Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 19:03

 

 

Iran/Vidéo - Un cimetière juif profané

 

 

Cette vidéo date d'Avril 2011

 

 


Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 18:59


 
DEBKAfile Reportage exclusif July 24 juillet 2011, 10:14 PM (GMT+02:00)

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

http://www.debka.com/article/21146/

Tags:  Iranian nuclear scientists    Natanz    Ali Larijani    Stuxnet 

 

Le scientifique nucléaire iranien Daryush Rezaee-Nejad

Daryush Rezaee-Nejad, 35 ans, qui a été tué samedi 23 juillet, lorsque deux motocyclistes lui ont tire dessus à la tête et à la gorge, devant son domicile à Téhéran, était une étoile montante de la nouvelle génération de scientifiques nucléaires iraniens. Les sources iraniennes de Debkafile dévoilent qu’il était attaché à l’une des équipes les plus secrètes du programme nucléaire iranien, employé par le Ministère de la défense, pour construire des détonateurs de bombes nucléaires et des ogives déjà parvenues à un stade avancé de développement.

 

C’était un nouvel épisode dans une série d’attaques mystérieuses, depuis l’an dernier, contre les scientifiques de haut-vol impliqués dans le programme nucléaire.

 

Nos sources révèlent que bien qu’il puisse parfaitement convenir à la description des media iraniens « d’un étudiant d’une université en master d’électricité à l’Université Khajeh-Nasser, un des instituts d’ingénierie hydraulique et d’ingénierie structurale du Ministère de la défense », cette description s’applique à une partie seulement de son travail.

 

On pouvait également le trouver quotidiennement dans l’un des laboratoires nucléaires et militaires top secret de Parchine, au Nord-Est de Téhéran, là où est conduite la majorité du travail sur les composants de la bombe nucléaire et les ogives opérationnelles.

 

Son emploi à double-application contribuait, pour Téhéran, à maintenir ces activités sous couverture. Cela explique également les compte-rendu conflictuels des media iraniens à propos du rôle exact de Razaee-Nedjad.

 

Initialement, on l’a décrit comme “un scientifique nucléaire travaillant à l’Organisation pour l’énergie nucléaire iranienne”. C’était samedi, peu de temps après son décès. Dimanche, le récit a changé et on l’a désigné comme «  un étudiant en Master d’électronique ». Cependant, l’agnce de presse iranienne Fars, seule, a suggéré que : « les media avaient fait une erreur, en rapportant la spécialité de Rezaee-Nedjad », en continuant à insister sur le fait qu’il était lié avec le Ministère de la Défense.

 

Démentant, plus tard, l’hypothèse qu’il n’était qu’un étudiant, le porte-parole du Parlement d’Iran, Ali Larijani a publié, dimanche, une diatribe enrage contre “l’acte terroriste américano-sioniste” contre l’un des scientifiques de son pays, comme représentant un nouveau signe de “l’animosité américaine”. Il a déclaré : « l’Amérique devrait envisager avec soin les conséquences de telles actions », et a exhorté les sources de sécurité iranienne «  de répliquer de manière forte à ces gestes inspirés par le mal ».

 

Les sources du renseignement de Debkafile rapportent que Téhéran semble être entré en grande confusion, concernant la description de la fonction du scientifique tué, après avoir réalisé que le fait de dévoiler son lien avec le programme nucléaire trahissait à quel point les équipes scientifiques employées à l’enrichissement d’uranium – et même le personnel scientifique directement impliqué dans la fabrication d’une bombe nucléaire – avaient été pénétrées. Les experts des médias iraniens ont travaillé énergiquement pour tenter de défaire ce dommage en retouchant cette description, pour une raison supplémentaire : il était nécessaire de rassurer les scientifiques employés à des travaux nucléaires et leurs familles sur le fait qu’ils ne courraient aucun danger, de crainte qu’ils ne prennent peur et s’enfuient pour protéger leurs vies.


De plus, pas plus les expert que le public n’ont oublié qu’il n’y a même pas neuf mois, le 27 novembre 2010, deux autres lumières dirigeant le programme nucléaire iranien avaient été prises pour cible, par le même procédé, au beau milieu de Téhéran : le Professeur Fereydoon Abbassi, que Debkafile avait identifié, à l’époque, comme le Directeur du site des centrifugeuses d’enrichissement de l’uranium de Natanz et le Dr Majid Shariari, que nos sources révélaient comme chargé de la cyber-guerre contre le virus Stuxnet, attaquant cette même installation. 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 09:57

 

 

 

Attention ! Un scientifique iranien assassiné peut en cacher un autre ! Mise à jour

Par Faramarz DADRAS

 

Intervenant pour le site  © 2011  aschkel.info


relecture par Marc Brzustowski 

-Sur le site du Ministère israélien des affaires étrangères en langue persane

http://www.hamdami.com/MFAFA

F.DADRAS

 


 

Chercheur et expert du renseignement

 

Ancien officier du service renseignement de la garde impériale de l’armée d’Iran, chercheur et expert du renseignement, fondateur et le directeur du site Internet de www.farhangiran.com en langue persane, auteur et traducteur des nombreux articles et études sur la question Iranienne et consultant auprès des medias


 

Shalom, cher Lecteurs,

ce matin nous avons publié ce texte,

>Un nouvel atomiste iranien victime d’un attentat ciblé.

Une première alerte évoquait une confusion entre deux hommes, nous le signalions d'ailleurs

Un peu plus tard, une autre agence, Fars, a affirmé qu'il y avait eu une confusion et que l'homme assassiné était, en fait, un étudiant, Darioush Rezaeinejad homonyme du scientifique iranien...(phrase de l'article) 

Dans la journée les flashs et brèves se contredisaient les uns les autres, nous avons donc demandé a notre expert iranien Faramarz Dadras des précisions supllémentaires

Aschkel et Faramarz

les voici.

Le scientifique Iranien assassiné n’était qu’un étudiant de première année de la maitrise.

darioush.jpg

Darioush Rezaei Nejad et sa fille

 

La plupart des agences de presse se trompées sur l’identité d’un Iranien de trente cinq ans, il ya bien un Darioush Rezaei, un physicien nucléaire Iranien celui là même qui a fait un discours devant le président Iranien Mahmoud Ah"madinejad, pendant la journée de l’énergie nucléaire, il y peu de temps, mais l’homme assassiné devant son épouse et sa fille s’appelé Darioush Rezaei Nejad, est un étudiant de département d’électricité de l’université de Khajeh Nassir à Téhéran. Ironie du sort ce dernier a collaboré avec le ministère de la défense chargé de programme des missiles Iraniens.

Comme d’habitude et sans tarder les autorités du pays accusent Israël et les États-Unis d'être les responsables. A savoir qu’en Iran, chaque jour en moyenne trois personnes sont assassinées par arme blanche, notamment la semaine dernière le champion de bodybuilding du monde et d’Iran, Rouholah Dadashi. Celui-ci a été assassiné dans la rue devant  témoins par trois jeunes de moins de vingt ans, mais chaque fois qu’un universitaire est tué par arme à feu, le régime Islamique accuse Israël et les Etats-Unis d'être derrière l'assassinat.

Le corps de cet étudiant a été inhumé aujourd’hui le 24 juillet à Téhéran sous escorte acompagné de slogans contre Israël et les Etats-Unis.

La question qui se pose est la suivante : est-ce-que les assassins se sont trompés de cible ?

lire l'excellente enquête de F.DADRAS


Lien de l'enquête - http://www.aschkel.info/pages/Faramarz_DADRAS-4381876.html

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 22:45



 

L’Iran ouvre une Bourse du Pétrole : l'Axe qui fait mal !

 

L'Iran, « l'Axe du Mal », axe une de ses bottes secrètes sur un coup porté vers les... bourses.

Quelle est cette manœuvre qui risque de faire très...mal ?

La création d'une bourse du pétrole sur l'île Kish dans le Golfe Persique, qui a commencé à vendre du pétrole brut iranien de haute qualité.

Mohsen Qamsari, directeur adjoint aux affaires internationales de la société nationale iranienne : « Aujourd'hui, pour la première fois, c'est du pétrole brut Bahregan de haut-qualité, à faible teneur en souffre, qui sera mis en vente. Pour commencer, un lot de 600.000 barils sera mis en vente. »

Une vraie odeur de souffre !

En effet, l'offre iranienne à pour objectif premier de  mettre à mal le monopole de la devise US.

Mahmoud Ahmadinejad  a en effet déclaré  « la chute de la valeur du dollar est un des problèmes majeurs dans le monde aujourd'hui. Les dégâts provoqués se ressentent déjà dans l'économie globale, particulièrement pour les pays exportateurs d'énergie... Par conséquent, je réitère ma suggestion, qu'une combinaison des devises les plus fortes du monde devienne la base des transactions pour le pétrole, ou alors les pays membres de l'OPEC choisissent une nouvelle devise pour les transactions de pétrole. »

Un client s'est déjà présenté : la Chine.

Et la muraille des sanctions contre l'Iran ne lui semble pas infranchissable.

La Bourse de Kish va-t-elle rendre la potentielle menace nucléaire... kitsch ?

Les stratèges rient... jaune et c'est très contagieux.

L'ambassadeur chinois à Téhéran, Yu Hung Yang, devant une conférence sur le commerce à Téhéran qui s'est tenue lundi dernier, a déclaré que le montant des échanges commerciaux entre les deux pays avait augmenté de 55 pour cent au cours des quatre premiers mois de 2011 par rapport à la même période de l'année dernière et s'est élevé à 13,28 milliards de dollars. Il a aussi prédit que le chiffre dépasserait 40 milliards de dollars d'ici la fin de l'année.

L Iran a du pétrole et des... «  Idées » : feu le nucléaire et feu sur l'énergie !

Sources :

Revol link link


Partager cet article
Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 22:42

 

Un nouvel atomiste iranien victime d’un attentat ciblé.

 

Un nouvel assassinat en plein Téhéran : un scientifique nucléaire a été tué par des motocyclistes près de son domicile dans la capitale, selon les médias iraniens ; l’épouse de cet homme a apparemment été blessée au cours de l’attaque ; la victime a été identifiée comme un professeur de physique.


 

 Agences de presse

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

 

Dernière mise à jour : 

23.07.11, 20:36 / Israel News

 

 

http://www.ynetnews.com 

 

Un tandem d’hommes armés tirant à partir d’une motocyclette ont tué un physicien iranien impliqué dans le programme nucléaire controversé du pays, samedi, au cours d’une attaque similaire à d’autres récents assassinats de scientifiques que l’Iran avait attribué aux Etats-Unis et à Israël.

 

 

“Un scientifique nucléaire iranien a été assassiné juste devant sa maison, aujourd’hui… et sa femme a également été blessée » est-il rapporté. L’IRNA a identifié la victime comme étant Darioush Rezaeï, un professeur de physique de 46 ans, impliqué dans le programme nucléaire iranien.

 

Un peu plus tard, une autre agence, Fars, a affirmé qu'il y avait eu une confusion et que l'homme assassiné était, en fait, un étudiant, Darioush Rezaeinejad homonyme du scientifique iranien... 

 

 Darioush Rezaeï

 

On rapporte que Rezaeï était un professeur de physique dont le champ d’expertise était le transport de neutrons, directement lié au cœur des réactions nucléaires en chaîne, au sein des réacteurs et des bombes. Une des éliminations précédentes, en novembre, concernait un autre homme ayant la même spécialité.

 

L’agence de presse officielle IRNA a déclaré que des « terroristes sans cœur » étaient derrière ce meurtre.  

 

 “Sa femme évacuée d’urgence à l’hôpital »

 

L’agence de presse semi-officielle MEHR a également identifié la victime comme un professeur de physique et dit qu’il avit été tué en face de son domicile, dans la rue Bani Hashem, à Téhéran. Mehr rapporte que le scientifique travaillait au sein de l’agence atomique iranienne et était conférencier dans une université locale.

 

 

La femme de ce scientifique a été blessée Durant l’attaque et a été évacuée d’urgence vers l’hôpital pour y être traitée, rapporte Mehr, citant un responsable de la police.

 

 

En janvier 2010, un expert nucléaire qui pourrait avoir pris part dans le programme nucléaire du régime des Ayatollah, avait également été tué près de son domicile.

 

Professor Masoud Ali-Mohammadi was a lecturer in Tehran University and was killed in an explosion while going into his car in northern Tehran. An explosive device apparently planted in a nearby motorcycle is believed to have been activated by remote control.

 

Le Professeur Massoud Ali-Mohammadi était chargé d’enseignement à l’Université de Téhéran et a été tué au cours d’une explosion, au nord de Téhéran, quand il était monté dans sa voiture.

 

 

Plusieurs scientifiques nucléaires iraniens ont été tués, ces dernières années, dans des attaques que l’Iran attribue aux Etats-Unis et à Israël.

 

 
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 16:47

L'attaque soutenue par l'Iran contre la caserne des marines américains à Beyrouth, en 1983, a fait 242 morts soit le plus grand nombre à ce jour de victimes occidentales causé par Téhéran.

Maryam Radjavi, dirigeante de l'OMPI, en compagnie de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, en juin 2001.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 10:59



 

 

 

L’Iran, la Corée, la bombe et l’étincelle.

Par Dominique BOURRA
étincelle iran

Le think tank britannique IISS affirme dans son dernier rapport rendu public le 21 juillet (voir ici)que l’Iran et la Corée du Nord sont associés pour la mise au point d’un missile balistique à tête nucléaire.

ISS décrit des transferts de technologie bilatéraux, chaque pays transmettant à l’autre le meilleur de ses connaissances. Téhéran aurait bénéficié des avancées technologiques nord-coréennes en matière d’enrichissement de l’uranium. Il est ainsi question d’alliages spéciaux destinés aux centrifugeuses iraniennes, ou encore de missiles balistiques coréens améliorés par l’Iran.

Le think tank américain ISIS affirme pour sa part dans son dernier rapport du 19 juillet, que l’Iran s’est doté de deux cascades de centrifugeuses de nouvelles générations (IR2m et IR4) sur le site de  Natanz. Ces centrifugeuses conçues pour enrichir l’uranium seraient 3 fois plus performantes que les précédentes.

On se souvient que les anciennes centrifugeuses de Natanz ont été prises pour cibles par Stuxnet l’an dernier (ici).  Ce virus d’origine inconnue (voir ici) modifie en effet la vitesse de rotation des centrifugeuses pour les saboter.  Cependant, en dépit de croyances répandues, seules 1/10ème des machines du site de Natanz ont  été mises temporairement hors services  sous l’effet de cette attaque cybernétique furtive. Le programme d’enrichissement s’est donc poursuivi sans encombre.

Il est vrai que la plupart des médias se sont concentrés sur les aspects les plus spectaculaires de l’opération au point d’en faire une story (une belle histoire), voire un mythe,  au détriment d’une vérité complexe et  paradoxale (ces questions feront l’objet d’analyses ultérieures).

Alors que l’opinion internationale, bernée par des campagnes de presse irresponsables, est majoritairement convaincue que le  programme nucléaire iranien est au point mort, la République Islamique équipe tranquillement son site d’enrichissement sous-terrain de Fordo (Fordow) avec les nouvelles centrifugeuses high-tech, plus résistantes et plus performantes.

A  noter que le dernier rapport de l’AIEA,  émet, dans l’indifférence générale,  une alerte en 7 points mettant en évidence la dimension militaire du programme iranien (*).

Cerise sur le gâteau, alors que l’Iran a toujours dit et répété que son programme était strictement civil, l’unité cybernétique des Gardiens de la Révolution a publié en mai dernier une brochure en farsi intitulée «le lendemain du premier test nucléaire iranien sera un jour comme les autres»…A ceci près conclut le document « qu’une étincelle nouvelle brillera dans nos regards ».

En fonction des 3 rapports cités plus haut, IISS, ISIS, AIEA, toute la question est maintenant de savoir à « étincelle moins combien »  le monde se situe aujourd’hui.

L’Iran se plaît à rappeler régulièrement , le doigt posé sur le bouton du détonateur,  que  40% du pétrole mondial transite au large de ses côtes.

(*) Le faisceau d’indices comprend 7 points préoccupants, énumérés comme suit par l’AIEA: un générateur de neutrons ;  la conversion d’uranium et la production d’uranium métallique ; test et fabrication d’explosifs à haute puissance ; étude de détonateurs de type Exploding bridewire (EBW) ; initiation multipoint  et étude des détonations hémisphériques ;  équipements haut voltage pour mise à feu et préparation d’essais sous-terrains ; travaux de design sur le missile Shahab 3 pour remplacer la charge conventionnelle par une charge nucléaire sphérique.

D.B.

NanoJV.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 22:09
L’extrême droite suisse au secours de la Dictature Iranienne

 

On savait l’extrême droite française prête à toutes les collaborations, voir :  L’ambassadeur d’Iran à la rencontre de l’extrême droite radicale

Quand l’extrême droite française , était reçue en grande pompe, par l’ambassadeur d’Iran

 

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/04/14/lambassadeur-diran-a-la-rencontre-de-lextreme-droite-radicale/

Et hélas  une partie dévoyée de pseudos  » intellectuels anti impérialistes » et dévoyés d’une certaine « gauche altermondialiste »  qui se croient intelligente, en créant des passerelles avec celle-ci (inutile de nommer à nouveau ces « intellectuels »  ils se reconnaitront, et ce serait encore leur faire trop de publicité non méritée), comme étant de farouches avocats zélés du régime fasciste de Khamenei et Ahmadinejad. On vient d’apprendre que ce 31 juillet 2011, à Genève, la bande des conspirationistes et autres bas du front, du site Soralien Suisse « mecanopolis » ainsi que leurs compères du site « cercle futur » des membres d’une obscure mouvance du « Genève non conforme » comptent organiser une « manif » en soutien aux derniers dictateurs en sursis, des personnages charmants comme  Kadhafi ou Bachar El Assad et bien sûr, Ahmadinejad, en créant un de leurs non « événements » facebook habituel  au titre élaboré de : « Amène ton dictateur, la démocratie c’est de la merde » voir:

Des fascistes de « Genève non conforme » veulent manifester le 31 Juillet devant l’ONU à Genève !!

http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Geneve-Non-Conforme-provoque-encore-31093700

Extrait choisi de l’article de ce journal de leur « presse suisse »:

« «Amène ton dictateur, la démocratie c’est de la merde». Derrière cette affirmation définitive se cache l’intitulé d’une manif’ prévue le 31 juillet devant le site de l’ONU, Place des nations, par les militants de «Genève Non Conforme» (GNC).

La manif se veut « humoristique »

A cette occasion, le groupuscule espère de ses sympathisants qu’il défileront avec, en main, la photo de leur «dictateur préféré». Une page Facebook, ouverte pour l’événement, enregistre 110 invités confirmés. Sur celle-ci figurent côte à côte, des photos de Pol Pot, d’Hitler ou d’Ahmadinejad, le président iranien. «L’idée nous est venue car nous soutenons le régime de Bachar el-Assad, contesté en Syrie, explique «Benito M.», un des animateurs du Blog de GNC. Il ne cache pas une certaine admiration pour le fascisme «des débuts». Aucune demande n’a été adressée aux autorités pour l’événement, qui se veut uniquement «humoristique.».

 

Rien de bien étonnant quand on sait que les « animateurs » du site « Mecanopolis« sont de grands spécialistes es-désinformation sur l’Iran

Une « crédibilité » a toute épreuve quand on connait Meyssan, et qui est derrière

dont on se rappelle encore la teneur de leur articles désopilants de propagande, et leurs « reportages en direct de Téhéran » à la solde du régime, a l’iconographie  ouvertement d’extrême droite, qui  sous couvert de « dissidence anti mondialiste et nouvel ordre mondial » en collaboration avec les « Réseaux » de Thierry Meyssan , via leur« enquêteurs » du « réseau voltaire"  et toute une myriade de sites obnubilés par les« théories » du « complot du 11 septembre » n’ont de  cesse depuis des années de se faire les avocats du régime Iranien.

A ceux ci nous disons Wash The Brown Scums et Dictators GO OUT!

Transmis par des camarades Anti Fascistes de Genève et de Paris, que nous remercions au passage.

___________________________________________________________

soliran paris

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 13:06

 

 

 

Allemagne - Un sous-marin à Israël en compensation de son commerce secret avec l'Iran ?

 

Adapté par Aschkel - 

 

Pour © 2011 aschkel.info et © 2011  lessakele

 

http://www.jinsa.org/node/2370



 

Selon le magazine allemand Der Spiegel, l'Allemagne va fournir à Israël un sixième sous-marin Dolphin a capacité nucléaire et une subvention à hauteur de 135 millions d'euros. Le magazine note que deux premiers sous-marins avaient été offerts à Israël après la 1ère guerre du Golfe, ce qui avait abbaissé le coût d'un troisième sous marin.

L'Allemagne aurait donné les premiers sous-marins après qu'Israël ait découvert que les missiles Scud lancés par Saddam Hussein a l'époque contenaient des pièces de fabrication allemande contribuant à étendre leur portée. Les Israéliens auraient caché les restes des Scud après avoir initialement demandé aux Américains d'examiner les technologies étrangères impliquées dans leur fabrication.

L'accord subventionné sur ce sixième Dolphin aurait il été annoncé après que les israéliens aient fait échoué une rencontre de parlementaires iraniens au Bundestag le mois dernier. Une délégation du comité de défense des affaires étrangères de la Knesset avait envoyé une lettre pleine de colère à la Chancelière Angéla Merkel et au Ministre des affaires étrangères G. Westerwelle pour protester contre la visite de l'Iran.

Dans cette lettre, il n'est pas souligné, comme nous le faisons ici, que les Iraniens accompagnés par le représentant pour L'Iran à L'AIEA, Ali Ashghar Soltanieh et l'ambassadeur iranien en Allemagne Alireza Attar Cheih, ont parlé lors d'une conférence à l'Office allemand des affaires étrangères et ont pu visiter la ville allemande de Weimar – ville jumelée avec Chiraz en Iran. Ils ont refusé de visiter le camp de concentration de Buchewald, provoquant le refus des notables de la ville de Weimar de les rencontrer

On peut se poser la question : Pourquoi les responsables du gouvernement iranien sont ainsi accueillis, appréciés et choyés par le gouvernement allemand ?

L'Allemagne est consciente de la poursuite par l'Iran des travaux sur les capacités nucléaires de ses missiles à longue portée et informée des inquiétudes avouées de l'AIEA à ce propos.

Pourquoi le représentant iranien Soltanieh, à l'AIEA, qui trompe son monde, est-il invité à discuter avec le Ministère allemand des affaires étrangères ?

L'Allemagne est au courant du nombre record d'exécutions, cette année en Iran, y compris les pendaisons publiques de deux mineurs.

Pourquoi Attar est-il invité à parler au lieu d'être convoqué à devoir expliquer sérieusement la position des Mollahs ?

Les gens raisonnables devraient se demander comment les Mollahs sont-ils capables de faire ce qu'ils font.

Des sanctions bancaires et commerciales internationales ont été prises contre l'Iran qui auraient dû étouffer la capacité des iraniens à financer des programmes nucléaires et balistiques très couteux ou, encore, de financer les terroristes du 'Hezbollah et du 'Hamas. Pourtant l'Iran n'est jamais à court et dispose de fonds gigantesques.

Les Etats-Unis sont au beau milieu d'une crise financière qui les force à faire des coupes dans le budget de leur défense, et pendant ce temps L'Iran teste de nouveaux missiles plus performants.

Le commerce de l'Iran avec l'Allemagne, à hauteur de plus de 4 milliards de dollars (2010), doit certainement les aider.

 

Tandis que les Allemands insistent sur le fait que leur commerce avec les Iraniens répond aux normes de l'UE, il y avait 16 contrats approuvés par le gouvernement à double usage, civil et miliaire, selon un porte-parole du gouvernement, notamment des pièces de rechange pour des "hélicoptères de secours", des vannes pour le travail de l'acier, une pompe a jet liquide pour le traitement de l'eau dans le cadre du dessalement…/ou des hélicoptères militaires, des missiles, des centrifugeuses, et la productions d'armes chimiques.


Un porte-parole du ministère allemand de l'Economie a écrit dans le Jérusalem Post à propos du commerce avec l'Iran, que : "–La sécurité d'Israël est non négociable 

pour le gouvernement fédéral allemand 

".

Mais l'Iran n'est pas un problème sécuritaire pour Israël seulement, il l'est aussi pour l'Allemagne et pour tous.

Les sous-marins Dolphin au rabais ne sont-ils pas, au fond, une compensation pour Israël et la plupart d'entre nous, en échange du commerce secret de l'Allemagne et le maintien de ses relations politiques avec l'Iran.?

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:25

 

Nouvelle inquiétante : l’Iran va déployer une force de frappe navale dans l’Océan Atlantique.

 

http://theoptimisticconservative.wordpress.com/2011/07/19/

 

The Author

J.E. Dyer : blogueuse, ancien officier féminin de renseignement de la Marine américaine.

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

 

Déconstruire les politiques du monde contemporain, le jargon d’une époque.

 

      

 

C’est l’un des axiomes de Dyer qu’une nation ne modifie pas ses positions sur mer pour se contenter d’un status quo. L’Iran continue de valider cet axiome, et le tout dernier effet d’annonce, émis par son haut-commandement naval, décidément très entreprenant, est que la République Islamique déploiera une force navale opérationnelle dans l’Atlantique, dans un avenir proche, comme « partie intégrante d’un programme visant à étoffer sa présence sur toutes les mers du monde ».

Ce nouveau développement n’a rien de très surprenant, si on considère que l’Iran a maintenu la présence d’une force de lutte contre la piraterie au large de la Somalie, depuis près de trois ans aujourd’hui, a envoyé une force opérationnelle de deux navires en expédition vers la Syrie, plus tôt cette année, et annoncé le déploiement d’un sous-marin en Mer Rouge, en juin.

C’est accordé, on ne peut pas dire que la marine iranienne a précisément renforcé sa crédibilité, en émettant, presque simultanément, une déclaration du même style que Pyongyang, affirmant que : « les ennemis sont très étonnés par les énormes accomplissements de la marine de l’Iran ». C'est un fait qu'un déploiement atlantique ne correspondra pas particulièrement à une extension des aptitudes et des capacités techniques de la marine (les mariniers iraniens civils sont déjà présents sur toutes les mers du monde). L’Iran peut aisément mettre sur pied une force opérationnelle de trois navires – deux bateaux de guerre et un navire-auxiliaire – vers l’Atlantique sans pour autant épuiser ses réserves. La question qui concerne ce déploiement, s’appuyant sur le fait indéniable que les cercles politiques de ce pays font  preuve de constance, n’est pas « si », mais « quand ».

 

Ce déploiement pose une autre question, cependant, et c’est bien ce sur quoi porteront les points-clés. Pour commencer, l’Iran aura le choix de passer par le Canal de Suez, ou de contourner l’Afrique. La force de frappe pourrait très bien contourner l’Afrique – non à cause de préoccupations réelles qu’aurait l’Iran, à propos du Canal de Suez ou de la Méditerranée, mais parce que sa marine peut, probablement trouver un meilleur accueil dans les ports sub-sahariens tout au long de son périple.

Alors que la Syrie et la Libye sont en pleine tourmente, les demandes (antérieures) iraniennes de faire escale dans certains ports préférentiels sont effectivement, mises hors course. La Méditerranée, bien que parfaitement sécurisée, comme voie de transit sans escale, n’est guère une route hospitalière en vue d’un périple vers l’Atlantique, pavillon au vent. Sur la côte Est de l’Afrique, d’un autre côté, l’Iran a probablement le choix entre le Kenya et la Tanzanie, à tout le moins, et probablement, de passer par le Mozambique et l’Afrique du Sud, disposant de ports pour faire le plein de carburant, créer des évènements symbolisant des liaisons militaires, des levées des couleurs, etc.

L’Iran a intensément cultivé les relations avec ces pays et bien d’autres nations africaines au cours des dernières années : avec le Kenya, par exemple, l’Iran a signé un certain nombre d’accords de coopération (comprenant un accord de coopération maritime et de transit par mer) depuis 2008, et effectué plusieurs échanges de visites bilatérales de haut niveau avec le Premier Ministre Raila Odinga (eh oui ! ce radical-socialiste pour lequel Obama a fait campagne en 2006 et qui a signé un accord avec les dirigeants islamistes avant son élection afin que soit appliquée la Chari’a !). Avec la Tanzanie, l’Iran dispose de liens ethniques et religieux chi’ites anciens de plusieurs siècles, mais dans le très court terme, depuis 2008, Téhéran a conclu de très nombreux nouveaux accords avec Dar Es-Salaam, dont un accord de défense et de coopération, signé en 2009. Tout comme avec le Zimbabwe voisin (dont le territoire est bouclé), avec lequel l’Iran projette d’acheter de l’uranium de Tanzanie ; il reste à voir si l’Iran établira une base-« nid de frelons» d’hélicoptères en Tanzanie, de même facture que le projet en cours au Zimbabwe, ou s’il entraînera les forces de « sécurité » tanzaniennes dans les termes d’un accord semblable à celui qui le lie au régime Mugabe.

Avec l’Afrique du Sud, l’Iran a développé des relations intensives et de longue haleine. Les relations de Téhéran avec l’Afrique toute entière sont étendues et croissantes. De façon à assurer leur droit d’accoster et de faire le plein de carburant, les Iraniens vont probablement faire cheminer leurs forces navales par le contournement de l’Afrique pour déboucher dans l’Atlantique.

Si elles traversent l’Atlantique, ce qui semble probable, elles feront probablement escale, au moins, au Venezuela et à Cuba. Pour rendre visite à l’Equateur , un autre « meilleur ami pour toujours » (BFF : Best Friend For Ever) de l’Iran en Amérique latine, cette force navale devrait transiter par le Canal de Panama, une excursion que Téhéran ne souhaite pas nécessairement emprunter. Une autre escale potentielle, cela dit, particulièrement s’il doit faire un « crochet » maritime, c’est le Nicaragua, avec lequel l’Iran envisage un projet conjoint de développement d’un port et d’infrastructures de fret entre les isthmes ( qui serait un « rival » putatif du Canal de Panama). Les deux nations ont proclamé leur enthousiasme inextinguible quant à leur romance interhémisphérique, il n’y pas plus loin que le mois dernier. (Pour plus de détails sur les relations entre l’Iran et l’Amérique latine, lire ici et ici.)

Le fait qu’une force navale iranienne ne serait guère capable « d’en faire plus », actuellement, en termes de puissance navale et d'anticipation avisée, n’est vraiment pas l’essentiel, face à un déploiement de cette ampleur. Un simple hélicoptère embarqué à bord, quelques canons de combat naval, quelques missiles mer-mer et torpilles – ces systèmes d’armement n’en possèdent guère plus, si le but était de faire le poids, en comparaison avec La Navy. Mais le point essentiel reste que l’Iran ne s’aventurera pas dans des eaux trop inamicales. L’infrastructure géopolitique est préexistante pour permettre un déploiement de ce type, de la même façon que celui de n’importe quelle autre puissance navale de premier plan : en disposant d’autorisations d’accoster, de cérémonies politiques bilatérales, d’exercices bilatéraux, et d’activités de sensibilisation de la jeunesse, tout au long du parcours.

Elle ne devrait pas frayer ce passage à travers la Méditerranée, mais c’est peut-être là le problème. C’est bien cela qui a changé – et d’un point de vue stratégique, c’est envoyer un message bien plus puissant à l’Europe et à l’Amérique du Nord, si l’Iran rejoint l’Atlantique par une toute autre voie de mer…

Les articles de J.E. Dyer ont été publiés  sur :  Hot Air’s Green Room,  les sites de Commentary : contentions, Patheos, et du  Weekly Standard.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis