Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 11:58

 

 

 


 

 

Bushehrville-forte !

Par Gilles

aschkel.info et lessakele.



 

 

 

 

 

 

Bushehr, ville-forte !

Le site de Bushehr est l’une des cinq zones les mieux protégées d’Iran, aussi, nous avons quelques doutes sur l’usage final des barres de combustible que la Russie doit livrer à l’Iran la semaine prochaine dans le cadre du démarrage du réacteur à eau légère de la ville.

Voici la centrale nucléaire en travaux sur une photo satellite d’août 2009.

 

 


 

 

 

 busheir-2.jpg

 

Outre la présence d’avions de chasse, la place est protégée par de l’armement anti-aérien conventionnel et par des systèmes SAM, missiles sol-air. En voici le détail (les sites cités ne sont pas tous équipés, l’Iran protège une partie de ses armes dans des bunkers et ne les sortira qu’en cas de nécessité)

 

Armement conventionnel :

4 sites de canons bitubes avec système de radar et contrôle de tir SkyGuard,

15 sites de canons bitubes GDF de 35 mm,

6 sites de canons bitubes de 23 mm ZU 23.

 

Armement SAM (Missiles anti-aériens)

3 sites de lancement de missiles HAWK, (vides)

1 site de lancement de HQ-2/Sayyad-1,

2 sites de lancement de HQ-2B,

1 site de lancement de S 200, (SA 5 Gammon code Otan).

Site HQ-2/Sayyad-1 à 13, 5 km de Buchehr, Ouest-nord-ouest à proximité de la ville de Choghadak             

 

 

 

busheir-3.jpg

 

 

Premier site HQ 2B

 

busheir-1.jpg

 

Second site HQ 2B

 

busheir7.jpg

 

L’un des sites HAWK à proximité de la ville de Heleylah

busheir-6.jpg

 

 

 

L’ile de Khark, au Nord-ouest  de la ville. 

 

busheir4-ile-de-Khark.jpg

 

 

 

 

De plus, l’ile de Khark, au Nord-ouest de la ville est aussi protégée par un HQ 2B

 

buscheir8.jpg

 


Bushehr Province
استان بوشهر
—  Province  —
Map of Iran with Bushehr highlighted
Location of Bushehr within Iran
Coordinates: 28.9184°N 50.8382°E
Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 19:01

 

 

L’IRAN ACTIVE SON PREMIER REACTEUR NUCLEAIRE A BUSHEHR

Par Jacques BENILLOUCHE

http://benillouche.blogspot.com/2010/08/liran-active-son-premier-reacteur.html

           

Les autorités israéliennes ne cachent pas leur préoccupation devant l’annonce imprévue, le 11 août, de l’activation du premier réacteur nucléaire iranien à Bushehr [1]. L’agence russe d’énergie atomique (Rosatom) a révélé que la Russie aidera à charger le réacteur de combustible le 21 août.  Le porte-parole de l'Agence russe à l'énergie atomique Sergei Novikov a précisé : « Cela signifie que la période d'essai est terminée et que le lancement physique a commencé, mais cette période prendra deux mois et demi. » Une cérémonie de lancement est prévue avec la présence conjointe de Sergei Kiriyenko, directeur de la Rosatom et Ali Akbar Salehi, directeur de l’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran......


Lire la suite de l'article sur le blog  (cliquez):  

http://benillouche.blogspot.com/2010/08/liran-active-son-premier-reacteur.html
--
Jacques BENILLOUCHE
http://benillouche.blogspot.com/
Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 16:42

 

 

 

 

banner aschkel et gil-copie-1

 

 

Dezful, site de la 4ème base aérienne de la République islamique d'Iran  Par Gilles

Pour aschkel.info et lessakele.

 

La base aérienne de Dezful (le très fort en ancien persan), ou Vahdat Hava’i Paygah, se situe dans la province du Khuzestan, à proximité de la frontière irakienne. Elle abrite 3 escadrons de chasseurs d’appui tactique, le 41ème,  le 42ème et le 43ème équipés de F5E Tiger dont certains sont appareillés pour la reconnaissance. Elle est aussi utilisée comme centre de formation.

Quelques dates :

20 septembre 1980 : les MIG 21 et 23S irakiens attaquent (entre autres) la base (sans un grand succès),

20 septembre 1980 : les F-4 Phantoms décollent de la base pour une riposte sur l’Irak (avec succès),

22 septembre 1980 : les troupes terrestres irakiennes entrent en Iran, c’est le début de la guerre,

Octobre 1980 : les troupes au sol irakiennes attaquent la base,

A cause du manque de pilotes, le Président iranien Bani Sadr se voit contraint de libérer des pilotes emprisonnés pour soupçons de fidélité au Shah afin de venir en aide à l’infanterie et l’artillerie iranienne,

29 septembre 1997 : 5 chasseurs bombardiers Phantom partent de Dezful bombarder le camp des Moudjahidine du Peuple près de Kout en Irak, simultanément, 4 chasseurs F5 Tiger décollent bombarder le camp des Moudjahidine du Peuple de Jalula, en Irak toujours,

2005 -2007 : entraînement à Dezful (contre toute règlementation internationale) des pilotes soudanais à voler sur des jets d’attaque au sol A-5. Dix jets chinois de type Nanchang Q-5 (code Otan A-5s) ont été acheté par le Soudan grâce à des financements iraniens, les pilotes ont été formés à Dezful et certains de ces jets ont été déployés à l’aéroport de Nyala au Darfour en violation de la résolution 1591 de l’ONU. Ces appareils ont porté de nombreuses attaques au Darfour.

 

Protection de la base :

 

Les avions sont abrités dans des hangars à structure renforcée, les bombes et missiles sont stockés dans des bunkers, la base est protégée par des batteries de missiles sol-air chinois HQ 2B et encore par de la DCA.

 La preuve par l’image :

Base aérienne de Dezfuldezful-la-base.jpg

 

 Hangars blindés abritant les avions

dezful-hangars.jpg

 

 Bunkers de munitions

dezful-bunker-armement.jpg

 

Défense anti-aérienne DCA

dezful-site-DCA.jpg

 

Site SAM missiles sol-air HQ 2B

dezful-HQ-2B-a-l-Ouest.jpg

Par Aschkel - Publié dans : Histoire de Conflits - Communauté : L'Equipe J.A
Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 09:50

 

 

 

 

 


L'explosion d'une bombe tue le chef du programme de drone militaire iranien.

 
 Reportage exclusif de Debkafile  16 Août 2010, 7:45 AM (GMT+02:00)

 

Adaptation : Marc Brzustowski

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 

 


Le Hezbollah dispose de drones mojaher 4 primitifs

 

 

 

Les sources militaires et de renseignement de Debkafile révèlent que, le 1er août, Reza Baruni, le père du programme d'engins sans pilote de l'armée iranienne, a été tué dans une explosion puissante qui a entièrement détruit sa villa, pourtant, étroitement surveillée. Il vivait dans le quartier isolé à grande échelle réservé aux hauts responsables iraniens dans la ville du Sud d'Ahwaz, dans la région riche en pétrole du Khuzestan.

Rares étaient les personnes dans le pays même, en dehors des dirigeants au sommet et ceux de l'armée de l'air, à savoir en quoi consistait son travail, de façon à ce que sa mort éventuelle ne soit pas perçue comme un coup fatal porté au programme de drones de l'armée, risquant de la paralyser pour plusieurs années.

 

La version officielle s'est contenté de reprendre et de diffuser le prétexte éculé de l'explosion d'une bouteille de gaz comme « étant la cause de l'explosion". Cependant, les sources du renseignement de l'hebdomadaire de Debkafile confient que des bombes ont été déposées en au moins 3 recoins du bâtiment et ont été programmées pour exploser de façon simultanée et provoquer l'effondrement des plafonds sur ses occupants. Celui qui a déposé les bombes doit, par conséquent, avoir eu accès au domicile des Baruni.

Les autorités ont tendance à faire porter l'accusation sur des organisations clandestines représentant le combat de la minorité arabe locale Ahwazie pour l'auto-détermination et contre ce régime répressif. D'autres suspectent que les services de renseignement de certains Emirats du Golfe ont pu commanditer le meurtre de Baruni. Dissimulé derrière son personnage public de major de l'armée à la retraite, l'homme assassiné a créé le programme iranien de fabrication de drones militaires pour le mettre à la hauteur des enjeux et former une nouvelle génération d'ingénieurs et de planificateurs afin de relever le défi. Mais, malgré ses efforts et les sommes colossales investies par l'Iran dans cette industrie, le produit n'est jamais parvenu à atteindre les critères avancés auxquels n'aboutissent qu'un très petit nombre de pays.

Il y a cinq mois, le secrétaire à la défense et à la sécurité, Robert Gates a déclaré devant le Comité du Sénat concerné par ces questions que «  des pays comme l'Iran développent leurs propres engins sans pilote et disposent déjà des capacités de ces engins. C'est un sujet de préoccupation parce que cela ne manque pas de zones par là, s'ils en choisissaient une -en Irak, en Afghanistan -où ils peuvent vraiment nous causer des problèmes ».

 

Il existe aussi une préoccupation grandissante que la technologie des drones puisse être vendue à des groupes terroristes. Gates répondait au sujet d'une déclaration du délégué iranien à la coordination de l'armée de l'air, le Général de Brigade Aziz Nasirzadeh, disant que l'Iran avait réussi à passer les tests du prototype de son premier « drone furtif construit à domicile », appelé le « Sofeh Mahi ( lueur de la mante). » Il se vantait aussi que le drone «  du fait de ses propriétés physiques et du matériel utilisé pour sa carlingue, ne pouvait être détecté par aucun radar ». Mais il a aussi introduit une remarque prudente en expliquant que le processus de production ne devrait pas être lancé tout de suite, dans la mesure où des systèmes aussi complexes nécessitaient des analyses minutieuses et des périodes de tests exhaustives.

Selon les sources de Debkafile : la mort de Reza Baruni risque plus sûrement, dans un avenir prévisible de remiser dans la naphtaline le projet ambitieux de l'Iran de développer des engins sans pilote sophistiqués.

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 23:02

 

 

 

banner aschkel et gil-copie-1    

 

 

 

 

Iran, Corée du Nord et les autres : les missiles

Par Gilles

Pour aschkel.info et lessakele.


nouri.png

Nouri Industrie, Complexe de Khojir.

Nous présentons ci-après un résumé de l’histoire du développement des missiles par la Corée du Nord et l’Iran avec l’appui de tous leurs amis …

 1973 : l’URSS livre les premiers SCUD-B à l’Egypte

1976 : l’Egypte livre des SCUD-B à la Corée du Nord en échange d’un appui nord-coréen durant la guerre de Yom Kippour (des pilotes et de l’armement nord-coréens ont bombardé les troupes israéliennes)

1985 : grâce à un financement de l’Etat iranien, la Corée du Nord recopie puis développe le SCUD-B qu’elle nomme le HWASONG.

Programme nord-coréen :

            Copie du SCUD-B : portée 280 km

             HWASONG-5 : portée 325 km (livraison de 100 éléments à l’Iran en 1987)

             HWASONG-6 : portée 550 km (premières livraisons à l’Iran en 1988 – et à la

             Syrie -, puis livraison de 200 éléments à l’Iran en 1991)

             NODONG 1 et 2 : portée 1300 km

            TAEPO DONG 1 : portée 2000 km

            TAEPO DONG 2 : portée 6000 km (en cours de développement)

1988 : aide à la construction en Iran d’une usine de fabrication de H-5

1991 : livraison à l’Iran de H-6 en kit

1991 : livraison de H-6 à la Syrie

Avec l’aide, entre autre, du bureau d’étude soviétique Makeyev, la Corée du Nord construit le premier No-Dong 1 en 1990, premier tir en 1993 avec une portée réussie de plus de 500 km. Le développement du programme en est au Taepodong 2 dont le tir en mai 2009 s’est achevé en mer de Chine à 3000 km du pas de tir.

 

Autres dates :

1988-1991 : livraison à l’Iran de centaines de Scud par l’Union soviétique

1990-1992 : appuis chinois à l’Iran pour la mise au point de l’Iran 700 (portée 700 km et du Tondar 68 (portée 1000 km)

1993 : Accord secret entre la Corée du Nord, l’Iran et le Pakistan afin de développer des missiles à portée de 1300 km

1998 : premiers vols de missiles à portée de 1300 km pour ces trois nations.

 

Programme iranien

L’Iran développe le programme de missiles Shahab 4 (portée 2500 km) qui semble être un programme intermédiaire pour le lancement du Shahab 5  (portée 5500 km). Le moteur du Shahab 4 est basé sur le modèle de celui du missile russe SS 4, pour cela 7 sociétés d’armement russes ont aidé à son développement.

Le Shahab 5 est lui basé sur le modèle du missile Taepo Dong 2 nord-coréen, dans ce cadre (et dans le cadre du nucléaire militaire), des échanges d’ingénieurs sont à ce jour permanents entre la Corée du Nord et l’Iran.

Il ne fait aucun doute que le Shahab 5 est destiné à lancer des ogives nucléaires. Pour cela le régime iranien a mis au point, avec l’aide d’ingénieurs nord-coréens, le complexe de Khojir au Sud de Téhéran.

La chaine de fabrication de ce projet est aux mains des Gardiens de la Révolution par le biais du groupe national Aerospace Industries Group qui détient les industries Hemmat. Les industries Hemmat sont elles divisées en de nombreuses branches :

-       Industries Nouri (code 8500) ; fabrique des ogives classiques ;

-       Industries Rastegar (code 4500), fabrique des moteurs de missiles ;

-       Industries Cheraghi (code 3000), fabrique des réservoirs ;

-       Industries Kolhar (code 1500), fabrique des systèmes de lancement :

-       Industries Moyahed (code 7500), fabrique des corps des missiles et assemblage final ;

-      Industries Varamini (code 6000), fabrique des systèmes de guidage et de contrôle

-      Industrie Karimi (code 2500), fabrique des têtes nucléaires.

 

Si l’Iran possède aujourd’hui assez d' uranium enrichi pour alimenter deux bombes, il n’a pas encore la capacité de maîtriser le feu nucléaire, cette capacité sera effective d’ici deux ans. Mais il est capable d’alimenter ses nombreux Shahab en bombes sales.

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 18:49

 

Ré-écrit par un groupe canadien : Blurred Vision dont deux musiciens sont d'origine iranienne. Ils ont obtenu la bénédiction et l'autorisation de Roger Waters (Pink Floyd) pour cette petite modification dans les lyrics : 

 

(Hey Ayatollah, Leave Those Kids Alone!)

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 18:23

http://www.israel7.com/2010/08/

L’Israélien Gili Haïmovitz a remporté une médaille d’or en Tae-Kwon-Do aux olympiades de la jeunesse à Singapour. Cette victoire a été obtenue par forfait. L’adversaire iranien Mouhamad Solimani ne s’est pas présenté en finale face à l’Israélien, le prestige national perse lui interdisant de perdre la face contre un Juif.

Gili Haïmovitz se joint ainsi à son ainée, Bat-El Lederer, une jeune femme résidente de l’implantation de Kochav Yaacov et fille d’une famille francophone d’Israël, qui a honoré le Tae-Kwon-Do israélien lors de compétitions internationales.

 Dans la délégation française de Tae-Kwon-Do, observatrice de ce mini drame, on a ironiquement fait remarquer, dans ces termes: « face à l’Israélien, l’Iranien s’est dégonflé ».

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 17:11

 

 

L'Iran active sa première centrale nucléaire  

La centrale de Bouchehr.

Le démarrage de Bouchehr, grâce au combustible russe, inquiète les États-Unis, qui le jugent «prématuré». 

Moscou a tenu sa promesse. La Russie mettra en route la première centrale nucléaire d'Iran le 21 août, ont annoncé vendredi la Russie et l'Iran. La nouvelle, bien que prévisible, ne fait pas plaisir à Washington. Quand le premier ministre Vladimir Poutine avait indiqué, en mars, que Bouchehr fonctionnerait dès cet été, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, avait jugé la date «prématurée». La centrale est destinée à produire de l'électricité avec du combustible fourni par la Russie, mais les États-Unis souhaitent ne rien céder à Téhéran avant que l'Iran, soumis à de lourdes sanctions par le Conseil de sécurité de l'ONU, ne mette fin à toute autre activité nucléaire.

La décision russe divise le «groupe de Vienne» formé de la Russie, des États-Unis et de la France. La Russie, bien que préoccupée par la construction d'une bombe iranienne, a toujours soutenu que la centrale de Bouchehr n'avait rien à voir avec un éventuel projet militaire. La France soutient la décision irano-russe, tout en insistant sur l'autre partie du programme nucléaire iranien. Le démarrage de la centrale est «une raison supplémentaire» pour que Téhéran «suspende ses activités nucléaires sensibles» , a commenté vendredi Paris. Pour le porte-parole du Quai d'Orsay, qui rappelle que Bouchehr est autorisée par l'ONU, «l'Iran ne peut y utiliser de combustible autre que le combustible russe. L'enrichissement d'uranium par l'Iran ne peut donc avoir pour justification de contribuer au fonctionnement de la centrale de Bouchehr».

Le projet est ancien. Commencé avant la révolution islamique de 1979 par le groupe allemand Siemens, puis abandonné, le chantier avait été repris en 1994 par la Russie. Les responsables russes ont souligné que le développement de Bouchehr se faisait sous le contrôle de la Russie et de l'AIEA. Selon le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, l'Iran a invité les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à assister à l'opération de lancement. «Le combustible, déjà livré par la Russie, est sous scellés et les inspecteurs de l'AIEA doivent être présents pour les enlever», a ajouté M. Salehi. D'après l'accord avec la Russie, l'Iran aura l'obligation de remettre plus tard à Moscou les barres de combustible usagées.

L'agence russe du nucléaire a rappelé vendredi que la mise en route prendrait du temps : «Après trois à quatre mois, le bloc énergétique sera à sa puissance minimale de 1 %», a précisé un porte-parole, et il faudra «six à sept mois pour atteindre la puissance maximale de la centrale».

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 00:50

 

 

 

 

banner aschkel et gil-copie-1

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Cette nouvelle fenêtre du site  propose au lecteur des documents peu ou pas diffusés de conflits anciens, modernes ou en cours. Son intérêt porte sur la découverte d'informations discrètes pour le public francophone.

 

 

 

Exclusif:Les missiles de la défense anti aérienne (SAM) de l’Iran

Par Gilles

 

 

tabriz.jpg

Alors que la frappe contre l’Iran nucléaire semble se préciser, il est bon de s’arrêter quelques temps sur les moyens de défense anti-aériens du pays par le biais de ses missiles.

Le SAM de l’Iran est basé sur des éléments occidentaux, acquis avant 1979 puis des éléments russes, chinois ainsi que de la fabrication locale (copie de modèles existants).

Il existe actuellement en Iran 41 sites SAM actifs, de nombreux autres sites sont bâtis ou en préparation, soit dans l’attente d’une augmentation de l’armement, soit pour disperser les moyens existants avant une frappe, soit, simplement en vue de tromper les éventuels ennemis par des zones fictives.

Ces sites sont équipés de :

Missiles Hongqi-2 (HQ2) : missiles chinois basés sur le modèle du S-75 russe (code OTAN : missiles SA-2 Guideline). Le Chine a vendu des HQ2 à l’Iran durant la guerre Irak-Iran, en 1986. En 1987, l’Iran a acheté 8 batteries supplémentaires de HQ-2 à la Chine. Ensuite, la Chine a modifié le HQ-2 en missile balistique connu sous le nom de CSS 8 ou M-7 ou Projet 8610 selon la terminologie communiste de l’époque. Des batteries de CSS 8 ont été exportées vers l’Iran en 1992 (la Chine en aurait également fourni à l’Irak  à cette époque …). 60 lanceurs dont certains équipés par la version iranienne Sayyad-1.

Missiles HAWK : missiles américains acquis en 1972 par le régime du Shah, version basique du modèle, MIM-23A. L’Iran possède environ 30 lanceurs pour missiles HAWK.

Missiles S-200 : ou code Otan : SA-5 Gammon ou « code Iran » : Almaz-200 Angara, missiles de fabrication russe, l’Iran a acheté 25 missiles S-200 à l’URSS en 1991 et 10 de plus à l’Ukraine en 1993. Il semble que l’Iran ait pu copier le modèle en produisant six batteries de missiles Ghareh.

Missiles 2K-12 : ou code Otan : SA-6 2 K12 Kub Gainful ; 25 lanceurs dont 8 vendus par la Syrie en 1995. (Missiles de moyenne portée, fabrication russe)

Missiles SM-1 Fajr : missiles de fabrication iranienne dérivés de l’US RIM 66, missile surface-air développé pour la marine US.

Systèmes TOR M-1E : (code Otan : SA-15 Gauntlet) 9 systèmes TOR de 7 batteries de 4 lanceurs achetés à la Russie en 2005 soit 232 missiles 9M331. (un système comprend le radar, 7 batteries de 4 lanceurs et les missiles)

Systèmes Pantsyr : système russe, la Russie a livré 12 batteries de Pantsyr à l’Iran via la Syrie en 2007/2008. Le journaliste Ivan Safronov, chroniqueur couvrant les affaires militaires pour le quotidien Kommersant a été abattu pour avoir dénoncé cette affaire dans plusieurs articles.

FM-80 : (code Otan : HQ-7) missile de courte portée chinois, copie du Crotale R440 français.

9K33 Osa-AKM : (code Otan : SA-8 Gecko), missiles de courte portée montés sur système mobile, fabrication russe. (Des SA-8 Gecko ont été livrés par l’Iran au Hezbollah libanais via la Syrie)

  De plus, un système en réseau de 24 radars assure la surveillance du ciel, ils sont installés en périphérie du pays (un tiers le long du golfe Persique) ainsi qu’à proximité d’Arak et d’Ispahan (radars AR-3D et radars chinois JY-14).

Exemple par l’image : site de lancement de missiles HQ2 CSS 8 de Tabriz (coordonnées sur Google Earth : 37° 58’04. 40’’ N   46° 10’40. 40’’ E .

Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 20:42

 

Hakan Fidan, l'agent de liaison "chi'ite" au sein du renseignement turc, est devenu, selon le quotidien italien Corriere della Sera, le courtier des petits transferts entre amis, depuis l'Iran jusqu'entre les mains de la milice libanaise inféodée au Velayat e-Faqih. La Turquie ("membres de l'Otan, doit-on le rappeler?) est donc le premier fournisseur d'armes sophistiquées d'origine israélienne ou américaine aux groupes terroristes affiliés à l'Iran et ouvertement anti-occidentaux. 

 


"L'Iran fournit le Hezbollah"
Par JPOST.FR 
12.08.10

La Turquie et l'Iran, fournisseurs du Hezbollah. C'est ce que révélait le quotidien italien Corriere Della Sera, mercredi soir.


PHOTO: AP , JPOST

Le chef des services de renseignements turcs, Hakan Fidan, aurait récemment rencontré son homologue iranien, Hossein Taeb, afin de parler des relations entre leurs pays respectifs.


Des sources anonymes auraient confié au journal italien que la Turquie "enverra des armes sophistiquées, des roquettes et des pistolets à la Syrie. L'arsenal sera ensuite transféré au Liban", où l'armée iranienne s'assurera de l'approvisionnement au Hezbollah.


Les Gardiens de la Révolution "faciliteront le transfert, assureront la sécurité, surveilleront les transports routiers et apporteront un soutien à la frontière", poursuit l'article. Les Iraniens auraient l'intention de fonder un réseau d'armement au Liban, similaire à celui du Soudan. Ils espèrent également aider le Hamas.

Les services de renseignements occidentaux "prennent ce complot irano-turc très au sérieux", ajoute le journal. "Les services de renseignements à Ankara font partie des meilleurs de la région", précisent d'autres sources.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis