Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 09:24
http://www.committeeonthepresentdanger.org/tabid/548/

"Kurdish Rebels Strike Iran"

Kenneth R. Timmerman

Newsmax.com
October 16, 2007

Qandil mountains, Iraq - Kurdish rebels based in the rugged mountains along Iraq’s northeastern border with Iran told Newsmax in exclusive interviews at secret guerilla bases that they have killed 200 Iranian Revolutionary Guards troops during clashes over the past two months.

Guerilla leaders of the Party of the Free Life of Kurdistan, PJAK, said they have clashed with Iranian forces 21 times during this time.

Iran has not admitted to the losses.

The intense fighting began on Aug. 16, when Iran and Turkey began jointly shelling villages inside Iraq where rebels from those countries have their bases.

Both Iran and Turkey are currently massing troops on their sides of the border with Iraq, in preparation for a ground and airborne assault on the rebel bases inside Iraq, according to published reports and information from local sources.

It took 30 minutes of difficult driving in an off-road vehicle for Newsmax and a Kurdish guide to reach the site of the first rebel camp, which is hidden on a hillside near the village of Marado in the flank of 10,000-foot mountains.

The area has been hit repeatedly during the recent Iranian shelling, and showed signs of freshly-burned fields and orchards.

During the most intense shelling, in August, many villagers abandoned their one-story mud and stone huts and camped in a hard-scrabble river valley 10 miles away.

The PJAK fighters appeared for the initial interview after walking two hours down steep, rocky paths from a mountain outpost overlooking Iran.

Biryar Gabar, 33, hails from Sardasht, Iran, and gave up a career as a chemical engineer in order to join the guerilla fighters. He rose through the ranks to become a member of the organization’s political bureau, its central decision-making body.

New-Found Respect

Although he squats to wash himself at a mountain spring and often sleeps outdoors, he talks knowingly of strategy and international events over a simple dinner of raw cucumbers, tomatoes, fried potatoes, and bread.

“It is not our goal to pick a fight with the Sepah Pasdaran,” the Iranian guerilla fighter said. But when provoked, PJAK will strike back hard “to make a strategic political statement.”

Sepah Pasdaran is the Persian common name for Iran’s Revolutionary Guards.

“More than 80 percent of the military activities of the Sepah in our area have targeted PJAK, because we are the only active opposition group inside Iran that is radically opposed to the regime,” he said.

PJAK is a grass-roots organization that has launched an intense recruitment drive inside Iran and among Kurds from Syria and Turkey.

The names of its leaders are not household names in the United States or Europe or in Iran. But interviews with over a dozen PJAK cadres during a two day visit to rebel bases in Iraq revealed mature leaders, who speak knowingly of the group’s ideology of political action, and dozens of young guerillas who have left their families behind to join the struggle for freedom.

PJAK has paid a price for its recent successes. More than 40 full-time party workers have been jailed in Iran, and several have been condemned to death, Gabar said.

Several hundred more volunteer workers and local recruits have also been arrested, and have been organizing political prisoners while in jail.

But the group’s willingness to stand up to the Pasdaran has won them respect inside Iran. “We have been averaging between 100 to 150 new recruits each month,” the Iranian guerilla leader said.

Female fighters serve tea after dinner at a long deal table beneath the trees against a backdrop of climbing green vines and spectacular mountain views.

When darkness falls, a fighter turns on an energy-saving light bulb dangling from a tree, using electricity generated from a small dam beneath the encampment. The sound of running water can be heard everywhere.

Self-Defense Force

PJAK guerrillas see themselves as a “self-defense force.”

Unlike earlier Kurdish liberation groups in Iran or Turkey, their goal is not to wage a war of national liberation, but to combine political action with guerrilla operations aimed at defending Kurdish activists in Iran and retaliating against Pasdaran troops and others who are involved in specific acts of repression.

In the July 2005, for example, a Kurdish human rights activist was brutally murdered by regime agents and his body dragged through the streets of Mahabad behind a jeep.

When local Kurds protested massively and the regime cracked down, killing dozens of Kurds and arresting hundreds more, PJAK guerillas attacked Sepah troops in 10 different places.

The PJAK attacks were meant as a warning to the regime that such actions would no longer go unpunished, Gabar said.

Another example of this “self-defense” strategy occurred this past July, when an Iranian judge sentenced a captured PJAK political operative to hang.

PJAK guerillas located the judge and executed him in public in the middle of Sanandaj, the capital of Iranian Kurdistan.

In the most spectacular PJAK operation to date, guerillas downed an Iranian helicopter near the Iranian city of Piranshahr on Aug. 16, the first day of the Iranian assault, with sustained fire from a 7.62 mm BKC machine-gun.

The Russian-made BKC, also known as the PKMS, is commonly found mounted on the back of the pick-up trucks used by the Iraqi police and civil defense forces, and is available on the black market.

Five Iranian troops in the helicopter were killed in the crash, and PJAK guerillas killed another 20 Iranian soldiers on the ground. In a separate incident, they damaged a second helicopter, Biryar said.

PJAK fighters managed to retrieve documents and other items from around 60 of the Iranian dead, gaining vital intelligence on Iranian forces and their intentions, he added.

They learned more by interrogating an Iranian soldier captured during the fighting who they are holding as a prisoner of war.

Women Fighters

Young guerilla fighters interviewed in a separate training camp a bone-jarring 40-minute drive away held a simple ceremony for three of their platoon who had been recently “martyred” during clashes with the Pasdaran.

There were no prayers, no lengthy speeches, or exhortations, just the recitation of the names of the dead and a simple military salute. Half of the 50 to 60 fighters at this camp were women, and most were in their early 20s.

Arsham Kurdman, the leader of PJAK’s women’s movement, described a Sept. 10, 2007 attack against an Iranian military outpost in Shaho, during which 12 Iranian soldiers were killed.

“Many women were involved in this operation, which was coordinated by a female guerilla,” she said. PJAK suffered no casualties but seized the Iranians’ weapons and materiel as war booty.

“Fifteen of our members are now in Iranian prisons,” she said. The women’s movement has already had a dramatic impact on the attitude of Iranian women toward themselves and toward the future.

“Before, hundreds of women were immolating themselves, because they saw no hope for themselves in Iran,” she said.

“Now that has virtually stopped. Instead, those women are coming to us.”

Exploits such as these have given rise to a new mythology inside Iran, said Biryar Gabar.

“There is a new saying that one woman guerilla can crush 45 Pasdaran,” he said, twitching his black moustaches mischievously.

“Men in coffeehouses are saying, what strong women we have in the mountains, while we just sit here and talk.”

He said that several PJAK female fighters had fought “to the very end,” preferring to blow themselves up with their own hand grenades than face capture, torture, and execution.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 07:38
L'IRAN A DEJA LE NUCLEAIRE
La diplomatie ne fera plus rien.
Ce qui attend la planète.
Les Etats-Unis n'auraient pas dû laisser ressortir le criminel iranien n° un.
******
La Video évènement d’un accident nucléaire en Iran

Le 18 Février 2004 à 4 heures du matin, un train de marchandises explosait à près de Neyshapour, faisant des centaines de morts et le régime, qui a l’habitude d’exploiter toutes sortes d’évènements de cet ordre, avait alors trouvé des explications plausibles pour expliquer l’explosion et étouffer l’affaire.
http://www.iran-resist.org/media2064

(document de 45 mn à voir jusqu'au bout)
Un film a récemment été envoyé aux médias de l’opposition et mis à la disposition de tous sur la toile. Un des responsables des services d’images du régime a expédié un documentaire tourné sur les lieux même de l’accident afin que cette affaire sorte de l’oubli. A l’époque les autorité avaient parlé d’une réaction chimique due à la proximité du coton et du goudron comme étant à l’origine de l’explosion. A la lumière des informations apportées par le documentaire, nous apprenons que l’hypothèse du coton et du goudron est une pure invention. Il ne s’agissait pas d’une explosion suivie immédiatement d’un incendie mais d’un incendie suivi d’une explosion mais deux heures plus tard (vers 8 heures du matin). Et ainsi tout se complique, contredisant l’hypothèse gouvernementale.

Les images nous prouvent qu’un incendie s’est déclaré à bord du train alors qu’il se trouvait à la gare « Khayyam » située à proximité du village « Deh no » dans la région de « Hashem-Abad » (aux environs de Neyshapour).

[...]

le train transportait des déchets nucléaires vers la Russie ou une des anciennes républiques soviétiques (le Khazakstan ?). L’incendie accidentel ou pas aurait déclenché une explosion de cette matière nucléaire qui a dévasté entièrement la zone. Le régime cherchant à mener ses activités clandestines a négligé de prévenir les villageois, le gouverneur et ses propres miliciens du danger potentiel de la terrible cargaison transportée par ce train.
'1)Neyshapour : Une usine secrète d'enrichissement

Pendant ce temps l'AFP :
On connaissait l'Agence France Propagande,
voici l'Ahmadinejad France Propagande
******
http://www.iran-resist.org/article3917FP

Iran : L’AFP signe un accord de coopération avec les mollahs
24.10.2007
Notre site a été créé pour parler de l’Iran, le vrai, celui qui souffre, mais aussi pour faire des décodages des dépêches écrites par les journalistes iraniens travaillant pour l’AFP car ces dépêches évoquent les points de vue du régime des mollahs.
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 08:24
Iran : Ali Larijani a-t-il démissionné ou tout simplement quitté le navire avant qu’il ne coule ?
23 octobre 2007 - Khaled Asmar | Mediarabe.info

Il ne fait aucun doute que la démission du secrétaire du Haut conseil national de sécurité, en Iran, Ali Larijani, est la partie apparente de l’immense conflit inter-iranien opposant les réformistes aux conservateurs, et les radicaux aux plus « modérés » parmi ces derniers. Larijani est le quatrième haut responsable à démissionner ces derniers mois, après deux ministres et le gouverneur de la Banque centrale.

De l’avis de tous les experts qui se sont succédés sur les plateaux des radios et des télévisions arabes, ce samedi, la démission de Larijani est un signal fort sur l’avenir des relations entre la communauté internationale et l’Iran. Deux tendances principales se dégagent des débats. La première soutient que « Larijani a réellement démissionné pour se retirer et se mettre en réserve, en prévision des élections législatives de 2008 et présidentielles de 2009 ». La deuxième, plus plausible, évoque « un conflit latent qui opposait depuis plusieurs années le conservateur “modéré” Larijani au président “ultra” Ahmadinedjad et à son aile radicale au sein du pouvoir iranien ».

Certains analystes européens, bien que « spécialistes de l’Iran », connaissent mal ce pays et ses capacités manœuvrières. Ils se trompent en estimant que la démission de Larijani est « le fruit des pressions occidentales exercées sur Téhéran ». Ils pensent que « ce changement est positif » et que « l’Occident doit l’exploiter pour aider les modérés face aux radicaux et parvenir ainsi à résoudre diplomatiquement le conflit nucléaire ».

Or, le remplacement de Larijani par Saïd Jalili, le numéro deux du ministère des Affaires étrangères chargé de l’Europe et des Etats-Unis, doit refroidir cet optimisme démesuré et mal placé. Car Jalili est connu pour être un « faucon » proche du président Ahmadinedjad, et sa nomination comme négociateur est incontestablement le signe d’une radicalisation de la politique de Téhéran. Jalili exigeait, récemment, « le retrait du dossier nucléaire du Conseil de sécurité de l’ONU pour poursuivre les négociations exclusivement avec l’AIEA ».

Cette manœuvre permettra à Téhéran de gagner du temps, une opération doublement bénéfique : d’une part, les Etats-Unis seront paralysés par la campagne électorale qui doit débuter au printemps prochain et Washington ne pourra plus s’aventurer dans une nouvelle campagne militaire, et d’autre part, le gain de temps permettrait aux Iraniens d’espérer atteindre le point de non retour dans leur programme nucléaire.

Cette hypothèse est d’autant plus vraie que le commandant des « Unités balistiques » au sein des Gardiens de la révolution, le général Mahmoud Chaharbaghi, a affirmé le 20 octobre, en guise de menace, que « l’Iran est capable de lancer 11.000 missiles sur les positions ennemies dans la minute qui suivrait une attaque armée contre l’Iran. Nous avons identifié et localisé les bases de l’ennemi dans la région et nous les détruirons immédiatement après la première attaque », a-t-il prévenu.

Larijani a démissionné quelques jours seulement après avoir été désavoué par le président Ahmadinedjad. Le futur ex-négociateur avait en effet affirmé que « le président russe Vladimir Poutine a transmis un message des Occidentaux au Guide Khamenaï relatif au dossier nucléaire, et a proposé un plan de sortie de crise ».

Selon plusieurs sources iraniennes, ce plan comprend essentiellement le gel du programme nucléaire, ce que rejette catégoriquement Ahmadinedjad qui a démenti les propos de Larijani le poussant vers la sortie. En tout état de cause, Poutine a mis les Iraniens devant leurs responsabilités et pris ses distance avec Téhéran, au moment où les Américains continuent à masser leurs armadas dans le Golfe, et à collecter les preuves de l’implication iranienne dans la déstabilisation de l’Irak et de l’Afghanistan.

Le remplacement de Larijani par Jalili étant considéré comme une « défiance à l’égard des Occidentaux », leur signifiant le refus iranien de faire la moindre concession, les menaces proférées par Chaharbaghi et la radicalisation du régime iranien sont autant d’éléments attestant que le compte à rebours de la guerre est désormais déclenché. Larijani et son camp « modéré » ont alors préféré quitter le navire avant qu’il ne coule, avec Ahmadinedjad et son aile radicale seuls à bord.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 09:18

dimanche 07 octobre 2007

BAGDAD - Le général David Petraeus, le plus haut gradé américain en Irak, a accusé l'ambassadeur d'Iran à Bagdad d'être membre de la force Al-Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la révolution iraniens, dans un communiqué transmis par l'armée américaine à l'AFP.

"L'ambassadeur (Hassan Kazemi Qomi) est membre de la force Al-Qods", a affirmé le général Petraeus, lors d'une visite samedi dans une base militaire américaine près de la frontière iranienne.

Il a suggéré que Hassan Kazemi Qomi n'était pas l'une des cibles des accusations américaines car il bénéficie de l'immunité diplomatique. "Il a maintenant l'immunité diplomatique, c'est pourquoi il n'est évidemment pas l'objet" d'une enquête, a-t-il indiqué.

La force Al-Qods est l'unité d'élite des Gardiens de la révolution iraniens, la garde prétorienne de la République islamique.

Les membres d'Al-Qods sont accusés par les Etats-Unis de soutenir les milices chiites qui combattent l'armée américaine en Irak, en leur fournissant notamment des armes. L'Iran a toujours rejeté ces accusations.

M. Kazemi Qomi est le premier ambassadeur iranien en Irak depuis 1980. Il a été nommé en mai 2006 à ce poste. Il n'a pas dans l'immédiat commenté les déclarations du général Petraeus.

A Téhéran, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a rejeté ces accusations.

"Les Américains arrêtent ou tuent souvent des gens et essaient de prouver qu'ils ont un lien quelconque avec la force d'Al Qods", a dit Mohammad Ali Hosseini, cité par l'agence IRNA.

"Ils ont lancé de nombreux accusations contre des ressortissants iraniens, mais en réalité ils n'ont trouvé aucun Iranien en Irak qui ait un lien avec ces accusations", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis détiennent depuis janvier cinq Iraniens appréhendés dans la ville kurde d'Erbil, dans le nord de l'Irak, et accusés d'aider les insurgés qui combattent l'occupation américaine.

Téhéran a toujours affirmé qu'il s'agissait de diplomates travaillant au "consulat" iranien à Erbil.

Un autre Iranien a été arrêté le 20 septembre par les forces américaines à Souleimaniyeh, dans la région kurde du nord de l'Irak. L'armée américaine l'accuse d'être un agent de Téhéran impliqué dans la fourniture d'armes à des rebelles irakiens.
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 13:48
La question de l’Iran se joue à la Roulette Russe

Par MICHAEL RUBIN

3 Octobre 2007; Page A18

La semaine passée, les Etats-Unis se sont tournés vers les Nations Unies pour tenter de renforcer les sanctions contre l’Iran. Les USA souhaitaient étendre les mesures de sanction contre la menace nucléaire émergeante.

Pas plus la Chine que la Russie ne sont prêts à les suivre dans cette voie. Et confrontée à la perspective d’un veto contre les sanctions, de la part de l’un(e) ou de l’autre (de ces grandes puissances) au Conseil de Sécurité de l’ONU, la Secrétaire d’Etat Condoleezza Rice a préféré reculer (tergiverser, dialoguer). Elle a remis toute autre action contre l’Iran à plus tard, au moins jusqu’en novembre prochain.

Il est bien difficile de prévoir ce qui pourrait bien changer en un mois. Le Ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov est très ferme sur ses positions concernant les sanctions : «  Toute ingérence par voie de nouvelles sanctions ne ferait que saper le travail » de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), alors qu’elle fait justement pression sur l’Iran, a-t-il déclaré.

C’est une mauvaise blague. Cette déclaration est parvenue trois jours après que le Président Iranien Mahmoud Ahmedinedjad ait fait savoir, selon ses propres discussions avec le directeur de l’AIEA, Mohammed El Baradei, qu’il considérait le sujet du nucléaire définitivement clos. Car non seulement l’Iran avait la capacité de continuer à enrichir de l’uranium, sans se préoccuper des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, ajoutait le président iranien, mais Téhéran pouvait tout aussi bien exporter son uranium enrichi et son savoir-faire nucléaire à tout autre pays musulman.

Mais encore, l’Administration Bush continue à rechercher ardemment un accord avec la Russie, avec laquelle le sous-secrétaire Nicholas Burns évoque le désir de Washington d’atteindre un « compromis » avec Moscou. Le Ministre Britannique des Affaires Etrangères, David Milbrand n’est guère plus convaincant. Il a mis la barre au niveau d'une très hypothétique unité de vue comme constituant la priorité absolue : « Le plus important dans cette affaire est que la Communauté Internationale puisse parvenir à l’unanimité ! ».

Le débat au sujet de l’Iran ne fait que refléter deux autres questions bien plus importantes, demeurées à ce jour irrésolues : celle consistant à savoir si la politique étrangère devrait être unilatérale ou multilatérale et celle devant trancher sur le fait qu’elle doive être fondée sur le « réalisme » ou s’en tenir aux (déclarations de) « principes ».

L’Unilatéralisme, bien évidemment, est devenu un gros mot depuis l’invasion de l’Irak. Mais la vénalité internationale – qui s’illustre parfaitement par la continuité des affaires commerciales françaises et russes sous Saddam Hussein – a court-circuité les sanctions contre l’Irak. Cette situation de fait n’a laissé que très peu de choix à Monsieur Bush, sinon que de coller aveuglément à une politique multilatérale en échec patent ou d’agir unilatéralement.

Actuellement, nous constatons que dans le cas de l’Iran, le « réalisme » et le multiculturalisme peuvent se trouver mutuellement exclusifs au regard de l’effort visant à empêcher toute prolifération. Ou, vu sous un autre angle, le multilatéralisme renforce la position de Moscou et Moscou est tout sauf disposé à rendre efficaces un régime de sanctions multilatérales.

Pour le Président Russe Vladimir Poutine, le réalisme est un jeu à somme nulle qui maximise le pouvoir russe aux dépends des Etats-Unis. Les USA peuvent bien rechercher la coopération russe,  mais du point de vue des réalistes russes, l’inaction semble demeurer la meilleure option. Un Iran disposant de capacités nucléaires défie presque tout autant les intérêts russes, mais Mr Poutine semble avoir trouvé en la bonne âme de Mr Bush une propension à dénier à n’importe quel prix à Téhéran le droit de se doter d’une puissance de frappe nucléaire. Dès lors, pourquoi ne pas en profiter aussi bien sur le plan stratégique que financier ?

La Russie et la Chine ont engrangé des milliards en tant que pourvoyeurs des ambitions militaires iraniennes. A peine moins d’un mois après les attaques-suicide du 11/09/01, Moscou signait un accord avec Téhéran pour la fourniture de 7 milliards de $ d’armement. Le Gouvernement iranien a versé à la société d’Etat russe Atomtroiexport plus d’un milliard de dollars pour la construction du site nucléaire de Bushehr. Un rapport de la CIA paru en 2003 créditait les dernières avancées iraniennes en matière de missiles- balistiques comme résultant de la venue d’experts de Russie, de Chine et de Corée du Nord.

Alexander Denisov, directeur délégué au Service Fédéral Russe pour la coopération militaire et technique, n’a pas mâché ses mots, courant 2005 : « Par-dessus tout, nous ne devons nous préoccuper que de nos intérêts nationaux. En Syrie, nous disposons d’un très vaste marché, qui représente plus de 80% des armes de fabrication soviétique. La même chose vaut aussi concernant l’Iran. ». Pas plus tard que l’an dernier, l’entreprise d’Etat russe, Rosoboronexport a raflé un contrat de 700 millions de $ pour la vente de défense anti-aérienne et de systèmes de missiles à l’Iran. Le mois dernier, le chef de l’Organisation iranienne pour l’Energie Atomique déclarait que son gouvernement avait remporté l’assurance de la Russie qu’elle achèverait les installations du réacteur de Bushehr bien avant la visite de Mr Poutine à Téhéran, plus tard dans le courant de ce mois.

Bien qu’un Iran nucléarisé menacerait sérieusement la sécurité nationale américaine et mettrait en lambeaux tout régime de non-prolifération, il n’en demeure pas moins qu’un raid militaire américain contre l’Iran aurait un coût élevé. Les Iraniens peuvent bien trouver Ahmedinedjad particulièrement odieux, il n’empêche qu’ils pourraient bien répondre comme un seul homme à une attaque de ce type et se rallier sans broncher derrière l’étendard national outragé. Le Corps des Gardiens de la Révolution iranienne est aussi bien capable de frapper n’importe où de Bagdad à Buenos-Aires et aussi en capacité de mettre le Liban et le Nord d’Israël à feu et à sang.

Le 29 septembre, le Corps des Gardiens de la Révolution islamique proclamait sa facilité à contrôler tout mouvement dans le détroit d’Ormuz et le Golfe persique. La menace est parfaitement claire : tout conflit avec l’Iran ferait immédiatement monter le prix du baril de pétrole à plus de 120$. Cette situation ne manquerait pas d’endommager sérieusement l’économie américaine, mais surtout, cela accélérerait indubitablement le retour de la Russie à une position dominante dans le monde.

Les réalistes russes corroborent un tel scénario. Le Kremlin a converti son coup de chance pétrolier d’une valeur de plusieurs milliards de dollars en incontournable pouvoir d’influence. Mr Poutine a augmenté le financement de la défense de plus de 50% durant les deux dernières années. La Russie a développé une nouvelle série de sous-marins atomiques et une nouvelle génération de missiles nucléaires. Moscou lève de l’argent pour se renforcer militairement.

Déjà, la Russie instrumentalise à son seul avantage l’aversion européenne pour toute sorte de conflit. Les mêmes dirigeants européens sur lesquels Miss Rice compte faire reposer la destinée de la sécurité nationale américaine ont voulu réduire la République tchèque et la Pologne au statut de seconde classe au sein de l’Otan pour complaire au Kremlin.

Sous l’Administration H.W. Bush, Miss Rice était la femme qui convient aux Affaires soviétiques, dans le cadre du Conseil National de Sécurité. Elle se distingua singulièrement pour son manque d’intuition, pour son opposition à l’indépendance de l’Ukraine, parmi d’autres sujets importants. Ce que Miss Rice croit pouvoir devenir conciliable, Mr Poutine le perçoit comme un aveu de faiblesse. Elle est tout à fait capable de confondre réalisme et idéalisme ; une faute d’appréciation que Mr Poutine, l’ancien apparatchik sorti frais et moulu du KGB, ne commettra pas.

 

Le Réalisme pourrait bien prévaloir, mais pas selon la conception qu’on en a à Washington. Le défiant (provocateur) Mr Ahmedinedjad n’offre à la Maison Blanche qu’un choix drastique : vivre avec un Iran nucléarisé, ou faire ce qu’il faut pour l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Remporter l’approbation (l’adhésion) de la Russie (à ce plan) est une pure chimère, retardant une décision inévitable.

 

Mr Rubin, éditorialiste au Moyen-Orient Trimestriel, est un universitaire siégeant à l’American Entreprise Institute.


Partager cet article
Repost0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 08:09
Mythes de l’Holocauste selon Ahmadinejad
7 octobre 2007 - Par Alan M. Dershowitz, FrontPageMagazine.com, 28 Septembre, 2007 | Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC

Dans ses discours, en particulier celui de l’Université Columbia, Mahmoud Ahmadinejad répète deux mythes au sujet de l’Holocauste. Le premier, toute personne raisonnable sait que c’est un mensonge complet : à savoir que l’holocauste n’est pas advenu. Le second mythe, cependant, échappe à l’attention critique pour sa plus grande part, parce que beaucoup de gens ne sont pas prévenus de sa fausseté.

Le mythe est que le peuple palestinien et ses chefs n’ont absolument rien à voir avec l’Holocauste. La conclusion supposée découler de ce « fait » est que l’établissement d’Israël à la suite du génocide nazi du Peuple juif était une injustice pour les Palestiniens. C’est la façon dont Ahmadinejad l’a formulé dans son intervention à Columbia.

« ...[Etant donné cet évènement historique, l’Holocauste], s’il est une réalité, nous devons nous demander si le peuple palestinien doit payer pour lui... « Le peuple palestinien n’a commis aucun crime. Ils n’ont joué aucun rôle dans les Seconde Guerre Mondiale ».

Ces déclarations sur le rôle des Palestiniens sont manifestement fausses. La vérité est que la direction palestinienne, soutenue par les masses palestiniennes, a joué un rôle significatif dans l’Holocauste hitlérien. Le chef palestinien à l’époque était Hadj Amin Al-Husseini, le Grand Mufti de Jérusalem. Comme le Pr. Edward Saïd l’a reconnu :
« Hadj Amin al-Husseini représentait le consensus palestinien arabe, il avait le soutien des partis politiques arabes qui fonctionnaient en Palestine, et était reconnu d’une certaine manière par des gouvernements arabes comme la voix du peuple palestinien ».

Husseini était « le chef national de la Palestine » et c’est dans cette position qu’il passa son alliance notoire avec Hitler et joua un rôle actif dans la promotion de l’Holocauste. Voilà la véritable histoire que Ahmadinejad s’est efforcé de transformer en mythe.

Peu après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, le grand Mufti décida de l’imiter. Il informa le consul allemand à Jérusalem que :
« Les Musulmans à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine accueillent favorablement le nouveau régime en Allemagne et espèrent l’extension du système gouvernemental fasciste, antidémocratique à d’autres pays ».

Pour y parvenir dans son propre pays, Husseini organisa les « scouts nazis », fondés sur les « jeunesses hitlériennes ». La swastika devint un symbole bienvenu chez beaucoup de Palestiniens.

De 1935 à la fin des années 1930, les Arabes s’efforcèrent d’entraver l’immigration juive et les tentatives pour secourir autant de Juifs que possible dans l’Allemagne hitlérienne. Ces années furent aussi marquées par l’escalade de la violence islamique orchestrée par Husseini et d’autres chefs musulmans. En 1936, le terrorisme arabe prit une nouvelle dimension.

Au début, les cibles furent de nouveau les civils juifs sans défense dans les hôpitaux, les cinémas, les foyers et les magasins. Puis vinrent les grèves et les fermetures de commerces, puis les attentats à la bombe des bureaux britanniques.

Le régime nazi en Allemagne et les fascistes italiens soutenaient la violence, en procurant des « millions » au mufti. Les SS, sous la direction de Heinrich Himmler, fournissaient aussi bien un support financier et logistique aux pogromes antisémites en Palestine. Adolf Eichmann visita Husseini en Palestine et maintint ensuite un contact régulier avec lui.

Le soutien fut mutuel, comme un commentateur arabe le formule :
« Sentant le fouet de la pression et de l’influence juives, les arabes sympathisèrent avec les nazis et les fascistes dans les horreurs et les procès dues aux intrigues juives et aux pressions financières internationales ».

Les Palestiniens et leurs alliés arabes furent tout sauf neutres dans la destinée des communautés juives d’Europe. Le chef officiel des Palestiniens, Haj Amin al-Husseini, passa les années de la guerre à Berlin avec Hitler, y servant de consultant sur la question juive.

Il fut emmené en tournée à Auschwitz par Himmler et exprima son soutien à l’assassinat de masse des Juifs européens. Il chercha aussi à « résoudre le problème des éléments juifs en Palestine et d’autres pays arabes » en employant la « même méthode » utilisée dans les ‘pays de l’Axe’. Il ne serait pas satisfait avec les résidents juifs en Palestine - dont beaucoup étaient des descendants de Juifs séfarades y ayant vécu depuis des centaines, voire des milliers d’années - restant une minorité dans un Etat musulman.

Comme Hitler, il voulait être débarrassé du « moindre dernier Juif ».

Comme Husseini l’a écrit dans ses mémoires :
« Notre condition fondamentale pour coopérer avec l’Allemagne était d’avoir carte blanche pour éradiquer le moindre dernier Juif de Palestine et du monde arabe. Je demandais à Hitler une garantie explicite pour nous permettre de résoudre le problème juif d’une manière appropriée à nos aspirations nationales et raciales, et selon les méthodes scientifiques innovées par l’Allemagne dans sa prise en charge des Juifs. La réponse que j’obtins fut : « Les Juifs sont à vous ».

Le mufti prévoyait apparemment de retourner en Palestine en cas de victoire allemande et de construire un camp de la mort, d’après le modèle d’Auschwitz, près de Naplouse. Husseini incita ses partisans pro-nazis par ses mots : « Levez-vous, fils d’Arabie. Combattez pour vos droits sacrés. Massacrez les Juifs où que vous les trouviez. Leur sang répandu plaît à Allah, à notre religion et à notre histoire. Cela sauvera notre honneur ».

En 1944, une unité de commando germano-arabe, sous le commandement de Husseini, fut parachutée en Palestine et empoisonna les puits de Tel Aviv. Husseini contribua aussi à un coup d’Etat pro-nazi en Irak, et aida des milliers de Musulmans à s’organiser dans les Balkans en unités militaires, connues sous le nom de divisions Handlebars, qui exécutèrent des atrocités contre des Juifs , des Serbes, et des Tsiganes yougoslaves.

Après une rencontre avec Hitler, il nota ce qui suit dans son agenda :
Le mufti :
« Les Arabes étaient les amis naturels de l’Allemagne... Ils étaient donc préparés à coopérer avec l’Allemagne de tout leur cœur et se tenaient prêts à participer à une guerre, non seulement négativement en commettant des actes de sabotage et l’instigation de révolutions, mais aussi positivement par la formation d’une légion arabe. Dans cette lutte, les Arabes se battaient pour l’indépendance et l’Unité de la Palestine, de la Syrie et de l’Irak...

Hitler :
“L’Allemagne était résolue, à chaque étape, à demander à chaque nation européenne après l’autre de résoudre son problème juif, et en temps opportun, d’adresser un appel semblable aux nations non européennes aussi. Hitler. L’objectif de l’Allemagne serait alors seulement la destruction de l’élément juif résidant dans la sphère arabe sous la protection de la puissance britannique. Au moment où les divisions de tanks allemands et les escadres aériennes seraient apparues au Sud du Caucase, l’appel publique requis par le grand mufti pourrait être lancé dans le monde arabe ».

Il est juste de conclure que le chef officiel des Musulmans en Palestine, Hadj Amin al-Husseini était un criminel de guerre nazi à part entière, et fut reconnu comme tel à Nüremberg et recherché par la Yougoslavie comme criminel de guerre après la guerre. Il s’échappa en Egypte où il reçut l’asile, et contribua à organiser beaucoup d’anciens nazis et de sympathisants nazis contre Israël.

Il est aussi juste de dire que les sympathies pro-nazies et le soutien à Husseini étaient répandues parmi ses partisans palestiniens, qui le considéraient comme un héros y compris après la guerre, et la révélation de son rôle dans les atrocités nazies.

Selon son biographe, « la popularité de Hadj Amin parmi les Arabes palestiniens et au sein des Etats arabes augmenta vraiment plus que jamais pendant sa période avec les nazis.... [parce que] de larges fractions du monde arabe partageaient cette sympathie avec l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale ».

Ce n’était pas davantage la haine du sionisme qui animait ce soutien à l’idéologie nazie. La « haine des Juifs du grand mufti... était insondable, et il la déchargea totalement pendant sa période d’activité avec les nazis (d’octobre 1941 à mai 1945) ».

Ses discours sur « Radio Berlin » étaient antisémites jusqu’à la moëlle :
« Tuez les juifs où que vous les trouviez, cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion ».

En 1948, le Conseil National Palestinien élit Husseini comme président, bien qu’il fût encore un criminel de guerre recherché vivant en exil en Egypte. De fait, Husseini est encore révéré de nos jours chez beaucoup de Palestiniens comme un héros national. Yasser Arafat, dans un entretien conduit en 2002, repris dans le quotidien palestinien Al-Qods le 2 août 2002, appelle Hadj Amin al-Husseini « notre héros », en se référant au peuple palestinien. Arafat se vanta aussi d’être « l’un de ses soldats », même s’il savait qu’il était « considéré comme un allié des nazis ». (Si un Allemand d’aujourd’hui appelait Hitler « notre héros », il serait convenablement qualifié de néo-nazi !).

C’est donc un mythe, un autre mythe perpétré par le fabricant en chef de mythes de l’Iran - que les Palestiniens ne jouèrent « aucun rôle » dans l’Holocauste. Si l’on considère le soutien actif de la direction et des masses palestiniennes à la partie perdante de la guerre génocidaire, il était plus qu’équitable que les Nations Unies leur offrent leur propre Etat sur plus de la moitié de la terre arable du Mandat britannique ; Les Allemands des Sudètes en obtinrent beaucoup moins !

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 16:04
L’Iran n’aurait pas tout dit de ses installations nucléaires
2 octobre 2007 - MEMRI

Un quotidien iranien : "Les renseignements dont dispose actuellement l’Occident sur le programme nucléaire iranien se limitent aux sites accessibles aux inspecteurs de l’AIEA. C’est tout ce qu’ils savent." Dans le contexte de la menace croissante d’une attaque contre l’Iran, Mohammed Ali J’afari, commandant du Corps islamique des Gardiens de la Révolution, a appelé les pays de la région à ne pas permettre aux Etats-Unis d’attaquer l’Iran de leurs territoires, sous peine de les "payer en retour, ce qui est bien normal." (1)

En outre, le quotidien conservateur Kayhan, proche du Guide suprême Ali Khamenei, a laissé entendre que l’Iran n’avait pas tout révélé de ses installations nucléaires, soutenant que l’Occident ne possédait pas tous les renseignements nécessaires à la destruction du programme nucléaire iranien.

Voici les grands points de l’article de Kayhan : (2)

"Une nouvelle guerre est-elle en marche ? (...) Il semble nécessaire d’expliquer précisément, une bonne fois pour toutes, pourquoi [les Etats-Unis] ne pourront pas déclencher une guerre contre l’Iran (...) Toutes les questions et les ambiguïtés des renseignements auxquelles les Etats-Unis font face (...) rendent risible tout débat portant sur les préparatifs [des Etats-Unis] à une guerre.

Les questions importantes sont : quelle est la dimension du fossé qui sépare le niveau exact atteint par le programme nucléaire iranien et ce que les Américains considèrent comme le point de non retour ? (...) Les renseignements dont dispose actuellement l’Occident sur le programme nucléaire iranien se limitent aux sites accessibles aux inspecteurs de l’AIEA. C’est tout ce qu’ils savent. (...) Le nombre des installations nucléaires se limite-t-il aux installations énumérées - de sorte qu’en les détruisant, l’Amérique peut être sûre qu’elle détruira l’intégralité du programme nucléaire iranien, ou le fera tout au moins reculer pour très longtemps ? (...)

L’Iran déclare qu’il considèrera comme un ennemi tout pays mettant son territoire à la disposition des Américains pour leur permettre d’attaquer [l’Iran]. (...) Les installations stratégiques de l’Iran sont éparpillées sur toute la largeur de l’Iran et sont complètement camouflées (...)"


(1) Rooz (Iran), le 26 septembre 2007
(2) Kayhan (Iran), le 26 septembre 2007   

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 10:45
slaughter


Islamic Bigotry: The Slaughter of 4,000 Gays
 
By Robert Spencer
FrontPageMagazine.com | Tuesday, October 02, 2007

 

At Columbia University on Monday, Iranian President Mahmoud Ahmadinejad declared: “We don’t have homosexuals like in your country. We don’t have that in our country. We don’t have this phenomenon; I don’t know who’s told you we have it.”

If there were any truth to this – and there is none – it would be because because the Islamic regime in Iran had killed them, since homosexuality can be a capital crime in that country. One notorious case occurred on July 19, 2005, when two teenage boys, Mahmoud Asgari, 14, and Ayaz Marhoni, 16, were hanged in a particularly brutal manner in Iran for the crime of homosexual activity. Although Iranian officials insisted that the death sentence was for the rape of a third boy, the National Council of Resistance of Iran, has said otherwise. But Asgari and Marhoni were not alone. According to the Iranian gay and lesbian rights group Homan, the Iranian government has put to death an estimated 4,000 homosexuals since 1980. According to Scott Long, director of the Human Rights Watch Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Rights Program, Iranians who are suspected of being gay commonly face torture. Hossein Alizadeh of the International Gay and Lesbian Human Rights Commission said Iran gays live with “constant fear of execution and persecution and also social stigma associated with homosexuality.”

This is true not only in Iran, but in all too many areas of the Islamic world. The Qur’an characterizes those who “practice your lusts on men in preference to women” as “transgressing beyond bounds” (7:81). A hadith pronounces “the curse of Allah” upon those who engage in homosexual activity. A contemporary Muslim writer, Shaykh Abdul-Azeez Al-Fawzaan, called homosexuality “one of the most sinful acts known to humankind” and said that it was “evidence of perverted instincts, total collapse of shame and honor, and extreme filthiness of character and soul.”

Legal views on punishment vary. Among the Sunni schools of Islamic jurisprudence (madhahib), the Hanafi school mandates a severe beating for the first offense, and the death penalty for a repeat offender. The Shafi’i school calls for 100 lashes for an unmarried homosexual, death by stoning for a married one. The Hanbali school requires stoning across the board. Muhammad, the prophet of Islam, directed his followers to “kill the one who sodomizes and the one who lets it be done to him” (‘Umdat al-Salik, p17.3).

In many areas these injunctions are still followed. The Islamic Penal Law Against Homosexuals in Iran calls for the death penalty for sodomy and one hundred lashes for lesbianism for the first three offenses, with death for the fourth offense. Homosexuality is a capital offense not only in Iran, but also in Saudi Arabia, Sudan, Yemen and Mauritania. In Malaysia, it can draw a twenty-year prison sentence, and is illegal also in Afghanistan, Algeria, Bahrain, Bangladesh, Bosnia, Egypt, Jordan, Kuwait, Lebanon, Libya, Malaysia, Morocco, Oman, Pakistan, Somalia, Sudan, Syria, Tunisia, Turkmenistan, the United Arab Emirates, and Uzbekistan, among others.

Of course, Afghanistan under the Taliban regime drew international attention for killing gays by toppling walls onto them. Pakistani law mandates two years in prison for homosexual activity, but the traditional Islamic penalties of lashing and stoning are still widely popular. When authorities in the United Arab Emirates arrested twenty-six men whom they accused of participating in a mass gay wedding – with twelve dressed as grooms and twelve as brides, plus a disc jockey and a man who was to perform the wedding ceremony – in November 2005, they announced plans to subject the men not only to lashings and jail time, but also to hormone treatments.

In light of all this, the silence of campus gay rights groups and the so-called “progressive” Left generally about the global efforts by Islamic jihadists to impose Islamic Sharia law is appallingly short-sighted. While they attack Christians, who are not calling for gays to be imprisoned or killed under any circumstances, they say nothing about a genuine threat to their survival. While they attack Israel, a gay-friendly country, they are silent about the murder of gays in Islamic Iran.

The late columnist Cathy Seipp recounted a telling incident in March 2006, when a friend of hers went into San Francisco’s City Lights bookstore and asked for a copy of the late and much-missed Oriana Fallaci’s The Force of Reason. “We don’t carry books by fascists,” sniffed the clerk, prompting Seipp to muse: “Strangest of all is the scenario of such a person disliking an author for defending Western civilization against radical Islam -- when one of the first things those poor, persecuted Islamists would do, if they ever (Allah forbid) came to power in the U.S., is crush suspected homosexuals like him beneath walls.”
Robert Spencer is a scholar of Islamic history, theology, and law and the director of Jihad Watch. He is the author of seven books, eight monographs, and hundreds of articles about jihad and Islamic terrorism, including the New York Times Bestsellers The Politically Incorrect Guide to Islam (and the Crusades) and The Truth About Muhammad. His latest book is Religion of Peace?.

-----------------------------------

UNRETOUCHED PHOTOS OF THE "NO GAYS IN IRAN" PRESIDENT, SCHOOL PRIZE AWARD DAY CONGRATULATIONS BY IRAN'S SUPREME LEADER AND THE HEAD OF THE IAEA AND ISLAMIC IRAN'S HEAD NEGOTIATOR LARIJANI. (Another moment later and we would have had full contact).








Partager cet article
Repost0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 08:17


Telechargement de l'ouvrage de Thomas Jocelyn en PDF : Iran proxy war against America :

http://www.claremont.org/repository/docLib/20070910_IranProxyWarAgainstAmerica.pdf


Iran, Osama and 9/11
 
By Jamie Glazov
FrontPageMagazine.com | Friday, September 28, 2007

 



Frontpage Interview’s guest today is Thomas Joscelyn, an expert on the international terrorist network. He has written extensively on al Qaeda and its allies, including Iran. He is the author, most recently, of Iran’s Proxy War Against America, a booklet published by the Claremont Institute and available for download at its web site. (Click here to download the booklet.)

FP: Thomas Joscelyn, welcome to Frontpage Interview.

Joscleyn: Good to be here Jamie.

FP: Iranian President Mahmoud Ahmadinejad’s visit to Columbia has sparked great controversy. Yesterday, Ahmadinejad announced in front of the U.N. General Assembly that Iran will defy U.N. Security Council resolutions demanding that his regime suspend its uranium enrichment.

What should the American people know about Ahmadinejad and the regime he represents?

Joscelyn: Ahmadinejad is a puppet for the Ayatollah and his attending mullahs, who have the real power in Iran. This clerical regime, which rose to power in 1979, is intrinsically opposed to America and her allies throughout the world. When they chant “Death to America,” they mean it. The Iranian regime is also dedicated to revolution. That is, they want to export the Iranian revolution throughout the Middle East and the world. And they have often done so on the backs of terrorists.

Iran has provided vital assistance to terrorist organizations in at least all of the following nations/areas: the Palestinian territories (Hamas, and Palestinian Islamic Jihad), Lebanon (Hezbollah), Egypt (the Islamic Group and Egyptian Islamic Jihad), Sudan (a variety of terrorist groups), Somalia (Sunni terrorists), Algeria (an al Qaeda affiliate), Saudi Arabia (Saudi Hezbollah), Southeast Asia (various terrorist groups, including affiliates of al Qaeda), Iraq (both Sunni and Shiite terrorist groups), Afghanistan (Iran now even arms the Taliban, its one-time enemy), the Gulf States, and elsewhere.

So, Iran is the fountainhead of terrorism.

Much of the public outrage over Ahmadinejad’s visit has focused on Iran’s ongoing support for our terrorist enemies in Iraq and Afghanistan, as well as his nation’s burgeoning nuclear program. These are, of course, legitimate and grave concerns. Unfortunately, however, there has been little focus on the relationship between Iran and al Qaeda, despite the fact that the relationship reportedly dates back to 1990.

FP: What evidence ties Iran to al Qaeda as early as 1990?

Joscelyn: According to Lawrence Wright in his book The Looming Tower, a top al Qaeda operative named Ali Mohamed told the FBI that Ayman al Zawahiri and the Iranians agreed to cooperate on a coup attempt in Egypt in 1990. The Iranians have long targeted Hosni Mubarak’s regime and so they were very willing to assist Zawahiri’s Egyptian Islamic Jihad (“EIJ”) in a coup attempt. According to Mohamed, the Iranians gave Zawahiri $2 million and trained his EIJ operatives for the coup attempt, which was ultimately aborted.

Coming from Ali Mohamed, this is especially damning testimony. Mohamed was one of the U.S. Government’s star witnesses during the trial of some of the al Qaeda terrorists responsible for the August 7, 1998, embassy bombings in Kenya and Tanzania. Mohamed himself admitted to his involvement in the embassy bombings – he did the surveillance that was used to plan the operation. He also looms large in al Qaeda’s early history: he compiled al Qaeda’s first training manual, trained bin Laden’s security guards, helped organize al Qaeda’s move from Afghanistan to the Sudan in the early 1990’s, and was trusted by Zawahiri to penetrate America’s intelligence and military establishments (he even feigned cooperation with the CIA as an informant and went on to become a sergeant in the U.S. Army).

So, Mohamed’s testimony is good evidence that the Iranians and al Qaeda were cooperating all the way back in 1990.

FP: And the cooperation didn’t end there, did it?

Joscelyn: No, it did not end there. There is evidence of cooperation between Iran, Hezbollah and al Qaeda from 1990 through the present. I go into more detail about this evidence in Iran’s Proxy War Against America, but let me provide some of the highlights here.

According to the 9/11 Commission, the Iranians and al Qaeda held discussions in the early 1990’s. During the embassy bombings trial we learned that one of these meetings involved a sit down between Imad Mugniyah, who is Iran’s master terrorist as well as Hezbollah’s chief of terrorist operations, and Osama bin Laden. As a result of these meetings, Iran and al Qaeda agreed to cooperate on attacks against America and Israel. Al Qaeda terrorists were then trained in Iranian and Hezbollah training camps in Lebanon, Sudan and Iran.

Mugniyah had a profound impact on al Qaeda’s transition from an Afghani-based insurgency group into an international terrorist empire. As a result of the cooperation between Mugniyah and bin Laden, al Qaeda consciously modeled itself after Hezbollah in many ways. As Lawrence Wright notes in The Looming Tower, there are good reasons to suspect that al Qaeda even adopted the use of suicide bombers because of Hezbollah’s influence. I think that prior to 1993 (there may be an isolated incident or two prior to then), suicide attacks were an anathema to Sunni Islam. They were strictly prohibited. The Shiite Hezbollah, however, had used suicide bombers since as early 1983, when Mugniyah’s suicide truck bombers destroyed the U.S. embassy and the U.S. Marine Barracks in Lebanon. Zawahiri and al Qaeda adopted suicide attacks as their modus operandi only in the early 1990’s, after Hezbollah had shown them the utility of such operations.

According to Bob Baer in See No Evil, the CIA uncovered evidence that Mugniyah helped facilitate the travel of an al Qaeda terrorist en route to an attack on the Egyptian embassy in Pakistan in 1995. In June 1996, according to Gerald Posner in Why America Slept, the CIA obtained reports from a terrorist summit in Tehran. The reports indicated that al Qaeda, Iran and Hezbollah had agreed to step up their attacks on American targets throughout the Middle East. A few days later, on June 25, 1996, Hezbollah – under direct orders from Tehran – bombed the Khobar Towers complex in Saudi Arabia.

The 9/11 Commission found that in addition to strong evidence of Iran’s involvement, there were also signs that al Qaeda played a role in the Khobar Towers bombing. Al Qaeda had reportedly been planning a similar operation in the months prior to the attack and intelligence officials found that bin Laden was congratulated by senior al Qaeda members, such as Ayman al Zawahiri, shortly thereafter. Contemporaneous reports by the CIA and the State Department noted that Iran and al Qaeda were both suspects. Therefore, although we don’t know for sure, there is, at the very least, a strong possibility that the Khobar Towers operation was a joint operation between Iran, Hezbollah and al Qaeda.

The 9/11 Commission found that the al Qaeda cell in Kenya, which was responsible for bombing the embassy there on August 7, 1998, was trained by Hezbollah for the operation. The 9/11 Commission also found that there is evidence that Iran and Hezbollah facilitated the travels of 8 to 10 of the hijackers responsible for the September 11 attacks.

There is strong evidence that Iran helped al Qaeda and Taliban members escape from Afghanistan in late 2001 and, therefore, evade American justice. Finally, Iran harbors senior al Qaeda leaders such as Saif al Adel (al Qaeda’s military chief) and Saad bin Laden (Osama’s son and heir) to this day.

This is just some of the evidence of Iran’s involvement in al Qaeda’s terror.

FP: So in your opinion, what is the strongest evidence of Iran’s support for al Qaeda?

Joscelyn: The simultaneous suicide bombings of the U.S. embassies in Kenya and Tanzania on August 7, 1998. As I explain in Iran’s Proxy War Against America, there is strong evidence that: (1) Bin Laden and al Qaeda deliberately modeled the attack after Hezbollah’s simultaneous suicide bombings of the U.S. Marine barracks and a headquarters for French paratroopers in Lebanon in 1983. (2) According to the 9/11 Commission, Iran and Hezbollah trained at least one of the cells responsible for the attack. They showed them how to execute this type of operation. (3) There is evidence that Iran supplied al Qaeda with a large amount of explosives used in the attack. (4) Iran gives safe haven to the senior al Qaeda terrorist wanted for his involvement in the bombings, Saif al Adel, to this day.

Therefore, we have Iran and Hezbollah inspiring, training, arming and giving safe haven to the al Qaeda terrorists responsible for the embassy bombings. And this was al Qaeda’s most successful operation prior to 9/11. If this isn’t support for al Qaeda, then I don’t know what is.

FP: So wait a minute then, could it be fairly said that Iran was, to one extent or another, behind 9/11?

Joscelyn: I do not think that Iran was “behind 9/11.” I think that, just as the 9/11 Commission found, there are open questions about Iran’s and Hezbollah’s involvement in the September 11 attacks. If you read pages 240 and 241 of the 9/11 Commission’s final report very carefully you realize there are a lot of dots connecting Iran and Hezbollah to the travels of 8 to 10 of the 9/11 hijackers. However, the 9/11 Commission sort of kicked the can down the road, so to speak, on this issue. The commissioners called for further investigation into this matter in 2004, but more than three years later no such investigation has been launched. That’s one of the reasons I wrote this booklet.

I would also point out that the 9/11 Commission did not cover all of the threads potentially tying Iran and Hezbollah to 9/11. As Newsweek first reported, Ramzi Binalshibh – al Qaeda’s point man for 9/11 – made a very suspicious trip to Iran during the planning stages of the operation. And shortly before the attack he left Germany on a flight that landed at Tehran International Airport. Thus, one of the main al Qaeda conspirators involved in 9/11 found it convenient (or something more?) to travel to Iran during the key stages of the 9/11 plot. Binalshibh reportedly told his CIA interrogators that there was nothing to any of this, but one has to wonder if he wasn’t simply lying. And certainly we shouldn’t take his disavowal at face value.

FP: Some on the left will no doubt accuse you of trying to bolster the case for a war with Iran. How would you respond to this allegation?

Joscelyn: I think this hits on a big problem we face right now as a nation. The discourse has become too politicized. The focus in this nation is largely on our own domestic political situation and the Bush administration. I think we would be better served by asking more of the tough questions about al Qaeda that need answering.

In the booklet, I explicitly argue that an invasion of Iran would be disastrous. I do not think that military strikes should be taken off the table entirely, but I have doubts about their efficacy. And force may be required to stop Iran’s sponsorship of terrorists who are killing American servicemen inside Iraq. But the point of the booklet is not to advocate for a particular course of action. The reason I wrote it was to stir debate about what I think are a significant body of facts and evidence tying Iran to al Qaeda. I don’t think the public interest is served by pretending that none of this evidence exists.

FP: Why is there such reticence to engage the evidence of Iran’s involvement with al Qaeda?

Joscelyn: It seems to me that al Qaeda is an enemy we have never really understood. Ignorance is widespread. We face a large network of terrorists, but many prefer not to get into the nuts and bolts of how they actually work. For example, we often hear that the Sunnis of al Qaeda and the Shiites of Iran and Hezbollah are incapable of cooperation due to their theological differences. A cursory examination of Iran’s and al Qaeda’s behavior reveals, however, that this is nonsense. When it comes to facing their common enemies the two have been more than willing to set aside their differences. In fact, Iran has long supported Sunni terrorists, including groups such as Hamas, which is the ideological cousin of al Qaeda. The 9/11 Commission also explicitly found that ideological or theological differences did not prevent Iran and Hezbollah from cooperating with al Qaeda.

More than six years have passed since 9/11. I think it is about time we got rid of some of our more shallow assumptions about our terrorist enemies.

And perhaps we should start asking President Ahmadinejad why it is that his nation harbors scores of al Qaeda terrorists to this day.

FP: Thomas Joscelyn, thank you for joining Frontpage Interview.

Joscelyn: Thank you Jamie.


Jamie Glazov is Frontpage Magazine's managing editor. He holds a Ph.D. in History with a specialty in U.S. and Canadian foreign policy. He edited and wrote the introduction to David Horowitz’s Left Illusions. He is also the co-editor (with David Horowitz) of The Hate America Left and the author of Canadian Policy Toward Khrushchev’s Soviet Union (McGill-Queens University Press, 2002) and 15 Tips on How to be a Good Leftist. To see his previous symposiums, interviews and articles Click Here. Email him at jglazov@rogers.com.
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 14:09




Le Site internet officiel du Président iranien supprime (censure) son commentaire traitant de l’homosexualité

Date: 25 Septembre 2007

Communiqué de presse : Moyen-Orient/Iran

Mis à jour le 26 Septembre 2007


A peine quelques heures après la publication de notre communiqué de presse, les journalistes ont demandé aux  autorités iraniennes les raisons pour lesquelles elles ont supprimé toute référence concernant l’homosexualité dans la version en persan du site internet du Président iranien. Pour seule réponse, le gouvernement iranien a purement et simplement retiré les deux transcriptions, aussi bien en anglais qu’en persan, des passages Questions  et Réponses de l’intervention du Président Ahmedinedjad à l’Université Columbia, ne laissant subsister que le texte de son discours lors de cette conférence. Vous pouvez trouver plus de détails à propos de cette affaire en vous rendant en PageUneQ du site :

http://pageoneq.com/news/2007/Irans_President_scrubs_reference_to_gays_in_speech_fr_0925.html.

25 Septembre 2007

Pour publication immédiate :

Contact: Hossein Alizadeh, Chargé de communication de l' IGLHRC , tel : 212-430- 6016

 


(New York, Lundi 25 Septembre 2007)- Cherchant à vérifier les réactions dans la presse iranienne au discours et commentaires du Président Mahmoud Ahmadinedjad, lors de la conférence organisée par l’Université Columbia, lundi, la Commission internationale des Gays et Lesbiennes pour les Droits de l’Homme (CIGLDH) s’est trouvée face à une disparité (confusion) déconcertante.  La  version en anglais contenue sur le site officiel du Président (www.president.ir ) fournit une transcription fidèle à son discours et au complément Questions et Réponses, où il déclare que l’homosexualité n’existe absolument pas en Iran. Par contre, la transcription en langue persane a totalement occulté toute question concernant le traitement réservé aux lesbiennes et homosexuels masculins en Iran, ainsi que les réponses qui ne tarderont pas à devenir légendaires du Président Ahmadinedjad.

Le Site qui prétend être celui du Président ne mentionne que les versions de son discours passées par l’imprimatur des autorités, qui sont ensuite relayées pr les principaux médias d’actualité en Iran. A ce jour, aucun media en langue persane autorisé en Iran – comprenant l’Agence de Presse Officielle IRNA, et les Agences de Presse semi-indépendantes : ISNA, Mehrrnews et Farsnews, ainsi que les journaux sortant le mercredi matin- n’a publié la moindre ligne au sujet de ces commentaires du Président.


Lundi, juste après le discours du Président Ahmadinedjad, le Professeur John H. Coastworth était chargé de modérer un débat Question et Réponse. Parmi ces questions, l’une demandait pourquoi l’Iran avait exécuté des citoyens au seul motif qu’ils étaient homosexuels. Ce à quoi le Président répondit : “En Iran, nous n’avons pas d’homosexuels comme dans votre pays. Nous ne connaissons absolument pas ce phénomène dans notre beau pays.  Je me demande bien qui donc a pu vous faire croire qu’il pouvait y avoir des homosexuels en Iran! »


“La première réaction de la plupart d’entre nous fut unanime face à l’étonnante réponse du Président Ahmadinedjad, exprimant un point de vue clairement choquant (outrageant, totalement invraisemblable) disant qu’aucune lesbienne ou aucun homosexuel ne vivait en Iran. » a déclaré Paula Ettelbrick, directrice exécutive du IGLHRC. « Mais ensuite, le blanchissement (l’auto-censure) de ses commentaires à l’intention des yeux et des oreilles de la majorité des citoyens d’Iran révélait bien qu’il s’agit d’une question particulièrement embarrassante (troublante). Ses tentatives de dénégation consistait surtout  à gommer (effacer) de la vue du public les vies d’hommes et de femmes qui subissent de fréquents abus dans le pays qu’il dirige. Il sait sans doute qu’il ne peut continuer à être crédible (pris au sérieux) en retournant vers son propre peuple après (en continuant de soutenir) un déni aussi grossier. »

L’IGLHRC a rapporté un nombre considérable de violations systématiques des droits des membres de la communauté lesbienne, gaye, bisexuelle et transsexuelle (LGBT) en Iran.  Pour plus d’information sur l’action de l’IGLHRC, vous pouvez visiter :
www.iglhrc.org. Les membres de l’équipe de l’IGLHRC  charges de répondre aux interviewes ou de brosser un tableau de la situation en Iran sont : Paula Ettelbrick ou bien Hossein Aliadeh au : 212-430- 6016


###

Le Comité International Gays et lesbiennes pour les Droits de l’Homme (IGLHRC/ CIGLDH) est un observatoire centré sur les droits de l’homme qui se dévoue uniquement et entièrement à améliorer les droits des personnes qui font l’objet d’emprisonnement, d’abus ou de condamnations à mort du seul fait de leur sexualité, de leur identité sexuelle ou de leur statut de porteur du virus HIV. L’IGLHRC fait connaître les violations des droits de l’homme en partenariat et en soutenant les militants des pays à travers le monde, qui observent et publient les informations concernant les violations des droits de l’homme, qui engagent des procédures contre les Gouvernements responsables de ces abus et sensibilisent les responsables internationaux au sujet des droits de l’homme. En tant qu’ ONG à but non-lucratif, l’IGLHRC est basée à New York, dispose de succursales à San Franscisco, Johannesburg et Buenos-Aires. Vous pouvez visiter leur site pour plus d’information :
http://www.iglhrc.org

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis