Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 08:24

 

 

AP

dimanche 12 septembre 2010, sélectionné par Spyworld
logo

L’Américaine détenue depuis plus d’un an en Iran, où elle est soupçonnée d’espionnage, va être libérée sous caution pour raisons de santé, a annoncé dimanche l’agence officielle IRNA.

Sarah Shourd a été interpellée le 31 juillet 2009 près de la frontière Iran/Irak avec deux amis, également américains, Shane Bauer et Josh Fattal.

Après l’intervention du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, la jeune femme devait être relâchée samedi en signe de clémence pour célébrer la fin du ramadan. Mais la justice a interrompu sa libération, expliquant que cette décision revenait aux tribunaux.

La mère de Sarah Shourd rapporte que sa fille n’a pas accès aux soins médicaux nécessaires alors qu’elle a une grosseur au sein et une dysplasie (cellules anormales, potentiellement précancéreuses) du col de l’utérus.

"En se basant sur des rapports sur la maladie de Ms. Shourd et après l’approbation du juge saisi de l’affaire, sa détention a été commuée en 500.000 dollars (400.000 euros) et si la caution est versée, elle pourra être libérée", a déclaré le procureur Abbas Jafari Dowlatabadi à l’agence IRNA. Cette décision a été notifiée à l’avocat de la jeune femme, a-t-il ajouté.

Le procureur précise que Shane Bauer et Josh Fattal resteront en détention.

Les trois Américains sont accusés d’entrée illégale en Iran et d’espionnage. Leurs familles affirment qu’ils effectuaient une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien, et qu’ils ont accidentellement franchi la frontière.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 08:12

 

 

(Mise à jour quotidienne)

Publié le 30.06.2010

dans 

Bann-logo-M.iranienne.jpg


 

 Nous re-publions n extrait de ce texte paru en juin dans nos colonnes, à l'occasion de sa parution dans Israël-Magazine, version papier : 

 

BANNERALDO

 

Iran : l'heure de vérité approche

 

Par Aldo-Michel Mungo

 

pour aschkel.info et lessakele

 

 

 

 

 

 


 

 

Face à l'entêtement iranien, peut-on imaginer une action au delà des sanctions économiques ?

On sait que ces dernières ont montré dans le passé qu'elles pouvaient aisément être contournées. A moins d'être sourd et totalement aveugle, on devrait être désormais en mesure de discerner que l'Iran ne veut plus qu'une seule chose : la guerre. L'Iran cherche la guerre. Il finira par l'avoir. Mais seuls les Américains ont la capacité militaire de mener une intervention brutale.

 

Elections truquées, prise du pouvoir par la frange la plus radicale de l'islamisme iranien, répression de toute opposition, arrestation d'opposants politiques, refus de compromis avec les principales puissances de la planète et affirmation que la fuite en avant vers le nucléaire continuera.

Mais que cherchent les dirigeants iraniens?

La confrontation ? Dans ce jeu, ils ne peuvent que tout perdre. Sont-ils fous ? Pour comprendre le jusqu'au-boutisme du pouvoir iranien il faut intégrer des données relatives aux croyances des Chiites.

Pour ceux-ci I'Imâm Mahdi, dit Imam az- Zaman (Maître des temps), le douzième Imam, qui fut occulté (caché) par Allah au 9ème siècle, survit de façon mystique et demeure le pôle du monde. Il réapparaîtra à l'issue de l'apocalypse pour faire régner la justice, la paix et la prospérité sur la planète.

La spécificité historique de l'Iran chiite, isolé depuis des siècles de ses voisins arabes sunnites s'est nourrie de cette croyance. Mais au sein du Chiisme iranien s'opposent deux écoles de pensée,celles des Sadeghis et celle des Hojjatiye. Cette dernière professe que le retour du Mahdi sera accéléré par l'extension du désordre qui doit aboutir à l'Apocalypse.

Ils préconisent de participer activement à cette accélération des évènements. Ce sont des millénaristes messianiques qui s'agrègent autours de quelques ayatollahs ultraréactionnaires.

A partir de 1979, les Hojjatiye infiltrent toutes les institutions révolutionnairescomme les Pasdaran, le renseignement militaire et l'assemblée consultative. Mais depuis le décès de l'Ayatollah Khomeiny, ils ont pris le contrôle complet de l'ensemble de l'appareil d'Etat. Au sommet, l'Ayatollah Khamenei, le Guide spirituel de la République, la plus haute autorité politique iranienne, est celui qui décide et dispose; à la présidence de la République, Amhadinedjad ; à la présidence de l'Assemblée, Larijani, ancien négociateur nucléaire ; tous sont des Hojjatiye. L'ensemble du corps des Pasdaran (Gardiensde la Révolution) l'est également, ainsi que tout l'encadrement des structures étatiques.

 

Lire la suite :

  ici bleu

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 07:52

 

 

Les textes de F.SROUSSI

freds

 

 

 

 

 

 

Comment stopper l’Iran afin d'éviter l’irréparable ?

Par Frédéric SROUSSI

Pour aschkel.info et lessakele.

 

 

 



Chaque jour qui passe permet au régime des mollahs et des Pasdarans de la République Islamique d’Iran de se diriger davantage vers la production de bombes nucléaires opérationnelles .
 

Les sanctions - et ce n’est pas une surprise- n’ont aucun effet pour contrer la course à l’armement atomique de l’Iran. L’ouverture officielle – grâce aux mafieux et aux apprentis sorciers qui se trouvent au Kremlin – de la Centrale nucléaire iranienne de Busher, le 21 août 2010 est la preuve qu’aucun pays occidental n’a vraiment la capacité ou plutôt la volonté de stopper le régime iranien qui ne cesse pourtant de réitérer son intention de détruire Israël. 

L’année 2011 sera donc l’année de tous les dangers. Le régime fanatique de Téhéran pourrait asseoir complètement son hégémonie sur le Proche et le Moyen-Orient en réussissant à produire une ou des armes atomiques opérationnelles. En fait, le monde entier sera affecté par ce triomphe politico-militaire iranien. Alors, que faire pour stopper ces fous d’Allah dont la mystique apocalyptique deviendra vite un cauchemar de chaque instant pour une grande partie du monde ? 

Disons-le tout de suite, une attaque exclusivement concentrée sur les sites nucléaires iraniens parfois particulièrement bien «bunkerisés» et enfouis sous terre pourrait-être une gageure. 
J’avais dans le passé exprimé l’idée, comme d' autres, que ce genre d’attaque ciblée pourrait être une réussite partielle (en retardant au moins de quelques années le programme nucléaire iranien) mais l’Iran est un vaste pays à la géographie peu propice à cette forme d' action militaire et les sites de recherche et de production d' énergie nucléaire sont trop dispersés.

Entendons-nous bien, je parle ici de l’hypothèse d’une attaque israélienne car une offensive coalisée américano-israélienne ne me paraît pas crédible puisque les États-Unis de Barak Hussein Obama ne seront pas prêts à afficher au grand jour une telle complicité militaire entre les deux pays. En fait, même si le régime iranien est fortement craint par des États arabes tels que l’Arabie-Saoudite ou encore l’Égypte, une grande partie de la rue arabe  paraît quant à elle acquise à cet Iran non-arabe devenu le symbole du combat le plus extrême contre l’État juif. Dès lors, il est peu probable que Barak Hussein Obama souhaite s’attirer encore plus les foudres du monde musulman (chiites et sunnites compris)en s'associant ouvertement avec Israël d'autant que le Président américain ne cesse de courtiser les mahométans depuis son arrivée à la Maison Blanche.

Il est toutefois toujours possible que les États-Unis décident de conduire seuls une action militaire contre l'Iran si l'état-major américain qui s'est souvent inquiété ouvertement de l'éventualité d'un Iran nucléarisé arrive à faire entendre raison au pouvoir exécutif des États-Unis.

Dans un article intitulé Le Sionisme survivra-t-il à la menace iranienne ? (publié le 10 mars 2010 pour Aschkel.info et Lessakele) j’avais déjà proposé un «plan» – certes très rudimentaire - qui pourrait être une base de réflexion pour mener à bien une attaque israélienne contre l’Iran.

Voici un extrait de cet article :

«…Une autre solution peut-être aussi trouvée: si les sites atomiques iraniens sont trop espacés les uns des autres et trop nombreux pour être frappés par la flotte de F-15 I israéliens ou par les sous-marins de l' État hébreu, alors pourquoi ne pas songer à attaquer directement les têtes du pouvoir iranien ? Pour illustrer cette idée, racontons une petite histoire : «On dit qu'un vieux maquisard corse sur le point de mourir, murmura à un jeune partisan qui se trouvait à son chevet :«Je n'ai pas d'argent à t'offrir pour te récompenser de tes services, mais je te donnerai un conseil qui te sera utile toute ta vie : mets toujours ton pouce sur la lame, et frappe vers le haut.» Il est possible d' obtenir par des attaques combinées (forces spéciales, raids aériens, etc...)la neutralisation des chefs les plus importants du régime totalitaire iranien (on peut légitimement penser que si Hitler, Goering, Himmler et Goebbels avaient été neutralisés en 1937- par exemple- la Seconde Guerre Mondiale et la Shoah n' auraient jamais eu lieu).Bien sûr ce «plan» a besoin d'être grandement étoffé et certes, les sites nucléaires resteront – pour un moment - en place mais le régime de terreur des ayatollahs et des Pasdarans aura disparu et dès lors l’Iran pourrait ,par exemple, nommer à sa tête un membre de la famille Pahlavi qui sera démocrate et laïque ( ce dernier devra évidemment faire cesser toute activité nucléaire en Iran). »

Nous pouvons ajouter que si cela est possible des attaques contre les sites nucléaires les plus exposés pourront évidemment avoir lieu, si j’ose dire, en complément…

Les forces armées iraniennes tout comme le pouvoir politico-religieux sont assez centralisés pour qu’Israël tente de détruire les réseaux de communication existant entre ces différentes entités. Frapper un maximum de sites de lancement de missiles sera une priorité absolue pour l’aviation israélienne qui est experte en la matière. Il faudra aussi évidemment se battre sur plusieurs fronts (le Liban contre le Hezbollah, la bande de Gaza contre le Hamas et peut-être aussi la Syrie).

Mais les capacités opérationnelles de l’armée israélienne ne sont pas extensibles à l’infini. Dès lors, si l’État juif est submergé par des tirs de missiles et de roquettes s’abattant sur sa population civile en provenance de plusieurs fronts, il ne restera alors à Israël que l’option nucléaire pour survivre. L’État hébreu devra donc utiliser ses armes atomiques tactiques (pour commencer…) afin de détruire les capacités militaires et paramilitaires iraniennes et de ce fait briser le moral du régime en place tout en préservant au maximun la sécurité de la population civile iranienne. 

Ne nous y trompons pas, la menace iranienne est bien plus grave pour Israël (mais l’Occident dans son ensemble court aussi un grand danger) que celui auquel fit face l’État hébreu pendant l’attaque coalisée arabe lors de la Guerre du Yom Kippour en 1973.

Un Iran militairement nucléarisé pourra en plus offrir une protection quasi absolue au Hezbollah - cette multinationale du terrorisme – qui pourra alors se réfugier sous le parapluie nucléaire de son maitre iranien pour commettre avec encore plus d’impunité (si cela est possible) ses actions criminelles. 
Le Liban, voisin de l’État hébreu pourrait même par la suite servir de base pour accueillir sur son sol des missiles iraniens à tête nucléaire. Il est évident qu’un tel évènement, parfaitement envisageable, mettra Israël dans une position géopolitique absolument intenable. 
 

Souvenons-nous de l’épisode de la Crise des missiles nucléaires de Cuba pour comprendre que si la gigantesque et surpuissante Amérique a craint le pire pour sa sécurité en cette année 1962,  il est alors aisé de deviner le sentiment qu’éprouveront les habitants d’un pays comme Israël -dont la superficie est plus de deux fois inférieure à celle du lac Michigan - face à des missiles nucléaires iraniens disposés sur son palier… 


Disons le tout de go et avec une grande gravité : si Tsahal n’est pas compétente pour défendre les citoyens israéliens contre une telle menace existentielle, alors Tsahal n'a pas lieu d’être... 

Alors, nous attendons et espérons que les leaders politiques israéliens et l’état-major de Tsahal seront à la hauteur de l’enjeu historique qui les attend. Le peuple, quant à lui  est selon plusieurs sondages prêt à prendre le risque d’une confrontation avec la puissance étatique la plus hégémonique et la plus dangereuse qui existe depuis la fondation du IIIème Reich allemand.


Frédéric SROUSSI

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 22:49

 

http://www.realite-eu.org/site/apps/nlnet/content3.aspx?c=9dJBLLNkGiF&b=2331129&ct=8654345

L'année 2010 fut une année cruciale pour l'application des sanctions contre le programme nucléaire iranien. La communauté internationale s'est réunie pour imposer des sanctions plus sévères afin de persuader l'Iran de renoncer à ses ambitions nucléaires. Le Conseil de Sécurité de l'ONU (CSNU) a approuvé la Résolution 1929, la quatrième série de sanctions contre l'Iran [1]. L'Union européenne [2], les États-Unis [3], le Canada [4] et le Japon [5] ont été au-delà des résolutions de l'ONU et ont appliqué leurs propres sanctions, encore plus sévères. Malgré ces efforts, le régime iranien continue à défier la communauté internationale dans la poursuite de son ambition nucléaire. 

Selon l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), l'Iran a aujourd'hui accumulé près de 2,8 tonnes d'uranium faiblement enrichi – quasi nécessaire pour fabriquer trois ogives nucléaires. [6] 
Ci-après une liste de violations par l'Iran depuis l'application des sanctions par la communauté internationale :

• 6 septembre 2010 : L'AIEA a rapporté qu'entre février et août 2010, l'Iran a continué d’enrichir de l'uranium à 20 pour cent [7]. L'AIEA a également rapporté que l'Iran n'a pas fourni les informations essentielles concernant des activités ayant lieu dans plusieurs usines nucléaires et interdisant l'accès aux inspecteurs expérimentés de l'AIEA. [8]

• 21 août 2010 : Dans une violation manifeste de la résolution du CSNU, le régime iranien a commencé à alimenter le réacteur nucléaire de Bushehr au sud de l'Iran. [9]

 • 30 août 2010 : Le ministre iranien de l'Industrie et des Mines a annoncé un prêt de 250 millions de dollars à la Bolivie pour investir dans différents projets y compris l'exploration de l'uranium [10]. Cela représente une violation de la Résolution 1929 du CSNU qui interdit à l'Iran d'investir dans l'exploration de l'uranium. [11]

• 15 août 2010 : Le bureau du Trésor pour le Contrôle des Transactions Externes a pris des mesures supplémentaires afin d'imposer des sanctions aux compagnies maritimes qui ne sont pas iraniennes et qui aidaient le régime. Le Bureau du Trésor a remarqué que le régime tentait de contourner les sanctions en utilisant des compagnies maritimes privées et étrangères, y compris quatre sociétés américaines : Oxbow Carbon & Minerals ; Maersk Line, Barwil Agencies et National Marine Consultants ont été notifiées de sanctions [12]. Le Bureau du Trésor a également rapporté que deux banques importantes, la Lloyds et le Crédit Suisse, faisaient également l'objet d'une enquête.

• 19 juillet 2010 : Les Autorités allemandes ont annoncé qu'elles avaient commencé une enquête sur European-Iranian Trade Bank (Banque EIH), accusant la banque de participer à un vaste plan pour échapper aux sanctions. Selon le rapport, la Banque EIH a fait des affaires d'une valeur de plus d'un milliard de dollars avec les sociétés iraniennes. [13]

• 17 juin 2010 – Juste avant l'application de la nouvelle série de sanction contre le régime iranien, l'Iran a promis de développer sa recherche atomique et de construire de nouvelles usines nucléaires pour punir l'Ouest et les obliger à " s'asseoir à la table des négociations comme un enfant poli " [14] La déclaration a été faite quelques jours avant la réunion général du CSNU.

 

Références

 

 


[1]“Security Council imposes additional sanctions on Iran,” United Nations Security Council, June 9, 2010,http://www.un.org/News/Press/docs/2010/sc9948.doc.htm

[2] “The EU approves new Sanctions Against Iran,” Presidencia Española EU, July 17, 2010http://www.eu2010.es/en/documentosynoticias/noticias/jun17_ueiran.html

[3] “Summary of H.R. 2194, the Comprehensive Iran Sanctions, Accountability, and Divestment Act of 2010,” United States House of Representatives, http://www.hcfa.house.gov/111/press_062410a.pdf

[4] “Sanctions against Iran,” Foreign Affairs and International Trade Canada, July 26,2010,http://www.international.gc.ca/sanctions/iran.aspx

[5] “Japan imposes new Iran sanctions over nuclear programme,” BBC, September 3, 2010, http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-11173774

[6] Jahn, George. “UN nuke agency warns monitoring of Iran hampered,” Associated Press, September 6, 2010,http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5iRqjZV1Meppj40hTs8IBOv4DdsQwD9I2H2C80

[7] “IAEA: Iran boosts nuclear work,” AlJazeera, September 6, 2010,http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2010/09/20109616213349382.html

[8] Crawford, David. Solomon, Jay. “U.N Agency says Iran  is Impeding Sanctions,” The Wall Street Journal, September 7, 2010,http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703713504575476182040116428.html

[9] “Iran begins loading Bushehr nuclear reactor,” BBC, August 21, 2010, http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-11045537

[10] 4 “Irán ayudará a Bolivia a identificar yacimientos de uranio,” EFE, August 31, 2010,http://es.biz.yahoo.com/31082010/185/iran-ayudara-bolivia-identificar-yacimientos-uranio.html

[11] “UN Security Council Resolution 1929, Iran,” Council of Foreign Relations, June 9, 2010,http://www.cfr.org/publication/22433/un_security_council_resolution_1929_iran.html

[12] Levy, Stuart. “Iran’s new deceptions at sea must be punished,” Financial Times, August 15, 2010,http://www.ft.com/cms/s/0/d09260fc-a89c-11df-86dd-00144feabdc0,dwp_uuid=eddfd4e0-4bc3-11da-997b-0000779e2340.html

[13] Graham, Dave. “Germany probes report on bank aiding Iran,” Yahoo Bussines, July 19, 2010,http://business.maktoob.com/20090000500360/Germany_probes_report_on_bank_aiding_Iran/Article.htm

[14] “Iran defies sanctions, plans more atomic reactors,” Cleveland.com, June 17,2010,http://www.cleveland.com/world/index.ssf/2010/06/iran_defies_sanctions_plans_mo.html

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 08:40

 

 

 Dossier à suivre dans 

Bann-logo-M.iranienne.jpg

 

 

IRAN : Nouveau site secret ? .....

L'AIEA préoccupée !(images satellite)

 

La réunion de l'AIEA débute sur un litige au sujet des inspecteurs nucléaires en Iran
Publié le 2010-09-14 09:56:43 | French. News. Cn

 

 
 

VIENNE, 13 septembre (Xinhua) -- L'Agence Internationale de l' Énergie Atomique (AIEA) a débuté lundi une réunion d'une semaine de son Conseil des gouverneurs par un échange de critiques entre l' agence et un diplomate iranien sur le choix des inspecteurs du nucléaire en Iran.

« L'objection réitérée de l'Iran à la désignation d' inspecteurs disposant d'une expérience du cycle du combustible nucléaire et des installations en Iran entrave le processus d' inspection », a déclaré le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano en présentant son rapport sur le dossier iranien au siège de l'AIEA à Vienne.

L'Iran a interdit en juin à deux inspecteurs de l'AIEA de visiter ses sites nucléaires, leur reprochant d'avoir présenté de fausses informations sur le programme nucléaire du pays.

À l'issue de la séance de lundi matin, M. Amano a déclaré lors d'une conférence de presse que les experts chargés de ces inspections nucléaires disposaient de nombreuses années de formation et d'expérience en la matière, et qu'ils avait toute confiance dans leurs capacités et dans leur professionnalisme. Un rejet répété de ces inspecteurs sera « problématique » pour l' efficacité de la mise en oeuvre des clauses de sauvegarde du Traite de non prolifératio nucléaire (TNP), a-t-il ajouté.

L'ambassadeur iranien à l'AIEA, Ali Soltanieh, a rejeté les critiques de l'agence comme « totalement illogiques », estimant que l'AIEA pouvait remplacer ces inspecteurs par d'autres, sur une liste d'inspecteurs comprenant 150 noms.

S'exprimant devant les journalistes, le diplomate iranien a fait valoir qu'un point très important et clair de tous les rapports présents et passés de l'AIEA était qu'ils confirmaient n' avoir trouvé aucune preuve montrant que les installations nucléaires en Iran poursuivaient un objectif militaire.

 

Reuters.  Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré que son agence examinera les informations révélées par un mouvement d’opposition iranien sur l’existence d’un nouveau site nucléaire secret en Iran. Le mouvement d’opposition avait annoncé la semaine dernière que ses informations provenaient d’un réseau de sources à l’intérieur de l’Iran affilié à l’opposition en exil du Conseil National de la Résistance (CNRI) et l’Organisation de Moudjahidines du peuple d’Iran, un mouvement de guérilla opposé au gouvernement de la République islamique.

L’Iran a démenti avoir un site secret d’enrichissement de l’uranium.

 « Nous avons pris connaissance de cette information à travers les médias et nous examinons cette information, mais à l’heure actuelle nous ne pouvons en dire plus », a déclaré Yukiya Amano,  directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, lors d’une conférence de presse à Vienne.


 

References

Comparative Imagery of the Area
Close-up Imagery of the Area



 




A suivre ...............

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 22:38

 

 

 

Bann-logo-M.iranienne.jpg

"Seule une action militaire arrêtera l'Iran"
Par YAAKOV KATZ 
13.09.10

Les nations occidentales doivent former une coalition de forces aériennes et attaquer les installations nucléaires iraniennes maintenant. C'est ce qu'a asséné l'ancien directeur du Mossad, Danny Yatom, samedi dernier, lors de la conférence de l'Institut international du contre-terrorisme.


PHOTO: COURTESY , JPOST

Pour cet ancien député travailliste, seule la force militaire pourra arrêter l'Iran. "Etant donné que les sanctions ne suffisent plus, j'espère que le monde en tirera les conclusions qui s'imposent : pour arrêter la course à l'armement nucléaire iranien nous allons devoir attaquer ses installations", a-t-il expliqué.

Des commentaires inhabituels de la part d'un ancien haut responsable de la sécurité israélienne. Et de préciser : "Si les forces de l'air, menées par les Etats-Unis, se mobilisent il sera possible, si ce n'est d'éradiquer complètement la menace, au moins de l'éloigner pour les années à venir." Selon lui, si le monde passe à côté de ce défi, Israël "ne renoncera pas à son droit à l'autodéfense. L'Etat hébreu ne peut vivre avec un Iran nucléaire. "Je ne veux pas me retrouver assis en Israël en sachant que mon destin est entre les mains d'un autre, et en particulier entre les mains d'un régime dictatorial. Je ne veux pas être le sujet d'une expérience iranienne", a-t-il confié.


Partager cet article
Repost0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 22:34

 

 

 

Banner Alain Rubin

 

 

Sauver Sakineh

Sortir du couloir de la mort les 14 autres femmes condamnées à être lapidées!!

Par Alain RUBIN

Pour aschkel.info et lessakele.

 

 


Ce dimanche après-midi, nous étions plusieurs centaines de parisiens à nous retrouver aux pieds du monument de la République, sur la place parisienne du même nom. Quand je suis arrivé, Bernard Henry Levy parlait par téléphone avec, depuis Téhéran, le fils de Sakineh.

Sakineh est une victime, parmi beaucoup d’autres, de l’arbitraire et de la violence érigés en principes « religieux ». 

Cet arbitraire et ces violences visent à soumettre tous les iraniens, mais ils frappent pour écraser et s’exercent contre les femmes avec plus de brutalité et sont accompagnées d’humiliations quotidiennes multiples.

Sadjab, un des fils de Sakineh, est un jeune poinçonneur d’autobus de 22 ans. Il vit à Téhéran et y travaille de 6 heures le matin jusqu’à 23 heures, chaque jour. Il a expliqué la situation tragique de sa maman qui est innocente, remercié la solidarité et lancé un appel aux participants au rassemblement, je le cite : « je connais tous les risques que je prends, qui sont réels. Aidez-nous à sauver ma mère !».

Le jeune homme a salué la mobilisation internationale qui se développe et dont il espère qu’elle sauvera sa mère.

Ce qui m’a frappé, c’est que les seules pancartes présentes étaient ces centaines de petits rectangles de Ni Putes Ni Soumise, auxquelles s’ajoutaient quatre pancartes de l’UEJF (union des étudiants Juifs de France) ainsi qu’une petite pancarte de Riposte Laïque.

Le PS, le NPA, les Verts, le PCF, la « Libre Pensée », -tous des professionnels de la lutte pour le droit et contre la « fascisation »-, aucun n’étaient là. Manifestement, la cause des femmes d’Iran, le despotisme qui les écrase au nom de Dieu version Ayatollahs, cela ne les intéresse pas, pas encore ?? Attendent-ils l’assassinat judiciaire de cette mère de famille pour protester ?

Vont-ils laisser sans réponse l’appel angoissé mais confiant du fils de Sakineh ?

Il faut noter les interventions émouvantes et dignes des comédiennes et réalisatrices, Elsa Zylbersztein et Yamina Benguigui, celle de la représentante de l’UEJF, celle de Fodé Sylla qui nous expliqua, avec conviction et force, que ce « combat pour sauver Sakineh fera date ». Un jeune étudiant africain parlera au nom de la Confédération étudiante. Il invitera les présents, et les encore absents, « la communauté universitaire, les étudiants, les enseignants » à amplifier et maintenir la mobilisation : pour sauver Sakineh et les autres femmes qui attendent la mort barbare que leur réserve la dictature de la « révolution islamiste » qui a frustré le peuple iranien des résultats de son vote de juin 2009. 

Etaient aussi présents, parmi les manifestants, Fadela Amara, Ministre en exercice, et François Zymerai, ancien député socialiste au parlement européen. Carla Bruni-Sarkozy enverra un message très digne, qui sera applaudi et qui exprimerait la position de son époux.

Les iraniens de Paris étaient au rendez-vous.

La présidente de NPNS donnera la parole à une militante iranienne, elle-même ancienne détenue avec Sakineh, représentant le mouvement « one million signatures ».

La représentante de ce groupe citoyen iranien, informera les participants que Sakineh n’est pas la seule dans le couloir de la mort des geôles iraniennes. Elles sont dix- sept femmes qui  attendent la lapidation. Deux de ces femmes l’attendent dans la prison de Sakineh.

Ces quatorze femmes attendent l’application du verdict rendu par une justice barbare et satisfaite de sa barbarie.

Dans cette prison, elles sont 200 femmes à s’entasser dans quatre chambres cellules, une pour les droguées, une pour les prostituées. Sakineh est détenue dans une troisième, avec les politiques et les meurtriers. Elles sont trente cinq femmes, trente cinq, à se serrer chaque seconde pour vivre et dormir. Quand Sakineh est rentrée du tribunal et que ses compagnes de souffrance ont appris la décision de lapider Sakineh :

« Toutes nous avons été tellement choquées… et Sakineh a perdu connaissance. »

La conclusion de la militante iranienne est très importante.

 « Je suis confiante, quand je vois la solidarité internationale qui se développe… J’ai été témoin de tortures, de viols et d’exécutions ».

Les professionnels de la défense des droits, les professionnels de la manifestation de rue en masse, dès que le gouvernement dit ou prétend faire quelque chose qui n’est pas bien, qui serait, disons le mot, qui serait du fascisme, ou du néo pétainisme s’apparentant à celui des  rafles des années quarante, vont-il entendre la voix des femmes d’Iran ? Non ? Attendent-ils a mise à mort barbare de Sakineh pour verser une larme de crocodile ?!

La militante iranienne nous invitera à signer et faire signer la pétition de son association. « Votre présence, c’est un coup de chaleur au cœur pour nous autres iraniens ».

Je la signerai et je vous invite à le faire aussi.

Ouvrons ici une parenthèse : Je me disais en écoutant cette femme courageuse, qu’une belle âme doucereuse nous a parlé hier devant les caméras du monde entier. Cet homme nous parlait, au nom du peuple américain. Il nous interpellait, à l’occasion des attentats du onze septembre. Il était en colère, mais calme, résolu et digne. Il a parlé. Il s’est affirmé, comme un théoricien et comme un défenseur intransigeant de la tolérance religieuse, comme un militant de la cohabitation apaisée entre hommes et femmes de différentes cultures.

On l’aura reconnu, il s’agissait du Président Obama. Je me disais, en écoutant la courageuse compagne de cellule de Sakineh, que cette belle âme de Président avait eu l’occasion, il y a quelques heures, de s’adresser à Sakineh et à ses candidats bourreaux.

Mais Barak Hussein Obama ne l’a pas fait.

Il a seulement pointé du doigt ses compatriotes, leur reprochant un manque d’empathie pour l’islam qui devrait être absolument distingué du gang djihadiste d’Al Qaïda.

Je veux lui dire ceci : Monsieur le Président, si vous voulez que vos compatriotes vous croient et, plus largement, si vous voulez rester crédible auprès de l’opinion internationale : qu’attendez-vous, pour réclamer vive sauve pour Sakineh !

Cet islam, calme et chaleureux, que vous promouvez auprès de vos concitoyens, est-ce qu’il condamne définitivement la mise à mort barbare de femmes que l’on lapide ?

Est-ce qu’il réclame vie sauve pour Sakineh, est-ce qu’il va le faire avant qu’il soit trop tard ?

Mais peut-être que ces bons associés, constructeurs d’un centre islamique de treize étages, par lesquels le scandale est venu aux USA, ne s’intéressent pas à la lapidation des femmes ? Non, je me trompe ? Tant mieux.

Cet islam de paix, de tolérance et de bienveillance, que vous opposez au méchant Al Qaïda qui ne serait pas l’islam, il doit bien aussi se trouver du côté de Téhéran, chez les Ayatollahs. Alors, qu’attendez-vous pour vous adresser à sa générosité méconnue ?

Mais peut-être n’avez-vous pas encore appris la sentence qui menace La vie de Sakineh ?

Je voudrai aussi noter la conclusion de la courageuse et talentueuse présidente de NPNS, elle s’adresse à chacun de nous dans ce pays. Elle veut nous dire que Téhéran, c’est aussi Paris et les cités des « quartiers sensibles »: … « Faire en sorte que les filles des cités sortent de leurs prisons, comment pousser ce cri, ici, pour Sakineh, et laisser, chez nous, se passer l’intolérable ! »           

Alain Rubin

 

 *1 le Président Obama n’est pas choqué. Il fait même la leçon à ses concitoyens. Ce qui est un vaste cimetière, où gisent, éparses, les cendres des 3000 victimes du « gang » qui « usurperait le drapeau de l’islam », doit pouvoir devenir la propriété d’un centre islamique. Rien à opposer à cet usage de la « liberté de religion » et de l’exercice illimité de la dite liberté.

Non, rien de choquant... Il n’est pas choqué non plus, le Président Obama, parce que des associés fondent un centre « Al Andalous » sur les cendres des victimes du djihad. Il n’est pas choqué non plus, par ce que le centre islamique présentera, comme une panacée et comme un exemple pour l’avenir humain, un système ségrégationniste produit de la conquête armée, un système institutionnel qui régissait la cohabitation de trois peuples « réduits à trois religions » :  les conquis, Juifs présents en péninsule ibérique depuis l’époque phénicienne et carthaginoise, Espagnols descendants des Celtes, des Ibères des groupes de conquérants germaniques, et les conquérants Maures.

La cohabitation de ces trois peuples, conquis et conquérants, se résumerait, nous explique-t-on, à la cohabitation -qui fut tout, sauf harmonieuse et égalitaire- entre islam, judaïsme et christianisme. Ces derniers, la majorité, étant devenus des dhimmis, étant devenus une population au statut définitivement inférieur.

Faire l’apologie de la dhimmitude, sur les cendres des victimes d’Al Qaïda, a quelque chose d’indécent, de gravement obscène. Si Barak Hussein Obama ne le perçoit pas, on peut s’interroger sur ses facultés intellectuelles, sur sa culture et sur sa connaissance de  l’histoire. On peut aussi se dire qu’il n’ignore rien de tout cela et qu’il approuve la dhimmitude, qu’il la voit comme l’avenir des humains restant en dehors de l’islam. Il y a là quelque chose d’extrêmement choquant et inquiétant, venant d’un président américain. Obama et les siens ont voulu que sa candidature soit présentée et perçue  comme la consécration du combat de Martin Luther King.

Apogée et consécration du combat du courageux lutteur des droits civique que prendre position pour la construction d’un centre « Al Andalous », sur les cendres de victimes du djihad ?? La trahison du combat de Martin Luther King est manifeste.

Obama et les siens, la théorie des courtisans de la « diversité » merveilleuse et quasi divine ne le voient pas, ils ont perdu tout sens commun. Ils ne perçoivent pas l’indécence du projet et de cette déclinaison grossière et provocante de la « liberté religieuse » ? Non, manifestement, ils ne le voient pas, ni le Président, ni ses janissaires, ni les courtisans des médias américains et français.

Alain Rubin

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 08:21

 

 

Dimanche 5 septembre 2010
Géopolitique/ L'Amérique contre l'Iran

 

http://www.michelgurfinkiel.com/articles/318-Geopolitique-LAmerique-contre-lIran.html

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 22:13

 

 

Mohammed El Baredei est soupçonné d'avoir reçu 7 millions de $ de la part du Régime iranien

 

http://planet-iran.com/index.php/news/23291

 

      Trad : Lessakel

 

 

El Baradei et le Président du Parlement Iranien, Ali Larijani

 

 

Source: Al Youm Al Sabeh

 

 

6 Septembre, 2010

 

Le journal égyptien Al Youm Al Sabeh rapporte : Dans un communiqué au Procureur Général d’Egypte, le Dr Yasser Najib Abdel Mabboud a accusé le Dr Mohammed El Baradei, ancien directeur général de l’AIEA et actuel candidat aux élections présidentielles égyptiennes, de recevoir des financements excédant le 7 millions de $ de soutien pour sa champagne de réforme politique en Egypte.

 

 

Abdul Mabboud, candidat du Parti National, qui comme El Baradei concourt également à l’élection présidentielle égyptienne, a informé de la volonté des cercles dirigeants iraniens de soutenir financièrement El Baradei par l’entremise d’un home d’affaires arabe vivant en Europe. Le chèque d’un montant de 7 millions de $ est censé signifier la couverture des coûts financiers de la campagne électorale et des activités du Front du Changement.

 

 

Selon le journal égyptien, une rencontre entre l’homme d’affaires qu’on dit être proche d’El Baradei et qui a seulement été identifié sous les initiales A.E et un responsable iranien s’est déroulé dans un hôtel de Bucarest, la capitale roumaine. Après des semaines de contacts secrets, l’envoyé du régime iranien a apparemment rencontré l’homme d’affaires pour achever un arrangement financier. On rapporte que l’envoyé iranien a dit à l’homme d’affaires de transmettre à El Baradei qu’il bénéficiait du total soutien de l’Iran.

 

 

Compilé et traduit en anglais par l’équipe de Planet Iran 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 21:26

 

 

 

Bann-logo-M.iranienne.jpg

 

 

f16-02

 

L’inaction des gens de bien suffit au triomphe du mal

Par Gilles RAPHEL

Pour aschkel.info et lessakele.


« L’inaction des gens de bien suffit au triomphe du mal » écrivait déjà Edmund Burke au XVIIIème  siècle.

L’adage, le pronostic, sont toujours d’actualité au regard de l’Iran. Tout, ou presque, est écrit, les chapitres du livre nucléaire préfacé par Amadhinejad sont imprimés et en vente libre, cependant savoir lire n’est pas suffisant. Souvenons-nous de ceux qui ont parcouru un torchon écrit par un petit caporal paranoïaque, intitulé Mein Kampf et qui l’ont tranquillement déposé dans un angle obscure de leur bibliothèque. Souvenons-nous des années 1933, 36, 38 durant lesquelles de nombreux hommes, par veulerie et lâcheté, préférèrent rester cois face à la montée du désastre, préférèrent l’inavouable paix du faible à la nécessaire guerre du juste.

Le livre du messianisme atomique et sectaire du pouvoir iranien est sur nos bureaux et de peur que nos mains tremblent, nous n’osons l’ouvrir. Ayons un minimum de courage pour le saisir, le retourner et en lire la quatrième de couverture :

-       Juin 2010 : l’Iran a suffisamment enrichi de matériel nucléaire pour construire deux bombes N

-       Décembre 2010 : l’Iran a suffisamment enrichi de matériel nucléaire pour une troisième bombe N

-       Eté 2011 : la Corée du Nord  procède à un nouvel essai nucléaire destiné à cadrer le programme iranien

-       Automne 2011 : l’Iran procède à son premier essai nucléaire souterrain

-      Printemps 2012, l’Iran possède sa première bombe N

-      Automne 2012, l’Iran possède une seconde bombe N

-      Rosh Hachana 5773, sur un motif futile, tel un accrochage maritime dans le détroit d’Ormuz, le fou persan souhaite Shana Tova au peuple Juif en lançant deux bombes N sur Tel Aviv. La ville blanche n’est plus que cendres.

La période 2005 – 2012 n’est que le reflet de 1933-1940, il aurait fallu stopper les nazis en 1934, un an après leur accession au pouvoir, il aurait fallu détruire le régime messianique perse en 2006, une année après l’accession au pouvoir du fou en costume gris.

Nous avons déjà, dans le miroir du temps, dépassé 1936 ; qui seront les nouveaux Chamberlain et Daladier qui iront, avec un sourire imbécile, serrer la main d’Amadhinejad en Iran fin 2011, puis reviendront et de leur couardise tremblotante nous annonceront que la paix est sauvée ?

Il est déjà très tard, l’Iran s’arme de façon exponentielle et sait que, s’il n’a aucune chance dans un affrontement conventionnel, il conserve néanmoins toute sa capacité létale dans la guerre asymétrique.

A ce sujet, de récentes simulations informatiques montrent que la marine américaine pourra faire face à une guerre asymétrique dans le détroit d’Ormuz, face aux vedettes rapides iraniennes, mais devra, dans un premier temps,  reculer à Diego Garcia pour échapper aux micros sous-marins.  L’Iran est le pays au monde qui possède le plus de vedettes rapides lance-torpilles et lance-missiles et le plus de micros sous-marins lance-torpilles.

D’autres simulations montrent la difficulté qu’aurait Israël à gérer une contre-attaque iranienne après une frappe sur les sites nucléaires.

Se pose le problème de la capacité de ravitaillement des F15 et F16, soit des avions ravitailleurs supplémentaires portent assistance aux aéronefs de l’IAF, soit ils sont autorisés à faire le plein sur des bases saoudiennes.

Se pose le problème de la gestion du front nord et du front sud-ouest,  au nord, le Hezbollah, toujours l’abject vassal du régime perse, ouvrira un théâtre de guerre à la minute même qui suit la frappe, 45 000 missiles et roquettes sont prêts à frapper le cœur d’Israël.  A ce sujet, le Hezbollah avait, en 2006, subit les pires remontrances d’Amadhinejad pour avoir lancé les hostilités : « -interprétation - :trop tôt, trop tôt, bandes d’idiots  ». Au sud-ouest,  les égorgeurs de Gaza lanceront aussi une attaque, simplement parce qu’ils restent des égorgeurs et que l’occasion est trop belle.  Dans ce cadre, il parait difficile à l’IAF de gérer trois théâtres, dont l’un est éloigné, étendu, dispersé et massif.

Bien que le Commandement Central US, responsable de la zone du Moyen-Orient, ait pour consignes - venant du plus haut lieu - de « laisser passer » l’aviation israélienne sur l’Irak en cas de frappe sur l’Iran, cette option nous paraît aléatoire.

C’est pourtant celle qui risque de se produire si le Président Obama ne se décide pas enfin. Il en est pour les responsables israéliens de la survie du peuple Juif et Israël n’a pas d’autre choix que de frapper l’Iran avant la fin de l’été prochain.

La frappe sera sérieuse et efficace sur le programme nucléaire iranien mais pas suffisante pour anéantir la force militaire et para militaire de ce pays qui mettra alors la région à feu. S’ensuit une guerre régionale asymétrique sans fin et une explosion du terrorisme mondial envers les Juifs gérée depuis Téhéran et exécutée par les assassins hezbollahni.

Le Président Obama devrait réellement entendre les leçons de l’histoire,  nous avions laissé faire puis n’avons vaincu, qu’après la Shoah et six ans de guerre meurtrière, qu’au prix de l’écrasement de l’Allemagne et du Japon.

Si nous désirons une paix courageuse, si nous pensons que le Moyen Orient peut enfin vivre en paix relative, si nous refusons Armageddon,  si nous voulons aider le peuple Perse à se libérer du joug d’une secte hallucinée, nous n’avons qu’une seule option, la frappe internationale, massive et rapide sur l’Iran, une frappe capable de détruire en 5 jours les capacités nucléaires et militaires du pays et de faire enfin tomber l’un des gouvernements les plus aliénés que le monde n’ait jamais porté.

Sans cela, la sueur qui perle à nos fronts et qui, aujourd’hui, pue la peur, puera la honte demain car nous ne pourrons demander le pardon sur les tombes de nos pères et devant le regard de nos enfants en disant : « Nous ne savions pas ! ». Et pour les siècles à venir nous serons alors la génération  qui a été sauvée par le sang des Alliés et qui s’est calfeutrée comme une blatte quand son tour est venu de prendre les airs et la mer, nous ne serons que la « Génération Méprisable ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis