Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:22

Exclusif DEBKAfile : Kadhafi se cache dans l’oasis de Targan, Sahara

En exclusivité mondiale, les sources du renseignement de Debkafile révèlent que Mouammar Kadhafi, deux de ses fils et plusieurs milliers de combattants se sont terrés à Targan. Ce point d’eau dans l’immense carte saharienne se situe à plusieurs centaines de kilomètres de distance au Sud-Ouest de la ville désertique de Jiffra, qui, elle-même, est à plus de 1.500 kms de Tripoli, tenue par les rebelles et de Sirte, où ses  fidèles tiennent tête aux rebelles libyens…[Lire la suite »]

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 08:28

 

 

Le coordonnateur national du renseignement s’est fait voler son téléphone portable

2 septembre 2011 – 19:07

http://www.opex360.com

Bien que la préfecture de police a adressé des mises en garde depuis quelques mois sur les vols de téléphones portables à Paris, le coordonnateur national du renseignement, Ange Mancini, s’est fait voler le sien alors qu’il était à une terrasse d’un restaurant du 8e arrondissement de la capitale.

Selon RTL, qui a dévoilé cette information, le préfet Mancini, ancien patron du RAID, l’unité d’intervention de la Police nationale, a été approché par deux adolescents « originaires de l’Europe de l’Est ». L’un des deux lui a alors demandé de signer un document, pendant que le second, manifestement, lui a subtilisé son téléphone professionnel.

Nommé en février 2011 au poste de coordonnateur national du renseignement en remplacement du diplomate Bernard Bajolet, devenu ambassadeur de France à Kaboul, Ange Mancini n’a pu donc que constater la disparition de son téléphone, lequel sera difficile à retrouver étant donné que la police ne dispose pas de signalement précis des voleurs. Bien que l’appareil est en partie crypté, il n’en reste pas moins qu’il contient des numéros à ne pas mettre entre toutes les mains.

Le poste de coordonnateur national du renseignement a été créé en 2008 sur la base des recommandations du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBSDN). Placé auprès du président de la République, sa mission est de coordonner les actions des différents services de renseignement français, civils et militaires.

Loi des séries, en août dernier, l’on apprenait que Bernard Squarcini, le patron de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), née de la fusion de la DST et des Renseignements généraux, avait égaré sa carte professionnelle alors qu’il se trouvait à bord du Napoléon pour rejoindre la Corse, où il avait prévu de passer ses vacances avec sa famille.

Partager cet article
Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 21:28
L’ingénieur principal du Hamas dit absolument tout

 

L’ingénieur enlevé Abu Sissi fournit à Israël des informations inestimables sur les opérations du Hamas, selon des documents nouvellement publiés ; l’académie militaire du groupe terroriste opère dans les mosquées de Gaza, révèle t-il.

 

Ilana Curiel

Par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

 

Publié le: 

11.08. 11, 17:26 / Israel News

 

 

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4107803,00.html

 

 

L’ingénieur du Hamas Dirar Abu Sisi, enlevé par les forces de sécurité israéliennes, plus tôt cette année, a fourni à ses interrogateurs une information inestimable sur le modus operandi du Hamas, la préparation du groupe terroriste à un affrontement avec Israël et ses tentatives d’amélioration de la portée de ses roquettes.

                     

 

Selon des extraits des interrogatoires, autorisés à publication jeudi, par le Tribunal du département de Beer-Sheva appelé par Ynet, l’ingénieur du Hamas a décrit le groupe terroriste comme une organisation organisée hiérarchiquement dont le but est d’apprendre de ses erreurs et de s’adapter aux réalités régionales changeantes.

 

Abu Sisi du Hamas (Photo: Herzl Yosef)

 

L’ingénieur a déclaré aux enquêteurs qu’à la suite de l’Opération Plomb Durci à Gaza, le cerveau terroriste du Hamas, Mohammed Deif et le commandant de la branche militaire du groupe, Ahmed Jabari ont découvert la faillite des opérations du Hamas et qu’ils ont décidé de confier à Abu Sisi la responsabilité d’établir la nouvelle académie militaire de l’organisation.

 

“Une analyse de la guerre contre Israël a été entreprise. Elle a découvert qu’un grand nombre de combattants du Hamas ont fui leurs positions. Une erreur est apparue dans la chaîne de décision, conjuguée à une incapacité d’utiliser les armes durant la bataille – à cause de la paralysie par la peur. « On a créé un programme d’étude , dans le but d’améliorer la situation.

 

Etudes terroristes à la mosquée.

 

On a donné à la nouvelle académie la mission de transmettre des méthodes de combat et des tactiques aux terroristes du Hamas, d’après ce que raconte Abu Sisi. Les hommes du Hamas ont entrepris leur études dans les mosquées, pour passer leurs examens terminaux dans les universités connues de Gaza ou dans des mosquées.

 .

                                                                                      

“Les livres et le matériau académique ne portaient ni le nom, ni le sigle du Hamas”, explique t-il. « Parmi les instructeurs, il y avait des chargés de cours de l’université, des responsables du Ministère de l’éducation, des marchands, ou d’autres professions représentées ».

 

L’un des croquis de roquette d’Abu Sisi (Photo: Ilana Curiel)

 

 

Abu Sisi est tenu pour être l’expert en roquettes du Hamas. Il a rejoint le groupe terroriste en 2002, en dépit du fait qu’il travaillait pour la Compagnie palestinienne d’Electricité, qui interdisait à ses employés d’adhérer à aucun groupe terroriste.

 

“J’ai assisté le Hamas dans le développement des capacités de ses missiles, en identifiant et en portant plus loin des équations mathématiques qui améliorent la capacité des métaux de tuyauterie à s’adapter à la pression et à la chaleur », explique t-il. J’étais présent lorsqu’on a testé un missile en direction de la mer, à Khan Younès ».

 

The terror group was lacking materials that could improve their rocket range and later smuggled it in from Egypt through tunnels, he said.

 

Le groupe terroriste manquait de matériaux capables d’améliorer la portée de ses roquettes et est parvenu plus tard à en acheminer clandestinement depuis l’Egypte par les tunnels », raconte t-il

 

 

Roquette-info sur Internet

 

L’interrogatoire d’Abu Sisi ont révélé qu’il a acquis des informations completes sur la façon d’améliorer la portée des roquette , via Internet, y compris sur le site Youtube.

 

 

“Je ne connais rien aux explosifs. J’ai seulement calculé la pression et la chaleur… Je téléchargeais la formule sur Internet », dit-il, ajoutant qu’il téléchargeait également des logiciels afférant à la structure des roquettes.

 

Le Hamas envoyait alors ses bons éléments pour suivre une formation à l’étranger, selon Abu Sisi. Les diplômés sélectionnés de l’académie rejoignaient des académies militaires dans des pays étrangers, comme la Syrie, le Yémen, le Soudan et l’Iran.

 

 

Au cours de son interrogatoire, Abu Sisi a exprimé ses regrets d’avoir rejoint le Hamas :

 

 

“Je regrette grandement mon affiliation aux Frères Musulmans et au mouvement Hamas, mon travail pour développer la portée des missiles, ma participation à l’établissement de l’académie militaire du Hamas et toutes les informations que j’ai apportées au Hamas, qui peuvent représenter une menace à la sécurité d’Israël et de ses citoyens », avoue t-il.

 

“Je sais que les missiles sont létaux et fauchent la vie des autres, sans distinction entre les Arabes et les Juifs », ajoute t-il.

 

 

Abu Sisi a été kidnappé à Kiev et conduit en Israël en février. Son inculpation comporte neuf actes d’accusation, dont le fait d’être membre d’une organisation terroriste, le meurtre, la tentative de meurtre et la production d’armes.

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 08:23

Service de Protection de la Communauté Juive

AVIS DE RECHERCHE : Aidez-nous à retrouver LINDSAY KARSENTY, disparue à Sucy en Brie il y a 1 mois, 1m56, 55Kg, yeux noisettes, cheveux mi-long couleur chatain. Pas de signe particulier. Numéro vert joignable 24/24 au 0800 18 26 26

AVIS DE RECHERCHE : Aidez-nous à retrouver LINDSAY KARSENTY, disparue à Sucy en Brie il y a 1 mois, 1m56, 55Kg, yeux noisettes, cheveux mi-long couleur chatain. Pas de signe particulier. Numéro vert joignable 24/24 au 0800 18 26 26

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 09:16



 

Merci Elie, et Yéochoua

 

 

L'AFFAIRE POLLARD  2/2 - "Et le peuple sauva Jonathan…"   

Par Elie KLING

 © 2011 www.aschkel.info 

 

 

 

                 "Et le peuple sauva Jonathan…"                      

 

Nous venons donc d'apprendre qu'il y a 3 mois, la commission parlementaire pour le contrôle de l'état a demande à Lindenstrauss, le contrôleur de l'Etat, d'enquêter sur ce que les gouvernements successifs ont fait depuis 23 ans pour la libération de Jonathan Pollard. Si Yediot Aharonot, dont la ligne progouvernementale fait souvent penser à la Pravda soviétique (mais en plus sophistiquée), n'en avait pas fait sa une, on ne l'aurait sans doute pas su jusqu'à la publication du rapport. En effet, la commission de la Knesset, jugeant le dossier délicat, avait recommandé de la part de tous la plus grande discrétion. Or, chose rarissime en Israël, le secret avait en effet été garde depuis 3 mois. Mais voilà, certains en haut lieu ont dû penser que l'enquête s'annonçait par trop compromettante pour leur avenir politique. D'où la fuite qui s'étalait l'autre jour à la une du quotidien: "De hauts responsables de la Sécurité s'inquiètent que le prochain rapport de Lindenstrauss sur Pollard ne retarde sa libération". Comme si l'espion juif qui croupit depuis 23 ans dans les geôles de notre allié américain était sur le point d'en sortir et que seule la curiosité du contrôleur de l'Etat faisait obstacle à sa libération! Vous apprécierez en passant le courage 'des hauts responsables" qui se cachent derrière l'anonymat. Le titre du journal aurait certainement gagné en précision s'il avait été formulé ainsi: "Olmert à Yédiot: faites donc taire Lindenstrauss, je n'ai vraiment pas besoin en ce moment d'avoir en plus l'affaire Pollard sur le dos!"

 

En fait, sans le vouloir, le journal a sans doute rendu service a Pollard en remettant l'Affaire à l'ordre du jour". 23 ans! Plus du tiers de l'histoire de l'Etat Juif qui fêtera prochainement ses 60 ans et dont les citoyens ont le droit de savoir si leurs dirigeants se sont désintéressés du sort de Jonathan, après avoir obtenu de lui les précieux renseignements que l'Oncle Sam refusait de nous transmettre. Durant 18 mois, Pollard fournit à Israël des centaines de documents sur les capacités chimiques, biologiques et nucléaires de nos aimables voisins: l'Irak, l'Iran, la Syrie et la Libye, sur le développement de leurs missiles, sur leurs plans d'agression comme sur leurs contrats secrets d'achats d'armement. D'aucuns prétendent même que les plans qu'il fournit n'étaient pas pour rien dans le bombardement par Tsahal du Q.G de l'O.L.P à Tunis en octobre 1985 (eh oui, difficile de s'en souvenir, mais il fut un temps où on bombardait nos ennemis au lieu de leur fournir des fusils…)

 

Que l'on fermât les portes de l'ambassade d'Israël à Pollard le jour où, ce dernier ayant été découvert, la C.I.A était à ses trousses, c'était  à la grande rigueur acceptable. Apres tout, ce sont les risques du métier. Tout espion sait qu'il risque de se retrouver seul si ça tourne mal. On espérait bien sûr que chez nous, les choses se passeraient autrement mais on était prêts à comprendre les impératifs de la raison d'état. Le vrai scandale, c'est ce qui se passa après son arrestation. Comment est-il supportable qu'en 23 ans, les gouvernements successifs d'Israël n'aient pas trouvé le moyen de lui faire retrouver sa liberté alors que , souvent sous des pressions américaines, les mêmes gouvernements libérèrent des milliers de terroristes palestiniens, avec ou non du sang sur les mains? Comment se fait-il qu'Olmert (et Sharon avant lui) n'aient pas même osé transmettre à Bush la lettre en sa faveur signée par la plupart des députés? Pourquoi fallait-il des années pour que l'Etat reconnaisse officiellement qu'il travailla pour nous ou lui accorde la nationalité israélienne, ce qui aurait pu améliorer ses conditions de détention? Pourquoi le Grand Rabbinat d'Israël n'exige pas des juifs du monde entier de prier pour la libération de Pollard le chabbat dans les synagogues? Pourquoi les sages de notre génération, n'organisent pas une manif monstre de soutien au Kotel ? Pourquoi ne pas exploiter l'approche du 60eme anniversaire pour demander des américains de faire a leur tour un geste de bonne volonté? Pourquoi ne pas exploiter les derniers mois de l'administration Bush pour exiger de lui d'inclure Pollard sur la liste des amnisties traditionnellement accordées en fin de règne? Qui a peur de voir Jonathan Pollard  libre de ses mouvements et de ses paroles?

 

Le peuple, comme d'habitude semble être davantage à la hauteur que ses dirigeants. Les citoyens israéliens multiplient les actions en sa faveur, qu'il s'agisse d'initiatives personnelles ou collectives. Les mouvements de jeunesse, les associations, multiplient leurs actions. La municipalité de Jérusalem a récemment rebaptisé une de ses places: "Place de la libération de Pollard". Des juifs américains, pétrifiés par la crainte de l'accusation de double allégeance, on ne peut hélas rien attendre malgré l'opportunité offerte par la campagne électorale. C'est donc à nous d'agir sans répit jusqu'à la libération.

Ainsi, un jeune couple a récemment offert à ses invites lors de leur mariage une prière spécialement rédigée en sa faveur en guise de souvenir et sur laquelle était inscrit ce verset de Samuel :

"Et le peuple dit à Saul: Quoi! Jonathan mourrait, lui qui a procuré une si grande victoire à Israël… l'intervention du peuple sauva Jonathan: il ne mourra pas." (Samuel 1, 42.)

On ne saurait mieux dire: cela ne dépend que de nous.

Arrêtez moi si je dis des bêtises….

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 09:13

 


Merci Elie, et Yéochoua

 

 

L'AFFAIRE POLLARD  1/2

Par Elie KLING

 © 2011 www.aschkel.info 

 


Vous connaissez Aldrich Ames ?

Non ?

Eh bien vous devriez !

 

Remarquez, je ne vous en veux pas: on n'a pas dû vous en parler beaucoup.

 

Et pourtant: cet homme est celui pour les crimes duquel Jonathan Pollard moisit en prison depuis maintenant 25 ans.

 

Vers le milieu des années 80, alors que personne n'imagine encore que le Mur de Berlin connait ses dernières années d'existence et qu'il entrainera bientôt dans sa chute cette guerre froide qui divise le monde depuis 45, la guerre des espions fait toujours rage entre les 2 camps.

 

Justement la CIA vient de subir l'un de ses plus grands revers. En quelques mois, plus de 40 de ses agents ont été découverts, arrêtés ou exécutés sur le territoire soviétique. Les responsables de la fameuse Centrale américaine sont sommés de fournir très vite des réponses convaincantes à leurs supérieurs: qui a bien pu renseigner les russes de manière aussi précise?

 

Or voici qu'une affaire qui, somme toute, semblait assez classique, vient d'éclater et fait déjà  les gros titres des journaux.

Jonathan Pollard, un juif américain qui travaille dans la marine en analysant des renseignements a été surpris en flagrant délit: il livrait des documents secrets à Israël.

L'occasion était trop belle de lui faire porter le chapeau du scandale de la liste noire tombée entre les mains des soviétiques.

 

Le 5 Mars 1987, quelques heures avant que les juges ne rendent leur verdict, le ministre de la défense Caspar Weinberger leur transmettait au nom de l'accusation un dossier secret "démontrant" les dégâts considérables  qu'avait causés Pollard à la sécurité de l'Etat et insistant sur la vie des agents qui avaient péri par sa faute. A l'époque de Dreyfus, les dossiers secrets avaient été remis aux juges par des militaires bornés et antisémites. A l'époque de Pollard, c'est un juif renégat (Caspar épousa naguère la foi catholique de sa mère) et tout aussi antisémite qui s'en est chargé. On n'arrête pas le progrès!

Weinberger en profita pour faire une déclaration publique: " Pollard est le plus dangereux des espions de toute l'histoire de l'Amérique. Les torts qu'il a causés sont difficilement imaginables! " Du coup, Pollard est condamné á la peine maximale: perpétuité.

 

Ames, le véritable espion est arrêté en Février 94 et avoue tout. C'est lui qui a vendu une grande partie des noms pour de l'argent. Que voulez-vous: il boit beaucoup et ca coute cher.

 

D'ailleurs, on "découvre" par la même occasion, que contrairement à Ames, Pollard n'a jamais possédé le code d'accès au fameux coffre qui contenait la liste.

Croyez-vous qu'on ait pour autant libérer Pollard?

 

Allons donc!  Ce serait reconnaître qu'on a volontairement accablé un innocent. On l'accusera donc, contre toute logique, d'avoir livré  les autres noms de la liste, ceux qu'Ames n'avait pas livré lui-même! C'est un déserteur russe qui racontera en 2001 qu'un autre agent du nom de Robert Hensen est le véritable traître qui livra les noms restants. Pollard reste enfermé.

 

"J'ai livré des documents à Israël. Et je l'assume". Il s'agissait d'informations sur les armes chimiques que possèdent certains pays arabes ainsi que sur les intentions de terroristes islamiques. J'ai été choqué que les USA refusaient de transmettre à leurs alliés ces informations vitales.

 

Qu'aurais-je du faire?

Rester les bras croisés alors qu'Israël est en danger?

Aucun Juif digne de ce nom ne pourrait le faire ! … Comment peut-on prétendre que j'aurais du me taire et, dans le même temps, fustiger ceux qui, pendant la Shoa, se sont rendus  complices par leur silence?

Oui, j'ai transgressé la loi mais à vrai dire, je préfère pourrir le restant de ma vie en prison que de porter le deuil de centaines de milliers d'israéliens qui auraient pu périr par le seul effet de ma lâcheté" …

 

Pollard est un idéaliste. Si on ne l'avait pas accablé injustement de crimes que d'autres que lui ont commis, il aurait été libre après 5 ans. Il n'a causé aucun dommage à son pays.

Il a livré illégalement  des informations à un pays ami, voila tout. Oanounou, qui fut arrêté à la même période avait lui, par contre,  livré les  secrets les mieux gardés de son pays à l'étranger et avait de ce fait porté un grand préjudice à son pays. Il est libre depuis longtemps.

 

L'affaire Pollard aura eu au moins le mérite de mettre en lumière ce que nous aurions tous préféré laisser dans l'ombre:

 

Dans les annales de l'histoire d'Israël on lui doit quelques une de ses pages les moins glorieuses. Ainsi, par exemple, il faudra attendre 11 ans avant que les autorités ne lui accordent la nationalité israélienne et 2 ans supplémentaires avant qu'elles ne le reconnaissent comme l'un  de ses agents!

 

Et que dire de la puissante communauté juive américaine? Prise de panique de voir remettre en cause son patriotisme parce que l'un de ses membres a fait passer son amour d'Israël avant le reste, ils préférèrent détourner le regard ou pire, hurler avec les loups comme les derniers des israélites français de 1895 rattrapés bien malgré eux par cette "regrettable Affaire Dreyfus"! Et nous qui pensions que  leur puissant lobby symbolisait le nouveau Juif de Diaspora, sur de lui et décomplexé!

 

Quant à Obama, grand défenseur des droits de l'homme, héritier naturel de Martin Luther King , le voila qui ajoute la méchanceté gratuite a l'iniquité insupportable en refusant au Juif emprisonné le droit de voir ne serait-ce que quelques instants son père agonisant, puis, suprême sadisme, en l'empêchant  d'assister à l'enterrement malgré la demande officielle du gouvernement israélien.

 

A ce propos, si vous entendez parler d'une manifestation, ou même d'une pétition, de la part des habituels ténors des droits de l'homme, tant aux Etats Unis qu'en Israël, faites-moi signe. Même une légère protestation de leur part ferait l'affaire. Mais leur silence est assourdissant.

 

Quant à nous, amis lecteurs, nous devrions depuis longtemps manifester en masse devant l'ambassade U.S de Tel-Aviv pour dire notre manière de penser à ces prétendus défenseurs  de la justice, de la liberté et de l'égalité  humaines.

 

Arrêtez-moi si je dis des bêtises…

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:29



logo drapeau fred

 

freds

 Merci Frédéric


Meir Dagan et le Mossad : du héros au zéro

par Frédéric SROUSSI

pour © 2011 www.aschkel.info

 

                    

Si une étrange bactérie tueuse a frappé l’Europe et l’Allemagne en particulier, un mal tout aussi dangereux mais bien plus mystérieux est en train de s’attaquer au cerveau de différents anciens hauts responsables des services secrets israéliens.

L’affaire est connue mais revenons-y. Meir Dagan, dont j’ai souvent loué avec ardeur les mérites lors de ses huit années passées à la tête du Mossad, est en train de perdre totalement la boule. L’ancien super-guerrier de l’ombre s’est transmué en un pacifiste bêlant appelant Israël à ne pas lancer de frappes militaires contre l’Iran qui poursuit pourtant avec une énergie débridée sa course pour l’obtention de l’arme nucléaire.

Pis, devenue une vraie pipelette en répandant sa logorrhée défaitiste à chaque apparition publique, l’ancien maître espion met ouvertement en doute les capacités d’Israël à faire la guerre sur plusieurs fronts. Selon ses dires, des frappes militaires contre l’Iran verraient le Hezbollah et la Syrie entrer dans la bagarre. Oui, on se doute qu’Israël devra combattre alors plusieurs armées et forces terroristes dans un cas pareil (bizarrement Dagan ne prend même pas en compte l’affaiblissement du régime syrien qui fait face à une véritable révolution dont il se pourrait bien qu’elle devienne une grave épine dans le pied des pires ennemis d' Israël mais rien n' est encore joué.Wait and see...).

Comment Dagan ose t-il balancer ses craintes sur la place publique en mettant en question les capacités opérationnelles de Tsahal qui se prépare pourtant à ce scénario du pire depuis des années ?! Dagan veut-il anéantir la dissuasion de l’État hébreu et donc provoquer la guerre en décrivant un Israël incapable d’assumer un conflit sur plusieurs fronts (ce que l' État juif a pourtant  réussi à faire en 1948, 1967 et 1973) ? Ce genre de discours est un encouragement offert aux ennemis d’Israël à attaquer en premier ! Chapeau M. Dagan !

Je sais que parfois la ruse militaire consiste à montrer un semblant de faiblesse pour mieux tromper notre ennemi sur nos réelles forces et intentions, cependant  je ne crois pas que cette «stratégie» soit particulièrement efficace dans le cas d’Israël qui ne peut attendre les bras croisés que Messieurs les arabo-musulmans tirent les premiers. L’État hébreu manque trop cruellement de profondeur stratégique pour permettre à l’ennemi de lancer la première attaque.

Être dans la position du «counter-fighter» n’est donc pas la situation la plus aisée pour l’État juif et puis comme le disait Napoléon, «En résumé, je pense comme Frédéric (le Grand), on devrait toujours être le premier à attaquer ».

Mais, l’ancien patron du Mossad va encore plus loin dans son délire puisqu'il regrette qu’Israël n’ait pas accepté le Plan de paix…saoudien ! Celui d’Obama n’étant pas assez suicidaire à son goût, l’ex-mémouneh veut que l’État juif mette sa destinée entre les mains des émirs fanatiques et corrompus de DJeddah !

Pendant ce temps, Meir Dagan (aujourd' hui Président de la firme Gulliver Energy Ltd, une entreprise d’exploration de gaz et de pétrole) trouvait des soutiens auprès d’autres anciens des services de renseignements d’Israël tel que Danny Yatom (dit le  «Kaiser »), ex-chef du Mossad  (qui dut démissionner après le fiasco de l’affaire Khaled Meshal) reconverti dans le business de la sécurité privée (il est Président de GSG Ltd) et ancien député du Parti travailliste. L’oligarchie israélienne (voir mon article du 28/11/10 paru sur www. aschkel.info et sur mon blog analyses–Israël   ‘‘Qui se cache vraiment dernière la «cinquième colonne » qui menace Israël ?) composée de politiciens, d’affairistes, de journalistes et d’anciens généraux et autres membres des services de sécurité, fait donc le jeu des ennemis d’Israël en mettant le destin de l’État hébreu entre les mains d’ennemis corrupteurs qui aideront ces oligarques «cananéens» à faire prospérer leurs petites et lucratives entreprises. Surtout, pas de vagues, business is business.

Une action militaire décisive, même si elle est malheureusement nécessaire comme cela est le cas face à un ennemi fanatique comme l’Iran, est une cause de grands soucis pour la fortune et/ou la fonction sociale des membres de l’oligarchie (Ils devraient pourtant plutôt s’inquiéter de la sécurité et de l’indépendance de l’État juif !).

Comme l’a écrit le philosophe Alexandre Koyré au sujet des oligarques trahissant leur pays: «Non seulement une guerre perdue, mais même une guerre gagnée, malgré le prestige accru que l’issue favorable du conflit donne, normalement, au régime social et politique du pays victorieux, produit, dans la structure économique et sociale du pays qui en subit le poids, des transformations tellement profondes qu’elles équivalent, parfois, à une véritable révolution» .  Et les révolutions, quelles qu’elles soient, sont rarement bonnes pour les affaires…

Je finirai cet article en citant les propos de Reza Kahlili (c’est un pseudonyme), ancien agent de la CIA infiltré parmi les terribles Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran :

« Pendant des années j’ai travaillé très dur pour faire prendre conscience aux leaders mondiaux que le régime iranien est déterminé à obtenir l’arme nucléaire. C’est un régime messianique qui croit réellement que son devoir vis-à-vis d’Allah est de détruire Israel et l’Amérique » (Reza Kahlili, FoxNews.com; le 31 mai 2011).

Les chefs des services de renseignements israéliens sont-ils donc les seuls aujourd’hui à ne pas le savoir ? Si c’est le cas, alors, changeons les chefs !

Aujourd’hui, nous pouvons  même dire qu’il plane un doute quant aux actions menées par Meir Dagan pendant ses années passées à la tête du Mossad. Les différents gouvernements savaient-ils que les opinions du patron du Mossad étaient quasiment d’extrême gauche ?

Un audit du service secret hébreu devrait au plus vite être réalisé par une commission d’enquête parlementaire pour savoir ce que Meir Dagan, le laudateur du Plan de «paix» Saoudien, a vraiment produit comme travail à la tête du Mossad...

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 12:23

 

 

Israël traque des espions syriens et du Hezbollah qui se sont glissés à travers le Golan 


DEBKAfile Reportage exclusif 19 mai 2011, 10:04 AM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

 

http://www.debka.com/article/20945/

*

Tags:  Syria      Hizballah    Hamas    Israel    Intelligence 

 

 

 

Les Gazaouïs brûlent le drapeau israélien

 

L’armée et les services de sécurité se sont déployés à travers la Bande Occidentale (Judée-Samarie), à la recherche d’environ 5 à 8 agents secrets syriens et appartenant au Hezbollah, qu’on pense s’être glissés par la brèche de la frontière entre la Syrie et Israël sur le Golan, à la faveur de la couverture offerte par l’incursion des foules palestiniennes du 15 mai. Les sources du contre-terrorisme de Debkafile mentionnent que le renseignement israélien pense que des cellules terroristes clandestines du Hamas et du Hezbollah de la Bande Occidentale attendaient en embuscade, de façon à conduire les infiltrés directement vers les cachettes où de fausses identités les attendaient. De telles cellules sont, la plupart du temps, tenues en sommeil, en cas de tension militaire extrême, telles que des risques de conflagration aux frontières israéliennes avec la Syrie, le Liban ou la Bande de Gaza.

 

On suppose que ces nouveaux infiltrés ne seront remis en activité que lorsque le Président syrien Bachar al Assad frappera à nouveau, pour se préserver de la menace contre Damas, à moins que l’Occident ne suspende son soutien aux manifestations contre son régime, selon l’adage (de Makhlouf) : « l’Instabilité en Syrie provoquera l’instabilité en Israël ».

 

Mercredi, l’Administration Obama a intensifié ses pressions sur Assad, en le sanctionnant directement, pour la première fois, en même temps que six autres dirigeants de son régime. Les gouvernements européens ont promis de suivre cette orientation.

 

La Syrie et le Hezbollah sont réputés pour avoir toujours ménagé un groupe de pénétration constitué d’agents secrets, jusqu’à présent. Tout précédent agent-opérateur serpentant depuis la Syrie, par le passé, a habituellement emprunté la route clandestine de Wadi Harmiyeh, à partir du Golan vers la ville de Ramallah dans la Bande Occidentale. Les sections nord de cette voie d’eau asséchée sont, également, étroites, faites de méandres et obscures pour les détecteurs électroniques cherchant à capter les mouvements suspects. Cependant, le piétinement massif de la frontière israélo-syrienne du Golan, le 15 mai, a pu offrir aux espions syriens et du Hezbollah l’occasion de circuler en total confort, en descendant par les autoroutes israéliennes, en direction de leurs planques.

 

Le parcours de cette infiltration était pré-organisée, comme en atteste l’étroite collaboration entre les renseignements militaires syriens, l’appareil spécial de sécurité du Hezbollah et les branches armées du Hamas radical et du FPLP-Commandement Général d’Ahmed Jibril : chacun avait un rôle spécifique à jouer, durant l’assaut de masse contre les frontières d’Israël : le Hezbollah a arrangé les aspects relatifs aux manifestations palestiniennes, du côté de la frontière israélo-libanaise, Jibril a contribué à rassembler des centaines de Palestiniens pour déferler sur Majd al Shams, pendant que le Hamas mettait en scène une marche de masse sur la frontière entre Gaza et Israël.

 

Avoir pris Tsahal à l’improviste, mal à l'aise pour faire face à la pression extrême sur trois fronts, a encouragé ces forces extrémistes à s’engouffrer rapidement (dans la brèche) et à exploiter les faiblesses israéliennes perçues, avant que Tsahal ne se réveille et ne remédie à la situation pour défendre ses frontières contre l’assaut de masses de civils, qui n’entraîne pas de devoir tirer sur des centaines de gens sans armes. Les sources du renseignement occidental ne pensent pas qu’un remède efficace sera trouvé facilement.

 

Des informations, parvenant des services de renseignement de Tsahal, indiquent que la Syrie est en train de préparer un second assaut civil à la frontière israélienne, pour le 5 juin, qui marquera le 44 ème anniversaire de la Guerre des Six Jours et le découpage de nouvelles frontières. Les Syriens travaillent encore avec des gants et l’aide du Hezbollah, ainsi que des mêmes rejectionnistes palestiniens, afin de mettre en scène des offensives supplémentaires, pour le 7 juin, qui correspond aux festivités de Shavouot en Israël et à l’anniversaire de la libération et de la réunification de Jérusalem.

 

Le Hamas fondamentaliste, de son côté, ne chôme pas : il utilise Facebook, pour appeler des milliers de Palestiniens à se rassembler au point de passage d’Erez, le vendredi 20 mai et pulvériser la frontière entre Gaza et Israël, pour réaliser des incursions sur le modèle de Majd al Shams.

 

Nos sources déclarent qu’il s’agit d’un bluff visant à détourner l’évaluation des commandants israéliens de la même façon que les Syriens ont annoncé une mauvaise direction sur Kuneïtra et mis, en fait, en place leur opération-bélier à Majd al-Shams. En fait, les tentatives visant à briser la barrière de Gaza surviendront ailleurs, ou en différents endroits, s’appuyant sur l’hypothèse que Tsahal ne s’est pas remis des évènements du 15 mai et manque de la main d’œuvre formée, de façon à garder le contrôle d’une foule en colère tentant de détruire un obstacle physique. Le Hamas espère présenter le spectacle comme faisant partie intégrante de la Révolte Arabe contre les régimes tyranniques et ainsi dissimuler un acte hostile de guerre contre un état souverain. 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 22:55

Renseignement humain. 

 



 

La mise hors jeu de l’homme le plus recherché du monde marque une nouvelle victoire du renseignement humain, l’HUMINT (voir ici l’article de NanoJV sur l’école dédiée de l’OTAN). Bon point pour le NCS (*) donc,  la branche opérations de la CIA, spécialisée dans cette discipline de contacts et de terrain. Le raid sur Abbottabad n’a pu réussir que grâce à l’exploitation de failles humaines permettant de remonter à la source en l’absence de traces électroniques habituelles. Les drones (avions sans pilote) ne sont pas grand chose en effet en l’absence de renseignements humains précis. Ainsi à la veille de l’élimination ciblée, le « National » d’Abhu Dhabi qui a de bonnes intuitions, faisait  le parallèle entre les opérations ciblées américaines menées en territoire pakistanais avec l’appui relatif des services  locaux (l’ISI) et la situation de l’OTAN en Libye, beaucoup plus délicate faute de renseignement humain structuré sur les zones visées.

L’HUMINT s’inscrit ainsi comme l’une des composantes de base des opérations de chasse à l’homme menées par le Pentagone selon les 4 « F » : Find, Fix, Finish, Follow-up.  Une méthode appliquée par exemple, par la sulfureuse Task Force 373 active en Afghanistan (voir article de NANOJV sur la question ici). 

Le commando des « Navy Seals » est donc pour sa part  intervenu le 1er mai dans la ville d’Abbotabad au Pakistan sur la partie « fix and finish », en conclusion du travail  « d’intelligence » mené en amont sur le volet « find » (trouver la cible). Quand au follow-up (le suivi du dossier), il s’est effectué conformément au code de l’unité:  « We demand discipline. We expect innovation… ».  Les seals ont donc organisé des funérailles maritimes expresses, dans la discipline et la tradition, sans oublier la touche d’innovation requise pour l’occasion. Ce qui n’a pas manqué de surprendre certains observateurs un peu trop cartésiens.

(*) NCS : National Clandestine Service.  Branche action et renseignement humain de la CIA,  créée en 2005.


DB.

Copyright Nanojv: http://nanojv.com

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 14:41

 

 

 

 

 

 « Halamish » est le nom de code du nouveau plan pluriannuel de Tsahal. Après la guerre du Liban, le plan précédent baptisé « Tefen » avait permis de renforcer les moyens au sol et la protection anti-missiles (chars nouvelle génération, transports de troupes performants, Iron dome etc…). Tout comme le plan précédent, « Halamish » place l’Iran en tête des menaces, suivi du front Nord (Syrie, Liban), puis de Gaza en troisième position.

Seule variante éventuelle, selon le Jerusalem Post, les archives concernant l’Egypte – qui n’est pas considérée comme une menace immédiate- pourraient être ressorties à des fins documentaires.  Pour l’anecdote, des officiers israéliens ont lancé avec humour, pour conjurer le sort, qu’Halamish est l’acronyme hébraïque de « Il nous manque un milliard de Shekels ».  Car la vraie nouveauté introduite par Halamish, c’est l’anticipation d’une guerre simultanée sur plusieurs fronts.  On ne parle plus de risques à ce sujet mais désormais de certitudes.

Dans ce nouveau dispositif la maîtrise de l’espace (et du cyber-espace) tient une place importante. Pour Haaretz Anshel Pfeffer braque aujourdh’ui, le projecteur sur la base de Palmahim au sud de Rishon Le Tsion.  Le saint des saints des satellites et des missiles balistiques israéliens. C’est très précisément  l’unité stratégique Yanat qui retient l’attention de l’expert militaire. Elle supervise les lancements, et procède à des expérimentations sur le champ de tir « 82″ (ou sur d’autres sites lorsqu’un espace plus important est nécessaire).

La salle de commande et contrôle de Yanat rivalise par la qualité de ses équipements électroniques avec celles de la Nasa selon les experts. Les infrastructures israéliennes permettent justement d’effectuer des tests complexes sur les systèmes de missiles face à des menaces simultanées par exemples. Anshel note que 6 satellites d’observations aujourd’hui en orbite (4 gouvernementaux et 2 privés) alimentent en information les renseignements militaires israéliens. Ces satellites couvrent en priorité les zones critiques par définition inaccessibles aux vols d’awacs ou de drones.  L’expert regrette toutefois qu’un seul satellite de cette constellation puisse opérer de nuit comme de jour, indépendamment des conditions météo, et déplore quelques autres limitations techniques. Pour l’instant.

Illustration des coopérations internationales, Tecsar (Ofek 8) a été lancé en Inde depuis le « Satish Dhawan Space Centre » sur l’Ile  de Sriharikotat. Les satellites Eros A et B ont été mis en orbite depuis le Cosmodrome de Svobodny en Sibérie orientale (Russie).  Mais la série Ofek (ici) a été lancée depuis la base de Palmahim  Le secret sur les capacités réelles des satellites est donc bien protégé (ici).

  

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis