Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 08:38

 

 

Le point de vue de Farès Khachane (youkal.net)

 

http://mediarabe.info/spip.php?article1861


Le Hezbollah... et l’enfer


En Iran, les ayatollahs ordonnaient le viol des filles avant de les exécuter, pour les empêcher d’aller au paradis. Au Liban, le Hezbollah veut nous priver de la terre et du paradis

mardi 7 septembre 2010 - 12h28, par Randa Al Fayçal - Dubaï

Logo MédiArabe.Info

Farès Khachane est un journaliste libanais très engagé. Il fut proche de Rafic Hariri et à ce titre, il fut menacé depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre. Périodiquement, il se réfugie à Paris ou dans d’autres pays. L’opposition libanaise, hostile au Tribunal international spécial pour le Liban, l’accuse d’avoir soutenu les faux témoins. Il a publié, hier, un point de vue exceptionnel que nous reproduisons ici.

Ce point de vue intervient alors que le Premier ministre libanais, Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, a déclaré hier s’être« trompé en accusant la Syrie du meurtre de son père » (des propos qui restent incompris par ses électeurs et, ses partisans ainsi que ses élus).

Dans ces conditions, la manœuvre du régime de Bachar Al-Assad serait sur le point de réussir : Damas cherche à se« laver les mains des assassinats politiques au Liban », en les attribuant uniquement au Hezbollah. Or, ce dernier refuse de jouer le rôle du bouc émissaire et terrorise les Libanais pour les contraindre à oublier le Tribunal international. Toutefois, le procureur du Tribunal international, le juge canadien Daniel Bellemare, n’a pas encore rédigé ses actes d’inculpation et rien, à ce stade, ne confirme l’innocence de la Syrie ni la culpabilité du Hezbollah.

En effet, la Syrie faisait la pluie et le beau temps au Liban qu’elle occupait avec 35.000 soldats. Il est inconcevable que le Hezbollah, ou toute autre organisation terroriste ou résistante, puisse commettre un tel acte terroriste sans l’aval de l’occupant, théoriquement responsable de la sécurité de l’occupé. Pour éviter la justice internationale, la Syrie devrait non seulement trouver et sacrifier un responsable de l’assassinat de Hariri, mais devrait aussi changer de politique, tant au Liban qu’en Irak et en Palestine. Elle devrait ainsi cesser ses ingérences dans les pays voisins et mettre un terme à son opposition au processus du paix. Mieux encore, Damas est sollicité pour rejoindre les négociations : la visite du roi Abdallah II de Jordanie hier à Damas, et la mission à venir de Jean-Claude Cousseran, l’attestent. Mais en acceptant une telle issue, la Syrie devrait se rebeller contre son allié iranien, lâcher le Hezbollah, et se montrer docile avec l’AIEA, l’Agence internationale s’inquiètant des ambitions nucléaires syriennes... Le Tribunal international peut, à cet égard, « aider Damas à franchir le pas ».

Pour échapper à un tel scénario, le Hezbollah terrorise les Libanais. C’est dans cette complexité que Farès Khachane a publié son point de vue, sur le site« Youkal.net ». Traduction :

Le Hezbollah... et l’enfer

« - Il n’y a pas, chez le Hezbollah, des assassins… Pourtant, le Parti de Dieu sème la terreur ; 
- Il n’y a pas, chez le Hezbollah, des non-religieux… Pourtant, ses partisans et alliés utilisent un langage ordurier ; 
- Il n’ y a pas, chez le Hezbollah, des partisans qui s’opposent à la souveraineté et à l’indépendance du Liban... Pourtant, ils répètent tous ce que leur dicte l’Iran ; 
- Il n’y en a pas au sein du Hezbollah, que des pacifistes... Pourtant, ses militants n’hésitent pas à utiliser les armes y compris contre leurs propres alliés pour leur infliger une bonne leçon ; 
- Les membres du Hezbollah condamnent le confessionnalisme et le sectarisme... Pourtant, leur chaîne de télévision Al-Manar se fait un point d’honneur d’appliquer à la lettre les instructions de Wilayat Al-Faghih ; 
- Il n’existe pas, parmi les partisans et alliés de Hezbollah, qui ne prétendent l’indépendance... Pourtant, ils répètent tous ce que leur dicte la “salle d’opérations et de commandement” du parti ; 
- Il n’existe pas, parmi ceux qui défendent le Hezbollah, qui ne prétendent dire la vérité… Pourtant, ils sont tous passés maîtres en désinformation et falsification ; 
- Il n’existe pas, parmi le peuple libanais, qui ignore toute la vérité concernant le Hezbollah… Pourtant, nombreux sont ceux qui le couvrent, qui prétendent le connaitre et qui lui expriment leur adoration ; 
- Le général Michel Aoun a “vendu son adoration” en expliquant aux Chrétiens que le Hezbollah fait peur, et qu’il vaut mieux gagner son affection et l’utiliser comme soutien. “Car un allié qui terrorise est plus utile qu’un allié faible” (les Sunnites, NDLR) ; 
- Le député Walid Joumblatt est resté prisonnier des menaces sécuritaires jusqu’à ce qu’il remette son destin aux mains du Hezbollah ; 
- Des marionnettes politiciennes vivant de “mendicité” ont commencé, sur ordre du Hezbollah, à menacer de mettre dans les coffres des voitures tous ceux qui ne suivent pas le Hezbollah. Ils ont menacé d’écraser ses opposants et de les annihiler (des propos de Wiäm Wahhab et Nasser Kandil notamment... NDLR).

Tout cela n’est qu’un infime exemple de la réalité politique libanaise. La réalité est que Hassan Nasrallah humilie les leaders nationaux qui refusent de se taire. La réalité est qu’il menace la stabilité et que des dizaines d’officiers de l’armée regardent “terrorisés” l’homme de la télévision, voient ses miliciens faire main basse sur les rues et semer mort, destruction et corruption. La réalité est cette politique de terreur vise à obliger ses victimes à venir lui demander pardon et à s’excuser pour avoir eu des sursauts de dignité et lui admettre s’êtres égarés...

Les serviteurs du Hezbollah et de sa politique sont bien protégés… Ils sont armés jusqu’aux dents, alors que leurs adversaires sont tout simplement des “espions d’Israël” auxquels on doit infliger le châtiment suprême en leur dressant les potences dans tous les coins de rues ! Les serviteurs du Hezbollah sont devenus hyper riches (Michel Aoun et Gebran Bassil, NDLR)… Ceux qui n’avaient pas de quoi manger sont devenus propriétaires d’immeubles et de médias, alors que les adversaires sont accusés de corruption… et d’être trop riches ! Les sbires du Hezbollah ne quittent plus les plateaux de télévision et les antennes de radio, nous engorgeant d’informations fabriquées de toutes pièces, alors que quiconque a le culot de réclamer le droit d’un martyr ou d’une victime devient la cible des flèches empoisonnées de cette “chorale des menteurs”.

La réalité politique impose à tous d’accepter cette situation en silence. Au nom de cette réalité politique, le slogan “Beyrouth démilitarisé” devient une farce, une ineptie, alors que la Palestine sans les Juifs et sans Israël est une “partie de plaisir”...

Quant au Tribunal international (TSL), ses travaux peuvent commencer mais ne doivent jamais aboutir. Le Hezbollah accuse le TSL d’être politisé alors qu’il dépêche ses émissaires auprès des leaders politiques du monde entier leur enjoignant d’intervenir afin de bloquer l’acte d’accusation. Il demande au TSL d’examiner la piste israélienne prétendant avoir des preuves. Et quand le TSL accepte de les examiner et réclament ces preuves, il annonce qu’il ne reconnait pas ce tribunal et refuse de collaborer. Le Hezbollah exige de la justice libanaise, paralysée et incapable d’intervenir même dans la banlieue sud de Beyrouth, une enquête sérieuse sur l’implication d’Israël dans l’assassinat de Rafic Hariri… La justice libanaise n’a qu’à obtempérer, aveuglément à la sommation prononcé par Hassan Nasrallah !

La réalité est que le peuple libanais rêvait de passer de l’anarchie à un Etat de droit. Il est désormais réduit en robots et il lui est demandé d’oublier son droit à la vérité et à la justice. Le Liban devient ainsi un théâtre de marionnettes qui doit obéir à Hassan Nasrallah dès qu’il apparait à la télévision.

Que faire ?

Hier un ami m’a offert un livre écrit par un Iranien qui a trahi la Révolution islamique et, comme il se doit, le livre est interdit au Liban. Les premières pages m’ont empêché de dormir. On y apprend en effet que la Révolution islamique est la mère de toutes les révolutions, qu’elle est le guide du Hezbollah libanais, et que le Hezbollah n’est autre que la Révolution islamique au Liban. On y apprend aussi que les bourreaux doivent violer les filles avant de les exécuter, car les vierges vont impérativement au Paradis… Les Ayatollahs iraniens, maîtres à penser du Hezbollah, ordonnaient ainsi le viol des jeunes filles avant de les exécuter pour les empêcher d’aller au Paradis ! Exactement comme le Hezbollah au Liban, qui continue à lapider Rafic Hariri et tous les martyrs de la Révolution du Cèdre dans leurs tombes. Entre le livre sur l’Iran et nos histoires libanaises, il n’y plus de place au doute : le Hezbollah veut à la fois nous faire perdre la terre et le paradis. Mais malgré cela, au nom du réalisme politique… nous devons accepter. »

Farès Khachane.

Traduction de Randa Al-Fayçal

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source« MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 19:09

 

 

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE

 

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 20  - le 8 septembre 2010

 

Etats du Golfe  

- Vingt-trois activistes shiites bahreïnis ont été inculpés pour avoir formé un réseau terroriste visant à renverser le régime dominé par les sunnites. Les shiites constituent une forte minorité à Bahrein, territoire du Golfe revendiqué par l'Iran. Les suspects auraient tenu des réunions secrètes afin de changer le régime politique.

- Selon Dr. Mordechai Kedar, expert en politique arabe et en fondamentalisme islamique au centre "Begin-Sadat Center for Strategic Studies", l'agressivité de l'Iran à l'égard d'Israël est une duperie destinée à détourner les regards de l'objectif essentiel de la république islamique, s'emparer du Golfe persique qui contient 90% des réserves de pétrole de la région et qui est habité surtout par des shiites. De même, Israël et l'Iran se neutralisent et l'un n'attaquera pas l'autre (d'un côté 200/300 bombes atomiques, de l'autre, le Hezbollah a des fusées précises de longue portée). Il faut savoir que des dizaines de milliers d'Iraniens ont investi les pays arabes depuis dix ans et constituent, avec des émigrés libanais shiites, des cellules dormantes, prêtes à être activées, pour prendre possession du Golfe, en temps opportun.

 

Iran

 

- L'Institut Stratfor Global Intelligence (Strategic Forecasting créé par George Friedman) a évalué les conditions de succès d'une attaque éventuelle contre les installations nucléaires d'Iran. Trois menaces de contre-attaque devraient être prises en considération:

. L'activation de cellules dormantes, principalement celles du Hezbollah

. Le retour du chaos en Irak, via les terroristes iraniens infiltrés et les partis affiliés à l'Iran.

. Le chaos économique qui suivrait le blocage du détroit d'Ormouz, par où passent 45% des exportations globales de pétrole

D'après Stratfor, les 2 premières menaces devraient pouvoir être neutralisées politiquement, ou, à défaut, en marginalisant les pions pro-iraniens.

La 3ème menace ne peut être éliminée qu'en détruisant d'une manière préventive la capacité navale iranienne, notamment la multitude de petits bateaux, ainsi que les dépôts de mines. Ce qui suppose des attaques aériennes intensives et ciblées et des opérations commando dans les ports.

Et tout cela ne peut être réalisé que par les Etats-Unis.

- L'Iran est de plus en plus présent dans les institutions de l'ONU, malgré les sanctions décrétées contre lui. L'Iran a un siège à la Commission sur le statut de la Femme. L'Iran est un des 36 pays membres du prestigieux Programme de Développement de l'Onu, l'ayant même présidé en 2009, alors que ses milices tuaient ceux qui protestaient contre la fraude électorale lors de l'élection de son président ! L'Iran est au conseil d'administration de l'Unicef et du Programme alimentaire mondial à Rome et siège comme vice-président du Conseil Exécutif pour l'Interdiction des Armes Chimiques. L'Iran siège à 2 Commissions de l'Office des Drogues et du Crime à Vienne dont la Commission de Prévention du Crime et de Justice Criminelle. L'Iran siège à la Commission des Sciences et de la Technologie de Genève. Le chef de l'Agence Spatiale Iranienne (Ahmad Talebzadeh) préside le Comité pour l'Usage Pacifique de l'Espace. L'Iran siège au Conseil d'administration de l'Agence pour les Réfugiés à Genève (UNHCR), ainsi qu'aux Conseils de l'Unep(Programme pour l'environnement) et de l'Un-Habitat à Nairobi. L'Iran a présidé le Comité de finance de la FAO à Rome….

 

Islam en marche

 

- En visite officielle en Italie pour marquer le 2ème anniversaire de la signature du Traité d’Amitié de 2008, mettant fin au contentieux entre les deux pays, le "Guide de la Révolution" s’est adonné à ses frasques habituelles. Dans une tente bédouine plantée dans le jardin de l’ambassade de Libye, sur la place Navone, et flanqué de plusieurs centaines de jeunes femmes triées sur le volet par une agence de mannequins, Mouammar Kadhafi s’est livré à un cours de propagande, destiné à convertir ces jeunes filles, leur expliquant notamment que l’Islam était la dernière religion à apparaître, la seule, la vraie, précisant que l’Islam devait devenir la religion de toute l’Europe. Puis il a distribué à chacune d’elles un exemplaire du Coran et, à l'issue de son cours, plusieurs participantes ont annoncé leur intention de se convertir.

Le "Traité d’amitié" prévoit 5 milliards de dollars d’investissements italiens en compensation de la colonisation, dont une autoroute de 1700 km, en bord de mer en Libye. Une autre société du Groupe ENI prévoit d’y investir 25 milliards d’euros. 
Le Cheikh Taysir Tamimi, chef du Tribunal de la Charia'h Palestinienne (celui qui décrète avec ses collègues si une femme doit être condamnée à la lapidation ou si un voleur a mérité qu’on lui coupe la main droite) est un antisémite notoire qui, devant le pape, à l’Institut Pontifical de Notre-Dame, a fustigé Israël, l'accusant de tous les délits, de génocide, d’assassinats, de crimes de guerre. Il a été invité par l’UAM 93 à intervenir dans les mosquées de la région parisienne au cours du Ramadan.

- L'islamologue Raymond Ibrahim a analysé la doctrine et les méthodes de duplicité en vigueur en Islam. Selon la loi islamique (sharia'h), tout acte entre dans 5 catégories, l'interdit, le déconseillé, le toléré, le recommandé et l'obligatoire. Le "bon sens" ou le "généralement admis" n'ont rien à voir avec les notions de bien ou de mal en Islam. Il n'y a que Allah (dans le Coran) et son prophète Mohamed (à travers les commentaires du H'adith) qui puissent indiquer la voie à suivre. Et les "Ulémas", théologiens et juristes, appliquent la parole d'Allah à la lettre. Ainsi la "taqiya", duplicité ou duperie, n'est pas seulement tolérée, mais aussi obligatoire dans certaines circonstances. Quand un Musulman est menacé pour sa foi, il peut prétendre qu'il a apostasié et certains juristes disent que selon Coran 4/29, il est obligé de mentir. En milieu sunnite, les sectes shiites minoritaires pratiquent la "taqiya" vis-à-vis de leurs coreligionnaires, prétendant qu'ils sont sunnites. Ainsi en Arabie, on ne sait pas si la minorité shiite représente 1% ou 20% de la population. Aujourd'hui, en politique et dans les relations avec les non-Musulmans (les infidèles) la "taqiya" est de rigueur.

- L'Imam Feisal Abdul Raouf, le chef islamique derrière le projet de mosquée sur l'esplanade du 11/9 à Manhattan, prétend que le discours de Barack Obama au Caire en mars 2009 est une copie conforme du chapitre 6 de son livre de 2004 "Ce qui est juste en Islam - une vision nouvelle des Musulmans et de l'Occident" (dans sa traduction en arabe, ce livre a comme titre "l'Appel des ruines du World Trade Center: la doctrine musulmane au cœur de l'Amérique après le 11/9"(voir http://www.wnd.com/images2/wndAudio.swf?url=/files/Raufinterviewe0210.mp3)

 

Etats-Unis

 

- Dans son nouveau livre "The Trials of Zion", "les épreuves de Sion" (Hachette), Pr Alan Dershowitz affirme que s'il y a un projet de mosquée sur l'esplanade du 11/9 à Manhattan, c'est que le lobby pro-arabe aux Etats-Unis a pris des proportions astronomiques, dépassant de loin le lobby pro-Israël. Aujourd'hui les pays arabes ont une influence majeure sur les décisions politiques américaines.

 

Israël

 

- La jeune députée Likoud de la Knesset Tzipi Hotovely concocte un plan B en cas d'échec prévisible des négociations israélo-palestiniennes. Approuvé par de nombreuses personnalités comme Moshe Arens ou Réouven Rivlin, speaker de la Knesset ou OuriElitzour, rédacteur en chef adjoint de Maqor Rishon, ce plan prévoit l'annexion de la Judée et de la Samarie. Il a l'avantage de couper l'herbe sous les pieds des détracteurs d'Israël et de tous ceux qui cherchent à le déligitimer. Les Palestiniens seraient des citoyens à part entière dans un état Juif et non binational et ne constitueraient en totalité que 30% d'une population de 9 millions d'habitants. Ce plan serait accompagné d'une campagne de motivation auprès de la diaspora et d'incitations pour faire immigrer le maximum de Juifs. Le sort de la bande de Gaza qui ne reconnaît pas l'état d'Israël serait liée à l'Egypte qui pourrait l'annexer.

- La réalisation du tramway de Tel Aviv tant attendu est reportée sine die, le consortium MTS regroupant Africa-Israel et Siemens jetant l'éponge, du fait de la rétractation de la Royal Bank of Scotland, principal bailleur de fonds. On sait que l'Ecosse participe au boycott d'Israël. Reste la solution Alsthom/Véolia avec beaucoup d'années de retard….you tube

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 10:44

 

 

Mythe sur le ralentissement du programme nucléaire iranien 
06/09/2010 

Dore Gold

http://www.jcpa-lecape.org/ViewNews.aspx?ArticleId=359

Le 19 Août 2010, le New York Times a publié un long article intitulé : "les Etats-Unis rassurent Israël : la menace iranienne n’est pas imminente ».

Selon les auteurs, en raison des problèmes croissants auxquels fait face l’Iran dans son programme nucléaire, l'administration américaine a conclu que cela lui prendrait plus d’un an pour atteindre la dernière phase dans la course de l'arme nucléaire.

Selon cet article, la question cruciale est de savoir combien de temps cela prendrait aux Iraniens de convertir le stock d’uranium enrichi à faible concentration à un uranium militaire nécessaire pour fabriquer une bombe, étape qualifiée par les experts « point de percée nucléaire ».

Dans ce contexte, on a conclu sur l’hypothèse que l’Iran rencontre des difficultés pour l’enrichissement de l’uranium pour les raisons suivantes: mauvaise planification des centrifugeuses, la difficulté d'obtenir des pièces nécessaires, et l'éventuel sabotage dirigé par des milieux occidentaux ; De ce fait, les auteurs ont conclu que Washington a également convaincu Jérusalem que le "point de non retour" nucléaire n’est pas prévu de si tôt sans pour autant citer une confirmation quelconque d’un officiel israélien.

Pour mieux comprendre l'enjeu voici quelques explications techniques: 
L’uranium se trouve dans deux principaux types d’isotopes : U- 238 et U-238 qui est plus léger. Seul l'U-235 peut réussir le processus de fission nucléaire et libérer l’énergie nécessaire à une centrale nucléaire ou à la fabrication d'une bombe atomique. L’uranium naturel est composé de 0.7% d'U-235 et de 99.3% d'U-238.

La République islamique iranienne a transformé son uranium brut en installation de gaz à Ispahan, ensuite elle la injecté dans les centrifugeuses de Natanz, afin de pouvoir augmenter les quantités de U-235.

Il est important de noter qu’une centrale civile a besoin uniquement d’un degré d’enrichissement de concentration de 3.5% alors que le degré d’enrichissement souhaitable pour les armes nucléaires est de 90% d'U-235.

Les experts ont du mal à comprendre la démarche iranienne et s'interrogent pourquoi Téhéran a ralenti le rythme de l’ajout des centrifugeuses à Natanz. Les installations nucléaires iraniennes, celles connues en Occident sont surveillées par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Elle utilise des caméras et effectue des visites afin d’obtenir une image réelle de la situation.

Selon le rapport de l’AIEA du mois de mai 2009, l’Iran possédait 4,920 centrifugeuses actives dans le site de Natanz.

En mai 2010, le chiffre est bizarrement tombé à 3,936 soit presque 1000 centrifugeuses de moins. 
Certains ont conclu que cela s’est produit en raison d’un grand nombre de centrifugeuses tombées en panne; elles devaient être réparées ou remplacées.

Apparemment si l’état des centrifugeuses est si mauvais, il est juste de dire que les Iraniens ont des difficultés d’amorcer rapidement la dernière phase nécessaire pour obtenir de l’uranium enrichi de qualité militaire.

Gary Zamora, conseiller du Président Obama aux questions nucléaires, est cité comme doutant de la « capacité technique » des Iraniens.

Plusieurs explications répondent à la question des centrifugeuses à Natanz, mais il faut prendre en compte deux faits majeurs.

-Premièrement, on enregistre en Iran une augmentation constante de quantités d’uranium de faible concentration. Selon le rapport de l’AIEA du mois de juin 2009, l’Iran possédait 839 kg d’uranium enrichi de concentration faible, alors que le rapport de mai 2010 le chiffre était de 2,427 kg.

Afin d’obtenir 15 kg d’uranium de qualité militaire il est nécessaire d'avoir 700-900 kg d’uranium à faible concentration, donc l’Iran a actuellement assez d’uranium disponible afin de fabriquer deux- trois bombes atomique s'il elle le désire.

L’expert nucléaire américain Gary Milholin estime qu'avant le mois de juin 2011 l’Iran posséderait assez d’uranium à faible concentration pour préparer quatre bombes.

-Deuxièmement, lorsque l’Occident a refusé de fournir aux Iraniens de l’uranium à un degré de 20% pour fabriquer des isotopes médicaux, les Iraniens n’ont pas hésité à enrichir de l’uranium à concentration de 3.5% au degré de 20% par leurs propres moyens.

Cette opération prouve la véritable capacité iranienne et contredit les estimations sur son manque de « capacité technique ».

Quoi qu’il en soit, l’inventaire des centrifugeuses à Natanz n’est qu’un élément de la situation globale du programme nucléaire iranien. Il est possible, et pour pouvoir accomplir la phase finale et acquérir de l’uranium de qualité militaire, les Iraniens seront capables de bloquer les caméras de surveillance de l’AIEA et empêcheront des visites des agents de l'agence - ce qui provoquerait inévitablement une crise internationale.

Mais il existe aussi une option plus raisonnable, celle des installations secrètes dans de nombreux sites du pays. En septembre 2009, l’Iran a reporté à l’AIEA l’existence du site de Fordou près de la ville Kome, confirmée par la suite par le Président Obama.

Il existe également des rapports de responsables américains qui lient le ralentissement de l’avancement du projet iranien avec la récente mobilisation de la communauté internationale pour aggraver les sanctions ainsi que la dernière adoption de la résolution 1929 du Conseil de sécurité. Toutefois, ils admettent que la seule fois où l’Iran a ralenti son projet atomique remonte à l'été 2003, au moment où Téhéran a craint de figurer sur la liste des cibles américaines juste après la chute de Saddam Hussein.

La résolution du Conseil de sécurité, employée selon l’article 7 de la charte de l’ONU concernant l’Irak, pourrait également ralentir les activités iraniennes dans le domaine nucléaire.

Malheureusement, en raison de l’influence russe, la résolution 1929 du Conseil de sécurité a adopté que partiellement le chapitre 7 et s'est basée uniquement sur le paragraphe 41 de la charte. Celle-ci autorise une activité non-militaire si les Iraniens refuseraient de collaborer.

Dans ce climat politique, l’estimation selon laquelle l’Iran sera obligé de ralentir son programme nucléaire n’est qu’un pieux vœu. 

 


Source : Le CAPE de Jerusalem 
Link :  
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 10:35

 

 

L’Iran épinglé par l’AIEA : Téhéran dispose désormais de 22 kilogrammes d’uranium enrichi à 20% et 2,803 kilogrammes d’uranium faiblement enrichi

http://mediarabe.info/spip.php?breve2604

lundi 6 septembre 2010 - 22h20
Logo MédiArabe.Info

La télévision « Al Arabiya » consacre, ce soir, la part du lion de son journal de la nuit au dossier nucléaire iranien, notamment après la divulgation du rapport de l’AEIA. Ce document précise que la production totale d’uranium enrichi à 20% de l’Iran a augmenté de 15% depuis le mois de mai dernier, passant de 15 à 22 kilogrammes fin août. Au total, l’Iran dispose de 2.803 kilogrammes d’uranium faiblement enrichi. L’AIEA affirme rester « préoccupée par l’éventuelle mise au point en Iran d’une charge nucléaire destinée à un missile balistique ». « Al Arabiya » a rappelé les capacités balistiques iraniennes, notamment les missiles de longues portées récemment testés. Selon le site « Now Lebanon », l’uranium iranien est essentiellement stocké dans la centrale nucléaire de Natanz.

L’Agence internationale basée à Vienne, en Autriche, dénonce également les « objections répétées » opposées par Téhéran au choix des inspecteurs et précise que la République islamique a empêché deux experts nucléaires de l’ONU d’entrer sur son territoire en juin dernier.

L’AIEA demande aux autorités iraniennes, qui assurent ne pas chercher à fabriquer une bombe nucléaire, de lui donner accès aux sites et aux équipements qu’elle veut inspecter ainsi qu’aux personnes qu’elle souhaite interroger. L’agence s’en prend également à la Syrie, qui a refusé de coopérer avec les inspecteurs onusiens qui enquêtaient sur le site de Deir Ez-Zor, bombardé par Israël en septembre 2007. L’AIEA souligne à cet égard que trois sites soupçonnés d’abriter des activités nucléaires liées au site détruit d’Al-Kobar, lui aussi interdit d’accès aux inspecteurs.

Après la publication de ces informations, Washington s’est dit inquiet. En effet, pour la Maison Blanche, le contenu du nouveau rapport de l’AIEA est inquiétant, et montre que Téhéran aspire toujours au nucléaire militaire. Cependant, le représentant de Téhéran à l’AIEA, Ali Asghar Soltanieh, a déclaré avec ironie que « le rapport ternit la réputation technique de l’agence et montre que les activités nucléaires de l’Iran sont son entière supervision ».

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 08:57

 

 

Egypte-Iran : la polémique. Téhéran prépare un documentaire virulent contre Moubarak en riposte au film égyptien sur Khomeiny

http://mediarabe.info/spip.php?breve2601

lundi 6 septembre 2010 - 08h20
Logo MédiArabe.Info

Le président égyptien Hosni Moubarak a fait part de sa vive inquiétude quant à l’avenir de la région. Selon la télévision « Al Arabiya » et « Radio-Orient », Moubarak a indirectement mis en cause « l’Iran dans la déstabilisation méthodique de la région, allant de l’Afghanistan au Pakistan, en passant par l’Irak, le Liban, le Yémen et le Soudan », tout en insistant sur « son pessimisme quant à l’avenir des pays du Golfe particulièrement visés par Téhéran ». Cette sonnette d’alarme tirée par l’Egypte intervient au lendemain de l’annonce par le Bahreïn du démantèlement d’un vaste réseau suspecté de préparer des troubles destinés à renverser le régime.

Par ailleurs, le quotidien « Asharq Al Awsat » souligne que les Gardiens de la Révolution préparent un documentaire particulièrement virulent sur le président Moubarak. Le film iranien sera la riposte à l’autorisation accordée par les autorités égyptiennes au tournage d’un film documentaire sur le fondateur de la République islamique, l’ayatollah Khomeiny. Cette bataille par films interposés reflète une crise profonde entre les deux pays qui luttent pour le leadership régional.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 21:00

 

 

 

 Banniere documents speciaux

 

Dimanche 18 avril 2010, jour de blague en Iran

par Gilles Raphel

 

Durant la nuit du dimanche 18 avril au lundi 19 avril 2010 sont apparues sur le net les premières images « volées » de la grande parade militaire iranienne se déroulant dans la banlieue de Téhéran.

Ces images présentaient un défilé de systèmes de missiles sol-air de type S 300 et aussitôt les spéculations allèrent de bon train, la Russie avait-t-elle livré des S 300 à l’Iran ?

Non, les véhicules porteurs sont des Babr de fabrication iranienne.

Alors, il s’agit sans doute de missiles chinois HQ 15, l’équivalent du S 300 russe assemblé sous licence en Chine …

Les idiots utiles et tous les traitres au Monde Libre battaient déjà des mains et des ailes, l’Iran devenait enfin imprenable.

A l’analyse des photographies, c’était aller un peu vite en besogne :

Photo 1 : les deux tracteurs Babr transportant les silos de missiles ne sont pas identiques, en particulier – et il s’agit d’un point essentiel – dans le caisson disposé derrière la cabine, le caisson du premier véhicule est nettement plus long que celui de second. Ceci est surprenant dans le cadre d’une fabrication militaire de série, d’autant que ce caisson abrite le système secondaire du guidage des missiles.

 image-1.jpg

De plus les couvercles rouges des silos semblent soudés au tube, il ne paraît pas de système d’ouverture, ce qui pourrait s’avérer inopportun en cas de tir du missile intérieur...

Photo 2 : si l’on observe les silos à missiles – plutôt bien imités des silos des premiers S 300 puisque même la couleur rouge des couvercles est présente – on se rend compte qu’ils ne sont pas tout à fait circulaires, on y identifie nettement sur le bord externe les deux lignes de pliure et de soudure de l’acier. Un tube-lanceur pas très arrondi est une première dans l’industrie balistique …

image-2.jpg

Photo 3 : Ce véhicule est censé transporter l’équivalent du radar russe 64H6, le système d’alerte à longue distance des S 300, appelé aussi typeTombstone – pierre tombale- à cause de sa forme rectangulaire. Le détail gênant est qu’il manque les 2 essieux arrière au véhicule transportant les caissons radar. Si le second caisson était chargé, le châssis serait couché sur l’arrière et la cabine du camion aurait les roues suspendues au-dessus de la voie.

 image 3

 

Le dimanche 18 avril 2010, nouvelle preuve de la communication paranoïaque du régime iranien. Ni S 300 russes, ni HQ 15 chinois, pas plus qu’une version locale de ces missiles, les silos sont vides, tout comme les caissons radar, ce jour là, Ahmadinejad a applaudi au passage de bidons en tôle.

Il n’est cependant pas nécessaire d’attendre que l’Iran obtienne ses 4 systèmes S 300 pour intervenir ….

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 06:42

 

 

 

 

http://english.wafa.ps/?action=detail&id=14734

et Guysen

 Mahmoud Ahmadinejad a fustigé  les pourparlers de paix israélo-palestiniens. "Des décennies de négociations  n'ont abouti à rien pour les pays arabes", a déclaré le président iranien. Il a ajouté que" la résistance est le seul moyen de rétablir les droits des Palestiniens. L'Occident doit cesser de soutenir les tentatives du régime sioniste, qui se trouve sur le point de s'effondrer. Même les États-Unis ne peut pas le sauver". En réponse, l'agence de presse de l'Autorité palestinenne Wafa a publié une déclaration officielle de Nabil Abou Roudeina, comme quoi Ahmadinejad, qui avait "volé le leadership en Iran," n'avait pas le droit de prendre la parole sur la question. "Le président iranien opprime son peuple. Il a volé la présidence et ose attaquer le président palestinien, qui a été élu lors d'élections démocratiques. "

 

Par Aschkel

L'Egypte Proteste contre l'Iran sur les Commentaires iraniens des  négociations de paix
http://www.asharq-e.com/news.asp?section=1&id=22189

 

LE CAIRE (AP) - L'Egypte a annulé une visite du ministre iranien des Affaires étrangères pour protester des commentaires dans lesquels il a accusé les dirigeants arabes de trahison pour assister à la nouvelle série de pourparlers de paix au Proche-Orient à Washington.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki avait  prévu de se rendre au Caire lundi pour une réunion des membres du Mouvement des non-alignés.

L'Iran (du fait l'influence croissante de Téhéran au Moyen-Orient ) a une relation difficile avec les nations arabes alliées aux américains , préoccupées   en raison des soupçons sur son programme nucléaire et son soutien aux groupes islamiques radicaux comme le Hamas et le Hezbollah.

M. Mottaki a déclaré que les dirigeants arabes qui ont participé à la relance des pourparlers de paix israélo-palestinien à Washington cette semaine ont  "trahi leur pays."

"Certains dirigeants ... qui suivent les ordres de l'Amérique doivent comprendre qu'ils sont des traîtres à leur pays», cité par l'agence iranienne Fars  mardi.

Le président égyptien Hosni Moubarak et le roi de Jordanie Abdallah II ont participé aux pourparlers.

Le Ministère des Affaires étrangères a déclaré qu'il a convoqué le chargé d'affaires iranien au Caire pour lui notifier l'annulation de la visite de lundi et le report de la réunion des Non-Alignés.

L'Iran a rompu ses relations avec l'Egypte après la signature d'un accord de paix avec Israël en 1979 et qui avait offert l'asile au Shah Mohammad Reza Pahlavi.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 21:41

 

 

Suite au sommet de Washington pour la reprise pourparlers directs, le Président de la République islamique d’Iran, Ahmadinejad, vient de déclarer que les peuples du Moyen-Orient tous ensemble ont la capacité d’exterminer Israël.

Cette déclaration d’intention de perpétrer une Shoah n’est certes pas la première. Cette fois-ci, elle a toutefois l’originalité de présenter un énorme encouragement. En effet, jusqu’à présent, le président iranien multipliait les menaces de détruire Israël sans pour autant faire appel à d’autres. Or, dans cette dernière déclaration, il fait appel à tous les pays arabes et musulmans de la région pour se joindre à son complot. Cela signifie qu’implicitement, Ahmadinejad est conscient et a pris acte que l’Iran tout seul avec sa puissance économique de 3ème productrice de pétrole, sa population de 72,5 millions d’habitants,  sa superficie de   1 648 195 km2, soit plus de trois fois la France, son armée de 2 millions d’hommes, ses efforts sisiphiens d’atteindre un potentiel militaire de premier rang, tout cela ne lui garantit absolument pas la capacité d’exterminer ce pays peuplé par 6 millions de Juifs (encore une fois) et par un million et demi de non-Juifs, d’une superficie de 27 000 km2, y compris la Judée et la Samarie dits les « territoires ».

Probablement que le dirigeant iranien est-il même conscient que c’est ce petit pays peuplé par six millions de Juifs qui a le potentiel de réduire en cendres et en poussière sa république ainsi que tout pays de la région qui se laisserait tenter de s’allier à lui dans cette aventure.

 

par Meir Ben-Hayoun

israel7.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 14:48

 

A Téhéran et dans d'autres grandes villes d'Iran, on s'attend à des heurts entre contre-manifestants se revendiquant du "Mouvement vert" et alliés, et les manifestations officielles organisées par les Bassijis autour du pouvoir contesté de Mahmoud Ahmadinedjad. Manifestations populaires qui tiennent lieu de préparation chauffante aux guerres que l'Iran mollachique entend lancer dans la région, en mobilisant ses affidées, Hamas, Hezbollah et Syrie, ainsi que les services turcs impliqués dans les transferts de technologies militaires sensibles au Hezbollah. 

 

http://planet-iran.com/index.php/news/22797

 

We’re still standing
&
we will be there on Quds Day

Not Gaza, Not Lebanon, I give my life for Iran

A video call to protests on Quds day. The text and voice-over in the video say:

“Greetings to all those who fight for freedom. If I rise up, you also rise up, we will all rise up. Quds Day will bring about another legend. We the youth who inside and outside Iran support the Green movement, show our support for Mr. Karroubi who himself announced, he will come out to the streets once again to be present with all our brave people. We call upon everyone to prepare themselves for a confrontation  on the 12th of Shahrivar (September 3rd) and with the slogan “Not Gaza, Not Lebanon, I give my life for Iran” we will pour into the streets in order to let the Iranian Coup d’Etat regime know that the Green movement is alive and well. The locations for the march will be announced in the upcoming days. Be patient, the dawn draws near!”

 

 


Quds Day is the Green Day of Power Against the Blackhearted Coup d'Etat'ists'

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 20:02

 

 

 Bann logo bruit de bottes

 Pour aschkel.info et lessakele.

 

Par Gilles 

 

 

 

Guerre d’Iran, pétrole et piège russe.

 

Alors que l’attaque contre l’Iran nucléaire se précise il convient d’analyser le jeu des différents acteurs ainsi que les causes et conséquences de la frappe afin de ne pas renouveler les incertitudes chaotiques qui se dessinent en Irak et en Afghanistan.

Les acteurs :

Sept ensembles d’acteurs sont prioritairement concernés par cette affaire ; l’Iran, les pays arabes, l’Inde et la Chine, la Syrie et la Turquie,  Israël et l’Occident, l’Azerbaïdjan, la Russie.

L’Iran en premier lieu, qui est gouverné par une théocratie terroriste et assoiffée de grandeur passée. Premièrement, l’Iran finance et organise une vaste part du terrorisme mondial, en particulier via le Hezbollah (pour exemples tirs de roquettes et attentats au Nord d’Israël, les attentats en France des années 80, les attentats en Amérique du Sud – Argentine par le Hezbollah et Colombie avec l’aide des FARC - , les projets d’attentats aux Etats-Unis …). L’Iran patrie du Chiisme - 92% de la population est chiite -  soutient même à l’occasion les terroristes sunnites d’Al-Qaïda (hébergement vraisemblable de Ben Laden, refuge pour les terroristes sunnites recherchés tel l’infâme Saleh Al-Qaraoui ...). Ce lien entre terrorisme chiite et sunnite n’est d’ailleurs pas nouveau, l’ayatollah Khomeiny en personne avait prôné dans son testament l’unité des sunnites et des chiites contre le Wahhabisme – croyance de la famille régnante saoudienne - . Il ne fait, par ailleurs, aucun doute que le Hezbollah et Al-Qaïda soient liés depuis environ cinq années en une sorte de nébuleuse terroriste permettant au Parti de Dieu de revendiquer certains de ses attentats au nom de la Base – protégeant ainsi le commanditaire iranien - et à la Base de profiter de la logistique internationale et de financements du Parti de Dieu.

Deuxièmement l’Iran cherche à maîtriser le nucléaire militaire ainsi que les vecteurs balistiques destinés à lancer des ogives atomiques. L’Iran, par la voix de son président et de son Guide suprême a ainsi menacé à de multiples reprises de rayer Israël de la carte, des menaces identiques ont été proférées à l’encontre des pays arabes du Golfe. Il est évident que le monde ne peut laisser l’arme nucléaire aux mains d’une poignée d’illuminés terroristes, il s’agit là de la principale justification d’une frappe préventive.

Les pays arabes – pays du Golfe, Irak, Jordanie, Egypte - : à majorité sunnite, voire wahhabite pour l’Arabie saoudite, ils voient d’un très mauvais œil l’aggressivité perse et son rôle d’élément déstabilisant du Moyen-Orient. Ils savent qu’ils seront les premières cibles d’une attaque iranienne et leurs actuels effets d’annonce ne trompent personne, ils fourniront le pétrole et ouvriront un espace aérien nécessaire à une frappe aérienne internationale, tout heureux que d’autres puissent effectuer le travail.

L’Inde et la Chine : ces deux pays puisent leurs ressources énergétiques principalement en Iran, en totale explosion vers un monde meilleur, ils ne peuvent se permettre le risque d’une rupture d’approvisionnement en pétrole et en gaz naturel, aussi ils investissent – souvent de façon concurrentielle - dans des projets industriels gigantesques en Iran (exploitation de champs gaziers et pétrolifères, projet de pipe-line vers l’Asie …). Ils s’accommoderont d’un Iran nucléarisé mais sont aussi très pragmatiques, qu’on leur assure un approvisionnement énergétique certain et ils demeureront de simples observateurs attentifs.

La Syrie et la Turquie : ces deux pays sont gouvernés par des fourbes et des tricheurs, tous deux jouent les équilibristes sur l’axe du mal, navigant entre promesses éthiques et double jeu abject. Ils achètent leur tranquillité politique dans la servitude face à l’Iran tout en espérant que ce pays soit un jour maté par l’Occident. Ils se tourneront après l’attaque contre l’Iran vers le vainqueur, toujours tenant dans une main une sébile et dans l’autre un rasoir.

Israël et l’Occident (Otan) : pour deux raisons différentes - et un lien solide – ils ne peuvent admettre un Iran possédant des capacités nucléaires militaires. Israël est, nous l’avons vu, directement menacé par une frappe nucléaire iranienne et ne  doit sa survie physique qu’à sa doctrine de guerre préventive, il est donc le premier concerné par une attaque sur l’Iran. L’Occident ne peut se permettre le risque d’un embrasement du Moyen-Orient pour des raisons stratégiques énergétiques. De plus les Etats-Unis sont un soutien fidèle, direct ou indirect, d’Israël. A noter, cependant, le manque de lisibilité dans la gouvernance de la présidence américaine actuelle, si l’Otan, le Pentagone, le ministre de la Défense R. Gates et la Secrétaire d’Etat H. Clinton sont favorables à une frappe sur l’Iran, le Président et Commandant en Chef Obama semble encore naviguer sans visibilité.

L’Azerbaïdjan : son cas est intéressant, il possède avec Bakou d’énormes réserves pétrolières et gazières, il est l’ami des Etats-Unis et d’Israël mais n’a cependant pas coupé tout lien avec la Russie, pour l’exemple, il accueille sur ses tarmacs des chasseurs et des bombardiers américains et israéliens tout en louant la base radar de Gabala à la Russie grâce à  laquelle elle surveille l’ensemble de l’espace aérien iranien et une bonne part de l’espace du Moyen-Orient ; il abrite des « Grandes Oreilles » américaines et israéliennes tout en neutralisant sur son territoire le projet Nabucco qui gène la Russie. Cette situation peut cependant évoluer favorablement en faveur de l’Occident, le gouvernement et le peuple azerbaïdjanais tolérant de moins en moins le soutien russe à l’Arménie avec laquelle l’Azerbaïdjan est en guerre au sujet de la région du Haut- Karabakh revendiquée par les deux nations. Au-delà,  l’Azerbaïdjan s’attend et se prépare à une contre-attaque iranienne en cas de bombardement allié sur l’Iran.

La Russie : le rôle trouble de la Russie dans cette affaire est à la mesure de son rêve de grandeur. Son jeu est identique depuis 75 ans maintenant, il consiste à gêner les Etats-Unis tout en tentant de maîtriser la situation. Sur le long terme, cependant, la Russie – ou l’URSS avant - a toujours perdu, Staline a signé le pacte germano-soviétique et les nazis l’ont finalement attaqué, elle a défendu la dictature communiste en Asie et ne reste d’économie communiste que l’exemple effarant nord-coréen, elle a fait le jeu du terrorisme pro-arabe et se retrouve confrontée au terrorisme islamique … Dans l’affaire qui nous concerne, elle freine les sanctions internationales économiques et financières contre l’Iran tout les signant puis en alimentant le réacteur nucléaire de Bouchehr et en positionnant des systèmes de missiles S300 en Abkhazie . Mais ne nous y trompons pas, le trouble jeu du gouvernement russe est clair : il poursuit son travail de sape contre l’Occident tout en sachant qu’un Iran nucléaire est inacceptable pour sa stratégie dans la région. Pour cela, il souhaite une frappe sur l’Iran et possède trois atouts essentiels :

-           Les guerres sont ruineuses et celles en cours affaiblissent déjà l’économie occidentale ;

-            Un Iran écrasé mettra nécessairement en difficulté l’approvisionnement énergétique de son pire ami, la Chine ;

-           Un chaos énergétique successif à la frappe pourrait être favorable à la Russie et c’est ce point que nous développerons ci-après.

La frappe aura-t-elle lieu ? A priori oui, un Etat terroriste maitrisant le feu nucléaire est inacceptable pour la communauté internationale.

Dans quelles conditions ? Deux scénarios se dessinent :

-           Dans le premier, Israël est las d’attendre tout en sachant que sa survie est en jeu, avec l’accord –forcé ou non- des Etats-Unis, il lance la chasse et advienne que pourra.

-           Dans le second, le président Obama, qui sait que les sanctions sont totalement inutiles, prend enfin une décision non symbolique et une action coordonnée Otan-Israël frappe l’Iran dans un déluge de feu encore jamais vu de mémoire humaine.

Les conséquences de la frappe : elles sont, sur le court et moyen terme, de trois ordres au moins.

1.       L’Iran est sans illusion, même s’il contre-attaque violemment avec des missiles balistiques, les frappes – limitées si Israël agit seul dans un premier temps, extraordinairement massives en cas d’attaque alliée – seront efficaces au contraire de sa défense anti-aérienne. En d’autres termes, les installations d’armements nucléaires et/ou les installations militaires du pays vont se faire aplatir.

 

2.        Ne reste à l’Iran qu’une alternative, mettre la région à feu et à sang, il procède à des tirs de missiles sur l’ensemble de la région, mine le détroit d’Ormuz et attaque les forages et les champs gaziers off-shore de Bakou. Car tel est le plan iranien, semer l’apocalypse.

Sa base navale de Bandar Abbas est en alerte permanente afin d’ordonner à ses navires largueurs de mines d’entrer en action, idem pour les sous-marins de type Kilo ainsi que les micro sous-marins nord-coréens qu’il possède, ils n’ont aucune chance dans un combat conventionnel mais sont chargés de mines maritimes prêtes à être larguées.

Le 22 juin dernier, l’Iran annonçait un renforcement de ses forces militaires au Nord, près de la Caspienne, les analyses qui ont été produites à cette occasion semblent incomplètes, si l’Iran, dans sa logique meurtrière, a de bonnes raisons d’avoir des griefs à l’endroit de l’Azerbaïdjan, c’est la production pétrolière et gazière qu’il vise. Des sources sûres indiquent que l’Iran a acheminé récemment – par voie ferrée - ses nouveaux micro sous-marins d’origine nord-coréenne afin d’attaquer et de miner la zone maritime de Bakou. La Marine azerbaïdjanaise mène en ce sens des manœuvres préventives autour de ses sites de production énergétique.

3.        En conséquence, soit les capacités militaires iraniennes sont anéanties en moins de 5 jours soit un chaos pérenne s’installe dans la région.

 

C’est précisément ce chaos que vise la Russie pour différentes raisons :

-           In fine l’Iran perdra son industrie nucléaire et c’est un grand soulagement russe …

-           L’Iran sème le chaos des sites de production et des voies énergétiques autour d’Ormuz et tout l’Occident et ses alliés se retrouvent en difficulté,

-           L’Iran sème le chaos en mer Caspienne et principalement autour de Bakou, la Russie vient au secours de l’Azerbaïdjan et en confisque à terme les champs gaziers et pétrolifères,

-           Le chaos sur l’Iran prive l’Inde et la Chine en énergie éliminant ainsi les concurrents émergeants stratégiques de la Russie,

-           L’Occident met des semaines voire des mois pour nettoyer la situation – déminage -  et court ainsi un nouveau risque d’embourbement,

-           Le monde se retourne vers la Russie qui est maintenant l’unique pays à pouvoir fournir la sécurité énergétique, la Russie devient donc le maître du monde,

-           De plus et dès à présent, l’Occident se voit obligé de négocier avec la Russie une certaine sécurité énergétique au cas où, ainsi que la sécurité énergétique de la Chine afin que celle-ci accepte les plans occidentaux, le sourire carnassier des dirigeants russes brille actuellement de mille diamants …

Conclusion :

Il est plus que temps pour le Président Obama d’ouvrir grand les yeux ; concernant l’arrêt des programmes nucléaires militaires des mollahs, la situation est perdue et on ne rattrape pas un couteau qui tombe.

Le boulot doit être fait !  Les plans d’attaque sont prêts, ils sont sur la table, les forces alliées sont prêtes, le régime fou des mollahs doit tomber avec tout son arsenal de destruction massive.

Au plus tôt et au plus fort nous frappons et moins le chaos prévisible a de risques de s’instaurer. Sans cela, les mondes - juif, arabe et occidental - risquent fort de devoir envisager une nuit sans fin.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis