Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 09:32

vendredi 04 avril 2008

L'Iran a commencé l'installation dans son complexe nucléaire souterrain de Natanz de centrifugeuses de nouvelle génération qui pourraient lui permettre d'enrichir davantage d'uranium, apprend-on de source diplomatique.

L'Iran dit ne vouloir produire du combustible nucléaire que pour alimenter des centrales électriques. Les Nations unies ont toutefois infligé trois séries de sanctions à la république islamique concernant son programme nucléaire.

Téhéran avait installé l'an dernier 3.000 centrifugeuses dans le complexe de Natanz, suffisamment pour enrichir l'uranium à une échelle industrielle.

Ces machines étant d'un modèle peu fiable datant des années 1970, l'Iran avait entrepris d'en tester une version avancée.

Sur les plus de 300 nouvelles centrifugeuses installées ces derniers mois à Natanz, une partie sont d'anciens modèles, mais le reste relève de la nouvelle génération, ont indiqué des diplomates occidentaux ayant pu consulter des rapports à ce sujet.

"Le rapport entre les (nouvelles et les anciennes) centrifugeuses dans le dernier lot est encore incertain", a déclaré l'un d'eux à Reuters.

L'Iran semble en tout cas résolu à produire "au maximum" avec ce nouveau modèle en réduisant progressivement l'activité de l'ancien.

Les centrifugeuses iraniennes "IR-2" peuvent enrichir l'uranium deux fois plus vite que les modèles précédents.

Le représentant iranien à l'AIEA a indiqué à Reuters qu'il n'avait pas connaissance de ce développement à Natanz. L'Agence internationale de l'énergie atomique, dont les inspecteurs ont accès au complexe souterrain, n'ont pas souhaité réagir.

8 AVRIL, JOURNÉE DE LA TECHNOLOGIE NUCLÉAIRE

Les centrifugeuses sont constituées de tubes tournant à une vitesse supersonique qui permettent d'enrichir l'uranium pour un usage civil ou militaire. Elles fonctionnent généralement en "cascades" de 164 machines reliées les unes aux autres.

Selon la première source diplomatique, l'Iran a achevé les contrôles de qualité et de fiabilité des nouvelles centrifugeuses et s'apprête à les alimenter en uranium.

On ignore toutefois quand ce processus commencera.

"Les deux nouvelles cascades ont été installées afin de respecter la directive du président (Mahmoud) Ahmadinejad, qui avait souhaité voir une réussite significative pour le 8 avril, la date dont l'Iran a fait la journée nationale de la technologie nucléaire", a indiqué cette source.

Il y a un an, Ahmadinejad avait profité de la même occasion pour annoncer que la capacité d'enrichissement à l'échelle industrielle avait été atteinte.

Selon des analystes, Téhéran n'a cependant pas prouvé être en mesure de faire fonctionner un grand nombre de centrifugeuses à vitesse élevée pendant de longues durées, condition nécessaire pour obtenir des quantités exploitables d'uranium enrichi.

Selon les diplomates interrogés, l'installation de ces nouvelles centrifugeuses est destinée à "présenter un fait accompli" afin d'affirmer l'intention iranienne de poursuivre et accélérer l'enrichissement en dépit des demandes du Conseil de sécurité de l'Onu.

Selon des diplomates proches de l'AIEA, une réunion avec un haut responsable iranien doit être organisée à la mi-avril à Vienne.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 15:00
On note, en tout premier lieu, dans cet article, que la volonté hégémonique de l'Iran pan-shiite exprimée par Khomeiny, dont la haine pour les Arabes était sans bornes, devait prendre sa source à partir de son influence supposée sur les Shiites irakiens et leurs débouchés par le Shatt- Al-Arab. Ceci nous ramène aux récentes "aventures" des forces Al Quds dans le sud de l'Irak et à leurs actuels déboires, à l'affrontement théologique entre Najaf et Qum.

L'homme qui confie ses souvenirs et analyses est un ancien conseiller du 1er Ministre, juste après la révolution iranienne, qui a dû prendre la fuite après la disgrâce de Banisadr, réfugié lui-même à Paris, pendant que sa famille et ses proches étaient assassinés ou torturés par les Pasdaran.

Il rappelle également que Madeleine Allbright, pour Bill Cliton avait tout fait pour susciter un rapprochement par l'intermédiaire du Président Katami. Mais que celui-ci n'avait pas obtenu l'autorisation spéciale de Khamenei, l'épouvantail spirituel de la Révolution, pour poursuivre, avant de quitter les rangs dirigeants.

D'autre part, l'Iran fera tout pour détruire le Liban, le next plus Ultra consistant en une guerre provoquée contre Israël par son agent local, le Hezbollah (voir Juillet 2006), de façon à raviver la colère du monde arabe. Le conflit israélo-palestinien, qu'il alimente via Damas, est un pur prétexte pour la Mollachie.

Iran's Adventures in the Region will Fail


http://www.asharqalawsat.com/english/news.asp?section=2&id=12296
03/04/2008

Recently published in the US, the book "Peace Not Terror: Leaders of the Antiwar Movement Speak out against US Foreign Policy Post 9/11" by Mary Susannah Robbins includes studies written by experts and specialists about the region.

One of the contributing writers is Mansour Farhang, Iranian author, university professor and former diplomat who served as revolutionary Iran's first ambassador to the United Nations. However, Farhang soon resigned his post in protest after Khomeini's regime rejected the UN Commission of Inquiry's recommendation to release American hostages in Tehran.

Farhang returned to Iran to join the Mehdi Bazargan (the first prime minister following the Islamic revolution in 1979) and Abolhassan Banisadr's (first president of the Islamic republic) group. Later Bazargan died, Banisadr was granted political asylum in France and Farhang went into hiding then fled to Turkey. Since then, Farhang has settled in the US where he has published various books and teaches diplomatic history and international relations at Bennington College, Vermont.

The former diplomat recalls Ayatollah Khomeini's regional aspirations, which were based on the leader's experience in Iran and his belief that the Iranian revolution could be exported to Iraq's Shia. Khomeini believed that "his ambitions did not depend on military operations, rather he believed that he could succeed in disseminating Iranian influence in Iraq through propaganda because he know the country well and had several colleagues there. Then the Arab and Islamic worlds would follow."

Farhang maintains that Khomeini did not have a strategy, he wrote, "With the outbreak of the Iraqi-Iranian war in September 1980 and after the Iraq forces invaded Iran, Khomeini issued a fatwa to the Iraqi people; however it was believed that the fatwa was addressed to the Shia in Iraq. He believed that they would revolt against the war – but that did not happen. Khomeini issued another fatwa in which he likened Saddam Hussein to Yazid [Yazid Ibn Muawiyah Ibn Abu Sufyan] calling him a traitor even using the same expressions he had employed against the Shah [Reza Pahlavi] – but it was to no avail."

According to Farhang, Khomeini wanted to issue a third fatwa but then-Iranian President Abolhassan Banisadr said to him, "You have issued two fatwas and no one has moved; this will diminish your credibility and prestige in the region – so why issue a third one, to which Khomeini replied: '"They are from Kufa in any case!"

This incident was related to Farhang by Banisadr himself and the former also recalls Khomeini's meeting with German correspondent in Neauphle-le-Château. The correspondent had asked, "The Iranians say Persian Gulf and the Arabs call it the Arabian Gulf – how do you solve this problem? Khomeini answered: 'You could call it the Islamic Gulf.' However after he assumed power, someone reminded him of what he has said to which Khomeini replied: " the Arabs can go to Hell!"

Farhang added, "It may be said that Khomeini had the most hatred for the Arabs over the past five centuries."

I recounted to Farhang that when I interviewed Khomeini in Neauphle-le-Château, he refused to speak to me in Arabic and that his grandson Mustapha, who later died of mysterious causes, had assumed the task of translation.

Farhang's response was, "He [Khomeini] was a fanatic. A number of Arab leaders, including Colonel Qaddafi, wanted to go to Neauphle-le-Château but he refused to receive them. The only Arab leader who met him was Yasser Arafat, because he had no authority."

He also disclosed: "When the Iraqi-Iranian war first erupted, 12 Arab heads of state came to Tehran to mediate and try to stop the war but Khomeini refused to meet with any of them."

In response to the question as to whether Iranian President Ahmadinejad had a strategic plan, Farhang said, "He addresses his words to the Arab people and has gained wide popularity in the Middle East – but not for anything he has achieved inasmuch as the fact that he answered to the people's despair, which is likely to lead to nothing."

"Ahmadinejad is armed with the Iranian nuclear program," he continued, "and he considers it to be a potential force that can be exploited. Any state capable of enriching uranium to fuel reactors can later on enrich it to develop a nuclear bomb. Ahmadinejad is aware of this potential force that can be exploited. In this sense his policy is no different from the Shah's. He [the Shah] told his advisors in the nuclear field: 'We do not want an atomic bomb in the near future but we should had have the ability to develop one, should the need arise. And this is all what the Iranian politicians think of."

This is why Farhang rules out the possibility of US President George W. Bush launching a war against Iran since Iran is still not capable of making an atomic bomb. It needs a period of five to eight years and therefore, there is no pressing need.

The Iranian professor said, "The US naval and air force may strike Iran, however America knows fully well that Iran can retaliate by attacking US targets in the region and it can strike countries that maintain good relations with the US, such as Bahrain and Qatar."

As for the next US president and the likelihood of he/she forgoing Bush's commitments and adopting a milder discourse with Iran, Farghang said, "If John McCain comes into office then we will witness an escalation of Bush's policy but the situation will be different if Barack Obama or Hillary Clinton came to power."

Farhang disclosed: "I will tell you about the attempts made by former US president Bill Clinton – and that is where the tragedy of US-Iranian relations lies. In 1999, ex-secretary of state Madeleine Albright issued a public apology for the 1953 coup which had toppled [Mohammed] Mossadegh's regime and called for open dialogue between the US and Iran. Iranian President Mohammad Khatami was very keen to respond to the US invitation; however Hashemi Rafsanjani and Ayatollah Ali Khamenei refused to allow Khatami to reap the gain of starting up dialogue with the US while he was preparing for his election campaign to run for second term. Blinded by envy, they prevented him from negotiating with the US at the time when then-president Clinton had listened very closely to Khatami's UN speech [General Assembly Hall]. The US administration was prepared to discuss Iran's nuclear program, in addition to other pending issues between the two states. However, when Khatami's term ended in 2003 Iran brought forward Clinton's proposition but President Bush was embroiled in the aftermath of overthrowing the Taliban in Afghanistan and Saddam Hussein in Iraq and thus turned down the proposal for negotiation. In fact, he said: 'Iran is our next target.'"

"Which is why," Farhang continued, "if Obama or Clinton came to power and offered Iran a proposal; it will respond this time because it is in the regime's interest." He revealed that the Iranian regime is unified in its position regarding this matter and added that Khamenei said: "Our disagreement with the United States is not eternal – but the time has yet to come."

Farhang's view is that: "Iran and America are like a couple that has had a bad marriage for the past 25 years that ended in a disastrous divorce and we are still awaiting the reconciliation."

According to Farhang, Iran wants to normalize its relations with the US so long as the latter recognizes it as a chief player in the Gulf's security – it does not want to normalize relations on the basis of yielding to American demands.

He elaborated, "Iran relishes the fact that it is the only state that challenges America's hegemony in the Middle East. If Washington is ready to deal with it as a player rather than just a 'client' state, as was the case with the Shah's Iran, then it will accept that position," and added, "regardless of our position towards the incumbent regime, Iran is concerned over its security and believes that the US wants to change the regime so that it may be headed by someone who is more suitable in its eyes. If we look at a map today we will see that Iran is surrounded by US military presence."

Speaking of Iran's domestic affairs, Farhang disclosed that a new political-economic class had emerged and that it was comprised of the elite class of the Iranian Revolutionary Guard Corps (IRGC) and the Basij forces. Furthermore, he believes that the role of religious clerics will be marginalized by this class in approximately five to 10 years. "In the Islamic Republic's first parliament, there were 150 MPs who were clerics whereas presently, there are only six clerics."

As for Syria, Farhang believes that it is benefiting from the situation; with knowledge that Iran supports Hamas and Hezbollah via Damascus. He reminded me that former Israeli prime minister Ariel Sharon had said that he liked the political process to a point that he wanted it "to last for a thousand years".

"This sentiment applies to Iran," Farhang revealed, "since resolving the Israeli-Palestinian conflict would deny Iran its foremost pretext for meddling in the region," he said.

But why does Iran continue to back Hezbollah when it means that Lebanon could be subjected to a war waged by Israel? The Iranian academic said, "Destroying Lebanon would only augment the severity of Arab wrath and this kind of tension can be exploited by Iran to mobilize the Arab world against the US pressure that is exerted upon it. The Iranian regime is not concerned with the interests of the Lebanese society; I do not think that Lebanon's fate is taken into consideration during the decision-making process in Tehran."

Farhang believes that Iran's adventures in the region are doomed to fail. In the long run, it is impossible for Iran to seize control of Iraq, he said. This kind of expansion was achieved by ex-Egyptian president Jamal Abdel Nassar when he reached Yemen after which his influence began to dwindle.

"Iran's actions and the conflicts that it stirs up do not contribute to the security and interest of other states; in fact it tarnishes Iran's good image. If we want to know the future of the Iranian regime we should examine the state's internal affairs. As for its external affairs; what is going on is transient and tactical and it does not contribute anything to the state's supreme interest."

Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 08:55

Wednesday, April 02, 2008

BREAKING NEWS!! ISLAMIC SUPPORT FOR OBAMA COMING INTO THE OPEN IN CALIFORNIA
Islamic Support for Obama
Outside this mosque in Anaheim, California (State College Drive) we finally got definitive evidence of two things:

1. Word has been out in the Islamic community worldwide for some time (specially Indonesia and Malaysia) to begin overt support for Obama.

2. We heard rumors of the Islamic Republic of Iran also passing the word to their American agents and clerics to support Obama but had nothing tangible till now.

3. The photo above was taken during the last week of March, 2008 by an AntiMullah person who happened to see this woman and was delighted to have a camera on hand.

4. Don't be misled by there only being one person. Mosques have been told to get the message across effectively rather than to hold demonstrations, since there was no protest involved where numbers rather than a "bilingual" sign become important.

Note the "bilingual" aspect uses English lettering for Persian (not Arabic) words to reach a broader audience than writing it in Farsi (Persian) fonts.

Meanwhile AntiMullah individual visits have doubled in the past month as people increasingly realize we offer good common sense comments and warnings. And visitors from all over the world browse several pages to end up doubling the indvidual visits.


In these languages

Languages 040208

AntiMullah does not seek, encourage or discourage comments as we try to offer educational information about subjects that many people do not know deeply and offer it in good faith, not for applause, fame (or notoriety) and certainly not fortune. We receive no income from the site nor for the site.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 07:39

La Chine aurait dénoncé le caractère militaire du programme nucléaire iranien

Pékin aurait-il troqué l’Iran contre le Tibet ?

jeudi 3 avril 2008 - 01h41, par Khaled Asmar

Logo MédiArabe.Info

A première vue, l’information semble irréelle. Mais un examen approfondi de la situation laisse croire à son authenticité. La Chine aurait fourni à l’AIEA des informations capitales sur le caractère militaire du programme nucléaire iranien, en dépit de l’opposition chinoise au renforcement des sanctions internationales contre l’Iran.

En effet, selon le site « Aafaq.org », « deux diplomates chinois auraient incriminé Téhéran, en fournissant des renseignements précis concernant le caractère militaire du programme nucléaire iranien à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Ces documents auraient été remis à l’AIEA en fin de semaine dernière, et ce mercredi ».

Rien, à l’heure actuelle, ne justifie ce changement d’attitude de la Chine, sauf si l’on considère que Pékin cherche le silence de l’Occident face à la répression qu’il mène du Tibet, ou si l’on admet que les Chinois souhaitent ainsi acheter la participation des Occidentaux aux jeux olympiques qu’ils organisent en août 2008.

En tout état de cause, l’Iran, lâché par ses plus proches alliés, se retrouve dans le plus grand embarras, tout comme la Syrie, qui a du mal à expliquer la nature de la cible bombardée par Israël en septembre 2007. L’Etat hébreu affirme avoir détruit une centrale nucléaire en construction avec les Nord-Coréens, et les soupçons sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein, qui auraient été cachées en Syrie (et dans la Békaa libanaise, sous contrôle du Hezbollah) à la veille de l’invasion américaine de l’Irak, ne sont toujours pas dissipés...

La fin de la récréation semble sonner pour l’axe syro-iranien. Damas et Téhéran doivent se faire des soucis avec le renforcement du dispositif américain dans le Golfe et en Méditerranée, avec l’envoie de renforts de l’OTAN en Afghanistan, et avec la mobilisation de l’armée israélienne dans le nord de l’Etat hébreu.

Khaled Asmar



Malgré son opposition de la première heure aux sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran, la Chine a fourni des renseignements concernant le programme nucléaire iranien à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ont déclaré deux diplomates à l'Associated Press.

La collaboration de la Chine, qui a constamment freiné les efforts des Etats-Unis visant à imposer des sanctions à l'Iran, représenterait un changement d'attitude qui pourrait refléter le malaise international croissant alors que l'Iran continue de clamer que son programme nucléaire est destiné à un usage strictement civil.

Les deux diplomates ajoutent sous le couvert de l'anonymat que la coopération de la Chine constitue un apport inattendu. Plusieurs autres pays ont récemment commencé à fournir des renseignements qui pourraient aider l'AIEA à déterminer si l'Iran cherche à mettre au point des armes nucléaires.

L'Agence internationale de l'énergie atomique s'est refusée à tout commentaire.

Selon les diplomates cités plus haut, des renseignements reliés au présumé programme d'armement nucléaire clandestin de l'Iran, présentés aux 35 membres du conseil de l'AIEA en février dernier, auraient suscité de vives inquiétudes.

A la suite de cette présentation, plusieurs pays membres qui avaient auparavant refusé de collaborer se sont mis à alimenter l'AIEA en informations, d'après les diplomates.

Diplomats: China provided IAEA with intelligence on Iran's nuclear program

Despite adamant objection to Western-led efforts against Tehran's pursuit of nuclear power, Beijing officials provide Atomic Agency with intelligence on contested Iranian plans

Photo: AFPNatanz nuclear plant in Iran (archive) Photo: AFP

Associated Press

Published:  04.02.08, 17:42 / Israel News
China, an opponent of harsh UN Security Council sanctions against Iran, has nonetheless

provided the International Atomic Energy Agency recently with intelligence linked to Tehran's alleged attempts to make nuclear arms, diplomats have told The Associated Press.

 

Beijing, along with Moscow, has acted as a brake within the council, consistently watering down a US-led push to impose severe penalties on Tehran for its nuclear defiance since the first set of sanctions was passed in late 2006.

 

A Chinese decision to provide information for use in the agency's attempts to probe Iran's purported nuclear weapons program would appear to reflect growing international unease about how honest the Islamic republic has been in denying it ever tried to make such arms.

 

China's venture was revealed by two senior diplomats with good contacts to the International Atomic Energy Agency, with one commenting late last week and the other Wednesday. The IAEA declined comment.

 

The diplomats said Beijing was the most surprising entry among a fairly substantial list of nations recently forwarding information to the agency that adds to previously provided intelligence, and which could be relevant in attempts to probe Iran for past or present nuclear weapons research.

 

Other nations out of 'anti-Iran' camp contributed

But they said several other countries not normally considered to be in the anti-Iran camp had also done so in recent weeks.

 

The diplomats - who demanded anonymity because their information was confidential - declined to name individual nations. But they attributed a generally increased flow of information to UN Nuclear watchdog to concern sparked by a multimedia presentation to the 35 IAEA board members by the agency in February of intelligence previously forwarded by member states on Iran's alleged clandestine nuclear arms program.

 

One of the diplomats said the agency was also on the lookout for misleading information provided it, either inadvertently or in attempts to falsely implicate Iran. One example, he said was a document showing experiments with implosion technology that can be used to detonate a nuclear device.

 

While the document appeared genuine, it was unclear whether it originated from Iran, said the diplomat. uspected weapons-related work outlined in the February presentation and IAEA reports preceding it include:

 

- Uranium conversion linked to high explosives testing and designs of a missile re-entry vehicle, all apparently interconnected through involvement of officials and institutions

Procurement of so-called "Dual use" Equipment and experiments that also could be used in both civilian and military nuclear programs, and

 

- Iran's possession of a 15-page document outlining how to form uranium metal into the shape of a warhead. A US Intelligence estimate late last year said Tehran worked on nuclear weapons programs until 2003, while Israel and other nations say such work continued past that date.
Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 07:26
06:28 Selon les services de renseignement israéliens, le Hezbollah aidé par l'Iran et la Syrie, cherche à assassiner des personnalités israéliennes de premier plan sur le territoire européen et américain. (Guysen.International.News)

03:42 Selon des sources au sein du ministère de la Défense, les récents mouvements de troupes syriennes à la frontière avec Israël pourraient être le préambule d'une future attaque du Hezbollah dans le nord du pays.  (Guysen.International.News)

Iran Intercepting Israeli Communications Through Syria

April 02, 2008
The Associated Press
JPost.com



Iran has set up sophisticated listening stations in Syria in recent months to intercept Israeli military communications, Israeli security officials say.

The officials offered no details on how many stations had been set up. They spoke on condition of anonymity Tuesday because they were not authorized to disclose information about defense operations.

Israel is taking new precautions because of the listening stations, the officials said.

Top brass won't be allowed to bring their mobile phones into rooms where classified information is being discussed, the officials said. And generals will be assigned special areas on bases to conduct private conversations. That way, listening stations won't be able to hear sensitive conversations that might be going on in the background while generals talk on their cellular phones, they explained.




[…]
Plus globalement encore, c’est la fameuse conjugaison des menaces qui préoccupe l’establishment israélien de la défense,  Ehoud Barak en tête. Ce dernier, depuis que nous en avons parlé, s’est mis à préparer sa manœuvre de séparation d’avec Ehoud Olmert. Il l’a expliqué à des parents d’otages, affirmant qu’Olmert devait quitter les affaires dans le sillage de Dan Haloutz et d’Amir Péretz qui avaient démissionné des suites des bavures de la dernière guerre libanaise. Depuis, Barak a exprimé au comité central du parti travailliste qu’il dirige, qu’il devait mobiliser ses adhérents en vue de prochaines élections générales anticipées. 
Il est vrai qu’Ehoud Barak suffoque en présence de l’actuel 1er ministre, qu’il considère comme une terre inculte en tout ce qui touche les questions de défense. L’inaction d’Olmert indispose Barak, qui veut tout d’abord chasser le Hamas de Gaza. Le président du conseil a demandé au ministre des Armées d’avoir la patience de laisser se dérouler les festivités du 60ème anniversaire de leur Etat – des festivités prévues en mai – avec, notamment, les visites de leaders amis d’Israël, à l’instar des présidents Sarkozy et Bush.
Ensuite, en juin ou juillet, Olmert a promis à l’armée qu’elle pourra desserrer, par le Sud, l’étreinte d’ennemis qui se forme autour de l’Etat hébreu. S’il s’agit d’une nouvelle promesse en l’air, la coalition Kadima-Travaillistes ne passera pas l’été.
Quant aux Syriens, ce sont eux qui détiennent pour le moment la clé de la paix ou de la guerre avec Israël : si le Hezbollah bouge ou si l’armée d’Al Assad se dispose en formation de combat le long de nos frontières, ce sera la guerre. Car, ne l’oublions pas, d’entre les composantes limitrophes de la conjugaison des menaces, la Syrie est la plus inquiétante. Si elle trébuchait à la suite d’un nouveau faux pas, les potentiels de nuisance du Hezb et du Hamas deviendraient marginaux ; d’où l’on peut conclure pour Al Assad, que, même si Barak ne prévoit pas de frapper spontanément son armée, il fera mieux de regarder où il marche et de surveiller ses paroles ainsi que le mouvement de ses troupes et de ses séides ; ce, s’il entend passer un été plus ou moins tranquille.
Lire la suite sur le site de la Mena

Exclusive: Barak calls off German trip next week as Damascus raises war alarm

April 2, 2008, 9:06 PM (GMT+02:00)

Syrian troops

Syrian troops

Israel’s security cabinet convened Wednesday, April 2, to examine the homeland’s preparedness for war. It decided to redistribute the bio/chemical warfare masks a few months after they were called in. DEBKAfile’s military sources disclose intelligence data indicating the possibility that Syria may transfer to Hizballah chemical or biological warheads known to have been developed for its war arsenal.

A few hours earlier, the London-based al Quds al-Arabi quoted Damascus officials as claiming that Israel is preparing a big attack on Syria and Hizballah. Syria was said to have ordered a partial call-up of its military reserves.

DEBKAfile reports that Damascus has placed its missile units on the alert after last week deploying two armored brigades on the Beirut-Damascus highway under the command of President Bashar Assad’s young brother Maher Assad, chief of the presidential guard. They were posted there to block the road in case Israeli armored columns attempted to reach Damascus through Lebanon.

Our sources also note Syria plans to release the findings of its inquiry into the death of Hizballah leader Imad Mughniyeh in February. Sources close to Israel’s defense minister Ehud Barak report he called off his trip to Germany next week because he expects Damascus to use those findings to put Hizballah on the spot where it can no longer duck exacting revenge for his death from Israel, which is held responsible for his death.

IDF sources report Iran has sent Syria state of the art equipment for surveillance and eavesdropping on Israeli military command centers and bases.

Israel’s home defense command scheduled April 6-10 a nationwide exercise to improve the home front’s readiness for emergencies. Warning sirens will be tested on April 8.

Tuesday, Barak toured Israel’s northern border and reported “a great deal of activity on the other side.” He added:”…we are learning the lessons of the last war, Israel is the strongest country in the region and I would not advise anyone on the other side to test us.”

In their briefing to the Knesset foreign affairs and security committee Tuesday morning, IDF intelligence officers confirmed intense Hizballah activity, much of it in South Lebanon by operatives in civilian disguise. The officers referred to the Lebanese Shiite terror group’s rearmament with more powerful and longer-range rockets.

On March 22, DEBKAfile first revealed that Hizballah had more than trebled its pre-war rocket arsenal.

“Some of their 40,000 rockets of Syrian and Iranian manufacture can hit Israeli targets as far south as Beersheba, 350 km. away. Not only has Tel Aviv come within range, but Hizballah and the Palestinian Hamas in Gaza can between them now cover most of Israel up to its southernmost tip at Eilat. The possibility is now under consideration that these rockets may be armed with Syrian non-conventional warheads.

Damascus has also shipped to Hizballah quantities of anti-air weapons, including shoulder-borne rockets and scores of Russian-made anti-aircraft ZSU-100 automatic 14.4 mm caliber cannon, which are most effective against low-flying aircraft, helicopters and drones


Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 20:01

Les transfuges iraniens fournissent des renseignements cruciaux

 

Mardi 1er avril,  2008 8:24 AM

par : Kenneth R. Timmerman

 

Le Dr. Amir Farshad Ebrahimi, militant des droits de l’homme, explique que les agents des services de renseignements et de sécurité iraniens savent qu’ils disposent d’une adresse en Occident qu’ils peuvent utiliser pour fuir la République islamique.  

Au cours d’une interview exclusive, quelques jours à peine après que le Régime iranien ait tenté de le kidnapper à Istanbul et de le ramener en Iran [ il a été sequestré durant 48 heures à l’aéroport d’Istanbul par la police de l’air turque, à la demande d’un agent de l’ambassade iranienne, pour être renvoyé et torturé en Iran], cet ancien officier des Gardiens de la Révolution a raconté à Newsmax comment, avec d’autres anciens responsables iraniens, quelques amis occidentaux partageant les mêmes valeurs que lui, étaient parvenus à établir un « Comité de sauvetage» afin d’aider des transfuges de haut niveau cherchant à quitter l’Iran.

Mais de telles actions ne peuvent avoir lieu sans en payer le prix.

Le rôle qu’Ebrahimi a joué dans la défection vers les Etats-Unis d’un haut responsable du gouvernement iranien, durant le printemps dernier a fait de lui, la semaine dernière, une cible des services secrets iraniens.

Le responsable qu’il a aidé, qui n’est autre que l’ancien proche du Ministre de la Défense, le Général Ali Reza Asgari, est supposé avoir fourni à la CIA et à d’autres services de renseignement occidentaux, des informations inédites et cruciales sur le programme d’armement nucléaire iranien, aussi bien qu’un compte-rendu interne sur l’appareil terroriste iranien dans toutes les zones du globe.

Sans l’aide d’Ebrahimi, cependant, Asgari aurait très certainement dû retourner en Iran, juste après l’expiration de son passeport lui permettant d’aller «en pèlerinage » à Damas, en Syrie.

Ebrahimi raconte : “Nous nous trouvions ensemble à l’ambassade [iranienne] à Beyrouth, au milieu des années 90 ; c’est là que nous nous sommes connus. C’est la raison pour laquelle le Général Asgari m’a appelé, lorsqu’il était à Damas, l’an dernier. C’est lui qui m’a rappelé que nous étions ensemble à Beyrouth ».

Au cours de cette conversation téléphonique fatidique et durant d’autres communications, Asgari a expliqué à Ebrahimi qu’il ne souhaitait plus retourner en Iran, mais qu’il ne lui restait que deux jours d’autorisation sur son passeport.

Ebrahimi vivait alors en Allemagne et ordonna au prétendant à la désertion de louer une voiture et de se rendre jusqu’en Turquie, laissant sa seconde femme derrière lui dans une chambre d’Hôtel de Damas.

Depuis lors, les deux hommes sont restés en contact constant.

Après avoir “graissé la patte” d’un douanier turc pour la somme de 1500 $, afin qu’il le laisse entrer en Turquie sans visa, Asgari était censé avoir rendez-vous avec les contacts d’Ebrahimi à l’Hôtel Gilan d’Istanbul, dans des chambres qu’Ebrahimi avait louées pour lui. Mais l’apparition soudaine de la police turque juste en face de l’hôtel fit capoter ce plan.

Le “plan-B” d’Ebrahimi consista à arranger une rencontre entre Asgari et un responsable de l’Ambassade américaine dans la capitale turque, Ankara. Un autre responsable américain arriva des Etats-Unis pour s’entretenir avec Asgari.

Les Américains suggérèrent que le transfuge potentiel tente une approche des organisations affiliées aux Nations-Unies à Ankara et qu’il requiert un statut de réfugié politique, qui fut alors approuvé dans un temps record d’une semaine.

Newsmax a obtenu l’an dernier les copies des documents d’Asgari en tant que réfugié et les a montrées à des experts indépendants qui ont confirmé qu’ils étaient authentiques.

Depuis Ankara, Asgari s’envola vers Hambourg, en Allemagne, où Ebrahimi et lui-même se virent une dernière fois.

“Quatre heures plus tard, son vol arrivait en Allemagne depuis Ankara, le Général Asgari changea d’avion et partit avec un responsable américain pour Washington », raconte Ebrahimi à Newsmax.

Ebrahimi avait également prévu un autre plan de secours et s’était arrangé avec d’autres membres de son « Comité de sauvetage” pour héberger Asgari dans une maison sûre à Chypre, mais n’eut jamais à mettre ce plan en œuvre pour la bonne raison que le Gouvernement américain avait pris les choses en main.

Ebrahimi ajoute : “Après être arrivé aux Etats-Unis, Asgari m’a appelé et m’a demandé de faire savoir à sa seconde femme en Iran qu’il allait bien”

Deux semaines plus tard, Asgari était transféré vers une résidence sécurisée au Texas. La dernière fois qu’il contacta Ebrahimi, au début de l’été de l’année dernière, c’était pour l’encourager à aider d’autres membres officiels du Gouvernement iranien à prendre la fuite.

Pooya Dayanim, un investisseur de Los Angeles qui a aide Ebrahimi et qui est familier du cas Asgari s’interroge : “Est-ce qu’Asgari commençait à réaliser que la CIA sous-utilisait ses informations pour prétendre ensuite que le programme nucléaire iranien s’était interrompu?”

Selon Dayanim : “J’ai l’impression que son appel à encourager d’autres transfuges était motivé par sa conviction que le programme d’armement nucléaire était bien en marche et continuait de se développer ».

Une Estimation Nationale du Renseignement (NIE) concernant les programmes nucléaires iraniens, parue en décembre 2007, déclarait alors sur la foi des renseignements fournis par un transfuge –probablement Asgari-, qu’un segment fondamental du programme d’ armes nucléaires avait été interrompu.

Cependant, le Directeur des services de Renseignement Nationaux, le vice-administrateur Mike Mc Connell donna le sentiment de faire marche arrière au sujet des conclusions de la NIE, durant le témoignage qu’il apporta devant le Congrès, au début février.

Il plaida alors qu’un manqué de temps avait conduit à mal interpréter la version classée secrète de la NIE qui avait été diffusée au public. «  Aussi, si je devais aujourd’hui réfléchir à ce propos, je changerais vraisemblablement une chose ou l’autre », fit savoir le Directeur des Renseignements.

(Ici, le rapport de Newsmax report sur le retour de McConnell concernant les conclusions de la  NIE.)

Un autre rapport, intitulé : « les renseignements américains ont probablement été dupé par l’Iran »[ “U.S. Intel Possibly Duped by Iran," ], se concentra sur la façon dont les renseignements américains avaient sous-interprété ces informations.

Des sources ayant connaissance de ce qu’Asgari avait réellement transmis à la CIA concernant le programme d’armement nucléaire iranien ont confié à Newsmax qu’ils étaient convaincus que les analystes de la CIA avaient opéré un choix dans les informations d’Asgari.

Ces sources croient que les analystes de la CIA n’ont inclus des informations d’Asgari que ce qui convenait à leur conception politiquement orientée d’une « halte » dans l’armement nucléaire, de la part de la direction iranienne, tout en négligeant allègrement d’autres informations qu’il leur avait divulgué, qui suggérait au contraire, la continuation du travail d’élaboration d’armes nucléaires.

Cette Estimation “était un monceau d’une incroyable  contre-façon qui opérait un usage sélectif des sources », a expliqué à Newsmax un responsable gouvernemental qui a eu accès aux sources du matériau classé secrt-défense.

L’inspecteur en chef de l’armement de l’AIEA a fait part, lors d’un briefing à huis-clos adressé aux diplomates à Vienne, d’informations qui contredisaient directement le rapport de la NIE, ainsi que l’a rapporté Newsmax, le mois dernier.

Parmi les documents présentés par le directeur général en charge à l’AIEA, Olli Heinonen, se trouvait un document powerpoint interne au Gouvernement iranien qui exposait en détail les progrès réalisés concernant un véhicule de lancement de missiles nucléaires, au début de 2004, bien après que la NIE signalait que le programme avait été interrompu.

Newsmax a exposé les critiques présentes dans ce rapport dans un article.

Ebrahimi dit que son Comité de sauvetage est toujours engagé à aider d’autres transfuges à s’échapper d’Iran avec des connaissances précises concernant les programmes d’armement nucléaire iraniens et son soutien aux organisations  terroristes internationales, comprenant Al Qaeda.

© 2008 Newsmax. All rights reserved.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 11:57

Iran Gains African Foothold up to Chad through Pacts with Sudan

From DEBKA-Net-Weekly 341 Exclusive

April 1, 2008, 11:55 AM (GMT+02:00)

New Sudanes defense minister

New Sudanes defense minister


L'Iran a signé des accords militaires et stratégiques avec le Soudan génocidaire et infiltre ses Pasdaran au Tchad


L'Iran a profité de l'opportunité laissée par les supporters traditionnels du Soudan,  la Russie, la Chine et la Libye, inquiets des effets sur l'opinion publique de la Campagne en faveur du Darfour et surtout de la défaite des rebelles soutenus par Khartoum, dans leur tentative de s'emparer du Tchad, pour signer des traités militaires avec le Président soudanais Omar Al-Béchir. C'est l'Iran qui, désormais, fournira des armes et entraînera l'armée génocidaire d'Al-Béchir, forte de 120 000 membres

Pékin a été la dernière puissance à prendre quelque distance, sensible à ménager son image pour les Jeux Olympiques d'août, déjà entamée par la campagne internationale contre ses exactions envers la population tibétaine. La Libye était très impliquée dans le soutien apporté aux rebelles qui devaient renverser le président Tchadien Idriss Debby.

Le pacte militaire entre l'Iran et le Soudan, a été signé le 8 mars par le Ministre de la Défense Iranien Mostafa Mohammed Majjar et son homologue Soudanais, le Général Abdul Rahim Mohammed Hussein, un pilote de chasse promu au grade de Ministre de la Défense le mois dernier.

Cela fait des années que l'Iran renforce ses liens militaires avec Khartoum, très intéressé par ses atouts géopolitiques : de vastes côtes donnant un accès direct à la Mer Rouge, son axe maritime principal débouchant sur le Golfe Persique, une Nation musulmane située directement dans les flancs de l'Arabie Saoudite et de l'Egypte. Le Soudan dispose également de ressources pétrolières et contrôle le passage du Nil, une des sources d'eaux fondamentales pour la totalité de cette Région de l'Afrique (NdT : autrement dit, l'axe Irano-soudanais a les moyens de faire mourir de soif l'ensemble des peuples d'Afrique de la Région). Ce joyau stratégique vient donc finalement de sauter sur les genoux de l'Iran mollachique.

  Les sources en Iran de Debkafiles ont rendues publiques le contenu de cet accord irano-soudanais, une semaine plus tard, le 14 mars :

1- L'armement des troupes génocidaires d'Al-Bachir opérera une réajustement progressif, en passant de fournitures d'armes russes et chinoises à des produits criminogènes d'origine iranienne.

2- L'Iran fera une ristourne de 50% sur le prix de ces armes.

3- L'Iran construira au Soudan une industrie militaire pour la manufacture d'armes iraniennes.

4- Les deux gouvernements mettent sur pied une Commission de coordination militaire pour transcrire la coopération militaire mutuelle en actes. Les deux partenaires s'engagent à venir en aide l'un à l'autre en cas d'agression étrangère (NdT : comprendre : la Force Inter-Africaine, ses soutiens de l'ONU, le Tchad soutenu par la France, voire l'Egypte ou l'Arabie Saoudite, etc.)

5- Les deux forces aériennes, navales et blindées échangeront leurs délégations

6-  L'Iran coopérera avec le Soudan pour planifier et construire des systèmes de sécurité pour ses installations stratégiques et sensibles, telles que les champs pétroliers, les ports, et les berges du Nil.

Le projet hydrolique Merowe concernant les rives du Nil est évalué à 1, 8 milliards de $, et comprend un réservoir long de 174 kms, financé par la Chine et les pays arabes. Des entreprises chinoises, soudanaises, allemandes et françaises participent à ce projet ainsi qu'à son débouché de Kajbar en aval de Merowe.

Les Soudanais craignent que l'Egypte, qui a déclaré que le projet Merowe détournerait son approvisionnement d'eau, puisse attaquer et détruire ce projet.

Le 10 mars, les Bureaux de l'ONU à Genève ont publié un rapport synthétisé par un groupe d'experts observant la situation des Droits de l'Homme au Soudan qui a exposé ce qui suit, concernant ces Centrales :


" Nous devons déplorer que le gouvernement (soudanais) ne nous ait pas autorisé l'accès à Kajbar, Amir, Merowe et Makabrab dans l'Etat du Nord. La visite devait permettre de rencontrer les autorités locales et les communautés menacées dans la zone de la Vallée du Nil, où deux centrales hydroliques sont en train d'être bâties. Elle a été interdite par la sécurité de l'Etat soudanais la veille de ces rencontres prévues. Les raisons procurées par le Gouvernement ne justifient en aucun cas leur décision d'interdire cet accès".

Après cette interdiction de circuler dans cette zone, les experts internationaux ont pu néanmoins rencontrer des représentants des communautés affectées par ce projet à Khartoum. Ils ont pressé le Gouvernement d'assurer la sécurité et un relogement en conséquence aux personnes déplacées de cette zone.

Ils réclament également l'accès pour les observateurs des Droits de l'Homme permettant de conduire une mission d'évaluation indépendante dans cette zone.

D'après les informations à la disposition de Debkafiles, la Centrale de Merowe est en train de provoquer le déplacement de plus de 50 000 personnes vivant dans la région fertile de la vallée du Nil pour les transférer vers une relocalisation dans des zones arides. Le Gouvernement réprime violemment les protestations du peuple Nubien qui devrait être déporté du fait des installations de Kajbar.

7- L'Iran assume l'entière responsabilité pour l'envoi d'instructeurs ayant pour mission d'entraîner les Unités de l'Armée soudanaise déployées au Darfour. Pour travestir cette aide rendue aux forces perpétrant les atrocités au Darfour, les Iraniens ont édifié un certain nombre d'installations sanitaires dans la Province.

Ils ont également construit un hôpital militaire pour le service des armées soudanaises.

Les sources militaires et de renseignement de Debkafiles ont exposé à la publication qu'en 2006, le Soudan a secrètement permis à l'Iran de déployer ses services secrets tout au long de la frontière avec le Tchad. Les Mollahs ont confié trois missions à ces agents :

Premièrement : de s'infiltrer parmi les tribus tchadiennes travaillant dans les dépôts d'uranium à l'Est du Tchad, de façon à se préparer à annexer ou intervenir dans cette zone. Deuxièmement : établir des réseaux avec des éléments tchadiens de façon à concurrencer l'influence libyenne. Troisièmement : s'attaquer à l'Occident en s'en prenant au Tchad par le soutien à des organisations terroristes combattant l'influence occidentale - en toute priorité celles visant les intérêts Américains et Israéliens - dans tout le continent africain.

Comme par le plus grand des hasards, un présumé complot américano-israélien a soudainement été "découvert" à Khartoum - précisément au moment où le Ministre de la Défense soudanais se trouvait en voyage à Téhéran pour préparer la signature de ces pactes militaires.

On a alors prétendu que les agences de sécurité soudanaises avaient mené une opération et pris possession d'un avion privé appartenant à une compagnie américaine anonyme opérant au Soudan, alors qu'il atterrissait pour fournir des équipements pour les champs pétroliers. Les Soudanais ont déclaré avoir trouvé "du matériel de surveillance électronique appartenant au Mossad israélien" qui aurait dû être installé dans des dépendances militaires locales.

Ce lien opéré par Khartoum entre une compagnie pétrolière américaine et le renseignement israélien a alerté Washington sur le fait qu'Omar El-Béchir était bien entré dans le processus d'alignement sur les campagnes anti-américaines alimentées par Téhéran.

Les sources de Debkafiles ajoutent que le vice-président soudanais Salva Kiir Mayardit, chef du Mouvement de Libération du Peuple Soudanais (MLPS) qui entretient de bonnes relations avec les Etats-Unis, a choisi de demeurer silencieux sur ce point et réservé concernant les nouveaux traités militaires signés avec l'Iran
Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 10:04

lundi 31 mars 2008

www.lefigaro.fr

Pour Reza Pahlavi, fils aîné de Mohammed Reza Pahlavi, dernier chah d'Iran, «l'Iran des mille et un désirs inaugurera une ère nouvelle pour son peuple».

Les récentes élections parlementaires en Iran ainsi que toutes les précédentes n'ont été qu'une mascarade grotesque pour masquer l'incompétence de gouvernements islamistes successifs depuis 1979. Vingt-huit ans déjà que je suis engagé dans un combat pour la laïcité et la démocratie en Iran. Vingt-huit ans déjà que j'observe, avec chagrin et désolation, l'inexorable descente d'un peuple dans les abîmes du désespoir, tant politique qu'économique et social. Tout au long de ces tristes années, j'ai été de ceux qui ont pu vivre en liberté. Mais, mon être profond n'a cessé de se sentir enraciné en Iran, dans une terre, une culture, un peuple, une histoire, et un destin.

Des millions de mes compatriotes, les deux tiers de la population du pays âgés de moins de trente ans, n'ont rien connu d'autre qu'une oppression théocratique instaurée avec la prise de contrôle de l'appareil d'État par les islamistes et les autres extrémistes, parvenus au pouvoir dans le sillage de l'ayatollah Khomeyni, depuis bientôt trente ans. Cette génération, née sous la théocratie, n'a connu ni la prospérité ni la sécurité, mais seulement la peur et la pauvreté.

Cette génération aspire au changement. L'impatience de cette jeunesse iranienne, de plus en plus frustrée et rebelle face à un régime clérical obsolète s'immisçant dans les moindres recoins de sa vie privée et publique, va croissante. Elle a été trop longtemps témoin de l'ineptie d'un État défaillant, détournant sa richesse nationale au profit d'une nébuleuse terroriste régionale ou engloutissant des milliards dans des projets inutiles et dangereux, aux antipodes de nos intérêts vitaux. Dans un monde de plus en plus intégré, cette jeunesse voit ses perspectives d'un avenir meilleur, s'éloigner avec l'isolement grandissant de son pays.

Mes compatriotes ne sont pas isolés dans leur désir de changement fondamental. Dans leurs rangs, il y a des militants des droits de l'homme ; des femmes réduites à la ségrégation sexuelle sous la chape de bêtise d'une théocratie misogyne ; des minorités religieuses et des communautés ethniques traitées comme des citoyens de seconde classe ; des chercheurs, des enseignants et des intellectuels privés de leur liberté d'expression ; des travailleurs spoliés de leurs droits syndicaux ; des médias muselés et des journalistes soumis à un chantage permanent.

Cette frustration, cette fureur grandissante, peut devenir une force irrésistible capable de produire le changement désiré en Iran. Ce pays, si ancien et si moderne à la fois dans ses inclinations ; si riche de potentialités ne demandant qu'à être libérées ; l'Iran, des mille et un désirs et promesses, peut, avec l'aide de la communauté internationale, inaugurer une ère nouvelle, pour son peuple et ceux de toute la région.

Il ne s'agit pas là d'une révolution violente, non ! Ce dont il est question ici, c'est la volonté collective de tout un peuple, similaire à ce qu'offrirent aux yeux du monde entier l'Inde, la Pologne, l'Afrique du Sud, l'Ukraine, et de nombreux pays de l'ex-bloc soviétique. Appelez ceci «révolution orange» ou «de velours», peu importe ! L'essentiel, c'est son contenu et son objectif de transition non violente vers la démocratie.

J'ai quitté mon pays, en 1978, à destination des États-Unis d'Amérique, afin d'y compléter ma formation de pilote de chasse. Là, j'ai eu l'opportunité de poursuivre mes études universitaires, de former une famille et d'élever mes enfants. Ma vie en Occident, en Amérique et en Europe m'a profondément imprégné des valeurs de la liberté et de la démocratie. Mais, tout comme nombre de mes compatriotes par le vaste monde, je reste attaché à ma terre natale et regarde l'horizon avec la même question en tête : quand pourrai-je retrouver mon pays, libre et prospère ?

Notre objectif commun n'est rien de moins que la dignité retrouvée pour l'ensemble des Iraniens, le respect des droits de l'homme, la mise au point de projets adéquats répondant aux urgences économiques et sociales qui s'amoncellent en Iran, et l'établissement d'un ensemble de relations harmonieuses avec nos voisins, l'Occident, et la communauté internationale, dans un contexte de paix.

Comme symbole d'une volonté nouvelle, le drapeau traditionnel iranien, frappé du Lion et du Soleil, rétabli dans son ancrage culturel et historique, constituera l'emblème, la déclaration visuelle transmise au monde que l'Iran est prêt pour une nouvelle ère, celle d'un pays libre, laïque, ouvert et démocratique, doté d'une gouvernance représentative des aspirations des générations présentes et à venir.

C'est pourquoi, je vous invite à me rejoindre aux côtés d'autres Iraniens partageant une même vision et organisés en Iran et à travers le monde, pour mener ce combat. Le changement doit venir. C'est à ce changement pour un Iran démocratique tourné vers l'avenir que je reste entièrement dédié.
Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 00:41

The recent disclosures that the Uranium cache, destined for the FARC, and seized by Colombian law enforcement authorities, appears to have originated in Venezuela begs the question: where else did the covertly-mined Uranium ore go? The answer will not surprise readers who are closely following Iran's illegal nuclear weapons development programme, but the identity of the facilitators is very troubling, because it may signal that another global terrorist organisation, Al-Qaida, was also a recipient of Venezuelan Uranium. Read on.

This is the story of two career terrorists one from the Middle East, and another from Latin America, and how their paths intersect in the dark world of nuclear terror:


  • Turn back the clock three years, to the year 2005. Spain is still reeling from the shock and loss of life that resulted from the Madrid Train Bombings, which led to the defeat of the incumbent government, and saddled the region with fear that Al-Qaeda intended to bring its violent terrorist operations to Europe. Venezuela has become home to an increasing number of Arab nationals with links to Hizballah, Hamas, ETA, and yes, even Al-Qaida.
  • Spanish Courts never established the identity of the intellectual author of those despicable acts, for he fled Europe right after the explosions, via an EU "Shengen" passport, and arrived in Caracas, where he operated under the constant protection of Venezuela's state intelligence and security police, DISIP. He was soon moved by agents to Margarita Island, where his presence would not be noticed amongst the large Arab community there, some of whom are engaged in financing and funding several designated global terrorist organisations, including some individuals linked to the September 11 attacks by the Federal Bureau of Investigation (FBI). An Arab-owned estate on Margarita was also the location for several very private meetings between Cuban dictator Fidel Castro Ruz and President Hugo Chavez Frias.
  • Who is this mysterious individual? He is Syrian-born Mustafa Setmariam Nasar [UID 45641], a prominent Al-Qaida member and prolific author, who fought in Afghanistan with Bin-Laden, and later lived in London and in Spain. Indicted in Spain for his alleged assistance to the plotters of the September 11 attacks on the United States, he was convicted of being a member of a terrorist organisation.
  • Nasar lived openly in Venezuela for several months, traveling at all time with his Venezuelan government bodyguard, all the while wanted by Interpol for Spain, visiting Caracas' most important mosque, and holding meetings with Hizballah, ETA, FARC, ELN, and Cuban G-2 members, amongst others, in support of their criminal and political activities in Latin America.
  • He shows up on my radar holding meetings with one of Venezuela's most notorious terrorists, Carlos Rafael Lanz Rodriguez [UID 248222], a career Communist infamous for once kidnapping and holding an American businessman for six long years, part of which time he tied the executive to a tree. What do these two terrorists have in common, you ask? Lanz is presently the president of Venezuela's state-owned aluminium company, Alcasa, which has been accused by former Venezuela government mining engineers of covertly mining Uranium for export to Iran, under the cover of aluminium production.
  • The meetings, which took place on board Iranian-bound Panamanian-registered cargo vessels lying in the harbour at Puerto Cabello, Venezuela's largest port, were observed by eyewitnesses. Was Nasar merely a facilitator for Iranian interests, or was he arranging Uranium deliveries to Al-Qaida? We cannot say, but the threat of nuclear terrorist acts, perpetrated by AQ, have been discussed by anti-terrorism experts in the US and EU for several years.
  • An interesting postscript; Nasar's whereabouts were known to the United States, but no attempts were ever made to capture or neutralise the man who was most likely the most dangerous terrorist to ever set foot in the Western Hemisphere. Claims have been made that he was subsequently captured by local authorities in Pakistan, and subsequently turned over to American agents, but no public confirmation has ever been issued. Exactly where is the man understood to be one of Al-Qaida's leading theoreticians?
  • Did Al-Qaida take possession of some of the Venezuelan Uranium? most of it is presently being refined in Iranian laboratories, but was some diverted by Nasar?
  • For those who still doubt that Venezuela is now, with the able assistance of Iranian engineers on-site, processing Uranium for eventual use in weapons of mass destruction, please note that a number of Venezuelan publications have detailed the locations of the mines, and a senior Venezuelan governmental officials has, coincidentally, advised that any unauthorised aircraft overflights in the region where the mines are situated, are strictly prohibited, and that such aircraft will be subject to deadly force, and shot down.

A final question: where is the International Atomic Energy Agency in all this? Venezuela has consistently opposed IAEA sanctions and actions against Iran's illegal nuclear programme. We humbly suggest it open an investigation into the Venezuelan supply-side of the Iranian WMD issue.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 20:53

Analyse de Khaled Asmar - Beyrouth

Le rôle de l’Iran en Irak : arrestation de Gardiens de la Révolution à Bassorah

L’échec du hold-up de Qum sur Nadjaf relance la lutte historique entre les deux concepts chiites

lundi 31 mars 2008 - 13h12, par Khaled Asmar

Logo MédiArabe.Info

Le calme précaire qui gagne peu à peu les régions chiites, secouées ces derniers jours par des accrochages sanglants entre les miliciens de Moqtada Sadr et la police irakienne, pourrait être de courte durée, tant les tensions demeurent vives entre deux ailes principales du chiisme irakien.

En effet, les cinq jours de violents combats entre « Jaïch Al-Mahdi » (Armée du Mahdi), dirigé par Moqtada Sadr et soutenu par l’Iran, et les forces gouvernementales irakiennes, soutenues par les Américains, ne font qu’exacerber les tensions entre les deux Ecoles chiites de Nadjaf et de Qum. La ville irakienne de Nadjaf était historiquement le chef lieu du chiisme. Mais à la faveur de la répression féroce menée par Saddam Hussein, et grâce à la victoire de la Révolution iranienne sous Khomeïny, le centre de gravité du chiisme s’est déplacé en Iran, à Qum. Les deux Ecoles luttent pour le leadership idéologique, mais ce bras de fer s’exprime, périodiquement, par des irruptions de violence, d’assassinats et de guérilla, comme ce fut le cas la semaine écoulée. Car, après la chute de Saddam, les Iraniens multiplient les tentatives pour contrôler l’Irak grâce aux organisations qu’ils financent, arment et soutiennent. Depuis 2003, plusieurs oulémas irakiens, qui défendaient l’école de Nadjaf contre le concept iranien de Wilayat Al-Faqih (le Guide suprême qui détient à la fois les pouvoirs spirituels, religieux et politiques. Il est le représentant de Dieu et du Prophète sur terre) ont été assassinés. L’Iran s’appuie, entre autres, sur l’Armée du Mahdi de Moqtada Sadr, pour exporter son concept en Irak. Sadr se trouve actuellement à Qum, où il suit une formation théologique qui en fera une « référence ».

A partir de ce constat, la tentative de Moqtada Sadr de s’emparer de Bassorah, la ville riche en hydrocarbures, comportait un danger certain pour l’ensemble de la région. Le Koweït et l’Arabie saoudite, essentiellement, craignaient un succès du hold-up iranien et l’extension de l’influence des Mollahs vers les Chiites du Golfe. Dans une tentative de dissuasion à l’égard de l’Iran et de ses alliés, le Koweït et l’Arabie ont considérablement renforcé leurs dispositifs militaire et sécuritaire sur les frontières avec l’Irak, ces derniers jours, et l’ont fait savoir.

Le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki, qui a pourtant des relations politiques privilégiées avec les Iraniens (et les Syriens, qui l’avaient hébergé pendant le règne de Saddam Hussein), s’est montré d’une rare fermeté dans l’éradication de la rébellion de Sadr. Dans ce combat, Al-Maliki peut compter sur la légitimité que lui procurent les autorités religieuses de Nadjaf, mais également sur les tribus qui craignent l’accroissement de l’influence iranienne, et qui lui ont manifesté leur soutien à Karbala, dimanche. Ce qui atteste par ailleurs de la dimension théologique du conflit. Cette lutte d’influence entre Qum et Nadjaf par ouailles interposés a fait, au cours des six derniers jours, près de 300 morts et 500 blessés. La police a aussi arrêté 155 insurgés et interpelé huit Iraniens, tous membres des Gardiens de la Révolution. Ils ont été capturés à Bassorah alors qu’ils transportaient des armes aux miliciens. L’implication militaire et financière iranienne est ainsi révélée au grand jour.

L’accalmie relative, enregistrée depuis dimanche, demeure très fragile. La menace de radier près de 3.000 policiers chiites, qui ont refusé de combattre contre l’armée de Sadr, pourrait les jeter dans les bras de la milice et de l’Iran. Aussi, le calme précaire risque d’être d’une courte durée pour d’autres raisons :

Nouri Al-Maliki a en effet accusé les miliciens d’être « plus dangereux qu’Al-Qaïda », estimant que « les deux organisations terroristes ont les mêmes objectifs » (détruire l’Irak) et travaillent pour les mêmes commanditaires (Iran et Syrie). Ce faisant, Al-Maliki risque d’impliquer les tribus sunnites et les « Conseils d’éveil », déjà engagé contre Al-Qaïda, dans ce combat contre l’influence iranienne, avec tous les dangers qui peuvent en découler sur le plan sécuritaire.

L’arrestation d’Iraniens impliqués dans les événements pourrait accentuer la tension entre Bagdad et Téhéran, comme entre Nadjaf et Qum.

Il est difficile pour Moqtada Sadr d’abandonner son combat sans chercher à venger sa défaite.

La situation reste ainsi ouverte à tous les scénarios, d’autant plus que le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, n’a pas ménagé, dimanche, la politique syrienne, accusant Damas de modifier le communiqué qui a clôturé le sommet arabe, en refusant de condamner le terrorisme en Irak, qualifié par Damas de « résistance ». Bagdad ne cesse de dénoncer le rôle de la Syrie dans le soutien logistique apporté à Al-Qaïda.

Dans la configuration régionale actuelle, et à la lecture des divisions inter-arabes confirmées lors du sommet de Damas, et devant les pressions internationales exercées sur l’axe syro-iranien pour arracher un règlement aux crises libanaise et palestinienne, il est à craindre que la confrontation ne se concentre essentiellement sur le terrain irakien.

Khaled Asmar

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis