Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 20:56

 

Banniere Freres musulmans

 

 

Lutter contre l'islamophobie, un fléau qui s'étend en France

Samy Sebah porte-parile du CCIF
(Collectif contre l'Islamophobie en France)

 

Années trente…

Par Alain Rubin

pour 

 © 2011 www.aschkel.info



Il n’y a pas très longtemps, devant le fan club des Frères musulmans en France (le rassemblement annuel de l’UOIF), à ses côtés à la tribune, l’admirateur et médecin d’un chef taliban, un homme fier comme Artaban de son amitié peu regardante avec ce célèbre chef vitrioleur de femmes afghanes-, parlait avec vigueur le dirigeant d’une association luttant contre « l’islamophobie ». il dénonçait le « retour des années trente », qui ferait que la situation passée de Juifs en France deviendrait celle des musulmans.

L’orateur dénonçait à la tribune, au nom du Comité Contre l’Islamophobie en France, je le cite : le « retour des années trente ».

Son discours visera à  encourager l’auditoire,- beaucoup de barbus porteur de kamis et des femmes voilées et mêmes niquabisées-, à résister. En effet, parce que, expliquera-t-il en haranguant,  ce sont les niquabisées qui sont dans la légalité. Leurs « oppresseurs », « leurs persécuteurs », sont dans l’illégalité, au regard des lois dans ce pays, la France.

Traduisons son propos indigné par le sort injuste, par l’oppression, par la stigmatisation, dont les musulmans sont victimes en France. On peut se demander pourquoi, dans ces conditions, ces derniers ne  cessent d’affluer, jour après jour, si le gite et le couvert sont si détestables pour ce qui les concerne. Illégal, donc :

Ø  Refuser l’existence de la milice de la mosquée qui arbore chaque vendredi un brassard semblable à celui des inspecteurs de police. Oppresseur et illégal de trouver anormal que la dite milice barre chaque semaine des rues parisiennes, pendant tout le temps que des prieurs venus de toute la région parisienne s’approprient l’espace public. Protester contre le fait égale  brimades, égale appel à la répression policière, égale retour « aux années trente » …

Ø  refuser l’irruption lourde du religieux à l’école communale, au collège et à l’université, sectarisme, stigmatisation, « retour aux années trente » …

Ø  combattre l’idéologie asservissant visiblement la femme sous prétexte de « religion »,  la placer en position d’auto ségrégation aux moyens de vêtements, c’est une odieuse vexation, une horrible stigmatisation, un « retour aux années trente » …

Ø  défendre les programmes scolaires, scientifiques et historiques, actuellement amputés, pour ne pas offenser une population qui ne les apprécierait pas parce qu’ils contredisent ses dogmes et ses préjugés, encore une stigmatisation, encore un honteux retour aux années trente … paraphrasant Joseph Goebbels, les semblables de notre orateur pourraient dire, pour défendre la primauté du dogme offensé : quand j’entends parler de culture et d’instruction du peuple, je sors mon djihad !

Ø  défendre l’enseignement correcte de la langue française, pour se comprendre, demander de maîtriser la lecture et d’écrire correctement, scandaleuse stigmatisation, retour aux années trente …

Ø  affirmer que la liberté de religion, en tant qu’opinion particulière, n’a pas plus de droits qu’une autre opinion, qu’elle doit s’exercer dans le cadre des lois républicaines, qu’elle est limitée par les normes d’ordre public précisément prévues par les derniers articles de la loi de 1905, sectarisme laïcard, retour aux années trente …

Ø  refuser de verser un impôt religieux, via le mode de mise à mort des animaux de boucherie, avarice sectaire ne voulant pas financièrement aider nos frères et sœurs fidèles de la belle et meilleure religion, stigmatisation, retour aux années trente …

Ø  refuser de voir s’instaurer des normes professionnelles modelées par l’irruption lourde du religieux sur les lieux de travail, voir d’un mauvais œil des temps de prières pris sur le temps de travail, désorganisant l’activité ou faisant supporter au non-adeptes de la religion en cause des efforts supplémentaires compensatoires, stigmatisation, retour aux années trente …

Ø  réclamer de pouvoir manger du porc au restaurant d’entreprise, sans se préoccuper si cela va rendre impur le brave cuisinier ainsi que les rationnaires musulmans, quel horrible sectarisme xénophobe, quelle méchante stigmatisation,retour aux années trente…

Ø  redouter d’être piloté ou conduit par un chauffeur de bus ou par un pilote d’avion qui n’a pas dormi suffisamment ni mangé correctement pendant tout un mois de stricte observance du ramadan : peur sectaire, peur xénophobe, crainte illégitime d’être conduit ou piloté par un homme ou une femme parce qu’il est probable qu’il ne possède plus tout à fait, à ce moment là, ses moyens physiques d’attention et de réflexes, manque de compréhension, intolérance, stigmatisation inacceptable, vraiment un méchant retour aux années trente …

Ø  ne pas trouver normal : que sous motif de « religion », qu’une femme ou qu’un homme, -entièrement invisible en tant que personne singulière parce que enveloppée par un niquab, un hijab ou une bourqua-, puisse produire au contrôleur du bus au médecin, à l’infirmière ou à l’employé du guichet de sécurité sociale ou de l’hôpital, un titre de transport individualisé ou une carte Vital, portant photo, qu’il/elle puisse bénéficier du droit au transport ou au soin remboursé, sans prouver ses droits personnels, comme tout le monde, par la concordance constaté à ce moment là entre la photo figurant obligatoirement sur le document et le visage du bénéficiaire, ne pas accepter d’accorder le droit sans la preuve du devoir accompli par la cotisation ou son équivalent, en sachant qu’il/elle est bien le/la titulaire de la carte vital ou du titre de transport, encore un odieux racisme, encore une stigmatisation, toujours une injustice, une retour aux années trente ?

Je crois avoir fait un tour, probablement pas exhaustif, des principales objections et revendications opposées aujourd’hui à la loi commune, au nom d’une liberté religieuse sans limite, une liberté islamique qui ne devrait seulement et uniquement être bornée que par les normes de la charia, qui visent à l’extension de l’espace où s’exerce son hégémonie.

Ces objections, il n’est pas inutiles de le souligner, découlent du discours de l’orateur. Elles sont dans les applaudissements de son fan club. Les uns et les autres étant formatés par les nouveaux amis d’Alain Juppé, à savoir : les Frères musulmans, qui disposent en France de relais, ne se limitant pas au démagogue subtil, petit fils du fondateur de la confrérie.

L’homme du CCIF rejette la loi commune.

Il appelle à la combattre, sous prétexte de liberté religieuse. Il dénonce l’oppression par la méchante loi. Il réclame, pour ses ouailles, un statut d’intouchables privilégiés, exemptés de l’obligation de respecter lois et règlements, au motif de faire respecter les libertés islamiques qui devraient être légalement opposables aux obligations légales auxquelles tous les autres citoyens et résidents de ce pays sont soumis… lorsqu’ils ne sont pas musulmans.

Devant le tribunal, nous verront jusqu’où, dans ce pays, la dhimmitude a poussé des racines. Nous verront si elle  amène un tribunal, en principe encore républicain, à exempter de la plupart des obligations légales les malheureux « stigmatisés ».

Nous verrons quel message porteur de passe-droits elle enverra ou n’enverra pas à ces hommes et femmes méchamment critiqués par les archéo-Laïques de la Riposte, parce qu’ils réclament le remplacement de la loi républicaine par les normes de la charia devenant progressivement source du droit, s’imposant par bribes à tous et à chacun.

Pour conclure : imposteur grossier, l’homme a singé frauduleusement la mise en garde devant les périls nés du triomphe hitlérien à Berlin. C’est une misérable manipulation.

A-t-on jamais vu les Juifs, -comme nation en exil dépossédée de son territoire conquis par les romains d’occident et d’orient, par les Arabes et enfin par les ottomans, ou en tant qu’individus-, réclamer le droit de se soustraire aux lois du pays d’accueil ?

En invoquant les « années trente », c’est ce que voudrait faire croire le démagogue du CCIF.

Vouloir faire croire que le respect de la Laïcité mettrait le musulman strictement observant dans la situation du Juif des années trente quarante c’est la salade que veut vendre le compagnon de route des doctrinaires du « djihad mondial » (les Frères musulmans). C’est ce qu’il cherche à faire accroire à tous ceux qui cherchent de bons motifs, mêmes purement imaginaires et mensongers, pour conforter dans leur veulerie munichoise tous ceux qui préconisent l’abandon des normes républicaines au nom de l’anti-stigmatisation.

Alain Rubin

PS

Ce dimanche matin (8 mai 2011- 8 heures), on annonçait que deux églises cairotes étaient en flammes. Neuf Coptes avaient été assassinés par leurs concitoyens musulmans.

Le motif de ce nouveau sanglant pogrome ? Comme lors de l’attaque meurtrière contre la cathédrale de Bagdad, les troupes des Frères musulmans reprochent aux Coptes de retenir dans une église une femme copte qui aurait voulu devenir musulmane.

Les pogromes contre les Juifs en Europe médiévale et en Syrie du milieu du 19èmesiècle étaient le plus souvent motivés par l’accusation mensongère de crime rituel. En Egypte, sur la terre par excellence de ces sympathiques et acceptables « Frères » musulmans (selon Alain Juppé), dont l’UOIF est une filiale en France, le prétexte invoqué, pour mener les pogromes et les assassinats sauvages d’autochtones chrétiens n’ayant pas eu la politesse d’entrer dans l’Oumma, l’argument pour justifier la destruction d’édifices religieux chrétiens, est celui-ci : ces méchants Coptes, refusant d’entrer dans la  « meilleure », dans la « vraie religion d’Abraham », se permettent aussi d’empêcher certaines de leurs femmes de rejoindre la « meilleure communauté », alors, sus aux Coptes! À mort les Coptes ! Tous coupables les Coptes ! Il n’y a de bons Coptes que soumis/convertis ou morts!

La télévision donnait ce matin l’information : neuf Coptes tués et deux églises attaquées, dont une en flammes.

Par contre, chose curieuse, vraiment étonnante, à écouter les apologistes de « l’islam des lumières », « l’islam de la recherche de la science » qui aurait « permis l’émergence de la raison », de la « connaissance, placée à égalité avec les sept prières », de « Baghdâd capitale du monde » (émission islam de ce même jour), aucun média ne donnait cette information : « dernière minute, les leaders égyptiens des Frères Musulmans, l’université Al Hazar, l’UOIF et les Frères musulmans de France, tous comme un seul, dénoncent et condamnent les violences et les meurtres dont les Coptes sont victimes ; meurtres et violences prétextés par le fait qu’une de leur  femme aurait été empêchée de devenir musulmane et serait retenue dans une église, pour cette raison. »

On n’a pas encore donné cette dernière information, oubli ?

Gageons que, dans les heures et les jours qui viennent, les prédicateurs sympathiques, doux et pacifiques, -dont les camarades de tendance animent l’UOIF-, vont sillonner l’Egypte pour appeler tous leurs compatriotes à mettre en œuvre  la solidarité active avec les victimes de l’intolérance religieuse violente et meurtrière. Gageons qu’ils vont inciter leurs adhérents et sympathisants parmi les braves musulmans d’Egypte à protéger les Coptes et à faire la chasse aux pogromistes.

Gageons aussi, que nos braves Frères musulmans de France vont montrer leur vrai visage. Parions qu’ en la circonstance, tragique circonstance interpellant même si l’on n’est pas égyptien, ils vont montrer à la face du monde, de manière éclatante et irréfutable, leur vrai visage et leurs vraies intentions, calomniés et niés par les malintentionnés qui veulent stigmatiser de braves gens, des innocents, par sectarisme « laïcard » ou par calcul politique.

Mais gageons aussi, que du côté de ceux qui nous font procès, on va nous dire : que l’Egypte est en « révolution », qu’elle ne peut pas tout faire, qu’elle ne peut pas démocratiser la société et assurer la liberté de conscience pour tous et protéger les autochtones contre les violences meurtrières d’intolérants descendants des conquérants arabo-islamiques.

Je rappelai ce matin, à un ami qui me faisait cette objection, que pendant la révolution russe des années 1917-1921, tous les courants socialistes et tous les démocrates, mêmes « bourgeois », condamnaient unanimement les pogromes et les pogromistes qui firent des milliers de victimes parmi les Juifs de l’ancien empire des tsars. Les pogromistes furent vigoureusement condamnés, dénoncés par des mots, combattus par les idées et par des actes. C’est ainsi aussi que le Juif mystique Marc Chagall sera nommé commissaire à la culture dans le gouvernement soviétique d’Ukraine. Les pogromistes seront aussi combattus par les armes, impuissantés et éliminés. 

Les pogromes meurtriers organisés contre les Coptes, au Caire et dans les campagnes d’Egypte, ne cessent de s’aggraver.

Cela fait des semaines que le phénomène s’amplifie. Mais au cours de toutes ces semaines, les respectables amis d’idée de l’UOIF  et de Tariq Ramadan n’ont pas encore trouvé ne serait-ce que cinq minutes pour écrire et envoyer à la presse un bref communiqué de solidarité envers les autochtones égyptiens, victimes des furies « religieuses » de djihadistes prétextant, qui l’enfermement d’une femme, qui la liaison d’un copte avec une musulmane, pour s’en aller en masse occire un maximum de chrétiens et détruire par le feu leurs églises et affirmer vouloir faire définitivement disparaître leurs lieux de culte transformés en sites islamiques.

Nos faiseurs de procès, des gens sincères, n’en doutons pas, ne vont pas tarder à saisir le tribunal pénal international et faire un procès aux complices et aux meurtriers, aux assassins à répétition, aux sauvages meurtriers de Coptes, coupables inexcusables de vouloir rester eux-mêmes?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis