Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 17:46
Il y a sans doute une tentative de "deal" dépôt des armes contre impunité, toujours est-il que la milice reconnaît avoir les deux épaules prêtes à toucher terre. L'entraînement pasdaran n'est décidément plus ce qu'il était, du temps d'Imad Mughniyeh... Et triste fin pour tant d'argent dépenser à nuire concernant l'Iran dont l'influence régionale y laissera des plumes, en tant que tigre de papier n°2 après Saddam Hussein...

Sadr orders followers to end fighting

Map of Iraq. Click to view.

Six days after the Iraqi government launched Operation Knights’ Charge in Basrah against the Mahdi Army and other Iranian-backed Shia terror groups, Muqtada al Sadr, the Leader of the Mahdi Army, has called for his fighters to lay down their weapons and cooperate with Iraqi security forces. Sadr’s call for an end to the fighting comes as his Mahdi Army has taken serious losses since the operation began.

"Sadr has sent a message to his loyalists urging them to end all armed activities," the Al Iraqiya television channel reported. Sadr "disowned anyone attacking the state institutions or parties' offices and headquarters."

"Based on responsibility towards Iraq and to stem Iraqi bloodshed and to preserve the country's unity and integrity as a prelude to its independence, I call on the people to be up to their responsibility and awareness in order to maintain Iraq's stability," according to a statement issued by Sadr and sent to Voices of Iraq. Sadr has called for the government to free members of the Mahdi Army and the Sadrist Movement captured during recent operations.

The Iraqi government has welcomed Sadr’s call for his followers to cease fighting. "The order to pull off gunmen off Basra along with all Iraqi provinces and to disavow those who has taken up arms against government offices and security forces is responsive and patriotic", Ali Al-Dabagh, the spokesman for the Iraqi government, told Voices of Iraq. The Iraqi government has not called for a halt in military operations.

Sadr’s call for an end to fighting by his followers comes as his Mahdi Army has taken high casualties over the past six days. Since the fighting began on Tuesday 358 Mahdi Army fighters were killed, 531 were wounded, 343 were captured, and 30 surrendered. The US and Iraqi security forces have killed 125 Mahdi Army fighters in Baghdad alone, while Iraqi security forces have killed 140 Mahdi fighters in Basra.

From March 25-29 the Mahdi Army had an average of 71 of its fighters killed per day. Sixty-nine fighters have been captured per day, and another 160 have been reported wounded per day during the fighting. The US and Iraqi military never came close to inflicting casualties during the height of major combat operations against al Qaeda in Iraq during the summer and fall of 2007.

US and Iraqi forces are maintaining the high pace of operations against the Mahdi Army and the Special Groups. While the daily reporting from Iraq is far from over, initial reports indicate at least 18 Mahdi Army fighters have been killed and another 30 captured.

US soldiers killed 14 Mahdi fighters in Baghdad during a series of separate engagements. Iraqi security forces killed four Mahdi Army fighters and captured another 30 in Babil province, where a major offensive led by the police has been underway.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 10:24
Mahdi Army taking significant casualties in Baghdad, South
Diwaniyah-protest-03292008.jpg

About 200 demonstrators held a rally to support the military operations in Basra and Maliki's government, in Diwaniya on Saturday. Reuters Photograph.



Au 5è jour de combat à Bagdad, Bassorah et dans l'ensemble des régions du Sud de l'Irak, l'Armée du Mahdi a subi des pertes majeures, durant les 36 dernières heures.  Le Jaysh Al Mahdi ne s'en sort qu'avec des dégâts importants et aurait au moins perdu environ 2% de son potentiel para-militaire, si l'on devait s'en tenir, dans le meilleur des cas, aux chiffres fournis du côté de la milice elle-même.

Un simple coup d'oeil dans les sources disponibles tirées de la presse, à partir des données des Armées américaine et irakienne démontre qu'au moins 145 combattants ont été tués, 81 blessés et 98 capturés, sans compter que 30 miliciens se sont rendus au cours des seules 36 dernières heures.

Depuis que les combats ont commencé mardi dernier, 358 combattants de l'Armée du Mahdi sont morts, 531 ont été blessés, 343 ont été arrêtés et 30, donc, se sont rendus d'eux-mêmes. Les forces de sécurité américaines et irakiennes ont  abattu 125 terroristes à Bagdad uniquement, alors que les Irakiens éliminaient 140 combattants de la milice à Bassorah.

L'importance exacte de l'Armée du Mahdi reste une source constante de débats : les évaluations réalisées par les médias situant le plus fréquemment le nombre de ses combattants entre 40 et 60 000 éléments. Si l'on s'en tient à l'estimation tournant autour de 1000 combattants tués, blessés, capturés ou s'étant rendus, l'Armée du Mahdi atteint un taux de destruction de ses propres forces qui se situent entre 1, 5 et 2, 5%, au cours des 5 derniers jours.

Le Front politique,

La majorité des partis politiques engagés dans l'actuelle coalition reste unie dans le soutien apporté à l'offensive contre l'Armée du Mahdi et les cellules des groupes spéciaux équipés et entraînés par l'Iran. Aussi bien le Président Jalal Talabani que Massoud Barzani, le président du Gouvernement Régional du Kurdistan ont réaffirmé vendredi leur soutien à l'opération, alors que le Premier Ministre Nouri Al Maliki faisait entendre une rhétorique de plus en plus sévère dans ses condamnations des groupes terroristes shiites.

Maliki a qualifié les terroristes shiites comme étant "pires qu'Al Qaeda" et a fait le serment de demeurer à Bassorah jusqu'à ce que l'opération soit complète. Maliki a déclaré sur la chaîne de la télévision irakienne : "Notre détermination est très forte... Ceux qui défient la loi seront punis, et ceux qui ont osé brandir leurs armes à la face de l'Etat seront également punis"

Moqtada Sadr, le chef de l'armée du Mahdi soutenu par les Mollahs et actuellement réfugié en Iran, a appelé sa milice à conserver ses armes en dépit des ordres transmis par Maliki, mais en même temps a lancé des appels à la négociation autant qu'à la désobéissance civile. Hassan Zargan, un lieutenant de Sadr a dit : "Moqtada Sadr demande à ses fidèles de ne pas restituer leurs armes au Gouvernement. Ces armes ne devront être rendues qu'à un Gouvernement qui soit capable d'expulser les Occupants (américains)!".

Surtout, les Sadristes se sont vantés qu'un nombre important de policiers et soldats irakiens auraient fait défection. Ainisi le Cheik Salam al Afraiji, le chef du mouvement Sadriste dans l'est de Bagdad a déclaré :  "Des groupes entiers de soldats de l'armée irakienne ont déposé les armes et se sont rendus à nous"

Mais le porte-parole du Commandement des opérations à Bagdad a démenti que des membres des forces de sécurité se soient rendus massivement. Le Général-Major Qassim Atta a affirmé, lors d'une conférence, dimanche, à Bagdad : " le nombre total de défections que nous avons enregistré est de seulement 15 soldats qui auraient déserté". Atta a ajouté qu'environ 50 000 membres des forces de sécurité opéraient actuellement à Bagdad et qu'il n'était pas étonnant de devoir s'attendre à un faible taux de désertion. Il a précisé que Maliki avait ordonné à l'Armée de poursuivre en justice ces soldats en vertu de la loi concernant les sanctions militaires".


Les combats dans Bagdad restent intenses.

Les combats de la plus haute intensité se déroulent dans les faubourgs shiites de Bagdad sous domination de l'Armée du Mahdi. Le gouvernement a procédé à l'extension illimitée du couvre-feu à Bagdad, tant que la situation ne se serait pas améliorée.

Les communiqués des Forces Multinationales témoignent de l'intensité des heurts durant les dernières 24 h. L'armée américaine a produit 6 communiqués séparés concernant les combats à Bagdad durant les 36 dernières heures, et un communiqué supplémentaire, depuis Sawayrah, juste au Sud de Bagdad.

 

Au moins 70 combattants de l'Armée du Mahdi et des groupes spéciaux terroristes ont été tués dans une séries d'affrontements avec les forces Armées américaines et irakiennes. Ces combats comprennent les engagements dans et autour de Sadr-city, aussi bien que les raids contre les positions des lanceurs de roquettes et de mortier appartenant aux cellules du Mahdi dans l'est de Bagdad.

Bassorah

Les combats à Bassorah se poursuivent, alors que les forces irakiennes tentent de déloger l'Armée du Mahdi de ses bastions dans la ville. 44 combattants des milices du Mahdi ont été tués durant les affrontements à Bassorah, dans les dernières 24 h.

Le journal Mc Clatchy rapporte que 39 corps ont été convoyés vers la morgue samedi dernier. On a enregistré que 22 combattants du Mahdi avaient été tués et encore 22 blessés lors d'affrontements séparés avec les forces américaines et irakiennes. Encore au moins 22 autres combattants du Mahdi ont été tués par les forces spéciales irakiennes travaillant en coopération avec les conseillers des forces spéciales américaines.

Les chasseurs américains et britanniques sont entrés en action et ont commencé à conduire des raids aériens à l'intérieur-même de Bassorah contre les positions du Mahdi, alors que les forces britanniques procédaient à des tirs d'artillerie contre les cellules de lanceurs de pièces de mortier du Mahdi. On a fait savoir que les 3 groupes de combat britanniques présent à l'aéroport de Bassorah, qui comprennent 650 hommes chacun, étaient sur le pied de guerre, prêts à entrer dans Bassorah pour prêter main forte à l'Armée et à la police irakienne.

Nassiriyah et Diwaniyah semble être revenues sous le contrôle du Gouvernement.

La ville stratégique de Nassiriyah, qui est située au croisement du noeud de routes donnant accès au Sud de l'Irak, semble être revenue sous la totale maîtrise du Gouvernement, après que des rapports non confirmés (Reuters), le 28 mars, aient indiqué que les milices du Mahdi occupaient le centre-ville. Raed al Rekabi, le porte-parole de l'armée irakienne auprès des médias a expliqué que : "les forces de sécurité contrôlaient la situation dans les districts et faubourgs de la ville, après des affrontements limités avec les franc-tireurs du Mahdi".

Le nombre total de victimes durant les 24h, entre le 27 et le 28 à Nassiriyah a été de 30 tués, parmi eux 10 combattants du Mahdi, 4 policiers et 16 civils. 19 policiers, 26 civils et 7 combattants du Mahdi ont été blessés, alors qu'un autre groupe de 16 combattants du Mahdi était capturé.

Bien qu'il n'y ait eu que peu d'informations de la part de la presse en provenance de Diwaniyah, plusieurs centaines de résidents de la ville ont pu sentir que la situation sécuritaire était assez bonne pour qu'une manifestation ait lieu dans le centre de la ville. Plus de 200 manifestants ont marché ensemble pour apporter leur soutien à l'opération de Maliki consistant à éradiquer l'Armée du Mahdi de Bassorah. On a également vu la police et des milices tribales patrouiller dans les rues.

Des réseaux démantelés à Babel et Karbala

Les forces de sécurité irakienne semblent avoir éradiqué deux vastes réseaux de l'Armée du Mahdi dans la ville de Karbala et dans la privince de Babel. La police irakienne a lancé une opération de grande envergure à Karbala durant la nuit de vendredi à samedi. Le Général-major Raed Shaker Jawdat commandant de ces opérations a confirmé au journal en ligne "Voices of iraq" que : "12 combattants du Mahdi ont trouvé la mort, 50 ont été blessés, et un autre groupe e 30 individus se sont rendus", "la police a également saisi 25 lanceurs de missiles, 60 fusils d'assaut, 5 mortiers et un stock important de munitions".

La police a également été très active dans le province de Babel, durant que les opérations à Bassorah avaient lieu. Une source anonyme a déclaré, toujours au site "Voices of Irak" que 85 combattants de la milice du Mahdi ont été capturés et qu'un nombre important de francs-tireurs ont été tués. Le commando spécial d'intervention tactique de la police d'Hillah a éliminé 14 combattants des groupes spéciaux du Mahdi et blessés 20 de ses membres, le 28 mars.


 

UPDATE :

Four Shiite militiamen killed, 30 arrested in Babel
 
Babel - Voices of Iraq

Sunday , 30 /03 /2008  Time 2:35:10

 

 

Babel, Mar 30, (VOI)- Iraqi security forces killed four gunmen and arrested 30 others from the Shiite cleric Moqtada al-Sadr’s Mahdi army in Babel province, 100 km south of Baghdad, a police source said on Sunday.

 


“Police forces supported by aircraft launched a large-scale attack in al-Hamza district last night, killing four gunmen and arresting 30,” the source, who spoke on condition of anonymity, told Aswat al-Iraq- Voices of Iraq- (VOI).
The source added “among the arrested were two key leaders of Mahdi army.”
Iraqi governmental forces have been engaged in fight with followers of the Shiite cleric Moqtada al-Sadr in southern Iraqi provinces and Baghdad since Monday.
SK

Partager cet article
Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 08:49
Fighting in Baghdad, South against Mahdi Army completes fourth day

Iraqi police patrol in Basrah. Photo from Alalam News. Click to view.

Fighting in Basrah and Baghdad and throughout much of the South continues as Iraqi security forces and Multinational Forces Iraq press the fight against the Mahdi Army and other Iranian-backed terror groups. The Iraqi Army has moved additional forces to Basrah as the US and Iraqi military have conducted significant engagements in Shia areas of Baghdad. The Mahdi Army has taken significant casualties. The US military has denied the Mahdi Army has taken control of checkpoints in Baghdad.

Several hundred Iraqis are reported to have been killed during the fighting since the operation began on March 25. A large majority of them are Mahdi Army fighters, according to the press reports. The US and Iraqi military have killed more than 70 Mahdi Army fighters in Shia neighborhood in Baghdad alone over the past three days.

Prime Minister Nouri al Maliki, who is in Basrah supervising Operation Knights' Assault, has given the Mahdi Army 72 hours to lay down their weapons. "We are not going to chase those who hand over their weapons within 72 hours," Maliki said. "If they do not surrender their arms, the law will follow its course."

Muqtada al Sadr, the leader of the Mahdi Army and the Sadrist movement, is calling for an end to the fighting, according to a statement released by Hazem al Aaraji, a close aide to Sadr. He called for "everyone to pursue political solutions and peaceful protests and a stop to the shedding of Iraqi blood."

The Iraqi opposition held an emergency session in parliament, but only 54 of the 275 lawmakers attended, AFP reported. "The two main parliamentary blocs -- Shiite United Iraqi Alliance and the Kurdish Alliance -- were not present for the session which was attended by lawmakers from radical cleric Muqtada al-Sadr's bloc, the small Shiite Fadhila Party, the secular Iraqi National List and the Sunni National Dialogue Council," according the AFP report. The main political blocs in Iraq's parliament have given their support to the military operations by ignoring the emergency session.

Fighting in Basrah

Basrah has been the scene of the majority of the fighting. Major General Ali Zaidan said that 120 Mahdi Army and other Shia terrorists have been killed since the fighting began, while another 450 have been wounded. Iraqi police said they have captured 218 "militiamen" since the start of the operation on March 25. But the Mahdi Army is said to be controlling some neighborhoods in Basrah, and the Iraqi Army is meeting stiff resistance when attempting to entry these neighborhood.

The Mahdi Army is targeting senior military and police leaders in the southern city. Major General Abdul Jalil Khalaf, the chief of police in Basrah, narrowly missed an attempt on his life after the Mahdi Army hit his convoy with a roadside bomb. Three officers were killed in the attack. Brigadier General Eidaan Muttar, Khalaf's deputy, also survived an IED attack on his convoy.

The Iraqi military continues to beef up its security forces in the South. The Army and police have committed the equivalent of two additional brigades of security forces. Maliki ordered five extra battalions to the city, putting the number of Iraqi Army in Basrah at 15,000 troops. Additional elements from the Emergency Response Units, Iraqi Special Operations Forces, and helicopter support have been moved to Basrah.

Coalition forces have served in a largely advisory and support role. US military and police trainers are embedded with Iraqi units, while Multinational Forces Iraq is supplying logistical and air support for Iraqi forces. Coalition air forces conducted two attacks on Mahdi Army positions in Basrah, an Iraqi source told The Associated Press.

Fighting in Baghdad

As the fighting in Basrah is underway, the fighting in Baghdad has intensified. US and Iraqi security forces have clashed with the Mahdi Army in Shia-dominated neighborhoods numerous times in Baghdad since the fighting began on Tuesday. Major fire-fights have broken out in Sadr City, Adhamiyah, Rusafa, New Baghdad, Kadhamiyah, Mansour, and other neighborhoods in northern and eastern Baghdad where the Mahdi Army has a significant presence.

US and Iraqi security forces killed 26 Mahdi Army fighters in Baghdad on March 26. Another 42 Mahdi Army fighters were killed in a series of battles throughout Baghdad on March 27. Eight of the Mahdi Army fighters were killed after they attempted to overtake an Iraqi Army checkpoint. The Iraqi soldiers beat off the attack, losing one soldier in action.

The Times Online claimed the Iraqi Army and police have abandoned checkpoints in Baghdad, but the US military denied the Mahdi Army is in control of police and Army checkpoints in Baghdad.

"All checkpoints and ISF [Iraqi security forces] buildings are in ISF and/or Coalition control. No checkpoint is in enemy control," said Lieutenant Colonel Steve Stover, the Public Affairs Officer for the 4th Infantry Division and Multinational Division Baghdad in an email response to questions from The Long War Journal. "There were several cases where the ISF needed our assistance (and more often than not - did not) and either CF [Coalition forces] ground or air responded and either reinforced or took back in a couple occasions the CP or IP [Iraqi Police] building - none of that happened today."

The Mahdi Army and Iranian-backed terrorists of the Special Groups have continued to fire mortars and rockets at US and Iraqi outposts in the city. One Coalition soldier, two US civilians, and one Iraqi Army soldier were wounded in an attack launched on March 26. Sixteen rockets were fired in four separate volleys.

One civilian was killed and 14 civilians and five soldiers were wounded during a series of 11 mortar attacks throughout Baghdad on March 27. US soldiers killed two terrorists as they acted as spotters for the mortar teams. On March 28, two security guards for Sunni Vice President Tareq al Hashemi were wounded in a mortar attack in the International Zone.

Terrorists also conducted a successful kidnapping in Baghdad, according to an unconfirmed report from Baghdad. Tahseen Sheikhly, the civilian spokesman for the Baghdad security operation, was kidnapped and three of his bodyguards were kidnapped after his home was assaulted. The terrorists then burned down his home.

Fighting in Al Kut, Nasiriyah

The fighting has not been contained to Baghdad and Basrah. Clashes are being reported in Al Kut, Nasiriyah, Diwaniyah, and Hillah.

Heavy fighting has been reported in Al Kut, one of the main hubs of Special Groups activities in the south. The Special Groups store weapons in Al Kut after transporting them across the border from Iran. More than 40 people have been killed and 75 wounded during fighting in the city and surrounding regions in Wasit province, according to General Abdul Hanin Hamoud Saleh al Amara, a police chief in the province. The fighting in Al Kut began on March 25. Iraqi police killed 11 Mahdi Army fighters in Al Kut on March 26.

Iraqi security forces are also active in Diwaniyah, another transit point for Iranian-made weapons. A Sadrist spokesman said Iraqi security forces captured four leaders of the Sadrist movement and 12 other members of the group in Diwaniyah on March 28. Terrorists responded by launching seven mortars at the headquarters for the 8th Iraqi Army Division in Diwaniyah. No casualties were reported.

The Iraqi Army and police have been active in Babil province. Hillah’s Iraqi Special Weapons and Tactics unit attacked a Special Groups unit in Hillah on March 26. The Hillah Swat team killed 14 Special Groups fighters and wounded 20. The Iraqi Army said it captured a commander of a terror cell in Al Hashimiyah, south of Hillah. Seven other Sadrist leaders believed to be behind attacks in Hillah were captured by the police.

The Mahdi Army is said to have taken control of the center of the city of Nasiriyah, the capital of Dhi Qhar province. Nasiriyah is a strategic city in the south as it sits at the major crossroads for roads running north to south and east to west.


For more information on Iran's involvement in Iraq, see Iran's Ramazan Corps and the ratlines into Iraq.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 14:02

La Serbie conclut un marché d'armement pour plusieurs centaines de millions avec l'Irak.

http://www.usatoday.com/news/world/2008-03-28-serbia-iraq_N.htm?csp=34

Posted 2h 24m ago | 

  •  

BELGRADE, Serbia (AP) —  Le Ministère de la Défense (à Belgrade) a annoncé vendredi que la Serbie a conclu un marché consistant à fournir à l'Irak pour un montant de 235 millions de $, en matériel aérien, en armes et en équipement militaire à l'Irak,

Il a ajouté que ce matériel militaire comprendra 20 avions légers d'entraînement, des pistolets-mitrailleurs, des armes d'assaut, des mortiers, des munitions, des explosifs et des gilets pare-balles.

Le Lasta 95 est un nouveau modèle d'avion ayant un moteur à pistons, développé par les industries d'avionique Utva, dans les environs immédiats de Bagdad et qui sera mis en production grâce à cet échange avec l'Irak.

Le Ministre de la Défense serbe Dragan Sutanovac a déclaré qu'il s'agissait "d'un des marchés du siècle" pour les entreprises serbes.

"C'est même le marché le plus important jamais réalisé par notre industrie militaire!" a ajouté Sutanovac au quotidien Blic. 

Il a raconté que l'accord avait été signé avec le Ministre de la Défense Irakien, avec la totale approbation de l'alliance militaire commandé par les Etats-Unis.

Sutanovac said that Iraq has made the first down payment, sealing a deal made during a visit to Belgrade last year by Iraqi Defense Minister Abdul-Qadir al-Obeidi.

Sutanovac a confirmé que l'Irak avait procédé au premier versement, concluant un marché réalisé durant une visite du Ministre irakien de la Défense, Abdul-Qadir al-Obeidi, à Belgrade l'année dernière.

La visite d'Al-Obeidi à Belgrade était la première du genre, de la part d'un responsable irakien de haut niveau depuis la chute des régimes dictatoriaux de Saddam Hussein et de Slobodan Milosevic, qui entretenaient des rapports très étroits entre eux.

Yugoslav construction companies built much of Iraq's military infrastructure, such as air bases and command bunkers, during the 1970s and 80s.

Les compagnies yougoslaves de construction ont construit la plupart des infrastructures militaires irakiennes, comme les bases aériennes et les bunkers de commandement, durant les années 70 à 80.


Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 12:00
Al Arabiya : Irak / L’aviation américaine bombarde Sadr city
vendredi 28 mars 2008 - 11h35
Logo MédiArabe.Info

Selon le correspondant de la télévision « Al Arabiya » à Bagdad, Majed Hamid, l’aviation américaine a bombardé, ces dernières heures, plusieurs cibles dans la banlieue chiite de Bagdad, Sadr city, fief de l’Armée du Mahdi. Cette dernière riposte en bombardant la zone verte, où au moins deux fonctionnaires américains ont trouvé la mort depuis jeudi. Le Pentagone a demandé, ce matin, aux militaires américains de s’abriter dans les bâtiments fortifiés de la zone verte, sans doute de peur de représailles.



UPDATE : A Bassorah, on évoque au moins deux cibles,  négociées par la Air Force britannique : contre des équipes de lance-roquettes et un lieu de rassemblement des Djihadistes de Sadr : l'armée de l'Air irakienne est déjà existante, mais ne dispose pas encore de chasseurs suffisamment rapides pour ce genre de missions. Des Marine's américains seraient également entrés en action à Bassorah même, nettoyant depuis les toîts des bâtiments, les nids de snipers du Jaysh Al-Mahdi, qui contrôlerait encore 75% de la ville. Le Quartier Général de Nouri Al-Malki aurait pris position dans l'ancien palace présidentiel de Saddam Hussein, qui servait également de QG aux forces britanniques présentes dans la ville jusqu'en septembre 2007. Il subirait sporadiquement des tirs de lance-roquettes. On aurait également vu sur certaines chaînes critiques à l'égard du gouvernement irakien, des djihadistes du Mahdi parader dans des Humvees de l'armée, pris à leurs occupants irakiens. (The Christian Science Monitor).

Update : D'autres sources ont fait part de la "prise du centre" de la ville de Nassiriyah (capitale de la prov. de Thi Qar, à 360 kms au sud de Bagdad) par le Jaysh Al-Mahdi, mais ceci a été ensuite largement démenti par Iraq al Awsat (les voix de l'Irak), qui fait au contraire état du reflux des Djihadistes vers les périphéries des villes (Province de Thi Qar), où ils ont subi des pertes importantes (du simple au double/à la police ou l'armée irakienne) et où au moins 8 d'entre eux sont tombés entre les mains de la police irakienne :

au total, jusqu'à présent, selon le
Major-General Ali Zaidan, commandant des Forces terrestres irakiennes : plus de 120 miliciens du Mahdi auraient déjà été tués et environ 450 blessés, depuis le début des opérations.

Des engins blindés américains seraient également entrés en profondeur dans Sadr-City, où ils ont échangé des tirs avec la milice sadriste.

 

 

 

US-led coalition forces bomb Shiite militia in Basra

BASRA, Iraq (AFP) - US-led coalition warplanes dropped bombs on Shiite militia positions in Basra overnight, directly entering the fray for the first time since the Iraqi army launched a crackdown in the southern city, a British military spokesman said on Friday.

Two bombing missions were carried out against specific targets, Major Tom Holloway told AFP.

"It was on identified rocket teams in the city and there was a concentration of militia troops which was bombed," he said, adding that the bombings were the first by the coalition forces since Iraqi military operations started in Basra on Tuesday.

Holloway said at Basra airport, where the British contingent of around 4,100 troops are based, that coalition forces have also been providing air support, surveillance and are refuelling Iraqi helicopters and transport planes.

"Coalition forces are providing capability in those niche areas that the Iraqi armed forces don't have," Holloway said.

"Particularly, we are providing them air power over the top of the city. The Iraqi air force does exist but doesn't yet have fast jets. We are also providing surveillance and that is being fed back into the Iraqi's operational command centre in Basra.

"And also they have been providing air support in terms of dropping munitions on identified militia targets in the city."

Coalition forces rather than the Iraqi army are directing the air support, the British spokesman added. "The Iraqi air support is being directed by our call signs.".



2 cops, 5 gunmen killed, 8 captured in Nassiriya clashes
 
Thi-Qar - Voices of Iraq

 

Friday , 28 /03 /2008  Time 3:53:48

 

 
Thi-Qar, Mar 28, (VOI) – Two policemen and four gunmen were killed and eight others captured in clashes between security forces and armed men in separate areas of the city, a Thi-Qar province police spokesman said.
"Security forces killed five gunmen in al-Fidaa neighborhood, southern Nassiriya, where armed groups spread, while eight gunmen others were captured," Radi al-Rakabi told Aswat al-Iraq – Voices of Iraq – (VOI).
"Two policemen were killed in Friday's clashes while four others wounded, three of them in the area of Souk al-Sheikh, 35 km south of the province," the source said.
The city has witnessed armed confrontations that broke out during a late hour of Thursday night between security forces and gunmen in al-Nassiriya and some of its districts, namely al-Shatra and al-Fajr, in the northern part of the city, and Souk al-Sheikh. Four policemen were killed and 12 others wounded while seven gunmen were killed in the clashes.
Rakabi said security forces were in control of the city "thanks to their spread in all areas of the province," pointing out that the gunmen "were attacking police patrols and withdraw to residential areas."
Eyewitnesses said the clashes were confined to areas in the northern Thi-Qar neighborhoods of al-Shohadaa and Sadr City.
Nassiriya, the capital of Thi-Qar province, lies 390 km south of Baghdad.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 20:45

Politics and Security


 
Iraqi army arrest armed groups key commander in Babel
 
Babel - Voices of Iraq

Thursday , 27 /03 /2008  Time 11:08:31

 

 

Babel-Voices of Iraq

Babel, Mar27, (VOI)-Iraqi army forces on Thursday arrested a key commander of armed groups in Babel, a security source said.
"Iraqi army captured a commander of the armed groups in al-Hashimiya, 30 km south Hilla, in clearing operation", a source in the Iraqi army second brigade, who requested anonmity, told Aswat al-Iraq-Voices of Iraq(VOI).
The source identified the commander as "Hamza al-Limbi".
He pointed out "the arrest came following a intense clashes with gunmen, leaving casulaties among security forces", but provided no further details.
"The intensity of armed operations receded after capturing key of the group commanders".
Earlier, Hilla along with southern cities has seen intense fighting following the announcement of a major operation in Basra to crack down on Violence
Hilla, the capital city of Babel province, lies 100 km south Baghdad

Partager cet article
Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 13:12

La confusion risque de régner un certain temps dans le bras-de-fer contre le Jaysh Al-Mahdi, sattelite de l'Iran.

Ces milices, lorsqu'elles doivent se replier, mettent les villes et leurs rues commerçantes à feu et à sang, cassant et incendiant les magasins. Ils ont également fait explosé un pipeline important pour le transit pétrolier, ce matin. Ce comportement partisan du chaos le plus total ne paraît pas en rapport avec le délai de 72 heures qui leur a été laissé par les forces régulières de Maliki pour déposer leurs armes, trahissant une désorganisation interne et donnant libre cours à la rage éperdue. Pas très convaincant pour des milices sur-entraînées en Iran, à qui semble manquer la discipline élémentaire.

Les rapports dans les nombres de tués ou blessés seraient de 1 à 10, dans certains secteurs, comme à Al Kut, capitale provinciale de Wasit, 4 policiers irakiens perdant la vie, là où 40 terroristes trouvaient la mort.

Des protestations orchestrées par le Mahdi tentent de faire barrage au retour à l'ordre. Tous les moyens politiques et para-militaires sont employés pour échapper à la dissolution.


 

 

A Mahdi Army militiaman aims a rocket-propelled grenade (RPG) during clashes with security forces in the southern Iraqi city of Basra. Fighting has rocked Basra and Kut as security forces battled Shiite militiamen for a third day in clashes that left 105 people dead, while saboteurs blew up a key oil export pipeline.(AFP/Essam Al-Sudani)
AFP Photo: A Mahdi Army militiaman aims a rocket-propelled grenade (RPG) during clashes with security forces in...

Fighting which

105 killed in battles in Shiite areas of Iraq

by Karim Jamil 43 minutes ago

BASRA, Iraq (AFP) - Fighting rocked two Iraq cities on Thursday as security forces battled Shiite militiamen for a third day in clashes that left 105 people dead, while saboteurs blew up a key oil export pipeline.

began on Tuesday in Basra when Prime Minister Nuri al-Maliki ordered his troops to crack down on "lawless gangs", spread on Thursday to the central city of Kut where at least 44 people died in early morning fighting, police said.

In Basra, where clashes broke out in a stronghold of the Mahdi Army militia of Shiite cleric Moqtada al-Sadr soon after dawn, saboteurs blew up one of Iraq's two main oil export pipelines, an official said.

In Baghdad, meanwhile, Sadr's followers staged noisy protests against the crackdown in Basra, demanding the resignation of Maliki, who is overseeing the military operations

The police chief of Kut, Abdul Hanin al-Amara, told AFP that among those killed during a military assault that began around midnight were four policemen and 40 Shiite militiamen.

"The security forces launched an operation at around midnight (2100 GMT Wednesday) to take back areas under the control of Shiite gunmen," Amara said in Kut, 175 kilometres (110 miles) southeast of Baghdad.

"At least 40 gunmen and four policemen were killed. Around 75 people were wounded. Police have now imposed full control on these neighbourhoods."

The offensive followed days of sporadic clashes in Kut, between militiamen and Iraqi troops, during which according to witnesses gunmen ran through the streets, burning shops and public buildings.

An AFP correspondent in Basra, meanwhile, said heavy fighting erupted early Thursday in the central Jumhuriyah neighbourhood, a Mahdi Army bastion, which was rocked by rocket propelled grenade, mortar and small arms fire.

Police spokesman Colonel Karim al-Zaidi said the convoy of Basra police chief Major General Abdul Jalil Khalaf was hit by a suicide car bomber around 1:00 am on Thursday (2200 GMT Wednesday) as it passed through the streets of Basra.

The International Committee of the Red Cross put the toll from the Basra clashes at 20 dead but other, unconfirmed reports said 40 were killed.

The port city was covered in a thick black pall of smoke on Thursday from a blast which damaged an oil pipeline transporting crude from the Zubair oil field to the Al-Faw storage facility.

Samir al-Maksusi, spokesman for the Southern Oil Company, said the pipeline had been blown up with a bomb. "The blast directly affects the exports," he said.

In the central city of Hilla, where Iraqi forces have been battling Shiite militiamen, four policemen were killed in a bomb attack, police said.

Meanwhile in Sadr City, an impoverished Shiite district of around two million people in east Baghdad, crowds gathered from 10:00 am (0700 GMT) outside the Sadr office to yell slogans against the prime minister.

"Maliki you are a coward! Maliki is an American agent! Leave the government, Maliki! How can you strike Basra?" the crowd chanted.

In the Kadhimiyah neighbourhood of north Baghdad, followers of Sadr carried a coffin covered in red fabric with an attached photograph of Maliki set against the background of an American flag.

Officials said the death toll from clashes in Sadr City Tuesday and Wednesday had risen to 30.

The Sadr movement had announced on Wednesday it would hold protest rallies against Maliki in Baghdad and the southern city of Amara, while Sadr has threatened to launch a civil revolt if the attacks against the militiamen are not halted.

On Wednesday, Maliki gave militiamen battling his forces in Basra 72 hours to lay down their arms and warned that those failing to do so would face the full brunt of the law.

Basra has become the theatre of a bitter turf war between the Mahdi Army and two rival Shiite factions -- the powerful Supreme Iraqi Islamic Council (SIIC) of Abdel Aziz al-Hakim and the smaller Fadhila party.

An aide to Sadr said representatives of the Iraqi government and a Sadrist official held preliminary talks by telephone on Thursday in a bid to end the crisis in Basra.

Iraqi and US embassy officials, meanwhile said insurgents fired rockets into the heavily fortified Baghdad Green Zone causing a major blaze.

The Green Zone, which was once Saddam Hussein's presidential compound, has been repeatedly hit by rocket and mortar fire in recent days, wounding at least three Americans.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 23:12

 

The Real Meaning of 4,000 Dead
Lieut. Sean Walsh patrolling the streets of Baghdad
Lieut. Sean Walsh patrolling the streets of Baghdad.
Maj. Pat Garrett

The passing of the 4,000th service member in Iraq is a tragic milestone and a testament to the cost of this war, but for those of us who live and fight in Iraq, we measure that cost in smaller, but much more personal numbers. For me those numbers are 8, the number of friends and classmates killed in Iraq and Afghanistan, and 3, the number of soldiers from my unit killed in this deployment. I'm 25, yet I've received more notifications for funerals than invitations to weddings.

The number 4,000 is too great to grasp even for us that are here in Iraq. When we soldiers read the newspaper, the latest AP casualty figures are glanced over with the same casual interest as a box score for a sport you don't follow. I am certain that I am not alone when I open up the Stars and Stripes, the military's daily paper, and immediately search for the section with the names of the fallen to see if they include anyone I know. While in a combat outpost in southwest Baghdad, it was in that distinctive bold Arial print in a two-week-old copy of the Stars and Stripes that I read that my best friend had been killed in Afghanistan. No phone call from a mutual friend or a visit to his family. All that had come and gone by the time I had learned about his death. I sometimes wonder, if I hadn't picked up that paper, how much longer I would have gone by without knowing — perhaps another day, perhaps a week or longer until I could find the time and the means to check my e-mail to find my messages unanswered and a death notification from a West Point distro list in my inbox. The dead in Afghanistan don't seem to inspire the keeping of lists the same way that those in Iraq do, but even if they did it wouldn't matter; he could only be number 7 to me.

I'm not asking for pity, only understanding for the cost of this war. We did, after all, volunteer for the Army and that is the key distinction between this army and the army of the Vietnam War. But even as I ask for that understanding I'm almost certain that you won't be able to obtain it. Even Shakespeare, with his now overused notion of soldiers as a "band of brothers," fails to capture the bonds, the sense of responsibility to each other, among soldiers. In many ways, Iraq has become my home (by the time my deployment ends I will have spent more time here than anywhere else in the army) and the soldiers I share that home with have become my family. Between working, eating and sleeping within a few feet of the same soldiers every single day, I doubt I am away from them for more than two hours a day. I'm engaged to the love of my life, but it will take several years of marriage before I've spent as much time with her as I have with the men I serve with today.

For the vast majority of Americans who don't have a loved one overseas, the only number they have to attempt to grasp the Iraq War is 4,000. I would ask that when you see that number, try to remember that it is made up of over 1 million smaller numbers; that every one of the 1 million service members who have fought in Iraq has his or her own personal numbers. Over 1 million 8's and 3's. When you are evaluating the price of the war, weighing potential rewards versus cost in blood and treasure, I would ask you to consider what is worth the lives of three of your loved ones? Or eight? Or more? It would be a tragedy for my 8 and 3 to have died without us being able to complete our mission, but it maybe even more tragic for 8 and 3 to become anything higher.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 14:54


Muqtada al Sadr. Click to view.

Comment la stratégie américaine est en train de laminer la présence iranienne en Irak :

Quelques éléments descriptifs, traduits de l'article de Bill Roggio, reporter de guerre au Longwarjournal, actuellement en Irak.

http://www.longwarjournal.org/archives/2008/03/iraqi_security_force_11.php

Ils permettent de mieux comprendre la situation effective sur le terrain, là où bon nombre de commentateurs "avisés", en France et ailleurs, continuent de croire et de dire que l'invasion de l'Irak était pain béni pour l'Iran, grâce à son emprise grandissante sur le gouvernement et les foules shi'ites. Il suffisait, hier soir, de suivre les élans vengeurs des contradicteurs de Guy Millière, dans l'émission de Frédéric Tadéi, sur la 3 -lequel, au moins, lui offre le droit à la parole.
 
De fait, nous assistons plutôt à une nouvelle étape du "sursaut" (Surge), planifié par le Général David Petraeus : après s'être appuyé, à l'Ouest et actuellement au Nord (dans la région de Mossoul, où se trouve actuellement Bill Roggio), sur les Conseils de vigilance essentiellement sunnites ("les Fils de l'Irak"/Sons of Irak) qui se sont retournés et soulevés contre Al Qaeda, dans l'Ouest et dans le centre irakien, avec Bagdad comme principal objectif sécuritaire, cette fois, c'est l'armée irakienne elle-même qui est en train de faire le grand ménage dans le Sud, mais aussi autour des périphéries shi'ites de Bagdad (Sadr City).
 
La bataille pour Bassorah n'a rien de "troubles épisodiques", "liés à une atmosphère de chaos permanent" en Irak. Il s'agit de la seconde ville d'importance pour le pays, le port stratégique pour l'exportation du pétrole, via le Détroit d'Ormuz. L'Iran y avait pris ses quartiers depuis le retrait britannique de la ville, à travers des milices armées formées par les Pasdaran sous le commandement d'Imad Moughniyeh, le cerveau du Hezbollah. Pour ceux qui, au Sud-Liban, pleureraient leur grand chef de guerre terroriste, c'est aussi un autre avertissement : les extensions du Hezbollah et de la Révolution islamique peuvent être laminés, morceau par morceau, pour peu qu'existe une réelle volonté politique et militaire afin d'en venir à bout.
 
L'opération "assaut du chevalier" directement dirigée par le 1er Ministre Nouri Al-Maliki sur le terrain, fait la démonstration que le pouvoir central irakien a bien l'intention de rester maître chez lui. Cette campagne n'a rien de fortuite, réagissant sous la pression des circonstances. C'est tout l'inverse qui se passe. Elle a été patiemment planifiée dès août 2007, alors que les premiers résultats du "Sursaut", impliquant à ce jour 96 000 "Fils de l'Irak" (les conseils de vigilance), aux côtés des forces américaines et irakiennes nouvellement mises sur pied, traçait son sillon pour venir à bout d'Al Qaeda, dans d'autres régions. Les fameuses "milices du Mahdi" sont divisées, son chef est, une partie du temps, en exil dans la ville de Qom, le centre mondial de la Mollachie iranienne, où, dit-il, il s'est replié sur l'étude. On le dit malade. L'Iran est en train de perdre pied en Irak, lui qui voulait faire de ce pays un "nouveau Vietnam" pour les Forces américaines, en s'appuyant sur l'option pour le chaos, via les divers mouvements insurrectionnels, aussi bien sunnites (Al Qaeda en Irak) que shi'ites (Jaysh Al Mahdi, Hizaballah in Irak, etc.).
 

Les forces de sécurité irakiennes affrontent l'Armée du Mahdi formée par les Pasdaran iraniens et le Hezbollah de Mughniyeh

Muqtada al Sadr. Click to view.

BAGHDAD, IRAQ: L'extension (de six mois) du cessez-le-feu, proclamé par Moqtada Sadr, le chef de l'Armée du Mahdi soutenue par l'Iran, apparaît bien compromise, après le lancement par le Gouvernement irakien, de l'offensive contre le groupe terroriste shi'ite, à Bassorah,  la ville du sud-irakien. Selon un plan d'attaque dénommé "l'Opération Assaut du Chevalier"( Operation Knights' Assault ), les forces de sécurité irakiennes ont poursuivi leur offensive pour reprendre au Jaysh Al Mahdi (L'armée du Mahdi) le contrôle de ce centre pétrolifère stratégique qui est aussi la deuxième ville d'importance de l'Irak. Les combats se sont étendus jusqu'à Bagdad et l'ensemble des provinces du Sud

"L'assaut du Chevalier" est une opération entièrement menée par les Irakiens, et a été directement ordonnée par le Premier Ministre Nouri Al-Maliki, qui se trouve lui-même à Bassorah pour diriger l'opération aux côtés de son Ministre de l'Intérieur Jawad Bolani. Bassorah a connu un pic dans les activités terroristes appuyées par l'Iran, depuis le retrait britannique de la ville, à la fin de l'année dernière. Les meurtres politiques et les campagnes d'intimidation sont alors montés en flèche, selon un rythme imposé par le travail de sape des Iraniens pour étendre leur influence dans cette ville particulièrement riche en pétrole.

On dénombre la mort d'au moins 18 irakiens (18 Iraqis were killed ) -NdT : Debkafiles parle de 27 tués-, parmi eux 3 policiers, et plus de 100 blessés durant les combats de mardi dernier dans la ville, au fur et à mesure de l'avancée des troupes irakiennes pour nettoyer les faubourgs contrôlés par l'Armée du Mahdi. On annonce que des combats ont également éclaté à Bagdad même et à Al Kut, la capitale de la province de Wasit. Le couvre-feu a été imposé ( imposed ) à Karbala, Wasit, Babil, Diwaniyah, Nasiriyah et Bassorah, après que des combats aient éclaté dans le Sud, entre l'Armée du Mahdi et les forces de sécurité irakiennes.

Le Bloc Sadriste, la vitrine politique de l'Armée du Mahdi a, depuis lors boycotté ( boycotted ) les séances du Parlement et appelé à la grève générale et à la désobéissance civile. Moqtada Sadr, quant à lui, n'est pas officiellement revenu sur le cessez-le-feu qu'il avait lui-même imposé.

Les groupes de l'Armée du Mahdi ont, dans le même temps, lancé des attaques au mortier et à la roquette (NdT : le Chef d'Etat-Major les a fait identifiées comme étant de fabrication iranienne) sur les bases américaines et irakiennes présentes à Bagdad. Le 25 mars, 12 pièces de mortier et de lance-roquettes (twelve mortar and rocket strikes ) se sont abattues sur la Zone Internationale ("verte") sur la base des opérations avancées Falcon, sur la base des opérations avancées Rustamiyah et sur les locaux de coordination sécuritaire Thawra 1 et SUJ. Les attaques provenaient de Sadr City, le bastion de l'Armée du Mahdi à Bagdad. Le 23 mars, 15 civils ont été tués (15 civilians were killed ) au cours d'attaques au mortier et à la roquette contre le Complexe très étendu de la coalition militaire du Sud-Bagdadi.

Plusieurs officiers de l'Armée américaine ont déclaré au Journal de la Longue Guerre (The Long War Journal ) que les troupes américaines interviennent surtout dans un rôle de soutien à Bassorah et dans le Sud. Les Américains fournissent des renseignements, un soutien logistique et des interventions aériennes pour renforcer l'action des forces de sécurité irakiennes à Bassorah et tout le long de la frontière avec l'Iran.

Les forces américaines sont aussi activement à la poursuite des cellules de l'Armée du Mahdi présentes à Bagdad, à l'origine des attaques au mortier et à la roquette. Les forces de la Coalition et de l'Armée Irakienne ont capturé ( detained ) 11 chargés des opérations appartenant aux forces spéciales du Mahdi et présumés être à l'origine de l'attaque au mortier contre le centre des opérations Falcon.

L'offensive irakienne en cours était en préparation depuis un certain temps. L'armée et la police irakiennes avaient déjà massé des forces dans le Sud depuis août 2007 (since August 2007 ), dès que le Commandement opérationnel de Bassorah a été établi pour coordonner les efforts dans la région. A partir de décembre, l'Armée irakienne a commencé à déployer ( deployed ) 4 brigades et un bataillon des opérations des forces spéciales irakien disséminées dans la province de Bassorah. La police nationale irakienne a, quant à elle, déployé 2 bataillons supplémentaires dans la province.

Les heurts avec l'Armée du Mahdi surviennent quelques semaines à peine après que Moqtada Sadr ait admis des erreurs ( admitted failure ) commises en Irak. Sadr a ainsi écrit à ses disciples : " Aussi loin que j'y réfléchisse, je n'ai même pas réussi à libérer l'Irak ou à en faire une vraie société islamique - peut-être, à cause de ma propre incapacité, ou à cause de l'inaptitude de la société (NdT : la jeunesse shi'ite se détourne des Imams qu'elle considère comme des membres d'une maffia), seul Dieu le sait". " La présence continue des occupants, d'une part, et la désobéissance (à la loi islamique) de beaucoup, d'autre part, m'ont conduit à m'isoler par révolte (contre cette situation). J'ai donné au pays une part importante de ma vie. Même mon corps est devenu plus faible, je suis plus fréquemment tombé malade" (NdT : Ken Timmerman dans NewsMax et le journal koweitien Al Seyassah ont évoqué un empoisonnement par ses propres compagnons d'armes à l'issue du second cessez-le-feu de 6 mois, 22 fev. 08).

Sadr a proclamé une extension du cessez-le-feu unilatéral ( declared an extension of his unilateral cease-fire) le 22 février, sous une pression militaire et politique significative, de la part de l'armée américaine et le gouvernement irakien, exercée à la fois sur le Bloc Sadriste (au Parlement) et les éléments maffio-terroristes (rogue elements) de l'Armée du Mahdi. Cette décision a provoqué des divisions aiguës au sein du mouvement sadriste et de l'Armée du Mahdi, où plusieurs politiciens ainsi que des commandants para-militaires menaçaient de relancer le combat contre l'Armée américaine et le Gouvernement irakien.

L'Armée du Mahdi de Sadr a été formée par les Forces Quds (Pasdaran) iraniennes sur le modèle du Hezbollah libanais. Imad Moughniyeh, le commandant en chef de la branche militaire du Hezbollah, qui a été tué en Syrie en février, était parmi ceux qui ont formé et entraîné l'Armée du Mahdi ( behind the formation and training of the Mahdi Army ). L'Iran a mis sur pieds le Corps Ramadan ( established the Ramadan Corps ) afin d'apporter des armes, des combattants et un soutien logistique aux groupes spéciaux, qui comprend un nombre conséquent de membres de l'Armée du Mahdi de Sadr.


Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 17:01
Al Arabiya : Irak / Une vaste opération contre les milices chiites à Bassorah
mardi 25 mars 2008 - 11h05
Logo MédiArabe.Info

Les forces irakiennes mènent une vaste opération contre les milices chiites de Moqtada Sadr, à Bassorah. L’objectif est de sécuriser la capitale du sud irakien, depuis sa prise en main par les milices pro-iraniennes à la faveur du retrait britannique. Le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, supervise personnellement le déroulement des opérations.


 


 

Commentaire : D'après les informations collectées ailleurs, les Britanniques ni les Américains ne participent directement aux combats. C'est une "affaire strictement intérieure" irakienne, voire shi'ite-irakienne, si on considère la confession du Premier Ministre Al-Maliki qui y prend une part personnelle.

Il semble que l'Iran, après sa visite à Bagdad, joue en ce moment, non pas son va-tout, mais à souffler sur les braises pour rappeler aux Irakiens les conditions de sa présence et l'étendue de son influence, aussi bien à Bagdad, où des manifestations de désobéissance civile ont lieu, sous l'égide des Sadristes, parsemées de tris de roquettes iraniennes sur la "zone verte", que dans le Sud où les combats sporadiques avec les mêmes milices du Jaysh Al Mahdi éclatent un peu partout.

Il semble aussi que, pris de cours par l'ampleur de la riposte nationale, les gangs qui se sont octroyés le contrôle de Basra, dès le retrait britannique, refluent et cherchent à négocier, via leurs parlementaires à Bagdad.

Sur le plan régional, le camouflet prévisible à la Syrie, lors d'un sommet de Damas qui devrait se solder par un fiasco, laisse augurer ce genre de "répliques" par la terreur, en différents points stratégiques.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis