Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:53

 

Reuters

http://fr.news.yahoo.com

AFFRONTEMENTS ENTRE CHIITES ET SUNNITES ...

Des affrontements entre sunnites et chiites se sont produits jeudi dans la ville de Hamad, à Bahreïn, la première confrontation directe entre les deux communautés depuis le début des manifestations politiques à Manama, la capitale, il y a deux semaines.

Selon des témoins, les heurts ont impliqué une centaine de personnes. Des hélicoptères de la police ont survolé le secteur et deux ambulances ont été vues quitter les lieux.

Les violences ont pris fin à l'arrivée des forces de l'ordre.

Les musulmans chiites de Bahreïn, royaume dirigé par la famille sunnite des Khalifa, représentent 70% de la population. Ils s'estiment discriminés en matière d'emploi, de services sociaux, des services publics et de logement.

Frederik Richter, Guy Kerivel pour le service français

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 20:21



DEBKAfile Reportage spécial March 3, 2011, 11:09 AM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  

 

http://www.debka.com/article/20721/

 

Tags:  Hillary Clinton      Iran    Saudi Arabia    Shiites 

Les Saoudiens se préparent à leur première manifestation de protestation

 

A quelques encablures du premier Jour de Colère, planifié en Arabie Saoudite pour le 11 mars, une personnalité centrale iranienne, proche du Président Mahmoud Ahmadinedjad a mis en garde Riyad, ce mercredi 2 mars, contre le lancement de toutes mesures de sécurité ou toute action de répression contre les deux millions de chi’ites du Royaume qui vivent et travaillent dans les régions pétrolifères de l’Est.

 

 

L’Arabie Saoudite, le plus grand exportateur de pétrole au monde, couvre 40% des besoins pétroliers de la planète. Les sources sécuritaires saoudiennes et d’autres pays du Golfe ont désigné cette mise en garde iranienne comme une ingérence sans précédent dans les affaires intérieures de l’Arabie Saoudite et un appel direct à la minorité chi’ite à se soulever contre le trône, sous la protection du bouclier iranien. Il (l'Iran) allume également la mèche pour réalimenter les émeutes chi’ites au Bahreïn, fomenter des troubles parmi les minorités chi’ites des autres émirats du Golfe et, en poussant plus loin, compliquer la situation explosive au Yémen.

 

A Washington, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton est allée encore plus loin, pour la première fois depuis le début de cette vague de trois mois d’insurrections arabes, en accusant l’Iran d’employer ses supplétifs libanais du Hezbollah pour fomenter des incidents dans le monde arabe. S’adressant au Comité pour le Budget au Sénat, mercredi 2 mars, elle a déclaré : « Ils font tout ce qu’ils peuvent pour influencer les conséquences de ce qui arrivera dans ces zones », en citant l’Egypte, le Bahreïn, le Yémen et les Palestiniens, mais pas l’Arabie Saoudite. « Ils utilisent le Hezbollah pour communiquer avec leurs homologues… au sein du (mouvement palestinien) Hamas, qui ensuite, communique en retour avec ses partenaires en Egypte ».

 

 

Les sources de Debkafile à Washington remarquent que les allégations qu’elle a soutenues contre l’influence de l’Iran contredisent la position prise par le Chef de l’Etat-Major, l’Amiral Mike Mullen, qui a répété inlassablement, tout au long des dernières semaines, que les soulèvements n’avaient qu’une origine interne et que l’Iran ne cherchait pas à susciter l’agitation. Les paroles de Clinton vont aussi à l’encontre de la vision présentée par le Secrétaire à la Défense Robert Gates, le 1er mars, selon laquelle les troubles dans les pays arabes constituaient un sérieux revers pour l’Iran et al Qaeda.

 

L’Administration Obama est clairement divisée dans sa lecture des soulèvements dans les pays arabes et sur le rôle qu'y joue l’Iran, indiquant qu’alors que les troubles entrent dans leur troisième mois, une politique cohérente devrait encore être formulée au sein de la Maison Blanche.

 

 

L’avertissement à Riyad provient du parlementaire iranien Mohammed Dehgan, l’un des membres les plus proches et les plus influents du cercle rapproché d’Ahmadinedjad. Il a été formulé dans des termes abrupts et lapidaires : « Les cercles dirigeants saoudiens devraient savoir que le peuple saoudien est devenu vigilant et ne permettra absolument pas aux dirigeants du pays de commettre aucun crime éventuel contre lui », a déclaré Dehgan. « L’Arabie Saoudite sera tenue pour responsable de l’élimination du peuple chi’ite et sunnite dans le pays durant de nombreuses années »

 

Il a poursuivi en menaçant l’Arabie Saoudite, dont la population chi’ite représente au moins 15% de sa population totale, du fait qu’elle pourrait bien être la prochaine cible de la révolution qui se répand dans le monde arabe. Le député iranien a continué en mettant l’Arabie Saoudite en garde contre toute ingérence dans les évènements au Bahreïn et au Yémen. Dehgan et d’autres responsables iraniens importants ont également exigé de l’Arabie Saoudite qu’elle cesse de prendre les empreintes digitales des iraniens entrant dans le Royaume – ou qu’elle devrait faire face à des représailles.

 

 

Les sources de Debkafile dans le Golfe ont mis à jour trois conséquences majeures dans l’avertissement iranien sévère à Riyad :

 

1. Pour la première fois, Téhéran affiche une position ouverte sur les soulèvements dans le monde arabe, utilisant ses minorités chi’ites comme leviers de manipulation.


2. L’Iran, pour la première fois, montre ses muscles dans le rôle qu’il convoite de superpuissance régionale qui ne se gêne pas en appelant au renversement des états pétroliers et en défiant la suprématie des Etats-Unis.


3. L’Iran exige que Riyad suspende les mesures préventives que le renseignement et la sécurité saoudiens ont menées depuis quelques jours pour faire avorter un soulèvement chi’ite, lors du Jour de Colère, comprenant les arrestations de militants politiques et religieux. 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 13:21

 

Mojtaba-khamenei.jpg

Le fils de Khamenei marche sur la voie du fils du Kadhafi

 

Par Faramarz DADRAS

Intervenant pour le site  © 2011 aschkel.info 

 Sur le site du Ministère israélien des affaires étrangères en langue persane

http://www.hamdami.com/MFAFA

01 mars

 

Une ressemblance existe entre les fils à papa ! Entre Seif Al Islam Kadhafi, et le Hodjatoleslam Mojtaba Khamenei, respectivement les fils du Colonel Kadhafi et l’Ayatollah Khamenei.

 

La dernière information concernant deux leaders de l’opposition Iranienne Moussavi et Karroubi, est confirmé par un important membre clergé de la ville sainte de Qom, ces deux piliers du régime Islamique sont prisonniers à Téhéran sur la base militaire "Heshmatieh"   appartenant  aux  Gardiens de la révolution les" Pasdaran ".

 

Il y a trois jours un important membre du clergé chiite de Qom, a signalé son inquiétude au sujet de l’arrestation des leaders de l’opposition aux responsables des bureaux de Khamenei à Téhéran et Qom, messieurs (Haghani et Malekan). Le clergé est assuré par ces deux hommes comme il l'était  auparavant par Ali Larijani le président de l’assemblée Islamique. «  l’affaire est dans les mains du seigneur Mijtaba le fils du Guide et ces conseillers » ajoute le site Internet de ( la voix verte de la liberté).

 

Seyed Mojtaba Khamenei 45 ans, est un clerical et le deuxième fils d’Ali Khamenei, il exerce le pouvoir dans l’ombre de son père le guide iranien. il  se serait imposé discrètement dans la hiérarchie du régime, celui-la même qui a été complice d’Ahmadinajed le président Iranien dans les fraudes électorales, qui a conduit les missions du Ministère de la sécurité et du renseignement et celle des Gardiens de la révolution pour opprimer toute contestation contre le régime, il dirige personnellement le brigade armée des étudiants religieux (Imam Sadegh) de Qom, et  des “voyous” à la solde de son père.

 

Il rêve de prendre  la succession de son père (comme le fils de Kadhafi, Seif Al Islamà), Il est devenu très riche grâce à lui, l’an dernier 1,6 milliard de dollars !! appartenant au Seigneur Mojtaba  ont été bloqués dans une banque londonienne. Selon  l'artcle ci dessous de Paris Match.

prison-iranienne.jpg

2009 - Catherine Schwaab - Paris Match

On s’est retrouvés debout, serrés comme des sardines, dans des sortes de conteneurs par plus de 40 degrés, pendant deux jours, sans toilettes, sans eau ni nourriture, avec des rats. Quand nos gardiens bassidji nous ont fait couler de l’eau à travers la porte, nous avons été obligés de laper le liquide comme des chiens. C’était dégueulasse : des saletés et surtout du sang. Car nous étions sanguinolents, battus avec des gourdins, le visage démoli. On a tous les dents cassées. Moi je n’entends plus d’une oreille. Mais je suis mieux loti que des camarades qui sont morts. »

C’est un intellectuel d’environ 25 ans, avec qui nous avons pu entrer en relation, qui raconte ses conditions de détention à la prison de Kahrizak, près de Téhéran. Le jeune homme poursuit : « Nous avons vu des membres de notre “conteneur” pendus par les pieds pendant quarante-huit heures ; l’un d’entre eux, rendu à sa famille défiguré avec des yeux gonflés comme des balles de tennis violacées, est mort dans les bras de ses parents. Il y avait des viols tous les jours : trois des plus jeunes y sont passés, on entendait leurs hurlements. » Reza Yavari, un autre ­prisonnier libéré : « Dans notre cellule, des gens tombaient dans le coma. Quand l’un d’entre eux est mort, on a protesté, nos geôliers, des voyous en civil (on les appelle “lebas shakhsi”), sont revenus, ont cassé les ampoules électriques, brandi le cadavre, braqué des torches sur nos visages : “On va vous enculer, vous tuer, c’est les ordres !” Ils ont attrapé un jeune de 16-17 ans, l’ont cogné comme des fous, certains ont protesté, ils leur ont infligé le même traitement. Le lendemain matin, quatre d’entre nous avaient succombé. »

A la répression violente s’ajoute la corruption des mollahs
Ali Reza Beheshti, fils d’un grand ayatollah assassiné, calcule : « Quelque 1 700 prisonniers ont été acheminés à Ispahan car, à Téhéran, les prisons débordent. On ignore combien il y a de morts, on les estime à au moins 360. Seulement 10 % des familles ont des nouvelles, et certaines, terrorisées, ne nous contactent pas. »
 

Si, selon certains, il y a des bassidji et des pasdaran pour désapprouver ces méthodes, la majorité exécute les bas­ses besognes sans états d’âme. Un ­camion vient d’être intercepté à la frontière turque avec... 7,5 milliards de dollars en liquide et 20 tonnes de lingots d’or ! Fortune des mollahs du régime ? Financement du Hamas, du Hezbollah ? Les ressources des ayatollahs semblent inépuisables... 1,6 milliard de dollars appartenant au fils de Khamenei (qui soutient Ahmadinejad) sont bloqués dans une banque londonienne. Quant à la manne saisie en Turquie, le premier ministre turc Erdogan a décidé de s’en servir pour ses investissements nationaux. C’est sans doute la version islamique de la realpolitik.

F.DADRAS

Par Faramarz DADRAS

 

Chercheur et expert du renseignement

 

Ancien officier du service renseignement de la garde impériale de l’armée d’Iran, chercheur et expert du renseignement, fondateur et le directeur du site Internet de www.farhangiran.com en langue persane, auteur et traducteur des nombreux articles et études sur la question Iranienne et consultant d’auprès les medias.


Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 12:13

 

 

F.DADRAS

 

Logo jeux olympiques 2012 de Londres : mot "Sion" ou croix gammée, l'Iran se fait remarquer

Par Faramarz DADRAS

© 2011 www.aschkel.info

 

 


  logo-olympique-2.jpg

L’agence de presse des étudiants Iraniens, ISNA à publié ce matin, la lettre de protestation du Comité national olympique d’Iran à Jaques Rogge, le président du Comité International Olympique concernant le logo des jeux olympiques de 2012 de Londres.

 

Dans cette lettre, le logo des jeux olympiques est mis en cause par la République Islamique et certains graphistes musulmans. Selon eux, ce logo a été conçu afin de représenter le mot de "  ZION " qui signifie le mot de  SION et le Sionisme !

logo-olympique-3.jpg 

Ce qui est intéressant c'est qu'une autre organisation inconnue a publié sur Internet la composition de ce logo et croit-elle que ce logo représente la croix gammée du Nazisme.

logo olympique 

Pour le moment, le Comité International Olympique et le Comité des jeux de Londres, n’ont pas répondu  à cette lettre de provocation. L'Iran est le premier pays musulman à protester formellement contre le logo olympique de Londres.

 

Les ridicules graphistes du régime qui ne manque pas de bouffonnerie, n’ont rien compris à la vraie signification du logo qui représente les six caractères du mot de " London " en deux parties de " LON " et " DON " sous la forme diagonale et le " O " en petit caractère au milieu du logo.


  logo-olympique-4.jpg

 

Le régime Islamique embarrassé par les événements dans la région, ainsi qu’à l’intérieur du pays, cherche à détourner l'attention de la jeunesse Iranienne et les médias par n'importe quel moyen, et se fait remarquer en se comportant parfois comme un enfant.

 

Vidéo - jusqu'où va la haine !!!!!

 


Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:10

 

 

F.DADRAS

 

Ancien officier du service renseignement de la garde impériale de l’armée d’Iran, chercheur et expert du renseignement, fondateur et le directeur du site Internet de www.farhangiran.com en langue persane, auteur et traducteur des nombreux articles et études sur la question Iranienne et consultant d’auprès les medias.

Intervenant pour le site  © 2011 aschkel.info 

 Sur le site du Ministère israélien des affaires étrangères en langue persane

http://www.hamdami.com/MFAFA


le prochain Khomeiny du Bahreïn de retour d'exil

par Faramarz Dadras

 © 2011 www.aschkel.info

 

 

Hassan Mashimaa est le principal leader du parti (Haq) en Français le parti du Droit, opposant Chiite dau Bahreïn il s'est réfugié à Londres comme d' autres leaders Chiites et sans aucun doute comme la plupart des leaders chiites a des relations étroites avec les Anglais, ( un agent de Londres ?)

Mashimaa, a été arrête une première fois en 1994 au Bahreïn pour activité contre la monarchie Bahreïni, puis en janvier 2007, avec  deux autres Abd Al-Hadi Al-Khawaja, and Shaker Al-Hamali, Mashimaa s’est réfugié à Londres.

La semaine dernière lui et de nombreux prisonniers politiques ont été amnistiés par le souverain du Bahreïn.

Il a donc quitté Londres pour retourner au Bahreïn, il prétend que pendant son passage à Liban le 22 févrieril a été arrêté puis libéré par les Libanais !  

 Il sera le prochain Khomeiny du Bahreïn. 

 

Le saviez-vous ?

 

Vous avez peut-être remarqué que certains mollahs ont des turbans noirs et d'autres blancs.

 

les turbans noirs sont sont ceux qui comme Khomeiny prétendent descendre du prophète Mahomet, ceux qui ont les turbans blancs n'ont pas prouvé leur lien familial avec Mahomet donc ils portent des turbans blanc.

 

Un autre Khomeiny est arrivé en héros en Egypte

lire > Retour triomphal de Qaradawi, guide suprême et « Khomeyni » des Frères Musulmans, place Tahrir (Le Caire)

 

et les américains font des mamours hallucinants aux frères mulsamans.

>MARK STEYN : « LE RESPONSABLE DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT AMÉRICAIN EST UN IDIOT. »

>Etats-Unis : Qui a dit "Les frères Musulmans est un mouvement essentiellement laïque et pacifique" ?

 

et pour en revenir au Barheïn le Général mc Mullen fait preuvre d'un aveuglement hallucinant

Retour triomphal de Qaradawi, guide suprême et « Khomeyni » des Frères Musulmans, place Tahrir (Le Caire)

pourtant Faramarz DADRASo,notre ami et intervenant iranien nous met en garde dans l'article ci-dessous

Iran : La présence des éléments du régime Islamique au Bahreïn 

Barheïn - retour du principal oppasant chiitte

 

L'opposition chiite de Bahreïn
17:18 26/02/2011
MANAMA, 26 février - RIA Novosti

Hassan Mashaimaa, leader en exil de l'opposition chiite de Bahreïn et chef du parti radical Haq, a regagné samedi Manama, capitale bahreïnie, où la contestation populaire ne faiblit pas depuis deux semaines réclamant la démission du gouvernement, rapporte le correspondant de RIA Novosti.

"Hassan Mashaimaa est arrivé à Manama. A présent, nous l'attendons sur la place de la Perle où il prononcerait un discours", a dit à l'agence un certain Abbas Bahrani, militant chiite.

Le retour du leader chiite intervient au lendemain d'une manifestation de masse à Manama, à l'issue de laquelle le gouvernement aurait décidé d'un remaniement pour apaiser l'opposition.

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont descendus vendredi dans la rue pour réclamer des réformes politiques. C'était l'un des plus importants rassemblements antigouvernementaux depuis le début de la révolte. La foule a convergé vers la place de la Perle, devenue le symbole de la révolte.

Des milliers de manifestants ont également défilé samedi. Le pays a connu la semaine dernière ses troubles les plus graves depuis les années 1990, avec la mort de sept personnes dans des tirs des forces de l'ordre contre les manifestants.

Le Bahreïn dont la population est à 75% chiite est gouverné par une dynastie sunnite. L'opposition chiite refuse le dialogue pour le dialogue, en revendiquant un changement fondamental au processus politique actuel fondé sur des demandes légitimes. Les manifestants promettent d'élargir leurs actions de protestations et d'annoncé une grève générale à partir de dimanche.

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 23:11

 

 

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_un-trafic-vers-l-armee-iranienne-organise-via-la-belgique?id=5681133

 

 

Le parquet a entamé des poursuites à l'égard de deux Iraniens suspectés de trafic de matériel aéronautique vers l'Iran celui-ci était destiné à l'armée, écrit samedi le quotidien économique et financier De Tijd. Les deux individus auraient vendu pour des dizaines de millions de matériel à l'armée iranienne.

Selon le journal, un dernier envoi a été intercepté de justesse dans la zone de fret de l'aéroport de Zaventem. Il s'agissait d'une cargaison de matériel, essentiellement de technologie radar destinée à Téhéran.

Selon De Tijd qui cite des sources bien informées, les services de sécurité belges n'étaient pas du tout au courant de ce trafic.

La Belgique a été informée par les services américains. L'enquête du parquet de Bruxelles a révélé que les trafiquants tentaient également de blanchir l'argent de leur trafic juteux en Belgique via des comptes de la KBC.

L'affaire sera examinée par le tribunal correctionnel le 24 mars prochain.

Belga

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 22:47

 

 


DEBKAfile  Analyse exclusive  26 février 2011, 3:06 PM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  

 http://www.debka.com/article/20710/

Tags:  Iran    Iraq    Libya    MidEast unrest    Oil gas war    Saudi Arabia 

 

Première manifestation de rue en Arabie Saoudite

 

Une’ explosion s’est produite, tôt ce samedi 26 février, dans la plus grande raffinerie pétrolière de Baijil, à 180 kms au nord de Bagdad. C’est une cellule d’al Qaeda activée par les Gardiens de la Révolution iranienne qui s’en est chargée, selon les sources moyen-orientales de Debkafile. Téhéran utilise les troubles au Moyen-Orient pour générer une pénurie de pétrole en Irak et ainsi faire grimper les prix du pétrole à travers le monde entier.

 

Le jeudi 24 février dans la nuit été le théâtre des premiers signes apparents d’agitation en Arabie Saoudite, au cours de manifestations menées par de jeunes gens exigeant des réformes dans le système gouvernant le Royaume, et par des Chi’ites vivant et travaillant dans les régions de l’Est du Royaume, riche en pétrole. Ils ont manifesté à Awwamiya dans le Qatif en solidarité avec les protestations en Libye et au Bahreïn. Ils ont également exigé la libération de détenus arrêtés par les autorités sécuritaires saoudiennes, parmi les deux millions de Chi’ites vivant et travaillant dans les principaux centres pétroliers d’Arabie Saoudite pour faire avorter l’agitation potentielle à la racine.

 

Vendredi, dans la ville de Jeddah, sur la Mer Rouge, à l‘Ouest, un groupe qui s’est désigné comme « la Jeunesse de Jeddah pour le Changement » a tenu une manifestation.

 

Le plus insignifiant signe de trouble en Arabie Saoudite, le plus grand exportateur de pétrole au monde, est susceptible d’affecter les tarifs du pétrole. L’Iran est le plus grand bénéficiaire de la valse des prix. Jour après jour, au fur et à mesure que les capitales arabes sont en proie aux turbulences populaires, Téhéran observe que les dommages causés à son économie par les sanctions internationales régressent.

 

En 2010, les sanctions ont entaillés les revenus pétroliers de l’Iran de 120 milliards de $ à 80 milliards de $, soit 6.6 milliards par mois, alors qu’en février 2011, ils ont été relevés de 10 milliards de $, comme conséquence de l’agitation au Moyen-Orient.

 

 

Tôt ce samedi, Téhéran a donné un nouveau coup de coude au marché du pétrole en frappant et mettant hors service la plus grande raffinerie d’Irak, juste quelques heures après que des affrontements avec les rassemblements anti-gouvernementaux aient laissé 9 tués dans trois villes du nord irakien. Les hommes armés ont tiré sur quatre gardes et ingénieurs de la raffinerie et fait explosé l’unité Al Shamal, son principal producteur de kérosène et de benzène, en plantant des engins improvisés dans d’autres unités opérationnelles qui ont explosé après leur fuite. L’installation toute entière est actuellement fermée. « Nous ne parlons pas d’une fermeture qui se compte en jours », a expliqué un responsable de la raffinerie, « les dommages sont trop sérieux ».


La raffinerie de Baiji travaillant à 70% de ses capacités produisait 150 000 barils par jour. Les experts pétroliers estiment que les villes irakiennes sont confrontées à une baisse de 35% de leurs fournitures en pétrole pour plusieurs mois, avec un effet sur les cours mondiaux et la stabilité intérieure du pays.

 

Les sources du renseignement de Debkafile rapportent que le sabotage de la raffinerie irakienne marque une nouvelle étape dans la guerre du carburant, qui devient partie intégrante du courant de protestations qui grandit et dans lequel s’engouffre le Moyen-Orient depuis la révolution du Jasmin en Tunisie. Le 5 février, le Hamas palestinien s’était servi de la couverture du soulèvement en Egypte pour faire exploser le gazoduc du Sinaï vers Israël et la Jordanie. Les fournitures ont été suspendues depuis lors.

 

En Libye, aussi bien Mouammar Kadhafi que l’opposition qui le combat, principalement en Cyrénaïque, se sont abstenus de s’en prendre au marché de l’exportation du pays qui rapporte 1, 8 millions par jour. Cependant, on pense que les combats dans les zones pétrolières sensibles ont interrompu de moitié  les fournitures. On estime que la partition de la Libye entre la Cyrénaïque et la région tripolitaine répartira la moitié de ses ressources en pétrole presque à égalité entre les deux entités, laissant les terminaux à l’exportation entre les mains des rebelles.

 

Quiconque finirait par gouverner la région tripolitaine devra parvenir à un accord avec la Cyrénaïque concernant l’utilisation de ces installations ou en construire de nouvelles. C’est pourquoi les opposants à Kadhafi se battent de façon aussi cruciale pour le contrôle des quatre villes proches de Tripoli sur la côte méditerranéenne – Syrte, Misrata, Zawiya et Zuara. Sans elles, le dictateur libyen n’a plus aucun moyen d’exporter le pétrole produit dans les champs sahariens. 

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 09:56

Brochette d'aveugles américains !!!

 

 

L'Amiral Mullen ne voit pas la main de l'Iran derrière les émeutes à Bahreïn

 

 

 

Article associé > Iran : La présence des éléments du régime Islamique au Bahreïn Par Faramarz DADRAS

 

 

Rappel chiites au Bahrein = 75 %

elements-du-regime-Islamique-au-Bahrein.jpg

 

24 février 2011 –  opex360

 

Les pays du monde arabe actuellement aux prises avec des mouvements de révolte ne présentent pas tous le même profil, même si les motivations de la rue présentent des similitudes. Encore que, avant de s’avancer sur la nature même de ces contestations, encore faudrait-il prendre un peu de recul et voir sur quoi tout cela va déboucher.

Cela étant, le riche royaume de Bahreïn présente des particularités que l’on ne retrouve pas en Egypte, en Tunisie et en Libye. En effet, la population à majorité chiite est gouvernée par le roi Hamad Bin Issa Al Khalifa, qui est l’héritier d’une dynastie sunnite, l’autre grand courant de la religion musulmane.

Autre fait saillant, Bahrein abrite l’état-major de la Ve Flotte américaine, dont la zone de compétence couvre le golfe Persique et l’océan Indien. Autrement dit, elle a un oeil à la fois sur l’Iran ainsi que sur le Pakistan, et, par extension, sur l’Afghanistan.

Bien que le roi de Bahreïn a décidé de donner 2.000 euros à toutes les familles du pays, ce dont il peut se permettre puisque la principale ressource du royaume est le pétrole, libéré des prisonniers chiites soupçonnés d’activités terroristes et offert un dialogue aux dirigeants de l’opposition chiite emmenée par Cheikh Ali Slimane, le mouvement de contestation se poursuit et tend même à se radicaliser.

Ainsi, les principaux oulémas chiites ont appelé, ce 23 février, les protestataires à se mobiliser vendredi prochain pour « pleurer les martyrs » et marcher sur la place de la Perle. Certains d’entre eux ont même affirmé leur volonté d’en finir avec la monarchie, ce qui mettrait un terme aux discriminations dont ils se disent victimes en raison de leur appartenance religieuse.

Et il n’est pas impossible que ce mouvement fasse tâche d’huile dans d’autres monarchies du Golfe, dont la population est constituée par des minorités chiites relativement importantes, comme par exemple en Arabie Saoudite, où elles sont notamment implantées dans la province du Hasa dont le sous-sol contient une grande partie des réserves pétrolières du royaume. D’où la crainte à Ryad, mais aussi parmi les autres pays du Golfe, de voir l’émergence d’un « croissant chiite », sous l’égide de Téhéran.

Aussi, l’amiral Mike Mullen, le chef d’état-major de l’armée américaine, a répondu à la question de savoir si l’Iran est à l’origine des troubles qui agitent actuellement Bahreïn et qui pourraient se propager à d’autres pays de la région, dans lesquels le Pentagone dispose de facilités pour ses troupes.

« Je continue de croire que l’Iran est un pays qui continue à fomenter l’instabilité dans la région , à prendre avantage de chaque opportunité, mais je pense que cela n’a pas été le principal déterminant en Egypte, à Bahreïn ou dans les autres pays » a-t-il ainsi affirmé, le 21 février, à Doha (Qatar), à l’occasion d’une tournée dans le Golfe. Ces manifestations sont « dans l’ensemble dues à des problèmes internes et non à quelque chose de fomenté par une puissance extérieure » a-t-il encore précisé.

L’amiral Mullen n’a pas donné plus de précision sur ce qu’il entendait par « dans l’ensemble » et « le principal déterminant » qui a motivé les contestations dans les pays en proie aux troubles. Si il y a une cause « principale », c’est qu’il doit y en avoir de secondaires… Subtilité pour laisser entendre que le doute est permis sur une éventuelle manoeuvre iranienne?

Cela étant, une chose est certaine : l’agitation dans certains pays arabes sert les intérêts iraniens. Par exemple, Téhéran n’a pas mis longtemps après la chute d’Hosni Moubarak en Egypte pour demander le passage – accordé – de deux de ses navires de guerre par le canal de Suez, ce qui n’était pas arrivé depuis 1979.

Mais l’éventuelle fin de régimes alliés des Etats-Unis dans la région aurait pour conséquence probable le départ des troupes américaines déployées dans le golfe Persique. Et si cela devait arriver, Washington perdrait sa capacité à dissuader l’Iran. La France serait aussi concernée dans le cas de troubles aux Emirats arabes unis (16% de chiites), où elle dispose d’une base militaire.

Pour le moment, l’on n’en est pas encore là. Il reste cependant que « Bahreïn est un terrain d’affrontement par procuration dans la lutte géopolitique plus large entre l’Arabie saoudite, les Etats-Unis et l’Iran », selon l’institut américain Stratfor, spécialisé dans les questions de renseignement.

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:43

Blague du jour - Ah'madinedjad fustige Kadhafi de réprimer les manifestants

 

Le monde des dingues !

 

Au rayon ironie de l’Histoire, grands malades et hôpital qui se moque de la charité, voici Mahmoud Ahmadinejad qui ose critiquer l’usage de la force en Libye et soutenir les aspirations du peuple libyen en matière de démocratie :

 

« C’est inimaginable que quelqu’un tue ses citoyens (…) C’est inacceptable. Laissez les peuples parler, être libres, décider, imposer leur volonté. Il ne faut pas résister face à la volonté des peuples » (…)Comment un dirigeant peut-il faire viser ses citoyens par des mitrailleuses, des chars et des canons? (…) Je demande aux dirigeants de tous les pays de tenir compte de la volonté de leur peuple, de les écouter, de dialoguer et de les entendre », a-t-il insisté.

Pour la vidéo d’anthologie rapportant ces déclarations c’est ci-dessous -extremecentre

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:32

Les navires iraniens livreraient des armes au Hezbollah
par Israel Infos Redaction

 

 

www.israel-infos.net

 


Les navires de guerre iraniens qui ont traversé hier matin le canal de Suez, en route vers la Syrie, transporteraient des armes modernes à destination du Hezbollah.

C'est ce qu'ont indiqué des sources israéliennes. Il s'agirait de missiles de différentes portées, de mitrailleuses, de munitions et d'appareils de vision nocturne.

Le passage des navires par le canal a finalement été autorisé par le conseil suprême de l'armée égyptienne après plusieurs jours d'incertitude.

Des responsables israéliens indiquent que le voyage de ces navires pourrait être une tentative iranienne de contourner les sanctions contre le transfert d'armes au Hezbollah. Ces sanctions ont en effet créé des difficultés pour la fourniture régulière d'armes iraniennes à l'organisation chiite.

Des responsables israéliens estiment que le passage des navires cherche également à provoquer Israël et les Etats-Unis, puisque cela fait 32 ans, depuis la révolution islamiste iranienne, qu'aucun navire de guerre iranien n'a traversé le canal.
Il est possible en outre que les Iraniens souhaitent examiner la relation du nouveau régime égyptien envers l'Iran.
(Eli Berdenstein & Amit Cohen – Maariv)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis