1 Votes

 

 

L’Iran ne se contente pas d’utiliser massivement (avec le succès que l’on sait) les logiciels américains pour gérer ses programmes stratégiques. La république islamique recommande également à ses internautes le meilleur de la technologie israélienne.

En début d’année,  le très officiel conseil iranien des nanotechnologies, l’INIC (*) a en effet achevé un glossaire de 4500 termes techniques de nanotechnologies en traduction anglais-farsi.  Sur son site officiel,  l’INIC s’enorgueillit d’avoir offert ce petit bijou linguistique au dictionnaire électronique Babylon dont le téléchargement en ligne est officiellement recommandé par l’institution iranienne depuis le mois d’avril dernier.

 Cette passerelle culturelle est d’autant plus intéressante que la sociétéBabylon, le plus grand fournisseur mondial de dictionnaires en ligne,  est implantée à Or Yehuda en Israel. Start-up à succès, de renommée mondiale, Babylon est par ailleurs cotée sur TASE , la bourse de Tel-Aviv sous le sigle BBYL. Les innovations de Babylon sont permanentes et révolutionnaires, comme le prouve la sortie toute récente de son dernier produit: iBabylon, une nouvelle application pour iphoneproposant des traductions rapides et l’accès à des dictionnaires en plus de 75 langues.

En toute logique, Babylon compte parmi ses clients l’élite des sociétés mondiales et depuis peu, la crème des nanotechnologies iraniennes.  Le monde bouge.

(*) l’Iran 9ème puissance spatiale, fait également partie des leaders mondiaux en nanotechnologies.

 

DB.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com