Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 19:54

 

Les Emirs du Golfe financent-ils une opération de déstabilisation de l'Etat belge ?

C'est la question que l'on peut se poser ce jour à la lecture d'une enquête de l'hebdomadaire belge UBU-PAN qui révèle qu'un groupe actif dans les milieux mercenaires, en relation avec des richissimes

Wahabo-salafistes, s'est discrètement installé dans l'ancien « Bunker royal » à quelques mètres du cabinet du Premier ministre du Royaume belge.

Un article édifiant à lire impérativement.


DES MERCENAIRES SOUS LES BUREAUX DU PREMIER MINISTRE ???

Le 8 janvier 2013 comparaissaient devant la chambre du conseil les auteurs d'un livre (Les Protocoles de Sion) pour antisémitisme suite à une plainte de Mme Elisabeth Cohen relayée par le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR).

Au bout d'une procédure de plusieurs années, les auteurs, Patrick Henderickcx et Patrice De Bruyne, qui tentent d'atteindre la prescription, ont été déboutés par la Cour de cassation. Le titre de cet ouvrage qui ne permet aucun doute, est directement inspiré du célèbre manuel de propagande rédigé par les services secrets russes en 1901 et qui tentait de faire croire au "complot juif". Il fut ensuite une des pièces maîtresses de la propagande du Troisième Reich.

D'après le CECRL ce bouquin remettrait à la sauce moderne la même théorie du complot juif en reliant les attentats du 11 septembres à New York à ceux de Londres et de Madrid mais aussi aux tueries du Brabant wallon. Le livre a immédiatement été retiré de la vente suite à la plainte du CECLR.

Patrice De Bruyne, "homme d'affaires" et collectionneur de belles autos est en contact régulier et "en affaire" avec des richissimes Emirs du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes, Qatar.). Il l'écrit dans son livre.

De Bruyne, avec qui je me suis longuemet entretenu me précise que la ligue "antisémite belge" aurait rendu un avis précisant que le livre ne contenait pas de propos antisémites. Logique qu'une ligue qui défend l'antisémitisme ne trouve rien d'antisémite dans "les protocoles de Sion". L'intéressé m'affirme également qu'il ne cherche pas la prescription mais souhaite un procès aux Assises.

L'autre auteur, Patrick Henderickcx, qui a eu affaire avec la justice dans les années 80 est toujours resté discret ...

Devenu moins discret depuis qu'il se présente comme auteur de best-sellers, cet homme d'un mètre nonante, au gabarit plutôt impressionnant, est présenté aujourd'hui comme un "repenti" qui s'est recyclé dans l'écriture et la lutte contre la maltraitance des enfants. Patrick Henderickcx a effectivement créé une fondation privée avec un certain Alain Hubrecht : la Fondation M.I.L.A. Cette fondation se présente comme une organisation qui serait reconnue par l'ONU et qui effectue des missions d'assistance aux enfants soumis à la violence dans certaines zones du globe où sévissent des conflits ou des tensions internationales. La fondation M.I.L.A. a publié ses statuts au moniteur belge en date du 30/09/2008 et porte le numéro d'entreprise BE 0806.710.101. M.I.L.A. signifie "Mission Internationale de Lutte Anti." (les trois petits points sont dans le texte). En date du premier janvier 2012, la fondation qui avait son siège à Woluwé-Saint-Lambert a officiellement changé l'adresse du siège au 1b rue de la Loi à Bruxelles (parution n° 12062901 du moniteur belge du 14/12/2012) en pleine zone gouvernementale.

Le protocole de Sion n'est pas le coup d'essai de Patrick Henderickx en matière de propagande anti-israélienne. En effet, au retour d'une "mission" au Liban en 2006, il organisait une conférence dont voici des extraits (trouvés sur son blog) : "Il a raconté son initiatique plongée dans l'absurdité du monde, lorsqu'en 2006 il s'est retrouvé au centre du conflit israélo-libanais, à Beyrouth, sous les bombes israéliennes à l'uranium enrichi. et au phosphore. qui réalisaient les uns et les autres un véritable carnage au sein des populations civiles. alors qu'il était en mission humanitaire." De là à penser que cette "fondation" sert de couverture à des activités moins avouables, il n'y a qu'un pas, que nous allons franchir.

Il y a quelques jours, nous apprenons que le ministère de l'Intérieur aurait ouvert un "dossier" à l'encontre d'une autre fondation privée, la fondation C.A.T.S. (Centre d'Audit Tactique et Scientifique) suspectée d'être une "société de sécurité". Ce dossier est ouvert pour absence d'agréation (Loi Tobback) et constitution de "milice privée", les implications pénales sont claires. La fondation C.A.T.S. qui porte le numéro d'entreprise 0806.711.386 a été constituée en date du 30/09/2008 (comme M.I.L.A.) par Patrick Henderickcx et Alain Hubrecht. En date du premier janvier 2012, la fondation qui avait son siège à la même adresse que M.I.L.A. a également migré vers le 1b rue de la Loi à Bruxelles (parution n° 12063381 du moniteur belge du 15/03/2012). D'après les statuts, la fondation a aussi pour but la protection des enfants. Rien ne laisse donc penser à l'exercice quelconque d'une activité illicite, bien au contraire.

Les deux "Fondations" sont intimement liées. ce qui est clairement expliqué sur le site internet de C.A.T.S : "En 2008, suite à notre expérience acquise lors d'opérations humanitaires et au constat d'urgence dans lequel se trouvent certaines zones géographiques, nous avons crée la fondation C.A.T.S. et la fondation M.I.L.A., financées principalement de manière autonome."

Rien de bien grave. jusqu'à ce qu'on décortique un peu le site internet de C.A.T.S.

(www.cats-defense.com). Tout d'abord la dénomination n'est plus la même que dans les statuts. On ne parle plus de "Centre d'Audit Tactique et Scientifique" mais bien de "Cellule d'Accompagnement Tactique Sécurisé". La description des objectifs et des missions n'ont plus rien à voir avec de l'humanitaire ni la protection des enfants.

Derrière une pseudo organisation humanitaire se cache donc en réalité une société de mercenaires participant à des opérations militaires ou d'espionnage aux 4 coins du monde. Les photos disponibles (que nous publions en page 7) ne laissent aucun doute ! Si les photos ne suffisaient pas, voici quelques morceaux choisis issus de leur site : "Consultés pour résoudre des problématiques de Sûreté, nos méthodes d'action sont : l'infiltration, le renseignement, l'analyse - que ce soit dans un contexte de paix ou de conflits armés. Nos collaborateurs, ex-officiers de sécurité des Nations Unies, des Forces Spéciales, Anti-Terrorisme Otan,(.) ont au minimum 10 ans d'expérience dans leurs spécialités respectives". Plus loin sur le même site internet on peut lire que la Fondation "a réalisé de nombreuses missions en période de conflit armé au Soudan, au Rwanda, au Kosovo, au Liban.". Parmi les "gentils organisateurs" de cette Fondation on trouve également un certain Samy Delplancke qui n'a pas laissé que des bons souvenirs de son passage dans les Forces armées belges dont il a été remercié rapidement.

Nous sommes donc bel et bien ici en présence d'une agence de "Mercenaires" qui a une visibilité on ne peut plus explicite sur internet et une adresse officielle à Bruxelles dans la "zone neutre" gouvernementale hyper-protégée. Je me rends donc à l'adresse des deux fondations (1b rue de la Loi à 1000 Bruxelles). Et là, je ne suis pas au bout de mes surprises. Le 1b rue de la Loi n'existe pas, seul le n° 1 existe. et correspond au commissariat de police situé au Parc Royal face au parlement et au cabinet du Premier Ministre. Une boîte aux lettres a pourtant bien été fixée aux grilles du commissariat, à côté du parking du "Cercle Gaulois" (voir photo ci-dessus), le cercle le plus huppé de la Capitale. Sur la boîte aux lettres, en très gros caractères les noms de Patrick Henderickx et Alain Hubrecht ainsi que des fondations précitées. Il y a aussi une mention "ECCRP" qui fait référence à une autre "organisation" sans existence légale connue dont Alain Hubrecht est à l'origine, l'European Center for Critical Ressources Protection dont le site internet indique que la "mission" est la prévention contre les cyber-attaques en cas de conflit internationaux. Alain Hubrecht aurait organisé ou participé à des conférences sur le sujet aux Emirats Arabes Unis. Le site internet (www.eccrp.com) a été déposé par une mystérieuse TEKNO sarl basée au Grand-Duché de Luxembourg à une adresse correspondant à un centre de domiciliation fictive (Route d'Arlon, 61 à Strassen).

Nous sommes donc en présence d'une société de mercenaires et d'une organisation spécialisée dans la guerre cybernétique ayant une boîte aux lettres et un siège officiel fictif à Bruxelles dans le Commissariat de la 1ère Division de Police face au Parlement.

En continuant mes investigations, j'apprends que les deux intéressés ont leurs "entrées" au Cercle Gaulois (ce qui expliquerait qu'aucun de ses membres, et membres d'honneur, ne se soit posé de questions au sujet de cette étrange boîte aux lettres placée à l'entrée de leur cercle). Selon mes sources, Alain Hubrecht aurait obtenu un accès officiel au "Bunker" situé sous ce bâtiment. Il en a d'ailleurs publié des photos sur le site de l'ECCRP.

Le "Bunker" est un ancien abri anti-atomique construit à 12 mètres de profondeur, sous le Parc Royal et dont l'accès se fait aujourd'hui par le Cercle Gaulois. Cet abri a été aménagé durant la "guerre froide" pour mettre en sécurité, en cas de conflit nucléaire, le premier ministre, les présidents de la Chambre et du Sénat, les ministres de l'Intérieur et de la Défense ainsi bien sûr que le Roi. Ce bunker est relié par des tunnels murés aujourd'hui au Palais Royal ainsi qu'au complexe gouvernemental (Parlement, Premier Ministre, Intérieur, Finances.) et au cabinet de la Défense .

Dans ce périmètre de la "zone neutre" se trouvent également à moins de 150 mètres les Parlements flamand et de la Communauté française, la Présidence de la Région de Bruxelles, le Centre de Crise gouvernemental, le Lambermont, le Comité R, la Cour des Comptes, l'ambassade des Etats Unis, etc.

Je contacte donc le cabinet de l'échevin en charge des bâtiments de la ville de Bruxelles, Mohamed Ouriaghli. Au cabinet on me confirme qu'Alain Hubrecht a bien présenté un projet de réaffectation du "Bunker" situé sous le parc royal et qu'il a bien reçu un mandat officiel de la Ville pour trouver des fonds privés pour monter son "projet". Le projet ne consiste pas en un musée comme cela a été évoqué il y a quelques mois, mais bien un centre de prévention et d'analyse en matière de cybercriminalité et de cyber-sécurité. ?! Le projet qui doit avoir un intérêt collectif pour être accepté par la ville, prévoit que le site pourra être visité par des écoles. A l'heure actuelle, Hubrecht n'aurait pas encore trouvé les fonds. Par contre il a bien accès à ce site ultra secret et ultra sensible, situé sous le bureau du Premier Ministre et à 50 mètres de l'ambassade des Etats Unis. Il aurait encore été vu avec de mystérieux appareils de mesures dans le "bunker" très récemment.

Là où l'affaire se corse, c'est que la Ville, propriétaire des lieux, ne peut les réaffecter et en donner l'accès, compte tenu de leur situation stratégique, qu'avec l'accord explicite du gouvernement, ce qu'elle n'aurait, à notre connaissance, pas obtenu à ce jour. Car, et là on devient pantois devant la légèreté de l'échevin Mohamed Ouriaghli, à quelques mètres des parois du bunker se trouve la "boucle numérique gouvernementale". Soit les multiples câbles en fibre optique qui relient le très secret Centre de données de l'Etat à l'ensemble de l'appareil d'Etat. Toutes les données gouvernementales, de l'ultra-secret au confidentiel, transitent en continu dans ces liaisons. Qu'il s'agisse des serveurs de la Sûreté de l'Etat, de ceux de la Cour des comptes ou des ministères de la Justice et de la Défense, tout est en réseau et accessible via la "boucle numérique".

Alors, qui sont les futurs investisseurs privés qui pourraient financer l'aménagement de ce Bunker qui sert de repère à une organisation de mercenaires opérant aux 4 coins du monde et dont une des spécialités est la guerre numérique?? Vu leur position clairement antisémites et anti-Israéliennes, vu leurs "contacts" et les missions qu'ils décrivent eux-mêmes dans la région du Golfe, il ne semble pas improbables qu'ils tentent d'approcher et de convaincre certains de leurs partenaires en Arabie Saoudite ou aux Emirats Arabes Unis afin de les financer dans leur lutte contre l'impérialisme américain et sioniste.

Ubu-Pan pose la question aux services de renseignements belges .

Une fuite malencontreuse deux jours avant la sortie de cet article a provoqué l'ouverture d'une enquête dirigée par les affaires spéciales de la Police Judiciaire fédérale à la demande expresse du parquet de Bruxelles

Max Loiseau

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis