Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 15:04

Proche-Orient : Sarkozy veut relancer le processus de paix

05/05/2011 | Mise à jour : 20:24 Réactions (100)
Nicolas Sarkozy et Benyamin Nétanyahou, jeudi à l'Élysée.
Nicolas Sarkozy et Benyamin Nétanyahou, jeudi à l'Élysée. Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro

Le chef de l'État, qui a reçu jeudi Benyamin Nétanyahou, souhaite organiser une conférence sur la paix en juin à Paris.

L'idée n'est pas nouvelle, mais on estime, à Paris, que le moment est venu de tenter sa mise en œuvre: recevant Benyamin Nétanyahou, jeudi à l'Élysée, Nicolas Sarkozy a mis sur la table son projet d'organiser, le mois prochain, une conférence visant à relancer le processus de paix israélo-palestinien dans l'ornière depuis de longs mois. Il s'agirait, si les deux principaux protagonistes en conviennent, de les réunir, fin juin à Paris, à l'occasion de la conférence des donateurs aux Palestiniens, annoncée en février dernier. Elle se transformerait alors en rendez-vous politique destiné à réamorcer l'introuvable dialogue. Voilà plusieurs mois déjà que Nicolas Sarkozy songe à prendre une «initiative» au Proche-Orient. Il l'a clairement indiqué au début de l'année et chemine depuis dans cette voie muni de quelques principes simples: l'urgence grandit, le statu quo n'est pas tenable, les solutions qui permettraient d'établir une paix équilibrée et durable sont connues…

Le chef de l'État entend aussi profiter du nouveau contexte régional installé par les révolutions arabes. Ces dernières, espère-t-on à Paris, ne pourront pas ne pas interagir avec Israël. L'objectif du président de la République est aussi de maintenir l'élan qu'il a impulsé dans l'affaire libyenne et qui lui a permis de restaurer sa visibilité diplomatique. Surtout une date butoir se profile avec l'échéance fixée pour la proclamation d'un État palestinien, fin septembre, lors de l'Assemblée générale de l'ONU. «Si le processus de paix reprend durant l'été, la France dira qu'il faut laisser les protagonistes discuter sans bousculer le calendrier», a déclaré Nicolas Sarkozy, cette semaine dans L'Express. «Si, à l'inverse, le processus de paix est toujours au point mort en septembre, la France prendra ses responsabilités sur la question centrale de la reconnaissance de l'État palestinien», a-t-il poursuivi.

«Une forme d'attentisme»

Benyamin Nétanyahou était jeudi à Paris pour défendre un autre agenda: tout faire pour que l'Union européenne ne franchisse pas le pas de la reconnaissance unilatérale de l'État palestinien. Une démarche qui a déjà trouvé quelque écho, Angela Merkel vient de dire tout le mal qu'elle pensait d'une telle reconnaissance, réaffirmant la politique traditionnelle de soutien de l'Allemagne à Israël. Le premier ministre israélien invoque aussi l'accord de réconciliation que le Fatah et le Hamas viennent de signer au Cairepour durcir ses positions, réfuter au nouvel attelage la qualité d'interlocuteur et qualifier par avance un futur État d'«entité terroriste». Officiellement, côté français, on n'a pu que se féliciter de l'accord interpalestinien, que Nicolas Sarkozy a qualifié de «bonne nouvelle». En fait, l'accueil est beaucoup plus prudent: «Cela complique les choses», commente une source diplomatique en évoquant notamment la condamnation du raid américain contre Oussama Ben Laden par le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaël Haniyeh. «Les révolutions arabes vont-elles conduire Israël à prendre des initiatives ou à se rigidifier?», s'interroge-t-on au Quai d'Orsay. «Il y a chez les Israéliens une forme d'attentisme qui rend notre intervention d'autant plus nécessaire», plaide un diplomate. Nicolas Sarkozy a rappelé jeudi à son interlocuteur israélien que la France et l'UE seraient en mesure d'apporter des garanties de sécurité si un accord de paix se consolidait.

La prochaine étape, très attendue, sera la visite du chef du gouvernement israélien à Washington, le 20 mai. L'inaction américaine a pesé lourd, ces derniers mois, dans le dossier israélo-palestinien, estiment, en privé, les responsables français. Les Israéliens, eux, s'interrogent sur la solidité du leadership américain qu'ils viennent de voir mis à l'épreuve dans le monde arabe. Même si c'est un Barack Obama conforté par le succès de l'opération «Geronimo» contre Ben Laden qui recevra bientôt le premier ministre de l'État hébreu.

LIRE AUSSI :

» Le Hamas et le Fatah réconciliés au Caire

» Israël s'inquiète de l'accord entre le Fatah et le Hamas

» Les secrets des négociations israélo-palestiniennes

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VINCENT 07/05/2011 18:42


Que Sarko. s'occupe de la France ce serait déjà bien !


Rotil 06/05/2011 16:13


Il pourrait pas nous laisser un peu tranquille ? Il n'a pas assez des problèmes en France ?


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis