Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 20:38

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

http://www.raison-garder.info/2011/03/violence-symbolique-et-realite-politique/

 

VIOLENCE SYMBOLIQUE ET REALITE POLITIQUE

 

VIOLENCE SYMBOLIQUE ET REALITE POLITIQUE

 

"Peace is War". George Orwell

 

 

 Cliquez ici pour télécharger "La guerre d'Oslo" de Ephraïm Karsh et Joel frishman,  préface de Shmuel Trigano

 

"La guerre d'Oslo", la formule est aussi violente que celle de "processus de paix" qui a désigné cette guerre d'un type nouveau dans laquelle Israël s'est trouvé projeté depuis 1993. L'expression de "processus de pays", universellement employée encore aujourd'hui, impliquait bien en fait que "la paix", ici désignée, pouvait connaître des éclipses meurtrières. Mais que "la paix" ait pu être évoquée pour définir la stratégie de guerre révolutionnaire palestinienne, le cycle de terrorisme, la dissimulation des intentions, la mise en accusation systématique d'Israël, reste une des violences symboliques les plus grandes de ce début de XXIème siècle. La perception du conflit en est ressortie totalement brouillée sur la scène de l'opinion publique internationale. Les responsabilités ont été falsifiées, les catégories morales, perverties.

 

Continuer la lecture 

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 17:29

 

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

L’ UPM ET L’ UMP, par Raphaël DRAÏ

 

Le remaniement ministériel, effectué dans l’urgence et annoncé ce dimanche,  porte Alain Juppé à la tête du Quai d’ Orsay. Il y succède à Michèle Alliot-Marie, victime d’une  escapade irréfléchie dans la Tunisie de Ben Ali. Le Canard Enchaîné a fait le reste. Alain Juppé est, à n’en pas douter, un homme d’expérience  qui  a déjà occupé ce poste,où il a laissé une excellente trace. Que faut –il lui souhaiter ? Qu’il ne mette pas trop vite ses pas et son intelligence dans ce bourbier que l’on nomme : « la- politique- arabe- de –la- France ».

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 17:36

 !cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

Shmuel Trigano : « Voir le judaïsme du dehors et du dedans »

 février 22nd, 2011   claude-Europe-Israël.org

Share  

trigano_1_-69d0bPhilosophe et sociologue, Shmuel Trigano élabore, dans un livre fleuve, une théorie générale qui mêle la Genèse et Marx, la Torah et Spinoza.

 

 C’est son dix-huitième livre. Mais c’est aussi le premier d’entre eux, l’essentiel, qui rassemble les fils dispersés en un paysage unique. Depuis son ouvrage inaugural, Le Récit de la disparue. Essai sur l’identité juive (Gallimard, 1977), on savait Shmuel Trigano philosophe.

 

Sans cesser de l’être, il est apparu aussi sous le visage d’un professeur de sociologie à l’université Paris-X. Ce sociologue hyperactif fonde, en 2000, l’Observatoire du monde juif, s’engage dans plusieurs polémiques, crée en 2006 la revue Controverses, qui porte bien son titre.

Longtemps, il eut l’impression de mener une double vie, comme les marins, un amour dans chaque port. C’est fini. Car ce millier de pages réunit ses divers chemins de pensée. « Au bout de quarante ans de cheminement, il arrive qu’on se retourne et qu’on comprenne le chemin qu’on a suivi. J’ai eu la chance extraordinaire de vivre un moment de ce type-là », dit-il.

Schématiquement, le sociologue s’est demandé, en parlant comme Max Weber : un «  idéal-type «  du judaïsme est-il pensable ? Le philosophe a répondu en proposant une théorie générale, un modèle capable de rendre compte de tous les aspects du judaïsme – des plus intérieurs aux plus externes, des plus classiques aux plus hétérodoxes. La construction de ce modèle ouvert fait se rejoindre métaphysique et histoire, ontologie et politique.

 

Retour au texte

Tout a commencé, paradoxa-lement, par saint Paul. « Quelle logique interne au système pouvait expliquer qu’on en sorte tout en s’inscrivant, d’une certaine ma-nière, dans son sillage ? J’ai commencé à poser cette question en travaillant à un livre publié en 2003, L’E(xc)lu. Entre Juifs et chrétiens. Je me suis aperçu en chemin qu’un certain nombre de juifs "non juifs" – qui le sont pourtant tout en affirmant qu’ils se déjudaïsent – tels que Paul, Spinoza, Freud, Marx – présentaient des parallélismes frappants dans des registres intellectuels totalement différents. Cela m’a conduit à aborder le judaïsme du dehors de lui-même, à rendre possible une perspective qui rende compte de son éthique et de son ethos, à en élaborer un idéal-type plus vaste que toutes les formes effectivement réalisées dans l’histoire, et si pos-sible en mesure de les englo-ber toutes. »

A partir de là, retour au texte biblique, immersion dans l’hébreu. Exploration d’un autre paysage, un lieu métaphysique de l’être juif, qui se déploie dans un mouvement de dédoublement. Alors qu’on croit le monothéisme régi avant tout par un principe d’unité, Shmuel Trigano fait voir au coeur du judaïsme le jeu perma-nent d’une dualité. Elle in-tervient entre les deux sexes, mais aussi, dans le texte biblique, entre deux Eden, deux langues, deux rituels, deux Torah, deux noms de Dieu, deux royau-mes d’Israël… Mais cette dualité n’équivaut jamais à un dualisme qui mettrait face à face des éléments depuis toujours séparés et distincts.

Tout se joue, au contraire, dans une perpétuelle déhiscence interne, une séparation d’avec soi-même dont la création du monde fournit le premier modèle. « En hébreu, Dieu se nomme « l’être ». Il est tout l’être et cependant un monde apparaît : voilà le premier paradoxe que s’efforce d’explorer la pensée juive. Le surgissement de l’homme implique que Dieu s’absente de son propre monde, « se retire ». C’est autour de sa place vacante, de ce vide dont la figure féminine est la quintessence, que se constitue l’existence. Il en découle une autre idée fondamentale, celle d’un inachèvement du monde, qui fait corps avec ce processus originaire : Il s’agit toujours de savoir comment le « second être » adviendra – que ce soit l’homme par rapport à Dieu, la femme par rapport à l’homme, Israël par rapport aux nations, les Lévites par rapport à Israël, etc. »

Ce qui compte : Maintenir l’inachèvement, garant du souvenir et de la source de l’origine, laisser l’histoireouverte, toujours à poursuivre vers la naissance d’une humanité encore embryonnaire. « L’unité plane, mais elle ne se pose jamais. Elle siège toujours entre les deux visages de l’être, ne se réalise pas – ce qui est une autre façon de parler d’alliance, car il est impérieux, pour qu’elle existe, que les deux partenaires ne fusionnent pas. »

 

Termes grecs

Passant de la métaphysique à l’histoire, le philosophe-sociologue repère dans l’histoire du peuple juif la présence constante d’une altérité au dedans : « Le peuple qui porte ce paysage de l’être est accompagné, à travers l’histoire, d’un autre intérieur. L’autre transcendant, bien sûr, mais aussi immanent. Depuis les temps bibliques, on peut repérer cette réalité structurelle permanente, présente sous toutes sortes de formes conflictuelles ou problématiques : au sein d’Israël (dissociation des Lévites et des tribus), mais aussi entre tout Israël et un autre qui est toujours là, le Samaritain, le Cananéen, le Philistin, aujourd’hui le Palestinien. »

Parmi toutes les questions à poser, en choisir une, laissant l’histoire inachevée. Les matériaux de ce livre sont presque tous hébraïques, les exemples et les notions sont empruntés à la Torah. Pourtant, des termes en provenance du grec – éthique, ethos, ethnos, ethnikos – structurent la progression des analyses.


Pourquoi n’avoir pas cherché les équi-valents hébreux ? « Le jeu sur cette racine grecque m’a séduit ! Il n’existe pas en hébreu. En fait, cette dualité du grec et de l’hébreu exprime exactement mon projet : voir le judaïsme du dedans et du dehors à la fois. Le projet de description est « grec », l’être à décrire est hébraïque. »

Une somme à la diversité de thèmes vertigineuse

UN GRAND MILLIER de pages. En perspective : la Genèse et Marx, Abraham et Spi-noza, les noms de Dieu et Freud, la Torah et ses avatars dans la chrétienté et l’islam. Voilà qui n’est pas courant. C’est même exceptionnel, car une vraie cohérence s’impose à mesure que se déploient les analyses.

Le projet de Shmuel Trigano est bien de mettre en lumière une matrice fondamentale du judaïsme, une structure profonde capable de rendre compte, par ses variations, aussi bien de l’orthodoxie rabbinique que des reniements du judaïsme par des juifs qui, en se déjudaïsant, prolongent en fait un même processus fondateur.

Cette somme est divisée en quatre grandes parties. Elles s’intitulent respectivement « Ethique » (les ancrages méta-physiques du judaïsme), « Ethnos » (le peuple d’Israël, – élection, séparation), « Ethos » (la manière juive d’être au monde, avec ou sans reli-gion), « Ethnikos » (ce que les nations dans l’histoire re-prennent du judaïsme ou en répètent en le transformant).

Sans doute faudra-t-il du temps pour entendre et discuter les apports de ce travail monumental, et en discerner toutes les implications. Mais il est d’ores et déjà assuré qu’il s’agit là d’une oeuvre de grande envergure, destinée à devenir une référence.

Source : JFORUM.fr, R.-P. D

Le Judaïsme et l’Esprit du monde, de Shmuel Trigano. Grasset, 1 056 p., 25 ¤. © Le Monde

 

colloque raison garder

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 10:53

 

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

TEMPS INCERTAINS, REPERES CLAIRS, par Raphaël DRAÏ

Donc Hosni Moubarak n’aura pas eu la possibilité ni la force de se maintenir au pouvoir. La « révolution Facebook », et surtout la CIA, seront venu à bout de sa résistance, afin qu’il abandonne définitivement la présidence de l’Egypte. Faut–il s’en réjouir ? Faut–il se lamenter ? Tous ces derniers jours, Barack Obama a paru hésiter, se chercher. En vérité, il savait que la partie était déjà largement jouée et il n’a pas tardé à en retirer le bénéfice, au moins médiatique. Alors a t –il ouvert les portes de l’espoir ou bien la boite de Pandore,  surtout depuis que des milliers de tunisiens« post- benalistes » tentent de gagner les plages européennes?

Continuer la lecture 

colloque raison garder

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 19:45

 

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

Un petit forfait entre amis, par Jean-Pierre Bensimon

le 13 février 2011

Pourquoi donc Alain Finkielkraut a-t-il reçu Stéphane Hessel, le 12 février dans son émission radiophonique hebdomadaire?[1] Il s'agissait de débattre autour de l'opuscule Indignez-vous! du médiatique vieillard. Des commentaires abondants ont souligné le néant de pensée comme le néant de vision de ce texte minuscule, une espèce de degré zéro de l'anti-sarkozisme d'extrême gauche.[2]

L'homme par ailleurs, Finkielkraut ne l'ignore pas, a fait de la distillation d'une haine d'Israël sa raison d'être, au soir de sa longue vie. Son discours, particulièrement sommaire, se déroule en totale indifférence aux faits, sans épaisseur historique ni conceptuelle. On imagine difficilement que le contempteur du droit de l'hommisme ait pu attendre d'un bref débat radiophonique avec ce personnage, le jaillissement d'une quelconque idée ou un simple retour à la raison. Obligation imposée par France-Culture, volonté de surfer sur un phénomène éditorial aussi consternant qu'instructif (la brochure est déjà vendue à plus d'un million d'exemplaires), désir de donner le gage du politiquement correct pour ne pas être rayé de la grille des programmes?

Continuer la lecture 

colloque raison garder

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 22:26

colloque raison garder

 

 

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

Raison Garder a le plaisir de vous inviter à son prochain colloque international*

L'AVENIR DE JERUSALEM

le Dimanche 13 Mars 2011 de 9h30 à 18h

à l'Espace Reuilly

21 rue Hénard, 75012 Paris, Métro ligne 8, Montgallet.

Entrée: 15 €

Places limitées, il est préférable de réserver

Inscrivez-vous en envoyant un e-mail à l'adresse: conference@raison-garder.info  

    Continuer la lecture 

jerusalem.jpg

 Comment la ville où fut proclamée l’unité du genre humain, la ville d’où sont  
 sorties des civilisations entières, est-elle devenue la pierre de touche  
 d’un conflit dans lequel la planète se sent engagée ? 
 La résurgence en ces lieux du peuple qui en a porté l’idéal à l’origine  
 et tout au long de l’histoire est au coeur du problème mais aussi le refus de  
 cette présence souveraine qui, pour la première fois dans l’histoire,  
 y a assuré la liberté de religion et de croyance. 
 Quels sont les enjeux, les impératifs et les éventuels dangers liés  
 à cette situation? C’est pour se confronter à ce défi que Raison Garder ouvre le débat. 

*en collaboration avec l’Observatoire du Monde Juif.

      Continuer la lecture 

PROGRAMME DETAILLE :

9h30-10h00 : accueil des participants

10h00-10h15 : Raphaël Draï et Shmuel Trigano

La question de Jérusalem, au miroir du conflit moyen oriental

10h15-10h45 : Armand Abecassis

L'unité entre la Jérusalem terrestre et la Jérusalem céleste comme condition de paix.

10h45- 11h15 : Eliezer Cherki

Une absence très présente : Jérusalem dans la tradition coranique – source du conflit et espoir de paix.

11h15- 11h45 : Sergio Minerbi

Les Eglises chrétiennes face à Jérusalem

11h 45-12 h30 : Jérusalem : le théologique et le politique

Débat avec les intervenants

Pause, 12h30-14h30

14h 30-15h00: Bat Ye’or

Jérusalem ou al-Kods?, Le choix de l’Union européenne et ses implications

15h- 16h00 : Nadav Shragaï

Israël et les Palestiniens : les dangers de la division de Jérusalem.

 

16h-16h 15 Pause

16h15-16h45 : Raphaël Draï

Le statut de Jérusalem et le droit international. Quel droit international ?

16h45-17h15 : Shmuel Trigano

Jérusalem comme symbole stratégique

17h15-17h45 : Table ronde : Une Jérusalem unifiée et la paix du monde

    Continuer la lecture 

LES INTERVENANTS :

Armand Abecassis

Professeur émérite de philosophie générale et comparée à l’université Michel de Montaigne, Bordeaux III. Écrivain. Titulaire du prix de l’Académie des Sciences morales et politiques pour son œuvre sur la Pensée juive (4 volumes). Prix 2009 de l’Amitié judéo-chrétienne. Parmi ses ouvrages, La Mystique du Talmud, (1994), En vérité je vous le dis, une lecture juive des Évangiles (1999-2001), Judas et Jésus, une liaison dangereuse ( 2001), Puits de guerre, source de paix (2003) , L’Univers hébraïque.Du monde païen à l’humanisme biblique, (2003), Rue des Synagogues (2008), Il était une fois le Judaïsme. (à paraître 2011).

Bat Ye'or

Née en Egypte, déchue de sa nationalité et forcée de s'expatrier, s'est spécialisée dans l'étude de la condition des Juifs et des Chrétiens sous l'islam. Pour définir cette condition elle a conçu un nouveau concept: la dhimmitude, et l’a analysé dans ses ouvrages. Ses deux derniers livres, Eurabia : l’axe euro-arabe (Jean-Cyrille Godefroy, 2006), et L’Europe et le spectre du califat (Les provinciales, 2010), traitent des modes de propagation moderne de la dhimmitude en Europe.

Eliézer Cherki

Orientaliste au ministère israélien de la Justice.

Raphaël Draï

Professeur émérite de science politique et de droit. Enseigne à l'IEP d' Aix et à l' UFR de psychologie clinique et de psychanalyse de Paris VII. Parmi ses derniers ouvrages:  Les Pays d'après, (2009) ; Grands problèmes politiques et sociaux contemporains, (2009) ; Le plus grand mensonge du monde , Théorie juridique et théorie psychanalytique (2010) ; Totem et Thora, anthropologie biblique et anthropologie psychanalytique (à paraître, 2011).

Sergio Itzhak Minerbi

Ancien ambassadeur d’Israël en Côte d’ivoire et auprès des Communautés européennes, docteur en histoire de la Sorbonne, professeur invité dans différentes universités, auteur d’une centaine d’articles scientifiques et de 11 livres parmi lesquels L’Italie et la Palestine, 1914-1920 (1970), The Vatican and Zionism (1990). Il mène actuellement une recherche sur les relations entre l’Eglise catholique et les Juifs, notamment autour de la Shoah.

Nadav Shragaï

Directeur de recherches au Jerusalem Center for Public Affairs de Jérusalem, spécialiste du conflit autour de Jerusalem. Parmi ses ouvrages, Le Mont Moria, la bataille du Mont du Temple, Juifs et Musulmans, religion et politique (1995), La mère sur la route: l’hstoire du Tombeau de Rachel (2005), Les dangers de la division de Jérusalem (2008), Planification, démographie et géopolitique de Jérusalem (2010). De 1983 à 2009, journaliste et commentateur à Haaretz, actuellement au journal Israel Hayom.

Shmuel Trigano

Professeur des Universités, président de l’Observatoire du monde juif, directeur des revues Controverses et Pardès, auteur de 18 livres dont L’ébranlement d’Israël, philosophie de l’histoire juive (2002), Les Frontières d’Auschwitz, les dérapages du devoir de mémoire (2005), Le judaïsme et l’esprit du monde (2011).

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 20:40

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

UNE « REVOLUTION ARABE » ?

Les gauchistes vieillissants se sont extasiés sur ce que la presse a identifié comme « la révolution arabe », l’aurore de la démocratie dans le monde arabo-musulman. Remarquons tout d’abord que ce pieux souhait exprimé dans des trémolos dithyrambiques révèle un dépit envers ce monde-là. Au fond du soutien conditionnel à la cause arabo-palestinienne, se terre une conscience refoulée d’un jugement négatif sur l’absence de liberté qui la sous-tend.

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 20:38

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

De l’enfant Al Doura aux animaux : toujours le meurtre « rituel »

La campagne actuelle contre « l’abattage rituel » (une expression inventée au départ pour désigner l’abattage selon la cacheroute) a incontestablement des relents antisémites, même si il se pourrait bien que la chose reste inconsciente à ses initiateurs. Elle est manifestement dirigée contre l’islam mais elle prend le judaïsme en otage, pour démontrer son équité (un coup à gauche, un coup à droite) et donc l’absence de racisme dans son intention. Le problème que pose l’insertion de l’islam dans la République a été tellement refoulé et dévoyé par le politquement correct qu’il revient en masse à la façon d’un retour du refoulé, dans lequel les pires choses se mèlent dans la confusion. Ce qui ne peut s’exprimer légitimement revient sur scène dans l’excès et la stridence mais en se fixant sur des objets secondaires (Burka, etc).

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 12:01

 


Diner du CRIF: encore une occasion manquée de soutenir Israël

 février 10th, 2011   Europe-Israel.org

http://www.europe-israel.org/2011/02/diner-du-crif-encore-une-occasion-manquee-de-soutenir-israel/

 

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

 

crif

 

Share

Le Conseil Représentatif des Institutions Juives a encore manqué une belle occasion de soutenir Israël, lors de son fameux diner annuel au cours duquel Nicolas Sarkozy, un prétendu ami d'Israël qui condamne sans cesse, a fait une allocution destinée à souligner l'intransigeance des israéliens dans l'échec des négociations, oubliant au passage de souligner les positions absurdes de l'Autorité Palestinienne.

 L'ensemble de la communauté juive de Francemais aussi tous ceux qui, en France, soutiennent Israël auraient aimé que le Président Richard Prasquier prennent une position ferme face à Nicolas Sarkozy pour lui rappeler que la communauté juive soutenaient largement Israël.


Au lieu de cela, dans la droite ligne de JCall que le CRIF soutient à mot couvert, on n'a entendu qu'un silence assourdissant, voire pire une forme d'acquiescement de la politique du Quai d'Orsay qui tend à imputer à Israël la faute de l'échec des négociations et donc de faire de l'Etat Hébreu le seul responsable de la situation [NDLR : de gabegie] au Moyen Orient.


Rappelons que Nicolas Sarkozy avait affirmé il y a quelques semaines qu'Israël était responsable de la situation au Liban.


Ces dernières semaines, le CRIF a pris un virage JCalliste épousant de plus en plus la ligne politique du Quai d'Orsay afin de faire pression sur Israël pour arriver à une pseudo paix dans n'importe quelles conditions.


Exit l'appel à signer Raison Garder du CRIF du mois de mai 2010 : sur le podium du rassemblement du 22 juin  2010 on ne vit que Finkelkraut et BHL, signataire de JCall, le CRIF n'ouvrant jamais ses colonnes aux signataires de Raison Garder.

De plus Richard Prasquier, son Président, n'a pas hésité à rencontrer Mahmoud Abbas, accompagné d'un éminent cortège de personnalités bien connues pour ne pas soutenir Israël.

Ainsi le CRIF, qui prétend représenter la communauté juive de France, se marginalise et soutient une tendance de certains intellectuels juifs de gauche prêts à toutes les compromissions pour signer une paix improbable avec l'Autorité Palestinienne [NDLR : de plus en plus décrédibilisée, sauf aux yeux de ses soutiens putatifs des chancelleries en pleine panique régionale].


Ce diner représentera aux yeux de ceux qui soutiennent Israël une occasion manquéede plus de réaffirmer le droit d'Israël d'exister dans des frontières sures [NDLR : mais Aba Ebban ne disait-il pas : "les Palestiniens ne manquent jamais une occasion de manquer une occasion"... Ainsi en va t-il, désormais, du CRIF, à force de s'inspirer de l'admiration de grands hommes qui font l'histoire, comme Abu Mazen?].

Jean-Marc MOSKOWICZ pour Europe Israël

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 19:04

!cid B0237F8C5C094CC5A71BD10E1BC87C19@PCdeJeanMarc

 

OBAMA, JUSQU’A QUAND ? Raphaël DRAÏ

 

Au terme d’un bras de fer qui dure à présent depuis plus de 10 jours, Hosni Moubarak n’a pas quitté l’Egypte. La comparaison avec Ben Ali a fait long feu, si l’on peut dire. Mais a fait long feu aussi la diplomatie incohérente et dangereuse de Barack Obama et de sa Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton.

Continuer la lecture 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis