Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 17:49

 

 

Dans la première partie de notre interview exclusive, le Dr. Manfred Gerstenfeld postulait qu’aujourd’hui, il y a bien 150 millions d’Européens qui croient mordicus que les Israéliens sont en train d’exterminer les Palestiniens. Depuis la publication de cette interview, de larges extraits du point de vue de Gerstenfeld ont été publiés dans The Times of Israel et un débat s’en est suivi pour savoir s’il y a vraiment 150 millions d’antisémites en Europe, ou si la majorité des gens qui pensent ainsi sont, d’abord, comme le propose le Professeur Robert Wistrich, tout simplement des « idiots » dangereux .


 

Dans la seconde partie de notre interview, Gerstenfeld nous en dit un peu plus sur le contenu de son nouveau livre Demonizing Israel and the Jews , [ La Diabolisation d’Israël et des Juifs ] (disponible à l’achat sur Amazon).

 

HR : L’insistance sur l’introduction de La Diabolisation d’Israël et des Juifs, qui met en exergue la vision du monde massivement criminelle qui sévit en Europe, éclipse, à un certain point, les 57 entrevues qui constituent la partie centrale du livre. Qu’avez-vous cherché à réaliser, à travers ces entretiens ?


MG : Il s’agit d’un recueil d’interviews que j’ai menées avec des dirigeants juifs, des universitaires, des experts, des hommes politiques, des journalistes, des personnalités importantes des organisations juives et d’autres. Ensemble, elles illustrent les facettes polymorphes, l’intensité et l’étendue de la propagation de cette incitation à la haine contre Israël et les Juifs. Ce livre traverse une multitude de pays et de disciplines. Après avoir lu les entretiens, on peut mieux comprendre par quels procédés cette vision du monde diabolisante a été créée et a pris racine en Europe. Le livre se répartit en deux section : l’une, nourrie d’interviews qui se concentre fondamentalement sur Israël, et l’autre, qui traite principalement de l’antisémitisme classique [pour en débusquer les « nouvelles » résurgences].

 

HR : Quels pays particuliers occupent la couverture de la plupart des interviewés ?


MG : Les entretiens recouvrent plus de dix pays européens. Le livrecontient aussi des entrevues avec Gustavo Perednik, sur la situation en Argentine, Rifat Bali sur l’avenir incertain de la communauté juive de Turquie, Maurice Roumani, sur ce que sont les attitudes en Libye à l’égard de son ancienne communauté juive, Zvi Mazel sur l’antisémitisme égyptien, de Moubarak à Morsi, aussi bien qu’avec Mitchell Bard sur le puissant lobby saoudien aux Etats-Unis. On compte aussi une interview avec Justus Weiner, qui évoque la façon dont les Musulmans chassent les Chrétiens des territoires palestiniens.

 

HR : Beaucoup de vos entretiens traitent de divers groupes d’auteurs d’actes et d’incitation à l’antisémistime et à l’antisionisme. Quels sont les principaux parmi eux ?


MG : La haine contre Israël la plus manifeste provient, et de loin, des régions du monde musulman. On pourrait aisément remplir plusieurs livres d’entretiens sur ce qui est un sujet en soi. Dans La Diabolisation d’Israël et des Juifs, les invités à ces entrevues répondent sur certains de ses aspects les plus saillants. Richard Landes explique de quelle façon les théories conspirationnistes affectent les Juifs ; Gunther Jikeli parle de l’antisémitisme musulman au sen de la jeunesse européenne ; l’ancien Président [et Président d’honneur] de l’organisation coordinatrice des Juifs de France, le CRIF, Richard Prasquier, expose l’ampleur de l’antisémitisme musulman en France.

 

 

 

HR : Nous autres, à HonestReporting, sommes, évidemment très intéressés par les déformations des faits, opérées par les medias.


MG : Ce thème, comme tant d’autres sujets présents dans La Diabolisation d’Israël et des Juifs, mérite, également, qu’un livre entier lui soit consacré. Nous avons une interview avec Simon Plosker, le rédacteur en chef d’HonestReporting. Une autre, avec Andrea Levin, de CAMERA. Dans une troisième l’avocat des contentieux, Trevor Asserson expose les distorsions de la BBC – en tout ce qui concerne les reportages sur Israël- comme un cas à part. Sur une note quelque peu différente, la cinéaste et réalisatrice Gloria Greenfield parle de son documentaire : Unmasked Judeophobia[La Judéophobie démasquée] et des ractions qu’il a suscitées.

 

HR : Une autre source essentielle de la haine anti-israélienne provient des rangs de l’extrême-Gauche.


MG : Effectivement, il en est fortement question, par exemple, quand Angelo Pezzana explique comment les Italiens anti-israéliens, foncièrement gauchistes, déforment la mémoire de la Shoah, selon leur propre agenda. Simon Epstein expose soixante ans de parti-pris intellectuel français contre Israël, portant l’essentiel de l’attention aux communistes et aux trotskystes. Ken Sikorski analyse la scène finlandaise, à commencer par les Socialistes.

 

HR : Les Socialistes européens et les Sociaux-Démocrates ont aussi fait preuve d’attitudes fortement hostiles à Israël.


MG : L’écrivain (fem.) de premier plan, en Norvège, en matière de livres réalistes, Hanne Nabintu Herland montre comment on fait la promotion d’une haine d’Israël « politiquement correcte ». Elle a démontré à quel point le Parti Travailliste joue un rôle essentiel dans la transformation de la Norvège en pays le plus antisémite de tout l’Occident. Ilya Meyer raconte cmment la troisième plus grande ville de Suède, Malmö, est devenue un foyer mondialement réputé pour son antisémitisme. On en doit une majeure partie à l’ancien Maire travailliste Ilmar Reepalu, qui ne pouvait s’empêcher de produire de fréquentes remarques antisémites. Jehudi Kinar, ancient Ambassaderu d’Israël en Belgique, décrit par le menu la puissance du courant antisioniste au sein des partis socialistes belges.

 

HR : Et puis, une autre source de haine contre Israël émarge des cercles chrétiens…


MG : On lui prête bien trop peu d’attention. Ce sujet, aussi, pourrait constituer un livre spécialement dédié d’interviews. L’universitaire hollandais Hans Jansen parle des racines profondes de l’antisémitisme protestant depuis ses fondations. Son principal centre d’intérêt tourne autour du rôle du réformateur de l’église, Martin Luther. Il décrit aussi le document haineux nommé « Kairos », qui fait tache d’huile, à partir de la communauté chrétienne palestinienne. David Parsons explique comment on peut faire la distinction, sur le plan théologique, entre les pro- et les anti-israéliens, parmi les Protestants. Dexter Van Zile expose les politiques anti-israéliennes du Conseil Mondial des Eglises.

 

HR : Et qu’en est-il du terrorisme, proprement dit ?

MG : La psychiatre Daphne Burdman analyse comment les enfants palestiniens sont endoctrinés à la haine génocidaire depuis leur plus jeune âge. Michaël Wines offre un panorama sur la façon dont les communautés juives et les Israéliens en déplacement à l’étranger ont été pris pour cible par les terroristes.

 

HR : Qu’en est-il de la “haine de soi”, chez certains Israéliens et Juifs de Diaspora ? Ils ne sont pas si nombreux, et pourtant ils causent des dégâts énormes à eux seuls…



 

MG : Le Professeur de Philosophie Elhanan Yakira, de l’Université Hébraïque de Jérusalem met en exergue les similitudes et convergences de pensée entre les négateurs de la Shoah et les Post-Sionistes israéliens et juifs. Le Psychologue d’Harvard, Ken Levin diagnostique le cas des Juifs et Israéliens qui adoptent la critique provenant des antisémites les plus extrêmes et des antisionistes viscéraux. Il dit que ce phénomène révèle de grandes similitudes avec les réponses et défenses à l’agression qu’on rencontre chez les enfants victimes de violences chroniques ou d'incestes.

 

HR : Que dire des ONG, de la cyber-haine sur Internet ?


MG : Gerald Steinberg consacre une synthèse de son travail pionnier sur les distorsions des ONG, dès qu’il s’agit d’Israël, Le Rabbin Abraham Cooper explique les dangers liés à l’antisémitisme et au terrorisme via Internet, alors que Ronald Eissens évoque les problèmes concernant la propagation de la haine par Internet, grâce à Facebook, Twitter et YouTube.

 

HR : Parlez-vous, aussi, de certains des outils de transmission de la haine, dans l’antisémitisme et l’antisionisme contemporain ?


MG : Certains medias sont des opérateurs majeurs de l’antisémitisme et de l’antisionisme, à travers la tournure des éditoriaux qu’ils consacrent à ces questions et par leur mode de sélection et de formulation des articles d’actualités. De manière identique, les Nations-Unies sont une caisse de résonance et un puissant instrument de haine anti-israélienne. Ce dernier point s’illustre dans l’entretien avec Yohanan Manor, au sujet de la sinistrement fameuse résolution « Le Sionisme est un Racisme ». Les dessins et caricatures son un outil redoutable d’efficacité pour la promotion et la propagation du virus de la haine, comme Joël Kotek le démontre. Le langage, est un autre outil privilégié, parmi tant d’autres, de transmission de la haine. George-Elia Sarfati insiste sur le fait que les mots n’ont rien de neutre, mais qu’ils servent à introduire à un certain univers de référence, dans la façon dont on présente et traite un sujet donné.

 

HR : Avez-vous, aussi, consacré des entretiens aux façons de combattre l’antisémitisme et l’antisionisme ?


MG : Une interview très importante à ce sujet est celle menée avec l’ancien Ministre de la Justice Canadienne, Irwin Cotler. Il dresse la liste des moyens politiques, diplomatiques, économiques et juridiques disponibles pour contrer la menace iranienne. Cotler démontre qu’il y a bien assez de preuves pour traîner l’Iran devant une Cour Internationale de Justice.

 

HR : Autre chose ?


MG : Il faudrait que nous ayons beaucoup d’autres conversations comme celle-ci pour couvrir tous les thèmes, tous aussi essentiels, abordés dans l’ouvrage.

Adaptation : Marc Brzustowski

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:56

 

 

Dans un nouveau livre qui fait réfléchir, Demonizing Israel and the Jews, [La Diabolisation d’Israël et des Juifs], le Dr Manfred Gerstenfeld, membre du Bureau du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (JCPA-Le Cape) postule que plus de 150 millions d’Européens pensent qu’Israël est en train d’exterminer les Palestiniens. Cette chimère diabolisatrice, actuellement très répandue, à propos d’Israël est une nouvelle mutation des croyances diaboliques, concernant les Juifs, qui s’emparaient des masses au Moyen-Âge, et de celles promues, plus récemment, par les Nazis et leurs alliés.

Ce recueil de 57 interviews auprès d’universitaires, d’hommes politiques et d’autres, dont le rédacteur en chef d’HonestReporting, Simon Plosker, décrit à quel point l’incitation à la haine se propage à un rythme intensif.

Dans une interview exclusive en deux parties, qui coïncide avec la publication de son livre (disponible à l’achat sur Amazon), nous avons questionné Manfred Gerstenfeld sur les sujets importants qu’il soulève et pourquoi il apparaît que ses conclusions ont été balayées sous le tapispar les grands médias des principaux courants.

HR : Dans votre nouveau livre, La Diabolisation d’Israël et des Juifs, vous déclarez que plus de 150 millions de citoyens adultes de l’Union Européenne ont une perception diabolique d’Israël et que cela ressemble à la vision démoniaque que la plupart des gens avaient des Juifs au Moyen-Âge. Que voulez-vous dire par là ?

MG : L’élément central de l’antisémitisme au cours de ces presque deux millénaires consistait à penser que les Juifs représentent « le Mal Absolu ». La nature de ce « Mal Absolu » a changé au cours des siècles. De nombreux Chrétiens ont prétendu mensongèrement que les Juifs avaient tué le prétendu fils de D.ieu – la pire chose que leur mentalité ait pu imaginer. Pour les Nazis, le mal absolu correspondait au fait que les gens étaient, à leurs yeux, des sous-hommes, de la vermine, des bactéries et ainsi de suite. Après la Shoah, la pire chose possible est, à présent, l’accusation de commettre un génocide, ou de se comporter comme les Nazis l’ont fait.

HR : Sur quoi se fonde votre hypothèse disant que plus de 150 millions de citoyens de l’UE ont un point de vue diabolisant d’Israël ?

MG : Diverses études ont demandé aux sondés s’ils étaient d’accord avec des assertions, telles que :« Israël mène une guerre d’extermination contre les Palestiniens », ou : « Israël se comporte envers les Palestiniens comme les Nazis l’ont fait envers les Juifs ». Des études sur sept pays de l’UE confirment qu’environ 40% ou plus des gens qui y vivent partagent ces points de vue diabolisateurs. Des enquêtes similaires le confirment pour les pays qui n’appartiennent pas à l’UE, c’est-à-dire la Norvège et la Suisse. Plusieurs autres études démontrent, également, des perceptions extrêmement négatives des citoyens de l’UE, s’agissant d’Israël.

HR : La plupart de ces études ne sont pas nouvelles. Pourquoi n’ont-elles pas reçu, plus tôt, l’attention ni la proéminence qu’elles méritaient ?

MG : On ne peut que faire des suppositions. Les résultats de ces études ne peuvent mettre que très mal-à-l’aise les dirigeants et les faiseurs d’opinion européens. Par exemple, le gouvernement norvégien a financé une étude de 2012, réalisée par le Centre d’Oslo sur la Shoah. Les auteurs de cette étude se sont interdits d’écrire que 38% des Norvégiens, qui pensent qu’Israël se comporte envers les Palestiniens comme les Nazis, démontrent qu’ils sont extrêmement antisémites. Pourtant, ils auraient dû savoir que d’adopter de telles attitudes correspond à un acte antisémite, tel que cette notion est définie par la définition de travail sur l’Antisémitisme, au Conseil de l’Europe.

HR : Si ces études sont déjà connues, qu’apporte votre livre de nouveau sur ce sujet ?

MG : Pour la première fois, ces études, qui débouchent sur es mêmes conclusions, sont rassemblées et listées. Elles appuient mon estimation qu’au moins 150 millions de citoyens adultes de l’UE partagent une vision aussi diabolisante d’Israël. C’est un message fort et clair qu’il faut diffuser largement.

HR : Des journalistes se sont-ils mis en contact avec vous à ce propos ?

MG : J’ai été longuement interviewé par plusieurs journalistes européens, à propos de mon livre. Certains travaillent pour des journaux à grand tirage. Ils ont montré un vif intérêt à cette histoire et m’ont dit que ces tableaux de données étaient convaincants. Cela dit, je n’ai, par la suite, rien vu de semblable qui ait pu être écrit dans leurs journaux.

Manfred Gerstenfeld

HR : Savez-vous pourquoi ?

MG : Mon éditeur, René Van Praag, de RVP Editeurs me dit que, de la même façon que beaucoup d’histoires sont trop peu significatives pour attirer l’attention des journaux, quelques rares, au contraires, sont « trop grosses ».

HR : Et qu’est-ce que signifie "une affaire trop grosse”, dans un tel cas ?

MG : Dès que cela deviendrait massivement connu que, sur 400 millions de citoyens adultes de l’UE, 150 millions partagent des points de vue antisémites diabolisateurs, les conséquences pourraient être terribles, pour l’image de l’UE, ses politiques et on ne pourrait plus évacuer la nécessité d’agir d’un revers de main. L’UE se présente comme un « modèle de démocratie et le promoteur des Droits de l’homme ». De ce nombre de 150 millions de citoyens ayant un point de vue d’Israël comme état diabolique et des interviews signalées dans ce livre, l’Union Européenne ressort aussi comme un agglomérat d’incitation à la haine anti-israélienne, porteur d’une vision du monde criminelle et très répandue. Dans les années 1930, les pays européens comprenaient un très grand nombre de citoyens ayant une vision du monde criminelle envers les Juifs. Dans la perspective de l’après- Shoah, et d’autres atrocités commises, cette similarité fait que l’image d’une Europe humanitaire (à visage humain) retombe totalement à plat.

HR : Y a t-il d’autres conséquences possibles ?

MG : Cela pourrait, par exemple, rendre à l’UE, plus difficile d’éviter d’enquêter sur qui sont ceux qui ont contribué à créer cette vision du monde criminelle. Cela pourrait conduire à des résultats explosifs. On devra, par exemple, pointer le doigt vers des hommes politiques de différents pays qui dirigent l’UE. Ce ne serait pas, seulement une nouvelle mise en cause de l’image humanitaire surfaite de l’UE, mais aussi de certains pays et de certains partis politiques. Ces incitateurs à la haine, au coeur de l’Europe, ne pensent pas, nécessairement, eux-mêmes, qu’Israël extermine les Palestiniens, ni queles Israéliens se comportent comme des Nazis. Leurs déclarations tronquées, cela dit, contribuent toutes à la fabrication de cette image. Il s’agit de la méthode de la mise à mort « à petit feu ». Si on les reprend chacune isolément, aucune de ces attaques n’a directement provoqué les résultats dramatiques que révèlent les études. Mais, mises bout à bout, elles ont, alors, pu les générer.

HR : Y a t-il d’autres facteurs qui ont contribué à la fabrication de cette vision du monde criminalisante d’Israël ?

MG : La banalisation est un autre élément, ainsi que la volonté de masquer partiellement des évènementshorribles majeurs, dans le propre passé des pays européens. De cette façon, on dépeint une image bien plus rose de l’histoire propre de l’Europe. Elle est alors comparée à l’image grandement falsifiée et malmenée d’Israël.

Un point très important tient aussi au fait qu’on ne prête que très peu d’attention à la criminalité galopante et à l’incitation à la haine, dans de larges secteurs de la société palestinienne et de beaucoup d’états arabo-musulmans. Si les massacres de masse, les attentats terroristes et d’autres crimes majeurs y étaient mis en lumière, dans des proportions relatives à la taille de sa population et à la hauteur des fautes commises dans ces pays, les nouvelles en provenance d’Israël seraient, comparativement, négligeables. Le fait de détourner les yeux, en cas de crime majeur dans le monde musulman, est un exemple de ce qu’on peut appeler le racisme humanitaire . Beaucoup de gens ignorent les crimes de gens de couleur, parce qu’on les perçoit comme des faibles. De tels racistes prétendent parfois, en se trompant sur eux-mêmes et en trompant les autres, qu’ils appartiennent au camp « anti-raciste ».

HR : D’autres remarques possibles, à propos des découvertes de votre livre ?

MG : Une autre vraiment importante, c’est que la vision du monde européenne criminelle des années 1930 a été le précurseur de crimes de masse commis en Europe dans les années 1940. Cela soulève la question : à quoi pourrait mener l’actuelle vision du monde criminelle ? Est-ce qu’elle mènera encore à des crimes européens monstrueux, mais cette fois, contre Israël ? Ou les Européensse contenteront-ils, cette fois, d’être les spectateurs, pendant que nombreux sont ceux, dans les pays arabes, qui voudront vraiment commettre des crimes extrêmes contre Israël ? Mon livre expose ainsi une histoire potentiellement énorme.

Prochainement : la Partie 2 de cette interview exclusive

honestreporting.com

1er juillet 2013 14:37 Par Simon Plosker

jforum.fr

Repost 0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 18:11

 

Widder

Sergio Widder

 

 

 

 

Manfred Gerstenfeld interviewe Sergio Widder

 

jforum.fr/forum

 

 

“Un demi-million de Juifs, approximativement, vivent en Amérique Latine. Les plus vastes communautés se situent en Argentine (un peu plus que 200.000 membres), au Brésil (120.000 personnes) et au Mexique (40.000 pers.). Leur nombre total est appelé à décliner dans l’avenir.  L’assimilation est l’une de ces raisons ; les départs pour Israël – bien qu’ils ne soient plus aussi importants que dans les années 1950-1960 – en est une autre. Le Venezuela est un cas particulier, à cause des problèmes politiques liés à la Présidence de feu Hugo Chavez. Au cours de son mandat, de 1998 à 2013, le nombre de Juifs y a diminué, de plus de 20.000 personnes à moins de 9.000.

 

 

“On doit distinguer les problèmes que rencontre un pays spécifique de ceux qui expriment des tendances régionales. Actuellement, la principale préoccupation, pour les communautés juives d’Amérique Latine est, très probablement la présence iranienne grandissante, principalement, dans tous les pays qui forment l’ALBA, l’Alianza Bolivariana para las Américas [L’Alliance Bolivarienne des Amériques], que Chavez a créée.

 

[voir la carte des implantations de résealinkux du Hezbollah, en Amérique Latine : https://now.mmedia.me/lb/en/reportsfeatures/south-americas-hezbollah-map-tentative-title]

 

 

Sergio Widder est Directeur du Centre Simon Wiesenthal (SWC) pour l’Amérique Latine, une antenne continentale qu’il a commencé à développer, en 1992. Il est diplômé de Sciences Politiques de l’Université de Buenos-Aires.  

 

Il ajoute : “Les pays membres de l’ALBA comprennent ; le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur, le Nicaragua et Cuba. Ce bloc est le principal partenaire de l’Iran en Amérique Latine. L’inculpation de hauts dirigeants iraniens, par le Procureur Spécial argentin, Alberto Nisman – qui enquête sur l’attentat à la bombe contre l’AMIA, à Buenos-Aires, en 1994 – indique bien que l’implantation d’un réseau irano-hezbollahni, en Amérique Latine, date, au moins, du milieu des années 1980. Le dernier rapport de Nisman dénonce le fait que – à part l’Argentine et les pays-membres d’ALBA – les pays affectés sont : le Brésil, le Chili, la Colombie, la Guyane, le Paraguay, le Suriname, Trinidad et Tobago, aussi bien que l’Uruguay.

 

“En plus de l’Iran, les groupes pro-palestiniens jouent, également, un rôle essentiel dans l’incitation à la haine contre les Juifs et Israël. Leur influence demeurera, très probablement forte. La filière iranienne dans la région est un problème particulièrement préoccupant. Cela n’a fait que s’aggraver avec l’accord passé entre l’Argentine et l’Iran, pour réviser conjointement les conclusions de l’enquête sur l’attentat de l’AMIA, qui a fait 85 morts et des centaines de blessés.

 

“Le Forum Social Mondial (WSF/FSM) est un évènement annuel majeur, qui a un impact international très négatif sur Israël. Ce très large rassemblement d’ONG et de mouvements sociaux a été fondé en 2001 à Porto Alegre (Brésil). Il a été instauré par le Partido dos Trabalhadores (Parti Travailliste), qui était, alors, dans l’opposition et qui gouverne, à présent, le Brésil . Le WSF est devenu la principale plateforme internationale de la campagne globale de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël. En novembre 2012, il a tenu une session extraordinaire supplémentaire de 4 jours, appelée : « WSF Palestine Libre ».

 

“Au cours de sa visite au Brésil, pour le Sommet RIO + 20 des Nations-Unies, portant sur les problèmes d’environnement, en 2012, le Président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinedjad, a participé à une rencontre avec les dirigeants de WSF (FSM). L’Iran considère, selon toutes les apparences, que le WSF (FSM), qui représente déjà une tribune de grande valeur pour les Palestiniens, pourrait les aider à obtenir leur pleine légitimité dans l’opinion publique.

 

“Au-delà de ces problèmes régionaux, il y a aussi des incidents antisémites dans une série de pays d’Amérique Latine. On peut décrire un certain nombre d’entre eux comme des manifestations « d’antisémitisme traditionnel ». Cependant, les attaques déguisées en « actes antisionistes » représentent les principales d’entre elles.

 

“Dans la plupart des pays d’Amérique Latine, il n’existe pas de statistiques formelles concernant les incidents antisémites. Parmi les recherches systématiques dans ce domaine, on trouve un rapport annuel réalisé par l’organisation coordinatrice de la Communauté Juive argentine, la DAIA, qui recueille les informations sur les attaques antisémites et d’autres atteintes racistes en Argentine-1-[1].

 

“Du fait de l’absence d’information systématique, il n’est pas évident de savoir si le problème est en augmentation ou en diminution, sur le continent. Ces évolutions se déroulent dans un contexte, où beaucoup de pays d’Amérique Latine sont de « jeunes » démocraties. Ils sont impliqués dans un processus d’expansion des droits civiques et des libertés et deviennent des sociétés plus ouvertes et pluralistes. Pourtant, les préjugés et le racisme demeurent. L’antisémitisme est, principalement, alimenté par les groupes radicaux qui avancent masqués, en prétendant qu’ils combattent Israël, le Sionisme ou l’Impérialisme.

 

“Plusieurs organisations juives font face à l’antisémitisme en Amérique Latine. Le Centre Simon Wiesenthal se situe parmi les plus visibles, dans une perspective continentale ; le B’nai Brith en représente une autre, tout comme le Congrès Juif d’Amérique Latine. Dans de nombreux cas, nous sommes l’unique organisation sioniste juive à participer et à tenir un rôle d’observatoire des principaux forums d’ONG ou de rassemblements sous l’égide des Nations-Unies. C’est le cas avec le WSF (FSM), auquel nous participons régulièrement-2-[2].

 

“Au sein de certaines instances, le SWC travaille sur des incidents passés. Par exemple, notre requête pour des sanctions contre un club de football d’Argentine, dont les supporters chantaient des slogans antisémites, s'est avérée être une intervention couronnée de succès ; ils ont été sanctionnés par le retrait de points au classement du championnat, qui a provoqué leur descente dans une ligue de niveau inférieur. Dans d’autres cas, nous essayons d’empêcher des évolutions négatives à la source. Par exemple, en octobre 2012, le SWC a protesté contre la tenue prévue d’un « Tribunal éthique contre Israël », qui devait se tenir dans les locaux de la Bibliothèque Nationale d’Argentine. L’évènement, a, par conséquent, pu être annulé à temps.

 

 

“Parmi les Juifs et les amis et alliés non-Juifs d’Israël, il existe des groupes religieux, tels que les Chrétiens évangélistes et certains mouvements catholiques. Bien que les Evangélistes représentent une force en pleine croissance, le Catholicisme demeure la confession prédominante en Amérique Latine. L’élection du Pape François Ier – l’ancien Cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio – a renforcé la position du Catholicisme. Il reste encore énormément de travail à faire, en termes de développement des relations entre les Juifs et d’autres ONG et mouvements sociaux. Il existe divers cas qui illustrent qu’une coopération efficace peut être accomplie ».

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski .  

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 10:42

 

 

Un Breton antisémite condamné

mardi 25 juin 2013, par BNVCA


Le Bureau National de Vigilance Contre L’Antisemitisme salue la décision du Tribunal correctionnel de Quimper qui le 24/6/13 a condamné Boris Lelay à 18 mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir tenu des propos racistes sur son site BREIZ ATAO.

 

Auteur d’insultes racistes, tant sur son site BREIZ ATAO que sur l’autre site LE PROJET JUIF Boris Le Lay fait preuve "d’une obsession antijuive" comme l’a déclaré maitre BACCOUCHE avocat du BNVCA.lors de l’audience

 

Le BNVCA rappelle qu’après avoir été alerté par des internautes il a saisi le Juge d’instruction pour se constituer Partie Civile

 

Le Tribunal a déclaré recevable la constitution de partie civile du BNVCA, et a condamné Le Lay a payer de surcroît au BNVCA la somme de 5 000 € de dommages et intérêts et 1 500 e article 475-1 du Code de procédure pénale.

 

Toutes les autres parties civiles ont obtenu la somme de 1 500 € de Dommages et intérêts.

 

Ni Boris Le Lay, ni son avocat, n’étaient présents à l’audience. Pourtant dès la décision de justice publiée, Boris Le Lay déclare se pourvoir en appel.

 

Un autre procès déclenché par une plainte du BNVCA,doit se tenir prochainement contre Boris Le Lay, auteur de site LE PROJET JUIF.

 

Drancy le 24/6/13

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L ANTISEMITISME

 

8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy

Le Président

Sammy Ghozlan

 

Un exemple de la prose de Breiz Atao


TAGS : Bigouden Breizh Bretagne Antisémitisme Breiz Atao

Le Projet Juif BNVCA

 

http://www.jforum.fr/forum/france/article/un-breton-antisemite-condamne

Repost 0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 07:23

 

 

Service de Protection de la Communauté Juive

Link to Service de Protection de la Communauté Juive

GRAVE AGRESSION ANTISÉMITE EN BANDE CONTRE UNE FAMILLE (77) Dimanche 16 juin en...

Posted: 20 Jun 2013 02:01 PM PDT

GRAVE AGRESSION ANTISÉMITE EN BANDE CONTRE UNE FAMILLE (77)

Dimanche 16 juin en fin de journée, en Seine et Marne (77), une famille est réunie dans son pavillon. Le jeune fils de la famille sort sur le pas de la porte pour demander à un homme qui fait des allers retours en moto à grande vitesse dans une petite rue limitée à 30km/h de ralentir car des enfants traversent. Le motard énervé tente de l’écraser. Le reste de la famille rejoint le jeune homme pour lui porter secours. Le motard qui s’avère être un voisin est rejoint dans la rue par ses amis : 5 personnes de type européen. Le ton monte. Une bagarre explose. L’un des agresseurs a une barre en fer qu’il utilisera a plusieurs reprises contre les membres de la famille dont deux jeunes femmes. Ils font à plusieurs reprises le salut nazi, crient "Heil Hitler, on aurait dû tous vous brûler et finir le travail en 40" ; « sale feuj, je vais brûler ta maison et brûler ta voiture avec tes fils dedans » « sale ch. de feuj je t’enc … ». Le service de sécurité du lotissement intervient, la police aussi. Un des attaquants est placé en garde à vue le soir même. Les 5 autres le lendemain matin. La fille de la famille attaquée et la fiancée du fils ont eu 5 jours d’ITT chacune, l’une d’elle a le poignet cassé. Tous les membres de la famille présents sont convoqués au commissariat. Deux d’entre eux sont placés en garde à vue. En fin de matinée toutes les gardes à vues sont levées. Plusieurs voisins ayant assisté à la scène ont témoigné auprès de la police et relaté les insultes antisémites virulentes et répétées ainsi que les violences physiques commises. Une vidéo tournée sur les lieux atteste d’une partie des insultes antisémites.
Tous les protagonistes (famille + agresseurs) ont reçu une convocation pour audience au Tribunal de Grande Instance de Melun pour le 20 janvier 2014.

Alerté par la famille, le SPCJ coordonne les soutiens évalués nécessaires aux membres de la famille et a détaché un de ses avocats.

Le SPCJ.

PARTAGER AVEC VOS AMIS POUR SOUTENIR NOS COMBATS
Repost 0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 15:09

 

 

 

Bloc-note


ACTUALITE JUIVE - N° 1259 - Jeudi 20 juin 2013

 

http://blognadel.over-blog.com/article-double-honte-118613071.html 

 

Double honte par G. W. Goldnadel
Président de France-Israël  et d'Avocats Sans frontières

 

 

En l'espace d'une semaine, deux mauvais coups contre Israël ont été réalisées par la classe politique et intellectuelle parisienne.

Le premier s'est passé sous les lambris de l'Hôtel de Ville de Paris. La majorité de gauche de la capitale a en effet cru devoir suivre les préconisations du Front de Gauche et du Parti Communiste et a formé le vœu de voir les produits venant d'Israël étiquetés différemment de ceux venant « des colonies ».

Au-delà de l'aberration juridique de ce qui constitue en réalité un boycott déguisé, on assiste une nouvelle fois à une surenchère de l'extrême-gauche et de l'influence qu'elle exerce malheureusement sur son allié, le Parti Socialiste.


Il ne viendrait pas à l'idée des édiles municipaux de recommander par exemple un étiquetage différent pour les produits venant du territoire cypriote occupé par les turcs, Chypre faisant pourtant partie, à notre connaissance, de l'Europe.


Pas davantage les élus parisiens, ne pensent à exiger de la République de Chine un étiquetage différent concernant le Tibet occupé et martyrisé.


Les premières victimes de cette mauvaise action seront bien entendu les nombreux arabes de Palestine qui travaillent pour les firmes israéliennes installées dans les territoires contestés et qui sont bien mieux payés que les autres palestiniens.


On doit, heureusement, à Jérôme Dubus, Conseiller de Paris et membre du Comité Directeur de France-Israël, un texte de protestation contre ce méchant coup.

 

 

La seconde de ces actions a également été dénoncée par France-Israël, en premier. Il s'agit, vous le savez maintenant, compte tenu de l'excellente prise de position de Roger Cukierman et d'autres associations, de l'exposition au Musée du Jeu de Paume - subventionnée par le ministère de la culture - et qui a vu une arabe israélienne de Haïfa qui tient à être présentée comme palestinienne, ce que s'empresse de faire l'ensemble de la presse, exposer certaines photos de terroristes suicidaires palestiniens avec pour toute mention leur nom et leur qualité de « martyr ».

 

 

 

Dans un blog du Monde, les protestataires que nous sommes sont en gros qualifiés, comme toujours, de pithécanthropes communautaristes opposés à la liberté d'expression.


Effectivement, l'auteur de ces lignes n'a pas l'intelligence suffisamment sophistiquée ou l'esprit suffisamment esthétisant pour accepter de voir ainsi promus des attentats aveugles et que, par exemple, pour légender la photo d'Osama Buchkar, soit seulement rappelé « qu'il s'est livré à une opération martyre à Nethanya ». Alors qu'en réalité, 3 personnes ont été tuées et 59 autres blessées lorsque ce terroriste déguisé en soldat israélien s'est fait exploser dans le marché de Nethanya.


Il échappe également à notre intelligence, que pour orner la photographie de Samy Antar, mort le 19 janvier 2006, il soit seulement précisé « opération martyre à Tel Aviv » sans que le public ne sache que 32 personnes furent grièvement blessées lors de cet attentat suicide commis près de l'ancienne gare routière de Tel Aviv.


Enfin, sur une autre photographie, on voit la mère d'un kamikaze. Elle brandit le portrait de son fils Sayed Awada « martyr et membre d'Al Aksa qui a mené le 18 juin 2002 une opération martyre à Jérusalem ». Personne dans ce musée subventionné par l'Etat Français ne saura que cet attentat suicide contre un bus à Jérusalem a causé la mort de 19 personnes, authentiques martyrs de la haine mortifère.


Est-il besoin de préciser que j'en veux moins à la photographe Ahlam Shibli pour son exposition qu'à tous les médias silencieux - quand ils ne sont pas approbateurs - sans doute trop intelligents pour comprendre que cette complaisance en face du terrorisme aveugle, pave la voie à de nouveaux martyrs.

 
G. W. Goldnadel
Président de France-Israël
et d'Avocats Sans frontières

Repost 0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 19:33

 


Paris, le 3 juin 2013
 
 
LETTRE TRES OUVERTE A MADAME LE MINISTRE DE LA CULTURE
 
 
Madame le Ministre,
Le Ministère de la Culture subventionne le musée du Jeu de Paume.
 
Ce musée propose aujourd'hui à ses visiteurs, une exposition de la photographe Ahlam Shibli.
 
L'essentiel de cette exposition baptisée « Foyer Fantôme » est constituée de 68 photographies de portraits de terroristes palestiniens, membre des brigades des martyrs d'Al Aksa.
 
L'intention de l'exposition est de montrer comment les familles palestiniennes entretiennent la mémoire de ces hommes et femmes morts dans de nombreux attentats-suicide commis contre les civils israéliens.
 
Les légendes qui accompagnent chaque photo reprennent systématiquement la terminologie sacrificielle : « martyr mort en opération ».
 
A aucun moment, il n'est indiqué qu'il s'agit d'attentats terroristes aveugles visant des civils juifs.
 
Je me permets, en conséquence, de vous poser deux questions : à l'heure où, depuis le massacre de soldats et d'écoliers à Toulouse, le terrorisme islamiste, émanant d'individus isolés et exaltés, frappent la France et le monde, une telle exposition exaltant la mort sacrificielle n'est-elle pas la marque de l'irresponsabilité ?
 
A l'heure où le gouvernement, auquel vous appartenez, avec une sincérité et une détermination dont je ne veux pas douter, prétend lutter contre le terrorisme, cette exposition subventionnée n'est-elle pas également la marque d'une complaisance pour la radicalité violente qui persiste à demeurer chez certains intellectuels ou artistes ?
 
Je vous remercie, en conséquence, de bien vouloir me donner votre point de vue sur cette exposition, ainsi que sur les mesures que vous comptez éventuellement prendre.
 
Dans cette attente,
 
Veuillez croire, Madame le Ministre, en ma très respectueuse considération.
 
 

Gilles William GOLDNADEL
Président

Repost 0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 23:26

 

 

Garges-les-Gonesse (95) : des impacts de balles retrouvés sur un oratoire israélite

Selon l'AFP, trois impacts de balles ont été découverts samedi sur le portail et dans le mur d'un oratoire israélite de Garges-les-Gonesse (Val-d'Oise). Pour l'instant la piste antisémite n'est pas établie [?].

 

http://paris-ile-de-france.france3.fr/

  • Par Valentine Ponsy
  • Publié le 02/06/2013 | 18:49
Deux impacts étaient visibles sur la porte bleue de ce petit local situé au rez-de-chaussée d'un immeuble à plusieurs entrées dont rien ne vient signaler qu'il abrite un local utilisé par la communauté juive. Un autre impact est également visible dans le mur du bâtiment.

A une centaine de mètres, le panneau de signalisation indiquant la direction vers la synagogue a été en partie noirci pour ne laisser que les lettres "gogue".

Mais pour l'instant aucun élément et aucune revendication n'ayant été constaté, rien ne peut laisser penser qu'il s'agit d'un acte antisémite [NDLR : mais d'un lapin de garrenne égaré poursuivi par des chasseurs!].

Le président de l'Union des communautés juives du Val-d'Oise et délégué du CRIF, René Taïeb, appelle à "rester prudent" et à "attendre les résultats de l'enquête": s'il "s'avère que c'est un acte antisémite, on le condamnera haut et fort", a-t-il dit à l'AFP.

De son côté, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme demande aux enquêteurs de "déterminer si ces faits visaient délibérément la synagogue et peuvent constituer une agression de nature antisémite".

Le maire UMP de Garges-les-Gonnesse, Maurice Lefèvre, qui n'a pas relevé "de conflit religieux dans la commune", juge que cet acte "n'a pas de connotation religieuse".
La Police judiciaire du Val-d'Oise a été saisie de l'enquête.
Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 14:04

 

40% des jeunes trouvent l’islam sectaire et les juifs communautaristes

  • Par Lucile Quillet
  • Publié le 30/05/2013 à 19:14

 

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/40-des-jeunes-trouvent-l-islam-sectaire-et-les-juifs-communautaristes-2010/

 

994c84b0-c928-11e2-ae6b-19b6609108d6-493x328

 

 

 

 

Un tiers des 18-24 ans ressent de l’antipathie pour les musulmans et pour la moitié, les juifs sont plus proches d’Israël que de la France selon une étude. L’expert du fait religieux Eric Vinson décrypte cette poussée d’islamophobie et d’antisémitisme chez les jeunes.


Les chiffres sont effarants. D’après une étude Opinion-Way ,près d’un tiers des 18-24 ans ressentent de l’antipathie pour les musulmans, soit dix fois plus que pour les catholiques et les juifs. Les jeunes seraient ainsi plus virulents que la moyenne générale des 1001 personnes sondées. Ils ne sont que 4% à croire à la tolérance de la religion musulmane et 40% à la trouver sectaire.

L’islam n’est pas le seul à en prendre pour son grade. Ainsi, près de la moitié des 18-24 ans considèrent que les juifs sont «plus proches d’Israël que de la France». Environ 43% les définissent comme un «groupe replié sur lui-même». Enfin, 20% estiment que«leur influence sur la société est trop importante».

Si 2012 a été l’année du bond des actes antisémites et islamophobes ,encouragés par l’affaire Merah ,la situation pourrait encore se dégrader s’inquiète Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et professeur à Sciences Po. Il craint une progression des préjugés parmi des jeunes qui ont grandi dans une société sécularisée et connaissent mal les religions.

Figaro Etudiant - Ces chiffres vous surprennent-ils?

Eric Vinson: Ils reflètent finalement la vision médiatique des religions, qui ne surgissent sur les écrans que lors de drames, comme à Londres, lorsqu’un fou attaque un soldat. On explique pas que l’islam c’est autre chose que cela. Cette méconnaissance des religion pose problème, et va aller en se dégradant avec les jeunes générations.

Les jeunes se montrent plus hostiles à la religion musulmane que les adultes. Comment l’expliquez-vous?

Les adultes ont grandi dans une société où la religion était présente. A leur époque, on allait à la messe etc... Les jeunes sont moins familiarisés avec le fait religieux aujourd’hui. Pour eux, chacun peut proscrire des aliments, comme la viande pour des raisons diététiques ou esthétiques. Mais les interdits alimentaires religieux font toujours figure d’intégrisme. Quand certains pratiquent leur religion quotidiennement, ils sont considérés comme sectaires. Dès qu’on parle de communauté, on pense communautarisme puis intégrisme.

Pourquoi une telle réaction épidermique au religieux?

74% des gens pensent que l’islam n’est pas compatible avec les valeurs de la République, pourtant les intégristes musulmans ne représentent qu’une minorité des croyants. Derrière cette appelation, je pense que les gens désignent les gens des banlieues. Au lieu de dire “immigré”, on dit “musulman”. C’est plus acceptable car les gens pensent que la religion et la République ne sont pas compatibles

Si les gens déclaraient ressentir de l’antipathie pour les noirs, ce serait du racisme. Quand les jeunes considèrent les juifs comme un groupe replié sur lui-même, qui a trop d’influence et qui plus est, se sent plus proche d’un pays étranger que de la France... C’est purement un préjugé antisémite !

Repost 0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 10:58

Le Site Internet Anglophone De La Chaîne Qatarie Al-Jazira A Publié Un Texte Très Virulent À L’égard D’Israël

 

http://israelmagazine.co.il/le-site-internet-anglophone-de-la-chaine-qatarie-al-jazira-a-publie-un-texte-tres-virulent-a-legard-disrael/

 

PARTAGER
TAGS

Les conférences de rédaction ont dû être agitées ces derniers jours à Al-Jazira. Le site anglophone de la chaîne qatarie a publié, puis retiré… et enfin remis en ligne mardi 21 mai un article controversé sur Israël. La direction de la chaîne s’est même fendue d’un communiqué au sujet de cette valse hésitation affirmant qu’elle “aurait dû faire mieux” pour dissiper les critiques de censure. Une mise au point qui ne donne, en revanche, aucune d’explication sur ce cafouillage éditorial.

L’affaire commence par la publication, mardi 14 mai, dans la rubrique “opinions”, d’un article intitulé “The last of the semite” (Le dernier des sémites) de Joseph Massad, un spécialiste du Moyen-Orient d’origine palestinienne rattaché à l’Université américaine de Columbia. Dans ce texte, l’universitaire avance des affirmations à même de créer la polémique : selon lui, le mouvement sioniste en Europe avait “épousé les idées antisémites pour justifier la création d’un État juif” et il affirme qu’Israël s’appuie sur les thèses antisémites pour justifier son existence.

“Le texte a immédiatement suscité un intense débat, comme Joseph Massad et son éditeur à Al-Jazira l’avaient probablement anticipé,” note le quotidien britannique « The Guardian ». Pour le quotidien conservateur israélien « Jerusalem Post », l’article polémique, “n’est qu’une nouvelle illustration de l’utilisation que Joseph Massad fait d’Al-Jazira pour diffuser ses idées vicieuses sur Israël et le sionisme” qui seraient dignes “des propos tenus sur des sites néo-nazis”. L’universitaire d’origine palestinienne a, en effet, déjà publié plusieurs articles sur le site de la chaîne qatarie soulignant le prétendu “caractère raciste” de la politique de l’État hébreu.

 

Opération séduction aux États-Unis

D’autres personnalités, essentiellement américaines, se sont tournées vers Twitter pour féliciter, très ironiquement, “Al-Jazira d’avoir publié l’article le plus antisémite depuis longtemps”, selon le journaliste du site The Atlantic Jeffrey Goldberg .

Après six jours de polémique quasi-ininterrompue autour du texte litigieux, Al-Jazira décide, dimanche 19 mai, de le retirer purement et simplement de son site. Un choix qui, cette fois-ci, prend de court les défenseurs de Joseph Massad. “C’est un acte de censure sans précédent sur un site – la version anglaise d’Al-Jazira – qui jouissait jusqu’alors d’une liberté d’expression totale”, s’emporte le blog pro-palestinien Electronic Intifada. “C’est la preuve que la dynastie du Qatar est à la botte d’Israël”, s’emporte de son côté le blog Angry Arab. Plus nuancé, le « Guardian » souligne que la publication puis le retrait de l’article n’a eu pour “seule conséquence que de déplaire à tout le monde”.

L’ultime volte-face – la remise en ligne du texte mardi 21 mai – n’a fait qu’ajouter à la confusion sur la ligne éditoriale d’Al-Jazira. Plusieurs commentateurs, notamment d’un blog hebergé sur le site du Guardian ou d’Electronic Intifada, établissent un lien entre cette affaire et le lancement prochain d’une chaîne américaine d’Al-Jazira. À l’heure où le média qatari cherche à signer des accords avec des câblo-opérateurs américains, cet article risquait de faire désordre, résume le site d’information Rue 89, première publication française à avoir traité l’affaire. Les thèses défendues par Joseph Massad seraient peu compatibles avec “l’image de média respectable” qu’Al-Jazira tente de donner.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis