Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 17:10

 

 

 

Malgré les menaces du régime, les opposants ont continué à se rassembler aujourd'hui dimanche, dans plusieurs villes d'Iran et à crier des slogans hostiles tels que : "mort au Dictateur". La police, qui recourt massivement aux services du Hezbollah libanais, a répliqué à coup de gaz lacrymogène, mais aussi, dans certains endroits, à balles réelles. 

 

 

 

Deux hommes au moins ont été tués, au square Haft-e-Tir de Téhéran, selon un reportage non-officiel, 5 autres personnes ont été blessées à Shiraz (vidéo ci-dessus). Faezeh Hashemi Rafsanjani, la propre fille d'Akbar Hachemi Rasfandjani, qui a quitté l'opposition pour réintéger les Saint des saints du Régime, aurait été brièvement détenue, puis relâchée, après avoir argué être sortie faire du shopping pour acheter des vêtements.

 

CNN rapporte qu'un témoin (Reza Sayah) a vu au moins une quinzaine de personnes se faire bastonner, Square de la Révolution à Téhéran, et qu'au moins 4 autres ont été arrêtés. L'Agence officielle FARS prétend, au contraire que le calme a prévalu, grâce à un imposant dispositif de sécurité "doté de toute la force nécessaire" : ce qui revient à dire que, sans un déploiement de forces impressionnant, cette règle du "calme" n'est plus aussi sûre. "La police a "gardé le contrôle de la situation", et la paix régnait dans la ville, où aucun incident n'est à déplorer". Même question : pourquoi la police aurait-elle besoin de "garder ce contrôle", si la situation était aussi "pacifiée" qu'on veut bien le laisser entendre? Et de quelle "police" s'agit-il? D'après le Conseil National de la Résistance iranienne (Moujahidine du Peuple), mais également, nos sources en Iran, le régime fait appel à au moins 1500 membres du Hezbollah pour réprimer le mouvement. Ils étaient présents, le 14 février, lors des précédentes manifestations et l'étaient encore ce jour, 20 février.

 

          L'armée de réserve d'Ahmadinedjad : le Hezbollah libanais de Nasrallah.

 

 

De nombreux réseaux sociaux mentionnent que beaucoup de sites internet ont été bloqués aujourd'hui, dont le service de courriels gmail. Le site Rahesabz.net indique que les fournisseurs d'accès de téléphonie mobile ont, également, subi des coupures. Un autre site internet affirme que les liaisons internationales vers Téhéran ont été interrompues pour empêcher les communications avec les médias extérieurs. 

 

Les manifestants se sont rassemblés tôt, ce dimanche matin, en plusieurs endroits de la capitale, Téhéran, toujours dans la même optique de dispersion, rendant les interpellations plus difficiles. 

 

Le gouvernement avait sévèrement menacé l'opposition, samedi, après des appels à ces meetings en commémoration de deux jeunes tués, la semaine dernière (pour les 7 jours chi'ites). 

 

180734_130176350384837_130172983718507_186554_2424443_n.1298124316.jpgsaneh-jaleh.1298124274.jpg

 

Les deux dirigeants de l'opposition ont relayé ces appels, de façon à marquer "un pas décisif dans le soutien au mouvement pro-réformateur et à ses leaders". Ils sont toujours assignés à résidence et menacés de mort par 200 parlementaires d'Ali Larijani, mais ces mises en garde restent sans effet. Annoncer vouloir en faire des martyrs tient du mouvement de panique, dans une culture marquée par ce culte de ceux qui ont "donné leur sang et leur vie". Si cela devait arriver, il est probable qu'on assisterait, alors à une recrudescence des manifestations et violences.

 

Gad, avec agences

 

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info 

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 14:14

 

 


Opposants iraniens : un diplomate iranien a fait défection pour la France

http://www.ynetnews.com

 

 

La Vague Verte prétend que le neveu du réformiste Karroubi cherche asile politique à Paris, pour protester contre le Régime de Téhéran.

Associated Press

 

Adapté par Marc Brzustowski

 

Publié le : 

20. 02.11, 13:32 / Israel News

 

 

 

Un groupe de l’opposition iranienne affirme qu’un diplomate iranien a fait défection de son poste en Italie et négocie pour bénéficier de l’asile politique en France, afin de protester contre le Régime du Président Mahmoud Ahmadinejad.

 

 

 

Des porte-parole officiels du groupe de la “Vague Verte” basé en Europe, ont déclaré dimanche que Ahmad Maleki –qui est également le neveu du réformiste Mahdi Karroubi – a quitté, le jour précédent, son poste de premier secrétaire du Consulat iranien à Milan.

 

 

Si cela était confirmé, cette défection serait au moins la 4è du genre, de la part d’un diplomate iranien en Europe, depuis le début de 2010, constituant une nouvelle protestation contre le régime islamique de ce pays.

 

 

La Vague Verte, qui soutient de telles défections, prétend que des diplomates d’active et d’autres responsables du gouvernement iranien, travaillent secrètement avec le groupe. 

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 13:26

 

 

19 février 2011

bc5ba5c67bb3b32043d51a0f03f17774.1298124137.jpg

Au lendemain de la “journée de la haine” qui a vu le gouvernement iranien rassembler des “dizaines de milliers” de ses partisans contre les “leaders de la sédition”, la lutte que mènent opposition et régime iranien semble dramatiquement s’accélérer, avec une nouvelle étape dès demain.

Malgré l’assignation à résidence dont sont victimes MirHossein Moussavi et Mehdi Karoubi, les deux grandes figures de l’opposition, totalement coupées du monde extérieur depuis près d’une semaine, leurs sites ont annoncé aujourd’hui une nouvelle manifestation pour la journée demain, le « 1er esfand » selon le calendrier iranien.

D’après l’appel signé par le “Conseil de coordination du chemin vert de l’espoir” et publié sur le site de l’opposition Kaleme, les manifestations de dimanche sont organisées pour commémorer le septième jour (tradition chiite) qui suit la mort des deux étudiants Saneh Jaleh, 26 ans, et Mohammad Mokhtari, 22 ans, tués lors desmanifestations de l’opposition de lundi dernier, au cours desquelles des dizaines de milliers d’opposants ont défilé à Téhéran et en en province contre le pouvoir, avec plus de 1500 arrestations à la clé.

Mais à l’image de la journée de lundi, le rassemblement de demain pourrait à nouveau être détourné en manifestation anti-gouvernementale. D’ailleurs, le communiqué de l’opposition ne s’y trompe guère, et affirme que la journée de demain a également pour but de lutter “contre la dictature religieuse” en Iran, une critique sans précédent contre le régime iranien. Et comme d’habitude, c’est surFacebook que la mobilisation est nourrie, de nombreux utilisateurs iraniens ayant changé leur photo de profil en affiche « 1er esfand ».

saneh-jaleh.1298124274.jpg

180734_130176350384837_130172983718507_186554_2424443_n.1298124316.jpg

Le décès des deux étudiants a donné lieu cette semaine à une véritable passe d’armes entre régime et opposition. Tandis que celle-ci a affirmé que les deux victimes étaient des partisans du mouvement vert de contestation et qu’elles avaient été abattues en pleine rue par des forces de sécurité gouvernementales, le pouvoir iranien a riposté en annonçant que Saneh Jaleh et Mohammad Mokhtari n’étaient autres que des miliciens bassidjis tués par les manifestants eux-mêmes. Hossein Shariatmadari, le directeur du quotidien ultraconservateur a même déclaré à la télévision d’État que Saneh Jaleh travaillait en tant qu’espion pour son compte.

Outré par ces affirmations, le frère du défunt a démenti ces informations dans une interview à la chaîne VOA et a révélé que le corps de Saneh Jaleh n’avait même pas été rendu à sa famille. Il a en outre accusé le Régime iranien d’avoir récupéré sa mort en organisant ses funérailles, où des heurts ont éclaté entre miliciens et étudiants. À l’issue de l’interview, le frère du défunt a été arrêté par les forces de sécurité. Dès sa libération, il a démenti à la télévision d’État iranienne avoir tenu de tels propos.

Malgré les slogans de « Mort à Karoubi » et « Mort à Moussavi », scandés lors des manifestations pro-gouvernementales d’hier, mais également mardi au Parlement iranien par de nombreux députés conservateurs, le pouvoir iranien ne semble pas prêt à entamer de réelles poursuites judiciaires contre les deux leaders de l’opposition, dont l’arrestation, ou la condamnation à mort, pourrait les hisser au rang de martyr et provoquer de nouvelles manifestations.

37fa8a35-f6bc-4258-abf5-56da5dd284ae_mw800_s.1298124506.jpg

D’ailleurs, à l’occasion hier de la prière du vendredi, l’ayatollah ultraconservateur et chef du Conseil des Gardiens de la Constitution, Ahmad Jannati, s’est cantonné à demander que les communications entre les opposants et la société soient rompues. « Je dis à ces chefs séditieux : votre vie est terminée. Il y a des appels pour que ces hommes soient exécutés. Mais ils sont déjà finis. Ils ont déjà été exécutés. Ils ont failli. Leur réputation au sein de la société a été ternie », a lancé l’ayatollah lors du sermon hebdomadaire.

Mais cela n’a pas empêché, le jour même, l’opposant Mehdi Karoubi de défier à nouveau le pouvoir iranien : « Faites preuve de courage et jugez nous en public », a-t-il déclaré depuis son domicile, sur le site Kalemeh.

Cette annonce intervient alors que l’étau se resserre chaque jour davantage autour du mouvement vert. Depuis le début de semaine, de nombreuses personnalités, pourtant considérées comme modérées et opposées au président Ahmadinejad, ont rejoint le concert de critiques gouvernementales à l’encontre des deux leaders de l’opposition.

C’est ainsi que l’ex-candidat à la présidentielle Mohsen Rezaï, qui avait pourtant soutenu en juin 2009 la révolte verte, le porte-parole conservateur modéré du Parlement Ali Larijani, le conseiller auprès du Guide suprême Nategh Nouri, le maire de Téhéran Mohammad Ghalibaf, ainsi que le membre du Conseil de la sécurité nationale Hassan Rowhani, se sont tous prononcés en faveur d’une condamnation rapide des « leaders de la sédition », afin de n’être pas accusés eux-mêmes de servir leurs intérêts.

20090618phowww00248.1298124685.jpg

Encore plus déterminant, le revirement de l’ex-président modéré Hashemi Rafsandjani, farouche opposant de Mahmoud Ahmadinejad, qui avait soutenu le candidat Moussavi lors de la campagne présidentielle, s’était prononcé en juin 2009 en faveur des manifestants, et dont la fille avait été elle-même arrêtée. En vieil habitué des manoeuvres politiques, il a rejoint cette semaine le camp de ses anciens ennemis en annonçant que toute action illégale était « haram » (interdite par la religion). Dans un communiqué, l’Assemblée des experts, un important organe du pouvoir que Rafsandjani dirige, a elle aussi qualifié de «chefs de la sédition » MirHossein Moussavi et Mehdi Karoubi, et les a accusés de servir les intérêts des Etats-Unis et d’Israël.

Pour comprendre l’origine de tous ces rebondissements politiques qui secouent depuis lundi la République islamique, je vous invite à visionner cette vidéo exclusive, sans doute la plus explicite de toutes, de scènes d’affrontements de rue capturées lors de la manifestation anti-gouvernementale de lundi dernier et rendues publiques cette nuit (notamment à partir de la 10è min).

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 08:05

Iran : des officiers jurent de ne pas tirer sur les manifestants
Par JPOST.FR ET OREN KESSLER 
18.02.11

http://fr.jpost.com

Des officiers des Gardiens de la Révolution iranienne ont écrit une lettre à leur officier supérieur pour avoir des garanties : ils ne veulent pas être obligés d'ouvrir le feu sur des manifestants anti-gouvernement, selon le Daily Telegraph vendredi.


Les Gardiens de la Révolution. 
PHOTO: AP , JPOST

Dans cette lettre, adressée au général Mohammed Ali Jafari, commandant des Gardiens, les officiers affirment que l'utilisation de la violence contre leur propre peuple brise les lois de l'Islam chiite.


"Nous promettons à notre peuple que nous ne tirerons pas et ne frapperons pas nos frères qui cherchent à exprimer des protestations légitimes contre les politiques et la conduite de leur leader", selon la lettre.


Le Telegraph cite des diplomates occidentaux qui affirment que la lettre a été transmise au président iranien Mahmoud Ahmadinejad et au Guide suprême l'Ayatollah Ali Khameneï. Aucune réponse officielle iranienne n'a été formulée.


Lundi, l'opposition a réuni des dizaines de milliers de personnes dans les rues, d'abord pour montrer sa solidarité avec le mouvement de protestation en Egypte. C'était aussi une chance pour l'opposition de faire sa première manifestation d'ampleur depuis plus d'un an. Les affrontements avec la police ont fait deux morts et des dizaines de blessés.


Le lendemain, des parlementaires partisans de la ligne dure ont brandi leur poing en l'air au parlement et ont réclamé le jugement et la mort pour les leaders de l'opposition.

digg del.icio.us facebook
Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 07:56

 

http://www.israel7.com/2011/02/tsahal-en-alerte-avant-le-passage-des-navires-iraniens/

Le nouveau pouvoir militaire égyptien vient de donner un inquiétant signal en faisant savoir qu’il autorisait finalement les deux navires iraniens à franchir le Canal de Suez pour se rendre en Syrie.
En Israël, on craint fort que le croiseur iranien « Khark », qui est également un navire logistique de la marine iranienne, soit rempli de centaines de missiles à destination du Hezbollah, dont des missiles sol-sol de longue portée. Cette cargaison devrait être débarquée dans le port syrien de Lattaquié, voire même directement dans l’un des ports libanais.
Le nouvel état-major israélien mais aussi les plus hauts responsables politiques multiplient les contacts et les consultations ces dernières heures pour voir comment il est encore possible d’empêcher ces bâtiments de guerre iraniens de narguer les Israéliens et de se rendre tranquillement en Syrie pour y déposer leur arsenal qui est dirigé contre Israël.
Il est indéniable que si ces navires arrivaient à destination et rentraient sans dommage en Iran sans réaction de la communauté internationale, il s’agirait d’une grande victoire pour Ahmadinejad mais plus globalement pour l’axe Téhéran-Ankara-Damas-Beyrouth que les Iraniens tissent depuis quelques années, sans compter l’aide du Hamas et du Hezbollah.
Ce serait aussi la première fois que des bateaux iraniens franchissent le Canal de Suez depuis 30 ans ! La décision des militaires égyptiens indique peut-être qu’ils ont l’intention de modifier la politique suivie jusqu’à présent par l’ex-Président Hosni Moubarak envers l’Iran.
Encore un motif supplémentaire d’inquiétude pour les stratèges politiques et militaires israéliens !

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 09:10

 

 

Demande iranienne de transit par le canal de Suez

Mise à jour le jeudi 17 février 2011 à 22 h 55

 

http://www.radio-canada.ca

Deux navires de guerre iraniens ont soumis une demande pour transiter par le canal de Suez, a confirmé le ministre égyptien des Affaires étrangères, jeudi.

Israël a exprimé ses inquiétudes face à un tel projet, qualifié de « provocation ».

Un porte-parole du ministre, Hossam Zaki, a indiqué que les autorités égyptiennes avaient reçu la demande d'autorisation de passage des deux navires. Un responsable du canal de Suez a de son côté affirmé que le ministère de la Défense traiterait la demande.

À Téhéran, la télévision officielle de langue anglaise Press TV a cité un responsable de la marine iranienne, qui a déclaré que les deux navires s'apprêtaient à passer dans le canal. Ce responsable a ajouté que l'Iran était en contact avec l'Égypte à ce sujet.

Plus tôt dans la journée, un responsable du canal de Suez avait déclaré que l'Iran avait retiré sa demande de faire transiter les navires par le canal, sans donner plus d'explications. Ce responsable a requis l'anonymat puisqu'il n'est pas autorisé à s'adresser aux médias.

Les raisons de cette apparente contradiction restent floues pour l'instant.

Ahmed Al-Manakhly, un haut responsable du canal de Suez, a expliqué que des accords internationaux régissaient la circulation dans le canal. Seul l'état de guerre permettait d'interdire le passage de navires dans cette voie maritime, a-t-il ajouté.

M. Al-Manakhly a souligné que l'Iran et l'Égypte n'étaient pas en guerre, et que la décision finale sur le passage des navires iraniens serait prise par le ministère de la Défense. Il a précisé qu'il ne laisserait passer aucun navire de guerre sans l'approbation du ministère.

L'autre responsable du canal qui a requis l'anonymat a identifié les navires comme étant l'Alvand, une frégate, et le Kharq, un navire de ravitaillement, qui feraient route vers la Syrie. Il a précisé que les navires se trouvaient présentement près du port saoudien de Jeddah, en mer Rouge.

L'agence de presse officielle syrienne a transmis jeudi un communiqué de l'ambassadeur d'Iran en Syrie, qui affirme que les deux navires iraniens prévoient se rendre en Syrie pour un entraînement et que la visite se fera « selon les lois et les normes internationales ».

En Israël, les porte-parole du premier ministre et du ministre des Affaires étrangères ont refusé de commenter l'information. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, avait déclaré mercredi que l'Iran s'apprêtait à envoyer deux navires de guerre à travers le canal de Suez pour la première fois depuis des années, estimant qu'il s'agissait d'une « provocation ».

Israël considère l'Iran comme une menace contre son existence à cause de son programme nucléaire contesté, de son programme de missiles balistiques, de son soutien aux extrémistes de la région et de ses menaces de détruire l'État hébreu.

Le porte-parole du département d'État américain, P.J. Crowley, a confirmé mercredi la présence des deux navires iraniens dans la zone du canal, mais n'a pas voulu dire si cela était considéré comme une provocation. « Il y a deux navires en mer Rouge, a dit le porte-parole. Quelles sont leurs intentions, quelle est leur destination, je ne peux le dire », a-t-il ajouté.

Les navires qui transitent par le canal de Suez, qui relie la mer Rouge à la mer Méditerranée, doivent aviser les autorités au moins 24 heures avant d'y entrer. Seuls les navires qui ne répondent pas aux exigences de sécurité peuvent être interdits de passage dans le canal. Dans le cas des navires de guerre, l'autorisation des ministères égyptiens de la Défense et des Affaires étrangères est requise à l'avance, mais elle est rarement refusée.

Associated Press

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 07:55

 

 

Les USA s'inquiètent de l'activité du Hezbollah au Chili
par Gerard Fredj

 

www.israel-infos.net


Selon un cable "Wikileaks" publié cette semaine, les USA s'inquiètent de l'activité du Hezbollah au Chili.

On se souvient que dans les notes confidentielles publiées par la chaîne Qatari Al Jazeera (voir nos publications du mois de janvier), l'accueil d'un nombre important de réfugiés palestiniens au Chili avait été envisagé dans les négociations israélo palestiniennes en 2008, en raison de la présence sur place d'une importante communauté palestinienne.

Les États Unis soupçonnent le Hezbollah d'infiltrer les associations palestiniennes locales, notamment les organisations islamistes.

"Ces fondamentalistes, dont les relations avec le Hezbollah ne sont pas un secret, accroissent leur présence et leur activité au Chili", explique le télégramme, datant du 27 février 2006, faisant en particulier référence à une présence importante de fondamentalistes radicaux dans les villes d'Iquique et de Santiago, la capitale.

Le document précise cependant que l'activité des cellules du Hezbollah consisterait essentiellement en l'organisation de levées de fonds massives, sans projet avéré d'attentats.

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 19:48


 
DEBKAfile Reportage exclusif 17 février 2011, 11:05 AM (GMT+02:00)

 

Par Marc Brzustowski

 

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

 


http://www.debka.com/article/20677/

 

Tags:  Bahrain      protest demonstrations    Iran 

 

 

Un jeune manifestant iranien est mort de ses blessures par balles.

 

 

Les tanks se sont placés autour du square Pearl, à Manama, tôt ce jeudi 17 février, commandés personnellement par le roi Cheikh Bin Isa Al-Khalifa en tenue militaire complète, quelques heures après que sa police, même en tirant à balles réelles et à coups de gaz lacrymogène, n’ait pas réussi à évacuer le village de tentes dressé par les manifestants contre son régime. Au moins quatre manifestants ont été tués et des dizaines blessées.

 

Le monarque a divisé sa petite armée forte de 9.000 hommes en trois parties : l’une autour de Pearl Square, une seconde pour garder la raffinerie de la Bahrein Petroleum Co., qui produit 267 000 barils d’essence par jour et forme l’ossature de l’économie bahreïnie ; et une troisième a été postée autour du palais royal et des quartiers résidentiels de l’élite dirigeante.

 

 

Al-Khalifa a trois difficultés majeures à surmonter : pour la première fois, le plus grand parti chi’ite du roi, al-Wefaq, a rejoint la totalité des dix autres partis pour coordonner leurs actions de protestation. Le dirigeant du parti chi’ite, le Cheikh Ali Salman, déclare qu’il ne cherche pas à établir un régime islamique semblable à celui d’Iran à Manama. Les sources de Debkafile pensent qu’il en quête de pouvoir personnel et ses paroles sont à rapporter à l'ambition des Frères musulmans en Egypte d’obtenir un rôle important dans le gouvernement.

 

Mais le problème le plus pressant pour le dirigeant bahreïni, c’est qu‘alors que les médias arabes et mondiaux sont braqués sur le mouvement contestataire dans son royaume, comme s'agissant de la suite logique des soulèvements pro-démocratiques en Tunisie et en Egypte, la situation n’est pas la même, en cela qu’elle ne représente pas seulement un peuple autochtone en lutte authentique contre un régime autocratique en vue de réformes, mais que les troubles sont fomentés et téléguidés depuis Téhéran.

 

L’objectif de l’Iran est de détrôner le régime d’Al-Khalifa et de le remplacer par le premier gouvernement pro-iranien dans la région du Golfe arabique. Un régime chi’ite à Manama poussera les minorités chi’ites à se révolter contre d’autres états du Golfe riches en pétrole – et spécialement en Arabie Saoudite et au Koweit, où ils forment environ un cinquième de la population.

 

 

Pendant ce temps, à Téhéran justement, les sources iraniennes de Debkafile rapportent que le Président Mahmoud Ahmadinedjad s’est entretenu, tôt ce jeudi, avec les dirigeants des Gardiens de la Révolution sur les façons de briser les manifestations de l’opposition, après déjà deux jours de mesures très dures. Depuis lundi, 1400 manifestants ont été arrêtés et leur destin est inconnu. Au moins deux sont morts de leurs blessures par balles.

 

Les dirigeants du régime islamique iranien craignent que les plus jeunes dans les villes iraniennes, reprennent le flambeau des soulèvements dans les pays arabes et qu’ils aient réellement la volonté de les renverser. Première mesure-clé de dissuasion, une augmentation dans le nombre d’exécutions de dissidents a été décidée entre Ahmadinedjad, le plus important de ses aides de camp, le Procureur Général Mohseni-eEjehee, le commandant des forces de la sécurité intérieure, Mohammad Reza Radan Mohammad Reza Naghdi et l’Ayatollah ultra-radical Ahmad Jannati, président du Comité de la Constitution. Cette mesure a, un peu plus tard, obtenu les faveurs d’Ali Larijani, porte-parole du Majliss, qui a conduit, mercredi, 200 députés hurlant que les deux dirigeants du Mouvement Vert de l’opposition, Mir-Hossein Moussawi et Mehdi Karoubi devaient être mis à mort.


Les sources de Debkafile rapportent : dans les jours qui viennent, on montrera au monde des millions de jeunes iraniens envahissant les rues de Téhéran et d’autres villes en criant des slogans pro-gouvernementaux – au moment même de l’exécution de dizaines de jeunes iraniens à la recherche de la démocratie.

 

En les assassinant, le régime tentera de briser les reins du mouvement d’opposition de Mousavi-Karroubi. Si on en juge par les formes adoptées dans le passé, il n’en seront pas dissuadés par les condamnations internationales. 

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:09

 

 


DEBKAfile Exclusive Report February 16, 2011, 8:20 PM (GMT+02:00)

 

Par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info 


http://www.debka.com/article/20675/

 

Tags:  Egypt      Iranian Navy    Israel    Mediterranean    Saudi Arabia    Suez Canal 

 

 

Les navires de guerre iraniens ont accosté à Jeddah

 

 

Vingt-quatre heures après que le Ministre de la Défense Ehud Barak ait affirmé péremptoirement que le soulèvement égyptien n’avait pas d’incidence militaire pour Israël, la frégate Alvand et le croiseur Kharg ont transité par le Canal de Suez, en route pour la Syrie, ce mercredi 16 février dans la soirée. Leur passage a été dénoncé comme « une provocation » par le Ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. A Beyrouth, le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah a déclaré qu’il prévoyait que si Israël lançait une nouvelle guerre contre le Liban, alors ses hommes s’empareraient de la Galilée.


Israël observait étroitement les déplacements de la flottille, dont la visite dans le port saoudien de Jeddah a d’abord été révélée par DEBKA-Net-Weekly 481 le 10 février.

 

Jusqu’à présent, l’Arabie Saoudite, en étroite collaboration avec l’Egypte et son Président Hosni Moubarak, conduisait la poussé arabe sunnite visant à contenir l’expansion iranienne – particulièrement dans le Golfe Persique. Cependant, l’ouverture d’un port saoudien aux navires de guerre de la République islamique d’Iran, pour la première fois dans l’histoire de leurs relations, indique un tournant fondamental dans les tendances lourdes du Moyen-Orient, comme conséquence du soulèvement égyptien. C’était aussi la première fois que le Caire autorisait les navires de guerre iraniens de transiter par Suez depuis la Mer Rouge vers la Méditerranée, bien que le trafic israélien dans la direction opposée, soit permis.

 

L’Iran n’a fait aucun mystère de ses intentions d’étendre sa presence navale et militaire au-delà du Golfe persique et de la Mer Rouge vers la Méditerranée, par le Canal de Suez. Le 2 février, l’adjoint au Commandement, le Vice-Amiral Gholam-Reza Khadem Biqam avait annoncé qu’une des missions de la flottille serait « d’entrer dans les eaux de la Mer Rouge et de se déployer en mer Méditerranée ».

 

 

Cependant, le renseignement militaire israélien, qui n’a pas su prévoir le soulèvement égyptien et les décideurs politiques ont ignoré l’annonce faite par l’amiral iranien et son poids stratégique, tout comme ils n’ont pas su prendre en compte la signification du fait que cette flottille iranienne soit autorisée à stationner à Jeddah.


Les sources militaires proches de DEBKAfile rapportent que l’Iran a rapidement saisi l’opportunité de la chute du régime de Moubarak au Caire et l’occasion de la brouille du Roi saoudien Abdallah avec le Président Obama ( ) comme le moyen de ne pas se faire oublier, en mettant le pied le long du Canal de Suez et en prenant accès en Méditerranée, pour marquer 6 points :

 

1-Pour couper, même partiellement, la route principale qu’empruntent les forces militaires et navales américaines du Golfe persique pour leur ravitaillement et leurs renforts.

2-Pour établir une emprise navale et militaire iranienne sur le Canal de Suez, à travers lequel s’achemine chaque jour 40% du fret maritime mondial

3- Pour assurer une présence militaire suffisamment proche, afin de faire peser une menace au cœur même du territoire égyptien et du delta du Nil afin d’y faire pression et y faire converger l’alliance radicale irano-turco-syrienne.

4- Pour mailler une ligne de force navale et militaire iranienne depuis le Golfe Persique jusqu’à la Mer Rouge à travers le Canal de Suez et la Bande de Gaza et jusqu’aux ports du Liban, où le Hezbollah a déjà pris le pouvoir et renversé le gouvernement pro-occidental.

5- Pour éventuellement retirer le contrôle de la Péninsule du Sinaï à l’Egypte, l’annexer à la Bande de Gaza et établir un vaste état palestinien dirigé par le Hamas de part en part, tout le long de la Méditerranée, du Golfe d’Aqaba et de la Mer Rouge. Par comparaison, un Etat palestinien dirigé par le Fatah en Cisjordanie/Judée-Samarie, dans l’orbite des Etats-Unis se trouvait politiquement et stratégiquement inférieur.

 6- Ceci afin de renforcer le siège naval et militaire d’Israël. 

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 08:46
IRAN
Le pouvoir annonce une manifestation de «haine»

 

http://lejournaldequebec.canoe.ca/

16/02/2011 09h19 

Mir Hossein Moussavi
©AFP

Le pouvoir iranien a annoncé une manifestation de «haine et de colère» vendredi contre les chefs de l'opposition Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, alors que les appels se multipliaient mercredi pour leur «châtiment sévère» après les rassemblements anti-gouvernementaux de lundi.

«La population de Téhéran, après la prière du vendredi, participera avec force à une manifestation pour exprimer sa haine, sa colère et son dégoût devant les crimes sauvages et répugnants des chefs de la sédition et leurs alliés hypocrites et monarchistes», a annoncé le Conseil pour la coordination de la propagande islamique, qui organise les grandes manifestations populaires du pouvoir.

Le terme de «sédition», dans le discours officiel, désigne le mouvement d'opposition réformatrice dirigé par l'ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi, depuis la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

Celui d'«hypocrites» (monafeghine) renvoie, lui, aux Moudjahidine du peuple, principal mouvement de lutte armée contre le régime.

Les conservateurs au pouvoir se sont déchaînés contre MM. Moussavi et Karoubi depuis les manifestations anti-gouvernementales qui ont rassemblé à leur appel lundi des milliers d'opposants pour la première fois depuis un an, alors que les autorités avaient interdit tout rassemblement et mobilisé massivement les forces de l'ordre.

Deux personnes ont été tuées par balle et plusieurs autres blessées dans des conditions controversées durant ces manifestations, le pouvoir accusant l'opposition, qui elle-même accuse les forces de l'ordre. Ces dernières ont par ailleurs arrêté de nombreux manifestants.

Mercredi, les funérailles d'une des victimes, Salee Jaleh, ont donné lieu à des incidents entre «un petit nombre de personnes apparemment liées» à l'opposition et des «milliers de partisans» du pouvoir, selon la télévision d'État.

M. Jaleh a été présenté officiellement comme un «étudiant bassidji» (membre de la milice islamique du Bassidj), mais certains sites de l'opposition ont affirmé qu'il était «un activiste» du Mouvement vert (opposition).

Les appels souvent violents à un procès et un «châtiment sévère» de MM. Moussavi et Karoubi se sont multipliés ces dernières heures, notamment au Parlement.

«Ces personnes doivent être punies pour leur action criminelle et Inchallah (Si Dieu le veut, ndlr) les actions adéquates seront prises» par la justice, a déclaré le procureur général iranien Gholamhossein Moshsen Ejei, selon l'agence Fars.

Dans la ville sainte de Qom, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi lançant des slogans pour que MM. Karoubi et Moussavi «soient pendus», lors d'une manifestation diffusée en direct à la télévision. Le principal orateur de la cérémonie, l'ayatollah Ahmad Khatami, un conservateur influent, a une nouvelle fois qualifié les chefs de l'opposition de «mohareb» (ennemi de Dieu), crime passible de la peine de mort en Iran.

Malgré les menaces, les deux leaders réformateurs, placés de facto en résidence surveillée depuis plusieurs jours, ont appelé mercredi le gouvernement à «écouter le peuple».

«Je vous mets en garde, ouvrez vos oreilles avant qu’il ne soit trop tard et entendez la voix du peuple», a lancé Mehdi Karoubi sur son site internet Sahamnews.org.

«Les actions violentes et l’hostilité face aux demandes de la population ne peuvent aider à maintenir la situation actuelle qu’un certain temps. Tirez la leçon du sort des pouvoirs qui se sont éloignés du peuple», a ajouté M. Karoubi, dans une allusion aux révolutions en Égypte et en Tunisie.

«Je suis un soldat de la nation depuis près de cinquante ans et j’ai montré que je suis prêt à payer n’importe quel prix», a-t-il averti.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis