Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 10:17

CYBERSECURITE. Journée franco-israélienne de la CCFI : Les PME et les applications Web cibles privilégiées des pirates informatiques.

 

Son Excellence Yossi Gal, Ambassadeur d’Israël en France au 5ème Forum de Cyber-sécurité à la CCIP, lundi 4 avril 2011.

 

Compte-rendu de la Journée franco-israélienne de la CCFI par Marc Jacob, Global Security Mag.

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris (CCIP) et la Chambre de Commerce France-Israël (CCFI) ont organisé les 10e Rencontres économiques et technologiques France-Israël, 5e Édition du Forum annuel de sécurité Franco-Israélien. L’OWASP, l’Ecole de Guerre Economique et le CLUSIF étaient cette année particulièrement à l’honneur.

L’accent a été mis sur l’impact des cyber-attaques et des actes des cyber-guerres sur les PMEs et la sécurité des applications Web. Il a été démontré que les PME sont particulièrement vulnérables de même que les applications Web. De plus, tous nos intervenants ont reconnu que les outils de sécurité sont insuffisants pour parer les attaques et en particulier celles qui sont ciblées. De plus, selon Nicolas Ruff, expert sécurité d’EADS a suggéré que les entreprises victimes d’attaques fassent des « Class Action » contre les fournisseurs de solutions de sécurité…Tout un programme.

Après les traditionnels messages de bienvenue du Président de la CCI de Paris Pierre-Antoine Gailly et d’Henri Cukiermann, Président de la CCFI qui ont rappelé l’importance des relations économiques franco-israélienne les débats ont été lancés et animés par Dominique Bourra CEO de la société NanoJV .

Les PME au cœur des cyber-attaques

La première table ronde avant pour thème cyber-attaques ciblées et guerre économique, l’équipement des PME dans la lignede mire. Elle réunissait Pascal Lointier, Président du CLUSIF,Christian Harbulot, Directeur de l’Ecole de Guerre Economique et Itzik Kotler, CTO de Security Art. Pour Pascal Lointier, les équipements industriels de production sont aujourd’hui la ciblé des pirates informatiques, car ils sont accessibles par les réseaux. Par contre, les entreprises sont mal préparer à ces attaques. Il faudra plusieurs années aux Grands Comptes pour réduire ces risques. Il a cité le M2M qui est particulièrement vulnérable car la sécurité n’a pas été prévue. Cette technologie est embarquée dans de nombreux outils comme les imprimantes… Si dans les Grands Comptes le risque est mal pris en compte, c’est pire dans les PME…

Pour Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de Guerre Economique (EGE), créée il y a 10 ans, la cyber-guerre c’est à la fois des attaques sur des réseaux mais aussi la guerre de l’information. Cette dernière n’est pas nouvelle, déjà durant la guerre du Vietnam les Etats-Unis avaient certes gagné la guerre au niveau militaire mais avaient perdu celle de l’information. Effectivement, reprend Pascal Lointier l’informatique offensive a été utilisé lors de la guerre du Kossovo pour cartographier l’impact des cibles stratégiques détruits comme les réseaux de communication. Par contre, il a précisé qu’il ne faut pas confondre la cyber-guerre et les cyber-attaques. Pour nos intervenants, viser les PME c’est aussi agir pour déstabiliser les Etats.

Itzik KotlerCTO de Security Art société de conseils israélienne spécialisée entre autre dans l’audit de vulnérabilité a montré que les attaquants pouvaient utiliser des bombes logiques, des attaques en DDOS permanents, mais aussi du social engineering qui reste une arme très dangereuse. Bien sûr reprend Pascal Lointier, on peut avoir tous les outils de sécurité, l’agression psychologique est la plus difficile à parer : « bien souvent en étant poli on peut obtenir ce que l’on veut ». Ainsi, les actions de sensibilisations doivent être répétées afin que les utilisateurs adoptent un comportement sécuritaire sans tomber dans la paranoïa. Pour Christian Harbulot au-delà des failles humaines, il y a celle de la connaissance et de l’information. Itzik Kotler a présenté des outils permettant de produire des attaques ciblées quasiment imparables. Ainsi, il est possible d’attaquer les CPU, de faire de l’overvolting, du Power cycling… Pour lui aucun outil de sécurité ne protège à 100%, il s’agit donc pour un attaquant de trouver une seule faille pour s’y engouffrer. Souvent il ne s’agit pas d’utiliser des outils mais uniquement du social engineering en passant par les réseaux sociaux. Toutes ces attaques peuvent aussi être associées à des bombes logiques ou des DDOS. Christian Harbulot a déploré une absence de vision globale qui prendrait en compte la guerre de l’information. Pascal Lointier estime qu’il manque dans les entreprises une cartographie des enjeux de l’entreprise et une sécurisation des principales parties du SI à sécuriser en priorité. Dans ce contexte, les PME doivent bénéficier d’un accompagnement pour déployer des outils et faire une analyse de risque.

Puis plusieurs dirigeants d’entreprises israéliennes partenaires de l’événement ont présenté leur solution : Access Layers : contrôle d’accès; Covertix protection des données sensibles;GreenSQL est un firewall de base de données en Open Source LynuxWorks, société américaine d’analyse de malware LynxSecure securité des solutions de virtualisation, Radware load balancing ;  autre Skybox système automatique de gestion des risque et de compliance TeQualSociété de service en Outsourcing compagnie née d’une joint venture israélo-palestinienne;  Whitebox Security : IAM. 

 Roy Zisapel, CEO de Radware a fait une analyse des attaques qui ont eu lieu pour défendre Wikileaks. En préambule, il a montré que les attaques en DDOS se multiplient depuis 2009. De nouvelles techniques ont été mises en œuvre par les pirates informatiques comme le Slowloris qui permet de réaliser un DDOS lentement. Cette technique permet de contourner les outils de sécurité car les requêtes semblent normales. Dans l’affaire de Wikileaks, il faut noter que les attaquants sont passés par les réseaux sociaux pour diffuser leur malware destiner aux opérateurs bancaires VISA, MASTERCARD, PAYPAL… Pour cette attaque, les supporters de Wikileaks n’avaient qu’un outil à télécharger et saisir une l’URL de la société ciblée pour réaliser l’attaque. 

 Les applications Web dans la tourmente

Pour nos trois intervenants Ofer Maor, Président de l’OWASP Israël, Nicolas Ruff, Expert en Sécurité EADS et Yves Tenenbaum, Directeur Commercial France de Seculert les applications web sont particulièrement vulnérables. Ofer Maor citant les statistiques de l’OWAPS montre que 97% des applications Web sont vulnérables et plus de 90% des attaques se concentrent sur ces applications. Dans le Top des attaques on trouve comme à l’habitude les injections SQL, les attaques XSS, les mots de passes faibles… Pour lui, il est nécessaires de faire du test de pénétration, se protéger avec des WAF, mais surtout d’utiliser des méthodes de développement sécurisé comme le SDLC. Ce dernier point pourrait être le « Saint Graal ».

Toutefois, il faut tout d’abord former les développeurs, avoir des outils de test fiable…Mais c’est aussi un problème de coût de développement car il faut faire à la fois du test automatique et manuel. Pour y arriver, il faut aussi le soutien des managers et qu’ils allouent des budgets sécurité et R&D. Yves Tenenbaum a présenté rapidement l’offre de Seculert un système d’alerte pour trouver les machines infectées. Il considère que l’on sous-estime régulièrement les risques liés à la navigation Web, d’autant que les antimalware n’arrêtent en moyenne que 40% des malwares, de même les outils qui se basent sur la réputation web…. Nicolas Ruff a déploré qu’il n’y ait pas de procédure formelle de développement des applications Web. Pour lui, le W3C et l’HTML5 sont de véritables catastrophes en termes de sécurité. Il a rappelé que le SSL a été développé par un stagiaire et est régulièrement pirater. Les entreprises font trop souvent appellent pour le développement des applications à des entreprises Offshore qui utilisent des processus et des outils industriels sans aucune notion de sécurité. Ainsi, on arrive souvent à des problèmes qui au final peuvent couter aux entreprises. Ainsi, citant l’exemple de la récente affaire des pertes de données des bases de données par RSA, ces Tokens sont devenus peu sûr. Pour lui, la plus part des outils de sécurité ne protègent pas à la hauteur des « discours des vendeurs ». Enfin, il a conclu son intervention en s’étonnant qu’à ce jour il n’y ait pas encore de « Class Action » contre les vendeurs de solutions de sécurité !  La journée a été conclue par son Excellence Yossi Gal, Ambassadeur d’Israël en France qui a lui aussi rappelé l’importance des relations des échanges franco-israélienne en particulier en matière de nouvelles technologies.

 

Copyrights Global Security Mag : http://www.globalsecuritymag.fr

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 10:14

 

CHOC FRANCE ISRAEL. Le FORUM DE CYBER SECURITE du lundi 4 avril 2011 est-il simplement une conférence de plus réservée aux seuls experts ?

 

Pour beaucoup de dirigeants ou de cadres, tous secteurs d’industrie confondus,  «l’attaque de l’homme du milieu»,  n’évoque rien d’autre qu’une réminiscence de mauvais  films Z.  Et pourtant… Le fameux MITM (man in the middle) ou encore le Man in the Browser, vraies menaces logiques et physiques pour les petites et grandes entreprises,  seront au cœur des sujets évoqués lundi 4 avril à la CCIP à l’occasion du 5ème forum de cyber sécurité franco-israélien.

 

Confrontation au sommet donc avec d’un côté des  experts français de premier plan comme Pascal Lointier, président du Clusif, le think-tank hexagonal sur la sécurité de l’information; Christian Harbulot, l’un des meilleurs experts français en guerre de l’information et en  intelligence économique, ou encore Nicolas Ruff, expert sécurité d’EADS, à la pointe de recherche en sécurité informatique. De l’autre des étoiles montantes de la sécurité informatique, comme Security Art, Seculert, ou Covertix,  tous marqués du sceau de la Silicon Valley israélienne, à savoir : H’utzpa (audace suprême) et innovation de rupture.

 

Comme le dit en privé Ofer Maor, expert en tests d’intrusions et Président de l’OWASP Israel (organisation mondiale de la sécurité des applications) l’audace et l’innovation sont les deux faces d’une même médaille, « c’est l’un des secrets de la créativité israélienne, nous avons le culot de dire nous pouvons le faire et…nous le faisons ». Comment s’exprimera cette audace le 4 avril à la CCIP (chambre de commerce et d’industrie de Paris)? L’expert israélien Itzik Kotler dira par exemple, comment la meilleure façon de combattre de cyber crime est de se glisser dans la tête du cybercriminel, de s’approprier ses techniques et de les retourner contre lui. 

 

L’un des facteurs de surprise lundi à la CCIP,  viendra probablement de l’expression de convergences nouvelles entre français et israéliens. Ainsi pour Christian Harbulot : « En guerre de l’information il n’y a plus de politiquement correct ou incorrect c’est celui qui a l’initiative qui marque le maximum de points » (ici)…Un langage très proche de celui des experts de sécurité israéliens, tels que Nimrod Koslovski intervenant lors de la conférence du 8 mars dernier à l’Atelier BNP Paribas (ici)… Pascal Lointier pour sa part,  avec le recul et la pondération requise par sa fonction à la tête du club de la sécurité de l’information français,  accorde également depuis plusieurs années beaucoup d’attention et de respect à la vision portée par les israéliens. La conférence d’Itzik Kotler effrontément intitulée « Let me Stuxnet you » éveillera inévitablement en ouverture du forum, un échange assez vif entre les participants. Il faudra bien dire à l’issue du débat si, comme les israéliens le sous-entendent, toutes les entreprises, à commencer par les PMEs, seront les proies dociles des cyber-guérillas économiques annoncées. 

 

Idem pour la sécurité des applications web dont la fiabilité conditionne aujourd’hui toute l’économie numérique et donc l’économie tout court;  est ce que « le roi est nu » comme le chuchotent les meilleurs experts israéliens ou bien les «lignes Maginot»  informatiques suffiront-elles à endiguer les futurs tsunamis électroniques ? Roy Zisapel, patron de Radware, l’une des figures de proue de la sécurité israélienne,  attirera pour sa part   l’attention au cours d’une mini-conférence choc de 30 mn, sur les conséquences sécuritaires de l’affaire Wikileaks. Il  pointera à son tour les convergences entre cyber-menaces et guerre de l’information.  Avec  une certitude: ce n’est que le début et comme le nucléaire, cela concerne tout le monde…

 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

Programme du forum de cyber sécurité franco-israélien du 4 avril 2011 au siège de la CCIP

Liste des sociétés israéliennes, françaises et américaines présentes au 5ème forum de cyber sécurité

 

Dernières inscriptions sur place lundi matin avant le début des conférences,  sous réserve de places disponibles. Pièce d’identité nécessaire. 

Le forum de cyber sécurité est un événement co-organisé par la CCFI (Chambre de Commerce France Israel, présidée par M. Henri Cukierman) . Le Forum de cyber sécurité s’inscrit cette année dans la 10ème édition des rencontres économiques et technologiques France Israel de la CCFI.  

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 08:15

 

 

L’AVANT-GARDE DE L’OFFRE DE SECURITE CYBERNETIQUE ISRAELIENNE A PARIS LE LUNDI 4 AVRIL 2011.


Par Dominique BOURRA

 

 

LISTE  DES SOCIETES DE SECURITE REPRESENTEES AU

 5ème FORUM DE CYBER SECURITE FRANCE ISRAEL

 LE LUNDI 4 AVRIL 2011 A LA CCIP

 

ACCESS LAYERS  (IL) centralized horizontal security of all  network’s access points.

COVERTIX  (IL ) protection and tracking of confidential and sensitive documents.

 EGIDIUM (F) security convergence for critical sites

GREEN SQL  (IL)  Real-Time Unified Database Security.

LYNUXWORKS  (USA) Detect, Analyze and Heal Systems Targeted by Zero-Day and Single-Target Malware.

OWASP ISRAEL the Open Web Application Security Project (Israeli Chapter).

RADWARE (IL)   Leader in the magic quadrant for application delivery controllers.

SECULERT  (IL) cloud-based Cyber Threat Management service.

SECURITY ART (IL) protection against cyberthreats utilizing the  tools and techniques deployed by cybercriminals.

SKYBOX  (IL)  cyber threats  prevention and network compliance with regulations.

TEQUAL (IL –P) is a global Israeli-Palestinian provider of outsourcing services.

WHITEBOX  (IL) Identity Intelligence  real-time visibility of business activities.

 

Programme et modalités d'inscription  pour participer au 5ème forum de cyber sécurité France Israel  ]

[Liste des sociétés israéliennes, françaises et américaines présentes au 5ème forum de cyber sécurité]

 

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 14:53

COOPERATION RUSSIE ET ISRAEL : LA RUSSIE ET ISRAËL COOPÉRERONT DANS L'ESPACE. LA RUSSIE FABRIQUE LE SATELLITE DE TÉLÉCOM CIVILES AMOS 5, DESTINÉ À L'OPÉRATEUR ISRAÉLIEN SPACECOM.

MAR 201128

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Coopération
Publié le 28 mars 2011

 

La Russie et Israël ont conclu un accord de coopération dans l’exploration et l’utilisation de l’espace, rapporte le service de presse de l’Agence fédérale spatiale russe Roskosmos. La coopération spatiale entre les deux pays est à son étape initiale – “on établit des contacts entre les organisations de l’industrie aéronautique et on cherche de nouveaux domaines de coopération”, a indiqué le directeur de Roskosmos Anatoli Perminov.

“Toutefois, nous avons déjà eu plusieurs expériences de coopération mutuellement avantageuse avec Israël – des lanceurs russes ont placé en orbite cinq engins spatiaux israéliens. En outre, à l’heure actuelle la Russie fabrique le satellite de télécommunications civiles Amos 5, destiné à l’opérateur israélien Spacecom”, a poursuivi le responsable russe.

Selon les parties, le présent accord répond aux intérêts politiques et économiques des deux Etat et permettra d’encourager la coopération russo-israélienne dans le domaine de l’exploration de l’espace et de l’utilisation pacifique des technologies spatiales.

Source: RIA Novosti / Rian.ru

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 10:59

ISRAELVALLEY OCDE - CHRISTINE LAGARDE LANCE "LES JOURNEES ISRAELIENNES DE L'INNOVATION" (BERCY). STEVE GENTILI, PDG DE LA BRED, ORGANISE "LES ASSISES DE LA FRANCOPHONIE ECONOMIQUE EN ISRAËL"

MAR 201109

Par IsraelValley Desk
Rubrique: France - Israël
Publié le 9 mars 2011

 

CHRISTINE LAGARDE

http://www.israelvalley.com

Christine Lagarde (sur la photo), Ministre Française de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, a cité Montesquieu lors d’une soirée France-Israël qui a eu lieu en tout début de semaine à l’OCDE : « Le commerce, c’est une autre façon d’adoucir les mœurs. Et là où il y a du commerce, il y a de douces mœurs ».

IsraelValley reprend un article paru dans le site du CRIF (extraits) : "Nicole Guedj, présidente de la Fondation France-Israël a réussi un beau challenge (..) le 7 mars 2011 devant plus de 300 personnes. La Fondation, créée en 2005 par le Président de la République Française et le Premier Ministre de l’Etat d’Israël, a pour première vocation le rapprochement des sociétés civiles des deux pays.

L’hôte de la soirée, Angel Gurria, Secrétaire Général de la soirée, a rappelé le processus exemplaire d’adhésion d’Israël à l’OCDE qui a seulement pris 3 ans pour entrer dans les critères politiques, économiques et sociaux de l’organisation Internationale. Christine Lagarde a indiqué le niveau des relations commerciales entre les deux pays, la France est le 10ème partenaire d’Israël et son 9ème client pour un montant d’exportations d’un milliard d’Euros, en hausse de 15 % en 2010. Elle a annoncé aussi les Journées Franco-israéliennes de l’Innovation à Bercy à l’automne 2011.

Elle a terminé son intervention par une phrase de Hannah Arendt : « Le progrès et la catastrophe sont l’envers et le revers d’une même médaille » pour proposer que, de la crise financière de 2008, on aille vers une progression collective France et Israël en 2011.

Se sont succédés ensuite :
1.Youval Steinitz, Ministre Israélien des Finances en vidéo
2. L’Ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal
3. Hubert Olivier, président de Teva France
4. Steve Gentili, PDG de la BRED et président du Forum Francophone des Affaires qui organisera les assises de la Francophonie Economique en Israël cette année
5. Roger Karoutchi, Ambassadeur de France auprès de l’OCDE qui évoquera son émotion d’avoir participé au processus d’adhésion d’Israël à l’OCDE
6. Nimrod Barkan, Ambassadeur d’Israël auprès de l’OCDE
7. Christian Masser, Directeur Général de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats au Quai d’Orsay.

Mme Nicole Guedj a conclu la soirée en remerciant Daniel Rouach, initiateur de la première version d’Isralink et ses nombreux partenaires Français et Israéliens."

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 08:03

Israël refuse de vendre des satellites d'observation à la Turquie
par Gerard Fredj

 

 

www.israel-infos.net


Selon Palestine Today, la Turquie, qui cherche à envoyer un satellite d'observations dans l'espace, à la fois pour, selon elle, "les questions liées à l'environnement" mais aussi pour pouvoir mener des opérations de surveillance du PKK (autonomistes du Kurdistan), s'est adressée à une société italienne.

Comble de malchance, cette société utilise des caméras israéliennes.
Compte tenu des relations devenues conflictuelles entre les deux pays, Israël s'oppose à la vente du matériel, tant que la Turquie ne signe pas un document certifiant qu'elle s'engage à ne pas utiliser les satellites pour espionner le pays.

La Turquie refuse pour l'instant de signer, et Israël de vendre, et selon des sources proches du dossier, celui-ci comporte les éléments d'une nouvelle crise israélo turque.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 11:51

 

Merci à notre ami Dominique

NANOJV0

STUXNET : BOITE DE PANDORE OU COUP DE GENIE ?

Aux yeux de l’opinion la cause est entendue. Stuxnet création de la CIA et d’Israël s’attaque au programme nucléaire iranien. La preuve ? C’est écrit dans les journaux et montré à la télévision. Mais de quoi est-on vraiment sûr aujourd’hui? De rien en fait. Aucune enquête n’a pu mettre en lumière les vrais ressorts de l’affaire. Nul n’a pu jusqu’ici établir l’origine de Stuxnet. Ni même confirmer que des dégâts réels ont été infligés par le ver au programme nucléaire iranien. D’ailleurs personne ne peut dire non plus avec certitude quelle était la finalité réelle de Stuxnet. Détruire le programme nucléaire iranien ? Simplement le retarder ? Faire une diversion ? Dissuader Israël de mener une opération militaire ? Déstabiliser Siemens? Faire une répétition avant une attaque de grande envergure ? Envoyer un coup de semonce ? Même en ce qui concerne la qualité du code les opinions d’experts divergent. Coup de génie pour les uns, bavure pour les autres…

Le 17 juin 2010, une petite société d’antivirus biélorusse active en Iran, découvre un nouveau virus exploitant des vulnérabilités inconnues de Microsoft. Quelques semaines plus tard, un expert allemand découvre que ce logiciel malveillant cible une interface homme machine conçue par Siemens et présente dans une multitude d’activités industrielles stratégiques. Le ver est baptisé Stuxnet, un mot forgé en combinant des suites de caractères présents dans le code. Les mots myrtus et guava apparaissent en clair.

On constate que pour se propager, le virus utilise des vrais-faux certificats d’authentification volés à des deux sociétés taïwanaises. Deux serveurs de commande et contrôle du virus sont localisés en Malaisie et au Danemark. Le virus envoie et reçoit ainsi des informations ou des instructions en se connectant à deux noms de domaine ressemblant à des sites de paris sportifs en ligne. Aussitôt, Symantec intercepte et analyse le trafic vers les deux serveurs. Mais il apparait que le virus s’actualise et communique en utilisant une fonction peer to peer reliant les ordinateurs infectés.

La contamination, probablement initiée à partir de simples clés USB, touche dès le départ de nombreux pays dont les Etats-Unis et l’Allemagne. Certaines approches statistiques concluent à une surcontamination en Iran, en Inde et en Indonésie. Même si Siemens n’a officiellement reconnu qu’une dizaine de cas d’infection sur ses systèmes dans le monde. A la fin de l’été des hypothèses conduisent aux contrôleurs programmables de centrales nucléaires tout d’abord puis de sites d’enrichissement de l’uranium. L’expert allemand Ralph Langner voit dans le mot Myrtus une signature israélienne renvoyant à la reine Esther, héroïne biblique qui vécut en Perse.

La presse internationale s’enflamme et en quelques jours désigne unanimement Israël comme l’auteur du virus en raison de son contentieux sécuritaire avec l’Iran. Certains experts israéliens de premier plan concluent cependant que le ver ne porte pas la signature de Tsahal au vu de certaines caractéristiques du code. Au mois de novembre des études plus poussées montrent le virus peut agir sur certains type de convertisseurs de fréquences utilisés par les centrifugeuses.

L’Institute for Science and International Security, think tank américain spécialisé dans les questions de prolifération nucléaire, conclut qu’un dixième des centrifugeuses auraient pu être endommagées temporairement sur le site de Natanz par le virus. Même l’AIEA reste très circonspecte dans ses analyses. En décembre, Jeffrey Carr, un expert américain proche des milieux de cyber défense US lance l’hypothèse d’une piste chinoise. En janvier l’un des principaux opposants israéliens au programme nucléaire de l’Etat hébreu déclare au New York Times que le virus aurait été testé sur le site de Dimona dans le désert du Néguev. Mais là encore l’argumentation ne repose que sur des ouï-dire invérifiables.

Le think tank américain ISIS conclut dans son rapport du 15 février 2011 qu'il semble beaucoup plus difficile qu'on ne le pensait de détruire des centrifugeuses au moyen de cyber attaques. En tout état de cause souligne ISIS, il reste d'importantes questions en suspens…

INTERVENANTS

Eric Adrien Filiol, expert militaire en sécurité informatique a servi pendant 20 ans en tant qu’officier de l’Armée de Terre. Il est Directeur du laboratoire de cryptologie et de virologie opérationnelle à l’ESEIA. Détenteur de la qualification InfoOps de l’OTAN, Eric Filiol est titulaire d'un diplôme d'ingénieur en cryptologie et d'un doctorat d'informatique et de mathématiques appliquées de l'École polytechnique.

François-Bernard Huyghe, docteur d'État en sciences politiques et HDR, est chercheur à l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) spécialisé dans les stratégies de l'information. Son dernier livre s’intitule : "Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire", chez PUF 2011, avec Alain Bauer.

Daniel Ventre, est chercheur au CNRS, spécialisé dans la guerre de l'information, les cyber conflits et la cyber guerre. Chargé de cours à l'Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, il est l’auteur de «La guerre de l’information », publié aux Éditions Hermès Lavoisier.

Et en visioconférence depuis Seattle et Tel-Aviv :

Dr Nimrod Kozlovski, diplômé de Yale et ancien officier des unités de guerre électronique des Forces de Défense d'Israël, est consultant international en sécurité de l'information. Kozlovski a effectué des missions de conseil pour le FBI, l'armée israélienne, le ministère des affaires étrangères et le ministère de la justice israéliens. Il est co-fondateur et président de la société de sécurité Altalsec.

Jeffrey Carr est l’un des spécialistes en cyber intelligence les plus respectés aux Etats-Unis. Son expertise porte notamment sur les cyber guerres et les attaques informatiques contre les gouvernements et les infrastructures vitales. Il est consulté régulièrement par les agences gouvernementales américaines et alliées au sujet des cyber stratégies russes et chinoises. Son livre best seller « Inside Cyber Warfare » a été préfacé par le patron de l’US Strategic Command. Jeffrey Carr est le fondateur de la société de sécurité Taia Global Inc.

Lior Frenkel est le PDG et le co-fondateur de la société israélienne Waterfall Security spécialisée dans la sécurisation des systèmes SCADA pour les infrastructures critiques (sécurité unidirectionnelle). Lior est également fondateur de la société Gita Technologies, à la pointe de la recherche en intelligence électronique.

Modérateur :

Dominique Bourra, MBA ESCP Europe, est l’organisateur du forum annuel de cyber sécurité franco-israélien. Fondateur de NanoJV, spécialisé dans la convergence technologique, Bourra fut directeur de la Chambre de Commerce France Israël avant de piloter pendant 4 ans les opérations du programme gouvernemental de coopération technologique bilatéral.

S'inscrire

Participation 30 € -Incription en ligne sur le site de l'ATELIER   S'inscrire nano1
Avec le soutien exclusif de Waterfall Security nano2
En partenariat avec nano3
Partager cet article
Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 23:23

 

 

 

NANOJV.jpg

 

TECHNO-DIPLOMATIE AFRICAINE. ISRAEL MET SES LABOS AU SERVICE DE L’ECOSYSTEME DE L’AFRIQUE CENTRALE.


Par Dominique BOURRA
 

Alors que la rumeur africaine interprète favorablement le silence israélien sur la crise que traverse la Côte d’Ivoire, l’Etat hébreu poursuit  sa « techno-diplomatie »  en Afrique subsaharienne.  Dans cet esprit, un nouvel accord de coopération  scientifique  et technique a été signé la semaine dernière entre l’Etat d’Israël et la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC -ici-) qui fédère 6 pays : Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, et Tchad.

Ces 6 pays font en effet face à un problème grave de pollution par les pesticides, toxiques pour l’homme et pour l’environnement. Dans cette zone d’Afrique, l’agriculture qui emploie  plus des deux tiers de la population active, est aussi la plus grande source de pollution en raison de l’utilisation abusive de produits chimiques. Les conséquences sont dramatiques : appauvrissement des sols, baisse de production, contamination des nappes phréatiques, extinction de la biodiversité, modifications climatiques, dangers pour la santé humaine…

Faute de lobbying offensif, les pays d’Afrique centrale, une région critique pour le reste de l’humanité au même titre que l’Amazonie,  bénéficie peu de la manne internationale. Afin de s’attaquer à la question un  Comité des Pesticides d’Afrique Centrale, le CPAC (ici),  a été mis sur pied il y a quelques années.

C’est à la suite d’un séminaire organisé en Israël à Shefaym en 2008 pour des experts du CPAC qu’une plateforme de coopération s’est constituée sous l’égide de Mashav (centre de coopération internationale israélien, ici). Selon l’accord conclu, les experts des 6 pays d’Afrique centrale pourront utiliser les labos israéliens pour mener leurs expérimentations et partager les connaissances scientifiques de leurs homologues.

L’expertise israélienne porte notamment sur l’homologation et le  contrôle  des pesticides, par diverses méthodes de chromatographie par exemple. Avec une importante industrie locale.  Le plus gros producteur de pesticides en Israël est Makhteshim agan (ici) qui emploie 3000 personnes et propose un demi millier de spécialités commerciales avec 70 substances actives. Makhteshim agan, basé à Airport city, comprend 3 usines en Israël, dispose de filiales sur tous les continents et réalise un chiffre d’affaires annuel de 2 milliards de dollars.  C’est le 7ème groupe agro-chimique dans le monde avec 5% des parts de marché. Makhteshim vient par ailleurs de conclure un accord de Joint Ventures avec l’un des principaux groupes chinois du secteur: Chemchina (ici).

A l’autre extrémité de la chaîne, Israël possède aussi des savoir-faire totalement biologiques comme le système Biobee du  kibboutz Sde Eliyahu qui élève en masse des pollinisateurs et des prédateurs d’insectes nuisibles (ici).

 

Dominique Bourra, CEO of NanoJV 

Copyrights « NANOJV »   http://nanojv.com

Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 15:56

Tsedek-Infoest un bulletin qui paraît tous les 2 mois et qui donne une sélection d'infos courtes en provenance d'Israël, d'ordre technique, économique, sociologique et culturel. Elles s'inscrivent dans la durée

 Merci Albert

 

 

 


 

 

Distinctions & performances

 

- Aux Olympiades d'échecs de Russie (Khanty-Mansyisk), les 6 hommes de l'équipe israélienne n'ont obtenu que la médaille de bronze.

 

- Un sondage portant sur une centaine de visionnaires qui ont changé le monde, effectué sur le site du journal libéral Huffington Post (racheté par AOL)a donné 3 millions de réponses et parmi les 12 innovateurs mondiaux, on trouve un Israélien Shai Reshef, qui a créé l'Université du Peuple à Pasadena (Californie), apportant"le monde à l'école". Son site www.uopeaple.org a déjà 500 étudiants de 100 pays différents. Il présidait auparavant Kidoum, une société connue de services éducatifs.

 

- Selon ComScore une société de recherche en marketing Internet, Israël est 2ème dans le domaine de l'usage d'internet à but social, avec 9,2 h/mois/usager derrière la Russie (9,8). La moyenne mondiale est 4,5 h/mois/usager.

 

- Au Festival International du Film de Tokyo, "Grammaire intime", basé sur une nouvelle de David Grossman, mis en scène par Nir Bergman, avec l'actrice Orly Silbershatz, a reçu le Grand Prix Sakura.

 

- Selon l'Index de Développement Humain des Nations Unies portant sur 169 nations étudiées, Israël est classé 15ème .

 

- Le record mondial Guinness de résistance aux échecs a été enlevé à l'Iran et obtenu par Alik Gershon sur la place Rabin à Tel Aviv, lors d'un tournoi où il a joué pendant 19 h contre 525 joueurs gagnant 86% des parties, avec seulement 11 défaites.

 

- Le magazine BBCWildlife a classé 9ème sur 20 sites mondiaux où on peut admirer la vie animale sauvage, le site de la réserve Agmon-H'oula en Galilée. "National Geographic" y a tourné son célèbre documentaire "les Grandes Migrations".

 

Archéologie

 

- Pour son 20ème anniversaire, l'Autorité des Antiquités, en partenariat avec Google, va mettre en ligne les 30 000 fragments des 900 Manuscrits de la Mer Morte, les premières images étant livrées au printemps 2011. Google assurera des traductions partielles dans un effort de mettre cet héritage mondial à la disposition de tous.

- Dr Ofer Sion de l'Autorité des Antiquités et son équipe ont découvert un bain Romain datant de 1800 ans dans le quartier juif de Jérusalem intra muros, permettant d'avoir une meilleure information sur la ville Aelia Capitolina, construite sur les ruines du 2ème Temple et plus importante que ce qu'on pensait jusqu'ici. Ce bain était utilisé par la 10ème Légion Romaine Fretensis, celle qui a détruit le Temple et réprimé la révolte de Bar Kokhba en 135. C'est la construction d'un bain rituel (miqvé) en ce lieu qui a permis cette découverte.

 

- Une carotte de 500m sous la mer Morte va être extraite pour permettre à 40 chercheurs d'étudier l'évolution climatique de la région sur plusieurs milliers d'années, ainsi que la sismologie, l'archéologie et l'anthropologie.

 

Révélations

 

Le saviez-vous ?  Entre 1951 et 1953, une société cubaine "Aerea de Cuba" a transféré plus de 150 000 Juifs réfugiés d'Orient (Iraq, Yémen, Iran, Inde …) vers Israël.

Le saviez-vous ? Avec l'initiative de l'Association "Universitaires pour la Paix au Moyen Orient", 38 prix Nobel de la paix ont signé une déclaration condamnant le boycott universitaire d'Israël.

Le saviez-vous ?  La Municipalité de Beer Shéwaa' et la Fondation Rashi envisagent l'inauguration en 2012 d'un Musée du Nucléaire à but pédagogique sur un parc de 2 ha et coûtant 120 millions sh.

Le saviez-vous ? Après avoir fréquenté le mannequin Bar Rafaeli pendant 5 ans, acquis une résidence dans le Négev, Léonardo di Caprio serait prêt à se convertir au judaïsme pour se marier avec sa dulcinée.

 

Défense

 

- Sur le plan de la sécurité civile, Hi-Tech Solutions, créée en 1992, près de Migdal Haé'mek a mis au point un système combinant la vidéo et l'ordinateur pour des produits d'identification. LPR, License Plate Recognition, identifie la plaque minéralogique et CCR, Container Code Recognition identifie le conteneur et ils les transforment instantanément en information de trafic ou de sécurité à des fins multiples. Le même système est utilisé pour les péages, les parkings, les aéroports…

 

- Les forces aériennes vont recevoir un armement de précision le GBU-39 qui, pesant 114 kg avec 22,7 kg d'explosifs peut pénétrer une cible comme une bombe de 900 kg. Un F-15 peut en porter 20 unités sous ses ailes et tirer d'une distance de 110 km, par mauvais temps et cette arme de 1,75m  perce un mur en béton armé de 90 cm d'épaisseur. Ces armes sont équipées du Jdam (Laser Joint Direct Attack Ammunition), un système laser assurant leur précision.

 

Inventions et découvertes

 

- Sous la houlette du Pr Zeev Zalbaski, une équipe de l'Université Bar Ilan a développé un nanosystème vidéo/laser qui peut mesurer à distance la pression sanguine, les battements du cœur, et enregistrer des conversations à plusieurs centaines de mètres.

 

- Un nano-détecteur d'explosifs à distance, rapide, fiable et portable, a été développé par l'équipe du Pr Fernando Patolsky de l'Ecole de Chimie Sackler à l'Université de Tel Aviv. Il a été mis au point par Nanergy Inc, et fabriqué à base de nanofils de silice formant transistor extrêmement sensible et recouvert de composés liés des centaines d'explosifs possibles. La technologie peut également être utilisée en biologie ou en médecine pour détecter des toxines d'anthrax, de botulisme ou de choléra.

 

- Amos Goren, agent du Shin-Bet, a développé, à des fins civiles ou militaires, dans Automotive Industries à Nazareth un robot appelé "Amstaff" capable de détecter une menace avant le cerveau humain et de tirer sur la cible. 4 ou 5 robots peuvent protéger une superficie telle que l'aéroport Ben Gourion. Le robot ne peut cependant tirer que s'il est autorisé par un contrôleur.

 

- Développé par Itamar Medical à Césarée, WatchPat est un bracelet qui détecte l'apnée du sommeil, affection qui peut être dangereuse et même mortelle, si elle n'est pas diagnostiquée suffisamment tôt. Porté chez soi, WatchPat remplace un diagnostic lourd et coûteux en clinique.

Créée en 1997 par Dr Dov Rubin, la société est non seulement spécialisée dans la prévention des désordres du sommeil, mais aussi dans les affections nerveuses et cardiaques. Elle a développé un "signal" PAT, Peripheral Arterial Tone, pour la détection de maladies cardiaques et des dysfonctionnements érectiles.

 

- Avec l'aide de chercheurs du Technion et de Innovwattech Energy Harvesting Systems, la Société nationale des Routes a développé un système de pesée des véhicules en circulation, appelé "Weigh-In-Motion", utile pour les entreprises ayant des flottes de véhicules et engins utilitaires, pour le contrôle technique, la police …

 

Problèmes de société

 

- Le guide du voyage "Lonely Planet" a classé Tel Aviv 3ème , sur le plan de la "vivacité nocturne", après New York et Tanger. Elle est décrite comme la cité la plus internationale où la religion est l'hédonisme, quoique cultivée et tolérante, ayant plus de bars que de synagogues, où la "gaité" prolifère à l'égal de San Francisco, constituant un laboratoire de l'art, du théâtre et de la musique.

 

- MarketWatch a réalisé une enquête demandée par le Conseil National du Diabète qui montre que 37% des Israéliens ne font aucun exercice, que 13% ont un excès de sucre dans le sang et 25% fument. Les 2/3 des adultes de 25/64 ans et 18,6%  des jeunes 12/18 ans sont en surpoids et 70% le nient. 2500 personnes meurent de diabète II chaque année, alors qu'il peut être aisément évité.

 

- Selon l'Index de la Force Sociale, basé sur une enquête menée auprès de 540 adultes, 69% des personnes interviewées pensent qu'Israël est le meilleur endroit au monde où vivre et 75% pensent que, s'ils avaient les moyens de vivre ailleurs, ils ne partiraient pas. 55% sont fiers de leur pays, malgré la pauvreté, la violence et la corruption, fléaux soulevés par 70/82% des personnes. 25% se considèrent comme pauvres, survivant à peine, 25% ont été obligés de se serrer la ceinture et 60% sont inquiets pour l'avenir financier. Comme causes de leur situation financière, il y a d'abord Dieu pour 22%, l'éducation (16%), la famille de naissance (11%), les capacités personnelles (8%) et la chance (8%).

 

- Meyers-JDC-Brookdale a réalisé une enquête pour le Ministère des Affaires Sociales auprès de 430 officiers de police chargés des jeunes délinquants d'âge moyen 15,7 ans et 90% de mâles. 49% manquent de respect pour l'autorité et ne connaissent pas de limites personnelles et 45% ne peuvent contrôler leur colère. La majorité ont des problèmes scolaires et un quart ont souffert d'un événement familial traumatique. La plupart viennent de familles où il y a eu séparation ou divorce, mort ou maladie sérieuse d'un parent, chômage … 33% sont de famille mono parentale, alors que la moyenne nationale est de 10% -  60% sont dans de grandes familles de plus de 4 enfants (moy nat 17%)

 

Environnement

 

- La surface construite du pays représente 5,3%, soit 1150 km2, croissant d'environ 10 km2/an. On recense 1200 sites contaminés, surtout dans la région de Tel Aviv et dus à d'anciennes "station service" où les produits pétroliers s'infiltrent et polluent l'eau.

 

- Les fines particules dans l'air dépassent partout le niveau acceptable. Le dioxyde de soufre a diminué, mais le dioxyde d'azote reste à un niveau élevé. La production d'électricité et le raffinage du pétrole restent les principales sources de pollution de l'air. Les gaz d'effet de serre ont augmenté de 1,4 millions t/an. Le méthane provient pour les ¾ du traitement des déchets.

 

- La consommation d'eau fraîche a diminué de 20 millions de m3/an, parvenant à 1,3 milliard m3, la part de l'agriculture ayant fortement baissé et n'étant plus que d'un tiers, alors que les besoins domestiques ont augmenté et sont parvenus à 60% de la consommation. Le pays se distingue par une forte réutilisation des eaux usées, ce qui a un effet néfaste sur les sources d'eau fraîche (eau de pluie), la flore et la faune. L'amplitude des alternances sécheresse/humidité pose aussi problème au lac Kinneret où la concentration de bactéries fécales dépasse les normes autorisées. La quantité d'eau traitée augmente de plus de 10 millions m3/an, parvenant à 0,5 milliard m3/an, et celle qui est retraitée une 2ème fois est estimée à 0,42 milliard m3/an, augmentant de 20 millions m3/an. Le pays enregistre le plus fort %  au monde d'effluents utilisés dans l'agriculture, soit82%.

 

- Les ordures ménagères sont du même niveau qu'en Europe occidentale soit 1,6 kg/j/personne et elles représentent 40% des déchets annuels qui sont de 11,3 millions t, comprenant aussi ceux de la construction (35%) et de l'Industrie (15%). 30% des déchets sont recyclés, surtout ceux de la construction.

 

- Avec la sécheresse persistante, le déficit du lac Kinneret a atteint le milliard de m3. L'année 2012 sera la plus critique dans l'attente de la mise en service de nouvelles unités de dessalement en 2013, avec au total 6 unités produisant 0,6 milliard m3.

 

- DesertCube est une sociéte de Tsofim qui fabrique des "cubes" bactériologiques pour WC permettant d'économiser jusqu'à 95% d'eau et d'éliminer les odeurs, chaque cube permettant 1400 usages. La cuvette est nettoyée une fois par jour avec 4 litres d'eau. Cette technologie australienne a été introduite par son président Zeev Slonim. Voir www.desertcube.co.il

 

Tourisme & transport

 

- Le pays a dépassé le chiffre des 3 millions de touristes, soit une augmentation de 30% sur un an, avec des prévisions de 5 millions de touristes en 2015. D'ores et déjà, il y a un déficit de 18 000 chambres d'hôtel et les prix des chambres sont parfois 2 à 3 fois supérieurs à ceux d'Europe pour la même catégorie.

 

- Avec 4 ans de retard, le tramway de Jérusalem sera sans doute inauguré avant la mi-2011. Il aura coûté 0,7 milliard d'euros, le pont suspendu 50 millions d'euros.

 

Économie

 

- Le Marché immobilier est tel aujourd'hui qu'il faut en moyenne 129 mois de travail pour payer un appartement, alors que pour le Suédois il suffit de 30 mois et de 60 mois pour l'Américain.

 

- Le nombre des Israéliens vivant sous le seuil de la pauvreté croît d'une manière importante atteignant près de 2 millions d'individus en 2010, soit plus d'une personne sur 4.

 

Santé

 

- Selon Pr Ayeh Admon du Technion, le test développé par la faculté de biologie et notamment par Dr Michal Bassani-Sternberg, pour diagnostiquer avec précision diverses maladies dont le cancer, est un simple test sanguin qui différentie les peptides liées à la protéine HLA, Human Leukocite Antigen.

 

- Les Israéliens sont en meilleure santé qu'on ne le dit. Une étude menée par le Ministère de la Santé sur un échantillon de 4186 adultes juifs et arabes montre que 47% des Arabes fument (6% des femmes) contre 26% des Juifs (16% des femmes). 34% des Juifs pratiquent une activité physique au moins 3 fois/semaine pendant plus de 20 min (marche, jogging pour l'essentiel) et 40% cherchent à améliorer leur condition physique.

Par ailleurs en 20 ans, l'espérance de vie moyenne à la naissance est passée de 78,8 ans à 81,2 ans (au dessus de la Norvège, du Canada et des Etats-Unis)

 

- Dr Batya Kaplan et Pr Sela Ben Ami du Sheba Medical Center ont développé une technique nouvelle de diagnostic précoce de la sclérose en plaques (destruction de la myéline qui couvre le système nerveux) remplaçant celle qui consiste à détecter certains liquides dans la moelle épinière par la détection de divers anticorps. Dans cette technique la fiabilité est passée de 85% à 93% 

 

Culture

 

Alors que la série comique "Office" (le bureau) aux Etats-Unis et en Grande Bretagne critique la solitude, la vacuité et l'absurdité de la vie professionnelle, celle de la chaîne de distribution TV par satellite Yes, écrite par Ouzi Weil, est une auto-critique des divers stéréotypes israéliens avec une transparence qui est impossible dans les pays anglo-saxons cités.

 

Internet

 

- La liste des œuvres d'art volées par les nazis à www.errproject.org

 

--

source: Jerusalem Post, Haaretz, Yédiot Ah'oronot --                  contribution : Albert SOUED

la série de Tsedek-Info est en ligne à http://www.nuitdorient.com/40a.htm  

 

Tsedek-Info d'Israël n° 86                           mars-avril 2011

 

 

Tsedek-Info d'Israël n° 86                           mars-avril 2011

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 20:06

 

 

Si chaque habitant de la planète voulait son adresse internet aujourd’hui, ce serait impossible. Le système en place ne permet de créer que 4 milliards d’adresses environ.  Pas plus.  Et presque toutes les possibilités sont déjà épuisées. Les dernières miettes (quelques dizaines de millions d’adresses) viennent d’être distribuées entre les 5 continents. Après plus rien.

Enfin pas exactement. Un nouveau système va s’ajouter à l’ancien et permettra  créer non plus 4 milliards d’adresses, mais des milliards de milliards. Exactement: 2 à la puissance 128. Soit exactement: 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456 adresses. L’intérêt? Créer l’internet des objets. Peu à peu, des milliards de milliards d’objets vont donc se doter d’une âme numérique.  Avec des applications comme la réalité augmentée par exemple (voir ici), mais pas seulement.

L’inconvénient immédiat c’est que  l’ancien système d’adresses et le nouveau ne sont pas compatibles. Ainsi, il ne sera pas possible avec les systèmes d’adresses actuels (appelé IPv4) de se connecter sur le nouvel internet et ses adresses à 128 bits. Les anciennes adresses ressemblent à ceci: 10.142.131.235, les nouvelles s’effectueront en notation hexadécimale, et s’écriront par exemple comme cela: 2001:DB8:8::260:97ff:fe40:efab.

Tout ce qui ne sera pas configuré pour le nouveau système d’adresses sera « out ». Connexions impossibles. Un nouveau défi à gérer pour de nombreuses entreprises et certains fournisseurs d’accès. Afin d’éviter le syndrome « Y2K »,  l’antédiluvien «bogue de l’an 2000»,  un test à grande échelle aura lieu le 8 juin prochain : le « IPv6 Jump Day ». L’occasion de vérifier que tout se passe bien et d’inciter les internautes et les entreprises à se mettre à jour. Avant le grand saut numérique…

 

Dominique Bourra, CEO of NanoJV 

Copyrights « NANOJV »   http://nanojv.com 

 

SAVE THE DATES. 

IMPORTANT.

 

A noter sur vos agendas : 2 événements « NanoJV »  avec les meilleurs experts :

 

* Le mardi 8 mars 2011 à 18H30, conférence unique  intitulée 

 « STUXNET : BAVURE OU COUP DE GENIE ? «  

(lieu: Paris).

 

 * Le lundi 4 avril 2011 de 09H00 à 13H00.

« 5ème FORUM DE CYBERDEFENSE » (info ici)

 (lieu: Paris).

 

Modalités d’inscription et programmes en ligne dans les prochains jours sur http://nanojv.com   

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis