Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 19:14
Coalition forces disrupt al-Qaeda in Iraq, three terrorists killed (Kirkuk)

Wednesday, 31 October 2007

MULTI-NATIONAL FORCE-IRAQ
PRESS DESK
BAGHDAD, Iraq
http://www.mnf-iraq.com
703.343.8790
   
Press Release A071031a
October 31, 2007

Coalition forces disrupt al-Qaeda in Iraq, three terrorists killed

BAGHDAD, Iraq – Coalition forces killed three terrorists during an operation today targeting al-Qaeda in Iraq networks in Kirkuk.

Coalition forces targeted an alleged al-Qaeda in Iraq leader in the al-Tamim province. The individual allegedly has ties to several terrorist senior leaders operating throughout Iraq and is believed to be involved in a variety of roles within the network, to include oversight of assassinations and car-bombing attacks.

Upon arrival to the area, the ground forces called for the target building’s occupants to come out.  As they were awaiting response, Coalition forces observed a group of men maneuvering toward them from the rooftop. Perceiving hostile intent, the ground force engaged, killing three terrorists.

“We’re continuously assaulting al-Qaeda in Iraq to bring down the networks conducting vicious attacks against the Iraqi people,” said Maj. Winfield Danielson, MNF-I spokesman.

- 30 -

FOR MORE INFORMATION, PLEASE CONTACT THE MNF-I PRESS DESK at: n MNFIPressdesk@iraq.centcom.mil This e-mail address is being protected from spam bots, you need JavaScript enabled to view it
FOR THIS PRESS RELEASE AND OTHERS VISIT WWW.MNF-IRAQ.COM.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 09:13
Misinterpreting the Militias
Gareth Porter | October 11, 2007
 
Email this page to a friend Send us your feedback
IRC Right Web

Despite the U.S. military command's frequent assertions that the primary threat to U.S. forces in Iraq comes from Iranian meddling, its real problem is that Shiite cleric Moqtada al Sadr's Mahdi Army is determined to end the occupation and is simply too big and too well entrenched to be weakened by military force.

The U.S. command began trying to enter into a political dialogue with Sadr's followers in early 2006 and now claims that such a dialogue has begun, according to a September 12 article by Ned Parker of the Los Angeles Times .

And Gen. David Petraeus hinted in his congressional testimony last month at the need to negotiate a deal with the "Sadrists." Petraeus said it is impossible to "kill or capture" all the "Sadr militia" and likened the problem to that of dealing with the Sunni insurgents who have now been allowed to become local security forces in Sunni neighborhoods.

But the George W. Bush administration is not prepared to make peace with the Mahdi Army. Instead it believes it can somehow divide it if it applies military pressure while wooing what it calls "moderates" in the Sadr camp. Parker quoted an anonymous administration official last month as suggesting that there were Sadrists "who we think we might be able to work with."

A U.S. commander in Baghdad, Lt. Col. Patrick Frank, told Parker last month that Sadrist representatives initiated indirect talks in late July, which were followed by Sadr's announcement at the end of August of a six-month hiatus in fighting.

But the proposal Frank made to the Mahdi Army at a September 3 meeting with both Sunni and Shiite community leaders suggests that Petraeus is on a short leash in negotiating local peace agreements. Frank proposed that the Mahdi Army cease attacks for two weeks, and that the U.S. military would "consider reducing their raids in the district."

That was an offer that might have been expected from a newly installed occupation army rather than from one that has already admitted that it cannot prevail by using force and is bound to become weaker in the near future.

The U.S. command intends to increase the military pressure on the Mahdi Army. Last week, Lt. Gen. Raymond Odierno announced that more military resources were being shifted from fighting al-Qaida to operations against Shiite militiamen.

The idea of managing the Mahdi Army problem by dividing it between "extremist" and "moderate" elements was integrated into the original "surge" strategy. Even before Petraeus took command in Baghdad last January, he and Odierno, his second in command, had already decided to avoid a full-fledged military campaign against the Mahdi Army.

Instead they adopted a strategy of trying to reach agreement with some of Sadr's followers—perhaps including Sadr himself—while targeting selected elements in the Mahdi Army.

"There are some extreme elements, and we will go after them," Odierno said at a January 7, 2007 news conference.

The strategy of making deals with "moderates" while attacking the "extreme elements" seemed to be given credibility when Sadr signaled in early 2007 that he was ordering the Mahdi Army to lie low and even to cooperate with the new U.S. Baghdad security plan.

As Sudarsan Raghavan of the Washington Post reported last May, the U.S. command even released one of Sadr's aides, Salah al-Obaidi, from Camp Cropper after five months in detention, in the belief that he was a "moderate" who could help shift the balance within the Mahdi Army against those determined to carry out military resistance against U.S. forces.

But contrary to the self-serving assumptions of Petraeus and Odierno, Sadr was avoiding a confrontation with U.S. forces because he believed that the occupation had entered its final phase, in which the Bush administration would be forced to negotiate a settlement prior to military withdrawal, and that he had only to keep the Mahdi Army intact to emerge victorious over his Shiite rivals associated with the al-Hakim family.

Sadr aides told Raghavan that the Shiite cleric viewed the Democratic takeover of Congress and the struggle over Iraq policy as evidence that the final phase of the war had begun. His expression of willingness to cooperate with U.S. forces was aimed at positioning himself to be the main Iraqi interlocutor for the United States in the transition period.

Significantly, however, Sadr refused to deal with the Bush administration, believing that the Democrats would take a less bellicose posture toward his movement.

In any case, Sadr's hopes that the U.S. command might leave the Mahdi Army alone were dashed by the aggressiveness of U.S. sweeps in Sadr City and other Sadr strongholds in Baghdad, which began in January even before the arrival of additional troops. By mid-March, Sadr had already begun to backtrack on cooperation with the U.S. occupation troops.

Even as Sadr was returning to open opposition to the U.S. military, the U.S. command was pushing the line that the Mahdi Army was "splintering" and that attacks on U.S. troops were coming only from "rogue" Mahdi Army elements.

A U.S. military official in Washington told the Associated Press in late March that some Mahdi Army figures were "breaking away to attempt a more conciliatory approach to the Americans and the Iraqi government," while others were "moving in a more extremist direction."

The key individual in the alleged "extremist" breakaway faction was said to be Qais al-Khazali, who was Sadr's main spokesman in 2003 and 2004. Khazali and his brother, who had just been captured a few days before, were leaders of an Iraqi network that had apparently procured armor-piercing bombs and other weapons for the Mahdi Army.

In July, the U.S. military spokesman, Brig. Gen. Kevin Bergner, cited Khazali's alleged testimony under interrogation as supporting the command's argument that the Iranian Quds Force was creating a "Hezbollah-like" Shiite pro-Iranian force to do its bidding in Iraq.

But Maj. Gen. Michael Barbero, deputy director for Regional Operations at the Joint Staff in Washington, had obviously not been consulted about the Khazali breakaway ploy. In a press briefing on March 30, Barbero said, "[W]e assess that there are links between these brothers and Sadr's organization."

Bergner's portrayal of the Khazali organization as detached from Sadr's movement was an example of how the U.S. command embraces interpretations that serve its political-military objectives, even when they don't reflect its own intelligence judgments.

When the U.S. command carried out arrests of Mahdi Army commanders or cell leaders last spring and summer, they invariably referred to the targets as "rogue" Mahdi Army. In one such operation, U.S. and Iraqi troops captured the commander of what were called a "high-level rogue Jaysh al-Mahdi commander" of an "assassination cell" of more than 100 members.

But according to a July 28 New York Times report, both the head of the Sadr office in Baghdad and a Sadrist cleric preaching in nearby Kufa condemned the raid and called for the release of the detainees, indicating that they are still part of the Mahdi Army.

The "rogue" designation apparently referred to their resistance to the occupation, not to their relationship to the Mahdi Army command.

The U.S. command's line that Iran is using Hezbollah operatives to train Shiite militias that had broken away from Sadr was further discredited when Sadr admitted in an interview with The Independent in August that his organization has "formal links" with Hezbollah, has sent fighters to Lebanon for training, and would continue to do so.

Gareth Porter is a historian and national security policy analyst who writes for the Inter Press Service. His latest book, Perils of Dominance: Imbalance of Power and the Road to War in Vietnam, was published in June 2005.

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 08:05

MAP

mardi 16 octobre 2007 par Spyworld
logo
Des responsables militaires américains croient que leur armée a assené un coup "dévastateur" et peut-être "fatal" à Al-Qaïda en Irak durant les derniers mois, ce qui pousse certains généraux à vouloir proclamer la victoire sur l’organisation, qualifiée par l’Aministration Bush comme étant "l’ennemi le plus mortel des Etats-Unis en Irak", souligne le "ashington Post"lundi.

Toutefois, alors que la Maison Blanche et ses commandants militaires planifient pour la prochaine phase de la guerre, d’autres responsables ont averti contre ce qu’ils considèrent comme une "mesure prématurée, pouvant créer des difficultés stratégiques et politiques" pour Washington.

Pour ces responsables, une telle déclaration conforterait les critiques selon lesquelles le conflit en Irak est devenu une guerre civile où les forces de combat américaines ne devraient pas être impliquées.

La communauté du renseignement et certains responsables de l’armée même préviennent pour leur part qu’il ne faut pas sous-estimer un ennemi qui a montré une grande résistance par le passé, relève la publication.

Un haut responsable du renseignement, cité par le Post, a estimé qu’il serait prématuré à ce stade de proclamer la victoire sur Al-Qaïda. En dépit des récents succès américains, le groupe a "une habileté pour les attaques surprises" a expliqué ce responsable, rappelant que des périodes précédentes d’optimisme, comme celle suivant la mort de Abou Mussab Al-Zarqawi, se sont non seulement avérées infondées mais ont été suivies par une augmentation des opérations lancées par l’organisation.

Plusieurs responsables conviennent qu’Al-Qaïda en Irak a souffert de sérieux coups durant les trois derniers mois, entre autres après le déploiement de plus de forces américaines et irakiennes dans les bastions d’Al-Qaïda dans la province d’Al Anbar et à Bagdad, ce qui a privé les militants de bases d’opération, indique le Post, précisant que selon le général Raymond T. Odierno, le principal adjoint du commandant des forces américaines en Irak, le général David Petraeus, les militants sont "de moins en moins coordonnés et de plus en plus fragmentés".

Indiquant que certains responsables estiment que les données disponibles sont toutefois ’insuffisantes et difficiles à mesurer’ pour faire une bonne évaluation de l’évolution de la situation, le quotidien relève que toute évaluation de progrès contre Al-Qaïda est accompagnée d’une alerte avertissant qu’on ne peut vraiment crier victoire qu’après s’être assuré que le progrès est durable.

L’article du Washington Post est publié quelques jours après la sortie fracassante d’un ancien commandant des forces américaines en Irak, le général de corps d’armée Ricardo Sanchez, qui a déclaré la semaine dernière que la stratégie actuelle de la Maison-Blanche en Irak ne mènera pas à la victoire, qualifiant la guerre en Irak de "cauchemar sans fin".

 
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 20:17
Irak-Iran : Les Britanniques se retirent au profit des milices pro-mollahs
10.10.2007

Le 1er ministre britannique Gordon Brown envisage de réduire le contingent militaire britannique en Irak qui devra passer de 5.500 à 2.500 hommes environ d’ici le printemps prochain. La Grande-Bretagne veut passer du rôle militaire à celui d’observateur dans une région qui sert de couloir d’accès aux agents encadrés par les Pasdaran. | Décodages |

L’armée Britannique a déjà commencé dès la fin août 2007 à confier le contrôle de Bassorah aux forces de l’ordre irakiennes. La première phase de l’opération s’est immédiatement soldée par une reprise en main du centre de commandement de la police à Bassorah par les miliciens chiites de l’Armée du Mahdi, groupe armé financé et équipé par les Pasdaran.

Selon des témoins, les policiers avaient déserté le bâtiment à l’arrivée des hommes de l’Armée du Mahdi : Il faut préciser que ces forces de l’ordre irakiennes sont également rémunérées par le régime des mollahs ! Selon Gordon Brown, la situation dans la ville de Bassorah est relativement stable car les Irakiens eux-mêmes sont « en état de garantir la sécurité dans le pays » !

Cette situation qui permettra aux miliciens chiites de prendre de facto le contrôle d’une partie de l’Irak convient aux Britanniques qui sont les alliés historiques des chiites et même les concepteurs d’une bourse d’études richement dotée qui a financé la formation des mollahs chiites depuis leur apparition dans la seconde moitié du XIXe siècle.

On se souvient également que récemment, Chatham House, le centre de recherches en relations internationales du Foreign Office, avait laissé entendre qu’il fallait reconnaître le rôle national de Moqtada Sadr et recommandait un retour au principe du fédéralisme. Le fédéralisme confierait la presque totalité des sols riches en pétrole (du sud et du centre) à la communauté chiite irakienne, une communauté qui est infiltrée par les mollahs, alliés historiques de la Couronne Britannique.

Le Projet d’un Irak fédéraliste ne convient pas aux mollahs car la balkanisation de l’Irak peut menacer l’intégrité territoriale de l’Iran. De plus, les mollahs préfèrent un Irak uni où ils disposeraient d’un Moqtada Sadr qui jouerait un rôle perturbateur comme le Hezbollah au Liban. Les pétromonarchies arabes s’opposent également à ce projet fédéraliste car elles sont hostiles à un renforcement des chiites. Le projet n’a pas de chance d’aboutir, mais en se retirant les Brits [1] contribuent à renforcer ponctuellement les milices chiites.

Explications | La Grande-Bretagne se retire de la zone chiite pour accélérer le renforcement des mollahs et les Pasdaran dans cette zone à un moment où ces derniers mènent la vie dure aux Américains dans le but de faire reconnaître leur rôle régional. La Grande-Bretagne est l’un des plus importants partenaires commerciaux des mollahs, mais contrairement aux autres Européens, les Britanniques n’ont pas des intérêts « en Iran », mais « avec l’Iran ».

En fait, les Britanniques cherchent à protéger les mollahs en essayant de neutraliser le projet américain de remplacer les mollahs par des « chiites laïcs pro-américains » (qui de facto n’appartiennent pas à la sphère d’influence de la Grande-Bretagne).

WWW.IRAN-RESIST.ORG

Le retrait : Gordon Brown réalise une demande exprimée par les mollahs...
-  Iran : les mollahs saluent l’arrivée de Gordon Brown à leur manière
-  (11 mai 2007)

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : Grande-Bretagne |

| Mots Clefs | Terrorismes Islamiques : Ingérence des mollahs en Irak |

| Mots Clefs | Zone géopolitique / Sphère d’influence : IRAK |


[1] Ils nous les Brits !


Partager cet article
Repost0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 07:40
Contre tout ce que la presse occidentale, notamment française relayée par les Cassandres du Parti Démocrate US, ont annoncé depuis des mois et des années, la guerre américaine en Irak rencontre un succès continu depuis le retournement de la province d'Anbar (2006) et progressivement, c'est tout le pays qui est peu à peu sécurisé.
Le nombre de pertes militaires US reste important, mais n'a jamais été aussi bas, depuis juillet 2006 (64 tués en septembre). Le nombre de civils irakiens ayant péri sous les coups d'Al Qaeda, a, quant à lui, chuté de 50% le mois dernier.
Durant ce temps, les pertes infligées à "l'insurrection" largement organisée de l'étranger par Al Qaeda en Mésopotamie, ont atteint la soixantaine au cours du seul week-end dernier. Ces coups portés ont lieu dans des provinces (Dyala, Salah-Ah-Din, Mossoul...) qui, hier encore, n'osaient se soulever contre l'emprise d'Al Qaeda sur la population locale, vouée aux salles de tortures, au racket, aux enlèvements, etc. de la part de l'organisation souterraine.

Durant ce temps, une offensive visant la partition de l'Irak en une fédération ethnique et confessionnelle a été lancée au Congrès par le Sénateur démocrate Joe Biden, considéré comme proche de la vision mollachique du Moyen-Orient. Cette résolution conserve un caractère non-contraignant, autant dire qu'elle reste une proposition parmi tant d'autres. On peut se demander si elle ne fait pas partie des mesures "de repli" orchestrées par un parti démocrate en pleine "déconfiture", à force d'impuissance à contraindre Bush et le Pentagone à avouer une défaite qui n'aurait pas eu lieu. On sait que l'Administration Bush s'y oppose ou ne l'envisage que du bout des lèvres, tandis qu'on apprend que l'Ambassade US à Bagdad, dirigée par Crocker se joint au Gouvernement irakien pour rejeter fermement cette proposition. L'Arabie Saoudite, dont l'influence sur les tribus sunnites est incontestable, est le fer de lance régional de la conservation en l'Etat de l'unité du pays. La plupart des pays arabes sunnites lui emboîtent le pas, laissant l'Iran des mollahs miser sur ses derniers alliés conscients ou inconscients à Washington pour se tailler la part du lion, suite à un éventuel "retrait" des forces US, qui semble, de jour en jour pouvoir être retardé autant que nécessaire à la stabilisation de l'Irak et de sa proche région...

Les vierges effarouchées des années 2003, se répandant des cendres sur la tête depuis lors, hurlant au "bourbier" d'un "nouveau Vietnam" en sont pour leurs frais et tendent à la mettre en bémol. La faillite morale des alliés des régimes autoritaires et autres dictatures religieuses, partisans de ne rien faire, comme seule voie possible pour les peuples du Proche et Moyen-Orient, est de plus en plus patent...



U.S., Iraqi Civilian Deaths Fall Sharply

BAGHDAD (AP) — Deaths among American forces and Iraqi civilians fell dramatically last month to their lowest levels in more than a year, according to figures compiled by the U.S. military, the Iraqi government and The Associated Press.

The decline signaled a U.S. success in bringing down violence in Baghdad and surrounding regions since Washington completed its infusion of 30,000 more troops on June 15.

A total of 64 American forces died in September — the lowest monthly toll since July 2006.

The decline in Iraqi civilian deaths was even more dramatic, falling from 1,975 in August to at least 988 last month, a decline of 50 percent, according to an AP tally. The civilian death toll has not been so low since June 2006, when 847 Iraqis died.

The AP count includes civilians, government officials and police and security forces, and is considered a minimum based on AP reporting. The actual number is likely higher, as many killings go unreported.

In a joint statement, U.S. Ambassador Ryan Crocker and U.S. Commander Gen. David Petraeus commended Iraqi's security forces and its citizens for the decrease in violence.

"We are confident that you and your fellow citizens will continue to display determination, that Iraqi Security Forces will remain vigilant and that additional Iraqis will join our combined effort," said the statement released Monday.

In violence Monday, a suicide car bomber detonated his explosives just outside the gates of Mosul University, killing an agriculture professor, said police spokesman Abdul Karim al-Jbouri said. Less than an hour later, police found a second bomb in an empty car nearby and safely detonated it.

Over the weekend, U.S. and Iraqi forces killed more than 60 insurgent and militia fighters in intense battles, with most of the casualties believed to have been al-Qaida militants, officials said.

U.S. aircraft killed more than 20 al-Qaida in Iraq fighters who opened fire on an American air patrol northwest of Baghdad, the U.S. command said Sunday.

The firefight between U.S. aircraft and the insurgent fighters occurred Saturday after the aircraft observed about 25 people carrying AK-47 assault rifles — one brandishing a rocket-propelled grenade — into a palm grove, the military said.

"Shortly after spotting the men, the aircraft were fired upon by the insurgent fighters," it said.

The command said more than 20 of the group were killed and four vehicles were destroyed. No Iraqi civilians or U.S. soldiers were hurt.

Iraq's Defense Ministry said in an e-mail Sunday that Iraqi soldiers had killed 44 "terrorists" over the past 24 hours. The operations were centered in Salahuddin and Diyala provinces and around the city of Kirkuk, where the ministry said its soldiers had killed 40 and arrested eight. It said 52 fighters were arrested altogether.

The ministry did not further identify those killed, but use of the word "terrorists" normally indicates al-Qaida.

The U.S. Embassy, meanwhile, joined a broad swath of Iraqi politicians — both Shiite and Sunni — in criticizing a nonbinding U.S. Senate resolution seen here as a recipe for splitting the country along sectarian and ethnic lines.

The Senate resolution, adopted last week, suggests Iraqi government and parliament adhere to their constitution — if they can agree. The basic law allows for a loose confederation of regions under a limited central government, leaving the bulk of power with the regions. Sen. Joseph Biden, D-Del., was a prime sponsor.

In a highly unusual, unsigned statement, the U.S. Embassy said resolution would seriously hamper Iraq's future stability: "Our goal in Iraq remains the same: a united, democratic, federal Iraq that can govern, defend, and sustain itself."

AP correspondents Qassim Abdul-Zahra, Katarina Kratovac and Kim Curtis contributed to this report, as did AP News Research Center in New York.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 14:00

BAGDAD - Le commandement américain en Irak a affirmé dimanche avoir saisi plusieurs missiles sol-air de fabrication iranienne dont certains ont été déjà "utilisés" par les rebelles irakiens qui combattent les troupes américaines dans ce pays, selon un porte-parole.

"Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment, mais nous en avons trouvé", a déclaré à la presse un porte-parole de l'armée américaine à Bagdad, le contre-amiral Mark Fox, en réponse à une question sur la présence en Irak de missiles sol-air Misagh-1.

"Nous les avons trouvés et nous les avons vus être utilisés. Cela est très significatif en soi", a assuré le contre-amiral Fox.

Il a refusé de donner toute autre information, notamment sur le nombre de missiles saisis ou les circonstances dans lesquelles ils auraient été employés.

L'armée américaine a affirmé à plusieurs reprises que l'Iran livrait à des groupes armés irakiens des Misagh-1 capables d'abattre des hélicoptère ou des avions américains.

Le Misagh est la version iranienne du missile anti-aérien chinois QW-1. C'est un missile portable équipé d'un système de guidage à infrarouge qui identifie et suit les sources de chaleur. Il a une portée utile de 4.000 mètres.

Les militaires américains accusent régulièrement l'Iran de livrer des armes aux groupes extrémistes chiites qui combattent l'occupation américaine, mais ils évoquent rarement la fourniture de missiles sol-air.

L'armée américaine avait fait état en début de semaine de tirs d'armes légères contre l'un de ses hélicoptères dans le sud de Bagdad, qui avaient forcé l'appareil à procéder à un atterrissage d'urgence, sans toutefois faire de victime.

Les forces de la coalition n'ont cependant pas mentionné au cours des dernières semaines de recrudescence des attaques contre ses avions et ses hélicoptères.

Le porte-parole a également réaffirmé qu'un Iranien arrêté le 20 septembre par les troupes américaines dans la ville de Souleimaniyeh, au Kurdistan irakien (nord), était un agent de Téhéran chargé d'entraîner des "éléments extrémistes" en Irak et d'y mener des opérations ciblant les forces irakiennes et celles de la coalition.

Les autorité iraniennes ont démenti cette version et assuré que cette homme était un officiel de la province de Kermanshah, dans l'ouest de l'Iran, chargé de développer le commerce entre cette région et le Kurdistan irakien.

Elles ont depuis lors ordonné en représailles la fermeture de la frontière entre l'Iran et le Kurdistan irakien, provoquant d'importantes difficultés économiques dans cette région.

"J'ai du mal à croire qu'ils (les Iraniens) ferment la frontière pour un simple homme d'affaire", a commenté le contre-amiral Fox.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 16:07
Jewish World Review  12 Sept. 2007 / 29 Elul, 5766

Où l'Amérique et l'Irak convergent

Par Caroline B. Glick

http://www.jewishworldreview.com/0907/glick091207.php3

Adaptation française de Sentinelle 5768  ©

Le général David Petraeus et l'ambassadeur en Irak Ryan Crocker ont prévu depuis longtemps que leurs témoignages au congrès la semaine passée seraient construits sur deux niveaux.

D'abord, ils nous en ont dit beaucoup sur la nature complexe et stimulante de la guerre en Irak aujourd'hui. Dans leurs présentations, les deux hommes n'ont pas seulement informé le congrès du progrès indiscutable, de fait étonnant que la coalition et les forces irakiennes ont fait au cours des quelques mois passés, depuis que la stratégie de montée en puissance contre l'insurrection a été adoptée. Ils ont aussi souligné l'énormité des défis auxquels font face les USA, et leur coalition et les alliés irakiens en anticipant l'avenir de leur pays.

Les deux hommes n'ont pas livré leurs remarques isolément. Leurs apparitions sur la Colline du Capitole [Siège du Congrès américain, Ndt] sont intervenues sur l'arrière-fond de dénonciations stridentes de Petraeus en particulier, et de la guerre en Irak en général. Ces dénonciations ont été orchestrées par des activistes anti-guerre de Gauche aux poches bien garnies, et des politiciens Démocrates qui marchent apparemment au rythme des tambours ( et des financiers) des activistes.

Les condamnations préventives de Petraeus et la poursuite par des politiciens de Gauche de leurs attaques à l'intérieur des Chambres du Comité a montré la direction troublante que la politique américaine a prise au cours des six années écoulées depuis que les législateurs des deux Partis se tenaient au coude à coude en dehors de l'immeuble du Capitole le 11 septembre  2001, en chantant " G.od bless America " [" D.ieu bénisse l'Amérique ", l'hymne national américain, Ndt]. Et comme les rapports de Petraeus et Crocker sur la situation d'aujourd'hui en Irak, et les perspectives du pays dans l'avenir le montrent clairement, l'adhésion du Parti Démocrate au radicalisme [au sens " gauchiste " du terme, Ndt] a des répercussions stratégiques sur les perspectives de la guerre en Irak et pour l'avenir de la sécurité mondiale sans son ensemble.

Comme l'ambassadeur Crocker l'a expliqué, après 40 ans de tyrannie baathiste, l'Irak a émergé en 2003 telle une société traumatisée et fracturée, qui continue aujourd'hui de se colleter avec des questions d'apparence fondamentale sur son identité et ses aspirations. Sa capacité à répondre à ces questions existentielles, fondamentales, est maintenant limitée par la guerre qui l'assaille. Les forces combattant en Irak cherchent bien sûr à apporter par la force des réponses à ces questions fondamentales - et leurs réponses, ne seront évidemment pas les bonnes pour l'Irak, pour le Moyen-Orient et pour le reste du monde dans son l'ensemble.

Petreaus et Crocker ont expliqué qu'en général, les USA et leurs allies sont confrontés à deux forces ennemies distinctes en Irak aujourd'hui - al Qaïda en Irak et les forces shiites soutenues par les Iraniens. Comme l'étonnant renversement  de la situation sécuritaire dans la province d'al Anbar infestée par al Qaïda le montre au cours des quelques mois passés, les forces des USA ont fait de grands progrès contre le premier ennemi. Les USA ont sagement capitalisé sur la désaffection des chefs tribaux à l'encontre de la barbarie d'al Qaïda, et ils ont œuvré avec eux à lancer une offensive contre les forces d'al Qaïda, pour ramener les tribus sunnites dans le processus politique en Irak.  Conséquence de cette coopération, le terrorisme et les attaques d'insurrection à Anbar, qui il n'y a pas plus longtemps qu'en décembre dernier était considérée comme " perdue ", ont diminué de quelque 80 %. Des belligérants des tribus ont rejoint les forces de sécurité par milliers. Et pour sa part, le gouvernement central en Irak dominé par les shiites a adopté le renversement sunnite, et apporte une assistance monétaire et autre aux chefs sunnites de la province d'Anbar.

D'un autre côté, il n'y a pas eu diminution, de fait selon Crocker et Petraeus il y a eu une augmentation des attaques dirigées depuis l'Iran dans les mois récents. Pour décrire le rôle de l'Iran, Petraeus a déclaré : " Il apparaît de plus en plus à la fois à la coalition et aux chefs irakiens que l'Iran, à travers l'utilisation des force " al Qods ", cherche à transformer les groupes spéciaux en Irak [milices shiites] en une force du type du Hezbollah pour servir ses intérêts et combattre par l'intermédiaire de ses vassaux contre l'état irakien et les forces de la coalition en Irak ".

La disparité entre les défaites d'al Qaïda et la montée en puissance contre l'insurrection nous apprend quelque chose d'important sur la différence entre des opérations contrôlées par un Etat et des opérations de belligérants non étatiques. Il est vrai qu'al Qaïda en Irak a des liens directs avec la Syrie et l'Iran. Ses chefs ont des liens avec le renseignement syrien. Ses commandants en Irak sont largement dirigés par le Conseil de la Shura d'al Qaïda en Iran, et elle reçoit des armes et des fonds de Téhéran et de Damas.
Mais il demeure une différence majeure entre le parrainage iranien et syrien d'al Qaïda en Irak et le soutien iranien aux milices shiites en Irak. L'Iran et la Syrie considèrent al Qaïda comme un vassal de convenance. Bien que sa guerre en Irak serve son objectif d'empêcher l'Irak d'après Saddam de devenir un Etat stable, cohérent, multi ethnique gouverné suivant la loi, al Qaïda n'est pas une organisation iranienne (ni syrienne). De leur point de vue, sa contribution à l'effort de guerre contre les USA et ses alliés irakiens est valable aussi longtemps qu'elle peut durer.

Au contraire, l'armée du Mahdi de Moqtada Sadr, le parti Dawa et les brigades Badr sont des agents du régime iranien. Et bien sûr le Hezbollah et les groupes spéciaux irakiens font partie intégrante du régime iranien.

Petreaus a noté qu'aussi bien les USA et les Irakiens ont été surpris par la profondeur de l'implication de l'Iran dans la guerre. Mais ils n'avaient pas besoin de l'être. L'Irak et l'Iran, suivant leur compétition historique pour la suprématie dans le Golfe persique et l'islam shiite, ont toujours été liés intégralement et en concurrence. Dans les années 1980, reconnaissant l'hostilité des deux pays à l'encontre des intérêts de la sécurité nationale des USA, l'administration Reagan adopta sagement une politique de double contention à leur égard.

Hélas, en 2003, les USA ont ignoré l'interconnexion des destins des deux pays et ont donc adopté une politique divergente envers eux. Alors qu'ils se confrontaient à l'Irak, ils ignoraient l'Iran. Avec le temps, la politique américaine de négligence de l'Iran a été finalement remplacée par une politique de conciliation. Cette divergence dans la politique américaine envers les deux pays a permis à l'Iran de renouveler sa surenchère traditionnelle pour le contrôle de l'Irak, alors qu'elle prenait des options pour la domination régionale à travers son programme d'armes nucléaires, sa cooptation du régime syrien, l'expansion de son influence militaire et politique sur le Liban via le Hezbollah, et son parrainage de la guerre palestinienne contre Israël.

Les orientations de l'offensive iranienne soulignent l'une des complexités stratégiques les plus fondamentales de toute la bataille en Irak. En particulier, l'Irak n'existe pas isolément. Elle fait partie du monde arabe et islamique. Les pathologies infestant l'Irak post Saddam ne sont pas seulement la conséquence de sont totalitarisme brutal. Ce sont aussi les conséquences  des pathologies qui se sont emparées du monde arabe et islamique depuis l'effondrement de l'Empire Ottoman il y a 90 ans. En conséquence, l'objectif américain a toujours été problématique pour guider le développement d'un Irak post Saddam stable et démocratique, gouverné selon la loi, alors que la férule de la botte militaire, du mollah et de l'imam, demeurent à l'ordre du jour dans les pays voisins.

Avec l'ouverture de Petreaus et Crocker sur la reconnaissance du rôle central de l'Iran dans la guerre en Irak, nous voyons pour la première fois admis qu'il est stratégiquement contre-productif de considérer l'Irak isolé de ses voisins. Et l'acceptation de la nature régionale de la guerre en Irak montre l'un des risques centraux inhérents à la stratégie actuelle de contre-insurrection des USA en Irak.

Peut-être que la composante centrale de la stratégie des USA pour stabiliser l'Irak repose  dans l'organisation et la formation de ses forces armées et sa police. Alors que la majorité des forces de sécurité d'Irak sont loyales à leurs commandants et au gouvernement central, et soutiennent les forces de la coalition avec qui elles combattent, beaucoup d'unités irakiennes ont été infiltrées par des forces ennemies - avant tout par des membres de milices shiites parrainées par les Iraniens.

Comme Petreaus et Crocker en ont averti la semaine dernière, si le Congrès des USA ou la prochaine administration décident de retirer la prise des efforts conduits par les USA en Irak, les résultats en seront effroyables. Les deux hommes ont prévenu qu'un retrait rapide des forces américaines provoquera certainement la désintégration de ce pays, et on peut faire confiance à l'Iran pour arracher des morceaux clés de l'Irak pour son propre compte. Mais au-delà de cela, un retrait des USA laisserait aussi à la dérive  près d'un demi million de forces armées et entraînées par les USA, qui chercheront sans doute ailleurs de nouveaux parrains.
Les implications de la désintégration des forces irakiennes pour la sécurité régionale et de fait mondiale sont terrifiantes à imaginer et les ramifications de la politique d'une telle éventualité sont claires. Si les USA  organisent une sortie rapide du pays, la meilleure chose à faire serait d'arrêter la formation et l'armement de l'armée irakienne.

Cela nous amène au danger stratégique implicite dans l'hostilité brute et l'irrationalité stratégique de la Gauche américaine contre tout ce qui est lié à la campagne d'Irak, qui a été exprimé si ouvertement au Congrès et dans les médias " libéraux " aux USA [au sens de la Gauche américaine, Ndt]. Quand un ancien chef responsable au Congrès, comme le Président du Comité des Relations Internationales de la Chambre, Tom Lantos, préfère rabaisser Petraeus et appeler à un retrait rapide des forces des USA et à un " sursaut diplomatique " impliquant des négociations avec la Syrie et l'Iran, plutôt que d'accepter les responsabilités de la direction mondiale des USA en temps de guerre mondiale, il est clair que quelque chose d'horrible est arrivé au Parti Démocrate.

Comme le "Wall Street Journal" l'a formulé mardi dernier, la Gauche dure, qui semble avoir été catapultée à la direction du Parti Démocrate, " considère la politique non pas comme une lutte en cours, mais comme un compétition finale ". Le journal poursuivait : " Dans ces termes nouveaux, la politique publique n'est plus sujette à débat, à discussion et à désaccord sur des opinions et des interprétations concurrentes. Au lieu de cela, l'opposition est réduite au statut de menteur. Désormais, l'opposition n'a pas seulement tort, mais elle manque de légitimité et de crédit politique. Le but ici n'est pas de débattre, mais de détruire ".

Beaucoup de critiques ont été adressées à juste titre sur la responsabilité du gouvernement Maliki en Irak pour son échec à parvenir à un progrès politique critique qui puisse améliorer les perspectives à long terme de l'Irak d'après Saddam. La compétence gouvernementale est impérative parce que comme Petraeus l'a expliqué : " la source fondamentale du conflit en Irak est la concurrence entre des communautés ethniques et sectaires pour le pouvoir et les ressources ". Petraeus a poursuivi : " la question est de savoir si la compétition a lieu plus - ou moins - violemment ".

Ce qui est remarquable au sujet de la déclaration de Petraeus est que cela peut être également appliqué dans tous les pays. La politique et la guerre sont tous deux liés à la distribution du pouvoir. Ce qui sépare les démocraties des tyrannies et des Etats en échec, c'est que les démocraties déterminent la distribution du pouvoir par la délibération et le débat, alors que les tyrannies et les Etats en échec sont gouvernés sous la férule des armes et la loi de la jungle.

Que le Parti politique aujourd'hui à la tête des deux Chambres du Congrès, et en bonne position pour former la prochaine administration semble avoir écarté cette vérité fondamentale est bien plus dangereux pour l'Irak, le Moyen Orient et de fait le monde entier, que la faiblesse chronique, l'incompétence, le double jeu et la corruption du gouvernement Maliki ou de tout gouvernement suivant.

La stratégie que les USA ont adoptée en Irak, qui a obtenu de tels succès pendant la brève période où elle a été mise en œuvre, est une stratégie à long terme. A moins que les Démocrates ne reprennent leurs esprits, il sera difficile pour quiconque de croire que les USA abandonneront simplement l'Irak et avec elle, leur responsabilité en tant que chef du monde libre au milieu d'une guerre mondiale.


Contribuant à la JWR, Caroline B. Glick est membre senior pour le Moyen Orient du "Center for Security Policy" [Centre pour la Politique de Sécurité] à Washington, DC et rédacteur en chef adjoint du " Jerusalem Post " en anglais.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 07:28
http://frontpagemag.com/Articles/Read.aspx?GUID=6690DD73

Surgin’ General
 
By Jacob Laksin
FrontPageMagazine.com | Tuesday, September 11, 2007

 

Code Pink protestors screamed, Democrats grumbled, and MoveOn.org, in a full-page ad in the New York Times, all but called him a traitor. But they failed to prevent General David Petraeus from delivering his much-anticipated testimony about the state of security in Iraq.

Now that he has, it’s easy to see why antiwar activists and legislators would be up in arms. For in the course of his remarks, Petraeus cast decisive doubt on their faith-based belief that the Iraq war is hopelessly lost and that immediate withdrawal is the only reasonable course of action.

Especially grating to antiwar ears must have been Petraeus’s conclusion that the military objectives to bring security and stability to Iraq are “in large measure” being met. Seconding the key judgment of last month’s National Intelligence Estimate, the general reported that, despite continuing violence, overall security has improved. Civilian deaths have declined, with the number of terrorist attacks ebbing to its lowest point since June of 2006. Most striking has been the improvement in Baghdad, where violence has declined by 70 percent since the start of the surge. High-profile terrorist attacks may grab all the headlines. But beneath the media’s radar, security, the prerequisite for any lasting political solution to Iraq’s chaos, is spreading.

A principal reason for the decline in overall violence is that terrorist organizations in Iraq have taken a beating in recent months. By General Petraeus’s count, U.S. armed forces have killed and captured some 2,600 al-Qaeda fighters in Iraq this year alone. The result? Suicide terror strikes and car bombings have fallen in each of the past five months. In that context, the general appropriately highlighted the developments in Anbar province, where Sunni sheiks have joined with U.S. forces to expel al-Qaeda aligned jihadists. To reports that the province signals impressive success for U.S. military strategy, the general added some empirical heft, pointing out that terrorist attacks have fallen from 1,350 last October to just over 200 last month.

Petraeus’s bottom line might be summed up in this way: It’s too early to conclude that the United States is winning in Iraq. But it does not go beyond the available evidence to say that the terrorists are loosing. Small wonder that some war opponents are outraged.

Nothing if not diplomatic, Petraeus was careful to stress that “innumerable challenges lie ahead.” He observed that despite a 55 percent decrease nationwide, ethnic and sectarian violence persists in “troubling” numbers. Compounding the problem, Iraqi security forces remain riven by tribal, ethnic and religious loyalties. Beyond making national reconciliation more difficult, the sectarian nature of the Iraqi forces also undermines their ability to perform effectively and independently of American support.

An equally serious threat to Iraqi stability is external: Iran. In a revelation that must have displeased many of on the antiwar side -- who claim, in defiance of all evidence, that Iran has no connection to the violence in Iraq -- General Petraeus noted that one of the military’s biggest failures was its tardiness in recognizing the extent of Iran’s involvement in fueling terrorism in Iraq. Not only do Shiite militias and insurgent groups receive support from Iran, Petraeus said, but Iran’s terrorist creation, Hezbollah, is also implicated in the violence. According to Petraeus, a “senior Lebanese Hezbollah operative” is among those captured by American forces in Iraq. If there was any doubt that Iran is in a proxy war with the United States, the general’s testimony should settle it.

That won’t happen, of course, not least because the disclosure of Iranian influence -- to say nothing of the qualified success of the military surge -- presents a problem for the Democratic Congress. Having pronounced the war a failure instead of awaiting the evidence, Democrats and their media allies are now in the unenviable position of trying to tarnish the reputation of one of the military’s most respected commanders in General Petraeus. To that end, Democrats in the run-up to yesterday’s testimony sought to depict Petraeus as an agent of the Bush administration. Senate Majority Whip Dick. Durbin sneered last week that the general’s report to Congress was really the “Bush Report.” In an appearance on Fox News this Sunday, Sen. Dianne Feinstein launched her own preemptive strike on the general’s credibility. “I don’t think he’s an independent evaluator,” she insisted.

Inconveniently for the senators, proof of Petraeus’ supposed servility to the White House is conspicuous by its absence. As the general pointed out in his remarks, his report to Congress had clearance neither from the White House nor from the Pentagon. Apart from that, as all but the most die-hard partisan would concede, Petraeus went out of his way to deliver his remarks with the proper nuance. Even as he spotlighted assorted successes, he also acknowledged that the situation in Iraq was “complex, difficult, and sometimes downright frustrating.” Agree or disagree with his conclusions, the general was undeniably fair and balanced.

This points up what is, for Democrats at least, a more troubling dilemma: the possibility that many Americans will agree with the general’s assessment. Though it’s impossible to gauge the public reaction just yet, the early evidence points precisely in this direction. Consider the New York Times/CBS News poll released yesterday. It found that 68 percent of Americans trust military commanders -- as opposed to the White House and Congress -- to successfully resolve the Iraq war. And given that Petraeus has dissented from the leading Democratic proposals for Iraq -- from immediate withdrawal, which he speculated would have “dangerous results,” to a transition of security responsibility from coalition forces to Iraqi security forces, which he said would be “not be adequate” without maintaining the surge -- the possibility that political momentum will shift from the anti-war side just as the presidential election kicks off in earnest must be cause for concern among party strategists.

Since the beginning of the surge last spring, Democrats have either dismissed its significance or declared it a dead end. The bet was that a public that had soured on the war would appreciate their calculated defeatism. Now, General Petraeus’ testimony provides only the most recent reason for thinking that military progress is being made. The electorate meanwhile seems willing to defer to the commander’s judgment. That certainly suggests a failure of strategy. Just not the one underway in Iraq.
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 08:33

Il faut savoir que le vide créé par un départ précipité des forces de la coalition d'Irak sera comblé par l'Iran, créant alors au Moyen Orient le croissant shiite, fertile en agressions "messianiques"

Albert Soued

 

LE GENERAL AMERICAIN DAVID PETRAEUS DERANGE LES GAULEITERS DE LA PENSEE UNIQUE

Par Miguel Garroté, journaliste néo-conservateur, catholique et sioniste

lundi 10 septembre 2007


Le général américain David Petraeus, actuel commandant en chef de la force multinationale en Irak, présente un rapport d’étape, sur l’Irak, au Congrès (Parlement américain), aujourd’hui 10 septembre et après-demain 12 septembre. Le rapport du général Petraeus influera sans conteste le futur engagement de la force multinationale en Irak. Le rapport d’étape sur l’Irak est présenté par Ryan Crocker, ambassadeur des USA en Irak et David Petraeus, commandant de la force multinationale dans ce pays. C’est le général Petraeus qui attire le plus d’attention auprès du public. Depuis janvier dernier, lorsque le général Petraeus est devenu le commandant en chef des 160 000 soldats de la force multinationale en Irak, Bush qualifie le général de grand soldat, déterminé et visionnaire.

Au début de l’intervention en Irak, soit en 2003, Petraeus était à la tête de la 101e division aéroportée, chargée du Nord irakien. Le général Petraeus réussit à se faire accepter par la population irakienne. A Mossoul, le général Petraeus fait coller des affiches telles que «Il ne sert à rien d’arrêter un suspect si, pour y parvenir, vous vous faites vingt ennemis de plus» ou encore «Qu’as-tu fait aujourd'hui pour gagner les cœurs et les esprits des Irakiens ? ». Petraeus organise des élections locales et initie une assemblée de 200 chefs tribaux. Petraeus obtient des Syriens l’alimentation en électricité pour les villes irakiennes limitrophes de la Syrie. Qui dit mieux ?
Son succès, le général Petraeus le doit également à ses études. Il est docteur ès relations internationales de la très prestigieuse Université de Princeton. Sujet de sa thèse de doctorat : « Les leçons du Vietnam pour l’armée américaine ». En 2005, Petraeus est chargé de former la nouvelle armée irakienne. Puis, momentanément rappelé aux Etats-Unis, Petraeus écrit un document sur la lutte contre les insurrections terroristes. En janvier 2007, il prend le commandement de la force multinationale en Irak. Rappelons encore qu’en 2000, Petraeus a opéré en Bosnie ou il a trouvé des similitudes avec l’Irak.

Cette année 2007 en Irak, l’arrivée de 30’000 soldats supplémentaires a permis d’augmenter la sécurité. Actuellement, même des candidats démocrates à la présidentielle de novembre 2008, reconnaissent qu’un retrait de la force multinationale présente en Irak prendra sans doute des années. Le général Petraeus pourrait même proposer un renforcement des troupes, seul moyen de pouvoir, ensuite, envisager leur départ.
Dans cet esprit, on peut lire, dans le journal britannique ‘Times’ du 7 septembre : « So the surge will continue.
This unexpected turn of events reflects in part, of course, the good news out of Iraq. Even the war’s fiercest critics have had to acknowledge that real progress has been made in the last few months ». En français, voici ce que cela donne : « Ainsi, l’opération (réd. en Irak) va continuer. Cette tournure inattendue des événements reflète, en partie bien sûr, les bonnes nouvelles en provenance d’Irak. Même les plus féroces critiques ont dû reconnaître que de réels progrès ont été réalisés (réd. en Irak) dans les derniers mois ».

Depuis le retour de Petraeus en Irak, au début de cette année 2007, des tribus sunnites irakiennes, ont choisi d’épauler, l’armée américaine, dans ses offensives, contre des groupes contrôlés par Al-Qaïda. De fait, sur le terrain, de nombreux Irakiens, autrefois favorables à Al-Qaïda, lui sont aujourd’hui franchement hostiles. Et ils participent à l’éradication d’Al-Qaïda sur sol irakien. L’information a été confirmée par Michael O’Hanlon, un chercheur de la Brookings Institution. Longtemps hostile à la façon dont la guerre a été menée, Michael O’Hanlon s’était récemment rendu d’Irak, où il avait pu constater et rapporter les progrès susmentionnés. L’excessive brutalité d’Al-Qaïda, y compris envers les Irakiens sunnites, s’est retournée contre le mouvement fondé par Ben Laden. Le général Petraeus remporte, aussi, une victoire sur les gauleiters de la pensée unique. Hélas pour eux, l’Irak ne se réduit pas aux images habilement sélectionnées par nos chaînes de télévision.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 08:56
Le nombre de civils tués en Irak à la suite d'attentats a chuté ce mois d'août avec 1773 victimes civiles. Le nombre de militaires et de policiers a lui fortement baissé avec 87 morts en août alors qu'en juillet, 224 membres des services de sécurité irakiens avaient trouvé la mort.  (Guysen.International.News)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis