically in both countries and wide-ranging issues" affecting the US-Iran relationship. Although none of the group members was from the US or Iranian governments, he said that "each side kept their officials informed". The Bush administration "did not discourage us," he added.

Mr Pickering declined to go into greater detail for fear of jeopardising future meetings of the group of about a dozen Americans and Iranians, although the number of participants varies. Back- channel talks have often provided crucial impetus in solving the world's most intractable disputes. They usually only become public in case of agreement, as seen with Northern Ireland and the Oslo accords on the Middle East, or failure, as in the case of an Israeli-Syrian informal channel.

The revelation about the existence of an Iran-US back channel coincides with the recent publication by three of its American members, including Mr Pickering, of proposals aimed at overcoming the deadlock between Iran and the West over Tehran's nuclear ambitions. The initiative addresses the crunch issue of Iran's right to enrich uranium on its own soil while providing guarantees that the nuclear fuel will not be diverted for military purposes.

Mr Pickering spoke of a "rather positive" reaction to the plan, which provides for an international consortium to jointly manage and run uranium enrichment on Iranian soil.

However, the Bush administration has not responded, and remains wedded to its current policy of sanctions aimed at forcing Iran to halt uranium enrichment in line with UN demands, while offering the opportunity to enrich uranium outside the country through a Russian consortium. A Foreign Office spokesman said Britain was "aware" of the proposals but did not have an official response. The Iranian government, according to Mr Pickering, has let it be known that "they would not respond unless it was offered officially".

In arms-control circles the plan has gained traction "because he's so respected," said George Perkovich of the Carnegie Endowment for International Peace, referring to Mr Pickering, who is a former US undersecretary of state. The initiative, co-signed by the UNA-USA president William Luers, a former diplomat, and Jim Walsh, a nuclear expert from the Massachusetts Institute of Technology, was first aired at the end of February in The New York Review of Books where it has generated further discussion.

Mr Pickering says that he and his colleagues decided to act now because US policy was "stuck", in the light of Iran's refusal to bow to the UN demand to halt uranium enrichment, despite the imposition of economic sanctions. Prospects for face-to-face US-Iran talks are therefore blocked, he says, arguing that the case is urgent because Iran is continuing to install centrifuges at its main enrichment plant in Natanz.

But other experts point out that with the 3,000 centrifuges at Natanz spinning at only 20 percent of capacity because of technical problems, there is time for the West to play a waiting game.

James Acton, a nuclear specialist at King's College London Department of War Studies, said the challenge would be to prevent Iran obtaining a clandestine route to a nuclear weapon thanks to the technical know-how that would be obtained from foreign partners.

Mr Pickering said: "It can be feasible if governments wish to make it so, technically and financially. But it will take a lot of negotiation."

Some analysts pointed out that a breakthrough was unlikely so long as George Bush was in the White House and Mahmoud Ahmadinejad holds the presidency of Iran, where elections are scheduled for next year. "Why would Iran go for it now? They feel like they've won, there are not enough sanctions, and there is no threat of war," said Mr Perkovich.

Calling Iran's bluff?

The Luers-Pickering-Walsh initiative gives Iran the opportunity to prove that its nuclear intentions are peaceful by yielding to the Iranians' key demand for a uranium enrichment programme on Iranian soil. The enrichment activities would take place under the supervision of a jointly managed international consortium. The plan is the most detailed of its kind since 2005. Conditions to be negotiated with Iran would include:

*a UN Security Council resolution authorising the arrangement and specifying that if Iran breaks the agreement, member states would be authorised to take punitive action;

*Iran would be barred from producing highly enriched uranium, which is weapons grade fuel, or reprocessed plutonium, which can be an alternative route to producing a bomb;

*Iran would implement the stringent inspection measures in the Additional Protocol to the nuclear non-proliferation treaty;

*Iran would commit itself to building only "safe" light-water reactors.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 01:06
Voici l'article de Charles Krauthammer cité par Zev  Chafetz dans le texte précédent.

washingtonpost.com vendredi 11 avril 2008
La “déclaration de l’Holocauste”
Par Charles Krauthammer

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/04/10/AR2008041003271.html

Adaptation française de Sentinelle 5768 ©


Mardi dernier, l’Iran annonçait qu’elle installait 6.000 centrifugeuses supplémentaires – produisant de l’uranium enrichi, le composant clé pour une arme nucléaire – en plus des 3.000 déjà à l’oeuvre. Le monde bailla.
Il est temps d’accepter la vérité : la tentative de l’administration Bush de stopper le programme nucléaire de l’Iran a échoué. Complètement. Le dernier ensemble de sanctions du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui a pris une année à se mettre en place, est d’une faiblesse comique. Il représente la fin de la route des sanctions.

A l’intérieur [des USA], les efforts du Président pour arrêter le programme nucléaire de l’Iran ont été irréparablement minés par la NIE (Estimation Nationale du Renseignement) en novembre 2007, dont « l’indice de confiance modérée » sur la non reprise du programme d’armement nucléaire  - le moins important de tout programme nucléaire – avait promu l’illusion que l’Iran avait abandonné la poursuite d’armes nucléaires. Pourtant l’enrichissement de l’uranium, l’étape la plus difficile, avance rapidement, comme le développement de missiles balistiques vecteurs de bombes nucléaires.

Le Président ne dispose plus d’options. Il s’apprête à transmettre à son successeur un Iran au bord de l’acquisition du nucléaire. Cela déstabilisera profondément le Moyen-Orient, menacera les Arabes modérés d’une hégémonie iranienne, et laissera les Israéliens en état d’alerte ultrasensible.

Cet échec peut cependant être tempéré. Comme il n’y aura apparemment pas de désarmement de l’Iran de façon préventive ou par les sanctions, nous devrons nous fier à la dissuasion pour empêcher les mollahs, dont certains sont apocalyptiques et messianiques, d’utiliser des armes nucléaires.

Cela sera plus difficile même que pendant la Guerre Froide, quand nous avions affaire à des acteurs rationnels. Nous devrons cependant avoir recours au modèle de la Guerre Froide, dans lequel la dissuasion a empêché les Soviétiques de s’engager dans une agression nucléaire pendant un demi-siècle – assez longtemps pour qu’un changement de régime rende la dissuasion superflue. (Personne ne se couche éveillé aujourd’hui en craignant que la Russie post-soviétique ne lance une attaque nucléaire sur les Etats Unis). Nous ne savons pour quelle durée les mollahs seront au pouvoir, mais jusqu’à leur remplacement, la dissuasion sera une nécessité absolue.

Pendant la Guerre Froide, nous avons réussi à prévenir une attaque non seulement sur les Etats Unis, mais aussi sur les alliés des Etats-Unis. Nous l’avons fait en élargissant le parapluie nucléaire américain – c.a.d. en déclarant que toute attaque contre nos alliés serait considérée comme une attaque sur les Etats-Unis.

Une telle menace n’est jamais crédible à 100 %. Mais elle a été assez crédible. Elle a conduit les Soviétiques à y réfléchir à deux fois avant d’attaquer nos alliés européens.
Elle a maintenu la paix.

Nous devrions faire de même pour maintenir la paix nucléaire au Moyen Orient. Cela serait infiniment moins dangereux (et donc plus crédible) que la dissuasion de la Guerre Froide, parce qu’il n’y aura pas de menace d’annihilation des Etats-Unis par l’Iran. A l’opposé de l’Union soviétique, l’Iran disposerait d’un arsenal relativement faible, incapable d’atteindre les Etats-Unis.

Comment créer la dissuasion ? De la manière dont John Kennedy le fit pendant la crise des missiles à Cuba. La plus grande contribution du Président Bush à la paix nucléaire serait de faire la déclaration suivante, adoptant le langage de Kennedy, en changeant le nom des scélérats :

« La politique de notre nation [les USA] sera de considérer toute attaque nucléaire de l’Iran contre Israël, ou en provenance d’Iran, comme une attaque de l’Iran contre les Etats Unis, requérant des représailles totales contre l’Iran ».

Cela pourrait être suivi d’une explication simple : « En tant que phare de tolérance et à la tête du monde libre, les Etats-Unis ne permettront pas qu’un second Holocauste soit perpétré contre le Peuple juif ».  

Cette politique – « La déclaration de l’Holocauste » - ne serait pas essayée sous l’administration actuelle, parce que l’Iran ne parviendra pas au nucléaire avant janvier 2009. Mais cela établirait une référence ferme qui survivrait à cette administration. Tout futur président – et chaque candidat présidentiel sérieux – devra déclarer publiquement  si oui ou non la Déclaration de l’Holocauste demeure la politique des Etats-Unis.

Ce serait une question importante que de demander pourquoi ce ne serait pas anodin. On mettrait en avant que la déclaration de l’Holocauste est soit redondante ou, à l’autre extrémité, provocante.

Redondante, dirait-on, parce qu’Israël pourrait lui-même exercer des représailles. Le problème est qu’Israël est un très petit pays avec un petit arsenal nucléaire à base largement terrestre. Des forces de représailles à base terrestre peuvent être détruites par une première frappe ; raison pour laquelle, pendant la Guerre Froide, autant les Etats Unis que l’Union soviétique ont créé de vastes flottes de sous-marins – indétectables et donc invulnérables à de premières frappes – qui assuraient une réponse en représailles, et donc, la dissuasion. L’invulnérabilité et la taille d’une masse inimaginable de cet arsenal nucléaire américain rendraient une dissuasion américaine bien plus puissante et fiable que toute copie israélienne – et donc bien plus à même de préserver la paix

Une telle déclaration serait-elle provocante ? Au contraire. La dissuasion est la moins provocante de toutes les stratégies politiques. C’est pourquoi c’est l’alternative favorite de ceux qui s’opposent à une attaque préventive sur l’Iran pour la désarmer avant qu’elle ne puisse acquérir des armes nucléaires. Ce que ferait la déclaration de l’Holocauste sera de transformer la dissuasion de slogan en stratégie politique.

Il n’est bien sûr pas certain que la dissuasion marche avec les semblables d’Ahmadinejad et autres jihadistes. Mais la dissuasion attirerait l’attention des esprits rationnels chez les acteurs iraniens, et ils sont nombreux, pour réfréner voire déposer des chefs comme Ahmadinejad, qui pourraient sacrifier l’existence de l’Iran comme nation pour justifier leur obligation divine d’exterminer les « bactéries répugnantes » de l’Etat juif, « tache honteuse sur le monde islamique ».

Pour la première fois depuis l’époque de Jésus, Israël (connu sous le nom de Judée en ce temps-là), est le foyer de la plus grande communauté juive dans le monde. Une puissance voisine implacable a déclaré ouvertement ses intentions génocidaires contre lui – en claire violation de la Charte de l’ONU – et défie la communauté internationale en recherchant les moyens de réaliser cette intention. Le monde ne fait rien. Certains, comme les Russes, apportent littéralement du combustible à ce feu.

Pour ceux qui ne voient aucun principe moral sous-tendant la politique étrangère américaine, la déclaration de l’Holocauste n’est pas notre affaire. Mais pour ceux qui croient que l’Amérique défend quelque chose dans le monde – que la nation qui a libéré plus de peuples que toute autre nation, détient même la plus minime vocation morale – il ne peut y avoir de cause plus pressante que d’empêcher l’annihilation nucléaire d’une démocratie alliée, le dernier espoir et refuge d’un Peuple antique ouvertement menacé d’une solution finale vraiment Finale.
Partager cet article
Repost0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 20:56

13 avril 2008

Israël peut se défendre lui-même

Par ZEV CHAFETS

 

http://www.nytimes.com/2008/04/13/opinion/13chafets.html?_r=1&ref=opinion&oref=slogin


Adaptation française de Sentinelle 5768 ©


L’échec de la diplomatie pour stopper le programme nucléaire de l’Iran est devenu évident cette semaine, quand le président Mahmoud Ahmadinejad a révélé l’installation de 6.000 nouvelles centrifugeuses dans le principal complexe d’enrichissement de l’uranium du pays. Son annonce était accompagnée de l’affirmation désormais habituelle que des étrangers ne pourront rien faire pour empêcher l’Iran d’accomplir sa destinée nucléaire.


Naguère, il n’y a pas si longtemps, ce genre de vantardise aurait déclenché des déclarations américaines claires : l’Iran ne serait jamais autorisée à développer des armes nucléaires. Toutes les options sont sur la table, aurait dit de façon menaçante le Président Bush. Cette fois-ci, il est resté tranquille. J’aurais aimé que ce soit le calme qui précède la tempête d’une action guidée par laser. Il paraît plus probable que ce soit le silence décontenancé d’un président américain dont le bluff a été démontré devant le monde entier.


Le spectacle de Washington devrait préoccuper tous ceux qui se soucient de l’influence américaine à long terme dans le monde islamique. Mais pour Israël (et les partisans d’Israël), il s’agit d’un problème urgent. C’est Israël, après tout, qui a été désigné par la direction iranienne comme cible de l’annihilation.


En réponse aux informations provenant d’Iran, certains partisans d’Israël ont commencé de suggérer que l’échec des efforts de prévention soit remplacé par une dissuasion assurée par les Américains : toute attaque nucléaire iranienne sur Israël serait traitée comme une attaque sur les Etats Unis. Charles Krauthammer, éditorialiste au ‘Washington Post’, a récemment appelé cela “la doctrine de l’Holocauste”.


Du point de vue d’Israël, cette idée est tentante – mais n’est pas réaliste.


En 1981, des avions israéliens ont détruit le réacteur d’Osirak. La réaction du monde a été une critique sévère. Même l’administration Reagan, d’ordinaire un allié très proche, a dénoncé l’opération.


Le Premier Ministre Menahem Begin n’a nullement été ébranlé par cette furie. Lors d’une conférence de presse à Jérusalem, il annonça qu’il se sentait l’obligation de faire tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher les ennemis d’Israël d’avoir en mains des moyens de tueries de masse.


Begin mentionna l’Holocauste ; cela n’était jamais éloigné de sa pensée. Mais sa préoccupation principale était stratégique, non pas historique. Israël n’était pas différent de tout autre pays. Il supporterait la responsabilité ultime de sa propre sécurité.


Begin avait raison. Voici pourquoi :


D’abord, en échange d’une assistance, Washington exigerait naturellement (et légitimement) d’avoir son mot à dire sur la politique israélienne. Un faux pas, après tout, pourrait entraîner un échange nucléaire. En un temps très bref, la souveraineté d’Israël et son autonomie ressembleraient à celle du Minnesota. Cela n’est pas mauvais si votre pays partage sa frontière avec l’Iowa. Cela marche moins bien dans le voisinage d’Israël.


Je ne mets pas en question l’amitié américaine. Mais même l’amitié a des limites pratiques. Les Présidents changent, ainsi que les politiques. George W. Bush, le plus grand ami qu’Israël ait eu à la Maison Blanche, n’a pas été capable de respecter un engagement (relativement plus facile) pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. C’est une bonne chose qu’Israël n’ait pas construit sa dissuasion sur cet engagement.


De plus, il est juste de dire qu’Israël n’est pas un pays faible. Il a développé un puissant ensemble d’options stratégiques. Dans le meilleur des cas, il serait capable d’agir par lui-même pour dégrader et retarder le programme nucléaire iranien comme il l’a fait en Irak (et plus récemment, en Syrie). Dans un plus mauvais cas, si les Iraniens acquièrent la bombe, les dirigeants iraniens pourraient être dissuadés par des considérations rationnelles. Ainsi, le propre arsenal d’Israël – et sa volonté manifeste de répondre à une attaque nucléaire – pourraient suffire.


Si, d’un autre côté, la direction iranienne ne peut simplement pas résister au prurit « d’effacer Israël de la carte » - ou de rendre imminent un tel évènement – il reviendrait alors à Israël de faire ses propres calculs. Quel est le prix de 100.000 morts à Tel Aviv ? Ou deux fois plus ? Le coût pour l’Iran serait certainement horrible. Israël aurait tort d’attendre de la part d’autres nations d’endosser cette responsabilité morale et géopolitique.


Ne vous méprenez pas. Ce serait une noble cause pour les Etats Unis de soutenir les efforts d’Israël pour empêcher la bombe iranienne ou, si elle y parvient, de soutenir la réponse d’Israël à une attaque. Mais aucun pays ne peut se reposer sur la gentillesse des autres.


Le mois prochain, Israël va célébrer le soixantième anniversaire de son indépendance. La souveraineté a un prix. La volonté d’Israël de le payer est la seule doctrine de l’Holocauste à laquelle il puisse vraiment se fier.

 

Zev Chafets, qui a travaillé comme directeur du bureau de presse du gouvernement d’Israël sous Menahem Begin, est l’auteur de « A Match Made in Heaven », au sujet du soutien des Evangéliques américains à Israël.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 09:27
Archive photo: Defense Ministry
09:09 Un site secret de lancement de missiles a été mis à jour en Iran. La semaine dernière l'Iran a procédé à un tir d'essai de ''missile de recherche'' affirmant qu'il entrait dans le cadre du futur lancement d'un satellite dans l'espace. Il s'est en fait avéré après analyse des images-satellite de la zone de tir qu'il s'agit d'un site de lancement de missiles longue-portée développés par l'Iran.  (Guysen.International.News)
Ces informations sont rapportées par le Times britannique.
Spy photos reveal 'secret launch site' for Iran's long-range missiles
Satellite picture of Iranian missile site

A close examination of the photographs has indicated that the Iranians are following the same path as North Korea

The secret site where Iran is suspected of developing long-range ballistic missiles capable of reaching targets in Europe has been uncovered by new satellite photographs.

The imagery has pinpointed the facility from where the Iranians launched their Kavoshgar 1 “research rocket” on February 4, claiming that it was in connection with their space programme.

Analysis of the photographs taken by the Digital Globe QuickBird satellite four days after the launch has revealed a number of intriguing features that indicate to experts that it is the same site where Iran is focusing its efforts on developing a ballistic missile with a range of about 6,000km (4,000 miles).

A previously unknown missile location, the site, about 230km southeast of Tehran, and the link with Iran's long-range programme, was revealed by Jane's Intelligence Review after a study of the imagery by a former Iraq weapons inspector. A close examination of the photographs has indicated that the Iranians are following the same path as North Korea, pursuing a space programme that enables Tehran to acquire expertise in long-range missile technology.

Geoffrey Forden, a research associate at the Massachusetts Institute of Technology, said that there was a recently constructed building on the site, about 40 metres in length, which was similar in form and size to the Taepodong long-range missile assembly facility in North Korea.

Avital Johanan, the editor of Jane's Proliferation, said that the analysis of the Iranian site indicated that Tehran may be about five years away from developing a 6,000km ballistic missile. This would tie in with American intelligence estimates and underlines why President Bush wants the Polish and Czech components of the US missile defence system to be up and running by 2013.

The Czech Republic has now agreed to have a special radar system on its soil and the Polish Government is still negotiating with Washington over the American request to site ten interceptor missiles in Poland.

The Kavoshgar 1 rocket that was launched in the presence of President Ahmadinejad of Iran was based on the Shahab 3B missile, a version of the North Korean Nodong liquid-propellant missile.

Dr Forden said that the Kavoshgar launch did not demonstrate any significant advances in ballistic missile technology. “But it does reveal the likely future development of Iran's missile programme,” he said.

At a meeting on February 25 between the International Atomic Energy Agency and the Iranians, UN inspectors confronted them with evidence of design studies for mounting nuclear warheads on long-range missiles. The Iranians denied any such aspirations.

However, according to Jane's Intelligence Review, the satellite photographs prove that the Kavoshgar 1 rocket was not part of a civilian space centre project but was consistent with Iran's clandestine programme to develop longer-range missiles.

The examination of the launch site revealed that it was part of a large and growing complex “with very high levels of security and recent construction activity”. It was clearly “an important strategic facility”, Dr Forden said.

The former Iraq weapons inspector said that Iran was benefiting from the North Korean missile programme and following its designs. The Taepodong 1 consisted of a liquid-propellant Nodong (like the Shahab 3) first stage, a liquid-propellant Scud second stage and a solid-propellant third stage.

“The production and testing facility next to the Kavoshgar 1 launch site would seem well positioned to contribute to this third stage,” Dr Forden said.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 08:39
L’Iran forme des chiites libanais à la guerre sainte
11 avril 2008 - israelinfos.net

Le journal koweitien "El-Watan" a révélé, dans son édition de jeudi, que l’Iran assure désormais des "formations spéciales" aux membres du Hezbollah "en vue de les préparer à la prochaine guerre contre Israël".


Lire l’ensemble de la revue de presse de "israelinfos.net"

Selon ces informations, qui se fondent sur des déclarations de Mohammed Ali Husseini, secrétaire général du Conseil islamique libanais, à des journalistes koweitiens, ces "entraînements à la guerre sainte" ont déjà causé au moins vingt morts parmi les activistes du Hezbollah.

Husseini, qui n’a pas donné de détails sur les circonstances de ces décès, a néanmoins souligné que l’organisation de Hassan Nassrallah "considère ces combattants tombés au cours de stages effectués en Iran comme des saints et des martyrs, dont non seulement les chiites peuvent s’enorgueillir, mais aussi les sunnites".

Le journal anglais "The Independant" a pour sa part annoncé que depuis novembre 2006, quatre mille cinq cents militants du Hezbollah ont été envoyés, puis formés en Iran, par "les meilleurs instructeurs appartenant aux Gardiens de la révolution". Actuellement, environ trois cents personnes se portent volontaires chaque mois, et effectuent le voyage de Beyrouth à Téhéran, pour suivre des "initiations intensives tant au maniement d’armes sophistiquées qu’au combat rapproché en milieu urbain" d’une durée de trois mois chacune.

Dans leur immense majorité, ces "combattants d’Allah" sont issus de la communauté chiite libanaise.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 20:05
Nouvelles violences au Bahreïn : un policier tué

mercredi 9 avril 2008 - 22h51, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Les émeutes et les violences urbaines se succèdent au Bahreïn, où la majorité chiite de la population proteste contre le régime, détenu par la minorité sunnite. La déstabilisation est imputée à l’Iran. Téhéran ne cache pas ses ambitions et multiplie les déclarations hostiles au Bahreïn, considéré comme un territoire iranien qui avait été amputé par les Occidentaux.

C’est dans cette ambiance régionale des plus tendue, notamment entre Sunnites et Chiites, que la petite monarchie la plus libérale au Golfe connaît périodiquement des poussées de violence. Sa déstabilisation est d’autant plus inquiétante qu’elle coïncide, d’une part, avec les émeutes dans le sud du Yémen, et avec la rébellion soutenue par l’Iran dans le nord du pays, à la frontière avec l’Arabie saoudite, et qu’elle vise d’autre part le pays qui héberge le commandement de la 5ème flotte américaine.

Mercredi matin, une voiture appartenant à des expatriés asiatiques a été soufflé par l’explosion d’une bonbonne de gaz. Mercredi soir, des accrochages ont opposé des policiers à des jeunes émeutiers. Ces derniers ont attaqué une patrouille de police à coup de cocktail Molotov. Un policier a été grièvement blessé. Evacué à l’hôpital, il a succombé à ses blessures.

Le ministère de l’Intérieur a confirmé le décès du policier et s’apprête à publier un communiqué sur les circonstances des événements. Depuis les violences des années 1990, antérieures aux réformes constitutionnelles, c’est la première fois que les émeutes font des victimes dans les rangs des forces de l’ordre.

MediArabe.info

 

Après les Américains, les Canadiens sont la cible du terrorisme au Yémen

jeudi 10 avril 2008 - 11h06, par Chawki Freïha

Logo MédiArabe.Info

Après l’évacuation des familles des employés diplomatiques et consulaires américains du Yémen, à la suite de plusieurs attentats et attaques revendiquées par Al-Qaïda contre les intérêts des Etats-Unis, une société canadienne semble avoir été visée la nuit dernière, par une explosion à Sanaa.

Selon le site islamiste « Islammemo.cc », une explosion a secoué dans la nuit de mercredi à jeudi la zone où est situé le siège yéménite de la compagnie pétrolière canadienne Nexen, à Sanaa. La déflagration n’a pas fait de victimes. La police yéménite a réussi à désamorcer un second engin.

Cette nouvelle attaque intervient alors que le chef du FBI se trouve au Yémen. Robert Muller a été reçu hier mercredi par le président Ali Abdallah Saleh. Les deux hommes ont examiné la coopération bilatérale dans la lutte contre le terrorisme ainsi que le sort des Yéménites détenus à Guantanamo.

Traduction de Chawki Freïha

Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 18:44

 

L'Anti-Defamation League américaine va publier une série d'encadrés accusant la Suisse, et sa ministre madame Calmy-Rey, de soutien au terrorisme suite à sa visite en Iran.

Début mars, la Suissesigné un contrat de 20 milliards $ pour acquérir du gaz iranien alors que la communauté internationale cherche à faire plier le régime des mollahs par des sanctions économiques.

Cette manoeuvre scandaleuse, qui n'est pas sans rappeler d'autres temps, est aujourd'hui dénoncée haut et fort. La photo est sans ambiguïté. Rappelons que la même madame Calmy-Rey s'était déjà distinguée en insultant Israël et en encourageant le négationnisme de la Shoah !

Bravo à l'ADL d'attaquer cette folle !
Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 00:16
19:55 Yémen : des habitations juives ont été bombardées et pillées. Le rabbin de la communauté juive d'Al-Salem, Yhiya Yossef Moussa, a vu son domicile partir ainsi en fumée. Les Juifs de ce village logent depuis un an déjà dans le centre touristique de Sanaa, à cause d'attaques islamistes à l'initiative d'Al-Qaïda.  (Guysen.International.News)

Terrorisme au Yémen : trois explosions visent un complexe hébergeant des Américains à Sanaa

dimanche 6 avril 2008 - 21h20, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Trois explosions ont secoué, dimanche soir, un complexe d’habitations, hébergeant des Occidentaux au Yémen. Selon une source du ministère de l’Intérieur, un attentat s’est produit dimanche soir dans un quartier de la banlieue de Sanaa, où résident des diplomates étrangers et des expatriés, notamment Américains.

Mais selon la télévision « Al Arabiya », ce sont trois explosions quasi simultanées qui ont secoué le complexe, situé dans la banlieue sud de la capitale yéménite Sanaa. On ignore si ces attaques sont kamikazes ou si elles ont fait des victimes.

Cette triple attaque intervient après l’attaque au mortier menée le 18 mars dernier contre l’ambassade des Etats-Unis à Sanaa, et qui a touché une école située à quelques mètres de la représentation diplomatique.

Le Département d’Etat avait appelé, le 20 mars, les ressortissants américains à éviter de se rendre dans ce pays, et ceux qui y résident étaient invités à la plus grande vigilance.

MediArabe.info

Partager cet article
Repost0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 12:47
La seconde guerre Iran-Irak


  Par KIMBERLY KAGAN
   3 avril  2008; Page A15

Actuellement, c'est l'Iran qui cause la majorité des violences et de l'instabilité en Irak, une tendance qui commencé en juillet 2007, selon le Lieutenant-Général de l'Armée américaine Raymond T. Odierno, à partir du moment où les offensives des militaires irakiens et américains balayaient Al Qaeda de ses sanctuaires autour de Bagdad.

Les militaires américains dans leurs conférences de presse ont maintes fois signalé que les principaux responsables du Gouvernement iranien soutiennent et dans de nombreux cas, contrôlent les groupes armés hors-la-loi qui combattent les forces américaines et sapent les fondements du Gouvernement irakien. Tout particulièrement, les récents affrontements à Bassorah et Bagdad ne proviennent pas à l'origine d'une guerre civile entre les factions politiques shiites irakiennes, mais bien d'une lutte continuelle entre le gouvernement irakien et les milices illégales organisées, entraînées, équipées et financées par l'Iran.

[The Second Iran-Iraq War]
AP
  Les soldats irakiens securisent une rue de Bassorah, le 2 avril 2008 .

Le Premier Ministre Nouri-al-Maliki et les forces de sécurité irakiennes sont actuellement en train de combattre ces milices, une exigence américaine de longue date qui avait été formulée dans l'élaboration des points de repères (benchmarks) au Congrès en 2006. Pour les Américains, la question est simple : allons-nous soutenir l'Irak dans ce combat, ou abandonner son gouvernement et son peuple?

L'Iran a sponsorisé ces milices hors-la-loi depuis la formation du Gouvernement de Maliki en 2006. La Force Quds, la première équipe d'entraînement terroriste et l'exportatrice de sa révolution, a fourni chaque mois, l'équipement et des fonds  pour une valeur comprise entre 750 000 $ et 3 millions de $ aux milices d'Irak, durant la première moitié de 2007, selon le Brigadier-Général américain Kevin Bergner. En supplément, les militaries américains et la presse signalent que le Hezbollah libanais sous les auspices des Forces Quds ont directement entraîné les combattants irakiens, en envoyant des conseillers militaires pour assister Moqtada Sadr à créer l'Armée du Mahdi en août 2003, pour entraîner les milices irakiennes en Iran en 2005 et pour superviser les milices à l'intérieur de l'Irak depuis 2006.

Les milices ayant subi un entraînement iranien ont opéré entre 2006 et 2008 en tant qu'unités connues sous le nom de "Groupes spéciaux" ou "cellules secrètes", tout en déclarant ostensiblement servir au sein de l'Armée du Mahdi. En réalité, l'Armée américaine dit que leur chef en titre -l'ex-sadriste Qais Khazali - recevait ses ordres d'un commandat du Hezbollah libanais, qui, à son tour, recevait les siens des plus hauts commandants de la Force Quds.

Les conseillers étrangers ont organisé ces groupes d'opposition irakiens en une structure coulée dans le moule du Hezbollah. Les groupes spéciaux ont kidnappé desresponsables du Gouvernement, lancé des escadrons de la mort contre des civils irakiens et régulièrement bombardé à coup de roquettes et de pièces de mortiers la Zone Verte avec des armes importées d'Iran. Ils ont fait passer en contrebande des projectiles explosifs hautement meurtriers (les EFP) pour tuer des soldats américains. En bref, les Groupes Spéciaux irakiens outenus par l'Iran ont empêché le Gouvernement d'Irak de contrôler effectivement le pays en 2006, et même retiré certaisn éléments du contrôle de Moqtada Sadr. Durant les récents heurts, les Groupes Spéciaux coordonnaient le chaos et les attaques de l'armée du Mahdi régulière dans la capitale et dans les provinces. En retour, l'Armée du Mahdi facilitaient les mouvements des Groupes Spéciaux dans Bagdad.

Moqtada Sadr a ordonné à sa milice de cessez le feu le 30 mars après que des représentants du parti Da'wa de Mr Maliki et uelques autres aient séjourné en Iran pour parler avec le Commandant en chef de la Force Quds. Quelques jours plus tôt, dans une longue interview accordée à Al Jazeera depuis une ville iranienne, Mr Sadr requit la relâche des prisons US de Qais Khazali. La récente violence générale prit fin uniquement lorsque la Force Quds jugea qu'elle le devait.

Où est-ce que tout cela nous emmène? Les opérations de l'armée irakienne à Bassorah n'ont pas pour autant éliminé les milices présentes. L'Armée du Mahdi et les Groupes Spéciaux ont évidemment consolidé leurs défenses autour du périmètre de la ville, ainsi que dans certains faubourgs, que l'armée irakienne n'est pas à cette heure capable de réduire tout-à-fait. Mais l'opération a aussi révélé les nouvelles forces du Gouvernement irakien et des forces de sécurité.

Mr Maliki a fait la démonstration de sa volonté de défier les milices shiites et l'Iran dans le coeur de l'Irak shiite. Les forces de sécurité irakiennes ont démontré de façon éclatante leur capacité à défendre le centre de l'Irak, et à étouffer une insurrection de l'Armée du Mahdi et des Groupes spéciaux dans les villes les plus importantes entre Bagdad et Bassorah. Il faudra résourdre les problèmes de sécurité subsistants lors de futures opérations, que nous devrions encourager le Gouvernement d'Irak à entreprendre après une planification plus étoffée et, peut-être, un renforcement.

Le récent conflit en Irak a également révélé pas mal de choses concernant nos ennemis. L'intensité des activités des Groupes Spéciaux est montée en puissance entre janvier et mars. Les forces américaines et irakiennes ont découvert de vastes caches d'EFP et de nouvelles roquettes iraniennes qui, bien souvent, annoncent une offensive des Groupes Spéciaux. Les opérations à Bassorah semblent avoir poussé par anticipation les Groupes Spéciaux et l'Armée du Mahdi à lancer cette offensive prématurément, en désaccord avec leur plan initial. Et elle n'a pu réussir.

L'Iran et Mr Sadr ne peuvent pas simplement déchaîner une flambée de violence susceptible de submerger les forces de sécurité irakienne partenaires des unités de l'armée américaine, puisqu'ils sont tout-à-fait capables de faire face à une telle situation. Malgré toute sa rhétorique nationaliste, Mr Sadr n'est évidemment pas (ou plus) maître de son propre mouvement - il apparaît que la décision de combattre ou pas reste entre les mains du Commandant des Forces Quds et pas entre les siennes. Mais les milices de Sadr restent une réserve dans laquelle les Groupes Spéciaux peuvent et veulent pouvoir puiser en cas de crise.

Ces évènements fournissent une énorme occasion autant pour les Etats-Unis que pour l'Iran - et quel que soit l'Etat qui répondra le plus intelligemment et le plus rapidement aux circonstances sur le terrain engrangera les bénéfices. Les Etats-Unis devraient encourager et soutenir la louable détermination du Gouvernement irakien à rétablir les règles de la loi à travers tout l'Irak, et plus seulement là où les forces américaines sont présentes.

Les Etats-Unis et le gouvernement irakien doivent également étendre l'initiative des "Fils de l'Irak" -le programme que les Irakiens locaux de Bagdad, de l'Anbar et de Diyala ont utilisé pour sécuriser leurs communautés aux côtés des forces irakiennes- aux zones shiites. L'amérique devrait fournir des financements et un soutien pour ces groupes dans le Sud, des services à leurs communautés, de la même façon qu'elle a su le faire dans les zones sunnites. Les "Fils de l'Irak" ont le potentiel pour transformer en prfondeur les politiques iakiennes, rendant les Shiites plus responsables des réponses à apporter aux besoins des populations et moins attachés à prendre leurs ordres de l'Iran.

Par-dessus tout, les Etats-Unis doivent reconnaître que l'Iran est engagé dans une guerre totale contre eux, mais par procuration en Irak. Les agents iraniens et leurs forces militaires sont activement en train d'attaquer les forces américaines et le Gouvernement irakien. Chaque roquette qui atterrit dans la Zone Verte devrait nous rappeler que les objectifs iraniens ne sont, de toute évidence, pas bénins - ils consistent au mieux à déstabiliser et au pire, hégémoniques. Les Etats-Unis doivent vaincre al Qaeda en Irak et protéger l'Irak de l'intervention militaire directe de l'Iran. Manquer à cela ne fera qu'inviter la domination iranienne sur un Etat arabe qui, désormais, ne demande qu'à être notre allié.

 

Madame Kagan est présidente de l'Institut d'études de la Guerre. Ses rapports sur les opérations militaires en Irak sont accessibles àsur: understandingwar.org.

voir également :

Al-Sadr militia prep for U.S., Iraqi fighting

By Sharon Behn
April 5, 2008,  :

http://www.washingtontimes.com/apps/pbcs.dll/article?AID=/20080405/FOREIGN/275149421/-1/RSS_WORLD

 


Partager cet article
Repost0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 12:37

Alerte terroriste en Egypte

Le rapprochement entre le Soudan et l’Iran et l’enregistrement de Zawahiri inquiètent le Caire

samedi 5 avril 2008 - 00h52, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Les autorités égyptiennes ont lancé une alerte terroriste, dans la soirée du 4 avril. Le Caire craint des attentats contre des bâtiments administratifs et des entreprises publiques, ainsi que contre des cibles touristiques à Charm El-Cheïkh.

Les forces de l’ordre égyptiennes sont en effet à la recherche de deux individus : un ressortissant soudanais et un bédouin du Sinaï, qui circulent à bord d’une Toyota qui serait bourrée d’explosifs. La police a renforcé les mesures de sécurité et tente d’intercepter la voiture avant de parvenir à l’une des cibles potentielles.

Ce développement intervient deux jours après la diffusion de l’enregistrement (conférence de presse virtuelle) de Zawahiri, dans lequel il a affirmé que « beaucoup d’Egyptiens attendent la bonne opportunité pour rejoindre le jihad ». Al-Zawahiri avait également appelé les tribus du Sinaï à soutenir les Palestiniens.

Mais également, l’alerte a été lancé au lendemain de la signature d’un accord stratégique entre l’Iran et le Soudan selon lequel Téhéran doit aider Khartoum financièrement, économiquement et surtout militairement, et doit fournir des armements à l’armée soudanaise. Cet accord inquiète particulièrement l’Egypte et Israël, qui redoutent les effets de ce partenariat stratégique sur la sécurité dans la Mer Rouge. En cas de conflit avec l’Iran, le Soudan pourrait menacer la navigation dans la zone. Aussi, le renforcement du Soudan pèsera sur le conflit avec l’Egypte autour du partage des eaux du Nil. Enfin, Khartoum espère exploiter son alliance pour rompre le statu quo dans ses relations avec le Tchad. D’ores et déjà, les Soudanais réclament l’arrestation des six membres français de l’Arche de Zoé, accusés de « trafic d’être humains », pour les juger au Soudan...

Le Caire craint d’être pris en tenaille par l’axe islamiste lié à Téhéran : les Soudanais au Sud et le Hamas palestinien à Gaza. La mobilisation de cette nuit à la recherche de deux Soudanais et d’une voiture bourrée d’explosifs atteste de cette crainte.

MediArabe.info

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis