Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 14:06
"Shlomo de Paname": l'exécution littéraire (méritée) de Shlomo Sand par Luc Rosenszweig
En lisant le billet qui suit je me suis souvenu de l'épigramme meurtrière de Voltaire exécutant un insignifiant écrivassier de son époque : "L'autre jour, au fond d'un vallon - Un serpent piqua Jean Fréron - Savez-vous ce qui arriva? - Ce fut le serpent qui creva." "Shlomo de Paname" est de cette trempe. Il restera immortel. (Menahem Macina).

11/03/09

Source : Site Causeur.

Shlomo de Paname

Une brochette d’éminents journalistes (Jacques Julliard, Nicolas Beytout, FOG, Colombani, etc.) viennent de décerner le prix "Aujourd’hui" à l’essai Comment le peuple juif fut inventé, de l’historien israélien antisioniste, Shlomo Sand.

Cet ouvrage, historiquement insignifiant mais politiquement percutant, présente l’avantage de résoudre un problème qui tarabuste nos éditorialistes hexagonaux depuis toujours : celui de la complexité d’une religion-peuple, où même les juifs athées sont persuadés de la nécessité et de la légitimité d’un Etat juif.

Comme cela les dépasse et puisque ce peuple a le culot de rester politiquement incorrect, il convenait donc, comme dirait Brecht, de le dissoudre.

On distingua, à cet effet, un auteur affirmant que le peuple juif est une chimère inventée par quelques fumeux théoriciens sionistes du XIXe siècle.

Et c’est ainsi que Shlomo Sand,

dont l’influence en Israël est proche de zéro,

devint prophète à Saint-Germain-des-Prés.


Luc Rosenzweig

 

© Causeur

 

[Texte aimablement signalé par J. Nataf.]


Mis en ligne le 11 mars 2009, par
M. Macina, sur le site upjf.org

Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 17:09
http://www.road90.com/

Shalom tout le monde
Pourim dans quelques jours. Nous vous le souhaitons déjà plein de joie, d’amour et de bonheur. Pourim a cette particularité que, en plus d’avoir cette obligation de sim’ha, joie, nous avons le devoir d’offrir à l’autre des mets consommables.

Road 90 a le plaisir, avec nos amis d’IDF Pizza, de vous proposer de faire cette mitsva en donnant aux soldats israéliens un sourire, un cadeau venu de loin. N’hésitez pas à cliquer sur les bannières et d’en parler autour de vous, dans vos familles, auprès de vos amis, ce Shabat dans vos communautés… Merci d’avance, pour eux.

Voici la sélection vidéo de la semaine :

- Hommage à Tsahal: demain je rentre à la maison [cliquez ici]

- Jérusalem en 1932 [cliquez ici]

- Achmed et Salim sous-titré en français [cliquez ici]

- Les miracles de l’eau en Israël [cliquez ici]

- Paris, une égaré dans une manifestation pro-Hamas [cliquez ici]

- Rosh Hashana a Ouman : le cadeau [cliquez ici]

- Les rues de Tel Aviv [cliquez ici]

 

Pour vous inscrire, commenter, voter, échanger et mettre vos vidéos [cliquez ici]

Cordial Shalom,

Eli
Partager cet article
Repost0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 08:11
Nobel winner defends Israel's actions
Steven Weinberg, Nobel Prize winner in physics, speaking at debate entitled "This house believes Israeli actions are justified" at Trinity College Dublin yesterday evening.Steven Weinberg, Nobel Prize winner in physics, speaking at debate entitled "This house believes Israeli actions are justified" at Trinity College Dublin yesterday evening.
Photograph: Kenneth O Halloran

RONAN McGREEVY


NOBEL PRIZE-WINNING physicist Steven Weinberg told an Irish audience yesterday that Israel was the “most exposed salient” in a war between liberal democracies and Muslim theocracies.

Prof Weinberg, a strong supporter of Israel, said the conflict between Israel and Hamas was part of a wider conflict.

This included the Madrid, London and Mumbai bombings, the conflict between Shia and Sunni Muslims in Iraq and the Janjaweed in Sudan, all of which had nothing to do with Israel, he said.

“It is a war between secular liberal democracy as you find it in Israel, Ireland and the United States, and the militant theocratical-oriented Islam,” he told an audience at Trinity College Dublin last night which included the Green Party spokesman on finance, Senator Dan Boyle, and Fianna Fáil Senator Mark Daly.

Jewish-born Prof Weinberg won the Nobel Prize for physics in 1979. Though now an atheist, he is a supporter of the Jewish state and cancelled a trip to the UK recently because of a proposed boycott of Israeli academics.

Prof Weinberg said it was wrong to make an analogy between Hamas as the equivalent of Sinn Féin and the Israeli Defence Forces as the Black and Tans.

He defended Israel’s actions in Gaza, saying it had acted with “remarkable restraint” in its attempts not to target Palestinian civilians. Civilians were told by phone three hours before bombardments to leave the place that was being bombed and as a result most of those killed in the recent conflict were members of Hamas, he claimed.

“The killing of civilians is a byproduct of what Israel had to do to defend itself,” he said.

He cited a British officer who said of the recent actions: “Never in the history of conflict has an army shown such restraint.”

Prof Weinberg, who was interrupted several times by those opposing his views, said no country would have behaved differently had it been subject to the rocket attacks on civilians faced by Israel.

This article appears in the print edition of the Irish Times

Partager cet article
Repost0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 18:44
Neoconservatism in a New Era

By Nick Rogers | December 22, 2008

  Email this page to a friend Feedback Printable PDF
Email this page to a friend Feedback
PRA Right Web

Low on political prowess and out of ideological fashion, neoconservatives would appear to have little to be merry about as 2008 ends.

Soon after 9/11, neoconservative foreign policy—geared toward retaining America’s global preeminence and pushing Mideast policies in line with the Israeli right wing—morphed from written words to administrative actions under President George W. Bush. Today, the neocon agenda heavily bears blame for an Iraq War that many, including some neoconservatives, consider a failure.

From this November’s elections, the Republican Party (with which most neoconservatives are affiliated) emerged with: a shrinking congressional minority; a presidential-race loss to Barack Obama, a Democrat who campaigned against eight years of neoconservative ideas; and spats between presidential candidate Sen. John McCain (R-AZ) and vice-presidential candidate Gov. Sarah Palin that divided many right-wing pundits, including neoconservatives. 1

One might think that the last thing to make neoconservatives grin would be Obama’s Cabinet appointments. But some of the president-elect’s choices have been “enough to keep some of us [Republicans] smiling at a time when we were expecting to be in deep anguish,” as one columnist giddily declared in a National Review column entitled “Pinch Me, Am I Dreaming?” 2

The National Review is a traditional right-wing weekly that largely supported neoconservative foreign policy ideas during the Bush presidency (particularly in the publications of its few core neocon writers like erstwhile National Review blogger David Frum). Its editors backhandedly endorsed Obama’s appointment of Sen. Hillary Rodham Clinton (D-NY), Obama’s presidential-primary rival, to secretary of state—dubbing the choice “as good a pick as could have been expected.” 3

Although not a neoconservative Democrat, Clinton is a longtime member of the Democratic Leadership Council, a so-called centrist group. Co-founder Will Marshall and former co-chair Sen. Joseph Lieberman, the Independent Democrat from Connecticut, have both been at the forefront of efforts to promote neoconservative foreign policies among Democrats. Clinton has taken a number of hawkish foreign policy stances, particularly on Iran. 4

Also praised by the National Review was the choice of four-star Marine Gen. James Jones as national security advisor and the retention of sitting Defense Secretary Robert Gates. Gates, who succeeded Donald Rumsfeld as defense secretary in 2006, stated at his confirmation hearings that America was neither winning nor losing the Iraq War. 5

In 1999, Jones received the “Keeper of the Flame” award from the Center for Security Policy, 6 a think-tank run by the neoconservative Frank Gaffney that promotes U.S. global preeminence and a Likud Party line on Mideast peace.  Pundit/writer Michael Ledeen, of the nominally nonpartisan but neoconservative-leaning Foundation for Defense of Democracies, called Jones “almost unbearably delightful” after meeting him. 7

While Obama’s campaign touted a timetable to remove troops from Iraq in 16 months, the National Review has said, “It’s hard to believe that this team will oversee a precipitous withdrawal from Iraq.” 8

If neoconservatives don’t have a seat at Obama’s table, they’re still seated at a booth within earshot.

“[Neoconservatives] have access to much of the Democratic foreign policy establishment because the neocons have not been sufficiently discredited,” says Daniel Levy, a senior fellow at the New America Foundation and the Century Foundation, two nonprofit, nonpartisan public-policy institutions. 9

“I think that in the Democratic foreign policy establishment, you’d find more aversion to being identified as, or collaborating with, the antiwar left than with neocons,” Levy says. “That’s an argument that’s going to have to go on inside Obama’s foreign policy world.… If they do not sufficiently expunge the neoconservative worldview, then it’s not going to be an easy journey.

“A lot of the arguments neoconservatives make are still deep in the DNA and discourse of how a lot of people look at these issues.”

Among moderates who have aligned with neoconservatives—and one who has a voice with Obama—is Dennis Ross.

Ross has been an advisor to the president-elect on Middle East policy. Previously, he served as director for policy planning in the State Department under George W. Bush and as the special Middle East coordinator under President Bill Clinton. He has been a key figure in shaping U.S. involvement in the Middle East peace process and attempting to settle the Israel-Palestine conflict.

Ross also has twice aligned himself with the Project for the New American Century (PNAC)—a mostly defunct neoconservative group founded in 1997 by Weekly Standard cofounder William Kristol and dedicated to promoting U.S. global leadership and an expansive, long-term “war on terror.”

Ross signed a 2003 PNAC statement about post-war Iraq that argued America’s involvement there should be the model for a larger reshaping of the Middle East’s political landscape. 10 During congressional testimony in 2007, Ross criticized the Bush administration’s implementation of, but not ideology behind, Iraq strategy. 11

It’s unclear what role, if any, Ross might play in Obama’s administration, as his name has not yet been included on any public short list for any remaining Cabinet posts. 12 Recent press reports, however, have claimed that he is a top candidate to serve as special envoy to the Middle East. 13

Levy says it’s also too early to know how forcefully an Obama White House might shut out neoconservatives. What’s clearer is that a new neoconservative agenda is taking a broad shape—both similar to, and drastically different from, previous plans.

Joshua Muravchik is a leading neoconservative writer and a resident scholar at the American Enterprise Institute (AEI), a conservative think-tank that counts several prominent neoconservatives among its ranks. He also served on the State Department’s Advisory Committee on Democracy Promotion under Condoleezza Rice.

Muravchik’s primary suggestion to move forward: a postmortem on Iraq.

“Neoconservatives are very strongly identified with the war in Iraq, and justifiably so,” Muravchik says. 14

On September 20, 2001, numerous neoconservatives signed a PNAC letter issued to Bush that recommended a number of actions in the “war on terror,” including: ousting Saddam Hussein in Iraq “even if evidence does not link Iraq directly to the (9/11) attack”; and a “large increase” in defense spending. (Muravchik was a signatory to other PNAC statements, but not this particular letter.)

“It is true that the success or failure of the policy reflects on [neoconservatives],” Muravchik says. “And since the policy was, to a considerable extent, a failure … we need to take that onboard unvarnished and try to see what we’ll all figure out—what mistakes we may have made or how we need to refine our views to account for the lessons of Iraq.”

Levy believes the rightist school of interventionist, preemptive foreign policy was “cowered and dejected” by the U.S. experience in Iraq, so many members are gravitating toward Obama’s views.

“That’s good news in terms of that those voices are listened to in an Obama administration,” Levy says. “On the other hand, those voices are likely to play an even less-prominent role in the Republican debate over what went wrong and what comes next.”

Levy says GOP reconstruction should be of paramount importance to neoconservatives, regardless of whether the party courts anti-intellectual, right-wing populists—to whom vice-presidential candidate Palin strongly appealed.

“I think [neoconservatives are] deeply cynical,” Levy says. “There were very important dissenting voices. It will really be a question of looking at where power lies and finding that way back into power.”

However interventionist approaches or predominant-party politics are redefined, changing the regime in Iran remains a critical mission of the neoconservative faction.

In 2006, Muravchik wrote, “Make no mistake, President Bush will need to bomb Iran’s nuclear facilities before leaving office.” 15 Today, he says there are some in Obama’s camp “who appreciate the seriousness of the [Iran] problem and the unlikelihood that it will be solved by talk.” 16

“A cardinal neocon idea embraced by Bush was to promote democracy in the Middle East. I believe that this is still an entirely valid idea … and it’s also not an idea that belongs only to neocons,” Muravchik says. “Liberals and others embraced it. We … all need to do some intellectual work on how to do it better, and more effectively, than has been done.”

Successful democratic revolution in Iran also is Ledeen’s preferred outcome. Considered one of the most influential people consulted by Karl Rove, Bush’s former deputy chief of staff, Ledeen often saw his ideas become policy or rhetoric.

“There is no escape from the war with Iran, which has been waged against us for nearly 30 years,” Ledeen says. 17 “Whatever the catalyst, whether it’s a nuclear test or some Iranian action against us and/or our allies, we will eventually have to fight back.

“I have long argued against the use of military power, preferring to support democratic revolution in Iran. But that has not happened, and I fear that we will—sooner rather than later—have to face the [French President Nicolas] Sarkozy dilemma: Iran with the bomb or ‘bomb Iran.’”

Levy says Iran, Israel, reshaping the Middle East, and the “war on terror” all are “given” topics of neoconservative concern.

One contingency for future neoconservative involvement in those areas is the respective success of the Likud and Bharatiya Janata (BJP) political parties in Israel and India. The BJP believes India should remain vigilant against conflicts with Pakistan, China, Bangladesh, and Sri Lanka, while the Likud charter emphasizes the Jewish right of settlement in Gaza and the West Bank. 18

Another component to pursuing deeply embedded issues, Levy says, is how neoconservatives might travel new routes to circuitously revisit them.

“They aren’t stupid,” Levy says. “They know how to cynically deploy themselves across several issues.”

James Woolsey is a neoconservative Democrat and signatory of a 1998 PNAC letter to President Bill Clinton advocating an interventionist ousting of Hussein. In 2007, Woolsey called U.S. dependence on foreign oil a “very high” national security concern, 19 which could be seen as dovetailing with neoconservative interventionism. 20 Ledeen also cites “energy independence” as a key component. 21

Another new frontier of neoconservative territory, Muravchik and Ledeen suggest, is the U.S. economy—now officially designated by the National Bureau of Economic Research as being in recession.

Muravchik says the domestic aspects of neoconservatism largely concern social issues. On economic policy, Muravchik says AEI often is aligned with thoughts of traditional conservatives or libertarians.

“Now, it seems as if the libertarian idea that the best regulation is the least regulation has really been challenged by events,” Muravchik says. “I think it does require everyone who’s to the right of center to come up with something more nuanced than that libertarian view.”

While Obama has made quick work to assemble his Cabinet, his inauguration still is weeks away. Quite simply, it’s too soon to speculate specifics for neoconservatives. Plus, one never can predict how things will turn out; in early 2001, the faction didn’t feel it would get far. As William Kristol has said, “[W]e didn’t have great hopes for Bush as a foreign policy president.” 22

“It’s driven by events,” Muravchik says of influencing political policy. “Once 9/11 came, the Bush administration was really open to new thinking because the whole scene changed in terms of the challenges it faced. Events will surely unfold under the Obama administration that we’re not foreseeing.”

Nick Rogers is a freelance reporter based in Lafayette, Indiana, and a contributor to PRA’s Right Web (http://rightweb.irc-online.org/).


 

1. Elisabeth Bumiller, “Internal Battles Divided McCain and Palin Camps,” New York Times, November 6, 2008.
2. Mona Charen, “Pinch Me, Am I Dreaming?National Review Online, December 2, 2008.
3. National Review Editors, “The 3 A.M. Team,” National Review Online, December 2, 2008.
4. Tim Reid, “Hillary Clinton Strikes a Hawkish Note on Iran,” The (London) Times Online, October 16, 2007.
5. Jim Garamone, “Senate Confirms Gates as 22nd Defense Secretary,” American Forces Press Service, December 6, 2006.
6. Center for Security Policy, “1999 Keeper of the Flame Award.”
7. Mona Charen, “Pinch Me, Am I Dreaming?National Review Online, December 2, 2008.
8. National Review Editors, “The 3 A.M. Team,” National Review Online, December 2, 2008.
9. Telephone interview with Daniel Levy by the author, December 1, 2008.
10. A Complete List of PNAC Signatories and Writers,” Right Web.
11. Dennis Ross, Hearing Testimony to Committee on House Foreign Affairs, "Future U.S. Policy in the Middle East," July 19, 2007, http://foreignaffairs.house.gov/110/36827.pdf.
12. Associated Press, “Name by Name, Obama’s Cabinet Taking Shape,” December 3, 2008.
13. Barak Ravid, “Obama to Base His Middle East Policy on Army of Envoys,” Haaretz, December 14, 2008.
14. Telephone interview with Joshua Muravchik by the author, November 25, 2008.
15. Joshua Muravchik, “Operation Comeback,” Foreign Policy, November/December 2006.
16. Telephone interview with Joshua Muravchik by the author, November 25, 2008.
17. E-mail to the author from Michael Ledeen, November 23, 2008.
18. See BJP, “BJP Election Manifesto—Our Foreign Policy”; and Israeli Knesset, “Likud—Platform.”
19. Ending the Oil Era,” interview with James Woolsey, Futurist, July/August 2007.
20. See also, Ali Gharib, “Green Security?” Right Web, December 1, 2008.
21. E-mail to the author from Michael Ledeen, November 24, 2008.
22. Cited in Jim Lobe and Michael Flynn, “The Rise and Decline of the Neoconservatives,” Right Web, November 17, 2006.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 18:49

Le site Mediarabe.info semble revenu, après une bonne semaine d'errance et une nuit agitée au rythme des tambours propagandistes du Hamas, à une plus juste évaluation des faits sur le terrain, et certaines de leurs conséquences régionales. Cette fois, il pêcherait presque par excès d'optimisme, puisqu'il fait un sort au Hamas qu'il avait passé la semaine précédente à considérer comme le challenger de l'enlisement israélien dans un piège sans fond (Jénine Bis? Massacres à la tronçonneuse à la clé, que le grand Crick nous croque...). La guerre est loin d'être finie, même si le Hamas sent réellement qu'il n'a été qu'un jouet entre les mains de Mollahs qui se fichent de Palestine ou de Liban comme d'une guigne, ce que leurs otages refusent très longtemps d'admettre, voués au syndrôme de Stockholm. Penchons pour plus de prudence, le Hamas n'a pas encore sorti le drapeau blanc, bien que ce soit ce qu'il ait de mieux et de plus militairement intelligent à faire ; et l'Iran, la Syrie, presseront leur citron gazaouï jusqu'à la dernière "goutte de sang palestinien", c'est en tout cas le programme annoncé par ses maîtres d'oeuvre sur le terrain. L'islamofascisme au Levant a un visage de Moloch à trois têtes et en couper la moitié épargnerait bien des vies humaines...


Analyse de Chawki Freïha

Le vent tourne mal pour le Hamas ? Son représentant au Liban appelle les arabes israéliens au secours

Le Hamas est trahi par ses maîtres et alliés.

dimanche 4 janvier 2009 - 15h48, par Chawki Freïha - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Jusqu’à ce matin, les responsables du Hamas affichaient un optimisme démesuré quant aux capacités de leur mouvement à faire face à l’armée israélienne. Mais depuis ce midi, les choses semblent s’effondrer à Gaza.

Les factions palestiniennes radicales, islamistes, nationalistes ou terroristes, continuent de lancer les missiles sur les localités du sud d’Israël, mais sans grande efficacité et sans aucune réelle influence sur les opérations lancées dans la soirée de samedi. Pourtant, depuis le début de l’opération terrestre, les dirigeants du Hamas sont apparus confiants, affirmant leur détermination à combattre jusqu’au dernier souffle. Khaled Mechaal était même souriant à Damas, en rassurant les Palestiniens sur les capacités de la « Résistance » à défaire l’armée israélienne. D’autres responsables du Hamas ont même prévu de transformer Gaza en cimetière israélien.

Mais, ce midi, nous avons assisté à un changement de ton. Oussama Hamdane, représentant du Hamas au Liban, ou l’équivalent du représentant du Hamas auprès le Hezbollah, semble défait. Les traits tirés, il semble avoir été déçu, comme l’ensemble de son mouvement, par la tournure des choses sur le terrain. Le Hamas vient en effet de comprendre avoir été lâché par ses soutiens théoriques. Ni l’Iran, ni la Syrie, ni le Hezbollah n’ont, jusqu’à l’heure, bougé le moindre doigt pour soulager Gaza. Les islamistes palestiniens venaient de comprendre avoir été l’objet de chantage et de marchandage et qu’ils ont fini par être une simple monnaie de change.

Mais poursuivant la parade triomphaliste, Oussama Hamdane a appelé les arabes israéliens, ou les Palestiniens de l’intérieur de la ligne verte (des territoires de 1948) à se mobiliser pour soulager Gaza. Pour Hamdane, les arabes israéliens ont le droit et le devoir de secourir les palestiniens de Gaza en attaquant leur propre pays.

Cette réaction de Hamdane atteste que « le système du Hamas est sur le point de s’effondrer ». L’ancien directeur des Renseignements irakiens et ancien conseiller du président irakien Talbani, le général à la retraite Wafik Sameraï, interrogé par « Elaph.com » sur la situation à Gaza, confirme que « le Hamas vient d’être trahi par l’Iran et le Hezbollah qui n’osent pas tirer le moindre missile pour soulager Hamas. Certes, ajoute-t-il, le Hamas ne pourra pas faire face à la machine de guerre israélienne, mais il peut commettre certains actes pour retarder quelque peu la progression israélienne. Mais rien n’arrêtera Israël avant d’atteindre ses objectifs ».

Ahmed Al-Jarallah, directeur et éditorial du quotidien koweïtien « Al Seyassah », confirme ce dimanche que « les dirigeants du Hamas ont conduit leur peuple innocent de Gaza vers l’abattoir, tout en étant eux-mêmes à l’abri, soit dans leurs trous de Gaza, soit dans leur refuge à Damas. Exactement comme le Hezbollah avait conduit le Liban à la destruction en 2006. Hassan Nasrallah avait envouté ses partisans avec ses missiles capables d’atteindre Haïfa et au-delà. Israël a détruit le Liban avant que Nasrallah ne puisse sortir ses missiles de leurs caches. Le Hamas et le Hezbollah ne peuvent plus continuer à berner leurs ouailles. Les gens sont plus intelligents que ces illuminés barbus ne le pensent. A défaut de les juger par les hommes, l’histoire les condamnera pour les crimes qu’ils ont commis contre leur propre peuple ».

Chawki Freïha

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 08:25
Un nouvel indicateur pour mesurer la "réceptivité" de l'Euro-Mediterrannée? Un drame sentimental du déchirement durant les râfles, en France, considéré sous le jour de la "propagande sioniste". La Tunisie sous solide encadrement idéologique tendance "Frères Musulmans", incapable de discerner entre peinture des destins individuels et scoops provoqués à coups de qassams, pour le plus grand malheur des Palestiniens du Sud, bientôt châtiés par la Charia.
Tunisiens en colère après la projection du film Un Secret, de Claude Miller

MEMRI | Middle East Media Research Institute

jeudi 25 décembre 2008

La projection en Tunisie du film "Un secret", qui évoque la vie d´une famille juive dans la France occupée, a suscité une tempête de protestations dans la presse tunisienne en arabe. Le film césarisé de Claude Miller, qui met en scène Patrick Bruel et Cécile de France, a été présenté au 15ème festival annuel du cinéma européen à Tunis.

Les spectateurs quittent la projection du film, "trop favorable aux Juifs"

Des spectateurs tunisiens ont déserté la projection du film "Un secret", qui évoque la vie d´une famille juive dans la France occupée, au bout de 30 minutes, trouvant le film "trop favorable aux Juifs". Certains ont confié à aljazeera.net, le site de la chaîne télévisée du même nom, qu´ils se demandaient pourquoi l´Europe, et la France en particulier, étaient si favorables aux Juifs, appelant le président français "le Sarkozy pro-juif".

L´organisateur tunisien du festival, Ibrahim Al-Latif, a pointé un doigt accusateur vers la délégation européenne, responsable du choix des films. Selon l´avis d´un jeune spectateur mis en ligne sur aljazeera.net, la décision de projeter "Un secret" donne "le sentiment que la délégation européenne, qui supervise le festival, est sous le contrôle des Juifs." (1)

Al-Sabah : Ouvrir le festival avec ce film était inapproprié, vu le siège de Gaza

Muhsin Al-Zaghlawi, dans un article du quotidien tunisien à grand tirage Al-Sabah, estime que "non seulement la date du festival a été mal choisie, vu qu´il est tombé au moment du durcissement du siège de Gaza et d´une aggravation sans précédent des souffrances des Palestiniens, mais en outre le film choisi par les organisateurs (…) était inapproprié, de l´avis de nombreux observateurs (…)

Un grand nombre de spectateurs tunisiens présents à l´ouverture ont été surpris par les événements (rapportés dans) le film et son récit mélodramatique, qui souligne l´aspect tragique des faits. Le film s´efforce de présenter les Juifs comme le seul peuple de l´histoire à avoir été victime de l´injustice, de crimes et de massacres. Ainsi, certains spectateurs ont décidé de quitter la projection sous le nez des invités et des organisateurs (…)

Cela pour protester (…) contre le mauvais choix de l´équipe tunisienne et européenne qui a organisé le festival (en admettant que leurs intentions aient été bonnes), choquant le public dès l´ouverture avec un film politisé qui, outre son contenu, porte atteinte à l´orientation du festival en n´étant pas loin de l´écarter de son cadre culturel et artistique et en le faisant entrer dans le très peu innocent labyrinthe de l´instrumentalisation.

L´actuelle oppression du siège israélien contre les Palestiniens de la bande de Gaza, qui laisse présager un désastre humanitaire, est un événement qui devrait nécessairement jeter une ombre sur n´importe quel festival, culturel, intellectuel ou autre, en n´importe quel lieu. Les organisateurs du festival (…) auraient du en tenir compte en n´accordant pas les honneurs de l´ouverture à un film portant sur la tragédie des Juifs pendant l´Holocauste (…), d´autant plus que le siège israélien criminel de la bande de Gaza a atteint une inhumanité sans précédent." (2)


Un journal d´opposition : l´entité sioniste profite de toutes les occasions pour rappeler l´Holocauste au monde

Dans un article similaire paru le 28 novembre 2008 dans Al-Watan, organe officiel du parti de l´Union démocratique unioniste (de l´opposition), Noureddine El-Mbarki écrit : "Je ne sais s´il s´agit d´une simple coïncidence ou si cela a été planifié à l´avance. Je ne tiens pas à accuser injustement qui que ce soit. Mais ce qui est arrivé le jeudi 20 novembre au Colisée me pousse à me demander si les organisateurs du 15ème festival du cinéma européen étaient bien conscients de ce qui se jouait à l´ouverture.

Dans le courant de la semaine dernière, le siège de Gaza a atteint un niveau dangereux : coupes d´électricité fournissant la lumière aux habitants et aux institutions médicales et économiques, boulangeries venant juste de fermer. Des enfants en bas âge et des personnes âgées se battent contre la mort dans les hôpitaux à cause du manque de médicaments et des machines qui ne fonctionnent plus. Les familles ne trouvent rien pour apaiser leur faim et certaines boulangeries font du pain à base de fourrage. C´est une situation tragique et inhumaine, générée par le blocus de l´entité sioniste à la frontière.

Alors même que des voix se font entendre pour briser le siège de Gaza, le 15ème festival annuel du film européen à Tunis s´ouvre avec un film qui évoque (…) la tragique situation des Juifs lors de la 2ème guerre mondiale (à travers l´histoire de familles juives en France) et les victimes de l´Holocauste tombées entre les mains des nazis (…)

Il est bien connu qu l´entité sioniste et les lobbys juifs, dispersés dans le monde entier, profitent de n´importe quelle occasion, aussi triviale soit-elle, pour ´rappeler´ l´oppression dont ont souffert les Juifs, notamment celle exercée par les nazis lors de la Deuxième guerre mondiale, cherchant par là à occulter les crimes perpétrés par l´entité sioniste dans les terres palestiniennes occupées. Ces crimes détruisent tout : forêts d´oliviers, maisons, (au moyen du) siège tyrannique sous lequel la population périt, des raids aériens, des assassinats, etc.

Ce qui se passe à Gaza est un vrai crime selon tous les critères. Malgré cela, le monde continue de jouer les observateurs. Et en Tunisie, avec l´aval du ministère de la Culture, on projette un film sur l´oppression des Juifs à travers ´l´histoire d´un enfant à la recherche de son identité´, alors même que les enfants de Gaza, sous le siège, ne peuvent trouver de lait ou quoi que ce soit pour apaiser leur faim (…) " (3)


Réactions positives dans la presse tunisienne francophone

En revanche, la presse tunisienne francophone n´a eu que des critiques positives pour le film, ne mentionnant même pas les éventuelles implications politiques de sa projection au festival. Une critique paru dans Le Temps évoque "la tendresse torturée et la délicatesse de l´univers de son auteur" (4) tandis que le film est décrit, dans une autre critique du même quotidien comme étant "tout en nuance, en élégance et en finesse. Il n´empêche que la passion couve terriblement là-dessous, comme un volcan en ébullition, dans les strates, mine de rien, jusqu´à exploser au grand jour (…)" (5)

En outre, l´Agence Tunis Afrique Presse relève l´aspect autobiographique du film : "Miller se confronte aux douloureux souvenirs de l´occupation et des camps de concentration d´où plusieurs membres de sa famille ne sont jamais revenus." (6)


Notes :

[1] www.aljazeera.net, 23 novembre 2008.

[2] Al-Sabah (Tunisie), mis en ligne sur www.tunisia-sat.com

[3] Al-Watan (Tunisie), 28 novembre 2008 ; en ligne sur www.tunisnews.net, 29 novembre 2008.

[4] Le Temps (Tunisie), 20 novembre 2008.

[5] Le Temps (Tunisie), 22 novembre 2008. La différence d´approche entre Al-Sabah et Le Temps est d´autant plus remarquable que les deux journaux appartiennent au même propriétaire.

[6] www.tap.info.tn, 21 novembre 2008.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 16:49
Shalom tout le monde

Israël, mot magique désignant un Homme, un Peuple, une Terre. Road 90 a comme chaque semaine le plaisir de vous présenter une petite sélection vidéo, tentant au mieux de montrer la diversité contenue dans ce mot, Israël.

Nous avons aussi le plaisir de dors et déjà vous souhaiter de bonnes fêtes de Hanouka, que ces fêtes emplissent vos cœurs et vos vies de lumières, d’amour et de paix.

- Adam Sandler chante Hanouka [cliquez ici]

- Magnifique Shir Hamaalot [cliquez ici]

- Une journée à Jérusalem en quelques secondes [cliquez ici]

- Machal : volontaires étrangers venant défendre Israël [cliquez ici]

- Désinformation : Gaza souffre du « blocus israélien », voyez par vous-mêmes [cliquez ici]

- « Menorah » en concert (mignon) [cliquez ici]

- Gad Elbaz: Mizmor LeDavid [cliquez ici]

 

 Pour vous inscrire, commenter, voter, échanger et mettre vos vidéos [cliquez ici]

Shabat Shalom,

Eli
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 20:47

Conférence-débat

 

Titre: «Juifs et Noirs dans le mouvement des droits civiques:

Abraham Heschel et Martin Luther King».

 

Conférencier invité: Monsieur  Edward Kaplan,

professeur (Brandeis University, États-Unis)

 

Date: 22 Décembre 2008

Horaires: 19 h30 à 22 h.

Lieu: 8, rue Georges Bernard Shaw

          75015 Paris (Métro DUPLEIX)

 

 

La publication récente par Albin Michel du livre du Prof. Edward Kaplan sur A. Heschel est une opportunité que voudrait saisir l'association Fraternité Judéo-Noire (FJN) pour organiser une conférence-débat sur un sujet d'un grand intérêt: l'engagement en faveur des droits civiques des deux  personnalités les plus illustres des deux communautés juive et noire américaines que furent A. Heschel et Martin Luther King.

 

Depuis quelques années, on constate un intérêt croissant du grand public pour le mouvement américain des droits civiques et à ses résultats, un sujet autrefois confiné aux travaux des cercles académiques. Les initiatives Européennes et françaises en faveur des minorités, le débat public à leur sujet, et enfin, l'émergence d'associations dédiées à la question noire en France y ont grandement contribué. L'objectif de cette rencontre est de participer à ce débat d'idées en apportant une contribution spécifique.

 

En effet, le Prof. Kaplan est invité à présenter les deux figures emblématiques du mouvement des droits civiques, A. Heschel et Martin Luther King, qui historiquement introduisent les préoccupations qui sont devenues les nôtres au cœur de l'Europe d'aujourd'hui. Situés à l'intersection des communautés Juive et Noire, d'une part, et du mouvement des Droits civiques, d'autre part, A. Heschel défendit «une théologie de l'égalité des chances», tandis que Luther King proposa «une vision d'un monde juste, fondé sur la promesse de la démocratie».

 

Re-situer l'action de ces deux figures dans l'Amérique des années soixante, prendre ensuite la mesure de la signification universelle de leur engagement, tels seront les deux centres de préoccupations de cette conférence.

 

Notre invité a personnellement connu les personnages dont il nous entretiendra. Par ailleurs, son père Kivie Kaplan, à l'époque Président de l'Association pour l'avancement des gens de couleur (NAACP) fut également un des principaux acteurs du mouvement dont il est ici question. Ces liens personnels, et ses recherches universitaires sur A. Heschel font ainsi du prof. Kaplan un interlocuteur privilégié sur le sujet qui nous occupera.


Nduwa Guershon
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 20:23

CINEMA HOLLYWOOD - GOLDEN GLOBES AWARDS pour ISRAËL avec le film "Valse avec Bachir" de Ari Folman.



Par IsraelValley Desk
Rubrique: Cinéma
Publié le 13 décembre 2008 à 10:41

Le film “Valse avec Bachir” de l’Israélien Ari Folman a remporté le Golden Globe du meilleur film étranger à Hollywood.

Ce documentaire autobiographique, qui donne un nouvel aperçu sur la première guerre du Liban et les massacres de Sabra et Chatila, a déjà remporté le prix du meilleur film d’animation décerné par l’Association de critiques cinématographiques de Los Angeles.






A SAVOIR :
Date de sortie en France : 25 Juin 2008
Réalisé par Ari Folman
Avec Ari Folman, Ori Sivan, Ronny Dayag Plus…
Film français, allemand, israélien.
Genre : Animation, Documentaire
Durée : 1h 27 min. Année de production : 2008
Titre original : Waltz with Bashir
Distribué par Le Pacte

Source: Guysen





Fiche technique:

Waltz with Bashir (Valse avec Bashir)

Réalisé par : Ari FOLMAN

Pays : ISRAEL, FRANCE, ALLEMAGNE

Année : 2008

Durée : 87 minutes


Fiche technique :

Réalisateur : Ari FOLMAN

Scénario : Ari FOLMAN

Image : David POLONSKI

Son : Aviv ALDEMA

Montage : Nili FELLER

Animation : Yoni GOODMAN

Musique : Max RICHTER



Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 23:40
Shalom tout le monde

Difficile semaine pour Israël… La sélection vidéo de cette semaine sera empreinte de la tristesse suivant les attentats de Bombay, et de nos frères juifs qui y ont perdu la vie. Espoir aussi, parce qu’Israël, le Peuple d’Israël, se relève et se relèvera toujours.

La semaine prochaine nous reviendront si D.ieu veut avec une sélection plus « joyeuse »…

- Les larmes du petit Moshe seront vengées [cliquez ici]

- La réponse aux terroristes [cliquez ici]

- La meilleure arme d’Israël [cliquez ici]

- Tradition yéménite (mariage de Noa) [cliquez ici]

- Eretz Israël (plutôt ‘moderne’) [cliquez ici]

- Le Néguev dans toute sa splendeur [cliquez ici]

- Un peu de musique avec Ninette [cliquez ici] 

Pour vous inscrire, commenter, voter, échanger et mettre vos vidéos [cliquez ici]

Shabat Shalom,

Eli
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis