Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 09:42

 

 

yamam1 (Copier)

Yamam.

 

 

 

Au cours de quarante dernières années, Israël a été confronté à au moins quatre campagnes militaires. Dans trois d’entre elles, Israël n’a pas atteint ses objectifs. En d’autres termes, il n’a pas gagné, alors que l'opinion jugeait l’ennemi comme ayant atteint les siens, et dans certains cas, celui-ci s’est même permis de déclarer victoire.

 

 

 

Israël est confronté à trois types de conflits : contre l’armée d’un pays, la guerre asymétrique et la guerre asymétrique sous « couverture souple » [ou « couche superficielle »].

 

 

 

L'armement "civil" présent sur la Mavi Marmara

 

 

Les conflits entre Etats impliquant les armées et la guerre asymétrique sous “couverture souple” (impliquant des civils, comme dans le cas du vaisseau Mavi Marmara, en 2010) en appellent à un modus operandi différent. Le premier requiert des solutions stratégiques et des alternatives en lien avec une directive politique envoyée au ministère de la défense ; le second doit être instauré par le Ministère des affaires étrangères.

 

 

“La guerre sous couverture souple” correspond à la vaste zone de confrontation qui implique des civils dans des régions aussi éloignées que l’Europe, les Etats-Unis, l’Afrique et l’Asie. Cela exige également qu’Israël gère les aspects philosophiques et politiques des attaques qui sont dirigées contre lui.

 

Israël n’est pas suffisamment alerté de cette dimension, et les ministres du gouvernement la mentionnent rarement.

 

 

Une activité organisée est nécessaire pour générer des messages dans l’arène philosophique et politique, que les medias pourront alors véhiculer et transmettre au reste du monde.

 

Le Ministère de la Défense ne gère pas cette dimension, ni ne devrait le faire. Elle émarge de la responsabilité du Bureau du Premier Ministre.

 

Les flottilles, par exemple, sont des évènements frictionnels qui se déroulent dans la “couche superficielle”. En fait, chaque confrontation qui creuse le fossé en opposant de supposés civils « innocents » contre une force armée génère des conflits qui se situent dans cette atmosphère. S’atteler à cette situation complexe requiert une bien plus large perspective que le simple fait de mobiliser Tsahal. Le conflit asymétrique, qui est devenu de plus en plus sophistiqué, réduit la pertinence d’une armée « d’Etat » (dont le principal objectif est de manœuvrer dans les confrontations directes entre Etats), et exige une approche bien plus complexe, de nouvelles directives, et des méthodes « assouplies ». Ces réquisitions comprennent : une politique étrangère plus vaste et plus approfondie, l’emploi à grande échelle de nouvelles compétences opérationnelles (des forces spéciales) contre les éléments de guérilla comme le Hezbollah, une force construite pour être habilitée à répliquer à ce nouveau type de confrontation, une amélioration des capacités dans la diffusion de l’information, et la capacité à maintenir une ouverture à l’autocritique à tous les niveaux.

 

 

 

Trois types d’activité –préventive, interceptive (neutralisation, sanction et renforcement) et activités de dissuasion – acquièrent une nouvelle signification dans cet espace interlope, particulièrement la dissuasion. Tsahal ne peut pas détruire des cibles qui sont situées dans la couche mixte ou souple, mais la dissuasion reposera, alors, sur la capacité d’Israël à infliger des dommages à l’image de ses ennemis et à la rendre illégitime (et vice versa, d’où les questions d’image d’Israël).

 

C’est une dissuasion d’un type différent, d’un type qui reste inconnu au ministère de la Défense. Quand tout est dit et fait, le combat repose essentiellement sur les épaules des civils, et le résultat final dépend du degré de volonté et d’identification à l’intérêt général,  de la part du public israélien. C’est le citoyen israélien qui doit porter ce fardeau et devenir « l’épine dorsale de la force nationale et de la résolution [du problème] ». Les sources actuelles de faiblesse d’Israël sont inhérentes à sa trop grande dépendance vis-à-vis de son armée, qui n’est pas supposée être le principal facteur de dissuasion dans cette couche atmosphérique souple. Le facteur dominant, c’est l’image d’Israël, et inversement, l’image négative de l’ennemi (qui est l’initiateur des évènements dans la couche atmosphérique souple). Chaque évènement terroriste qui réduit la légitimité de l’ennemi et renforce celle d’Israël produira un effet dissuasif. Pourquoi ? Parce qu’il neutralise l’ennemi sur son propre terrain, ce qui équivaut, pour lui, à une forme de délégitimation internationale.

 
Adaptation Marc Brzustowski
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis