Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 09:07

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/10/10/28882/

CANADA ISRAËL - LE MANITOBA, QUI FAIT 30 FOIS LA TAILLE DE L'ETAT HÉBREU, TENTE DE CRÉER DES PARTENARIATS DE RECHERCHE AVEC DES ORGANISATIONS ISRAÉLIENNES SUR DES SUJETS D'EAU ET D'ENVIRONNEMENT.

OCT 201010

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Coopération
Publié le 10 octobre 2010

 

canadaLa Société pour la Protection de la Nature en Israël (SPNI) et la province canadienne du Manitoba signeront un protocole d’entente le 13 octobre en vue de renforcer leur coopération mutuelle en matière de protection des oiseaux, d’environnement et de tourisme. Le Manitoba, qui fait 30 fois la taille de l’Etat hébreu, tente depuis longtemps de créer des partenariats de recherche avec des organisations israéliennes, notamment sur des sujets d’eau et d’environnement. La province canadienne partage avec Israël un intérêt commun pour la préservation des habitats naturels – tout particulièrement en rapport avec les migrations d’oiseaux. Israël et le Canada se trouvent, en effet, sur les grandes trajectoires de migration.

La première grande priorité de cette coopération bilatérale relèvera du “developpement d’un partenariat – basé sur le partage de connaissances et une coopération en termes de recherche et d’enseignement, avec une importance toute particulière accordée à la jeunesse”, précise le protocole. “L’attention sera portée sur l’étude et la préservation de la nature, l’enseignement accordé à l’environnement, la biodivrsité et le développement durable”, poursuit le document. “Les premières initiatives concerneront l’ornithologie.”

“Nous sommes très heureux de promouvoir une initiative aussi importante”, déclare Avinoam Ben-Itzhak, directeur-général de la SPNI. “Cette coopération est un parfait exemple de la redéfinition des concepts promus par la SPNI”, ajoute le Dr. Yossi Leshem, fondateur et directeur du Centre international pour l’Etude de la Migration des Oiseaux.

La signature du document se déroulera à l’observatoire de la SPNI à Jérusalem. L’initiative pourrait éventuellement inclure d’autres pays, tels que la Jordanie, et même l’Autorité palestinienne. Une fois signé, le document sera effectif pendant une durée – renouvelable – de cinq ans. Le Manitoba a déjà signé plusieurs accords de recherche avec le KKL (Keren Kayemet LeIsraël).

Source: http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1285753961475&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 10:37

 

 

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE

 

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N°22  - le 10/10/10

 

France

L'avocat américain Alan Dershowitz attire l'attention des Français sur le comportement indécent des "Médecins Sans Frontières" qui ont refusé de travailler avec le personnel médical et les médecins israéliens et les ont traités de manière absolument indigne, "comme si nous étions des occupants !" a dit un médecin israélien.  Or ces volontaires israéliens sont venus au Congo pour soigner 50 villageois qui avaient été gravement brûlés. Ils ont travaillé sans relâche, soigné les brûlures des victimes et formé des médecins locaux pour faire des greffes de peau. De plus, ils ont offert une grande quantité de matériel médical.

Le Dr Marie-Pierre Allie, président de la branche française de l’organisation "Médecins Sans Frontières", a insidieusement déclaré que "les actions d'Israël dans la bande de Gaza ont été pires que le génocide du Darfour au Soudan !"

 

Iran 

- Reprenant des informations sur l’état d’avancement de l’industrie militaire iranienne, attribuées aux mouvements d’opposition sunnite d’Al-Ahwar en Arabistan, au sud-est de l’Iran, le site Elaph.com précise que l'Iran serait prêt à fournir au début de l’an perse -- en mars prochain -- des bombes nucléaires miniaturisées, appelées "bombes tactiques", d’une puissance de l’ordre d’une kilotonne. Pour les tester, l’Iran ferait des essais à 400 mètres de profondeur, dans une région montagneuse située à 380 km de Téhéran, près de la ville de Semnan.

L’Iran livrerait ces Armes de Destruction Massive (ADM) à l’unité 92 de l’armée et au 7ème bataillon blindé des Gardiens de la Révolution, basé dans l’Arabistan. Par la suite, les unités déployées au Kurdistan et dans les provinces proches de la Caspienne en seront équipées, avant que ces armes ne soient livrées au régiment Al-Qouds chargé des opérations à l’étranger, et qui serait déployé au Liban, sous l’uniforme du Hezbollah.

 

- Par ailleurs, un conseiller du Ministère de la défense, Alireza Saeidabadi, a écrit dans le site du Ministère de l'Information Iranien "Si Israël utilise contre l'Iran des armes non conventionnelles, celui-ci utiliserait une stratégie nucléaire"- Ce texte est le 1er aveu officiel du développement de l'arme nucléaire en Iran.

 

- Pour le quotidien iranien Kayhan, proche du Guide Suprême Ali Khamenei, l'Iran a déjà triomphé des Etats-Unis, devenant la grande puissance du Moyen Orient. L'Irak avec le 1er ministre Maliki est dans son orbite, de même que la Syrie, le Liban et la Palestine. Grâce à sa maîtrise de la technologie nucléaire, les autres pays arabes s'inclinent déjà et les relations avec l'Occident vont dans le bon sens.

 

- Depuis deux mois, les infrastructures informatiques du programme nucléaire iranien ont été attaquées par le virus "Stuxnet". Mahmoud Alyaee, secrétaire général des serveurs informatiques industriels d’Iran, -- incluant les ordinateurs servant au contrôle des installations nucléaires,-- vient de confirmer que plud de 30.000 ordinateurs installés dans des complexes industriels classés ont été infectés par le virus au point de les rendre inopérants.
D'après Debka.com, de nombreux experts russes ayant participé au programme nucléaire iranien et résidents en Iran rentrent chez eux précipitemment avec familles et bagages, du fait que certains de leurs collègues sont internés pour interrogatoire sur leur éventuelle complicité dans l'introduction de clés USB dans des ordinateurs sensibles.
Il faut savoir qu'avec les armes cybernétiques, il n'y a pas mort d'homme, ni signature; mais
comme pour toute arme de destruction massive, il faut néanmoins être toujours:

- en avance sur l'autre

- sur ses gardes

Les armes cybernétiques sont particulièrement adaptées quand les sites à détruire sont industriels, nombreux et disséminés, comme c'est le cas du programme nucléaire iranien réparti dans plus de 300 sites et souvent enfoui dans la montagne ou profondément sous terre.

 

Etats-Unis

-- Selon le dernier livre du journaliste Bob Woodward "Obama's wars", Obama va se retrouver lors de la 2ème partie de son mandat dans une impasse militaire, du même type que celle du Vietnam, d'autant plus qu'il avait annoncé prématurément un début de retrait d'Afghanistan en 2011. Il aurait imprudemment compté sur une relève des forces alliées par des contingents afghans formés pour des opérations de police et pour lutter contre la guerrilla. Mais il semble que les Karzai dirigent un gouvernement massivement corrompu, sans aucune volonté de réforme. Le président Hamid Karzai serait mentalement "instable" et paranoïaque. Dans ce contexte d'immoralité et d'incompétence, il serait miraculeux que le plan américain puisse réussir.

 

-- Du fait d'une situation économique désastreuse, il semble de plus en plus clair que l'administration Obama va perdre au moins une des 2 Chambres du Congrès lors des prochaines élections américaines de mi-mandat. Elle sera ainsi paralysée et ne pourra pas agir relativement librement comme elle l'a fait depuis 2 ans. Dans le but de redresser l'opinion, le Président américain veut montrer sa volonté et sa détermination à obtenir la paix au Moyen Orient, du moins jusqu'aux élections de mi-mandat du 2 novembre. Après s’être entretenu avec Ehoud Barak et Itzhak Molho, le conseiller de B. Netanyahou, B. Obama a adressé une lettre au chef du gouvernement israélien où il cite un certain nombre de garanties en échange d’une prolongation de soixante jours du gel des constructions en Judée Samarie et à Jérusalem. Les principaux points sont :

-12 mois de protection américaine au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU, les Etats-Unis s’engageant à ne voter aucune motion de censure contre Israël.

-La réaffirmation du droit d’Israël à sa sécurité.

-Le maintien de Tsahal dans la vallée du Jourdain, sine die.

-L’accès pour Israël aux dernières technologies militaires et satellitaires américaines.

-L’interdiction pour les Palestiniens d’introduire des roquettes et obus de mortier sur leur territoire.

 

-- JStreet est un lobby dit "juif" aux Etats-Unis, suscité par B Obama pour damer le pion à l'AIPAC, lobby auprès du Congrès et émanant du Bnai Brith International. JStreet est financé, directement ou non, et à plus de 90% par le financier trouble G Soros, anti-israélien notoire, les pays arabes et l'Iran…Le scandale a enfin éclaté et, JStreet, franchement anti-israélien, s'ajoute au lobby pro-arabe financé par l'Arabie saoudite. Ce dernier lobby finance "d'une manière complémentaire" les retraites des hauts fonctionnaires et des politiques américains, à la condition qu'ils prennent des décisions favorables à l'Arabie, lors de l'exercice de leurs fonctions ou de leur mandat.

 

Egypte

Malgré une santé précaire, Hosni Moubarak aurait décidé de se présenter aux élections de l'été 2011, et pour la 1ère fois depuis qu'il est président -- c'est à dire depuis 28 ans – il se présenterait avec un vice-président, le chef des Renseignements Omar Souleiman. En cas de défaillance de Moubarak, Souleyman le remplacerait, préparant le terrain pour une candidature ultérieure de son fils Gamal. Cette procédure neutraliserait les nombreuses réticences à la candidature "népotique" de Gamal, notamment celles de Sawfat al Sharif, secrétaire général du parti au pouvoir PDP, parti démocratique populaire.

 

Turquie

Alors que s'accentue sur le pays l'emprise islamique, voire islamiste, les minorités ethniques et religieuses, les Alévi, les Zaza, les Kurdes, les Bektashi, les Doenmeh s'inquiètent sérieusement de l'orientation prise par le parti AKP, le président Gul et le 1er ministre Erdogan. Par ailleurs, le très puissant mouvement "spirituel" Gulen qui a contribué à la montée d'Erdogan et à la consolidation de son pouvoir commence à critiquer certaines actions menées par son gouvernement. Gulen reproche à Erdogan son implication dans l'affaire de la "flottille" qu'il aurait dû éviter, son inutile "anti-israélisme", et la mauvaise image qu'il répand en Occident. Par ailleurs, souhaitant sérieusement diminuer l'influence de l'armée dans la société civile et renforcer celle-ci, Gulen reproche à Erdogan d'avoir fait des compromis avec l'armée sur les nominations et l'organisation des promotions et d'avoir libéré la plupart des officiers compromis dans la préparation de coups d'état -- qui n'ont jamais eu lieu.

Reste à savoir si ces oppositions seront assez puissantes pour limiter l'ascension de l'islamisme dans tous les rouages de l'Etat.

 

Israël

- Le discours à l'Onu du ministre des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman a été mal perçu, car il était chargé de vérités qui heurtent ou dérangent et peut-être manquait-il de diplomatie "à la Quai d'Orsay". Ce qui semble étonnant, c'est que dans l'enceinte de l'Onu, les imprécations haineuses et les menaces génocidiques d'un Ahmedinejad semblent moins heurter les âmes et les coeurs que les propos d'un homme qui cherche à sauver son pays de l'avidité des nations environnantes. Après tout, Lieberman cherche à définir pour son pays des frontières défendables, une culture juive, une réciprocité dans les droits des Arabes et des Juifs, l'économie de souffrances pour les uns comme pour les autres, en ne déplaçant pas les individus, mais les frontières tracées, en donnant aux Arabes le temps de changer de sentiments et de discours à l'égard de leurs voisins Juifs, en montrant du doigt l'axe du Mal, origine de toutes les tensions au Moyen Orient ....

- Afin d'assurer leur sécurité lors des prochaines provocations par "flottilles vers Gaza interposées", les commandos de Tsahal seront précédés de chiens spécialement dressés.

 

- Un sondage récent mené par Maagar Mochot pour la radio Reshet Bet montre que la coalition de droite est de plus en plus populaire et pourrait obtenir 73 sièges à la Knesset au lieu des 65 aujourd'hui. Le Likoud et Israel Beiténou gagneraient chacun 6 sièges portant leurs députés à 33 et 21.

 

Terrorisme

- Devant l'Assemblée Générale des Nations Unies réunie le le 24/09/10 à New York, la présidente argentine Cristina Kirchner a demandé à l'Iran que soient jugés dans un pays tiers les suspects des attentats antisémites de 1992 et 1994 à Buenos Aires. Elle a demandé à Téhéran "d'accepter de choisir d'un commun accord un pays tiers où un procès équitable pourrait se tenir".

La présidente argentine a rappelé que ce genre de construction juridique n'était pas inédit, et a cité l'exemple de l'attentat de Lockerbie contre un avion de la compagnie américaine Pan Am en 1988, pour lequel le Libyen Abdelbaset al-Megrahi a été condamné lors d'un procès organisé en Ecosse.

 

- Moshé Yaalon, ex-Chef d'Etat Major de Tsahal, a précisé à la Conférence de Hertzlyah que, dans la lutte contre les terroristes, il ne fallait jamais céder devant leurs exigences. Il aurait pu ajouter les 5 autres principes fondamentaux: maintenir le groupe terroriste sur la défensive, en le surprenant par le changement fréquent de tactique, le décapiter en éliminant ses chefs, ne lui laisser aucun sanctuaire, l'infiltrer, réunir tous les moyens du renseignement.

 

Cuba

On est surpris par les récents propos de l'ex-dictateur Fidel Castro qui semble s'être repenti vis-à-vis d'Israël, maintenant que son pays cherche à se rapprocher des Etats-Unis. Dans une interview de Jeffrey Goldberg à "The Atlantic", il a dit "Sans aucun doute, Israël a le droit d'exister". Il a critiqué sévèrement Ahmedinejad pour avoir nié l'Holocauste, et a invité l'Iran à comprendre les conséquences de "l'antisémitisme théologique". Castro a dit "qu'il ne pensait pas que quelqu'un a été plus calomnié au monde que les Juifs, beaucoup plus que les Musulmans. Les Juifs sont blâmés et calomniés pour n'importe quoi, pas les Musulmans."

Castro a aussi précisé: "Imaginons que je sois B Netanyahou, assis là, et que je doive prendre des décisions face aux problèmes qui se posent à Israël, comment ferais-je? Je me souviendrais des 6 millions d'hommes et de femmes de tous âges qui ont été exterminés dans les camps". Castro a exprimé son admiration pour le père de Benjamin Netanyahou, Ben-Zion, le plus grand historien de l'Inquisition espagnole "je suis impressionné par son caractère, son savoir et son histoire" a-t-il affirmé.

 

 

Italie

Le 1er ministre Silvio Berlusconi a déclaré qu'il se "sentait Israélien" depuis qu'il avait visité le camp d'extermination d'Auschwitz. Dans un message prononcé au cours d'une manifestation de soutien à Israël à Rome, il a proclamé : "La sécurité d'Israël dans ses frontières et son droit à exister comme Etat juif sont pour nous Italiens un choix éthique et un impératif moral contre tout retour à l'antisémitisme et au négationnisme et contre les menaces récentes, pour nous intolérables, d'agresser et de détruire l'Etat d'Israël".

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 22:43

CLEANTECH ISRAËL - JACK LEVY A QUITTÉ WALL STREET POUR FONDER À TEL-AVIV ISRAEL CLEANTECH VENTURES (ICV), LE PREMIER FONDS DE CAPITAL-RISQUE DU PAYS CONSACRÉ AU SECTEUR.

OCT 201003

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Actualité
Publié le 3 octobre 2010

 

maison vertePhilippe Mercure : "Que ce soit pour déposer des brevets, lancer des entreprises ou attirer du capital-risque, les Israéliens dominent la planète quand il s’agit d’innover. Et après la biotechnologie et les technologies de l’information, le pays s’impose maintenant dans le secteur en plein boom des technologies propres. Israël a pris à toute allure le virage des technologies propres, le secteur industriel qui a attiré le plus de capital-risque sur la planète l’an dernier avec 5,6 milliards US. Dès 2006, à l’époque où l’expression «technologies propres» était encore largement inconnue, Jack Levy a quitté Wall Street pour fonder à Tel-Aviv Israel Cleantech Ventures (ICV), le premier fonds de capital-risque du pays consacré au secteur.

«On sentait que c’est en Israël que ça se passait», dit-il. Aujourd’hui, ce pays d’à peine 7 millions d’habitants compte 25 fonds actifs en technologies propres. Depuis sa fondation, ICV a étudié près de 900 occasions d’investissements.

«Le boom est énorme. Énorme», dit M. Levy. Au printemps, l’influente firme de recherche américaine Cleantech Group a attribué à Israël un titre surprenant pour un pays recouvert à 60% par le désert – celui de «Silicon Valley de l’eau». L’État hébreu recycle aujourd’hui 70% de son eau – trois fois plus que le pays qui trône en deuxième place, l’Espagne. Et exporte massivement les technologies qu’elle développe.

Irrigation, traitement des eaux usées, désalinisation: selon le Cleantech Group, l’industrie de l’eau israélienne a atteint 1,4 milliard US en 2008 et pourrait grimper à 2,5 milliards dès 2011. C’est évidemment la rareté de l’eau qui a amené les Israéliens à en tirer le maximum." —

Source: !/system/files/000/003/549/title/imagesCAQS70ZA.jpg?1271038695(CLEANTECH)!

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 13:22

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/09/26/28733/

FRANCE ISRAËL - "NANO ISRAEL 2010": LES 8 ET 9 NOVEMBRE DE NOMBREUX INDUSTRIELS FRANCAIS SERONT A TEL-AVIV POUR UNE EXPOSITION SUR LES NANOTECHNOLOGIES

SEP 201026

Par IsraelValley Desk et DR
Rubrique: Universités, sciences et r&d
Publié le 26 septembre 2010

 

NANOTECHPremière Edition – Une conférence aura lieu début novembre 2010 qui va certainement attirer de nombreux visiteurs français. “La France des nanotechnologies, ce sont aujourd’hui près de 220 laboratoires et plus de 4 000 chercheurs impliqués dans de nombreuses infrastructures, allant des pôles de compétitivité à des plates-formes d’intégration en passant par des centrales technologiques réparties sur l’ensemble du territoire.”(1) Les organisateurs (que nous avons rencontrés pour IsraelValley) s’attendent à un succès sans précédent. Déjà de nombreux Français ont confirmé leur présence (une trentaine de personnes dont des entreprises et Universités de toutes les régions de France).

Ce n’est pas du tout par hasard si cette conférence est considérée par les Autorités israéliennes comme “historique”. C’est, depuis plusieurs années, la conviction profonde du président de l’Etat, Shimon Peres : la nanotechnologie est la clé du futur. Et pour Israël, il s’agit de se placer dans le peloton de tête, en exploitant au mieux le culot qui le caractérise en matière d’innovation. D’autant que le marché est évalué à près de 1000 milliards d’euros d’ici 2015.

Dan Vilensky, directeur de l’entité centralisatrice en matière de nanotechnologie, l’INNI (Israël National Nanotechnology Initiative lancée en 2001 par TELEM) a publié les derniers chiffres d’une étude qui traduisent une forte augmentation de ce secteur d’activité en Israël : des équipes de recherches dont le nombre a doublé en l’espace de trois ans, des centaines de start-up créées, des fonds gouvernementaux parmi les plus élevés du monde et six principaux centres qui assurent le leadership en matière de recherche : le complexe BINA de Bar Ilan, le RBNI ou Institut de Nanotechnologie Russell Berrie du Technion, le département IKI de l’université de Ben Gourion, les Centres Harvey M. Krueger de Har Hatsofim, NST de Tel Aviv et Kimmel de l’Institut Weizmann.—

(1) http://www.cleantechrepublic.com

ISRAELVALLEY PLUS – 
The “Nano Israel 2010” Conference and the Exhibition accompanying will be held on November the 8th and the 9th in the Dan Panorama Hotel, Tel Aviv.The event will focus on Innovations and Business Opportunities in the energy, water, environment, nano-material, nano-electronics, nano-photonics, nano-bio and nano-medicine fields. This conference is targeted at industry and business persons from around the world, and will serve as the meeting point for companies and persons involved in venture capital, and in private funds, institutional and organizational investors, regulation, technology and development persons, governmental decision makers, as well as academy representatives, scientists and investors.

The three chair persons of the conference are Ms. Nava Swersky Sofer, who is one of the leaders of the Israeli Life-science industry and is the former CEO of Yissum; Mr. Dan Vilenski from INNI (The Israel National Nano-technology Initiative); and Prof. Arie Zaban from the Bar Ilan University. “Israel is known worldwide as a center of knowledge and innovation in Nano-technology and Research in the nano field. Israel’s achievements are at the forefront of a variety of the industrial fields, such as Communications, Electronics, Computerization, Security, Medicine and life-sciences,” said Ms. Swersky Sofer. “The number of academy researchers in the Nano field in Israel has been doubled since 2002 (ca 350 persons compared to 2009), and dozens of Israeli Nano technology companies continue to be active here, in Israel, in spite of the Economic difficulties. Potential investors and business partners definitely consider Israel as a promising target, and hence they are all going to be here in Tel Aviv next November.”

The conference is held in cooperation with INNI – The Israel National Nano–technology Initiative – and with the Nano-technology Centers of the various Israeli universities, and is organized by the Kenes International Company.

Source: http://www.kenes.com/

Source: http://www.azonano.com/news.asp?newsID=19601

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 07:37

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/09/21/28691/

 

FRANCE-ISRAËL : UNE NOUVELLE FONDATION BINATIONALE ? LE PROFESSEUR ERIC SEBOUN : "LE RENFORCEMENT DE LA COOPÉRATION SCIENTIFIQUE BILATÉRALE POURRAIT SE POURSUIVRE AVEC LA CRÉATION D’UNE FONDATION BINATIONALE POUR LA SCIENCE."

SEP 201021

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Sciences
Publié le 21 septembre 2010

 

NANOTECHDans Daguesh le Professeur Eric Seboun (Extrait) : "La France est le 3ème partenaire scientifique d’Israël, au coude à coude avec le Royaume-Uni et l’Italie, derrière les USA, en première position, et l’Allemagne en seconde position. Israël peut être un acteur important dans l’Union pour la Méditerranée (UPM), notamment dans les domaines de l’agronomie et de l’agriculture en zones arides, de l’eau, des énergies renouvelables ou de la recherche biomédicale. Plus de 120 projets de recherche en réseau (P2R) ont été financés entre 2004 et 2009 dans le cadre de 7 programmes : agronomie, astrophysique, bioinformatique, génétique humaine, imagerie biologique et biomédicale, mathématiques et neurosciences et robotique.

L’excellence scientifique de la France et d’Israël est internationalement reconnue. La France, comme état membre de l’Union Européenne (UE), et Israël, comme état associé, participent aux programmes cadres de l’UE. Leurs taux de réussite les placent dans le peloton de tête des pays de l’UE. Le renforcement de la coopération scientifique bilatérale, initié par le HCST Haut Conseil Franco-Israélien pour la Science et la Technologie, pourrait se poursuivre avec la création d’une fondation binationale pour la science.

Dotée d’un comité scientifique et de moyens financiers renforcés, sa vocation serait de soutenir des projets de recherche binationaux ambitieux qui trouveraient, ensuite, leur épanouissement dans le cadre de l’UE ou de l’UPM."

Professeur Eric Seboun
Attaché pour la Science et la Technologie
Daguesh Science 3
n°71

Source: http://fitscience.files.wordpress.com/2007/12/daguesh-science-n71-hcst-pas-loud.pdf

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 19:05

 

 

ISRAËL ALLEMAGNE - LE GROUPE SIEMENS DEVRAIT INVESTIR MASSIVEMENT EN ISRAËL EN R&D. DANS LE SECTEUR DU SOLAIRE SIEMENS EST DEJA PRESENT

SEP 201006

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Innovation
Publié le 6 septembre 2010

 

siemensLe Groupe Siemens va encore investir en Israël. Selon des sources IsraelValley confirmées ce jour par un article du journal en ligne Ynet, le Groupe Siemens a bien l’intention d’investir massivement en Israël. Depuis des années, ce Groupe a analysé les potentiels de la Terre Promise en matière de high tech. La conclusion est claire : Israël peut être un excellent Tech Cluster pour installer des labos du groupe Siemens.

Dans la mesure où le trajet entre Tel-Aviv et Berlin est d’environ 4 heures, il est assez facile pour les cadres dirigeants de la R&D du groupe Siemens de transférer des savoir-faire entre les deux pays. Le 6 Décembre 2010 à Berlin aura lieu “L’Israël Innovation Day” qui devrait attirer de nombreux ingénieurs et scientifiques allemands.

Siemens va également injecter 50 millions de dollars pour étendre les activités de sa filiale Solel Solar Systems, rebaptisée Siemens CSP. D’ici 2012, l’usine du groupe allemand basée à Bet Shemesh, près de Jérusalem, sera agrandie et permettra le recrutement de 150 nouveaux employés. En octobre 2009, Siemens a racheté la compagnie israélienne Solel Solar, leader en énergie solaire, pour un montant de 418 millions de dollars. L’opération financière s’est effectuée en moins d’un mois. Avec l’acquisition de Solel Solar, Siemens peut espérer augmenter rapidement sa gamme de produits thermo-solaires. Solel Solar a été immédiatement intégré au département des énergies renouvelables de Siemens Energy.

Nouvel atout de Siemens, les centrales thermo-solaires font désormais partie du catalogue environnemental du groupe et lui ont rapporté près de 23 milliards de dollars en 2009. Le groupe allemand estime que ce type de solution a permis de réduire considérablement l’émission de dioxide de carbone, à hauteur de 210 millions de tonnes l’an passé, soit l’équivalent des émissions moyennes de villes comme Tokyo, New York, Londres et Berlin.

Pour rappel, Siemens a racheté Solel, compagnie spécialisée dans les projets solaires de grande échelle, pour préparer le projet Desertec qui consiste à déployer des dizaines de centrales solaires tout autour du Sahara, lesquelles enverraient une partie de leur électricité vers l’Europe. Pour 400 milliards d’euros, à dépenser sur quarante ans, cette réalisation pharaonienne fournira 15% de l’énergie consommée en Europe en 2025.—

Web Review – Ynet "German electronics giant Siemens is considering investing considerable capital in Israel, according to recent meetings in Germany between representatives of the Federation of Israeli Economic Organizations and Siemens. The meetings were held to find ways of increasing cooperation in R&D and investment in Israel.

A delegation of the Economic Organizations’ coordination bureau, headed by the Manufacturers’ Association President Shraga Brosh, recently met Siemens representatives and representatives of the German pharmaceutical company Bayer Schering in Berlin. Further discussions are expected during Israel Innovation Day which will be held in Berlin on December 6 with the participation of dozens of Israeli and German companies. The Innovation Day, held under the auspices of German Minister of Economics and Technology Reiner Bruederle and Israel’s Minister of Industry, Trade and Labor Benjamin Ben Eliezer, will focus on Israeli developments in the field of life sciences, homeland security, clean technologies, programming and communications.

The Israeli delegation was invited to Germany by the Confederation of German Employers’ Associations (BDA). Delegates will meet German ministers of finance, economics and technology, and labor and welfare, as well as senior figures in the office of Chancellor Angela Merkel and representatives of leading German firms. Delegates emphasized that the BDA is an important ally for Israel in the field of international business. “The Germans make sure that any attempt to turn business debates in political or anti-Israel directions is prevented,” they said."

Source: Ynet (Copyrights)

Partager cet article
Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 08:49

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/08/30/28487/

ISRAËL DANS THE ECONOMIST - DE NOMBREUSES START-UP ISRAÉLIENNES DEVRAIENT PAYER DES ROYALTIES À L’ARMÉE, AFFIRME EDOUARD CUKIERMAN, VENTURE CAPITALISTE À TEL AVIV. IL NE PLAISANTE QU’À MOITIÉ.

AUG 201030

Par Oren Dahan (Tel-Aviv)
Rubrique: Economie
Publié le 30 août 2010

 

the economistIsraelValley a pris l’initiative de traduire un excellent article qui vient de paraître cette semaine dans The Economist : De nombreuses start-up israéliennes devraient payer des royalties à l’armée, affirme Edouard Cukierman, venture capitaliste à Tel Aviv. Il ne plaisante qu’à moitié. Malgré la récession, les exportations de technologies ont augmenté de 5% l’an passé. Edouard Cukierman est d’avis que le service militaire est en partie responsable de ce succès. L’armée israélienne ne fait pas qu’entraîner de simples soldats, affirme-t-il, elle est une véritable pépinière de futurs entrepreneurs.

Les adolescents engagés dans les unités de hautes technologies accumulent une expérience « équivalente à une license en informatique » selon Ruvi Kitov, co-fondateur et président de Tufin Technologies, une société israélienne de software. Pratiquement tous les employés de Tufin en Israël et Ruvi Kitov lui-même, sont des vétérans de l’armée israélienne. L’une des vaches à lait de l’entreprise est un logiciel qui permet de détecter des serveurs de spam et de bloquer leurs transmissions. Cette technologie est en grande partie inspirée par un logiciel de l’armée que les développeurs utilisaient lorsqu’ils étaient soldats.

Les armées traditionnelles sont basées sur l’obéissance inconditionnelle à la hiérarchie. L’armée israélienne, quant à elle, encourage la créativité. Un porte-parole de l’armée d’affirmer qu’il est « tout à fait acceptable » qu’un soldat soulève un problème et fasse part à ses supérieurs des ses idées pour le résoudre. C’est pour cette raison que les vétérans de l’armée sont aussi performants sur le marché des start-up, explique Alan Baker, président de la Chambre de Commerce Canada-Israël. Ils parviennent également à attirer beaucoup de fonds, continue-t-il, car les investisseurs font confiance à l’armée, qui, mieux que n’importe quelle entité, sait sélectionner les meilleurs potentiels.

Dans d’autres pays, les employeurs comptent sur les concours d’entrée aux plus grandes universités pour départager les meilleurs. En Israël, grâce à l’expérience accumulée lors du service militaire, la plupart des candidats a déjà subi des tests autrement plus sélectifs.

Les Israéliens remettent facilement en question l’autorité, ajoute Slomo Maital, auteur de « Global risk/Global Opportunity », livre de management qui vient de paraitre. Dans l’armée israélienne, où il a servi en tant que réserviste durant un quart de siècle, on encourage les soldats à improviser, de peur qu’ils perdent cette aptitude sur les terrains de bataille.

Cette culture de l’initiative aide les entrepreneurs issus de l’armée à résoudre des problèmes d’ordre civil. Shlomo Maital mentionne ainsi l’entreprise Check Point qui développe des logiciels de sécurité sur internet. Ses fondateurs, durant leur conscription, construisaient les firewalls de protection mis en place par les services d’intelligence israéliens.

Optibase, une entreprise du quartier High-Tech de Herzliya, commercialise des technologies audiovisuelles. Ses fondateurs, eux, se sont faits les dents en bricolant des technologies de pointes dans le cadre du développement de systèmes de défenses des services d’intelligence. Cette entreprise n’aurait probablement jamais vu le jour sans l’armée israélienne, affirme Eli Garten, un de ses vice-présidents. Garten était lui-même à la tête d’une équipe de 34 soldats au sein d’une unité d’intelligence de l’armée de l’air, à l’âge de vingt ans seulement. Ironie du sort, ce sont aujourd’hui les entreprises comme Optibase qui font la chasse aux talents issus de l’armée, en leur proposant des salaires toujours plus compétitifs.

Traduit et adapté par Oren Dahan
Copyright The Economist

Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 11:07

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/08/29/28479/

MAROC ISRAËL - LE GROUPE MAROC TELECOMS (FILIALE DE VIVENDI UNIVERSAL) A CONCLU DES ACCORDS AVEC DES FIRMES ISRAÉLIENNES. LES CONTRATS PORTENT SUR LE SERVICE DE ROAMING

AUG 201029

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Téléphonie
Publié le 29 août 2010

 

UBIFRANCEDe temps à autres une polémique surgit et qui touche les relations d’affaires entre le Maroc et Israël. Il est certain qu’une opacité totale existe sur l’état des relations entre les deux pays. Web Review : "Lahcène Daoudi du Parti pour la Justice et le Développement (PJD, opposition), accuse Maroc Télécoms d’avoir conclu des contrats avec des entreprises israéliennes dans le secteur de la téléphonie mobile et demande à l’opérateur historique marocain «d’annuler ces contrats», qui portent notamment sur les services du roaming. (Roaming :Signifie itinérance en français. Ce service proposé par les opérateurs de télécommunications permet aux usagers de téléphones mobiles de pouvoir appeler et être appelés dans un pays étranger. Pour cela, les opérateurs de différents pays passent des accords de dits de roaming, afin que les téléphones de leurs abonnés puissent se connecter en toute transparence à un réseau (GSMGPRS ou UMTS) étranger si nécessaire. Ce service est évidemment payant et les tarifs des communications sont très variables – mais généralement très élevés – d’un opérateur à l’autre.)

«Ces contrats avec des entreprises israéliennes ne sont qu’un encouragement gratuit au rapprochement avec Israël, et qui ne bénéficient qu’à l’entité sioniste. Le Maroc officiel n’a pas de relations avec Israël, et le peuple marocain est contre tout rapprochement avec Israël», estime encore Lahcène Daoudi, relevant que «la politique de Maroc Télécoms de travailler avec des entreprises israéliennes va à contresens de la position officielle du Maroc et du peuple marocain».

De son côté, Maroc Télécoms a répondu à ces accusations, légitimant ces contrats avec des entreprises israéliennes du fait de la forte présence de la communauté marocaine d’origine juive en Israël, réfutant toute accusation de rapprochement ou de relations avec l’entité sioniste. Plus important opérateur de téléphonie au Maroc, le groupe Maroc Telecoms est détenu à 51% par Vivendi Universal.

Les relations intimes entre le Maroc et Israël ne sont en fait un secret pour personne, au point que Mohammed VI a gardé dans son cabinet le conseiller politique de son père, André Azoulay, natif d’Essaouira et représentant des juifs du Maroc."

IsraelValley et Extrait partiel de Le Quotidien d’Oran, 28/8/2010

Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 10:23

 

 

Koweit-Israël. La technologie: oui. Les journalistes: non.

Leave a comment

10 Votes

 

 

Pour se protéger de l’Iran, le Koweit recevra probablement des Etats-Unis plus de 200 missiles anti-missiles Patriot de dernière génération. Montant du deal: près d’un milliard de dollars. L’annonce a été faite le 11 août au Congrès par l’Agence de défense, de sécurité et de coopération du Pentagone comme l’indique “Zone militaire” (Opex 360)…En contrepoint, et sans rapport apparent, une polémique,rapportée par l’agence émiratie Gulf News, fait rage au Koweit. Objet du scandale : Un journaliste israélien aurait  visité le pays, comme le suggère depuis plusieurs semaines la presse locale. Le ministère de l’intérieur jure, devant une commission parlementaire ad hoc, que c’est impossible :  ”No Israeli passport holder has been allowed into Kuwait”.

Dont acte. Les détenteurs de passeports israéliens ne sont pas autorisés à entrer au Koweit.  Je peux vous assurer a-t-il ajouté qu’aucun citoyen israélien n’est venu, ou ne viendra dans le futur, dans le pays.  Gulf News rappelle que le Koweit n’a pas de relations diplomatiques avec l’Etat hébreu. Déjà en avril, les autorités avaient du nier officiellement l’entrée d’israéliens au Koweit, mettant au défi ceux qui en avaient la preuve, de la produire.  Des allégations sans fondement, manquant totalement de crédibilité, selon les communiqués officiels. Toute personne présentant un passeport portant un tampon israélien se voit refoulée du pays. 

 L’agence émiratie révèle cependant  qu’en mars dernier un journaliste israélien avait relaté par le menu, au quotidien Yediot Ah’aronot  comment il pouvait évoluer sans encombre dans divers pays arabes.  Sans toutefois mentionner le Koweit.  Le journaliste affirmait cacher son identité en utilisant un passeport non-israélien, et pouvoir ainsi se rendre absolument partout.  La polémique est survenue à l’occasion d’une nouvelle interview du même journaliste donnée à Al Rai depuis Berlin, où il réside.  Je suis un journaliste israélo-européen a-t-il déclaré, je vis en Europe et je suis allé au Koweit dans le cadre de mon travail pour informer les gens en Europe et en Israël sur la situation au Koweit et dans d’autres pays du Moyen-Orient. Ajoutant qu’il lui semblait que les Etats du Golfe partageaient la même crainte qu’Israël face à la menace nucléaire iranienne. Il indiquait avoir voyagé avec son passeport allemand puisqu’il est impossible d’utiliser un passeport israélien pour entrer au Koweit et dans la plupart des pays arabes.

Dernière précision, Gulf News cite à de nombreuses reprises le nom de cet (excellent) journaliste (*) mentionnant même son lieu de naissance. Un luxe de détails – et ce n’est pas une critique- auxquels n’ont pas droit les lecteurs  des émirats lorsqu’il s’agit de l’origine des scanners médicaux, des médicaments oncologiques, des micro-processeurs, des systèmes de sécurité, des logiciels aéronautiques etc.

(*) Il s’agit d’Eldad Beck, correspondant du Yediot en Allemagne, spécialiste du monde arabo-musulman, auteur du livre “Behind the Border”. récits-chocs de voyages paradoxaux en Syrie, Liban, Irak, Iran, Pakistan, Afghanistan… ( מעבר לגבול “Meever lagvul” , 350 p. édité  par Yediot Sfarim).

 

Dominique Bourra, CEO of NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

A lire également :

Moyen-Orient. De l’ambivalence des technologies de sécurité. 

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 05:42

 

 

Drones: “Le principe de David”.



 

1 Votes

 

 

 

Retour sur deux paramètres fondamentaux concernant Israël dont l’image, communément répandue,  est celle d’une superpuissance scientifique, technologique et militaire. Sans parler du miroir déformant de la propagande “anti”.  En fait, un pays minuscule, classé 148ème mondial (sur 193) pour la superficie. Bien plus petit que Djibouti, Belize ou le Salvador. Moins grand que la Lorraine… Large d’une quinzaine de kilomètres en son centre. Des faits simples, qu’il est bon de rappeler régulièrement.

Comme le fit l’an dernier le webzine israélien en français JSS news en publiant un visuel-choc tout simple: une petite carte  d’Israël comparée à celle de divers pays. L’effet est saisissant: une miette par rapport à l’Iran, un petit trait au regard de l’Australie. Côté population,  Israël remonte un peu dans le classement mondial et « se hisse » à la à la 98ème place…mais derrière des petits pays plus peuplés comme le Honduras, la Suisse ou la Serbie.  En comparaison, l’Iran ou la Turquie font figure de Goliaths démographiques, leurs populations cumulées étant 20 fois supérieures à celle d’Israël.

Compte tenu de sa taille minuscule et de la disproportion des menaces (à 1 contre 100), Israël recoure massivement à la robotisation pour  décupler ses systèmes de défense. Ce qui est loin d’être une sinécure.   Une véritable industrie des véhicules sans pilotes s’est ainsi développée au fil du temps au sein de l’Etat hébreu,  grâce notamment à une savante combinaison de savoir-faire : logiciels, télécommunications, optique, électronique, microsystèmes,  nanomatériaux, etc.

Dans le domaine aérien tout d’abord avec toute une gamme d’avions sans pilote de toutes tailles, du mini drone Skylark d’Elbit au Eitan (le Heron TP d’IAI) à l’envergure d’un 737, en passant par le Hermes 450 etc.  Une réussite telle qu’Israël est devenu le premier exportateur mondial d’avions sans pilotes. La récente saga turque (voir la série d’articles de NanoJV sur ce sujet) a illustré le succès à toutes épreuves des solutions israéliennes. Sur mer, Israël a également mis au point des drones navals de surface (les usv) comme le Protector de Rafael (utilisé par Singapour), le Silver Marlin d’Elbit ou encore le Seastar d’Aeronautics.

Enfin des drones terrestres ont fait leur apparition (les ugv), dont le tous-terrains Guardium, développé par la société conjointe G-nius (Elbit et IAI) destiné à la contre-guerilla urbaine, est l’un des derniers avatars.

En attendant  les nouvelles générations  de cyber-fantassins, de robots dotés d’intelligence artificielle (comme le robot-mit’abed : le robot kamikaze doué de langage, en phase de test), dont le  ”robot nah’ach” (robot serpent) ou encore le Viper (Versatile- Intelligent-Portable-Robot) d’Elbit, un robot de combat doté de vision optronique et monté sur autochenilles ne sont que de simples préfigurations.

Les systèmes télécommandés en service aujourd’hui, pour certains “combat proven” - certifié au combat-  (en Irak, en Afghanistan, au Liban, au Soudan…)  présentent l’avantage d’être  robustes,  précis, résilients et surtout économes en vies humaines.  Au delà de leurs qualités opérationnelles,  la substance électronique et logicielle de ces robots est une composante essentielle de la guerre info-centrée, une doctrine militaire inconnue des armées à l’ancienne, rigides,  fondées sur la masse, la puissance cinétique et les destructions aveugles (le conflit irano-irakien – de 1980 à 1988 – sous-estimé en occident, étant l’une des plus funestes illustrations de l’archéo-guerre avec 1,2 millions de morts, soit 20 fois plus de victimes que l’ensemble de toutes les guerres israélo-arabes depuis 60 ans. Une comparaison non politiquement correcte généralement passée sous silence). 

Le sort des armes s’est donc désormais déplacé dans une quatrième dimension virtuelle: le cyberespace (“une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part”).  Comme le souligne l’intitulé percutant de l’US Air Force : l’armée de l’air, de l’espace et…du cyberespace. Voir pour s’en convaincre,le dernier exercice conjoint israélo-américain au dessus du Grand Canyon. “It’s not science fiction” annoncent-ils.  ”It’s what we do every day».

A suivre.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis