Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 15:52

elections-candidats (Copier)

 

Elections en Israël : Un Quart des électeurs encore indécis.

 

Par Manfred Gerstenfeld.

 

Les électeurs indécis représentent encore environ 25% du total de l’électorat -1-.  Le soutien réel à chacun des divers partis israéliens demeure ainsi incertain. D’après de récents sondages, la liste Likoud/ Israël Notre Maison semble recouvrer une partie substantielle des voix qu’elle avait perdues, parmi les électeurs. Les deux partis disposent de 42 sièges au sein de l’actuelle Knesset. Il y a à peine quelques semaines, certains sondages ne leur donnaient pas plus que 32 sièges, si les élections s’étaient tenues à ce moment-là-2-.

 

En l’absence d’un thème central pour animer ces élections, les partis les plus importants ont essentiellement continué à s’attaquer les uns les autres sur une diversité de problèmes secondaires, depuis de nombreuses semaines, maintenant. Le 8 janvier, a commencé la diffusion des clips de campagnes à la télévision et à la radio. Les partis se concentrent désormais sur la répétition fréquente de leurs messages-clés.

 

La liste Likoud/Israël Notre Maison a concentré sa campagne sur deux problèmes principaux. L’un concerne les réalisations du gouvernement du Premier Ministre Binyamin Netanyahou. Il insiste sur la performance économique du gouvernement, la création de 350 000 emplois, la révolution sur le marché des téléphones portables et la barrière de sécurité bâtie sur la frontière égyptienne, afin de mettre un coup d’arrêt au flux d’immigrés économiques venus d’Afrique. Il montre aussi l’allocution de Netanyahou devant le Congrès américain, au cours duquel il s’est vu plébiscité par plusieurs ovations debout. Cela illustre un message fondamental : lorsque Netanyahou parle, le monde écoute.

 

Le second problème central soulevé par la campagne du Likoud/Israël Notre Maison constitue une attaque contre son principal adversaire du Centre/Droit, le Parti national-religieux Foyer Juif. Le Likoud/Israël Notre Maison y ajoute un message publicitaire, disant que derrière son jeune dirigeant millionnaire, Naftali Bennett, on trouve plusieurs candidats et rabbins de droite radicale et d’extrême-droite.

 

Le Parti Travailliste conduit par l’ancienne journaliste Shelly Yachimovich – le principal concurrent du gouvernement au Centre-Gauche – promet de nombreuses subventions économiques et sociales, en confisquant cet argent aux riches. Il prétend aussi que la classe moyenne paiera moins d’impôts. Le principal slogan du Parti Travailliste est assez fade : « Cela pourrait aller mieux Ici ». La plupart des partis dans beaucoup d’autres pays auraient pu utiliser ce même leitmotiv.

 

Le parti sépharade ultra-orthodoxe Shas produit son guide spirituel, le nonagénaire et ancien Grand Rabbin Ovadia Yossef, demandant de voter pour ce parti. Il se présente comme le choix naturel des franges de la société bénéficiant des revenus les plus bas.

 

Le temps d’antenne des programmes est réparti selon le nombre de sièges dont chaque groupe dispose à la Knesset actuellement. Les partis non-représentés n’ont droit qu’à quelques minutes. Cela veut dire qu’une personnalité médiatique, telle que Yaïr Lapid, du parti « Il Y a Un Avenir », qui, selon la plupart des sondages, obtiendra environ 10 sièges, n’apparaît que rarement ou pas du tout à la télévision et à la radio.

 

Cela signifie aussi que la liste Likoud/Israël Notre Maison peut avoir plusieurs bandes- annonces publicitaires au cours de chaque émission électorale. Kadima, conduit par Shaul Mofaz est le suivant de ligne, en ce qui concerne le temps de programmation. Sept de ses 28 députés ont fait défection et rejoint le Mouvement, de l’ancienne dirigeante de Kadima, Tzipi Livni, entraînant dans leur sillage leur temps de programmation et leurs financements électoraux. Les sondages démontrent, pourtant, qu’il est douteux que ce parti franchisse le seuil électoral de deux pourcent. Kadima essaie de faire appel aux électeurs, en affirmant que Mofaz était un bon Ministre de la défense et un excellent chef d’Etat-Major. Cela dit, son aura politique, en tant que dirigeant de parti, s’est avérée assez pauvre, jusqu’à présent. En mai 2012, il a entraîné Kadima à faire partie du gouvernement Netanyahou -3-. En septembre, Kadima le quittait-4-.


Le rapport du Contrôleur de l’Etat, au sujet du document fabriqué et produit par un officier de réserve, le Lieutenant-Colonel Boaz Harpaz, est une des actualités importantes développées cette semaine. Il a, par ce biais, essayé d’empêcher la nomination du Général Yoav Galant, en tant que chef d’Etat-Major. Le Ministre de la Défense Ehud Barak est l’un des principaux responsables qui s’attire les critiques de ce rapport-5-. Mais, puisque Barak ne se présente plus pour sa réélection à la Knesset, cela ne peut pas être utilisé comme un tournant pertinent de la campagne.

 

Le 6 janvier, à l’initiative de Livni, une rencontre s’est tenue entre elle, Yachimovich et Lapid, afin de discuter de la formation d’un bloc unifié, afin de faire le poids face à Netanyahou. Cela dit, aucun accord n’est ressorti de cette réunion. Lorsque Livni a déclaré, à la suite de cette rencontre, que les deux autres avaient refusé ses propositions, Yachimovich et Lapid ont rétorqué conjointement qu’elle déformait le contenu de cette réunion. Leur déclaration comprenait l’idée suivante : « Il est désormais évident que l’invitation à cette rencontre tripartite était purement et simplement un stratagème inventé par Livni, qui est en pleine détresse face à sa chute dans les taux de sondage » -6-.

 

Dans le même temps, les Palestiniens continuent de saper les déclarations de ces mêmes partis prétendant que la paix est possible. Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas et le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Meshaal, se sont rencontrés au Caire, afin de discuter de la réconciliation  entre leurs deux mouvements. Netanyahou a affirmé que cela faisait la démonstration qu’Abbas ne veut pas la paix, puisqu’il baise les pieds du chef d’une organisation terroriste qui a annoncé, pas plus tard que le mois dernier, qu’Israël devrait être effacé de la carte ». Netanyahou ajoutait : « Un dirigeant qui désire la paix ne se comporte pas de la sorte » -7-.

 

Rien de tout cela ne ravit particulièrement l’opinion publique israélienne. L’impact des rudes conditions atmosphériques était bien plus important, tout au long de la semaine dernière. Des pluies torrentielles sont tombées pendant plusieurs jours et ont interrompu la vie normale, dans plusieurs endroits du pays. Elles ont été suivies par des chutes de neige abondantes sur Jérusalem et d’autres secteurs en haute altitude. Les bandes- annonces de la campagne électorale n’étaient pas en mesure de retenir à ce point l’attention, en soutenant la comparaison avec un phénomène météorologique exceptionnel.


Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 -1-Stephan Miller, “Latest polls confirm high level of undecided voters, indicate fall in support for Tzipi Livni,” Times of Israel, 11 January 2013.

-2-”Netanyahu maintains comfortable lead in pre-election polls,” JTA, 11 January 2013.

-3-Jonathan Lis and Ophir Bar-Zohar, “In surprise move, Netanyahu, Mofaz agree to form unity government, cancel early elections,” Haaretz, 8 May 2012.

-4-Yossi Verter, “Kadima bolts over draft dispute, shattering coalition after only 70 days,” Haaretz, 18 July 2012.

-5-Yaron Druckman, “State Comptroller finds misconduct in Harpaz affair,” Ynetnews, 6 January 2013.

-6-Shlomo Cesana, Mati Tuchfeld and Avi Cohen, “Knives come out in Center-Left after unity meet goes sour,” Israel HaYom, 8 January 2013.

-7-Elad Benari, “Netanyahu Criticizes Abbas, Livni Criticizes Netanyahu,” Israel National News, 11 January 2013.

Partager cet article
Repost0

commentaires

elieisr 14/01/2013 13:07

comme moi...

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis